Partagez | 
 

 Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alejandra Amari
avatar
♦ Messages ♦ : 19
♦ Inscrit le ♦ : 25/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Jeu 15 Juin - 21:32

Les deux comparses avais finis par trouver un point d'entente, Zacharias s'occupait de discuté avec les éventuelles personnes aptes à cesser les attentats et Alejandra se me chargeais de ceux qui seraient beaucoup moins apte à coopérer. Sans Zacharias ces gens n'aurait eu aucune chance de survivre, la tireuse d'élite aurait débarrasser les alentours de la ville de toute vie humaine, cette méthode était pour elle la plus efficace si l'on supprime le danger alors il n'y a plus de danger. Tuer étais autrefois un acte qu'elle faisait par nécessité, car c'était souvent un ordre et parce qu'elle devais garder en vie d'autres personnes, c'est là qu'Alejandra s'est faite tatouer une fleur de lys pour se rappeler que même dans la plus terrible des batailles elle devais faire preuve de pitié et d'humanisme.

Ce temps est désormais révolu, tuer est devenue quelque chose de plaisant, elle n'as plus de sentiments pour quoi que ce soit d'autres, plus rien ne l'anime à part l'envie de presser la détente et d'ôter la vie. Prendre la vie de quelqu'un est une manière de coudre une blessure pour Alejandra, une blessure remplie d'animosité et de haine. Et elle même ne sait combien de personnes perdront la vie sous sa soif de vengeance.

Zacharias proposa as Alejandra de se séparer pour couvrir plus de terrains et pour que la tireuse trouve une position faite pour observer la zone qui s'étendais devant eux. Il fallait pour ça fouiller les bâtiments, trouver de hauts immeubles possédant les meilleurs angles de vues pour couvrir et sécuriser la zone. Alejandra allait pouvoir s'adonner à une activité dont elle est experte: la traque et la recherche. Elle appréciait ses moments de silence, l’œil aligner à la lunette, scrutant le moindre recoins de bâtiments ou de relief, cherchant avec application son objectif avant de le signaler à ses coéquipier ou d'agir directement.

Son coéquipier avait remis son casque sur la tête signe qu'il étais prêt à continuer la mission, c'était bon signe pour Alejandra qui n'aurait pas supporter une remarque de plus, les deux comparses étaient maintenant concentrer sur ce qu'ils étaient venu faire.

Très bien, je vais partir sur ces bâtiments pour essayer d'atteindre le toit ou une position assez haute pour couvrir le périmètre et garder un œil sur ta position. Préviens moi si tu vois un quelconque groupe hostile ou danger en approche, ne prends pas des risques inutiles.

Elle désignas plusieurs bâtiments aux vitres brisés et aux morceaux de murs écroulés qui s'élevait haut dans la ville en ruine. Alejandra sortis son arme de poing de son étui qui restait son arme de prédilection pour l'exploration d'endroit confiner. Elle espérais aussi trouver une position sans angle mort et sans obstacle pouvant la gêner et aussi d'un endroit confortable, elle se souvenait de certaines missions ou elle devait rester immobile sur des positions inconfortables, elle finissait la journée avec de nombreuses crampes extrêmement désagréable.

Alejandra espérais également trouver sa position sans tomber sur un quelconque animal agressif, les hommes ne lui faisait pas peur mais les animaux avait un comportement très imprévisibles et sont très souvent plus robustes que les humains ce qui les rends extrêmement dangereux. Elle bloquas son regard sur le premier bâtiment, le vent courant dans ses cheveux et l'esprit concentrer.

580 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t307-alejandra-amari-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Dim 18 Juin - 20:59

Il regarda la position que la femme lui désignait et hocha la tête. Si elle jugeait que c'était là le meilleur endroit, alors il n'allait pas argumenter. Et puis, en analysant la course du soleil, elle serait de côté avec le coucher de soleil, donc pourrait profiter pleinement de sa lumière sans pour autant en être aveuglée. Après avoir levé le pouce pour faire signe qu'il avait enregistré l'information, il sortit de l'endroit abrité des regards où ils se trouvaient et se dirigea de son côté vers d'autres planques temporaires possible. Il allait devoir porter attention pour ne pas rater un autre élément comme les goupilles qu'il n'avait pas reconnues à l'endroit d'où il venait de sortir. Rapidement, il put confirmer qu'ils étaient toujours seuls. Probablement que les réfugiés du coin savaient que c'était un lieu utilisé par les perturbateurs et préféraient éviter d'être dans le coin pour ne pas être sur leur route ou tomber sur l'équipe de représailles comme eux. Son arme toujours à l'étui, il préférait de loin se fier à ses réflexes et ses compétences martiales s'il tombait sur quelqu'un en tournant un coin de mur. Si jamais il se retrouvait en situation où une menace était perceptible à distance, il dégainerait pour faire feu.

Tout en prenant son temps, il inspecta le plus de lieux pouvant servir de cache pour le groupe ou de lieu de stockage temporaire. À certains endroits, il trouva des restes de présence humaine et de camp hâtif, mais aucun explosif. Il était persuadé que le groupe ne laissait pas traîner une chose de si grande valeur sans surveillance et il ne croyait pas qu'ils laissaient quelqu'un toute la journée derrière pour guetter le tout. L'endroit le plus sécuritaire pour entreposer leur armement restait chez eux et ils le transportaient très certainement. Ce pouvait être en partie la raison pour laquelle leur explosif faisait peu de dégât, il ne pouvait en envoyer une charge important d'un seul coup. Par contre, s'il commençait à nuire aux passeurs et aux récupérateurs, c'est qu'ils commençaient à penser à changer de cible et ne plus seulement s'en prendre au mur... ce qui était très problématique pour tout le monde. Du reste, l'investigation n'était pas très difficile, puisque la rare faune dans ce coin de Varosha était majoritairement docile et peureuse, fuyant à l'arrivée de l'homme en exosquelette. Prenant le temps de rester sous couvert et de vérifier les angles morts avant de progresser quand il arrivait dans un nouvel enchevêtrement de structure, il ne rencontra pas âme qui vive et termina une portion suffisamment grande de territoire pour juger que la zone d'opération était claire.


« Deost pour Amari, j'ai fait le ratissage des environs de l'opération et tout est désert. Ils utilisent effectivement des points de repos pour se planifier, j'imagine avant de lancer leur attaque, mais tout est désert et nettoyer. Aucune arme ou explosif sur place. Je cherche un endroit pour me poster. »

Le temps filait et les perturbateurs allaient certainement se montrer bientôt, enfin, bientôt dans une vision opérationnelle et non en termes de quotidien tranquille. Revenant sur ses pas, cherchant moins à se dissimuler qu'au moment de son inspection pour gagner un peu en vitesse, il retourna vers les endroits qu'il avait trouvés intéressants pour se poster en attendant d’entrer en scène. Quand il arriva à l'endroit qu'il jugeait le plus convenable, il refit une analyse du lieu. Il pouvait facilement se cacher derrière le pan de mur encore debout et ne serait pas visible de pratiquement n'importe quel chemin emprunté par le groupe de belligérants. Il avait la capacité à pouvoir sortir et retourner à couvert facilement si besoin et il était encore à plusieurs mètres du mur, ce qui laissait plus que le temps nécessaire à Alejandra de faire feu sur quiconque parvenait à le contourner ou le dépasser pour se rendre au mur. L'autre avantage, les endroits offrant du couvert sur cette portion de la route étaient derrière Zacharias. Ce qui voulait dire qu'en les bloquant à son niveau, il les privait de couvertures proches et les gardait exposés pour la tireuse d'élite et lui-même qui pouvaient au besoin se prévaloir de leur protection. C'était un endroit qui convenait bien.

« Deost pour Amari, je suis en position au nord de l'endroit que tu m'as désigné pour ta cache. Il s'agit d'un mur en coin s'étant effondré sur lui-même en bordure de la route principale qui mène au mur. Devant moi il y a un grand plateau majoritairement dégagé, bien que rempli de décombres, alors que derrière ce doit être un ancien quartier résidentiel. »

Il avait tenté de décrire sa position le plus précisément possible. Sûrement qu'avec la connexion entre leur exosquelette, elle pourrait plus facilement repérer sa position. C'était une chose quand même assez importante puisqu'il s'agirait du point de contact entre le groupe et lui, ainsi que le lieu probable de neutralisation des éléments hostiles par la tireuse d'élite. Il fallait espérer que le groupe ne serait pas trop nombreux, parce que la situation deviendrait rapidement un vrai bordel. Zacharias serait amplement capable de les contenir le temps que la tireuse d'élite vienne à bout du nombre, mais cela demanderait une coordination et une synchronisation des plus précises. Tout en regardant le groupe de bâtiment où Alejandra devait se trouver, il se dit que même installer derrière le mur, il serait encore visible par la tireuse d'élite qui pourrait ainsi le repérer. Il s'installa donc en position contre le mur, dégaina son P2-Nixe et l'arma souplement. Doucement, il commença sa préparation mentale pour mener à bien la tâche qui leur incombait et tenter de trouver la meilleure approche pour mettre un terme définitif à ces envois d'explosifs en tout genre à l'aveuglette.

« Je suis maintenant en aveugle, je me remets à ta vue pour savoir où et quand ils vont faire surface. »

(981 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Alejandra Amari
avatar
♦ Messages ♦ : 19
♦ Inscrit le ♦ : 25/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Sam 8 Juil - 14:55

Le duo se séparas, Alejandra partit en direction d'un bâtiment désert au premier coup d’œil, une petite brèche dans un mur lui offrait la possibilité d'y entrer sans avoir besoin d'escalader un mur ou de casser quelque chose. Devant la petite brèche elle s'accroupit et sortis son arme de poing, dans ce monde les gens comme les animaux sont dangereux, il valait mieux pour elle miser sur la sécurité pour être sur de sortir de Varosha en un seul morceaux.

Une fois à l'intérieur, elle se redressa son arme devant elle analysant l'espace ou elle étais, une grande pièce, de la mousse et des plantes sur les murs signe que le temps a laisser à la nature de reprendre ses droits, elle se rendit compte que le bâtiment ne montrait aucun signe de vie, de la poussière flottait dans l'air comme quoi elle ne risquait pas de croiser quelconque animal ou personne. En balayant son regard dans toute la salle elle aperçus ce qu'elle cherchait, des escaliers, toujours l'arme en main, elle s'avançais prudemment, attentive au moindre bruit qui pourrait percer la tranquillité de cet endroit.

Elle monta, un étage puis un deuxième avant de se décider de trouver un emplacement approprié pour surveiller la zone, elle avanças dans un couloir poussiéreux, appuyant sur toutes les poignées de portes pour en trouver une d'ouverte, ce fut la cinquième poignée qui confirma que la porte n'était pas verrouillée. Alejandra ouvrit la porte avec beaucoup de lenteur et de précautions, le grincement de cette dernière, très désagréable la fis grimacer, elle rentras dans la pièce et au premier coup d’œil s'aperçus qu'il s'agissais surement d'un ancien hôtel, une simple chambre avec un lit, une armoire et une commode renverser.

La fenêtre était ouverte laissant passer l'air frais et offrant une salle bien moins poussiéreuse que les précédentes. Elle rangeas son arme de poing, contourna le lit, sortis son fusil de précision et vient se placer devant la fenêtre tout en gardant la distance juste pour ne pas que le canon de l'arme dépasse, elle regarda dans la lunette mais ne pus qu'observer la rue désolée et déserte qui reflétait bien le paysage de Varosha. Alors qu'elle baissait son arme, Zacharias vient la faire sursauter de surprise, en donnant les premières infos de la zone qu'il avait explorer, apparemment les rebelles utilisent les bâtiments comme zone pour préparer leurs arsenal avant de passer à l'action.

Reçus, rien à signaler de mon côté je change de position.

Alejandra rangea son fusil à lunette pour reprendre son arme de poing, elle avançais à une allure beaucoup plus rapide jusqu'à atteindre le troisième étage, elle essaya toute les poignées de portes mais aucune ne laissait la tireuse d'élite entrer, elle se positionna devant la porte au fond du couloir toujours son arme en main avant de lancer un grand coup de pied de façon à ouvrir la porte par la force. L'exosquelette aida grandement Alejandra dans cette étape qui lui permis de frapper avec plus de force, la porte ne s'ouvrit pas mais étais prête à céder, elle relança le même coup de pied qui ouvrit violemment la porte pour laisser place à une chambre qui donnait vue sur la rue du fait que le mur du fond s'est effondrer il y'a de cela des années surement. Au moment même où elle entra Zacharias lui donna des informations sur sa position, elle traversa la chambre et mis genoux à terre tout en sortant son arme de prédilection, une fois l’œil aligné avec la lunette, elle put localiser la zone que lui avait désigner Zacharias.

Entendu, j'ai localiser la zone que tu m'as décrit, je suis en position

Elle balaya toute la zone de son regard perçant pour vérifier qu'aucune anomalie ne s'y trouvait. Alors qu'elle réglait le zoom de sa lunette, Zacharias lui annonça qu'il comptait sur elle pour lui assurer un bon repérage.

J'ai la zone en visuel, je suis prête à agir

Elle avait le doigt sur l'arme prêt à descendre pour venir presser la détente, la crosse se plaquas dans le creux de son épaule et son œil étais en parfait accord avec la lunette qui lui offrais une vue plus que bonne, on reconnaissait tous le professionnalisme et l'entraînement d'Alejandra dans ces moments.

749 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t307-alejandra-amari-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Ven 14 Juil - 6:44

Derrière son mur, à l’abri des regards de tout groupe qui pouvait arriver, Zacharias attendait patiemment que les perturbateurs se montrent à l’horizon. Il avait déjà son idée de la manière dont il allait intervenir auprès d’eux et il espérait seulement que l’altercation de plus tôt avec sa collègue n’allait pas faire planté leur intervention. Il espérait aussi que le groupe de téméraire qui se risquait à lancer des explosifs sur le mur allait être restreint. Quand bien même le duo ne commettait pas de fautes, si le groupe à mettre hors d’état de nuire était trop important, ce serait tout un défi. En attendant, le Varoc profitait du silence pour se recueillir et pour visualiser ses objectifs, une technique de concentration et de préparation qu’il tenait des arts martiaux. Son IA respectait son silence et ça lui plaisait bien, il avait peut-être réussi à la programmer adéquatement finalement. La tension et le stress qui l’habitait évacuèrent son corps tranquillement, à mesure que son esprit se sentait prêt et apte à intervenir. Fermant les yeux un moment, il se concentra sur sa respiration et il tenta de porter le plus d’attention possible aux sons qui lui parvenait dans son casque d’exosquelette.

Il ne sut pas si ce fut le signal de sa partenaire de mission ou si ce fut le bruit ou bien même l’instinct, mais il ouvrit les yeux pour jeter un coup d’œil au coin du mur. Rapidement, il dénombra un groupe de cinq individus qui approchait. Deux hommes d’une vingtaine d’années étaient à la tête du groupe qui était pour le reste composé d’adolescents. Évidemment, c’était les adolescents qui trainaient les explosifs. Pas besoin d’être un génie pour comprendre que les sacs à dos et les sacs qu’ils portaient étaient les explosifs qui seraient utilisés pour lancer sur le mur. Cela rassurait dans une certaine mesure l’ex-réfugié qui se dit que les adolescents devaient seulement être des suiveurs et qu’il pourrait les faire changer d’idée. C’était les deux adultes qui devaient tirer les ficelles et se garder en sécurité en mettant les risques sur les épaules des adolescents. Zacharias n’avait pas de pitié pour ces jeunes qui se laissaient bernés par de belles paroles, mais il se dit que c’était quand même aberrant comme principe d’envoyé des jeunes faire la basse besogne.


« Deost pour Amari, j’entre en piste. »

Calculant en fonction de la vitesse observée et de la distance à couvrir, il attendit que le groupe soit assez loin pour ne pas être une menace de corps-à-corps, mais trop proche pour pouvoir rebrousser chemin et s’enfuir. Souplement, il sortit de sa couverture pour se mettre sur le chemin, coupant la route au groupe en approche. Son pistolet était braqué sur le groupe et son doigt sur le pontet était prêt à agir au moindre signe de menace.

« Ne pensez même pas à faire un mouvement vers les armes ou les explosifs, une tireuse embusquée à son arme braquée droit sur vous. Et, en toute honnêteté, c’est moi qui l’ai convaincu de ne pas vous abattre sans préavis, alors ne lui donnez pas la raison dont elle a besoin pour faire feu. »

Le regard des adolescents changea rapidement, alors que celui des adultes devenait provocateur et suffisant. C’était le scénario que s’était imaginé Zacharias en voyant le groupe. Les jeunes étaient beaucoup plus des marionnettes dans cette histoire que des participants pleinement intégrés. Il serait possible de faire changer d’idée aux jeunes, l’ex-réfugié en était certain.

« Qu’est-ce qui vous motive à faire ce genre de stupidité? Vous ne pensez sûrement pas que vous pouvez vous en prendre à Tadryon et ne pas en subir de conséquences? Vous êtes trois jeunes dans l’adolescence et vous avez encore des chances de faire quelque chose de votre vie, jouez avec des explosifs n’est rien de bien dans votre cas. Poser les sacs et retourner chez vous, mourir ici n’apportera rien à peu importe la cause imaginaire que vous défendez. »

Il ne s’était pas adressé aux deux adultes volontairement, sachant qu’il n’obtiendrait rien d’eux. Pour faire céder une chaîne, il fallait mettre son énergie sur les maillons les plus faibles. Si les jeunes pouvaient céder et lâchez prise, les deux autres pourraient se gérer pas si mal. Zacharias était certain que les deux adultes avaient des armes et il était prêt à retourner sous couvert au besoin. Son corps droit et solide était également décontracté et calme. Son visage était neutre et sa voix était tranquille. Il savait de toute façon qu’Amari le couvrait et qu’elle mettrait hors d’état de nuire l’un ou l’autre qui ferait l’erreur de vouloir aller chercher son arme. Pour les explosifs, c’était plus délicat. Zacharias ne voyait pas le système de déclenchement et ne savait pas trop comment ils pouvaient actionner la détonation. En même temps, à voir la nervosité des jeunes, il avait de forts doutes qu’il se ferait exploser. Il ne restait qu’à espérer qu’un des jeunes n’ait pas l’idée de lancer un sac, parce que là un tir risquait de tout faire sauter.

(845 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Alejandra Amari
avatar
♦ Messages ♦ : 19
♦ Inscrit le ♦ : 25/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Mar 18 Juil - 22:49

Le temps passait, le vent soufflait dans cette ville désolée ou le temps semble s'être arrêter, Alejandra regardait la vaste zone désolée qu'elle devait surveiller, elle alternait entre son œil nu et la lunette de son arme pour examiner chaque parcelles de cette partie de la ville et d'en connaître les moindres recoins, elle avait bien remarquer que certaines brèches dans certains bâtiments pouvait faire office de passage vers d'autres rues ou places pouvant mener à d'autres point de passage ou de repli, Varosha était un vrai labyrinthe et il fallait le connaître si l'on voulait rester en vie.

Elle observa lentement un bâtiment possédant une fenêtre très basse et facile d'accès, l'ex-militaire imaginas ensuite sur ou pouvait mener cette fenêtre comme elle avait fait pour nombres de point de passages. C'est alors qu'en prenant un visuel avec son œil nue sur la place qu'elle aperçus deux hommes suivis par trois autres, la tireuse regarda dans la lunette de son arme et distingua deux hommes d'une vingtaine d'années ou plus qui marchait vers la rue qui lui faisait face, ils était accompagnés de trois adolescents qui portait chacun de l'équipement en bandoulière ou dans des sacs, les trois jeunes suivaient les plus vieux, ils agissaient comme des acolytes serviles et prenant l'exemple sur les plus grands. Dans ce monde chaotique il était normal que les gens cherchent à trouver un leader avec une certaine autorité, sa leur permet de trouver un sens à leurs vies et de se sentir en sécurité.

Zacharias, il y'a un groupe de cinq personnes qui transporte du matériel, je suis en position j'attend le signal

Alejandra plaças la crosse de son arme dans le creux de son épaule et tenais en joue un des deux hommes qui ouvrait la marche, le doigt sur la détente, elle étais prête à l'éliminer, elle avait choisis celui qui se trouvais juste devant l'un des trois adolescents ce qui lui permettrais de faire une pierre deux coups et de se débarrasser plus efficacement de ces cibles. Zacharias fit comprendre à Alejandra qu'il s'apprêtais à intercepter le groupe, son œil manquant lui empêchait d'avoir un visuel sur la progression de son coéquipier, elle devinas qu'il avait pu les rejoindre sans encombre quand elle vit le groupe s'arrêter et se tourner vers Zacharias, elle avait toujours le meneur du groupe dans la ligne de mire de son arme, elle visait le haut du buste pour avoir une chance que la laser touche la personne derrière si elle tire, sa lui rappelais son entraînement de tireuse d'élite "toujours viser petit", si l'on vise un œil on le rate de seulement quelques centimètres alors que si l'on vise une tête on peut la rater d'une vingtaine de centimètres, ont devient bon tireur en éliminant la cible seulement en touchant le point le plus petit que l'on visait, sa elle l'as toujours retenue. Elle comptait ses battements de cœur et calculait le rythme de sa respiration pour être des plus précises, une expiration trop tôt ou trop tardive peut dévier la trajectoire du laser, un clignement d'yeux au mauvais moment et l'on rate la cible, c'était un détails que tous bon tireur d'élite devait connaître. Maintenant qu'elle étais positionner correctement, elle n'avait plus qu'à attendre le signal de son coéquipier qui lui donnerait le permis de tirer.

590 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t307-alejandra-amari-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Sam 22 Juil - 2:31

La tension entre le groupe de perturbateurs et le Tadryen qui les tenait en joue était palpable dans l’air. Néanmoins, l’ancien réfugié savait que sa partenaire de mission assurait la surveillance sur la situation et il se sentait en mesure de gérer le tout. Après tout, ce n’était que trois gamins influençables et un duo d‘imbéciles qui allaient probablement devoir être mis hors d’état de nuire. Comme dit plus tôt, il n’allait pas s’opposer à ce que les irréductibles soient neutralisés, mais il pouvait encore faire tourner les talons aux trois jeunes qui portaient les explosifs. Les yeux sous la visière de son exosquelette passaient rapidement d’un à l’autre à l’affut de tout mouvement hostile qui pouvait trahir une attaque imminente. Il ne voyait pour le moment que les visages stressés et incertains des jeunes qui comprenaient enfin dans quel pétrin ils venaient de s’empêtrer. Doucement, Zacharias se redressa et remit son arme vers le sol pour diminuer le niveau d’hostilité qu’il représentait, sans pour autant le remettre à l’étui et devenir exposé.

« C’est fini, c’est le moment pour plier bagage. On est l’équipe envoyée par Tadryon pour vous donner un choix final : vous cesser et retourner chez vous ou vous mourrez. »

C’était quand même clair comme avertissement et ça donnait le ton juste.

« Doucement pour les explosifs, mes collègues et moi avons tendance à devenir nerveux quand des explosifs se font brusquer. »

Il préférait prévenir à l’avance et il ne voulait surtout pas qu’un geste brusque provoque un tir d’Amari qui allait mettre le feu aux poudres… au sens figuré ou littéralement. Dans les deux cas, ce serait moche pour tout le monde. Il vit un des jeunes baisser le bras pour déposer son sac d’explosif au sol et il se sentit déjà plus soulagé. Le tout du paraitre dans son regard, car un de deux adultes se retourna vers l’arrière alors qu’un autre des jeunes commençait à déposer son sac au sol. L’adulte qui s’était retourné aboya une commande et le jeune se figea. Immédiatement, Zacharias remit l’homme en joue avec son P2-Nixe et soupira de voir l’acharnement de ces deux fauteurs de troubles.

« Tu peux finir de déposer le sac, s’il tente de t’en empêcher je me charge de lui trouer le crâne. »

Lentement, le jeune termina de déposer son sac, les deux libérés de leurs fardeaux reculant de peur des représailles des deux adultes. Le dernier jeune qui trainait dans ses mains des ceintures d’explosif semblait toujours hésiter. Le Varoc sentit que le point tournant de l’intervention approchait. Il fit signe aux deux adolescents de quitter et ceux-ci ne demandèrent pas leur reste. Le reste de la situation se déroula très vite. Zacharias vit l’homme de droite qui le fixait toujours sortir un objet de sa poche. « Celui de droite a le détonateur en main, pas encore activé! » Celui de gauche qui regardait vers le dernier jeune se mit en mouvement pour se sauver. Zacharias qui voulait toujours en rapporter un en vie s’élança vers ce dernier, sachant que sa collègue prenait déjà charge du reste. Elle avait probablement vu le détonateur avant lui de toute façon. Plaquant le fugitif au sol et l’écrasant de tout son poids, il entreprit de l’empêcher de se relever pour le maîtriser au sol, son arme toujours en main au cas où un des autres intervenait ou qu’il devait se montrer persuasif avec celui qu’il tentait de tranquilliser.

(577 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Alejandra Amari
avatar
♦ Messages ♦ : 19
♦ Inscrit le ♦ : 25/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Sam 22 Juil - 15:30

Alejandra gardait fermement sa position, la cible était toujours dans sa ligne de mire mais elle gardait toujours un visuel sur les autres membres du petit groupe en particulier le deuxième adulte qui jetait un regard froid à son coéquipier qui devait entamer les négociations. Les trois jeunes étaient apeurés, elle lisais dans leurs regards qu'ils n'avaient pas penser qu'un jour un homme en exosquelette et armé vienne les interrompre dans leurs actions.

Le doigt de la tireuse d'élite caressait la détente comme si elle avait une certaine envie de presser la détente, si elle le faisait elle protégerais son partenaire et la menace serait éliminer. Les négociations semblaient s'éterniser et les expressions du visages du petit groupes de rebelles ne changeait pas, la mission ne pourrait être terminer sans faire couler le sang, Alejandra le sentait s'était inévitable.

Zacharias réussit quand même à convaincre un des trois jeunes à abandonner son objectif, le garçon déposait lentement le sacs avant d'être remis à l'ordre par un regard brusque de son supérieur mais Zacharias repris le contrôle et semblais bien contrôler la situation et convainquait le jeune petit à petit à déposer les sacs. Malheureusement un des deux adultes tenta d'aller chercher quelque chose dans sa poche ce qui ne passas pas inaperçus aux yeux d'Alejandra qui changeas immédiatement de cible, prenait il un couteau, une arme à feu ou bien un des explosifs de leurs équipements ou bien même le détonateur en lui même.

Alejandra devait prévenir son coéquipier alors qu'elle avait l'homme dans sa ligne de mire.

Zacharias, l'homme à te droite prépare quelque chose méfie toi

Son allié avait également remarquer et confirma à l'ex-militaire qu'il s'agissais du détonateur, tous le petit groupe se dispersa. Les événements se déroulèrent tous très vite, Alejandra ne pris pas le temps de réfléchir, elle pressa la détente et le laser tirer transperça le bas de la tête de l'homme qui tomba au sol sur le coup, Zacharias partit en direction de l'autre adulte qui s'enfuyais, elle abandonna cette seconde cible laissant son allié s'en occuper. Les deux adultes neutraliser, il fallait maintenant s'occuper des trois autres jeunes qu'Alejandra s'empressa de trouver avec sa lunette, deux d'entre eux avait lâcher leurs affaires pour s'enfuir tandis que le troisième courait vers le corps sans vie de son supérieur.

La tireuse d'élite le savait qu'il n'allait pas fondre en larmes sur le corps de l'adulte, et se serais une trop grosse prise de risque pour laisser le détonateur à portée du gamin, sans hésiter elle visas le jeune qui courait, elle poussas un léger soupir avant de tirer une seconde fois, le laser transperça son buste et l'adolescent s'écroula au sol, elle chercha les deux autres qui étaient bien plus loin mais ils restaient tous les deux des menaces potentielles, les tenait en joue, le doigt prêt à presser la détente une seconde fois. Elle vis l'un des deux jeunes retenir le second qui semblait déchirer et bien décider as courir pour aller chercher le détonateur, l'ex-militaire se retint de tirer, elle l'éliminerait seulement si il se dégageait de l'étreinte de son ami.

Deux menaces éliminées, j'attends ton rapport Zacharias

Au moment ou elle finis de parler le gamin bouscula son camarade et courut vers les corps de ces deux compagnons morts, plus aucune hésitation n'étaient à prendre, Alejandra tiras une troisième fois, le laser transperça l'épaule de l'adolescent qui tomba mais était toujours vivant. Alors qu'il se tordait de douleur, la tireuse d'élite visa la tête avant de tirer une quatrième fois qui mis fin au souffrance du jeune homme. Elle remis en joue le dernier des trois adolescents qui tomba à genoux en pleurs et désespérer par ce qu'il venait de lui arriver. Alejandra ne voyait qu'une quatrième cible à abattre et gardait son doigt sur la détente espérant tirer une cinquième et dernière fois.

Trois menaces éliminées, le dernier est dans ma ligne de mire, j'attends ton rapport de situation.

703 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t307-alejandra-amari-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Mar 22 Aoû - 22:13

Tout se passa très vite et Zacharias ne fut pas déçu d’avoir raté une grande partie de la scène pendant qu’il se roulait au sol avec le type qu’il tentait de maîtriser. Il avait entendu les coups de feu de sa coéquipière… plusieurs coups de feu… qui lui laissaient présager le nombre de victimes. Seulement, il était aux prises avec l’homme qui se débattait au sol et se protégeait autant qu’il assénait des coups dans le but de le tranquilliser. Après un moment, il réussit à prendre le dessus et maintenir l’homme au sol, prenant une corde pour attacher solidement les mains de l’individu. S’assurant du lien, il se redressa en gardant un genou sur l’homme et regarda la scène. Il avait vu la dernière victime se faire abattre en redressant la tête et un soupire lui échappa. Il était clair que cet adolescent se précipitait en assistance à son ami et non pas pour déclencher les explosifs. Le Varoc serra les dents pour retenir le commentaire acerbe qui lui montait la gorge et il se dit qu’il avait bien fait de la confronter pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas prête à revenir sur le terrain. Il avait la preuve maintenant sous les yeux. La tireuse embusquée avait agi sans analyser la scène et sous le coup d’un choc post-traumatique non réglé.

- L’opération est terminée, j’ai attaché mon perturbateur et tout est sous contrôle. Retire le doigt de la détente.

Il avait parlé sur un canal de communication uniquement entre son exosquelette et celui d’Amari, empêchant ainsi les deux perturbateurs vivants d’entendre la communication. Il se remit sur pied et attrapa l’individu par le collet pour garder un contrôle sur lui. Avançant vers l’adolescent en état de choc qui affichait une terreur certaine à son approche, il remit son arme à l’étui pour montrer qu’il n’avait aucune intention hostile. Tout en maintenant sa prise sur le collet de l’homme attaché, il se plaça pour que son corps couvre l’adolescent. « Zach, tu es dans la ligne de tir de… » Le Varoc ne tressaillit pas à la mention de son IA. « Je sais. » Comme il avait un fort doute que sa coéquipière avait réellement enlevé son doigt de la détente, il pouvait au minimum empêcher celle-ci d’avoir une ligne de tir sur l’adolescent. Qu’elle soit mécontente ne lui fait pas le moins du monde d’effet et il n’allait pas changer d’idée, peu importe ce qu’elle dirait, même si elle faisait feu sur lui. Doucement, il se pencha et de sa main libre, il aida l’adolescent à récupérer le corps de son ami. D’une voix douce et aimable, ce qui aurait pu surprendre même Vallarin qui était son meilleur ami, il s’adressa à l’adolescent.

- Rentre chez toi et trouve une meilleure façon d’améliorer ton sort.
- Il voulait aider Keven, c’était son frère…
- Je te crois. Mais vous avez pris de gros risques.
- Vous allez revenir pour punir notre camp?
- Non. Nous avions comme mission d’arrêter les bombardements d’explosif et nous l’avons fait. Retourne à ton camp et assure-toi de décourager les autres inconscients qui veulent prendre des actions aussi stupides.
- Je vais pouvoir revenir chercher Keven?
- Oui.
- Merci monsieur.


Sans plus un mot, le Varoc se détourna de l’adolescent et parti avec son prisonnier en se demandant s’il l’interrogerait avant son retour à Tadryon ou non. Au minimum, il devait attendre le retour de sa coéquipière avant de rentrer. Pour éviter toute confrontation supplémentaire, il s’éloigna du lieu où se trouvaient les corps en apportant les explosifs avec lui. Il avait bien évidemment pris soin d’attendre que l’adolescent soit plus loin pour que la tireuse ne fasse pas feu sur lui pour une raison imaginaire. Quand il trouva son lieu d’attente, il balança brusquement le prisonnier qu’il avait avec lui contre une roche et il entendit le gémissement de ce dernier sans aucun état d’âme. N’ayant pas envie de parler immédiatement avec sa coéquipière, il fit comprendre subtilement à son IA de ne transmettre aucune communication et lui demanda ensuite d’envoyer ses coordonnées à l’exosquelette d’Amari. Il ordonna ensuite clairement au prisonnier de ne pas bouger s’il ne voulait pas subir les conséquences qui viendrait avec.

- Zach, je suis encore en mode de non-transmission avec Amari. Je constate que quelque chose ne va pas…
- La frustration est une émotion humaine Eva.
- Je n’en comprends pas sa source.
- Le dernier adolescent n’aurait pas dû être abattu.
- Si on prend la situation sous un angle logique…
- C’est ce qui différencie les humains des machines. Les humains ont un jugement basé sur les émotions et les interactions subtiles qui les caractérisent, les machines ont un jugement basé sur les faits et la logique.
- Les IA sont donc de mauvaises conseillères?
- Non, au contraire, il est important d’avoir l’avis logique et neutre pour mettre nos émotions de côté. Il n’en reste pas moins qu’il est important pour les humains de garder cette capacité à user de leurs émotions et des subtilités de la psychologie humaine.
- Une altercation entre la conscrite Amari et toi ruinera votre crédibilité auprès du prisonnier.
- Je n’ai aucune intention de tenir une confrontation devant le prisonnier. Tu peux repasser en mode transmission avec ma coéquipière, elle arrive.


Heureux d’avoir son visage caché par le casque de son exosquelette, il remit le prisonnier debout et lui agrippa le bras pour le trainer avec lui. Sachant que son IA avait rebasculé sur le canal qui liait les deux armures assistées, il se dit que l’interrogatoire du prisonnier serait probablement mieux mené à Tadryon par des gens qui avait les compétences pour le faire, alors il décida de couper au plus court. « Je suis prêt pour retourner à Tadryon. »

(969 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Alejandra Amari
avatar
♦ Messages ♦ : 19
♦ Inscrit le ♦ : 25/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Mar 22 Aoû - 23:50

La tireuse d'élite gardait le dernier adolescent en sanglot dans sa ligne de mire, Alejandra savait que l'homme était capable de mentir sur ces émotions pour arriver à ces fins, cela pourrait être de vulgaires larmes de crocodile faites pour adoucir les cœurs et de donner une image plus triste de soi même avant de se jeter sur le détonateur, Alejandra l'avait bien compris, plus aucune personne à l'exception de Zacharias ne s'approchais du corps de l'adulte.

Son allié lui donna sa situation, il avait maîtriser son agresseur et plus rien ne semblait être hostile, il avait également demander à la tireuse de ne plus tirer en enlevant son doigt de la détente mais sa l'ex-militaire faisait comme si elle ne l'avait pas entendu. Zacharias avait lié les mains de l'homme et le traînait par le collet, il partis en direction du dernier adolescent et se plaça juste devant lui cachant la cible de la tireuse, c'est à ce moment précis qu'elle enleva son doigt et le posa sur son arme.

Son coéquipier semblait discuter avec le jeune homme, il avait couper le canal de communication entre les deux armures, la tireuse ne savait pas ce qu'il lui disait, peut être qu'il s'excusait du fait que sa coéquipière est presque tuer tous le monde, peut être qu'il le menaçait de ne plus revenir ou qu'il lui expliquait ce qu'il devait faire après ces événements dans tous les cas elle n'en avait rien à faire sa les regardait eux.

Finalement le gamin se releva et partit dans la direction opposé à Zacharias, Alejandra le tenait en joue mais ne tiras pas, il n'avait rien fait et semblait bien déterminer à partir, la tireuse lui offrit cette chance de rester en vie et espérais à ne plus le revoir dans sa ligne de mire. Zacharias repris son prisonnier ainsi que le sac qui contenait les explosifs. Alejandra sortis son œil hors de la lunette pour regarder devant elle sans le zoom que lui offrait l’accessoire de son arme, au même moment elle aperçues sur l'interface de son IA les coordonnées de Zacharias, elle ne reçus rien d'autre, Zacharias voulait qu'elle le rejoigne surement pour interroger le prisonnier.

Alejandra rangea son arme dans son dos et sortis de la pièce de l'immeuble en ruine, elle descendit les escaliers poussiéreux avant de sortir du bâtiment. Elle retrouva les rues silencieuse et désolées de la ville fantôme, le vent qui se déplaçait dans les rues de la ville caressait doucement sa peau et ses cheveux, une sensation terriblement agréable que l'on ne connaît pas à l'intérieur de la ville azurée.

Elle retrouvas son coéquipier et le prisonnier qui ne bougeait pas à cause des liens qui serrait ses poignets. Elle dégaina son arme de poing et le pointa sur la tête du rebelle s'assurant qu'il voit ce que la tireuse d'élite est capable, elle lança un regard froid au prisonnier signe qu'elle n'avais aucune pitié ou compassion pour lui.

Je te préviens je suis bien moins sympa que mon coéquipier, ne tente rien de stupide

Maintenant que la menace était faite elle rangea son arme et pris une expression plus rassurante en se tournant vers son partenaire.

On en fait quoi de celui-là ? On le ramène ?

573 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t307-alejandra-amari-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari Lun 11 Sep - 21:31

À l'instant où la main de sa comparse saisit son arme et la pointa sur le prisonnier, celle de Zacharias vint saisir la crosse de son P2-Nixe par réflexe et resta en position de sortir l'arme de l'étui. Fixant la femme sous son viseur avec un regard glacial sans sourciller, le Varoc tentait de comprendre la manœuvre à laquelle cette présumée ancienne militaire se livrait. Elle se sentait vulnérable au point d'avoir à menacer et jouer les gros bras avec un type maîtrisé et ligoté? En plus que Zacharias le prenait en charge et le surveillait étroitement. Ce n'est pas comme si le futur soldat qu'il était allait laisser filer un prisonnier de guerre sans réagir. Visiblement, cette femme n'était en aucun temps prête à remettre les pieds sur le terrain et elle représentait un facteur de risques conséquents pour toutes personnes qui aurait à opérer avec elle. Quand elle rangea son arme, Zacharias libéra la crosse de son pistolet et soupira d'agacement qu'elle n'est pas son casque. Même s'il coupait les haut-parleurs externes de son armure, sa communication avec l'armure d'Alejandra serait entendue par le prisonnier puisqu'elle n'avait pas son casque. Chose sûre, si elle traversait la limite que Zacharias s'attendait de voir respecter envers le prisonnier, il n'allait pas hésité à lui remettre les idées à leur place.

« Je ne crois pas que de lui mettre une arme sur la tempe va le convaincre de parler, alors oui, on ferait mieux de le ramener et le remettre aux spécialistes des interrogatoires à Tadryon. »

Sans un mot, il attacha le sac qu'il avait récolté avec les explosifs sur son dos en le fixant sur son épaule, puis de la main opposée à l'épaule soutenant le sac, il saisit le prisonnier par le bras pour le remettre sur ses pieds, contrôlant son coude avec une saisie précise. Si jamais ce dernier tentait de se débattre ou de se dégager, Zacharias n'aurait qu'à enfoncer un ou deux doigts à des points précis pour créer des points de pressions qui lui permettraient de compléter la clé articulaire pour laquelle sa main était déjà positionnée. De toute façon, avec les mains liées, ce pauvre type ne pourrait pas se rendre bien loin avant que l'un ou l'autre du duo ne reprenne le contrôle de la situation. Profitant du fait qu'il y avait quelqu'un pour intervenir en cas de tentative d'agression du prisonnier, Zacharias le fouilla pour s'assurer qu'il n'y avait plus d'armes, d'explosifs ou autres dangers potentiels sur lui. Une fois la fouille complétée à sa satisfaction et certain qu'il ne restait rien sur l'homme qu'il escortait, le Varoc conclut qu'il était temps de retourner en sécurité dans les murs de Tadryon. En temps normal, il n'aurait pas hésité à passer devant avec le colis à délivrer aux enquêteurs de la Ville Azurée, mais en ce moment il craignait d'avoir la femme à la gâchette facile derrière. Il suffisait qu'une bulle traverse l'esprit du prisonnier ou de la femme et la situation allait mal terminées.

« Je te laisse ouvrir la marche pour t'assurer qu'on ne rencontre pas d'autres illuminés en cours de route, je vais m'occuper de garder le colis à l’œil. »

Le retour jusqu'à l'enceinte de la ville se fit sans accidents et dans un silence qui était habituel pour Zacharias. Il n'était pas bavard de nature déjà, donc le fait qu'il ne soit pas très proche de sa coéquipière n'allait pas aider à changer ce fait. En approchant de la porte, les gens s'écartèrent pour les laisser passer, sachant bien que de se mettre dans les pattes de deux Tadryens en exosquelette visiblement en mission n'était pas une bonne idée. Reconnu par les passeurs qui les avaient laissé sortir, le duo n'eut pas de problèmes pour entrer dans Tadryon et Zacharias expliqua la raison du troisième personnage avec eux. Les passeurs se chargèrent de lui mettre des menottes aux poignets et Zacharias entra dans l'immeuble où il avait amorcé son parcours pour cette mission. Il installa le captif dans une pièce vide pour attendre l'arrivée des autorités qui le prendraient en charge, retirant son casque qu'il accrocha à son armure. Son contact vint à sa rencontre avec un sourire.

— Heureux de voir que vous avez réussi à mettre la main sur ce groupe pour le remettre à sa place.
— Le mettre à mort plutôt.
— C'était une des possibilités de cette mission non?
— Une possibilité oui. Enfin, la mission est terminée et on a même réussi à rapporter un colis pour les forces de l'ordre, voir s'ils peuvent en tirer quelque chose.
— Qu'est-ce qui s'est passé, t'as beau ne pas être un émotif de première, je suis certain que quelque chose ne te convient pas.
— Rien d'important. J'avais mes habitudes quand je survivais dans les camps, maintenant que j'opère avec les méthodes tadryennes, je dois m'adapter.
— J'ai monté ton dossier Deost, je te connais quand même bien, tu as eu un accrochage avec ta coéquipière, c'est ça?
— Je suis pas un champion pour me faire des amis, c'est rien de nouveau.
— C'était à quel sujet?
— Rien digne de mention, j'ai la tête dure c'est tout. Tu me feras signe si jamais tu as de nouveaux besoins, d'accord?
— Je ne t'oublie pas, promis.


Zacharias serra la main du passeur avec qui un lien privilégié s'était installé depuis son entrée dans Tadryon. Malgré ses défauts, Zacharias n'était pas non plus un pleurnichard qui allait pleurer dans les jupes des autorités pour rapporter ses frustrations. Il réglait les choses en temps et lieu avec les personnes concernées et il s'adressait aux supérieurs qu'en cas d'absolue nécessité. Gardant un oeil sur le sac d'explosifs et le prisonnier qu'il pouvait voir par une fenêtre, il attendit patiemment l'arrivée des forces de l'ordre pour leur remettre le tout avec un compte rendu de la mission pour qu'ils aient toutes les informations en main lors de leur confrontation avec le perturbateur. Après un échange de poignée de main avec ceux qui prenaient le relais, il quitta le bâtiment pour retourner à l'Académie où il avait déjà bien hâte de pouvoir se détendre un peu et chasser les tensions de sa journée.

— Pourquoi ne pas avoir discuté de la situation entre Amari et toi avec le passeur?
— Parce que c'est inutile. Je crois que les problèmes doivent régler quand ils surviennent et non après. Et puis, il y a fort à parier que l'assassinat de Varocs laisse la chaîne de commandement de marbre.
— Mettre fin à une menace en mission est loin d'être un meurtre Zach...
— Tuer c'est tuer Eva. C'est une solution qui ne doit jamais devenir banale, qui ne doit jamais devenir la norme. C'est nécessaire oui, mais ce doit toujours être fait avec une conscience de la gravité du geste. Je crois fermement que de prendre des vies marque l'âme au fer rouge à tout jamais.
— C'est une doctrine religieuse?
— Non, c'est une forme de spiritualité, mais ce n'est en rien religieux. C'est une conviction profonde que j'ai. J'imagine qu'il va nous falloir encore du temps pour apprendre à se connaître.
— C'est un fait indéniable.


Mais la période d'apprivoisement mutuelle était terminée pour aujourd'hui, l'académicien trop las pour continuer de s'expliquer à son IA.

(1 201 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
 
Avant-goût des déploiements - ft. Alejandra Amari
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Varosha-
Sauter vers: