Partagez | 
 

 Nohaam Hädrim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Nohaam Hädrim Mer 7 Juin - 21:08

♦ NOHAAM HÄDRIM ♦

IDENTITE

Nom: Hädrim
Prénom: Nohaam
Sexe:
Age: 20 ans.
Affiliation: Fils d'Ohibaan.
ATTRIBUTS

Force: 8
Agilité: 9
Constitution: 5
Perception: 11
COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚪⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚫⚫⚫⚪⚪
Médecine - ⚪⚪⚪⚪⚪
Armes Naturelles - ⚫⚪⚪⚪⚪
Charisme - ⚫⚫⚫⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚫⚪⚪⚪⚪
Zoologie - ⚪⚪⚪⚪⚪


INVENTAIRE

ARMES

♦ Arc d'os.

EQUIPEMENTS

♦ Gants de protection

AUTRES

♦ Gourde d'eau potable


PHYSIONOMIE

Il observait souvent les nuages, essayait de prévoir les pluies acides, sans succès, de ses yeux sombres. Ses sourcils lui donnaient un visage parfois trop dur, bien que ses traits fins laissaient transparaître son âge. Sa mère avait dessiné au charbon sur ses bras, des motifs géométriques qui englobaient ses épaules frêles mais musclées, il était maigre sans être émacié et ses longues jambes étaient marquées par ses trajets empruntant les plus grandes branches des arbres. Il avait le même menton que son père, très carré, masculin, ce qui venait à contrecarrer son côté encore juvénile. Sa bouche était élégante, il ne passait pas son temps à parler mes ses dents et son sourire rare étaient agréables à voir. En plus d'avoir tracé de longues lignes sur les bras de son fils, Eimiral avait donné pour habitude à son enfant d'orner ses cheveux et ses mèches parotides. Il y mettait des petits bijoux, parfois récupérés de l'ancien monde. Son torse glabre ne montrait pas la moindre musculature avancée, et seules ses mains étaient ligneuses. Ces nodosités venaient du temps qu'il passait à triturer les ronces et les branches. Son front est marqué d'une fine cicatrice au dessus de son arcade droite.

Plus grand que sa mère, il avait l'allure d'un grand jeune homme. Sans être filiforme, il avait l'air élancé, élégant si seulement il n'était pas tant plongé dans ses pensées et recroquevillé sur ses ouvrages aux couvertures usées. Il se nourrissait le plus souvent de choum, et parfois l'odeur de cuisson de ce dernier venait se loger dans les vêtements du garçon. Trahissant son régime exclusivement végétal de son odeur parfois proche du tubercule et des quelques plantes qu'il ajoutait à ses mélanges. Il n'avait de toute façon aucune préoccupation quant à son image, du moment qu'il était propre et soigné. Bien qu'il soit plutôt timoré lorsqu'il s'agisse de prendre la parole, sa voix était douce et profonde bien que trop rare. Il s'était essayé à la barbe mais son visage n'y était pas adapté, du moins selon lui, alors son rituel hebdomadaire consistait en l'utilisation du rasoir de son père, un rasoir fait d'os, aux odeurs familières d'huiles essentielles que ses parents préparaient ensemble jadis.


PSYCHOLOGIE

J'écris parce que j'ai peur, je suis terrorisé, pas de mourir mais d'avoir mal. C'est stupide, je sais. J'écris actuellement d'une main tremblante avec un morceau de bois mort que j'ai fait chauffer. Si tu n'arrives pas à me lire, pardonne moi mère. J'ai enfin lu ce que mon père avait écrit dans son Dernier Devoir, alors par mimétisme, moi aussi je me prépare au pire. L'Envol fera de moi un homme, mais lequel ? S'il est quelque chose dont j'ai bien peur, c'est d'être décevant. Tu sais que depuis qu'il est parti je suis seul, je suis présent, tout le monde me connaît, mais même en collectivité, entouré des autres, je me suis isolé. Je suis moi même certain qu'il me faut bien plus que l'Envol pour changer. Il me faut repenser à quoi faire, quoi faire de ma vie, ne pas être simplement consommateur de la grande et belle Nature. Celle qui me nourrit ne peut pas me donner indéfiniment sans que je ne lui rende rien en retour. Je ne sais plus véritablement quoi faire, quoi faire pour nous tous, je veux nous aider, je veux que nous soyons enfin en paix. Je n'ai jamais vu la guerre, en dehors des blessés qui reviennent au village, c'est peut être pour cela que je ne me sens pas investi dans le conflit ?

Pardonne-moi si je passe pour un traître aux yeux des  nôtres, je ne l'ai jamais été. Je ne pense juste pas que la violence de ces hommes de métal peut se résoudre par les flèches de nos arcs. Plus tôt dans la journée j'ai essayé de repousser un mumu, il m'a volé les bourgeons de carlis que je comptais mastiquer, je n'ai même pas eu le courage de me défendre. Je ne suis pas un pleutre, mais ne suis-je pas ici un intrus ? Tout comme nous l'étions dans la Profanatrice ?

Tu sais je me répète souvent la phrase de Releth Valvosa : « Il ne faut pas avoir peur de la faune ou de la flore. Elles sont autant les enfants de la Nature que nous sommes leurs frères et sœurs. » Je pense que ça m'aide à m'endormir de ressentir ce cercle sans fin autour de moi, de savoir que ma sueur rend l'eau que je vole aux arbres, que mes cendres fertiliseront des champs de fleurs. Je n'ai pas peur de mourir, j'ai peur d'être vain.

Je vais essayer d'être moins effacé à l'avenir. Je suis déterminé à être quelqu'un pour toi et pour vous tous. Je vous aime, nous sommes unis, nous sommes forts. Je sais que moi aussi, moi aussi je fais partie de l'Equilibre et je me dois de le prouver d'une manière ou d'une autre.


HISTOIRE

Si les histoires ne sont faites que par les historiens, alors les fables sont façonnées par ceux qui les racontent. Au sommet des arbres, là où l'air était moins dense, on narrait souvent des légendes ou exploits à la lueur des pierres séraphiques. Si le bleu éclairait les vieux sages et les visages des enfants, les yeux de Nohaam brillaient d'autant plus, fasciné par les récits. Se sentant chanceux de pouvoir voyager, apprendre, découvrir et ce, juste avec des mots, le transcendait véritablement. Il n'avait qu'une petite dizaine d'années et déjà, il forçait ses parents à le laisser veiller tard pour qu'ils lui relatent des épisodes de leur vie. Il se souvenait d'un vieil homme qui parlait des enfants du Vestige, ou encore de la ville de plomb et des souvenirs guerriers qui s'en rapportaient.

Si les histoires sont façonnées par les historiens, elles n'existent pas sans spectateur. Il était avide de connaissance, il en fallait toujours plus à ce jeune brun aux cheveux longs qui masquaient son visage poupon. Il écoutait ce que ses pairs voulaient bien révéler de l'Envol ou encore des cérémonies de mariage. Il n'était pas non plus indifférent aux épisodes de chasses, bien qu'il ne mangeaient pas de viande. Il n'en avait d'ailleurs jamais goûté, ou du moins il n'en avait aucun souvenir. Son père était, de son vivant un grand fervent d'une doctrine presque extrémiste au sein de l'Harmonieuse. Il ne consommait aucune chair animale et le cuir qu'il possédait venait de récupérations diverses ou d'animaux déjà morts. Il avait d'ailleurs encouragé son fils dans cette voie. Raghaa était mort lorsque son petit n'avait que douze ans. Asphyxié par le pollen d'orani, son corps n'avait été retrouvé que quelques heures après son départ du village. Sa mort, mystérieuse, est certainement un accident, une maladresse que Nohaam n'arrive pas à expliquer et qu'il tente de digérer au mieux.

Il n'était pas devenu adulte à la disparition de son père, mais s'était rapproché de sa maturité future, il était devenu plus calme, plus renfermé sur lui même. Il se recueillait souvent près des arbres roses, près d'un arbrisseau qui avait été planté en ce jour de grand soleil, le jour du renouveau de son géniteur. Nohaam était marqué par la mort de ce dernier, depuis ce moment, il prit véritablement conscience du Shemtri de son père et de tout ce qui l'entourait. Une énergie qui ne pouvait malheureusement plus lui apprendre du passé, mais qui devait lui servir au quotidien. L'air qu'il respirait, l'eau qu'il buvait, le choum qu'il consommait cuit, tout ceci représentait pour lui les fragments des Shetra du passé, dont il usait pour devenir ce qu'il se devait d'être.

Porté par sa soif de connaissances, il se mit à lire, beaucoup, il étudia au maximum les plantes, passant outre l'histoire des peuples qui l'entouraient. Il ne voyagea que peu en dehors du village, il n'avait jamais vu autre région que la sienne, imaginait souvent plus que ne vivait. C'est la veille de son Envol qu'il se décida à lire le carnet de son père, son Dernier Devoir.

Eimiral, ma chère femme, nous partageons tout depuis que nous sommes enfants, je t'aimais déjà bien avant que nous ne déclarions la guerre aux briseurs de monde, depuis la nuit des temps, avant que notre fils ne soit parmi nous à partager notre air et notre amour. Si de nos essais précédents j'ai douté de nous, j'ai souvent pensé que j'étais responsable de la mort de notre première fille, je ne t'ai jamais dit que j'avais douté de toi. Je regrette d'avoir parfois, le soir, pensé que tu étais emplie d'une énergie négative qui rendaient nos enfants trop faibles pour fouler la cime des arbres. Je te demande pardon, pardon d'avoir douté de toi, ma meilleure amie, mon amour, pour qui je n'aurais dû avoir que tendresse et attentions. Ohibaan disait qu'il ne fallait pas juger un semblable au risque d'en payer le prix, alors, si tu lis ces quelques mots, sache que j'en ai payé le prix, ne m'en veux pas, je suis pardonné, je nourrirai les arbres, qui bientôt couvriront tes doux cheveux noirs, lors des prochaines pluies.

Nohaam, mon seul fils, tu es ma fierté, j'espère avoir déjà eu l'occasion de fêter avec toi ton Envol. J'espère que nous avons passé de nombreux moments ensemble à parler des plantes et des étoiles que le ciel nous laisse apercevoir lors des nuits calmes. J'espère que tu es devenu plus robuste que ton vieux père et que notre grande famille te comble. Nous sommes tous ensemble dans ce même bateau qui dérive au gré de l'Insoumise. Nohaam, moi aussi j'ai été passionné par les aventures des autres étant enfant, il est désormais temps que toi aussi tu deviennes compteur et non seulement public du monde. Il te faut œuvrer pour nous, pour toi, pour l'Equilibre.


Le reste du petit carnet fin était destiné à d'autres amis, il les passa en revue, peu de choses intéressantes, il devait rendre quelques vivres à un voisin, il avait des regrets quant à certains autres, mais rien de trépignant. Il s'était surtout arrêté sur ce qu'il avait écrit pour sa mère de sang. Il n'aurait pas dû être fils unique et n'avait entendu de ses parents seulement que la Nature en avait voulu ainsi. On lui avait raconté que sa petite et fine cicatrice sur le front était due à sa naissance, il avait touché une écharde de la bassine qui l'avait recueilli à l'accouchement. Le cuir qui tapissait le fond semblait usé par le temps et l'eau tiède, une écharde avait réussi à lui heurter le haut du visage. C'était la seule anecdote que lui avait confié ses parents à ce sujet. Pas que sa mère avait eu une fille avant lui.

Il avait dissimulé quelques livres dans ses minces affaires pour l'Envol, il les avait discrètement dérobés de la salle commune, des exemplaires mineurs, obsolètes,  des vieilles versions de livres sur les végétaux et la flore locale. Il savait que cela se saurait, qu'il pourrait avoir des problèmes, mais il n'en avait cure. Sa mère l'avait accompagnée, il avait salué la famille Granpā qui vivait non loin d'eux. Ils étaient si nombreux et bien que Nohaam considérait tous les fils et toutes les filles comme membres à part entière de sa famille, il était bien seul. La maisonnée à chambre unique était bien vide, presque laissée à l'abandon depuis l'incident concernant son père.

L'Envol ne fut pas une formalité, mais un succès, un succès relatif, mais un succès tout de même. Une histoire qu'il pourrait raconter mais qu'il garderait pour lui, du moins pour l'instant. Il arracha d'un livre de biologie les quelques notes qu'il avait écrit à sa mère et à son peuple. Il plongea le papier discrètement dans le premier feu possible, ne voulant que personne ne le lise, que personne ne rentre dans son intimité. Ce serait sa promesse tacite, son renouveau, un nouveau départ difficile mais une nouvelle optique qu'il prendrait en compte. Rentré au village il se rendait de plus en plus utile, allant le plus souvent chercher des plantes, leurs tubercules, afin de nourrir et de prévenir les quelques infections possibles. Il ne savait pas véritablement comment faire un cataplasme ou même une simple compresse avec les fibres végétales, mais avait la théorie. La vue du sang le rebutait, il était un homme de livres et non pas un homme de terrain. Il savait plus ou moins repérer une plante dangereuse si tant est qu'elle était bien spécifique, il savait la nommer, il fallait juste que les précédents herboristes se soient donné du mal à produire un croquis convainquant en appendice. Lui ne savait pas dessiner, il n'avait jamais même véritablement écrit beaucoup. Il était curieux mais discret, non pas avare de partage.

Si du haut de ses vingt ans rien n'avait véritablement changé, il s'occupait de quelques corvées pour sa famille élargie, se rendait utile du mieux qu'il pouvait, il se sentait appelé par la Nature. Comme une envie de passer la muraille naturelle que formait les bleutées. Même s'il était gratifié de savoir que parfois c'était Eldrasea en personne, qui utilisait quelques pétales qu'il ramenait pour faire une décoction, il avait besoin de plus, prouver quelque chose à sa famille. Pas seulement qu'il était le timide amoureux des plantes qui passait ses nuitées à lire sur le pas de sa porte. Si les histoires sont façonnées par les historiens, sans personnage, ils n'ont rien à écrire.


HRP

Pseudo: Nohaam.
Comment avez-vous découvert le forum ? Top site.
Code: Validé ♫


© Dysnomie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Mer 7 Juin - 21:09

♦ COMPAGNONS ♦


IDENTITE

Nom: Otto
Prénom: Salomé
Sexe:
Age: 27 ans.

Niveau: I
Affiliation: Spectre.

ATTRIBUTS

Force: 11
Agilité: 7
Constitution: 6
Perception: 4

COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚪⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Médecine - ⚪⚪⚪⚪⚪
Charisme - ⚫⚫⚫⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚪⚪⚪⚪⚪

Armes Blanches - ⚫⚫⚪⚪⚪
Le Mirage - ⚪⚪⚪⚪⚪

| + |

Armes

♦ Cimeterre
♦ Couteau à cran

Equipements

♦ Rien.

Autres

♦ Outre en Peau.

PHYSIONOMIE

Mes cheveux ont été la raison de mon prénom. Salomé était selon la légende, pourvue d'une grande chevelure brune. J'en suis assez fière et j'aime à les garder longs, se mariant, du moins selon moi, assez bien à mes yeux de jais. Si mon visage n'est pas parfait, je ne le changerai pas pour le moins du monde, je ressemble beaucoup plus à mon père qu'à mère. Elle est belle, mais beaucoup plus hâlée, le visage moins fermé que le mien. Mon géniteur bien que très peu présent n'en reste pas moins un exemple. Sa musculature me rend jalouse même si je n'ai pas à rougir de ma corpulence plutôt avantageuse. Je me trouve assez grande, j'attire parfois l'œil, et ma voix, trop grave pour être féminine et trop douce pour être celle d'un homme, laisse parfois le chaland venir à notre étale. Je dois à mère mes courbes féminines et douces, rendant alors ce que je suis beaucoup plus féminin que je n'aurais pu être autrement.

PSYCHOLOGIE

Si ma figure élancée et voluptueuse attise parfois le désir de certaines sœurs ou le regard de certains frères, je n'ai jamais été une véritable fervente des Chambres du Plaisir. Non pas que la chose me déplaise, simplement pas forcément tombée sur les bons partenaires, pas forcément l'envie non plus de rechercher jusqu'à trouver celui ou celle qui me fera goûter aux plaisirs divins de la chair. Je me trouve pudique, froide, c'est peut-être aussi un prolongement de mes mœurs, même si mes parents n'ont pas célébré l'Union, je les considère très unis justement. Leur éducation a été plus ou moins similaire. C'est peut-être aussi par mimétisme que je me comporte de la sorte, parfois réservée sans être timide, parfois trop mystérieuse alors que j'ai d'innombrables choses à narrer.

HISTOIRE

Nous revenions du monde extérieur, les besaces pleines et les ventres creux. Si j'étais encore à assister mère, c'était parce que j'y trouvais aussi mon compte. Je me pensais de plus en plus prête pour le terrain. Même si la vie de marchand n'était pas synonyme de vivre chichement, nous vivions bien mère et moi, sans trop de soucis. Sa caste m'avait acceptée, je n'étais pas la meilleure des négociatrices mais j'arrivais à haranguer le chaland, sans forcément une aisance grandiloquente, mais je me débrouillais suffisamment bien de l'autre côté de l'étale. De retour sous les tonnes de roches, il nous fallait nous délester des quelques métaux et autres pièces utiles au forgeron du village qui nous fournissait en armes. J'avais enfin de quoi m'entraîner, ma lame courbe était lourde pour moi, j'étais plus à l'aise avec mon couteau de fortune, cela dit, j'aurais tant aimé que mon père soit là pour m'apprendre, lui qui passait son temps hors du havre de paix dans lequel je vivais seule avec mère.

Alors je portais des coups d'épée contre les parois des cavernes lorsque personne ne pouvait me voir, prenant mes mauvaises habitudes en même temps que de la dextérité. Ma lame n'avait jamais réellement servi, elle était utile pour négocier avec les autres peuples, montrer que nous avions de quoi nous défendre en cas de transaction douteuse, il s'agissait là d'un apparat plus que d'une arme véritable. Je n'ai pas peur d'en user, j'ai suffisamment de rage en moi pour me défendre, ne pas hésiter à m'en servir mais c'est bel et bien l'occasion qui me fait défaut.

Mes frères et sœurs voient en moi une commerçante avec un certain potentiel. Je n'y rêve que peu, me voyant plus œuvrer à quelque chose de plus grand, même si la vie était belle, elle était trop calme pour moi. Il me fallait un peu plus d'action, écoutant, au gré d'une transaction, la vie de certains frères sur le terrain avec envie.




© Dysnomie

Revenir en haut Aller en bas
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 297
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Mer 7 Juin - 22:35

Ooooh, bienvenue sur les Terres de Dysnomie !  Kaos 4

Oui, cette citation ne mérite pas un MP, après tout dans le Hameau tout le monde se "connaît".

J'ai apprécié lire ta fiche, jolie plume !



Artiste avatar : Magdalena Radziej
Musique thème



☀ Demande de lien ☀



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Anaya Luzissa
avatar
♦ Messages ♦ : 126
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Jeu 8 Juin - 8:59

Bienvenue parmi nous, enfin un nouveau dans notre race ! Kaos 14
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t124-anaya-luzissa-terminee
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 777
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Jeu 8 Juin - 9:52

Bonjour & Bienvenu ici


Physionomie
Citation :
prévoyait les pluies acides parfois de ses yeux sombres.

alors pas encore, comme tu en a fais ta spécialité, arrivé à 31, tu pourras vu que tu seras en Maîtrise, mais pas avec 10 - qui signifie que tu es plus doué que la normal.

J'aime beaucoup le fais que tu es précisé pour le rasoir, tout ça ou même que tu rajoute des accessoires naturels aux fils d'Ohibaan, ça fait plaisir
Physionomie ♦  
Rien a dire, c'était très beau

Histoire
Très beau aussi, je n'ai rien à dire

Je te valide dès que la première phrase sera rectifiée



©Sigfrëli
♥ Approuvé & Adopté ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Jeu 8 Juin - 14:38

Correction apportée ! Merci beaucoup les verts !  
Revenir en haut Aller en bas
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 777
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Nohaam Hädrim Jeu 8 Juin - 15:06



F i c h e   V a l i d é e


Bienvenue officiellement au sein de Dysnomie !

Tu peux désormais commencer le rp au sein du forum. N'oublie pas de recenser ton avatar dans ce sujet et de mettre ta fiche dans ton profil. Tu peux également faire une demande de rp dans la section appropriée et créer ton agenda pour recenser tes écrits en cours. .

Je suis le responsable de ta faction, n'hésite pas à me contacter par mp pour tout projet ou questions en rapport avec elle.

Kaos 16






©Sigfrëli
♥ Approuvé & Adopté ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
 
Nohaam Hädrim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Préambule :: Identifications :: Érronées-
Sauter vers: