Partagez | 
 

 IV. Us & Coutumes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 482
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: IV. Us & Coutumes Sam 7 Mai - 0:52




Société


« Et de notre unité, naîtront les ténèbres du Spectre, semant le doute et le désir chez les hères de ce monde. »

La Voix, lors d'un conclave de l'Assemblée.


Le Secret & les Infiltrés

L'existence de Spectre est intangible, personne ne saurait l'affirmer, ni l'infirmer. Chacun sait, sans savoir. Seules les hautes figures, des principales factions, connaissent sa réalité et d'un commun accord arrangeant, ont décidé de taire cette dernière. Pour maintenir sa position et asseoir son invisibilité et le doute, Spectre a disséminé des membres infiltrés au sein des factions influentes. Leur véritable identité est inconnue et les dirigeants n'en ont jamais eu vent. Ils agissent de l'intérieur et récoltent des informations, tout en préservant l'anonymat du groupuscule et en perpétuant la rumeur de son existence ou de son inexistence.


La Noblesse

Dans le Spectre, les nobles sont les fondateurs de l'organisation. Des précurseurs qui ont établi les règles et les lois du groupe, qui ont infiltré et noué les premières factions afin de constituer le réseau qu'est aujourd'hui le Spectre. En ce sens, ils se jugent bien au-dessus de la plèbe commune, malgré l'aspect fraternel du groupuscule. Les grandes familles nobles sont très peu nombreuses.

Elles ne répondent pas aux exigences de bienséance habituellement admises par la communauté. Les concepts de fraternité et d'entraide sont bien plus flous pour eux. Ils rechignent à se considérer comme les égaux de ces roturiers qui, parfois, ne sont même pas nés dans l'alcôve. Les nobles se reproduisent entre eux afin de conserver leur sang pur, étant donné que leurs enfants, issus d'une Union ou non, prendront systématiquement le nom de leur génitrice. Toutes les grandes familles ont une place à l'Assemblée et leurs voix comptent énormément. Elles sont généralement infiltrées au sein de la majorité des postes importants.


La Place de la Femme

De tous temps, la femme a toujours tendu à devenir l'égale de l'homme qui, par vanité et machisme, ne lui octroyait pas sa juste place. Chez Spectre, la femme est placée au cœur de toutes choses. Les femmes sont omniprésentes et tiennent des places importantes au sein de la société. Décisionnaires ou même forgeronnes, elles occupent tout aussi bien les postes autrefois exclusifs aux hommes, que ces derniers. Certains tendent à penser qu'elle a même surpassé l'homme sur certains aspects.

Les femmes sont célébrées lors de la Floraison et la doyenne de Spectre est une des voix les plus écoutées et suivies du Conseil de l'Assemblée.


L'Union

Rare et sacrée, l'Union scelle le respect et l'attachement de deux êtres. Il n'est jamais question d'amour, contrairement au concept archaïque du mariage. Lors de l'Union, tous les habitants de l'Alcôve sont réunis et assistent au rituel. Les deux amants se rendent à la Place Forte et se placent sur la pierre de l'arbre, au centre du bassin. Là, ils prononcent le Serment, leurs mains gauches liées par un ruban de soie. Ils renoncent alors à leur droit de libertinage et s'acceptent comme seuls et uniques partenaires.

L'Union est très rare et ne concerne que très peu d'individus. Les membres du corps d'espionnage doivent abandonner leur voie, s'ils souhaitent s'unir. L'Union ne peut souffrir la moindre infidélité, y compris pour une mission. Il est impossible de rompre l'Union, d'où son extrême rareté. Bien que l'Union ne puisse être rompue, il existe des cas particuliers, on parlera alors d'Union brisée, faisant l'objet d'un examen minutieux par le Conseil.


Fraternité & Famille

Spectre repose sur le principe de fraternité. Tous ses membres s'entraident et sont tenus de s'apprécier à leur juste valeur. Aucune forme de lynchage ou de rabaissement ne se doit d'exister. Bien que les plus hauts gradés disposent de quelques libertés en la matière, ils demeurent peu nombreux et agissent, pour la plupart, dans le respect des autres. Ce point n'affecte pas les nobles, qui agissent comme ils le désirent.

Ainsi, entre eux, les citadins sont tous perçus comme une seule et même famille. Chacun appelant l'autre 'frère' ou 'sœur', altérant ainsi la symbolique de la Famille. La Famille, au sens propre, a une désignation toute particulière. Ne sont considérés comme frères ou sœurs, que les individus issus d'une même Union, portant le même nom et n'ayant jamais été désavoués par leurs géniteurs. Entre eux, ils utiliseront le terme 'sanguis', qui se réfère aux liens du sang.

Les individus ayant un géniteur en commun, ou les mêmes parents, mais n'étant pas issus de l'Union, ne sont pas considérés comme tel. Seules l'Union et la noblesse consacrent la Famille. En outre, si les parents s'unissent ultérieurement aux naissances de leurs enfants, ils ne deviendront pas pour autant 'sanguis'. Il n'y a pas de rétroactivité avec l'Union.

Par voie de conséquence, l'Union entre deux individus partageant un ou deux géniteurs en commun, mais n'étant pas 'sanguis', est tout à fait valable et autorisée. De même que les rapports intimes et l'enfantement. Cependant, en cas d'existence d'un 'sanguis' entre deux êtres, tous les comportements incestueux deviennent blâmables, bien qu'ils ne soient pas punis de mort.


Sexualité & Chambres du Plaisir

Chez Spectre, les concepts d'hétérosexualité et d'homosexualité sont très flous. La grande majorité des membres furent initiés à toutes les formes de plaisirs. La sexualité possède une part importante dans l'organisation. Tous les espions sont amenés à se servir de leurs atouts et être un bon amant permet d'ouvrir certaines portes. En outre, la notion d’infidélité n'existe que dans le cadre de l'Union. Tous les citadins sont, par nature, libertins et n'ont aucunement à se soucier des dires ou des rumeurs pouvant se propager, au sujet de leurs actions.
Toutes marques d'homophobie ou d'hétérophobie sont bannies et punies. Spectre ne se soucie pas des genres, uniquement des personnes. Bien sûr, chacun dispose de ses préférences, mais il est rare qu'un membre de Spectre n'ait pas vu les deux faces de la sexualité.

Tout un chacun est éduqué pour remplir un rôle chez Spectre. Certains combattent de front, d'autres murmurent aux oreilles des puissants...etc. S'ils se doivent de savoir se battre, s'exprimer et s'adapter, les membres influents et notamment ceux du corps d'espionnage, sont initiés à la découverte de leur être et des plaisirs charnels. La sexualité étant un sujet ouvert et libre, l'existence des Chambres du Plaisir ne choque personne.
En ces lieux, les adolescents sont approchés et découvrent toutes les formes du plaisir, pouvant contenter les puissants afin d'en gagner la confiance. Les rapports intimes ont de tous temps étaient au centre de victoires, de conquêtes et de trahisons. Spectre sait utiliser cette facette à bon escient. En ce sens, les individus consentants sont initiés à devenir de bons amants, pour complaire à de futures victimes.
Tous les membres ne s'y rendent pas nécessairement, seuls ceux en exprimant le désir sont acceptés. Aucun hère ne sera forcé, s'il ne le souhaite pas. Il n'est pas rare de croiser, dans ces chambres, des personnalités importantes, l'esprit libertin de Spectre les encourageant à découvrir de nouveaux partenaires.


La Drogue

Au tout début de l'organisation, Spectre s'est illustré dans la fabrication d'une drogue à base de pierres bleues. Cependant, sa haute toxicité et la propagation de certaines maladies ont conduit à l'arrêt de la production.

Néanmoins, certains alchimistes ont poursuivi la création et vendent par contrebande les précieuses pilules. Toute personne arrêtée, en possession de drogues, est aussitôt considérée comme Iscariote - un traître - et subit le Supplice des Trente Deniers.

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 482
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: IV. Us & Coutumes Mer 25 Mai - 13:50




Coutumes


« Ah les femmes ! Les plus belles créatures de ce cosmos. Douces et chaleureuses, mais piquantes comme une ronce d'Elysium. »

Lison Korovish, discours au Cercle de Pierre, à l'intention de la jeunesse.


La Fleuraison

Célébration de la Femme, la Fleuraison représente le passage de l'enfance à l'âge adulte pour les demoiselles de Spectre - généralement vers 15 ou 16 ans - et entraîne une cérémonie solennel au sein de la Place Forte.

Lorsque l'arbre fleuri et dévoile ses fleurs pâles, dans l'Alcôve du Spectre, toutes les jeunes filles, dont le cycle a débuté, sont appelées à se présenter devant la plèbe. Toutes sont vêtues de blanc et portent un voile opaque devant le visage. La Voix s'exprime au nom de tous et rejoint la Place Forte, en cette unique occasion. Chacune s'agenouille et reçoit une fleur de l'arbre, symbolisant sa féminité et son épanouissement, puis la Voix verse de l'eau de la fontaine de la Place Forte, sur leur front, faisant ainsi tomber le drapé pour dévoiler le faciès des jouvencelles.

Il est de tradition que les élues choisissent un partenaire pour la Nuit des Roses - qui démontre l'ouverture à la sexualité de la femme -, mais chacune est maîtresse de cette décision.

La Fleuraison est une étape cruciale dans la vie de chaque femme membre du Spectre. Sans elle et sans la Nuit des Roses, elles ne peuvent prétendre au corps d'espionnage. En outre, cette cérémonie est aussi l'occasion de célébrer la Femme dans sa globalité. Ce jour-là, ce sont les hommes qui se chargent de tout, les femmes étant exempt de toutes tâches.

Il n'existe pas de pendant masculin. Les hommes s'ouvrent généralement plus tôt à la sexualité et leur passage à l'âge adulte se fait lorsque leur précepteur les juge dignes. Cette élévation correspond plus à une notion de maturité, qu'autre chose, c'est pourquoi il peut y avoir des adolescents dans les hautes sphères.


Theluji Leo

Animal docile, originaire du Mont Harân, le Theluji Leo s'est imposé comme le compagnon des nobles de Spectre. Tout membre de la noblesse peut revendiquer l'un de ces animaux et le dresser. Ils sont le symbole de l'élite. En cas de déchéance de titre ou de traîtrise, la bête est confiée à un autre noble ou est relâchée. Les Theluji Leo sont sacrés, quiconque s'en prend à l'un d'entre eux, est passible d'exil ou de mort. Il arrive que l'un de ces animaux soit offert pour service rendu ou pour fait d'arme. Les cas sont rares, mais existants.

Ce ne sont pas des créatures d'action et elles sont inoffensives. Durant de nombreuses années, les membres de Spectre se sont échinés à les faire combattre, en vain. Il n'existe aucune exception et n'en existera probablement aucune. Par nature, les Theluji Leo sont plutôt craintifs et rechignent à la violence, leurs griffes sont trop peu développées et dotées d'une pellicule protectrice, les empêchant de les utiliser. Ils ne se nourrissent que de frêles animaux ou de plantes originaires du Mont Harân. (cf. voir bestiaire du Mont)


L'Anneau des Braves

Bien qu'il soit plus proche de la chevalière, l'Anneau des Braves est la marque des hauts gradés et de ceux qui se sont illustrés au cours de leur vie. Fait d'argent et d'une pierre rouge, il est porté à l'annulaire gauche - symbolisant le côté du cœur - pour haut fait et au droit - symbolisant la force - pour les puissants et les décisionnaires.

Personne, en dehors de Spectre, n'en connait la signification et les membres peuvent ainsi se reconnaître entre eux lorsqu'ils sont en mission d'infiltration. L'Anneau des Braves est aussi le seul moyen d'ouvrir la porte du Centre de Commandement, empêchant ainsi les importuns de s'y rendre. Voler un anneau à un dignitaire est considéré comme une traîtrise, qu'importe l'âge de l'aigrefin.


Le Supplice des 30 Deniers

Nommé ainsi en référence à la trahison de Judas, le Supplice des 30 Deniers est le recours employé lorsqu'une traîtrise est avérée. La personne devient dés lors un Iscariote et n'est plus considérée comme un membre de Spectre.

Une fois la sentence rendue et le coupable désigné, la sentence a lieu au sein de la place forte. Une corde est scellée à l'arbre et on pend l'Iscariote, tout en laissant un infime espace pour qu'il puisse s'élever sur la pointe des pieds et conserver un semblant d'oxygène. Après quoi, trente pièces rudimentaires sont fondues et déversées sur le nœud entourant la branche. Si le traître survit jusqu'à ce que le métal liquide dévore le cordage et le fasse retomber au sol, il est alors épargné et doit s'engager à servir la plèbe, sans aucun espoir de pouvoir rejoindre la surface. Depuis l'application de cette sentence, seuls deux individus ont survécu et ils n'ont jamais récidivé.

Ceux qui perdent la vie sont emmenés au dehors et enterrés dans la Fosse des Parias. Les privant ainsi de l'incinération et du repos.


La Mort

Chez les membres de Spectre, la mort a un caractère particulier. Les défunts sont célébrés et leurs corps sont brûlés, pour redevenir cendre et poussière. Un corps épargné par le feu est un affront, dans le cas où le mort n'était pas un traître. Tout Homme doit retourner à la poussière qui l'a engendré et ainsi, faire de nouveau partie d'un tout. Les dépouilles des traîtres ne sont pas brûlées pour que ce tout ne soit jamais vicié par leur félonie. Les habitants de l'alcôve se réunissent sur la Place Forte et célèbrent ce retour à la Nature. Chacun doit être vêtu sobrement et bon nombre d'individus arborent un masque blanc inexpressif, un rituel conservé depuis la création de Spectre.

Après la cérémonie du bûcher, la plèbe est invitée à festoyer, pour acclamer la mémoire du défunt. Les cendres ne sont jamais entreposées, mais retournent au vent et à la terre. Si le mort était uni, la charge de répandre ses cendres revient à sa moitié, dans le cas où il avait conservé son libertinage, la responsabilité est transmise aux doyens de Spectre.


Le Tatouage

Art ancestral, le tatouage est une partie intégrante de la culture de Spectre. Chaque membre en possède au moins un. Lorsque l'individu est en âge et possède la maturité requise pour faire partie intégrante du système, il est tatoué à l'endroit de son choix, d'un motif évoquant sa fonction.
Lors de l'Union, les deux parties sont tatouées à l'annulaire gauche, de l'initiale de leur partenaire. L'irréversibilité du tatouage renforce le caractère absolu et définitif de l'Union. C'est aussi une manière de notifier à chaque personne, que l'être ne peut plus être désiré et approché.

Bien souvent, les individus perpétuent cette tradition et encrent leur peau à chaque étape cruciale de leur vie. Le tatouage décoratif n'est jamais accepté. Il n'existe que peu de tatoueurs et si l'intéressé ne dispose pas d'une explication rationnelle, il ne s'ornera pas d'un nouvel encrage.

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 482
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: IV. Us & Coutumes Mer 25 Mai - 13:51




Croyances


« Laissez l'espoir à la plèbe. Ne crachez pas votre venin et vos paroles impies aux visages de ceux qui ont décidé de croire. »

Sarah Ady, doyenne de Spectre, lors d'une discussion houleuse avec un Iscariote.


Qilin

Créature mystique, à l'existence incertaine, le Qilin s'est imposé dans le paysage mythologique, au point de fédérer quelques théistes convaincus, et fait désormais figure de divinité aux yeux de certains. Décrit par les colporteurs comme un cerf à l'indicible allure, il régnerait sur le monde du haut du Mont Harân, attendant que les Hommes soient prêts à l'accueillir.

Les moins crédules l'estiment comme simple roi de la montagne et le respectent pour son caractère indomptable et imprévisible. Aucun récit ne corrobore une existence avérée, chacune des fables se bousculant en détails abracadabrantesques, tendant à infirmer leur véracité.

Pour finir, bon nombre d'individus ne croient tout simplement pas à ces élucubrations et pensent que ces croyants ne sont que des fanatiques, aveuglés par leur manque d'espoir et la réalité de l'abandon de toute puissance divine.


Le rapport au Divin

La mention d'un Dieu n'est jamais faîte chez Spectre. Chacun est libre de croire ou non, bien que la plupart pense que si un Dieu il existe, celui-ci a abandonné l'humanité depuis bien longtemps.

A l'instar des Fils d'Ohibaan, les membres du Spectre rendent hommage à la Nature et à sa grandeur. Depuis les événements qui signèrent cette nouvelle ère, ils ont compris qu'elle était maîtresse en ce monde et qu'elle ne serait jamais domptée, ni apprivoisée. Leur respect est moins étendu et profond, cependant, que celui des êtres des bois, mais il est une des raisons de leur établissement au sein de cette alcôve, loin de l'industrialisation et des constructions de bois.

A la mort d'un être, c'est bien à la Nature, que le défunt est rendu. Pas aux cieux ou à quelconque Dieu.


Les Prénoms Religieux

Malgré tout, Spectre a conservé un reliquat de croyance et il est de tradition que chaque enfant porte un prénom biblique, coranique ou hébraïque. Bien que certains ne respectent pas cette coutume, il est relativement mal vu de l'enfreindre.

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
IV. Us & Coutumes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» De la Coutume Poitevine (Archives)
» HUIT MILLIONS DE REPUBLIQUE D'HAITI
» Du mariage hobbit
» La grouillante populace de la Cour des Miracles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Préambule :: Archives :: Factions :: Spectre-
Sauter vers: