Partagez | 
 

 Mauvaise idée - PV Sigfrëli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaya Luzissa
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Mauvaise idée - PV Sigfrëli Ven 10 Mar - 14:18

Inventaire::
 

Aujourd'hui était un jour magnifique dans la Forêt d'Hanaamu. Cette forêt me faisait rêver à chaque fois que j'avais l'occasion d'y aller pour chasser un peu pour notre clan. Mais d'un autre côté, je n'aimais pas trop y aller souvent dans ce coin, car nous étions à la frontière du territoire de Tadryon. Rien que penser à ces habitants, cela me faisait mal au coeur et au ventre. Je n'aimais pas y penser sincèrement, et je faisais tout pour oublier ces souvenirs dérangeants et malheureux à propos de mes parents. Je secouais ma tête dans tous les sens pour me concentrer à nouveau dans ma chasse du jour. Cela faisait bien quelques heures que je me promenais dans la Forêt d'Hanaamu pour trouver quelques choses. Cependant, j'avais l'impression que quelque chose se tramait dans ce lieu, je devais faire attention à moi. Des ennemis ? Non, quelque chose dont je ne pouvais pas percevoir. Mes épaules se tendirent au maximum et mes yeux essayèrent de repérer un individu dans cette forêt bien sombre et remplit de cachette. "Hum..." Mon corps se détendit doucement, car je ne voyais rien de dangereux autour de moi. Cependant, je devais rester calme et réfléchit. Soudain, je sentis l'air se rafraîchir subitement, le vent se leva sans crier gare, la température de la forêt diminue en quelque seconde. " Oh pas bon ça !!" Je pris mes armes et mes pièges rudimentaires pour d'étaler immédiatement de cet endroit pour rentrer à la maison aussi vite que je le pourrais. Une tempête de neige était susceptible d'arrêter prochainement sur nous. Il fallait que je rentre avant que la tempête de neige nous arrive dessus.

Quelques longues minutes de course intense dans la forêt, je voyais enfin nos habitations. Je soufflais longuement pour reprendre ma respiration et pour me rassurer que j'étais rentrée à temps pour éviter une grosse catastrophe. Je décidais de m'approcher d'un Varsäl pour lui annoncer la nouvelle : " Varsäl ! Une tempête de neige s'annonce prochainement." - " Oui je sais Verarshär Anaya, nous avons déjà prévenus les habitants de se mettre à l'abri. Je t'en remercie beaucoup de cette annonce." L'homme sourit doucement avant de me demander de me réfugier dans une maison pour le restant de la journée. J'acquesais doucement avant de me retourner et aller dans une grande maison où tout le monde était la bienvenue en ce lieu.

Une fois dans la maison, je m'assis autour d'un feu géant pour se réchauffer et manger quelque chose. Cependant, je vis une jeune femme enceinte, qui n'arrêtait pas de faire les cent pas en long et en large de la grande pièce. Cela m'intriguait énormément maintenant. Qu'est que je devais faire ? Je n'avais pas l'habitude d'aller vers les autres, je n'avais jamais eu ce genre de caractère pour me lier facilement aux autres d'un seul coup. Je baissais les yeux et la jeune femme s'approcha de moi comme si je l'attirais. Oh non ! Pas moi ! Je fermais les yeux quelques secondes, et j'attendis la jeune femme implorée de toutes ses forces :" Mademoiselle, je vous en prie ! J'ai une faveur à vous demander ! Je vous prie écoutez-moi ! J'ai besoin que vous alliez retrouver mes enfants qui ne sont pas rentrés de la forêt. Je vous en supplie, allez les chercher." - " Mais Madame, je ne suis pas qualifiée pour partir dans la forêt dans ses conditions, j'aurais besoin d'une autre personne avec moi pour y aller. Et je ne sais pas même si les Varsäls pourront me laisser partir dans ces condition climatiques." Je baissais les yeux et j'espérais qu'une personne viennent l'aider dans sa quête de retrouver ses enfants. Pour l'aider dans son chagrin, je déposais ma main sur son épaule droite pour qu'elle aille mieux et pour la rassurer un minimun.

Nombre de mots:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t124-anaya-luzissa-terminee
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 316
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Mauvaise idée - PV Sigfrëli Lun 3 Avr - 0:34

Inventaire Sigfrëli:
 

Inventaire Carlis:
 

« Regardez Siggy faire l’infusion et reproduisez ses gestes. Je vous note. » Mäggrit n’était pas sans savoir qu’un bon entraînement était tout juste insuffisant pour affronter la réalité du monde dans lequel ils vivaient tous. Ses filles devraient se montrer patientes et à l’écoute, à défaut d’avoir du matériel, ils avaient du temps. Et le temps était précieux. L’enseignement du livre de la connaissance était délicat. Ses apprenties ne pouvaient pas à la fois comprendre et l’appliquer sur un patient, d’abord elles devaient apprendre par cœur les notions utilisées, qu’il avait lui-même appris, ensuite les exécuter sans une erreur au cours d’un entraînement et enfin, l’appliquer en temps réel sur un patient. Jusqu’ici, parmi toutes ces filles, Sigfrëli était la plus expérimentée mais pas la plus douée. Forcément, son âge et son envie d’apprendre rentraient en ligne de compte mais les événements datant d'un an déjà la troublaient beaucoup. Quand elle eut terminé l’infusion de bourgeon d’Arael, Mäggrit l’interrogea.

« Décris-moi l’origine de la fleur, comment la cueillir, son utilité et ses effets. » L’herboristerie était en corrélation avec la médecine et pour être une bonne guérisseuse, la jeune femme devait porter une double veste. « L’Arael est aussi connu comme l’arbre ensanglanté poussant dans la forêt. A moins de vouloir mourir, on ne touche pas au sang de l’arbre. Ensuite, il faut cueillir la fleur et les bourgeons le matin à l’aide d’un couteau aiguisé et de gants en cuir de garges. On les place dans un tissu imbibée d’eau claire et on les presse pour en sortir tout le sang noir. Une fois la fleur et les bourgeons nettoyés, on peut les utiliser. Les bourgeons calment le mal et la souffrance, l’organe sexuel de la fleur débouche les narines, les humeurs et élimine les infections. » - « Tu as oublié les feuilles, qui sont très utiles et peuvent servir à couvrir les plaies et à les soigner. A cueillir de la même manière que les bourgeons et les fleurs. Et le pistil de la fleur d’Arael ne traite que les champignons qui entraînent les infections. A revoir, Sigfrëli. » Il posa des questions aux deux autres sœurs.

—————◇◆—————

Bapti vint les interrompre en début d’après-midi.
« Il faut m’aider à tout ranger, une tempête nous arrive droit dessus selon les Cilanäshas. »

—————◇◆—————


Le vent éclata alors que Sigfrëli ramenait Carlis de son travail avec les Garges. Elles utilisèrent leur cape pour se protéger au mieux des bourrasques et du froid qui leurs arrivaient de l’est. A l’intérieur de la maison-cabane, plusieurs personnes étaient regroupées. Alors que certains craignaient les futurs jours, d’autres jouaient à l’awalé avec des petits objets dans des cercles tracés au charbon de bois. Bapti était entourée de femmes et Mäggrit préparait du choüm carré.

Une femme, en panique, s’adressa à qui voulait bien l’écouter : mais le vent, la tempête et les fortes discussions l’empêchaient de se faire correctement entendre. Sigfrëli ôta sa capuche et défit sa cape. De longues boucles noires défrisées à cause du vent furent remises à leur place, derrière les oreilles maquillées de blanc. Elle vit cette femme se diriger maladroitement vers Anaya et lui demander son aide. Sigfrëli s’approcha d’elles, suivie par Carlis qui semblait avoir aussi compris l’enjeu du sujet. Ses enfants n’étaient pas revenus et visiblement, ils s’étaient perdus. Une question surgit, Mäggrit avait visiblement entendu aussi.
« As-tu vérifié toutes les maisons ? » La femme acquiesça. Le docteur fronça les sourcils. « C’était la dernière… » La fille d’Ohibaan posa sa main sur celle d’Anaya et la serra. « Il faut les trouver… Il le faut… » - « Ecoutez-moi tous. » La voix du Docteur n’était pas aussi forte que celle de l’Ohibaan, mais elle attira quand même l’attention. Il résuma la situation.

—————◇◆—————

Sigfrëli ramena de l’eau potable et chaude, c’était une infusion d’Arael suggérée par Mäggrit. « Ca calme la tristesse et rend lucide. » Elle la fit passer à Anaya, qui était au plus proche. « Tiens, Anaya, si tu pouvais lui donner… » Ils patientèrent jusqu’à ce que la petite équipe composée d’hommes solides revienne de la patrouille ; aucune nouvelle, les enfants de la femme n’étaient nulle part dans le Hameau. Dehors, la neige tombait et les nuages couvraient d'un voile opaque la forêt. « Ils ne survivront pas. » chuchotèrent certains. « Ils sont peut-être déjà morts… » - « Le vent s’est calmé. » souligna Bapti.

« La forêt… Dans la forêt… »
supplia la femme. « Je vais … (les yeux de Mäggrit s’écarquillèrent.) les chercher. » La phrase était scellée dans la bouche de Sigfrëli ; une promesse est un vœu fort. La femme eut une lueur d’espoir ; l’apprentie ne pouvait plus se résigner. « Siggy… » souffla son père. Trop tard. Il se retourna ; maintenant que sa fille avait promis, une deuxième équipe devait être composée. « Des enfants se sont perdus, dans la forêt. Ils ne survivront pas au froid et aux bêtes ; si votre pitié est grande, aidez-la. Ma fille… » - « J’y vais aussi. » coupa Carlis la muette. Les yeux foncés du père, interdits, dictèrent à Bapti et à ses autres enfants de se taire. « … Mes filles iront… Mais je ne les laisserai certainement pas y aller sans moi. Anaya. (Ses yeux vifs scrutèrent la rouquine.) Souhaites-tu nous accompagner ? D’autres ? Filip ? Vräar ? … »

Au lieu de ne rien faire, Sigfrëli aida sa mère à préparer des sacs de survie. Ils ne pourraient pas rester longtemps à l'extérieur mais un minimum était tout de même requis : des choüms, des gourdes, quelques plantes et des cordes. Sigfrëli en profita pour sortir son arme et enfila de nouveau sa cape pour couvrir le petit sac qu'elle possédait.

Une fois que Mäggrit eut trouvé les volontaires, il dit à la mère : « Prie la nature, espère et crois-en nous. Nous en aurons besoin. » Le docteur sortit le premier, suivi des autres.


Mots = 971
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Anaya Luzissa
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Mauvaise idée - PV Sigfrëli Mer 31 Mai - 15:48

Le temps était toujours ma préoccupation la plus importante lorsque je voulais sortir dans la forêt pour chasser ou bien pêcher lorsque nous manquions de nourriture. Mais là, le temps était vraiment bizarre et trop dangereux pour sortir et y rester sans mourir. Je n'aimais pas savoir que des enfants étaient encore dehors avec cette tempête, il fallait faire quelque chose mais je n'étais pas puissante, je n'avais pas assez de connaissances de l'extérieur pour m'aventurer dehors. Et surtout que j'allais me faire tuer par des Varsals, si j'osais sortir de la grande maison. La jeune mère continuait à me supplier pour aller sauver ses enfants, mais je ne pouvais rien y faire. Je fermais les yeux et je retournais dans mon coin sans rien dire, sans regarder qui que ce soit. J'avais honte de ne pas pouvoir aider cette mère, mais je ne pouvais pas transgresser nos lois de nos supérieurs dans la tribu. Je regardais autour de moi si une personne n'était pas prête à accepter sa demande et de partir sur le champ, mais personne n'osa prendre la parole. J'étais vraiment triste pour la jeune femme, mais ses enfants allaient mourir dans tous les cas. Ils ne survivront pas à cette tempête, dans aucun cas ils le pourraient.

Je continuais de regarder autour de moi et je vis une jeune femme que je connaissais mais de loin depuis quelque temps. Sigfrëli. Je ne connaissais pas grand chose d'elle, car je n'avais pas l'habitude de parler avec les autres jeunes de la tribu. J'étais une femme assez éloignée des autres solitaires et froides, ne voulant pas de l'amitié des autres pour les voir disparaitre dans le temps. Je sentais que quelque chose allait se produire prochainement, mais je ne savais pas ce que c'était réellement. Seul mon instinct me disait que je devais être prudente et que je devais faire attention aux autres peuple de la région. Je revins à la réalité avec Sigfrëli qui était venue auprès de nous et d'autres personnes. Ils voulaient absolument sauver les enfants dehors, mais ils étaient devenus complètement fou dans la maison. Sigfrëli me donnait un bol d'infusion pour lui faire passer à la jeune mère: "Tenez, buvez cela ! Cela va vous faire du bien, vous verrez ! Restez calme, je vous en prie... Peut être que des Varsal ou bien des Varshars vont partir en quête de vos enfants..."

Soudain, Sigfrëli déclara qu'elle allait partir maintenant alors que le vent soufflait encore et toujours plus fort. "Sigfrëli tu ne peux pas partir comme ça, tu es folle de faire ! Mais si tu pars, je viendrais avec toi, je ne veux pas que tu ailles seule. Si je suis destinée à devenir une guerrière aguerrie, je dois être capable de partir dans des conditions difficiles et compliquées. Je veux me prouver que je suis capable de faire cela et de connaitre mes limites aujourd'hui." Je la regardais dans les yeux, je viendrais et un point c'est tout. Si je devais me faire punir à mon retour, je n'aurais pas honte de ma sortir. Je pris un sac remplit de nourriture et d'autres choses pour partir dehors. Je pris mon arc, mon arme préférée à distance. Je m'approchais de Sigfrëli pour lui déclarer que j'étais prête à partir. " Bon, je pense qu'il est temps de partir maintenant, avant qu'il ne soit trop tard dans tous les cas. J'espère que la Nature nous aidera dans cette quête".

Je poussais les portes de la maison et je sentis que l'air avait changé ainsi que la température. Je savais que c'était une mauvaise idée mais quelque chose me disait que je faisais cela pour le bien de notre communauté. Je sortis la première et j'attendais la venue de Sigfrëli et des autres participants. Une fois que nous étions sorties, il était temps de partir et de s'enfoncer dans la forêt tumultueuse. " Allez courage, on peut le faire mais faites attention à vous. Il faut partir dans la forêt déjà et après trouver des indices les concernant. C'est notre priorité du moment !" Je secouais mon sac à dos et je m'enfonçais dans la forêt avant la tempête.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t124-anaya-luzissa-terminee
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 316
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Mauvaise idée - PV Sigfrëli Jeu 6 Juil - 1:51

Les fils d’Ohibaan volontaires pour aller chercher les enfants perdus dans la forêt sortirent un à un de la maison où tous s’étaient regroupés. Sigfrëli suivait son père de près. Le vent était assez fort pour faire hurler la forêt, siffler les volets et tambouriner le plancher. Les cordages qui maintenaient certains ponts suspendus étaient maltraités par le souffle d’Eole, ce qui rendait la traversée impressionnante et donnait le ton à l’aventure. La guérisseuse se retourna vers Anaya, qui faisait également partie des volontaires et des personnes les plus déterminées à retrouver les enfants. Elle souhaita lui dire quelque chose mais ses mots s’envolèrent avec la bourrasque qui ferma son clapet. La fille d’Ohibaan resserra tous les vêtements qu’elle avait sur elle, de peur d’attraper bien plus qu’un simple rhume.
 
Ils sortirent du Hameau et arrivèrent dans la première couronne limitrophe. Ils se regroupèrent. Anaya parla, indiquant ce qu’il fallait trouver en premier : les indices. Les autres acquiescèrent, discutant des possibilités. La mère avait donné que peu de détails ; les enfants pouvaient s’être éloignés du village si ils n’avaient pas fait attention. Ils n’avaient pas encore passé l’Envol, ce qui était surprenant. En effet, ils n’étaient pas sous surveillance, vu l’état de la mère bien avancée dans sa grossesse, ils auraient dû avoir d’autres tuteurs, des Varsäls ou d’autres Verärshars. Toutefois, ce n’était ni l’heure ni le moment pour discourir sur la façon de surveiller un enfant et comment l’éduquer au sein des Fils d’Ohibaan. Ils se donnèrent alors une direction à suivre, la plus probable : longer le Hameau jusqu’à trouver des traces. Hors de question de se séparer maintenant, avec une tempête pareille en approche. Ils risquaient bien plus. Alors, ils formèrent une ligne. Sigfrëli se plaça à côté d’Anaya. « Nous allons former une ligne et ratisser la limite du Hameau jusqu’à la rivière. Si vous trouvez quoique ce soit, faites signe. Criez s’il le faut. » Le petit groupe composé d’hommes et de femmes se mit en marche. Il fallait garder les yeux grands ouverts dans cette nature et si possible, éviter les pièges naturels et manuels posés par les Sylves.
 
Ils longèrent une bonne partie du terrain. Sigfrëli, qui doutait de plus en plus de son propre courage et de son optimisme, dit à Anaya sur un ton qu’elle pouvait entendre malgré le vent « Que la Nature les ait gardés sains et saufs… Si Elle le veut, nous n’aurons pas à veiller plus tard ce soir… La tempête est forte. La pluie sera terrible. C’est certain. » Elle lança un regard à son père qui menait le groupe un peu plus loin, à quelques dizaines de mètres d’elles. Les Sylves tenaient un écarte entre eux pour être certains d’avoir une vision correcte sur le sol qu’ils foulaient. Sigfrëli regarda de nouveau le sol, scrutant les détails, les vallonnements, les plantes, … Elle releva le regard pour prêter attention aux corps des arbres, des pierres hautes… Jusqu’à présent, il n’y avait rien, jusqu’à ce qu’un Verarshär, situé à leur gauche crie. « Ici ! » Il y avait un vêtement étendu au sol. La plupart des Fils d’Ohibaan qui ratissaient les lieux se ramenèrent pour observer, Mäggrit et deux pisteurs s’approchèrent. Ils le prirent, l’analysèrent. Sigfrëli regarda autour d’elle ; il était difficile de discerner la profondeur de champ de la forêt ; une pellicule humide, une sorte de brouillard inconstant, se formait dans le fond, brouillant les formes au loin. « Ils ne doivent pas être loin d’ici. » conclurent-ils. « Il faut faire le tour du lieu, nous sommes tout près. J’en suis certain. » dit un Varsäl présent dès le début. Mäggrit acquiesça et dans un chœur silencieux, certains se mirent à songer à la possible perte des enfants. Sur le tissu était imbibé quelques traces d’un sang asséché. 

Mots = 639
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Anaya Luzissa
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Mauvaise idée - PV Sigfrëli Ven 28 Juil - 11:37

Alors que nous étions proposés pour retrouver ces enfants, je me demandais si c'était réellement une bonne idée. Je ne pensais pas à ma vie, mais aux autres. Nous ne savions pas où j'étais les enfants, dans quelle direction ils étaient partis jouer et s'ils étaient vraiment éloignés du village. Cela me tracassait réellement, et je ne savais pas quoi faire pour combler cette panique, cette peur immense dans mon coeur. Je m'étais proposée pour accompagner Sigfrëli dans cette recherche pour qu'elle ne soit pas seule dans la grande forêt alors que la tempête arrivait à grand pas vers nous. Il fallait se dépêcher pour éviter des problèmes, de gros problèmes. J'avais déjà pris tous mes équipements pour le coup et j'étais prête à partir immédiatement pour aller plus vite dans cette rechercher, mais je n'étais pas vraiment sûr de la finalité de cette mission. Le fait de savoir qu'ils pourraient être mort dans ce froid, me fit mal au coeur subitement.Je respirais à fond mais je ne savais pas quoi faire d'autres.

Une fois que j'avais accepté, nous étions parties dans cette forêt. Au coeur de la forêt, un silence planait. J'aimais beaucoup le silence, mais ce dernier n'était pas mon préféré, je pouvais ressentir la peur et la mort qui régnaient en ces lieux. Un frisson parcourut mon corps. Personne ne parlait, personne ne bougeait, personne ne savait quoi faire jusqu'au moment où une personne nous demandait de se mettre en ligne pour ratisser l'endroit pour les retrouver. Ce n'était pas une mauvaise idée de procéder ainsi et nous pourrions aller beaucoup plus vite que prévu. J'ouvris grand les yeux pour repérer le moindre détail dans la forêt. La tempête de neige n'allait pas tarder à arriver, le froid me faisait mal aux extrémités des doigts. "Allez, il ne faut pas tarder, nous devons commencer les recherches."

Sigfrëli me parla tout bas en priant la nature, pour qu'elle garde vivant nos enfants. Je lui souris avant de lui tapoter l'épaule avec douceur et je la regardais avec un sourire remplit de chaleur. Il ne fallait pas perdre espoir. Je serrais le poing et mes ongles entrèrent dans ma peau. Quelques gouttes de sang coulèrent le long de mon poignet. La ligne commença à marcher dans la terre boueuse et regardèrent partout autour de nous. Puis au bout de quelques minutes de marche intensive, une personne trouva un vêtement par terre, avec des traces de sang. Il était frais. Les enfants n'étaient pas loin... Je continuais de marcher en ligne avec les autres, et le brouillard devenait de plus en plus épais. Ce n'était pas très bon signe.

Soudain, je vis quelque chose au loin, une sorte de bosse mais pas réellement une bosse naturelle. Je la fixais pendant quelques secondes avant de partir comme une folle vers cette bosse pas naturelle. Je courrais comme une folle en espérant que ce soit un enfant et qu'il ne soit pas mort de froid. Une fois arrivée vers cette bosse, je me rendis compte que c'était un des enfants, mais ce dernier était mort. C'était un des petits garçons. Son visage était blanc comme de la neige, victime du froid, mais aussi des blessures. Son corps était parsemé de sang. "Que la Nature t'aide à te reposer et vivre en paix à partir de maintenant..." Je lui fermais les yeux doucement. Je soupirais doucement avant de me retrouver vers Sigfrëli avec les larmes aux yeux. " Que faire maintenant ? Où sont les autres ?"

Je me relevais doucement et scrutait l'horizon pour savoir où se trouvaient les autres enfants disparus. Ils ne devaient pas être très loin... Je pris le petit garçon et je le posais près d'un arbre pour qu'on puisse le récupérer tout à l'heure lorsque nous retrouverons les autres. Puis, je continuais la recherche avec l'aide du groupe, mais je me disais qu'il n'était pas loin. Des traces de sang donnaient la direction des autres personnes. Je décidais de suivre ces traces de sang pour arriver dans une espèce de trou, de fossé assez grand où je vivais plusieurs cadavres... " Oh mon dieu, ne me dites pas que c'est les enfants ..." Je fermais les yeux.

Nombre de mots:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t124-anaya-luzissa-terminee
 
Mauvaise idée - PV Sigfrëli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres :: La Forêt d'Hanaamu-
Sauter vers: