Partagez | 
 

 Rééducation | PV Akira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Rééducation | PV Akira Ven 7 Avr - 16:48

Inventaire
:
 

Cette chipie d'intelligence artificielle avait finalement raison : ce café était beaucoup trop sucré. Du fait de sa morphologie, Kimi lui avait lancé un conseil désobligeant, alors qu'il était en train de se servir à la précieuse machine à café. En guise de "punition", Calvin avait autorisé ses supérieurs à garder son exosquelette au chaud, dans la clinique, jusqu'au lendemain. Pour le moment, il profitait de sa pause, mais songeait tout de même à s'excuser auprès de Kimi pour son impulsivité. Même au sein de Tadryon, cela restait assez inhabituel qu'un humain ait un rapport aussi prononcé avec une machine. Mais les Tadryens étaient proches de la technologie après tout, alors pourquoi pas des bijoux de leur propre création ? Ce discours-là, il lui semblait l'avoir entendu de la proche bouche d'un fidèle du Solstice Écarlate ; ces types savaient manier inspirer les foules, le sceptique qu'il était devait le concéder. Quoi qu'il en soit : Kimi, malgré elle, lui avait sauvé la vie à de nombreuses reprises, peut-être était-ce grâce à elle qu'il était ressorti des abîmes. Mais cela, c'était une autre histoire.

Posté à l'entrée de la clinique, le survivant en sursis leva les yeux au ciel. Ce dernier abattait son courroux sur le dôme, le tonnerre et les gouttes acidifiés frappaient en vain le bouclier de l'humanité. Calvin appréciait de savourer sa caféine sous le nez de l'impétueuse Nature, cela lui donnait comme des ailes. En parallèle, il alignait les petites bouffées de sa cigarette électronique, comme pour lui montrer que ce n'était pas Gaïa qui le tuera mais lui-même ; il décidait de son propre sort.

Non loin de là, son regard azuré retrouva aisément les imposantes infrastructures de l'hôpital, ainsi que celles de l'Académie. À cette heure-ci, un bon début d'après-midi, les rues de la Promise étaient plutôt calmes. Généralement, Calvin s'abritait au sein de la clinique ou il rentrait fissa chez lui lorsque les jeunes conscrits déambulaient en masse hors de l'école, l'air aussi affamés qu'une horde de Mumus. La seule différence entre les deux espèces étant qu'il ne devait pas avoir le réflexe de braquer son Helhest sur les étudiants. Il expira une bouffée d'air à cette réflexion, le monde extérieur l'avait rendu davantage malade que panser les plaies de son esprit décharné. Soudain, alors que Calvin pensait justement à ces jeunes loustics de l'Académie, l'un d'entre eux accourut en sa direction et bouscula sa tasse de café lors de sa course. Le liquide résiduel du récipient s'étala sur sa blouse sous la forme d'une tâche noirâtre.

" Hé ! " Se plaignit l'apprenti-médic à l'attention du jeune homme, mais ce dernier ne s'arrêta guère dans sa course effrénée qui sembla le mener droit vers la station de Transitaire la plus proche.

Irrité par l'irrespect qu'on venait de lui jeter sur sa blouse immaculée, Calvin se réfugia dans la clinique pour la changer, et accessoirement se changer les idées. Au final, il passa quelques heures supplémentaires sur son lieu de travail pour ajuster son exosquelette, même si son supérieur lui priait de déguerpir pour qu'il calme ses nerfs chez lui. Mais le Tadryen demeurait têtu, notamment vis-à-vis de Kimi dont il comptait perfectionner davantage. Puisqu'il comptait multiplier ses sorties au-delà des Murs, il fallait qu'il possède le meilleur équipement possible, et qu'il surpasse également les faiblesses de son corps.

C'est donc avec cet état d'esprit qu'il quitta enfin la clinique. Le mauvais temps persistait au-dessus du dôme mais Calvin savait que c'était toujours l'après-midi. En réajustant son blouson, il tomba nez à nez sur deux soldats, qui discutaient juste sur le pas de la porte. Le fumeur aurait bien tenté de se frayer un chemin entre les mastodontes de métal mais leur regard fixé sur sa personne l'immobilisait. Ça sentait encore moins bon que son tabac à peine entamé.

" Conscrit ? Le concerné ne savait même pas s'il avait hoché de la tête par réflexe, mais les soldats continuaient de le cerner. On a une mission pour toi, suis-nous jusqu'au poste armé. " Et merde.
673 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Sam 8 Avr - 15:11

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞Rééducation" Ainsi, l'Eternel Dieu le chassa du jardin d'Eden pour qu'il cultive la terre d'où il avait été tiré. " (Genèse 3.1-24) "

Il était un jour bien commun dans la mondanité d'une vie monotone d'étude. Si la destruction est la mesure de la fin de toute vie pour certains, elle est le début de la vie pour d'autres. L'éducation, bien le plus précieux, quoique dirigé par des préceptes, était la clef d'une renaissance assurée de l'humanité des cendres que la déesse philosophique de la nature avait créées par un grand cataclysme dont peu de mémoire se souvienne, mais beaucoup la vivent. Seul la dignité vous acquis une place dans ce renouveau. Cette dignité s'acquiert pour certains par un plan physique, ils en deviennent militaires. Pour d'autres, la science sera la voie de leur raison, ils en deviennent ingénieurs. Et pour les derniers, seul la société décidera de leurs sorts. Mais pour ceux qui faillissent, la société les renieras, elle les briseras mentalement pour faire d'eux la futur base d'un peuple esclave de ses opinions.

C'est alors qu'Akira profitait au mieux d'un temps libre dérisoire a lire sur les bancs de l'académie, libérée des cours qu'elle avait déjà effectué du fait de son ancienneté maintenant toute relative. Seule la lueur de la petite tablette apportait un trait bleu à son visage d'un calme austère. Une âme bien sereine après les horreurs qu'elle a prétendument vue et commise au nom de la cité, mais ce n'était que le commencement d'une vie a laquelle elle était destinée. Le loisir était donc un plaisir dans l'attente, un moyen également de finir sa jeunesse sur une note plus satisfaisante que la vue d'un corps à demi désintégré par un laser à haute puissance de sortie.

C'est dans les couloirs de l'académie qu'un bruit bien connu des humoristes d'un autre âge fut entendu. Un jeune homme qui venait de " S'exploser le visage " sur le sol d'acier et de linoléum a force de courir. Il ne tarda pas à revenir sur ses jambes et partir avec un air coupable perceptible, mais qui n'arracha qu'un sourire à notre jeune amie qui retourna a sa lecture.

Mais la suite des événements ne lui était pas favorable, et déjà un vieux professeur sortait comme une furie d'une salle de classe digne des plus grands champs de bataille moderne. Et déjà il avanceais vers la témointe de l'instant pour demander d'une voix grave et inquisitrice : « Vous, vous avez vu le jeune partir en courant ? Ramenez le moi, et fichez lui dans le crane que l'académie, c'est pour lui. »

« Euh... Bien sûr, monsieur. Vous avez son nom ? »

« Egbert Garferst, un emmer... Bref, trouvez le, je préviendrais les militaires aussi. » Fit il en retournant dans sa classe, claquant la porte d'une furiosité fracassante.

« Bien... » Monologua-t-elle un instant avant de se mettre sur deux jambes, partant sans trop savoir vers ou, en suivant la trace et la direction de l'individu maintenant recherché. Elle eut l'idée, ou plutôt l'esprit, de prendre son arme principale du casier où elle rangeait ses affaires du jour a l'académie, laissant pourtant son armure ici. Retrouvez un enfant avec des problèmes mentaux sera dangereux, mais pas au point d'avoir besoin d'une protection de guerre... Si ? Un soupir ne put échapper à notre jeune femme, elle n'était point psychologue, et frapper les autres étudiants, bien qu'étant une solution tentante, est impossible.

Une fois dehors, marchant dans les rues sans apercevoir " la cible ", arme en mains, elle remarqua déjà des militaires qui patrouillaient. Quant à avoir des informations, autant en avoir de source sûre. Elle approcha donc en demandant : « Excusez moi, vous avez vu un adolescent, uniforme de l'académie, courir par ici ? »

~631 mots.

Spoiler:
 

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Ven 14 Avr - 23:52

" Quel genre de mission ? C'était la question qui le taraudait à chaque fois qu'on lui tombait dessus ainsi. A Tadryon, les conscrits étaient noyés dans un danger constant : ces citoyens avaient le pouvoir de les envoyer à l'abattoir si c'était pour le bien de la patrie. En outre, s'il avait besoin de son arme, cela signifiait qu'il était mal tombé.
- Détends-toi, tu n'auras pas besoin de sortir de la ville, ni de ton exosquelette. " Le soulagement fut accueilli à bras ouverts, bien qu'il fût déjà ennuyé de prolonger ses heures.

Sans perdre davantage de temps, les deux balourds escortèrent leur recrue. Au vu de leur arsenal et de leur carrure, Calvin en concluait qu'ils devaient faire partis des Mastodontes de l'Armée. Il eut une brève pensée pour les gros bras de sa bande d'antan, qui rêvaient de s'offrir l'armure typique de ce corps d'armée ou de tenir un authentique Aërico dans les mains. Le médic était à l'opposée totale de ces gens-là : il semblait insignifiant, mais c'était ce revêtement fantomatique qui lui sauvait la mise et, par la même occasion, lui permettait de sauver des vies. Ces géants le cachaient tellement bien des regards indiscrets qu'il ne vit pas tout de suite arriver une nouvelle venue, peu de temps après le début de leur promenade conjointe. Il dut pencher la tête sur le côté pour voir la demoiselle, et manifester accessoirement sa propre présence. La question de l'inconnue titilla son attention, il ressentait encore le café renversé tantôt lui chatouiller les narines, instinctivement le lien était créé entre les deux événements. D'autant plus que la réplique des soldats confirma ses doutes.

" On a de la chance, ils viennent à nous de leur plein gré maintenant ! Se moqua-t-il en donnant des coups de coude amicaux à son collègue.
- Conscrite, on recrute justement deux personnes pour retrouver cet étudiant. On a déjà notre premier "volontaire" – Calvin la salua de la main, avec un petit brin d'air blasé – tu es la seconde. Suis-nous jusqu'au poste. "

¤ - ¤ - ¤

Tous les deux assis face au bureau vide, les conscrits étaient consignés dans les locaux du fameux poste armé, en attendant qu'un responsable vienne leur faire le briefing de la mission. Calvin croisait les chevilles, ses mains enfouies dans les poches de son manteau, tout écrasé contre le dossier de la chaise. Autrefois obnubilé par la vaillance de l'Armée, il avait pour habitude de souvent côtoyer les postes armés, pour lorgner les patrouilles faire leur ronde. A l'instar des Quartiers Nobles, et dans une moindre mesure le Sanctuaire, le doré vif des néons transcendait le paysage. On repérait un post armé dans une mare de citoyens si aisément. Suivre la lumière, c'était à la portée de n'importe quelle âme dans le besoin. Peut-être bien que l'architecte originel eût voulu retranscrire cette idée.

La porte derrière eux s'ouvrit enfin, un léger courant d'air lui caressa la nuque. Mais ce qu'il sentit sur l'instant, c'était l'âpreté du tabac. En effet, le soldat, Monsieur Lek, gardait en bouche sa propre cigarette, alors qu'il s'asseyait posément derrière son bureau, tout en déposant deux copies du dossier du disparu. Calvin eut la vive envie de demander la permission de fumer, lui aussi, mais il se fit à l'idée qu'il aurait tout le loisir de décompresser lors de leurs recherches. Par ailleurs, il n'avait daigné s'adresser à sa collègue d'infortune, ni de réellement l'observer, pour la même raison : ils ne manqueront aucunement de temps de faire connaissance. Les pupilles azurés du Tadryen tentait de soutenir le regard de leur supérieur, le long de ses propos. On leur présenta une photo de leur cible en ouvrant le dossier, sa physionomie correspondait avec le renverseur de caféine.


" Je vous présente Egbert Garferst, un académicien d'à peine quatorze ans. C'est le bonhomme que vous devez retrouver. Son professeur a signalé son comportement déviant tout à l'heure, il vous a d'ailleurs recommandée apparemment. Dit-il à l'intention de la jeune fille. Quoi qu'il en soit, ses parents n'ont aucune nouvelle de lui depuis sa fugue, aucun témoin pour le moment…
- Je l'ai vu courir devant la clinique où j'étudie. Il se dirigeait vers la station de Transitaire.
- Alors il peut être n'importe où en ville.
Affirma-t-il sur un petit sourire taquin, rien de tel qu'un véritable citoyen pour vous enfoncer le clou. Nos effectifs sont trop débordés en ce moment pour s'occuper des crises d'adolescence. Contentez-vous de le ramener ici, tant qu'il est en un seul morceau ça ira. Vos cours et vos travaux sont suspendus jusqu'à votre rapport final. Disposez. N'oubliez pas les dossiers. "

Calvin fut le premier à sortir de cette salle des tentations. Il inhala le poison de son instrument favori une fois à l'air libre, le regard quelque peu perdu sur l'horizon des immeubles. Il ne resta guère longtemps dans sa bulle, il avait après tout une compagne avec lui. Ainsi, il se tourna vers la cadette, en enfouissant les papiers d'Egbert dans une poche interne de son manteau. A vue d'œil, elle avait l'air aussi jeune que le recherché, mais son port d'arme lui indiquait qu'elle était sans doute en plein dans son année de service. En tout cas, elle ne lésinait pas sur la qualité de son matos. Pour ce qui était de la partie humaine, eh bien, elle avait le regard vif. C'était tout ce qu'il souhaitait relever pour le moment.

" Calvin Lovelace. Se présenta t-il en lui tendant la main, sans davantage de formalités ; après tout, ils étaient tous les deux dans la même galère. J'imagine que notre meilleure piste est son domicile familial. Ou ses camarades de l'Académie. " A elle de trancher comme elle l'entendait, il n'était que l'ombre gardienne de son équipe.
966 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Mar 18 Avr - 17:43

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞RééducationComme quoi, le hasard fait parfois bien les choses. Les deux individus étaient déjà à la recherche de quelques subordonnés pour accomplir cette tâche ingrate. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle s'y attendait. Quand le sort commence à vous enfoncer dans de longues et ennuyeuses histoires, il continuera jusqu’à la fin de la journée, sans répit. Elle regrettait presque sa lecture usuelle, mais maintenant qu'elle était là.

Une seule et unique circonstance lui donnait la nausée. L'individu le plus hideux qu'elle a jamais vu. Il ressemblait au Bossu de Notre-Dame sous crack, bien que la référence ne veuille rien dire a cette époque, les écrits Victor Hugo étant détruits depuis déjà longtemps. Il était presque aussi grand qu'elle, c'était pour dire la taille qu'il devait faire du haut de sa posture rabougrie. Elle ne le salua que par politesse respective, ou par imitation, comme pour un enfant. Même si elle aurait préféré ne pas le remarquer finalement.

« Ah, d'accord, je vous suis. » Répondit elle aux deux soldats.

C'est après une courte route qu'ils furent placés tous les deux dans une pièce d'un style bien classique. Quelques chaises, une table, une fenêtre et une porte. C'était d'un purisme esthétique total, et d'une fonction pratique irréprochable.

Akira était donc assise là, le fusil sur les jambes, celui-ci étant bien trop imposant pour être pratique de port quand elle est sur une chaise. Et comme l'ennui la prenais, elle tapotait sur la carcasse en polymère de cette même arme de la main droite, utilisant la seconde main pour faire des boucles avec une mèche de ses cheveux noirs, le tout dans un silence vocal irréprochable. Ce n'était pas la première fois qu'on lui imposait une requête, alors, elle en avait décidément et visiblement l'habitude.

Quand finalement le supérieur fit irruption, elle resta droite au possible, lui léguant un respect proportionnel au grade dont le militaire dispose, et ce, même si elle espérait toujours secrètement, un jour, prendre cette position. Mais le temps n'était pas aux complots et aux jeux, mais a l'attention et a l'humilité. Elle ne répondait pas, et se contenta de hocher la tête légèrement à l'énonciation de son aventure avec un des professeurs de l'académie.

C'est en récupérant le dossier et les photos qu'elle ajouta : « Je l'ai vu aussi en partant de l'académie, je saurais sans doute le reconnaitre. Bonne journée, monsieur. »

Elle récupéra son plus fidèle compagnon après Rose Gardner, son E-13, avant de l'attacher de nouveau dans son dos. Puis elle prit partit de sortir du bâtiment. Elle soupira intérieurement en voyant son attaché du moment en train de détruire ces poumons a l'aide du tabac, un des instincts ayant survécu a la grande crise. Elle n'en était pas joyeuse, mais elle devait l'attendre, pour ne pas mettre en colère ses supérieurs. Heureusement que ce n'était pas une rencontre amoureuse, elle lui aurait déjà mis un râteau, ce dit elle en souriant en coin.

Finalement, il décida enfin d'approcher. Elle lui serra la main en retour, remerciant l'ordre écarlate pour l'avoir guidé dans la décision de porter des gants. Elle s’efforça de sourire, si ce pauvre ère était d'une laideur effarante, peut-être n'était-il pas totalement stupide mentalement, au moins. " Souviens-toi de ce que Rose a dit, soit gentille avec les autres. " Ce sermonna elle.

« Akira Hammond, enchantée.

S'il vient d'avoir quatorze ans, il ne doit pas détenir une myriade de collègues. Il serait sans doutes mieux de voir chez lui, il doit être cacher avec ses parents. »


Elle porta le dossier à sa vue pour effectuer la lecture de l'adresse. Et c'était sans surprise qu'il habitait avec ses parents dans un bloc résidentiel de la classe inférieure. Le bloc des jeunes citoyens, des simples techniciens, des soldats... Au moins, il n'était pas à une trop grande distance d'ici. « Direction les blocs nord, appartement 224 du bâtiment D. Et sinon, c'est quoi votre spécialité ? Je suis principalement spécialiste a longue distance. » Fit-elle avant d'initier la marche dans la direction susvisée.

~674 mots.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Ven 21 Avr - 2:42

Akira Hammond. Aussitôt les problématiques soulevées, elle répondait par l'efficacité, concise et droit au but. Elle retenait l'essentiel de leurs pistes et repérait plutôt aisément les informations dont ils avaient besoin pour avancer. Une collègue de sa trempe convenait parfaitement à Calvin ; la première impression étant toujours, à un certain degré, importante. Enfin, ce n'était pas comme si elle lui était indispensable, ils se contentaient d'une simple recherche au sein des Murs. Tant qu'il n'était pas question de vie ou de mort, notamment pour eux, il n'avait guère à se préoccuper du profil de ses collègues triés sur le tas.

L'itinéraire toute désignée, il la suivit à un rythme égal, les mains dans les poches. Le Tadryen avait tout l'air éreinté d'être là, mais ce n'était rien de plus qu'une façade. S'il pouvait aider un jeune camarade en plein trouble, alors il se précipitera sans hésiter. Rien n'était plus dangereux qu'un citoyen qui exprime ses doutes trop ardemment. La jeune Akira eut la bonté – sous l'impulsion de la curiosité – de ne pas le laisser s'égarer dans les méandres de sa caboche. Un brin de causette en toute intimité ne lui faisait jamais de mal, bien au contraire.


" Je vois ça. Commenta-t-il en relevant du regard le Djinn qu'elle emportait. Il laissa enfin son regard planer face à eux. J'espère que tu n'auras pas à t'en servir. Tout le monde, quasiment, surveillait ses propres arrières, mais il préférerait que Tadryon ne devienne pas un champ de bataille à cause d'une simple dérive adolescente. Je suis spécialisé, principalement, en médecine militaire. Sans guère préciser qu'il avait une certaine maîtrise des armes, la formation coulait de source ; bien qu'il n'eût pas son Wendigo cette fois, il préférait le confort du Helhest en ville. Tu vises l'Armée ? C'était mon choix primaire auparavant, j'hésite encore aujourd'hui. " De toute façon, il avait tellement passé de temps avec la qualification "Conscrit" qu'il s'acclimaterait mal à un environnement autre que la clinique ou l'hôpital de l'Académie.

Tout juste une dizaine de minutes plus tard, les deux protagonistes pénétrèrent enfin dans le fameux quartier résidentiel. Dans cette partie de la ville, il n'avait rien de différent de celui où vivait Calvin, et la majeure partie des citoyens. C'était quelque peu triste à admettre mais toutes leurs cellules se ressemblaient. Tadryon se débrouillait mal de ce côté-là pour ne pas masquer l'image de la cage ; néanmoins, il leur laissait le bénéfice du doute vis-à-vis des premiers germes de la cité, encore ancrée dans les débuts de son expansion. Le duo localisa facilement, grâce aux signalisations, l'immeuble de leur quête. Aux pieds de celui-ci, Calvin termina les dernières doses de son addiction tout en observant des gosses jouer avec un jet-board, avant de laisser le loisir à Akira d'ouvrir la marche, par pure galanterie. Ils sonnèrent à la porte des Garferst et y découvrirent ce à quoi il s'attendait : des parents abattus par l'inquiétude.

" Bonjour, nous sommes les forces engagées pour retrouver votre fils. Il préféra omettre le mot "conscrit", généralement mal vu durant une mission interne, même s'ils ne donnaient pas l'allure de citoyens expérimentés. Pouvons-nous entrer ? L'autorisation leur fut accordée au moins.
- Nous avions déjà dit tout ce que nous savions aux soldats. Livra le père, avec une pointe d'amertume en refermant la porte derrière lui.
- Nous voulons simplement éclaircir quelques détails avec vous. Il extirpa le dossier de son manteau et l'ouvrit à la page intéressante, tout en commandant à son IA d'enregistrer les informations qui leur sera livré. Le profil psychologique de votre fils le décrit comme une forte tête. Pouvez-vous approfondir ce trait de sa personnalité s'il vous plait ? Ses parents échangèrent un regard quelque peu résigné.
- Eh ben… Il a toujours été quelque peu rebelle sur les bords, il repoussait les limites de ses sorties pour traîner dans les Quartiers d'Affaires. Mais il revenait toujours avant le couvre-feu ! Il profitait juste pleinement de son temps libre, souvent sans nous prévenir.
- Puis il est assez geignard en cours, certains de ses professeurs nous l'avaient signalé comme étant turbulent. C'est la première fois qu'il fuit l'Académie. Calvin pencha la tête sur le côté, d'un angle trop prononcé diront certains.
- Avez-vous connaissance de ses activités aux Quartiers d'Affaires ?
- On… On ne sait pas trop, il allait dans les salles de jeux je crois.
L'espace d'un instant, Calvin blâma ces paternels de ne pas suffisamment connaître les goûts et loisirs de leur propre progéniture ; cela lui rappelait quelqu'un de bien familier. Il jeta un regard complice à Akira, comme pour lui dire qu'elle pouvait continuer l'interrogatoire si elle avait d'autres questions. Lui, il avait d'autres plans. Il se remit droit.
- Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais que nous puissions fouiller sa chambre, à la recherche d'indices. " Malgré le scepticisme apparent, ils cédèrent à la demande. Ainsi, le Tadryen put rentrer dans le monde de l'égaré Egbert pour pouvoir le découvrir davantage ; à Tadryon, il n'y avait pas de meilleur portrait que la chambre d'un citoyen.

850 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Sam 22 Avr - 18:39

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞Rééducation « La dernière fois que j'ai vu un médecin, c'était n'y plus, n'y moins, car une créature de trois mètres de long m'avait foncé dessus. Alors, désolée, ce n'est pas personnel, mais j'évite le plus souvent possible d'avoir affaire à eux. » Avoua-t-elle dans un premier temps. « Et oui, j'aimerais rentrer dans l'armée. Et je ne recommanderais pas à un pacifiste d’intégré. Devoir ôter la vie n'est jamais simple.

Mais bon, il faut vivre avec, et puis, c'était des ennemis de Tadryon, je n'ai pas de regrets. »
Termina-t-elle, a la fois sincère et déterminée. Si certains doutaient des cadeaux que faisais la citée azurée, Akira n'était pas du bord de ceux qui réfléchissent par rapport aux conditions passées, mais sur les conditions dans lesquelles ils vivent par rapport a l'extérieur, et le futur prochainement offert. Verser le sang de quelques fanatiques n'avait rien de difficile à ses yeux.

Le quartier résidentiel était finalement atteint. Le calme régnant sur les lieux, exceptés quelques rires d'enfants encore trop jeunes pour connaitre la vie des parents. Akira elle-même était encore une enfant au fond, avec son âge proche de quinze ans et sa mentalité, qui bien que largement tachée de haine, de propagande et de meurtre, restait la mentalité d'une adolescente qui découvre le monde. Une véritable déchéance vis a vis des droits de l'Ancien Monde, mais l'époque le désirait, la société l'exigeait.

Akira, quant à elle, restait de marbre. Comme une jeune femme épurée de toutes les émotions qui fondent l'humain. Mais comme d'autres, c'était une façade pour se protéger de certaines des horreurs de ce monde. Un cœur d'or, elle en avait un, mais encore fallait-il avoir sa confiance, la faire sortir de sa coquille.

Quelques coups a une porte fut portés. Et déjà, les parents ouvraient, inquiet comme pas possible. Elle exécuta une salutation simple après Calvin : « Monsieur, madame. »

Invités a entrer, Calvin menait la discutions alors qu'Akira observait les alentours en silence. Un bien bel appartement a la décoration classique. Cette famille était tout ce qui composait la classe moyenne de la ville, sans superflus, sans manque. D'une certaine façon, outre les crédits, la ville était suffisamment proche d'un mixte entre communisme et capitalisme pour pourvoir a tous un niveau de vie équivalent à son niveau hiérarchique, tout en laissant l'opportunité aux plus travailleurs d'avoir plus. Pourquoi un enfant fuirait-il d'un foyer si chaleureux ? Tout le monde n'a pas des parents aimants, c'était pourtant une chance.

Elle sortit de sa réflexion par un comportement qu'elle considérera comme étrange de la part de Calvin. Celui-ci partant ensuite vers la chambre adjacente. Hammond était donc là, sans trop savoir que demande, n'ayant que peu suivis la conversation.

« Je vais le rejoindre, merci a vous. » Dit-elle pour ne pas laisser un blanc trop long, avant de elle aussi rejoindre la chambre du fuyard. Tout était déjà en train d'être inspecté par Calvin. Et pour se rendre utile, elle entreprit de fouiller l'ordinateur du bureau. Après tout, l'informatique était son seul passe-temps non afféré aux armes, a l'académie ou a l'armée. Mais voilà qu'un mot de passe bloquait l'entrée. Malgré toutes ses capacités, elle ne pouvait pas modifier de tels systèmes.

« Rien d'intéressant, j'imagine ? » Demanda-t-elle au complice du moment. Mais c'est en observant le médecin qu'elle remarque une des affiches au mur. C'était un des jeux populaires du moment, comme les parents le soulignaient, mais elle était modifiée. Une série de chiffres était dessinée sur le fond vert sensé représenté une carte électronique. C'est en ce déplaçant plus prêt qu'elle signala : « Deux mille quatre-vingt-sept, essayez sur l'ordinateur. »

~608 mots.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Dim 14 Mai - 19:49

S'immiscer dans la vie privée d'un citoyen n'enchantait guère Calvin, lui qui aurait pété un câble s'il y avait eu la moindre intrusion dans son nid douillet. Une bien étrange perspective, n'est-ce pas ? Ils étaient, après tout, tous fichés par les autorités compétentes. Ils n'étaient qu'un amas de données dont on se sert pour faire prospérer une vie paisible au beau milieu d'un champ-de-bataille. En son for intérieur, Calvin priait pour qu'il ne tombât pas sur des affaires compromettantes ; ce n'était pas son rôle de défiler les tares d'un enfant à ses parents. Quoique, d'une certaine manière, si cela arrivait, ce serait une opportunité pour Calvin de protéger un collègue perché sur une pente raide.

Si Egbert traînait longuement aux Quartiers d'Affaires, c'était probablement pour dépenser des tas de crédits dans les bornes d'arcade. Il était un joueur passionné, peut-être bien expérimenté – Calvin reconnaissait un jeu réputé compliqué à prendre en main parmi la collection. La chambre était beaucoup plus colorée que le reste de l'appartement, les affiches placardées aux murs muaient le tout en un torrent psychédélique. On se noyait très aisément dans l'univers du jeune garçon, d'un petit rebelle en perdition. C'était comme si on avait tapissé tous les recoins de sa cellule avec des copies de son dossier officiel. L'Armée ne s'était pas embêtée à inspecter en profondeur cette pièce, les documents étaient bombés de lacunes à ce sujet ; au mieux, il avait regardé sous le lit ou dans les placards si le petit malin ne s'y était pas caché.

En soi, rien d'intéressant. Effectivement, comme le pressentait sa collègue. A dire vrai, Calvin n'avait jamais douté que ce jeu de piste serait laborieux ; c'était toujours laborieux lorsque les gars de l'Armée venaient le recruter, ils n'avaient pas que ça à faire. Je n'ai pas que ça à faire non plus. Akira s'était chargée de s'infiltrer dans les méandres de son ordinateur, même si elle s'était heurtée au premier obstacle venu : la saisie du mot de passe. Sans les modules adéquates ou les connaissances requises, ils ne parviendront jamais à pirater cet ordinateur. Mais la soldate en herbe avait trouvé la solution assez aisément. Autant dire que cette péripétie-ci rendit Calvin on ne peut plus suspicieux.


" Noter son mot de passe sur un poster bien visible n'est pas très malin. Il lui laissait le bénéfice du doute du fait de son âge, les bêtises sont légions lorsque nous sommes encore enfant, même simplement dans notre tête. Par contre, ce qui le déconcerta davantage, c'était l'attitude de sa camarade. Pourquoi ne le fais-tu pas toi-même ? " Répondit-il sèchement, sans quitter du regard les étagères qu'il inspectait.

Malgré sa carrure, le Tadryen n'était point quelqu'un de maniable, voire manipulable. Seul la hiérarchie imposait automatique, et encore, il lui arrivait d'être ouvertement sceptique vis-à-vis de ses supérieurs lorsque la situation le permettait. En l'occurrence, Akira Hammond n'était qu'une conscrite, tout comme lui, d'autant plus qu'elle n'avait que deux pas à faire pour entrer elle-même le code. S'il s'avérait d'ailleurs que le mot de passe n'était pas bon, Calvin se serait senti bien bête. Bon, il n'était déjà pas bien d'accord avec ses remarques de tantôt sur l'Armée, mais l'alchimie peinait à s'opérer même lorsqu'ils devaient travailler main dans la main.

Entre deux affaires, il fit tomber une petite carte sur le bureau. Ses pupilles azurées fixèrent le bout de carton, il semblerait que le fameux joueur compulsif appartenait à un club d'autres joueurs. "L'Arcade Pastel", la fameuse salle de jeux qui accueillait ce cercle renfermé.


" On en saura peut-être un peu plus là-bas. Affirma-t-il en exhibant la carte comportant l'enseigne de l'établissement, heureusement qu'il y avait l'adresse exacte. Alors, cet ordi ? " Il balaya son regard sur le reste de la pièce, au cas où il manquait un potentiel indice.

639 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Sam 20 Mai - 21:40

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞Rééducation

« Hey, un peu de sympathie ne tue pas, tous les médecins sont aussi coincés que vous ou quoi ? Pffff... Je vais le faire. » Fit-elle donc après la remarque. Après tout, il était rare qu'elle décide de faire le premier pas vers les autres, mais se prendre un revers comme résultat ne la mettait pas du tout de bonne humeur. Elle était suffisamment démonstrative dans son attitude physique pour montrer une retenue relative, restant calme, mais cela ne durera sans doute pas dans de pareilles conditions. Mais pourquoi tant de retenu me demanderez-vous, après tout, elle ne serait pas la plus violente des aspirants de l'armée. Deux choses, elle était au sein de la ville, chez des citoyens, mais elle avait déjà eu des remarques. Ceux dehors ne valent rien, mais on ne frappe pas un concitoyen, même s'ils vous insultent. Elle avait retenu la leçon, et elle n'avait d'ailleurs pas le choix, risquant le bannissement, mais il était toujours possible, sans doute, de la faire sortir de ses gonds.

Et dire que la pauvre était très sympathique, quand tout va dans son sens. Elle en venait presque à être imprévisible dans sa recherche de pouvoir. Mais cela, peu de monde peut le savoir, et sans doute personne ne le saura avant longtemps. Un sourire cachera bien le jeu pour l'instant ! La fureur attendra une mission sur les sauvages de l'extérieur, hm ?

De nouveau assise devant l'ordinateur du jeune homme, elle entra le mot de passe dans le but d'y avoir accès. Et après une brève exploration, le contenu était des plus classique. À quoi s’attendait elle en même temps. Dans une ville contrôlée par la technologie, un ordinateur est l'équivalent des livres et journaux intimes de l'époque, et donc, une personne un minimum maline n'écrirait jamais rien à l'intérieur de sensible, justement.

Pendant ce temps, son collègue farfouillait encore et toujours un peu partout a la vitesse d'une limace sur une feuille de laitue. Une nonchalance des plus déconcertantes par rapport a l’énergétique, mais fragile, Akira. Il voulait vraiment défendre Tadryon, l'azurée ? Mais, car nonchalant ne veut pas dire totalement inutile, Lovelace réussit a trouver l'évidence même. À l'image de tout ce qui était sur les murs, l'individu recherché aimait les jeux vidéos, et plus particulièrement une salle d'arcade du quartier marchant. Il en fit une rapide exhibition à destination d'Hammond.

C'est après un bref sourire "forcé" qu'elle indiqua les résultats de ses propres recherches de la manière suivante : « Rien du tout, mais s'il aime autant les jeux, il sera peut-être là-bas, en effet. Et autant ce mettre en route, histoire d'en finir rapidement. »

En éteignant l'alimentation de l'ordinateur, elle sortit de la chambre comme avant-garde, replaçant correctement son arme dans son dos. C'est en croisant les parents qu'elle leur signala : « Nous allons le chercher dans le quartier d'affaire, merci de votre coopération, et bonne journée. »

« Ramenez le nous, a plus tard. » Corrigea le père, cherchant à s'assurer d'un espoir de retrouvaille.

C'est après la récupération de Calvin qu'ils se mirent en route vers le célèbre quartier des affaires, un des lieux les plus fréquentés de la cité après les lieux de travail et d'habitation. Ennuyée par le temps qui passe, Hammond observais tantôt les enseignes, tantôt était sur l'ordinateur de son exosquelette, comme toute adolescente des temps ancien ET modernes. Il s'agissait surtout de prévenir ses parents du retard de son retour au foyer, ils en avaient l'habitude maintenant, mais tout de même, c'était la moindre des choses.

Mais elle ne refusera pas non de discuter si cela lui est demandé, maintenant aussi calme que l'eau d'un lac. C'est d'ailleurs par hasard, dans la recherche d'une distraction, qu'elle tendra une occasion : « Et en dehors de vos fonctions, que faites vous de beau ? »

Une fois devant la salle d'arcade, elle se retourna de nouveau vers Lovelace pour lui demander : « Autant se mettre d'accord tout de suite, pour éviter les... Conflits. Je vais voir le personnel, et vous fouillez l'intérieur, cela vous ira ? »

684 mots.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Dim 28 Mai - 18:36

Sympathique ne rime pas avec servile. Mais il préféra ne pas partager cette pensée fugace, n'ayant aucune envie d'attiser un différend stérile. D'autant plus que l'exploration de l'intimité virtuelle du jeune homme s'était montrée, finalement, sans résultat. Il se serait senti bel et bien idiot face à cette impasse. Enfin, ils avaient enfin une piste à suivre et elle était également d'accord pour la suivre. Alors autant ne pas trainer davantage, n'est-ce pas ? Calvin jeta un dernier et rapide coup d'œil dans la chambre et finit par se faire à l'idée qu'ils n'avaient plus rien à faire ici. Il acquiesça doucement lorsque le paternel leur ordonna presque de ramener leur progéniture par la peau des fesses, et ferma la porte derrière lui.

Les enfants de tout à l'heure continuaient de jouer avec leur engin technologique, un moyen de locomotion qu'il était loin de maîtriser auparavant, lorsque la mode était devenue addictive pour ses amis. Difficile de conserver son équilibre sur un jet-board lorsque nous n'étions point maître de tout son corps ; ce qui était d'autant plus vrai au jour d'aujourd'hui. Calvin se détourna de cette époque révolue et suivit machinalement Akira. Le trajet n'étant pas une promenade rapide, le réflexe de s'en allumer une autre se fit automatiquement. Au début, il scruta la carte du club, comme s'il espérait trouver un indice supplémentaire sur ce simple bout de carton, mais la providence n'était pas de leur côté. Le Tadryen s'adonna donc, silencieusement, à quelques réflexions sur cette affaire : si le jeune Egbert était un joueur vétéran, alors il devait être dans le déni de la réalité, enfermé dans son propre monde pour se construire une cage plus confortable. Les crises d'adolescence des Tadryens étaient ravageuses, il enviait presque les enfants du monde extérieur d'être confronté très tôt au danger de mort.

" De beau ? Répéta quasi-mécaniquement à l'interrogation pourtant simple de la tireuse d'élite. Pour le coup, il se sentit un peu désemparé, parce qu'il ne savait pas trop lui-même ce qu'il faisait pour se distraire ; auparavant c'était plus facile, mais à présent… Je zone. J'aime parcourir cette ville, ses moindres recoins. Voir ce qu'elle a à offrir de nouveau, ce qui a été conservé, ce qui est parti. Ponctua-t-il en la regardant, c'était mieux que de lui dire qu'il traîne encore avec des fantômes, puis même s'il avait autrefois l'habitude de fréquenter les lieux nocturnes, il s'adonnait petit à petit de plus en plus à cette pratique : la relaxation après le boulot. Ses pupilles s'illuminèrent sous les enseignes multicolores, attirées par l'hétérogénéité des teintes et de leur intensité. J'ai parfois l'impression de connaître Tadryon par cœur. Confia-t-il, tout nonchalant, avant de se rendre compte que son propre silence était des plus impolis. Et toi ? " Il enfouie ses mains dans ses poches, quelque peu renfermé dans son cocon personnel.

L'Arcade Pastel portait bien son nom, puisque malgré les multitudes néons qui bombardaient les passants sur son passage, la gamme de couleurs choisie était faite de telle sorte que les teintes soient douces, limites avenantes. Ce recoin était bondé d'établissements en ce genre, c'était un peu le lieu prisé des jeunes citoyens – surtout dans la tranche adolescente – même s'il y en avait une myriade de ce genre dans les autres recoins du Quartier d'Affaire. A cette heure-ci, la salle n'était pas encore trop remplie, mais cela risquait de finir par devenir problématique lorsque le crépuscule s'éteindra. A la proposition d'Akira, Calvin sourit instinctivement au mot "conflit", un choix pas si judicieux que cela mais pouvait-il affirmer totalement le contraire ?

" Ça me va. " Il lui tendit la fameuse carte du club pour qu'elle puisse mieux convaincre le personnel, il n'en aura pas besoin de son côté.

Ils entrèrent donc en même temps mais se séparèrent dès l'entrée. Le soigneur parcourut les rangées d'arcades, un poil dérangé par le vacarme que faisaient certains gamins euphoriques face aux consoles. Le plus ironique étant que la plupart de ces jeux étaient orientées sur l'adresse aux armes. A croire que la réforme Clayton a modifié le paysage vidéoludique de Tadryon. Il devrait demander cela à un expert versé dans cet art, tiens ; après tout, il était trop jeune pour relever de réelles différences. Cette excursion du côté des machines ne semblait mener à rien, Calvin se convainquit de tenter sa chance autre part, mais il sentit une pression sur sa manche le tirer vers le bas.

" Hé m'sieur, une petite partie ? Il pencha la tête en arrière, le reste de son corps presque statique. Un bambin, désireux d'avoir un partenaire pour son jeu de tir, le tableau des hauts scores était affiché sur l'écran.
- Désolé, je ne suis pas là pour jouer. Son regard azuré lorgna vers le haut du tableau, et c'est là qu'il remarqua le premier rang "Egbert Gargantua". Le pseudonyme ? Il ne comptait pas le relever, mais c'était trop gros pour être une coïncidence. Dis-moi… Il se retourna complètement et lui désigna l'écran. Tu connais le champion, par hasard ? "

844 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Mar 30 Mai - 21:35

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞Rééducation
« J'ai longtemps exploré la ville, mais c'était quand j’étaie plus jeune. Maintenant, la majorité de mon temps est pris par l'académie, des cours martiaux aux cours scientifiques. Le reste du temps, mon temps libre donc, je suis avec des amies, Rose, qui a une boutique dans le district commercial depuis la mort de son père. Ou je reste chez moi, aussi, un ordinateur fait follement passer le temps, je n'aime pas trop la foule. Seulement les proches.

Mon rêve, c'est d'être comme Wilhemina ou Keva. »
Fit elle, d'un air relativement déterminé et expressif pour une fois, comme de l'admiration. C'était rare, vraiment.

Une fois en train de parler de tout et rien, Akira était impossible a stopper sans une intervention violente. Une vraie bassinoire quand elle le voulait. Un trait d'adolescente qui lui passera avec le temps, certaines disaient. Une façon d’évacuer le stress et l'anxiété découlant de son caractère, disaient d'autres. Dans les deux cas, le pauvre Lovelace n'aimant visiblement pas les interactions sociales sera bien pris dans le flot de la discutions, s'il n'intervient pas entre-temps. Heureusement pour lui, l'arrivée a destination la fit taire.

* - - - - - - - *

"Alors, le personneeeeeeeel...." Pensa elle en cherchant le membre de la plèbe responsable de ce lieu. Il est vrai qu'elle n'étaie jamais venue ici, et le charme des commerces de Tadryon était loin des antiques et traditionnelles petites boutiques de banlieue avec un vendeur souriant derrière un comptoir. Si Akira était remarquable de par la taille impressionnante de l'arme dont elle dispose, c'était tout le contraire de ce "pilier" de Tadryon. Et c'était pire encore quand ceux-ci avaient des obligations gouvernementales et envers la corporation, leurs participations étant alors réduites au minimum par rapport aux services proposés. Comme quoi, le capitalisme n'aura sans doute survécu aux cataclysmes, celui-ci n'étant plus qu'une vague idée.

« Excusez moi. » Fit elle a la première personne d'âge adulte dans cet océans d'enfants avec un semblant d'uniforme.

« Je recherche un adolescent du nom de Egbert, a peu prêt cette taille, qui est étudiant à l'académie. C'est au nom de l'armée, cette demande, bien entendu. » Termina elle en mimant les gestes adjoints aux paroles. Tout comme la justification sur l'armée n'était pas fortuite. Elle avait déjà eu des échauffourées avec quelques membres commerciaux de la citée, et elle ne voulait pas devoir tout recommencer.

« Egbert ? Il était la toute à l'heure, il y a trente minutes. C'est un garçon relativement connu par ici. Il est parti vers le quartier industriel, prêt des murs, pour y faire je ne sais quoi... » Répondit le tenancier, complétement agar de voir une jeune adolescente de quinze ans avec un fusil aussi grand qu'elle lui demander une telle question.

« Merci à vous, et bonne journée. » S'exclama-t-elle avant de partir chercher son monstre de poche du moment, Lovelace. Toujours sous le regard ahuris du vendeur qui, par habitude des étrangetés, haussera les épaules avant de retourner a ses fonctions.

Quand elle trouva son petit monstre en train de discuter avec un enfant, ce qu'elle entendit était, dans son sens de l'humour particulier, prompt a une blague. Mais elle ce rétractât dans un accès de timidité face a la foule, faut il dire qu'elle n'avais pas la carrure n'y l'habitude pour faire des blagues de grande envergure dans l'espace publique. Elle approcha donc pour ce mettre a coté de Calvin, et dire : « La championne est la ! »

Après un moment gênant de silence de sa part, elle reprendra son sérieux habituel. C'est fou de voir à quel point elle tente de sortir de son "armure" parfois. Elle annonça donc au compagnon d'aventure que : « D'après le patron, il serait parti vers la zone industrielle. Pas plus d'informations. »

~635 mots.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Mer 14 Juin - 22:06

Mon rêve, c'est d'aller de l'autre côté de l'océan. Comme à son habitude, le conscrit tout réservé avait hésité tout le long du chemin à réagir à la confession de l'adolescente. Lui aussi, il avait ses héros préférés, tout comme la plupart des citoyens. Les Capes Écarlates incarnaient ce que chacun souhaitait faire preuve en ce monde qui les avait rejetés : honneur, courage, et entêtement. Difficile de s'écarter de leurs ombres tellement elles étaient impressionnantes, aussi imposantes que les remparts de l'Humanité nouvelle. Alors oui, Calvin voulait sûrement marcher sur les pas de Thaddeus ou de Necole, mais il voulait aussi voir ce qu'il y avait au-delà des étendues salées. Les Hommes de l'Ancien Temps levaient les yeux au ciel pour imaginer l'espace, les Hommes d'aujourd'hui avaient un nouveau monde à explorer, découvrir, et dompter une bonne fois pour toute.

" Nooooon… Un petit rire accompagna la cachotterie du gamin, muet au sujet du fuyard qu'ils traquaient.
- Hilarant. " Une variante plus formelle de son "Très drôle", utilisable dans les situations qu'il jugeait parfaitement déconcertantes.

De manière générale, Calvin ne fut que peu débrouillard avec les plus jeunes que lui, au même titre que les plus âgés. L'écart des années n'aidait pas à partager les mêmes réflexions aux airs philosophiques avec les enfants, et les vieux avaient le cerveau si propre qu'ils connaissaient le serment de l'Entrée par cœur. Le malaise, c'était un sentiment qu'il tentait de combattre le plus possible, en compagnie d'une bonne taffe, d'un verre bien remplie, et de deux voire trois bons potes. Il était malaisant pour un adulte de sa trempe de ne pas avoir l'autorité suffisante pour lui faire sortir les vers du nez. Il était malaisant d'être un Tadryen ayant eu un contact avec l'ennemi de la nation et d'avoir gardé le silence.

" C'est important. Répéta-t-il une nouvelle fois au petit joueur, avant qu'Akira n'atteignit leur position… pour sortir ce que le conscrit n'aurait jamais vu s'extirper des lèvres de la demoiselle. Sa réaction : une paire d'yeux fixés sur la fameuse championne, paralysé durant quelques minimes secondes, pour finir par une saisie de sa cigarette électronique pour tirer et compenser la gêne. N'aurais-je pas déjà mentionné ses réflexes vis-à-vis du malaise, plus tôt ?
- On ne fume pas ici ! Gronda l'un des responsables à l'autre bout de la salle, le fautif obtempéra aussitôt.
- Pardon. Souffla-t-il sur une pulsation équivalente sa toxine gazeuse. A bien y réfléchir, il était possible de prendre pleinement parti de cette affirmation impromptue. L'idée était farfelue, et les Héros savaient que les plans tordus étaient son péché mignon. La zone industrielle est vaste, on n'a pas trop le temps de chercher une nouvelle piste. Il tourna la tête en direction du jeune homme. Cependant, ce garnement saurait où se terre Egbert.
- Ouais !
- D'accord. On accepte ton défi. "
A la fois surpris et épanoui, le garçon présenta la borne de jeu aux chasseurs d'étudiant.

Le pari était simple dans son énoncé : finir au moins cinquième sur le tableau des scores, soit battre le record de ce petit monstre. Celui d'Egbert était anormalement élevé par rapport à la seconde place, mais au moins le reste du top était assez proche dans son ensemble. Calvin fut le premier à tenter l'essai, et cette initiative – ce qui était rare pour être souligné – n'était pas anodine. Le jeu de tir, puisque c'en était un, laissait simplement le joueur maître d'un pistolet lié à la machine. Le jouet était plus léger qu'une arme de poing standard, mais ce n'était pas plus mal pour le médic qui souhaitait parfaire ses gestes combattifs. Il tendit l'arme factice en direction de l'écran, la ligne de mire assez bien alignée avec l'œil, les jambes écartées de telle sorte de composer le recul imaginaire du flingue, les doigts repliés sur le manche. Son instructeur l'avait souvent corrigé sur la force exercée par ses phalanges, trop faible ou répartie inéquitablement, tout ce qu'il fallait pour que l'arme lui glisse entre les doigts lors de la première détonation. Malgré toutes les précautions actuellement appliquées, Calvin enchaînait simplement les appuis sur la gâchette, seule son subconscient faisait le parallèle avec ses premiers tirs en territoire inhospitalier. Les rebelles à l'air monstrueux tombaient les uns après les autres sur l'écran, mais il laissait volontairement quelques temps morts pour annuler certains multiplicateurs de points et aller au rythme visé. Au bout de deux minutes de partie, Lovelace avait fini sixième, effleurant de peu la place désirée.

" Perdu ! S'exclama fièrement le garçon, Calvin n'était visiblement point touché.
- On n'en a pas terminé avec toi. Il tendit la "manette" à Akira, un simili de sourire en coin en prime. C'est à la prétendue championne d'essayer. " Ce défi n'étant que le déclencheur de leur avancée.

805 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Akira Hammond
avatar
♦ Messages ♦ : 150
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Rééducation | PV Akira Jeu 15 Juin - 17:15

<
❝ Un nouvel ordre mondial jaillira des savants de notre cité, l'humanité survivra.  ❞RééducationComme convenu a un acte inhabituel, une réaction inhabituelle. Mais était-ce vraiment si rare d'apercevoir la joyeuse Akira ? Cette partie de sa personnalité si souvent réprimée dans le fond de son cœur, uniquement connue de ses amis, ceux en qui elle a suffisamment confiance ? Il faut croire que oui, c'était exceptionnel. Quoi qu'il en soit, en voyant la tête du médecin, la jeune adolescente en la personne d'Hammond mourut tout simplement de rire une bonne trentaine de secondes, reprenant son souffle pour ensuite laisser la conversation continuer.

« Il le sais ? Un défi ? Et une bonne fessée alors, le résultat serait le même... Mais bon, c'est vous qui voyez. » Murmura-t-elle relativement discrètement a Calvin, sans pour autant forcer sur ses mots. Après tout, si c'était son choix, elle le laissera faire. Mais s'il échoue, au moins, elle aurait le réconfort d'avoir eu raison.

Lovelace se pris donc au jeu, et tel un conscrit a l'académie, était en position de tir. Et pour un médecin, il combattait plutôt bien, vis a vis des clichés qu'avait Akira à leurs sujets. Comme quoi ils doivent assurer la protection des autres, et en échange, les autres le protègent. Après, il est vrai que le serment d’Hippocrate qui interdisait aux médecins le port d'une arme a été depuis longtemps oublié, perdu dans les méandres de la science moderne au profit d'autres valeurs morales, comme la génétique ou la bio-ingénierie. Mais malgré le regain d’estime de Calvin, celui-ci échoua, de peu cependant. Il proposa à Hammond d'essayer.

« Ah, en effet, il est temps d'essayer. »

Pourquoi faut-il que tous les jeux de ce style soient conçus avec des armes de poing ? La spécialité de notre jeune adolescente était les armes lourdes et longues portées, pas ces petites choses fragiles. Mais il n'était pas l'heure de rechigner. Elle agrippa l'arme, jugeant du poids de la chose, de l'ergonomie de tenue et des organes de visées. Une fois prête, elle "engagea" son ennemi. C'est avec une certaine aisance que sa coordination accrue oeil-main l’assistait dans cette tache, un des quelques défauts a cette précision était que, habituée au fusil de précision, elle ne respirait quasiment pas pour diminuer le tremblement de l'arme. Ce défaut, bien qu'anodin avec un semi-automatique, lui laissais bien quelques inconfort au fur et à mesure de l'avancement et de la durée du jeu.

Ne tenant plus la cadence, elle termina néanmoins sur un score satisfaisant, le troisième du tableau a présent. Elle souffla un coup avant de se retourner pour observer les deux têtes d'ahuris qui l'observaient, une grosse pincée d'ego bien visible dans les yeux. Akira était la reine de la vantardise, et elle adore gagner, comme pour confirmer sa supériorité, alors, elle en profitait, pour une fois.

« Alors ? Je vous l'avais dis ! » Fit elle, a la fois fière et essoufflée.

« Bravo madame. » Grogna le garçon, quelque peu déçus.

« Maintenant, ou est Egbert ? » Demanda-elle.

« Il se cache dans l’entrepôt B-42 de la zone industrielle. C'est un entrepôt abandonné ou les patrouilles ne passent pas souvent. Je ne sais pas s'qu'il y fabrique, mais parfois, il parle de plans. » Affirma le jeune joueur.

« J'imagine que c'est notre seule piste dans tous les cas, il est temps de se mettre en route. Merci a toi, petit. Et n'oublie pas qui est la championne ! »

~569 mots.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t116-akira-hammond-tadryon-termin
 
Rééducation | PV Akira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?
» L’éducation soutient l’établissement d'une kleptocratie
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée
» L'Éducation: Antidote contre le racisme - y compris le racisme anti-soi-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Varosha :: Tadryon-
Sauter vers: