Partagez | 
 

 Susurre ta perfidie [Solo | Enoch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Demetria
avatar
♦ Messages ♦ : 147
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Susurre ta perfidie [Solo | Enoch] Mar 7 Mar 2017 - 19:42


Lorsqu'Anya est arrivée au bar, le sourire aux lèvres, tu sus instantanément qu'elle tramait quelque chose. Son regard joueur, son air fier et ce visage, d'habitude boudeur et renfermé lorsqu'il était exposé au public, était à ce moment bien trop radieux pour qu'elle ne te réserva pas un surprise, de bon ou de mauvais goût, ça, c'était une autre affaire. "Tu as l'air bien joyeuse, aujourd'hui. Ce n'est pas dans tes habitudes." La jeune femme fait la moue quelques secondes tout en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, son visage reprenant des airs plus familiers. "C'est injuste de ta part, de dire des choses comme ça. Ce n'est pas comme si j'étais toujours ainsi, surtout en ta présence..." Vague référence aux moments d'intimité que vous passez ensemble, et dans lesquels son visage semble s'illuminer. Tu ignores pourtant cette remarque : c'est la règle, au travail, pas de bavardage sur ta vie privée. "Qu'est ce que je te sers ?" Ses doigts aux longs ongles limés tapottent le comptoir en un rythme régulier. Elle s'arrête en entendant ta question. "Rien, je ne reste pas. Je suis juste venue déposer ceci..." Elle sort de sa poche une enveloppe blanche qu'elle te tend. Un sourire fend à nouveau son visage. "Bientôt, je ne serais plus la seule à être joyeuse." Tu regardes le papier d'un air intrigué, puis le prend avec précaution. "Qu'est ce que c'est ?" - "Ouvre, tu vas vite comprendre." Tu ne te fais pas prier et poses le verre que tu étais en train de nettoyer. Une lettre, rédigée dans une encre brune, avec une écriture fine et penchée, se cachait à l'intérieur de l'enveloppe. Tu la lis, puis relèves les yeux vers ta camarade. "C'est..." Tu hésites un instant, incertain de ce que signifie ce papier entre tes doigts. "Un ordre de mission ! J'ai le droit d'emmener un complice avec moi ! Tu vas enfin pouvoir jouer les espions !" Tu restes muet, ne sachant quoi dire, aussi placide qu'une plante. Pourtant, la Songe sait que tu es loin d'être indifférent, que cette lettre qu'elle t'a donné, cette opportunité qu'elle te laisse miroiter... C'est plus beau que dans tes rêves. "Tu me remercieras plus tard ! En attendant, pense à faire tes valises. Enfin, n'emporte rien qui te tienne à coeur, tu en serais dépossédé aussitôt arrivé... Je viens te chercher demain matin avant de partir !" Puis elle saute de son tabouret, te fais un signe de la main, et s'en va aussi vite qu'elle était arrivée. Un nouveau client fait place. Tu ranges la missive dans une poche, et l'accueille, un sourire aux lèvres.

Le lendemain, tu étais près bien avant l'heure. Trop excité pour dormir, tu t'étais levée en avance, avait rassemblé quelques vêtements nécessaires pour le voyage et que tu avais ensuite mis dans un sac. Puis tu avais tourné en rond, essayé de ranger un peu tes appartements, ouvert un livre et feuilleté les pages sans vraiment parvenir à te concentrer sur ta lecture. Finalement, quelques coups furent portés à ton peron, salvateurs, te libérant de ton ennui et ton impatience. A l'entrée, Anya, ses longs cheveux noués en une haute couette. Derrière elle, quelques silhouettes se dessinent dans les couloirs. "On ne part pas seuls ?" Ta camarade suit ton regard. "Non, on aura besoin d'aide pour s'infiltrer... Ces gars là vont faire en sorte que l'on soit entre les mains de nos amis avant qu'ils s'en aillent... Bon, tu es prêt ?" Tu inspires profondement, ton coeur s'emballant à l'idée d'enfin partir à l'aventure. "J'attendais avec impatience !" La Songe se retourne et et part d'un pas décidé, toi sur ses talons.




Le voyage fut long. A défaut d'êtres de bons soldats, vous comptiez sur votre discrétion pour lacer inaperçu dans la nature,  et ne pas attirer l'attention des prédateurs, qu'il s'agisse de la faune ou de groupes nomades hostiles. La prudence était donc de mise, et le terrain n'était pas des plus adaptés à la marche. Descendre jusqu'a son col vous prit plusieurs jours de marche. Deux de plus furent nécessaire pour gagner les plaines verdoyantes que vous cherchiez à atteindre. Ce n'était pas le plus long des voyages, mais tu étais peu habitué à la marche, et malgré ton entraînement, à la fin de chaque journée tu plongeais dans une longue nuit de sommeil aussitôt ton repas avalé, sans te soucier le moins du monde des dangers qui pouvaient roder. Un jour, alors que vous cherchiez la tribu du soleil, Anya s'approcha de toi et, beaucoup plus sérieuse que d'habitude, te demanda : "Bien, rappelle moi ce que tu as retenu sur Akaheish." Sous le regard de ses collègues, ou tout simplement parce qu'elle était désormais en mission, son regard avait changé, il était devenu beaucoup plus tranchant, concentré, il avait perdu de ses accents doux et de sa chaleur. "Hum... C'est un groupe de nomades vénérant le soleil. Ils sont de très bons chasseurs et obtiennent des cuirs de bonne facture. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous nous infiltrons chez eux. Leur connaissance de la faune est également un atout qui intéresse le Spectre..." Tu récites de mémoire ce que t'a repété la jeune espionne. "Ils ont également un certain dégout pour le matérialisme..." Tu regardes tes vêtements avec mélancolie. "Ils vont vraiment nous noter tout ce que l'on aura sur nous ?" - "J'en ai bien peur... Mais je t'avais prévenu de ne pas prendre d'affaire auxquelles te tenais." - "Je sais bien... Je ne pensais simplement pas qu'ils iraient jusqu'à nous mettre à moitié nus..." Un sourire amusé adouci les traits de ton amie, et désormais supérieure hiérarchique. "Tiens, tu as peur de la nudité maintenant ?" Un regard complice lui répond,  car elle connaît parfaitement la réponse. Tu ne rechignes jamais à enlever tes vêtements, d'autant plus s'il peut y avoir quelque chose derrière. "Mais pas de ça ici. Nous ne sommes pas ici pour jouer les amants passionnés. Contente toi de faire ami-ami avec le petit peuple, apprend le plus de choses possibles à leur contact... Plus de connaissances tu acquièreras, plus le Spectre en ressortira fort..." Les choses sont dites : tu n'es pas ici en touriste, mais bien en tant qu'espion, ce n'est pas se temps de jouer mais bien celui d'être malin, intelligent, de savoir s'intégrer à une nouvelle communauté, pour enrichir votre savoir. Le vôtre, non pas le tient. Car tu n'es rien, tout juste une infime partie d'un grand tout, d'un cercle unis formant votre fratrie. Tu es dévoué à la cause, corps et âme.

Finalement, après une autre longue journée de marche sous le soleil, où vous avez du faire face à un nouveau prédateur,  vous avez fini par tomber sur les enfants du soleil. Ou plutôt, ce sont eux qui vous ont trouvés. Alors que vous affrontiez une bête dont tu ne connaissais rien, une nuée de flèche abattit le prédateur. Quelques secondes plus tard, un groupe d'hommes et de femmes apparurent. L'un d'eux portait un casque fait d'os. Un signe de haut fait, chez ce peuple aux étranges coutumes. L'un de tes compagnons de route, qui se faisait passer pour un marchand, en profita pour s'introduire. Il vous négocia auprès des adeptes de l'Astre, contre plusieurs cuirs de bonne qualité. La discussion ne fut pas longue. Le prix était correcte, deux nouvelles recrues d'un coup, cela semblait bien tomber. Comme prévu, vos deux camarades repartirent avec les peaux, tandis que vous restiez auprès des Akaheish.

Une fois ramenés à leur campement, on vous fit vous dévêtir, vous donnant de vieux haillons en échange de vos anciennes tenues. Un vieux T-shirt en coton, usé et troués en plusieurs endroits, cachait avec difficulté tes muscles saillants. Un vieux sac de toile où l'on avait percé deux trous et avec une corde pour l'attacher autour de tes hanches faisait office de pantalon. Puis l'on s'assura que tu n'avais plus sur toi aucun objet de ton ancienne vie. On vous dirigea ensuite vers une tente, sous laquelle une jeune femme à la peau basanée et à la chevelure d'or vous accueilli. "Tiens, des nouveaux ? Je suis Maya, enchantée. Je m'occupe de l'approvisionnement, c'est vers moi qu'il faudra venir si vous avez besoin de vous ravitailler... Mais puisque vous venez tout juste d'arriver, on va commencer par le commencement, n'est ce pas ?!" Elle se retourna et s'en alla, tel un tourbillon. Tu te retrouvais seul avec ta complice. Tu t'approches de quelques pas et te penchés près de son oreille. "C'est comme tu l'avais dis..." - "Bien évidemment. Je ne suis pas une espionne pour rien... La première chose à faire, dans ce métier, c'est de bien savoir se renseigner sur sa cible." Tu te recules en entendant la petite femme revenir. A peine as-tu retrouvé ta place et ton masque d'impassibilité qu'elle réapparaît de derrière son rideau de peau. "Voilà pour vous, mes mignons ! Une tante que vous devrez partager pour l'instant, et un arc chacun. Prenez-en bien soin, chérissez le comme s'il était votre bien le plus précieux car, dorénavant, c'est le cas ! On vous apprendra bientôt à vous en servir, à la fin de votre formation, vous serez de parfaits tireurs ! Je vous ai également mis quelques rations de nourriture..." Elle continue son inventaire et tu l'écoutes attentivement. "Bon, eh bien je vous verrais sans doute ce soir au feu de camp !"
1575 mots
Avantages:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t109-enfant-de-l-ombre-demetria-t
Demetria
avatar
♦ Messages ♦ : 147
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Susurre ta perfidie [Solo | Enoch] Jeu 9 Mar 2017 - 17:51


Une fois chargé de votre matériel, votre première tâche fut de monter votre propre tente. Ça ne fut pas une mince affaire. C'était la première fois qu'on te faisait faire un tel exercice, et tu devais avouer ne pas très bien t'en sortir. Tu n'abandonnas pas pour autant, continuant d'essayer de trouver comment ce tendait tel fil, à quel emplacement devait aller telle toile, et ainsi de suite. Heureusement, Anya était à tes côtés et son esprit logique et imparable vous sauva d'une ridiculisation publique. Grâce à elle, vous réussîtes à monter votre logis sans avoir à demander d'aide. La brune, peu satisfaite de ta prestation, se rapprocha de toi. "Tu abuses, Noah." Tu as du mal à te reconnaître sous ce nouveau nom d'emprun. Une nouvelle identité t'avait été fourni en même temps que la mission, et désormais,  tu devais oublier ton ancien nom et te faire à celui-ci. Tu ne laisses cependant rien paraître de ton malaise. "Nous sommes censé être des nomades,  monter une tente n'aurait pas dû te poser autant de soucis. Quand tu rentreras, il faudra me travailler ça !" La dernière phrase avait été chuchotée, encore plus basse que les autres, pour que seul toi puisses l'entendre. Un masque, un rôle,  plus qu'un simple nom, un personnage tout entier avait été façonné pour toi, et tu devais le jouer à la perfection, pour le bien de la mission. Mais ce n'était pas la réussite de cette infiltration qui t'inquiétait -peut être etait-ce de la vantardise mais tu te sentais suffisamment confiant pour passer inaperçu, tu devais simplement te faire à ton rôle-, non ce qui te mit vraiment mal à l'aise, fut le comportement de la jeune femme face à toi. Elle que tu pensais être une amie,  une confidente, elle t'apparaissait tout autrement, sous un nouveau jour ici... jouait-elle un rôle elle aussi, lorsque vous n'étiez que tous les deux ? Portait-elle un masque, feignait-elle cette complicité que vous partagiez ? Tant de questions sur la personnalités de cette femme, qui avait toujours su lire en toi, se bousculèrent dans ta tête que tu ne fit pas attention à la petite voix dans ton dos, qui te demandait de t'écarter de son chemin. C'est Anya, encore une fois, qui vint te sortir de ce mauvais pas, en te faisant bouger de force. La demoiselle tirait derrière elle un gros animal, dont tu ne connaissait rien, jusqu'à la tente que vous aviez quitté quelques instants auparavant. Tu fis mines de la suivre mais ta complice te retint par le bras. "Ou crois-tu aller comme ça ?" - "Elle a ramené un cadavre... Ils vont sûrement en faire un cuir. Je veux voir comment ils procèdent. C'est pour ça que l'on est ici, n'est ce pas ?" - "Faut-il vraiment que je t'apprenne tout ?" Elle soupire et passe une main dans ses longs cheveux, puis te fait entrer de force dans votre tente. "Tu es encore un étranger, tu viens seulement d'arriver... Les gens vont se douter de quelque chose si tu vas directement observer leurs techniques -en imaginant d'abord qu'ils te laissent être spectateur, ce qui est loin d'être sûr. Avant d'essayer de comprendre leurs techniques, il faut s'approprier leurs habitudes, leur coutumes, devenir un membre à part entière de leur société. Une fois que tu auras gagné leur confiance, qu'ils te penseront acquis... là, tu pourras commencer ce pourquoi Spectre nous a envoyé. Mais pour le moment, contente toi d'observer de loin... Et ne soit pas trop coopératif non plus, cela éveillerait les soupçons. Il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas censé avoir les mêmes opinions ni croyance qu'eux... Ils doivent voir un changement dans ta personnalité... Mais pour le moment, n'oublis pas que l'on t'observe. Tu n'y as pas prêté attention mais l'on nous surveille déjà." Tes yeux sont agrandis sous les conseils de ton amie. Il est vrai que malgré son jeune âge, elle a déjà beaucoup de connaissance et d'expérience. Beaucoup plus d'années pratiques que toi. Toi qui n'étudiais que la théorie, dans ta grotte, bien loin de te douter de la complexité de ce quI t'attendrait sur le terrain. Tu es heureux de faire cette première mission aux côtés d'une connaissance, mais en même temps, la peur de la decevoir est encore plus grande.

Anya sourit tendrement, comme tu en as l'habitude. Tes craintes étaient-elles sans fondement ? Était-ce simplement de la paranoïa ? Après tout, vous n'avez jamais été seul depuis votre départ,  normal qu'elle n'ait pas baissé la garde et montré son vrai visage, ce visage que tu connais. "Désolée, j'ai été stricte, ces jours-ci... Et je le serai sans doute encore, mais je ne peux pas te laisser rater la mission... Les enjeux sont importants. Et puis, je suis également ta supérieure, je dois te former. Tu n'es pas ici pour t'amuser, après tout..." Pourtant la jeune femme se rapproche de toi, jusqu'a s'asseoir sur tes genoux et se blottir contre toi. "C'était difficile, de parler avec toi comme ça, sans oser me détendre..." Anya tenait à sa réputation de femme inaccessible et froide, tu le savais, mais son comportement distant t'avait malgré tout affecté. "Bien, admirons ces merveilles..." Elle se pencha et attrapa l'un de vos deux arcs. Ils étaient tous deux identiques, à la décoration près. De très bonne manufacture, ils étaient taillés dans un bois souple et clair, dont tu te demandais la provenance. A part quelques plantes, tu n'avais pas aperçu d'autre végétation que l'herbe à perte de vue, aucun arbre à l'horizon. Peut être le récupéraient-ils grâce au troc ? Tu pris à ton tour l'arme entre tes mains, et l'approcha de ton visage pour mieux admirer les dessins graver dans le bois. Mélanges enchevêtrés d'arabesques, les motifs semblaient dessiner un soleil et les rayons s'en échappant, venant bercer les hommes et les plantes de sa chaleur bienfaitrice... Tu pouvais tout à fait imaginer l'histoire que l'artiste avait voulu retranscrire derrière ces lignes fluides. Les deux vôtres étaient fins et légers,  mais tu avais aperçu en traversant le village que d'autres possédaient des arcs bien plus massifs. Les ornementations sur ceux-ci devaient être encore plus minutieuse, et glorifier davantage le soleil...  Même si tu ne comprenais pas leur culte, tu ne pouvais, en tant que fils d'artisans, rester insensible au travail derrière cette arme. Vous passez le restant de l'apres-midi dans votre tente, à observer l'arc et à discuter, puis à faire la sieste en ce qui te concernais.

Lorsque la nuit tomba, on vint vous chercher et vous convia au rassemblement du soir, un immense feu de camp autour duquel s'était rassemblé tout le culte, au grand complet. On vous fit vous asseoir sur des bûches, près de la flambée. Tu regardes autour de toi, curieux d'en apprendre plus sur ces étrangers. Tous semblent impatients. Tu captes également des regards intrigués posés sur vous. Sans doute ne vous reconnaissent-ils pas. Tu attends patiamment, n'osant adresser la parole à ta complice, de peur de te faire à nouveau réprimander. Finalement, le silence se fait alors qu'arrive une jeune femme. Ses yeux te frappent dès l'instant où tu poses les yeux dessus. D'un blancs laiteux, comme s'ils étaient recouverts d'une fine pellicule opaque, ils semblent pourtant bien te voir lorsqu'ils se posent sur toi. Malgré le sourire rassurant qu'affiche leur propriétaire, tu ne peux retenir le frisson qui te secoue. L'inconnue s'avance jusqu'au devant des flammes et lève ses deux mains vers le ciel. "Mes frères, mes soeurs... Nous voilà à nouveau réuni pour célébrer un nouveau cycle... Comme chaque nuit, nous prirons la lune pour qu'elle laisse revenir à notre réveil l'Astre Divin. Mais avant cela, j'aimerais accueillir avec vous deux nouveaux fidèles..." Elle tend une main dans votre direction, vous désignant vaguement. Tous les regards se tournent, dans un seul mouvement, vers vous. Un silence gêné s'installe, tandis que tous semblent attendre quelque chose de votre part. "Qu'est ce que vous attendez pour voue présenter ?" Tu reconnais la voix enjouée de Maya. Tu commences à te lever, pour que tous puissent te voir correctement, mais Anya est plus rapide que toi. "Je m'appelle Suzanne, et voici Noah, mon frère... Nous sommes enfants de marchands nomades et nous voyagions avec notre père, un riche marchand... Jusqu'à ce que des mercenaires nous arrachent à notre famille et nous revendent à votre étrange culte... Alors détrompez vous, nous ne sommes pas des fidèles !" Cette déclaration provoqua de multiples réactions, agitant la foule. Certains, outrés, proposèrent de lui couper la langue. D'autres, plus raisonnables, se contentèrent de messes basses. D'autres encore semblèrent abasourdis ou même amusés... Dans ton cas, tu préféras te réfugier derrière un masque d'indifférence, ne sachant comment réagir. C'était donc cela, qu'elle voulait dire par ne pas être trop coopératif ? N'y allait-elle pas un peu fort ? Rejeter haut et fort le culte d'une secte, juste sous le nez de ses partisans... c'était à la limite de suicide. Que ferais-tu si quelqu'un la tuait dans son sommeil ? Devrais-tu continuer la mission ? Tes pensées reviennent au moment présent lorsque tu aperçois la jeune aveugle s'approcher de vous. Deux hommes la suivent de près, ils ont sur la tête des coiffes faites en os. Pourtant, ce ne sont pas eux qui t'impressionnent le plus, malgré leurs visages sévères et les arcs qu'ils tiennent dans leurs mains...

A ta grande surprise, la jeune femme vous tends les mains. Tu hésites un instant puis te lèves, et lui donnes la tienne. Sa paume est fraîche et douce. Ta complice fait semblant d'hésiter puis t'imite. "Je comprends votre peine, et j'imagine la douleur que vous devez ressentir après avoir été arrachés aux vôtres... Mais désormais, c'est nous qui formerons votre famille... Vous n'êtes que tous les deux et vous ne parviendrez pas à survivre longtemps sur ces terres, seuls et sans montures..." Elle marque une pause et vous souris. "Je sais également que nos croyances peuvent vous sembler étranges, d'autres avant vous se sont montrés réticents. Mais vous comprendrez, quand il sera l'heure. Lorsque vous apparaîtra le vrai éclat du soleil..." Sa voix est douce, apaisante,  et ses paroles semblent te relaxer. Pendant un instant, tu n'es plus Enoch, enfant du spectre, mais Noah, nouveau fidèle près à croire les paroles de cette étrange créature qui te fais face... La jeune femme vous relâche et brise le charme qui s'opérait sur toi. Pendant un instant, tu restes pantois, ne pouvant la quitter des yeux, avant de te ressaisir.

"Bien maintenant... Nous pouvons prier ! Prier pour que la Lune demain s'en aille !" Ces paroles signent un nouveau tumulte dans la foule. Tous commencent alors à faire... n'importe quoi... Chacun semble avoir sa façon propre de prier. Certains s'agenouillent ou se prosterner devant les flames, et commencent à psalmodier des paroles inintelligibles. D'autres se mettent à gesticuler autour du feu sans que tu ne comprennes exactement à quoi rime cette étrange danse. Tous semblent en transe. Maya arrive dans ton dos et te prend les mains à son tour. "Prie avec moi !" Alors, glissant un regard de biais vers ta partenaire, tu te laisses entraîner dans la ronde, priant à ton tour pour qu'un nouveau jour se lève.
1872 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t109-enfant-de-l-ombre-demetria-t
Demetria
avatar
♦ Messages ♦ : 147
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Susurre ta perfidie [Solo | Enoch] Sam 11 Mar 2017 - 23:35


Tu tires la corde jusqu'à ton visage. Tu prends quelques secondes pour viser, puis lâches la flèche qui fend l'air en sifflant. Concentré, tu ne la quitte pas du regard, suivant sa trajectoire. Pendant un instant, tu crois qu'elle va se loger dans ta cible. Mais elle passe une dizaine de centimètres à côté du mannequin en paille, et va se planter dans le sol, derrière la silhouette. Tu soupires une fois de plus, et cherches une autre flèche dans ton dos. Tu trouves ton carquois vide. "Tu as utilisé toutes tes flèches, et pourtant, aucune n'a trouvé sa cible..." La voix moqueuse de ton instructrice te fais te tourner vers elle. "C'est que... je n'ai jamais eu à tirer à l'arc." - "Comment faisiez-vous pour vous défendre de la faune, lorsque tu faisais encore partie de ce groupe de marchands itinérants ?" - "Nous utilisions d'autres armes..." Elle ne réponds rien, se contentant de hausser les épaules. Tu l'observes en retour. Lucy n'est pas bien grande, elle ne t'arrive même pas aux épaules. Menue, on peine à croire qu'elle soit musclée, et pourtant, tu l'as déjà vu mettre à terre un homme deux fois plus large que toi, qui essayais de lui chercher des noises. Mieux vallait ne pas l'embêter, et rester dans ses bonnes grâces. "Ne vas pas les récupérer tout de suite, d'autres sont encore en train de tirer." A la place, elle te donne un nouveau carquois, plein. Sans doute le sien. Tu la remercies et le pose à terre. Tu armes ton arc, le bande, vise... "Maintient ta position." Tu restes immobile, tandis que ton enseignante commence à te tourner autour, scrutant ta position avec une moue peu convaincue. Puis elle se rapproche de toi. Plaquant ses mains sur ton torse, elle te force à te remettre plus droit, lève ton bras droit, replace ici et là les membres qui ne sont pas correctement positionnés. "Maintenant, tire." Tu t'exécutes, lâchant la flèche. Comme pour la précédente, tu la suis des yeux, plein d'espoir. Cette fois, elle parvient à se ficher dans le bras en herbe sèche. Fière, tu te retournes vers la jeune femme, qui arbore un sourire satisfait. "Bien maintenant, recommence. Seul." Ecoutant ta surveillante, tu prends une autre flèche et continue ton entrainement.

Depuis trois semaines déjà que tu avais infiltré cette étrange communauté, et tu ne parvenais toujours pas à maîtriser correctement l'arme qu'ils t'avaient donné. Anya, elle, n'avait eu aucun problème pour s'adapter à l'arme. Au bout d'une quinzaine de jours, on lui avait proposé de participer à une chasse. Mais toi, malgré tout tes efforts, tu peinait à maitriser ton arc. Tu étais obligé de rester avec les enfants qui apprenaient peu à peu à se servir, eux aussi, de leurs arcs. Certains se débrouillaient déjà mieux que toi. C'est que tu n'étais pas habitué à ce genre d'outils... Tu avais plus l'habitude des petits couteaux que tu glissais dans ta botte ou tes manches, ou alors ta bonne vieille épée. Mais ici, tu n'avais pas voulu courir le risque de te les faire confisquer. Ces idiots auraient sans doute eu la bonne idée de les troquer en échange de quelque chose d'autre. Ce n'était pas une si mauvaise chose, en soit. Tu pouvais ainsi te perfectionner dans une autre maîtrise. Ca ne faisait jamais de mal. Pourtant, cet entrainement fastidieux te demandait beaucoup d'effort. Tes doigts, peu habitués, finissaient parfois en sang. Et chaque soir, lorsque tu rentrais, tu ne faisais jamais long feu : à peine ton repas avalé, tu tombais de sommeil. Le reste de tes journées consistait principalement à t'occuper des corvées tandis qu'Anya partait chasser avec les autres membres d'Akaheish pendant la matinée, t'entrainer tout l'après midi, puis aller prier, avant de rentrer à la tente... Peu à peu, vous aviez fini par vous intégrer. N'ayant pas réellement le choix, vous aviez fini par croire en ce dieu solaire. Ou tout du moins, les personnages que vous jouiez commencèrent à y croire.  

"Bien, je pense que tu t'es assez entrainé pour aujourd'hui." En effet, tu avais vidé deux autres carquois. Toutes les flèches n'étaient pas parvenu à toucher le mannequin, mais puisque Lucy t'avait encadré avec plus d'attention que d'habitude, tu avais touché beaucoup plus de fois que tu ne l'aurais fait seul. "Vas ramasser tes flèches, les autres ont déjà commencé à rentrer." La brune se retourna et commença elle aussi à retourner au camp, mais tu l'attrapas par le bras. "Attends ! Je... Je me demandais... Pourquoi t'es tu autant occupé de moi, aujourd'hui ?" Un sourire embarrassé se dessina sur tes lèvres, tandis que tu relâchais ta prise. Les yeux bleus et froids de ton entraineuse se posèrent sur toi. Elle te toisa sans dire un mot, puis, sans crier gare, s'approcha de toi. Elle passa une main douce sur ton visage. Le sien, d'habitude sévère et distant, sembla se fissurer et laissa passer une certaine fragilité. "Tu me rappelles étrangement quelqu'un..." Ses mots avaient été murmurés, d'une voix tremblante. Ses yeux, rivés aux tiens, semblèrent se remplir de larmes. "Je veux simplement éviter que tu te fasses tuer, toi aussi..." Puis elle fit à nouveau demi-tour, se dirigeant vers les habitations. Tu n'essayas pas de la retenir, te contentant de la regarder. Tu ne pu retenir un sourire. Cete faille, cette faiblesse que tu avais aperçu en elle... Il s'agissait peut être de ta meilleure chance d'avoir de bons renseignements. Si tu parvenais à comprendre de qui elle avait parlé, tu pourrais essayer de te rapprocher d'elle... Tu te hâtas de ramasser les flèches éparpillées sur le champ d'entrainement.

Les jours qui suivirent, Lucy t'ignora superbement. Malgré tes essais pour lui parler et te rapprocher d'elle, tu te heurtas à un mur. Elle ne t'adressais la parole que pour te donner des conseils sur ta posture, lors de tes entrainements. Et lorsque tu essayas de lui faire la conversation lors des flambées nocturnes, elle ne t'écouta même pas. Comme si ce moment de faiblesse n'avait été qu'une illusion. Déconcerté, tu essayas d'en parler à ta complice, pour qu'elle te donne des conseils sur la marche à suivre. "Eh bien... C'est étonnant qu'elle se soit montré à toi sous ce jour, elle qui semble si solide le reste du temps. Peut être qu'elle a tout simplement honte et qu'elle t'évite pour ne pas avoir à s'expliquer. Mais ne lâche pas l'affaire. Tu as raison de t'accrocher, il s'agit de ta meilleure piste pour monter dans la hiérarchie, et avoir de meilleurs tâches que les corvées. Essayes de faire une petite enquête, de discuter avec les autres fidèles. Tu découvriras peut-être qui était cette personne à qui tu ressembles tant, et tu aviseras en fonction de ce que tu auras appris."

Plus facile à dire qu'à faire. Ton physique avantageux t'ouvrais nécessairement des portes, principalement avec les jeunes femmes de ton âge. Tu essayas d'en jouer, pour en apprendre plus sur ton entraineuse, mais celle-ci ne semblait pas faire l'unanimité au sein de ses paires. Dès que tu posais des questions à son sujet, on te répondait vaguement, d'un air sombre. En l'observant à distance, tu t'aperçu qu'elle côtoyait plus volontiers des hommes que des femmes. Tu tentas donc ta chance vers ses amis mais ceux-ci se montrèrent réticent à divulguer des informations à un étranger. Quoi qu'il en soit, au bout de quelques jours à chercher des informations auprès des uns et des autres, tu finis par trouver une précieuse mine d'information. Maya, qui semblait connaître tout sur tout le monde, se montra étonnamment généreuse et la langue bien pendue au sujet de ta cible, en échange de tes propres secrets. Ces discutions te permirent d'en apprendre davantage sur cette étrange guerrière, et à mieux comprendre pourquoi les femmes semblaient réticentes à te parler d'elle. Comme toi, Lucy était autrefois une étrangère. Très rapidement, elle se serait rapproché d'un homme, qui attirait beaucoup de convoitise. Mais, lors d'une sortie de chasse, ils se seraient retrouvés séparés du reste du groupe... Lucy aurait été la seule survivante...

S'il s'agissait bel et bien de cet homme, à qui tu semblais ressembler, alors tu pouvais espérer te rapprocher de la jeune femme de façon beaucoup plus poussée que ce que tu avais imaginé. En revanche, le plus difficile, à savoir trouvé le moyen de renouer le contact avec elle, de retrouver ce moment sensible qui vous avait uni le temps de quelques secondes, restait encore à faire.

1502 mots



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t109-enfant-de-l-ombre-demetria-t
 
Susurre ta perfidie [Solo | Enoch]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Les Steppes d'Elysium-
Sauter vers: