Partagez | 
 

 La Chasse aux Sorcières [Caïn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 463
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Mar 7 Mar - 23:48

- Madame ! Laissez-moi vous aider ! S'écria un jeune homme à l'adresse d'une femme à l'âge visiblement avancé.

- Merci bien jeune homme. Tu es le fils de Barak et de Dévora Sodélé ?

La vieille dame sourit et posa son panier chargé de nourriture sur le sol. Gamaliel le récupéra, le prit par les anses et se mit à suivre à la personne au travers de la foule présente dans le Hall Des Artisans et répondit à la question posée.

- C'est tout à fait exact madame. Vous m'avez peut-être vu dans leur atelier ?

- Oui, je me rends souvent là-bas pour des vêtements chauds. Je trouve que ta mère coud très bien.

- Et bien, c'est gentil de votre part, je lui dirais dès que j'en n'aurai l'occasion.

Ils arrivèrent quelques minutes plus tard à la maison où habitait la dame qu'était en train d'aider Gamaliel. La porte de sa maison, était en bois marron sombre jugée sur des gonds en fer. Les gonds étant eux-mêmes d'une quelconque manière, raccordés à la pierre de la montagne. Une chose L'intérieur était tout à fait normal, sans décoration particulière, une odeur de forte piqua le nez du Simulacre. Apparemment, l'odeur n'était pas inconnue à la vieille dame, mais elle avait l'air étonné de sa présence car elle déclara.

- Et mince …  Jean !

La voix se voulait autoritaire et la réponse ne fit pas attendre très longtemps.

- Oui mamie ?

Un jeune garçon arriva bien vite. Ce dernier semblait penaud et désolé comme s'il avait commis une faute grave. Il regarda ses souliers et Gamaliel, ainsi que la fameuse grand-mère, remarquèrent que le pantalon du petit était trempé. Avec un soupir, la vieille dame s'avança, prit le menton du jeune garçon avec ses doigts et demanda à son petit-fils.

- Tu as fais quoi encore ?

- J'ai peut-être renversé … accidentellement bien sûr, ton médicament en jouant au ballon ?

La grand-mère se dirigea vers la cuisine, toujours suivi de Gamaliel et de son panier chargé de nourriture. L'odeur était infect et si avant elle ne faisait que titiller son nez, là il s'agissait presque d'une intoxication. Posant le panier dans le couloir et prenant une serpillière sur demande de la dame, Gamaliel nettoya le médicament répondu sur le sol et entendit la grand-mère qui ordonnait à son petit-fils d'aller chercher un nouveau flacon, non sans auparavant, avertir ses parents de la bêtise qu'il avait fait. Par curiosité, il demanda à la femme pour qu'elle raison elle prenait un tel médicament. De ce qu'il avait compris, c'était pour son dos, quelque chose comme ça, pour ses os. Elle lui raconta qu'il y a plusieurs années, elle avait tenté de trouver une autre solution plus définitive. Elle s'était donc rendu au-dehors de l'Alcôve des Spectres, dans les Steppes d'Elysium, car elle avait entendu des rumeurs sur une soit-disante sorcière ou guérisseuse qui serait capable de soigner toutes les maladies. Et donc, elle s'était mise en quête de la retrouver pour qu'elle puisse la soigner, mais elle ne la retrouva jamais. Dépitée, elle était retournée à sa vie normal de Spectre. Mais dans les semaines qui suivirent sa déception, elle se mit à entendre des échos d'une femme habillée avec des tenues extravagantes, entouré la plupart du temps de volutes fumées apparaissant soudainement.

Quelques heures plus tard, Gamaliel était couchée sur son lit. Que devait-il faire ? Les yeux levaient vers le plafond, les bras croisés sur le derrière de sa tête en guise d'oreiller. Son regard bloquait sur la pierre et il pensait. Il pensait à ce qu'il allait faire, devait-il se rendre jusque dans les plaines qui se trouvaient en Eden ? Après tout il ne souffrait d'aucun mot particulier, que ce soit physique ou même mental. Mais c'était quand même très mystérieux. Il passa le reste de la journée à réfléchir et ce n'est que le soir même, qu'il prit sa décision. Cela aller être une première pour lui, car jamais il était sorti très loin de l'Alcôve, de temps à autres, il sortait avec un groupe simulacre comme lui et ils étaient escortés de spectres plus “débrouillard”, de plus expérimentés. Mais là, il allait partir seul et plus loin que les limites du territoire de la montagne. Gamaliel devait se préparer en conséquence, il prit un petit sac de voyage qu'il remplit de vêtements légers et de quelques bouts de nourriture nécessaire pour l'aller et le retour, ô rien de très consistant, du pain et du fromage.

Il se réveilla le lendemain matin et il entreprit de finir de se préparer. Après avoir ceinturé son Cimeterre et avoir vérifié si le stylet de manche fonctionnait bien. Il sortit de chez lui avec ses affaires et se dirigea vers la sortie de l’Alcôve.
Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Caïn
avatar
♦ Messages ♦ : 143
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Mar 14 Mar - 10:19

Inventaire de mission:
 


Quelle terrible sensation que l’ennui. J’aurai dû m’entraîner, me réjouir, lire éventuellement, me renseigner, comprendre, apprendre, mais là je m’ennuyais. J’étais assis sur les escaliers qui menaient à l’Alcôve depuis environ une heure maintenant. Je jouais avec la lame de mon poignard et derrière la porte qui nous séparait du monde. J’entendais la pluie qui battait dehors. Elle n’avait cessé d’augmenter depuis que j’étais installé ici. Je n’avais entendu ni vu personne entrer ou sortir. Le bruit répété de la pluie acide contre la barrière rocheuse m’avait emmené avec lui dans une sorte de plénitude. Malgré mon ennui, je me sentais faire un avec la roche. Que se passerait-il le jour où les pluies acides seraient plus acides et plus conséquentes, qu’elles formeraient ponctuellement des tornades, que les océans rongeraient la terre ? Ce jour-là nous devrons être un. La Nature mettait tant d’énergies à nous tuer que certains jours, il aurait été agréable de ne pas devoir gérer les imbécilités des habitants du monde.

Je fermai ma main sur le manche de ma lame qui venait de faire deux tours en l’air et je sentis un élancement brutal sur mon index droit. Quelle idée de jouer avec une lame affutée aussi. Je rentrai rapidement chez moi pour me faire un bandage léger après avoir épongé le sang avec un tissu que je devais laver lorsque j’aurai le temps de le faire – l’envie de le faire plutôt, le temps, j’en avais à foison, surtout aujourd’hui – et je passai par le hall des artisans. Je ne tins pas plus de quelques minutes à l’intérieur, l’agitation m’agaçait. Tout m’agaçait, je n’allais pas avancer.

J’allais me rasseoir à côté de l’entrée et je me laissai à nouveau bercer par le son de la pluie. Je fermai à demi les yeux et je laissai mon esprit s’en aller. Que faisaient les fils d’Ohibaan ? Etaient-ils en train de découvrir notre Alcôve ? De prévoir une attaque contre Tadryon ou contre nous ? La première et la dernière option étaient peu probables, ils ne connaissaient pas notre existence et ceux qui la connaissaient avaient rejoints nos rangs, jurés de garder le secret ou été forcé de le garder de manière radicale. Et le Gouverneur alors ? Que faisait-il ? Prévoyait-il de massacrer des gens afin d’avoir des ressources ? De percer les secrets les mieux gardés du monde ? A nouveau, impossible pour la dernière option. Le secret le mieux gardé du monde, c’était nous, un simple Spectre. Futiles élucubrations politiques, ça ne m’aide pas avancer, pensais-je. Comment faisaient-ils pour garder secrète la plus grande puissance de l’ombre du monde connu ? Je les admirais. J’avais tenté de garder un secret un jour, j’avais trouvé quelque chose par terre, un bijou en forme de larme qui était accroché à une chaîne et se mettait au cou. Je l’avais mis en sachant pertinemment qu’il appartenait à une autre jeune personne du Cercle de Pierres et j’étais rentré chez moi, content. Mon père m’avait demandé d’où venait le pendentif, je lui avais répondu, il m’avait demandé si je savais à qui il appartenait, je lui avais répondu, il m’a délicatement pris le collier, l’a posé dans sa main qui semblait trop grande pour la préciosité de l’objet, l’a faite coulisser dans ma main d’enfant et m’a demandé  avec tendresse et fermeté de la ramener, car elle n’était pas à moi et que le monde était assez pourri pour que le Spctre n’y contribue pas.

Je souris à cette idée et un bruit de pas venant dans ma direction me sortit de mes rêveries. Des pas, un Frère, cheveux noirs, ni courts, ni longs, démarche ni lente, ni rapide, simplement vêtu, vêtu pour sortir, il était la pièce qui allait changer le cours des journées à venir. Je courrai dans ma chambre, pris mon sac à la volée avec ce qu’il me restait de nourriture à côté de mon lit, enfilai des habits de voyages simples afin de ne pas me faire ronger complètement par la pluie et rejoignis la sortie.
La porte venait de se fermer, je sortis et le vis en train de partir d’un bon pas.


- Mon Frère ! Je te rejoins ! Si ta mission n’est pas confidentielle et que tu veux bien partager cette sortie avec moi, j’ai envie de mouvements !

Je courus pour remonter à son niveau.


Merci Adam pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t121-cain-termine
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 463
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Sam 18 Mar - 3:20

Gamaliel se dirigeait donc de bons pas vers les Steppes d’Elysium, mais avant cela, il devait d’abord se rendre à l’extérieur de l’Alcôve du Spectre et traverser la montagne. A vrai dire il voulait surtout gagner de l’expérience, savoir ce qu’il valait en-dehors de l'Alcôve. Voir si ses années d'entraînement pouvaient lui permettre d'affronter le monde extérieur et puis à quoi ça sert d’avoir des acquis si ce n’est pour ne pas les utiliser ? Gamaliel pensait aussi à cette histoire de sorcières, il ne croyait pas au conte de fée et au légende. Même si l’organisation Spectre peut-être considéré comme une fable de la part des Tadryons ou bien des Fils d’Ohibaan. Il s’imaginait les mères de familles racontant à leur bambins colérique, que le Spectre viendrait le cherchait tôt ou tard si il ne redevenait pas sage rapidement. Mais pour ce qui était de cette sois-disante sorcière, Gamaliel pensait qu’il s’agissait d’une personne normale qui l’art de la mise en scène, rien de plus.

Il était bientôt à la sortie quand il fut arraché à ses pensées. Quelqu’un l’avait rattrapé en courant derrière lui et l’interpellé. Il n’était pas vraiment surpris, mine de rien, beaucoup de personnes sortait de l'Alcôve, surtout les Songes et les Essences mais aussi les personnes chargés de ravitailler les Spectres en nourriture et autres besoins. Étant la seule personne présente, Gamaliel se retourna vers l’autre personne qui en n’avait apparement après lui. Ce qui était le plus surprenant dans cet étrange personnage c’était sa taille, il était maigrichon et le simulacre pensait presque que ce dernier avait des problèmes de santé. Une autre chose qu’il remarqua était la couleur de la chevelure de l’homme, une couleur rouge. Puis les mots arrivèrent jusque dans le cerveau de Gamaliel.

- Euh salut ! Je m’appelles Gamaliel mais tu peux dire Gama. Et pour répondre à ta question : ma mission n’est pas une mission enfaite. Je n’ai pas de missions à vrai dire. Je pars à la chasse au sorcière. Donc si ça se trouve, on ne trouvera rien et on risque d’avoir des problèmes.

Il laissa quelque seconde à l’homme pour qu’il puisse traiter les informations qu’il avait donné. Gamaliel de son côté, essayé de chercher si il avait déjà vu cet homme mais bizarrement non. Après mine de rien, la montagne pouvait être comparée à une fourmilière sur certains aspects. De mémoire, il avait eu la connaissance d’un nombre sur la population de Spectre, environ huit-cents personnes. Après le plus gros de la population était dans le Mont Haran, une minorité était dispersée un peu partout en infiltration. Donc peut-être qu’il l’avait déjà vu mais qu’il n’avait pas particulièrement marqué son esprit.

- Mais sinon, oui tu peux venir. Mais je vois que tu es déjà préparé pour une sortie ? Tu avais prévu d’aller quelque part toi aussi ?

Alors que le nouveau duo arrivait à proximité à la sortie de l'Alcôve, Gamaliel entendait un bruit sourd dehors. De la pluie tombait du ciel mais pas suffisamment pour leur causait le moindre dommage. Gamaliel mit sa capuche et regarda si son cimeterre était bien dans son fourreau. Il voulait s’assurer que tout ce qui était de métal ne soit pas à découvert de la pluie d’acide. Avoir ses propres armes avaient déjà été difficile pour lui, la plupart des économies y étaient passées.

- Au faite ? Je parle beaucoup, mais comment tu t’appelles ?


Mots : 562
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Caïn
avatar
♦ Messages ♦ : 143
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Jeu 23 Mar - 14:25

- Avoir des problèmes ? Ça fera quelque chose à régler.

Je fis sortir plusieurs fois mon stylet de son fourreau dans ma manche pour le tester. Le bruit du métal qui sort était pur, cristallin, ça n’avait sûrement rien à voir avec le bruit du métal qui s’enfonce, on me l’avait décrit comme sombre et animal. Je m’étirai en sautillant plusieurs fois. Je me couvrai la tête. Ma chevelure était contenue sous un capuchon léger qui était plus ou moins renforcé de bouts de cuirs que j’avais pu glâner. La base restant en tissu, il commençait à être rongé par mes quelque sorties, même brèves, par temps de pluie. Cette dernière était fine, pas dangereuse et ne demandait que quelques précautions de base pour éviter que nos armes ne soient atteintes – d’où l’intérêt de ne se battre qu’avec des armes de poing. J’étais prêt.


Evidemment qu’avoir des problèmes était attrayants, même si le mot me semblait mal choisi, c’était tout ce que je recherchais, aller s’occuper du ravitaillement de l’Alcôve m’aurait même suffi, mais ce que Gamaliel me vendit était encore plus attrayant.

- La chasse aux sorcières ? Qu’est-ce que tu entends par là ?


Oui, je ne savais pas trop ce que j’allais faire dehors avec lui, surtout que son explication était peu claire, mais il ne me faisait rien risquer, c’était un Frère et à ce titre il bénéficiait de toute ma confiance. Si je devais découvrir que c’était un Iscariote, les choses s’envenimeraient rapidement, assez rapidement pour que je le ramène simplement à l’Alcôve, laissant Spectre s’en occuper.

Alors que nous prenions la route, je tentais de passer en revue les visages que j’avais croisé dans l’Alcôve. J’en mémorisais le plus possible, afin de pouvoir reocnnaître les infiltrés sans problèmes, de pouvoir distinguer ceux qui leur ressemblent et qui tenteraient de nous duper, afin d’être une source d’information aussi grande que possible. Ses traits m’évoquaient un visage que j’avais déjà croisé, il y a quelques mois. Peut-être dans la Chambre, peut-être simplement dans le Hall. Dans les faits, ça n’avait pas une grande importance.


- Non, je m’ennuyais. Quand je t’ai vu sortir, je suis allé m’équiper rapidement.

Nous arrivâmes sur l’extérieur. Le temps était gris, verdâtre et le seul son alentour était celui de la pluie qui venait titiller le sol. Supériorité évidente du Mont depuis des années. Victoire. Peu de ma peau était apparente, mes armes étaient comme à leur habitude cachée et dormaient d’une oreille dans leurs lits, prêtes à être appelées. Je le suivis alors qu’il se mit à avancer.

- Caïn.

Un temps.

- Je veux pas douter de toi, mais du coup : Tu sais où on va ?


Les Steppes semblaient s’étendre à perte de vue en amont, de là on ne distinguait pas grand chose, je ne savais d’ailleurs pas encore où était cette sorcière et si notre chemin nous emmènerait aussi loin que vers l’Arbre qui dominait ces plaines. Jamais encore je n’étais allé si loin, j’avais vu l’océan, le mont et l’Alcôve, mais on m’avait parlé, beaucoup et longtemps, de la terrible beauté des Steppes. Au loin, un Acellu cherchait sa proie et s’éloignait. Le monde était souillé, il fallait le découvrir, l’explorer, le nettoyer. Qui était cette « sorcière » ? Je serrai et desserrai mes poings plusieurs fois, s’il fallait, je la tuerais.

560 mots




Merci Adam pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t121-cain-termine
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 463
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Mer 29 Mar - 21:12

- Une chasse à la voyante. Une chasse aux diseuse de bonnes aventures. C’est comme tu préfères. Je préfère dis sorcières, je trouve ça plus ...

A vrai dire, Gamaliel ne savait pas trop pourquoi il avait employé le mot : sorcière. Il lui semblait, dans ses plus anciens souvenirs d’enfance, que les sorcières étaient des personnages plus ou moins obscurs de très vieux contes. Puis il remarqua qu’il avait laissé sa phrase en suspens et que l’homme qui l’avait rejoint devait surement en attendre la fin.

- Je ne sais pas enfaîte. Mais je vais t’expliquer.

Pendant qu’il lui racontait, ce que la vieille femme lui avait elle-même racontait le jour d’avant, ils traversaient l’intérieur de la montagne pour aller affronter le climat capricieux qui régnait dehors. Gamaliel sourit quand il apprit que son nouveau coéquipier, lui aussi, s’ennuyait beaucoup trop. Il s’empressa de lui répondre joyeusement.

- Oh tu sais si je suis sortis c’est parce que j’ai besoin d’action moi aussi. Et que comme je te l’ai dis précédemment, cette vieille dame m’a raconté cette étrange histoire sur cette femme qui apparaît toujours entouré par de la brume et qui pourrait soit-disant, soigner tout mal qui affecteraient l’Homme. Il marqua un temps d'arrêt pour reprendre sa respiration. - Je dois t’avouer que malgré le fait que j’adore beaucoup Spectre, je ne supporte pas trop de rester dans notre perchoir. C’est pas que je n’aime pas mes confrères ou consœurs, mais j’ai envie de voir le monde extérieur, de l’explorer. Gamaliel s'arrêta de parler pendant une dizaine de secondes. - J’ai aussi envie que ces années d’expériences ne servent pas à rien.

Au fond de lui, Gamaliel espérait ne pas avoir effrayé son frère. Ce dernier justement lui donna un nom : Caïn. Nom qui lui était maintenant connu. Après vérifié ses armes lui aussi, il répondit à l'interrogation qu’on lui posa.

-Je ne sais absolument pas ou on doit aller. Comme je te l’ai dit, le seul indice que je connais est le seul que je t’ai donné : Les Steppes. On peut commencer par regarder les quelques ruines. Si un être humain vit ici, il ne peut vivre que là-bas

Silence.

- Aufaite ? Par simple curiosité : Essences ou Songes ?

Ils commencèrent le voyage au travers de la neige du Mont Haran et la fine pluie d’acide qui leur tombait dessus. De temps à autres, quand la pluie se faisait un peu trop forte, ils allaient se réfugier à l’abri de falaises ou de petites grottes. Puis la fin de leur voyage se passa rapidement, par chance, ils arrivèrent intact à la limite du Mont Haran et ils purent contempler l’endroit. Un endroit qui le fit d’ailleur, frémir : Le contrast entre le blanc de la neige et le vert des plaines était étrange et bizarre. Le vent faisait onduler les herbes et cela lui donner l’illusion qu’il avait en face de lui, un océan d’un tout autre genre.

La pluie avait cessé depuis un moment et Gamaliel en profita pour retirer la capuche qu’il avait sur la tête. Il dégaina son cimeterre, ce n’est pas parce que l’endroit paraissait calme, qu’il fallait ne pas rester sur ses gardes. Il regarda Caïn, ce dernier était alerte et sérieux, une bonne personne avec qui faire excursion, pas du genre à faire n’importe quoi. Gamaliel reporta son regard droit devant lui, respira un bon coup lança à son camarade.

-Prêt partenaire ?



mots : 561
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Caïn
avatar
♦ Messages ♦ : 143
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Lun 29 Mai - 14:04

Un compagnon d’ennui. C’était une chose nécessaire que de comprendre l’intérêt du temps qui passait, l’intérêt de rester confiné dans l’Alcôve et de cultiver une communauté autarcique. Il fallait préserver les plus jeunes de l’horreur du monde et la distiller de manière intelligente. Est-ce que cela se rapprochait d’un contrôle des pensées ? Peut-être. Etais-je forgé par Spectre ? Peut-être, mais peut-être aussi étaient-ce les moyens qui se justifiaient par la fin. Des entités qui dépassaient les songes et les essences que je côtoyais prenaient des décisions, je les exécutais. Bras. Armé. Alors pourquoi m’ennuyais-je ? Pourquoi s’ennuyait-il ?

Le trajet se passa sans heurt et sans grande conversation. Je mis plusieurs dizaines de minutes à réfléchir à la réponse que j’allais lui donner concernant sa « simple curiosité ». Je ne réfléchis pas exactement à la teneur de ma réponse, mais à sa présence. Chaque pas m’amenait à penser qu’il était préférable que peu de gens sachent dans quel corps je me dirigeais. C’était extrêmement clair pour moi et pour ceux qui me connaissait vraiment, mais si ce Gamaliel était infiltré et que je n’arrivais pas à le tuer avant qu’il ne s’enfuie, alors il ne devait rien savoir. Comme tous mes autres Frères et toutes mes autres Sœurs. Quelle vie ennuyante que celle du secret ; mais quelle vie dangereuse que celle de la révélation.


- …

J’avais déjà pris ma respiration. Ne pas hésiter, ne rien laisser transparaitre, ne pas le considérer comme un ennemi, mais comme un Frère que l’on ignore. Traitement radicalement différent. Possibilité de jeu d’esprit plus fin, danger moins élevé. Fin du moment de réflexion autorisé par les conventions sociales en présence ici.

- Songe. Essence. Songe. Essence. Au final, ce qu’ils voudront de moi.

Peut-être cette réflexion avait semblé inutile, mais elle était un exercice mental nécessaire. La seule base valable de la vivacité d’esprit était l’entraînement, il aurait fallu que tous les gens qui oeuvraient pour le bien en secret pussent raisonner cent, peut-être milles fois plus vite que moi pour avoir toujours autant de coups d’avance. Combien de déplacements étaient calculés dans la partie que livrait le Phantasme face à Ohibaan et au Gouverneur ? Sûrement plus qu’il m’était possible de le concevoir.

- Et toi alors ?


Le fait de ne pas être clair sur qui j’étais ne devait en aucun cas m’empêcher de récolter des informations sur les autres, elle devait même peut-être m’y encourager. Je souris le plus franchement possible à Gamaliel, comme j’avais appris à le faire. Au final, n’arrivais-je peut-être qu’à sourire en présence de Pierre, mais cela avait peu d’importance.

• Tu attaches trop d’importance à une mission comme celle-ci, c’est un frère ?
• Et alors ?
• Quoi et alors ? A qui tu vas faire confiance si tu ne le fais pas à tes frères et sœurs ?
• A Spectre
• Qui en fait partie ?
• Mes frères et sœurs.
• Merci. Alors tu vas mettre moins fort toute la partie qui se dit qu’il va te tuer avant d’arriver aux steppes, la laisser en bruit de fond parce que toute information est bonne à prendre et te lier d’amitié.

- Je ne te l’ai pas dit avant, mais je suis un….

• Abuse pas, pas besoin de lui dire ta voie.

- …un peu court niveau ration, va falloir expédier cette mission rapidement.


J’avais réussi à me raisonner.

Cette conversation que je venais d’avoir était une des premières. J’avais l’habitude de réfléchir de la sorte en me posant des questions, mais j’avais cette fois la sensation que mon esprit avait été plus…présent. Peut-être un simple effet de fatigue.

Je m’arrêtai. Face à moi se trouvait un paysage que je n’avais encore contemplé jusqu’alors, un doux contraste d’herbe et de neige qui éblouissait par sa pureté. La neige n’était que peu souillée et préservait une herbe qui semblait terriblement apaisante. Le relief aussi était doux, mais malgré cette apparente tranquilité, la sauvagerie devait s’y terrer. La sauvagerie s’y terrait.

Je pris le temps de sonder le regard de mon partenaire. Ma paranoïa apprise pendant des années rangée dans un coin de mon esprit, il m’avait l’air décidé, franc, et pourvu des qualités des frères et des sœurs de Spectre. Je souris.


- Prêt.


~ ~ ~ 

- Si je peux reconnaître ces traces, c’est qu’elles viennent d’être faites. Je ne suis pas un as du pistage.

La descente dans les steppes avait été agréable, parsemée de conversations banales. Après plusieurs heures de recherche et maintenant accompagné du déclin du soleil, nous venions de trouver notre première réussite après de nombreux échecs. Nous nous baladions au hasard. De manière tout aussi hasardeuse, j’avais vu ces petits pas dans la neige. Ils couraient jusqu’à des pierres recouvertes de végétations qui attendaient que le tmeps passe dans un équilibre qui semblait précaire.

Un regard interrogatif de ma part. J’attendais son assentiment pour suivre peut-être un énième échec.


817 mots


Merci Adam pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t121-cain-termine
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 463
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Lun 24 Juil - 21:24

Arme ↂCimeterre et Stylet de manche

- Donc toi tu te laisseras guider ? Eh bien, j'espère que tu tomberas dans le groupe que tu souhaites mon ami.

Lui était encore en train d'hésiter entre le groupe d'intervention et le groupe d'espionnage. Le groupe des Songes était mystérieux et pouvait maîtriser l'économie et la politique de tout un groupe, ils peuvent modifier leur personnalité en une autre totalement différente afin de mieux se fondre dans la société et la culture des personnes qu'ils infiltrent, ils peuvent tuer et disparaître dans une foule presque instantanément. Le groupe des Essences est tout aussi attirant, ces parents étaient d'ailleurs d'anciens membres du groupe d'intervention et les histoires qu'ils racontaient sur les opérations passées étaient passionnantes. Mais il avait une préférence pour le deuxième choix. Il était beaucoup plus bourrin que manipulateur.

- Alors, pour moi, ben c’est un peu comme toi je dirais. Sauf que, de ce que j’ai compris, toi tu t’en remets à la hiérarchie. Moi je me remets à mes capacités. Je ne sais pas encore si j’ai les talents pour l’espionnage et l'assassinat ou pour l’intervention et les opérations plus … musclées.

Gamaliel laissa un silence en suspens, alors que Caïn et lui marchaient droit vers leur but. Il reprit sa phrase.

- Je t’envie à vrai dire. Toi tu as l’air d’être sûr de tes capacités. Tu n’as pas l’air de douter. Je suis sûr que t’ira loin. Ah ah ah.

Les deux compères arrivèrent très vite devant les Steppes. Caïn commença à parler

- Tu es un ?

Silence.

- Ah c'est vrai que j'aurai dû te dire que le voyage risquait de durer plusieurs jours. Au mieux je peux estimer que toi et moi, on tiendra jusqu'à … je dirai … ce soir. Moi aussi je ne sais pas pourquoi je n'ai pas assez prévu. Mais j'ai appris à chasser.

Gamaliel regarda l’étendu verte.

- Les animaux présents ici sont des prédateurs. Si on fait attention et si, comme je le suppose, on reste à l’écart des terrains de chasses de ces derniers. On devrait ne rien craindre. On pourra trouver des rongeurs.

Lui était prêt et Caïn venait de lui répondre en répondant positivement.




Ils entrèrent dans l'océan verdoyant qui se tenait devant eux. Malgré les doutes et les peurs que Gamaliel avait en tête, cela aurait été bien différent si Caïn et lui avaient remarqué l'Ilbas qui les suivaient de près. Ils se mirent à la recherche d'indices, de choses pouvant les conduire à leur objectif ou du moins à d'autres indices. Ils marchèrent silencieusement avec l'arme tirée au clair, discutant à voix basse. De temps à autre, ils se séparèrent de quelques mètres afin de couvrir plus de terrain. Ils atteignirent un endroit étrange, composé de vieilles ruines branlantes. Ils découvrirent, ou du moins Caïn découvrit des empreintes. Jusqu'à lors ils avaient suivi des pistes qui ne donnèrent rien d'utile au duo.

- Tu as l'air sûr de toi … néanmoins. Laisse moi voir ...

Gamaliel s'agenouilla et regarda de plus près les empreintes. Il ne pouvait pas donner données temporelles précises. Mais il remarqua que les empreintes de la chaussure étaient plus petites que la sienne. Un trente-huit ? Gamaliel se releva et marcha juste à côté des empreintes de pas, sans forcer, comme s'il marchait tranquillement. Il revint et compara les deux traces de pas. Les siennes étaient plus enfoncées dans le sol à cause de la boue, les autres empreintes étaient beaucoup moins avancées. Gamaliel aurait été tenté de dire que la personne s'était mise à courir, mais les traces n'étaient pas assez éloignées l'unes de l'autre pour penser à une personne en pleine course. Il décida de partager ce qu'il pensait.

- Regarde, les empreintes convergent vers le nord. De ce qu'on peut voir, chaque pas que notre prédécesseur a laissé son proche. Donc elle ne courait pas. Et je pense qu'on a affaire à une femme. Les pas sont plus petits et moins enfoncé dans le sol. Je pense que si on continue tout droit on devrait pouvoir la rejoindre.

Il laissa un silence et regarda le soleil qui entamait sa descente.

- Mais on devrait s'arrêter-la pour aujourd'hui.

il pointa un endroit dans les ruines. Une salle à moitié détruite avait encore son plafond sur une partie.

- On peut s'installer là ? On fait un petit feu, ça risque d'attirer les prédateurs, mais en cas d'attaque on pourra les tenir en respect, du moins j'espère et puis un feu nous permettra de nous réchauffer. Que veux-tu faire ?


Mots : 740



J'ai eu 11.2 à mon bac héhé.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Caïn
avatar
♦ Messages ♦ : 143
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn] Dim 3 Déc - 11:44

Son analyse des traces semblait sensée. Peut-être touchions-nous alors au but. Je regardai posément autour de nous et pris conscience de l'environnement dans lequel nous nous trouvions au cas où cela pourrait nous être utile par après. La salle qu'il m'indiqua pour bivouaquer ce soir-là semblait idéal. Un reste de plafond nous protégerait des éventuelles pluies d'acide. La pierre était légèrement poreuse et si je me mettais à la gratter suffisamment, des petites particules s'en échappaient, mais elle restait solide. Je n'aurais su dire si la porosité était due à l'essence même de la pierre ou à son âge. La salle n'était pas très grande, on y distinguait sur les murs des inscriptions indescriptibles et des traces de couleur. Je m'approchai du mur et touchai du bout de mon doigt les vestiges des hommes et des femmes qui avaient avant nous ici vécu des moments horribles ou formidables. Peut-être qu'à l'endroit où je me tenais, une femme incroyable avait accouché d'un enfant qui était le tyran qui avait détruit une partie de cette potentielle civilisation. Peut-être que la mère était morte en couche à cause de l'effort ou que le père avait tué l'enfant. Peut-être qu'il pleuvait à cette époque et que les pluies n'étaient pas acide et que la mère était simplement trempée.

- Oui, c'est très bien ici pour dormir un moment. Je vais aller chercher de quoi faire du feu.

Je partis à la découverte des ruines pour tenter de trouver du bois et quelques pierres afin de pouvoir se réchauffer pour la nuit à venir. Les restes de pierre n'étaient pas grands, ce devaient être un ou deux bâtiments tout au plus et très vite je retombai sur la mer ondoyante d'herbe et de fraîcheur que je contemplai un moment. Le vent faisait passer sur la mer verte des vagues qui semblaient disparaître vers l'infini. Le crépuscule s'assombrissait de plus en plus baignant les steppes dans les dernières teintes chaleureuses de la journée avant de passer au bleu froid de la nuit.

Je trouvai à l'endroit où les ruines se fondaient avec la végétation monochrome des plaines du bois un peu mort qui devait être là depuis longtemps et qui ferait l'affaire et je réussis à casser quelques morceaux de pierre pour en faire un foyer. La nuit était tombée.

La lune disparut.

Je levai les yeux au ciel pour voir une forme énorme en train de voler au-dessus des Steppes. Éclairée par la lumière de la lune, elle se dessinait comme en contre-jour devant mes yeux et semblait avancer lentement et gracieusement malgré son immense masse volante. Brillait seulement une sphère bleue iridescente magnifique et pure qui semblait guider la créature tout droit sortie de légende. Elle passa et disparut sans faire de bruit. Elle avait glissé dans le ciel. Jamais je n'avais entendu parler de tel être vivant dans les Steppes et pourtant je sentait que cette dernière avait sa place ici depuis bien plus longtemps que moi ou que nos civilisations. A son départ, j'avais la simple sensation d'être chez elle.

Je courus vers mon Frère pour voir s'il l'avait vu aussi. Arrivés à la salle dans laquelle nous devions camper, je regardais autour de moi plusieurs fois, mais ne le vis pas. Je laissai choir au sol les pierres et le bois que j'avais ramassé.

Mon Frère avait disparu.

De peur qu'il soit en danger, je n'osai pas l'appeler, mais sortis mon poignard, préparai mon styler et commençai à entreprendre le tour des ruines.
La nuit allait être moins reposante que prévue.


590 mots


Merci Adam pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t121-cain-termine
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: La Chasse aux Sorcières [Caïn]

Revenir en haut Aller en bas
 
La Chasse aux Sorcières [Caïn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Les Steppes d'Elysium-
Sauter vers: