Partagez | 
 

 Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phèdre
avatar
♦ Messages ♦ : 416
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Jeu 25 Mai - 1:23

♦ Phèdre Swan ♦

IDENTITE

Nom: Swan
Prénom: Phèdre
Sexe: Féminin
Age: 19 ans
Affiliation: Spectre.
ATTRIBUTS

Force: 4
Agilité: 10
Constitution: 8
Perception: 13
COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚪⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Médecine - ⚫⚪⚪⚪⚪
Armes Blanches - ⚫⚪⚪⚪⚪
Charisme - ⚫⚫⚪⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Le Mirage - ⚫⚪⚪⚪⚪


INVENTAIRE

Armes

♦ Epée droite.
♦ Couteau à cran.

Equipements

♦ Rien.

Autres

♦ Rien.


PHYSIONOMIE


Le corps est un masque dont l'éclat sera ta force.

Silencieuse, Phèdre contemplait ce reflet perpétuellement vêtu de linge blanc qui ne souriait pas. Combien de jours avait-il fallu pour que sa silhouette longiligne prenne forme, et combien en faudrait-il encore avant que cette stature dédaigneuse ne s'assèche pour toujours ? Avec douceur, elle promenait ses fines phalanges sur la chair légèrement sombre, s'inventant des courbes qui voyaient à peine le jour, comme des collines hésitant à éclore. Le long de son dos tombait une tresse audacieuse qui accompagnait le moindre de ses pas et que seuls les doigts d'un amant malchanceux savaient délier. Sous son front arrogant se logeaient deux perles à la couleur indécise, qui se pâmaient tantôt d'azur, tantôt de parme. Il suffisait de baisser le regard pour que s'étalent des lèvres charmantes dont l'épaisseur effaçait la finesse de ses traits, surplombées par un nez délicatement retroussé, délivrant une once de dysharmonie à un visage qui aurait pu naître gracieux.


PSYCHOLOGIE


Du berceau au tombeau, nous sommes liés les uns aux autres.

Toute pièce, qu'elle soit d'or ou d'argile, possède une face cachée. À l'instar d'une créature qui ne dévoilerait que son ombre, Phèdre est une jeune femme discrète et mystérieuse qui sait enfouir ses secrets pour que même un séisme ne puisse les découvrir. Née d'un père inconnu, elle fut élevée par sa mère qui lui offrit un ensemble de règles à suivre pour vivre au sein de l'Alcôve et qu'elle s'efforce d'appliquer depuis l'Incident. Ainsi, elle se montrera chaleureuse, voire charmeuse avec ses congénères féminines, alors qu'elle n'hésitera pas à faire preuve de froideur et de distance envers ses homologues masculins. Effrayée par le mensonge des autres, elle évite de nouer des liens avec quiconque, s'essayant même à la manipulation de temps à autre. Au fil du temps, elle a développé un certain penchant pour le sarcasme et le cynisme qu'elle emploie avec justesse. Elle n'a que peu de considération pour les habitants de Tadryon ou les Fils d'Ohibaan.

Néanmoins, Phèdre est très attentive au bien-être de ses semblables. Si l'occasion se présente d'aider l'un d'entre eux, elle s'en chargera sans rechigner et sans attendre de récompense particulière, consciente que l'Alcôve repose sur l'entraide et que seule la communauté autorise la survie. De nature modeste, elle se méfie d'emblée des êtres qui usent de flatterie à son égard et n'adresse jamais la parole à un inconnu si ce n'est pas nécessaire. Si l'on parvient à faire tomber la façade qu'elle arbore, elle se révèle étonnamment joueuse et apprécie de manière démesurée les jeux et la compétition. Il est même possible que la jeune femme devienne d'humeur charmeuse pour quelque temps. La plupart de ses ennuis viennent de son impulsivité. En dehors de son mode de vie bien réglé, il lui arrive en effet d'agir sur des coups de tête, détruisant tout ce qu'elle a jusque-là préservé sans même s'en rendre compte. Légèrement instable, Phèdre est affligée par une profonde culpabilité que rien ne semble atténuer.


HISTOIRE



Elle est la fille noire et son sang fait la roue
Dans la nuit d'un feu mûr.


~ . ~

« Qu'est-ce que l'amour, maman ? » Béryl tourna le visage vers sa fille qui s'amusait innocemment avec l'un de ses vieux colliers. L'insouciance d'une jeunesse que la cruauté de la vie ne fauchait pas encore. Une lueur rêveuse emporta son regard vers un passé qui n'existait plus depuis longtemps, ses lèvres n'affichant qu'une moue désapprobatrice. Retarder l'échéance serait futile ; elle ne pouvait pas protéger sa fille de l'existence éternellement. Phèdre devait comprendre, ou mourir. « Quelque chose dont tu devras connaître les secrets mais ignorer la morsure, mon ange. Ce sera ta plus lumineuse victoire et à la fois ta plus sombre défaite. Une force qui te mènera plus loin et plus haut que tout le courage d'un peuple qui chute, une clé qui effleurera toutes les serrures et ne les cherchera jamais. Cela ne prend pas la forme d'un parfum langoureux ou d'une vision enchanteresse. C'est ce qu'il te faudra inspirer aux autres, sans oser y aspirer sous peine de te voir voler en fumée, une symphonie qui navre l'âme et qui tourmente l'esprit, une exaltation éthérée qui ébranle l'univers d'un être. Jamais tu ne devras tomber là où les autres s'agenouilleront de leur plein gré, Phèdre. » Ses prunelles fatiguées s'élevèrent malgré elle vers une fleur desséchée qui autrefois faisait vibrer en son coeur un espoir fragile. Sa voix cristalline n'était que plus qu'un murmure échappé aux caprices du temps. « L'amour n'est rien. Une rose, peut-être. »

~ . ~

Le regard crispé sur la main triomphant au centre de la table, la fillette vêtue de blanc se tenait droite, réfugiée dans un mutisme sidéré, percevant des paroles qui perdaient leur sens sitôt qu'elle les écoutait. Son corps frêle se balançait d'un pied sur l'autre à la recherche d'une réponse qui ne viendrait plus. « Je suis navré, Béryl. Personne n'a rien pu faire lorsque l'attaque a eu lieu. Nous avons essayé de la protéger, mais elle a refusé. Tu connaissais sa vaillance et son entêtement mieux qu'aucun de nous, et tu sais combien nous l'aimions. C'est tout ce qu'il reste d'elle, et qui partira dans les flammes. » La douleur dans la gorge, comme une ronce qu'on dévore peu à peu. Des images imprécises plus réelles que le corps de sa mère tremblant contre le sien dansaient autour d'elle, et il aurait suffi de tendre les doigts pour la rejoindre. Une mélodie tournait sous son crâne, effaçant l'incroyable, altérant une réalité impossible. « Toi et moi, c'est pour toujours, Phy. Toi et moi, et le monde aussi. » Abasourdie, ses yeux s'attachaient au moindre détail, mus par une volonté sinistre qu'elle ne pouvait réprimer. Elle retenait les boursouflures de la chair brûlée, le gonflement des veines asphyxiées et les marques terreuses, et le rouge qui tranchait sur la pierre. Sephora. L'autre fille de sa mère, disparue. Avalée par un oubli que tous finiraient par retrouver, tôt ou tard.
« S'il n'y a plus de toi, reste-t-il un moi ? »

~ . ~

Les pétales glissaient entre ses doigts comme la promesse d'un avenir qui s'échappe sitôt qu'on l'effleure. Le coeur enfiévré, il lui semblait qu'un océan se déchaînait contre ses tempes pour la mettre en garde face à ce qu'elle ne vivait pas encore. Et pourtant, une quiétude douce se terrait sous ses paupières closes. Lorsque le voile s'évanouit, elle abandonna l'enfance sans un regard en arrière et peignit un sourire sur le visage qu'elle offrait à Spectre. En ce jour unique, la jeune femme rendit un dernier hommage à sa chère défunte, prenant pour partenaire celui qui avait autrefois été le sien. Une fois le ciel dévoré par les étoiles, elle s'invita en sa demeure, effrayée d'une révélation qu'elle savait inévitable. Entre ses bras ravageurs, Phèdre découvrit le plaisir. Une sensation que nulle autre ne pouvait surpasser, qui l'entraînait peu à peu vers l'anéantissement. Et à chaque caresse audacieuse, elle se sentait renaître puis disparaître, ne sachant s'il la toucherait à nouveau. Le sens de l'amour lui apparut ce soir-là, et elle pleura longtemps, de joie. « Chaque jour est une promesse que l'on offre à la nuit. » Béryl avait raison. L'obscurité passa comme un rêve, entrelacée de cris et de soupirs qu'ils étaient à jamais les seuls à entendre. Au petit matin, alors que l'ivresse reculait timidement face à la lumière, on lui ramena le corps inerte de sa mère.

~ . ~

Désormais femme au sein de l'Alcôve, la brune chancela sous les merveilles insoupçonnées des Chambres, avide de recevoir les enseignements auxquels chacun était initié. Désireuse d'apprendre, il ne passa pas une journée sans qu'elle ne mette en pratique ce qu'on lui montrait, ne se souciant des échecs que pour ce qu'elle en découvrait. Sans un remords, Phèdre délaissa les règles de conduite de sa mère, s'engageant tout de même auprès des médecins comme elle autrefois. Un jour qu'elle rentrait, elle rencontra un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Au fond de ses iris noirs, elle discerna l'éveil d'une envie sensuelle qui ne s'assouvirait que sous les draps, une issue qu'elle prit plaisir à retarder. La mise en garde de Béryl fut bien futile face aux assauts insensés de cet inconnu qui lui échappait sitôt qu'elle croyait refermer ses griffes. Rêveuse, elle dessinait les contours de son visage lorsque l'obscurité s'élevait, oubliant pour un temps le monde. Les semaines passèrent, un jeu étrange prenant place entre eux. Inéluctablement, la jeune femme tomba sous son charme, n'attendant qu'un mot pour s'ouvrir à lui, fiévreuse de sentir la sensuelle caresse de son regard sur sa peau dénudée. Alors que tout semblait perdu, elle succomba à ce baiser qu'elle espérait depuis si longtemps et lui laissa découvrir ce corps qu'elle lui avait autrefois refusé. « Tu es la fleur éclose de mes rêves, Phèdre. » Ce fut la nuit la plus grandiose de son existence, l'union parfaite enfin accordée par l'amour. Et lorsqu'elle ouvrit les yeux, une rose attendait à ses côtés. Poignardée par l'effroi d'une trahison impardonnable, elle se figea.
L'amant et le père. Tout se confondait.



HRP

Pseudo: Méduse.
Comment avez-vous découvert le forum ? Il paraît qu'on lui a fait de la pub récemment et que je n'avais pas encore eu le temps de jeter un oeil.
Code: Validé ♪


© Dysnomie

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t299-les-roses-de-l-opprobre-phed
Phèdre
avatar
♦ Messages ♦ : 416
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Jeu 25 Mai - 12:30

♦ COMPAGNONS ♦


IDENTITE

Nom: Dväresh
Prénom: Tarik
Sexe: Homme
Age: 32 ans

Niveau: I
Affiliation: Fils d'Ohibaan.

ATTRIBUTS

Force: 11
Agilité: 3
Constitution: 7
Perception: 4

COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚫⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Médecine - ⚪⚪⚪⚪⚪
Charisme - ⚪⚪⚪⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚫⚪⚪⚪⚪

Armes Naturelles - ⚫⚫⚪⚪⚪
Zoologie - ⚫⚪⚪⚪⚪

| + |

Armes

♦ Hache Insecte
♦ Fumigène Pollen Orianis

Equipements

♦ Rien.

Autres

♦ Rien.

PHYSIONOMIE


Et chaque jour, la nature marquera ta peau.

Sous le doux murmure de la brise matinale, un homme s'éveille. Le visage et les épaules couverts de signes étranges où se mêlent courbes et lignes d'un vert foncé, il se relève. Une lueur de sauvagerie anime ses prunelles brunes, perçant la barrière de sa chevelure couleur de blé. Les traits anguleux de son visage lui assurent un air féroce, quelles que soient les circonstances. Si l'on ose approcher, on distingue les traces de vieilles blessures qui tâchent son corps aux endroits où la chair n'est pas dissimulée, comme le témoignage muet d'une survie périlleuse.

PSYCHOLOGIE


La tolérance est mère de toute évolution.

S'il fallait ne retenir qu'une seule chose du caractère de Tarik, ce serait sans conteste sa loyauté envers ses semblables dont il apprécie plus que tout la compagnie. Fraternel, il n'hésiterait pas à se sacrifier pour ses congénères s'il le fallait. Se dévouer corps et âme à la communauté est à ses yeux la meilleure manière de vivre. Il apprécie particulièrement de passer du temps avec les jeunes gens. Susceptible et plutôt borné, il arrive qu'un rien déclenche chez lui une immense crise de colère, faisant ressortir une violence insoupçonnée qu'il apaise en s'isolant au sein de la forêt et par le biais de son entraînement. Possessif avec sa petite soeur, Thälya, il n'apprécie guère son compagnon, l'un des seuls Fils d'Ohibaan envers lequel il ressent de l'animosité. S'il râle régulièrement, il est néanmoins doté d'un certain sens de l'humour. La haine farouche qu'il voue à Tadryon n'est un secret pour personne. Honorer la nature sous toutes ses formes suffit à le rendre heureux. Son seul regret est de ne pas être père.

HISTOIRE




Ecoute et ressens, mon frère. Sous le murmure ancestral des feuilles, la vie s'éveille ; sous son silence, elle renonce.

Tarik vit le jour au fond d'une Bassine, un matin comme les autres. La vie ne fut ni cruelle ni clémente envers lui. Choyé par des parents qui retournèrent à la nature alors qu'il n'avait que quinze ans, il voua toujours une affection sincère à Thälya qu'il s'efforça de protéger de la brutalité du monde jusqu'à ce que, fatalement, elle la découvre d'elle-même. Toujours la tête dans les nuages, il passait le plus clair de son temps dans la Forêt, à apprécier simplement la Nature et à réfléchir sur le monde qui l'entourait. Bien sûr, ce ne fut pas une période exempte de douleur, mais il s'accommodait des cicatrices que la Nature lui offrait avec reconnaissance. Après une malencontreuse rencontre avec la pluie, il fit couvrir une partie de son visage d'un tatouage, et se décida à rester au village pour aider là où il était le plus utile. Un désir profond d'enseigner aux enfants l'avait saisi, et il voulut s'y employer, sans grand succès. Seulement, avec les années, son regard se tournait vers les armes avec une lueur d'envie, et l'appel de la Nature se fit plus irrésistible, lui intimant de la défendre contre les Impurs. Tout lui apparaissait alors comme un signe, et il passa de nombreuses heures à observer les arbres, indécis. En fin de compte, il y répondit et grava sur la peau de ses bras d'autres lignes, symbole de son nouvel engagement envers son peuple. L'apprentissage serait long, mais il y parviendrait et apaiserait les tourments de son coeur, évaporant la rage qui bouillonnait chaque jour davantage sous son crâne. Il le savait : un jour ou l'autre, la Nature lui accorderait le pouvoir de devenir l'un de ses fervents protecteurs.

 


© Dysnomie

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t299-les-roses-de-l-opprobre-phed
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 777
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Jeu 25 Mai - 12:35

Bienvenue Officiellement Kaos 1  


Juste, tes avatars ne sont pas à la bonne taille =) C'est du 200*400 pour ton compte principal et du 200*510 pour ton compagnon =) si tu n'y arrives pas, fait une demande ICI avec des avatars plus grands ^^


Voilà! bonne continuation pour ta fiche Kaos 5



©Sigfrëli
♥ Approuvé & Adopté ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Doyle Lunar
avatar
♦ Messages ♦ : 21
♦ Inscrit le ♦ : 22/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Jeu 25 Mai - 12:59

Bienvenue, tragédienne ! Et bonne continuation pour la fiche.



Doyle Lunar & Lucie Stew
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t292-doyle-lunar
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 297
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Jeu 25 Mai - 23:16

Bienvenue Kaos 5

Très jolie fiche pour commencer, au plaisir de lire la suite du compagnon !



Artiste avatar : Magdalena Radziej
Musique thème



☀ Demande de lien ☀



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Phèdre
avatar
♦ Messages ♦ : 416
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 0:44

Nasträlya > J'ai été aidée par le gentil monsieur barbu pour l'avatar.

Doyle > Merci beaucoup !

Siggy > Merci à toi. En revanche, je crois que tu ne l'as pas lue en entier parce que j'ai ajouté pas mal de choses après ton message. ^^ Ton surnom me fait systématiquement penser à Vikings, au passage. :o

Bon, la fiche de Phèdre est achevée, je vais m'occuper de son compagnon. ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t299-les-roses-de-l-opprobre-phed
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 326
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 1:24

Bienvenue miss et bonne validation Kaos 1
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Phèdre
avatar
♦ Messages ♦ : 416
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 12:49

Gamaliel > Merci, futur camarade Kaos 1

En ce qui me concerne (et j'espère ne pas avoir écrit trop de bêtises), la fiche est terminée. ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t299-les-roses-de-l-opprobre-phed
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 821
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 13:12

Coucou et bienvenue officiellement ♪

De mon côté tout est bon ! Je dois attendre Nana pour le compagnon et pouvoir te valider. Ton histoire était vraiment très agréable à parcourir. J'ai eu l'impression de retrouver un côté Pierre Bottero, dans le Pacte des Marchombres, avec cette poésie en toile de fond ♥

Si mon carnet n'était pas aussi rempli, je t'aurais subtilisée un rp de suite.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 777
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 15:54

C'est tout bon pour moi



©Sigfrëli
♥ Approuvé & Adopté ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 821
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée] Ven 26 Mai - 15:55




F i c h e    V a l i d é e


Bienvenue officiellement au sein de Dysnomie !

Tu peux désormais commencer le rp au sein du forum. N'oublie pas de recenser ton avatar dans ce sujet et de mettre ta fiche dans ton profil.. Tu peux également faire une demande de rp dans la section appropriée et créer ton agenda pour recenser tes écrits en cours.

Je suis le responsable de ta faction, n'hésite pas à me contacter par mp pour tout projet ou questions en rapport avec elle.

Kaos 20



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
Les roses de l'Opprobre. [Phèdre, Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Préambule :: Identifications :: Confirmées-
Sauter vers: