Partagez | 
 

 ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 184
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 11 Juil - 3:12

Vallarin Draske


Inventaire:
 

La deuxième attaque des Veilleurs avait remis le chaos dans les rangs logistiques et la panique qui en résulta dans les rangs compliqua à nouveau la tâche de tout le monde. Vallarin avait été épargné par les tirs et avait rapidement baissé sa colossale stature pour tenter de se mettre le moins à découvert possible. Il avait par la suite tenté de venir en assistance aux autres en les plaçant en zone sécuritaire ou en les remettant entre les mains de gens en mesure de s'en occuper. Zacharias et lui n'avaient pas été affectés dans le même groupe et on avait placé le futur médecin militaire à un endroit où ses talents seraient plus utiles qu'en simple surveillance des bordures de la ligne de convoi. S'il avait jusqu'à présent fourni des soins rapides aux blessées de passage et qu'il avait gardé un œil de lynx sur les fournitures médicales sous sa responsabilité, il était maintenant plongé dans les affres de la guerre de nouveau. Il devait toutefois garder son esprit intact et ne pas céder à a panique comme lors de sa confrontation avec les fils d'Ohibaan pour libérer Zacharias. L'information d'une attaque d'animaux monstrueux à l'avant leur parvint et immédiatement, le colosse se mit en route pour l'avant de la ligne, sachant qu'il n'était pas de taille pour affronter les Veilleurs.

— Vallarin, je m'enfonce dans les bois pour coincer les Veilleurs qui nous tirent dessus. Tu te rends aux blessés?
— Affirmatif. Ça bouge pas mal à l'avant aussi, alors je vais aller prêter main-forte.
— Fais attention à toi vieux frère.
— Toi aussi Zach.


Le Tadryen était mal avec lui-même d'abandonner son ami et il se sentait un peu vulnérable de ne pas l'avoir pour protéger son flanc; mais il savait que la guerre ne faisait pas de cadeau. Tout en restant bas et en évitant les endroits complètement exposés, il progressa jusqu'à l'avant de la ligne pour constater l'ampleur de la situation. C'était un vrai bordel et la faune qui avait surgi pour agresser les hommes hors de leur muraille ne faisait pas de pitié à personne. Son P19-Lamia en main, il se joignit à la mêlée de l'arrière pour couvrir les Tadryens blessés qui se repliaient et tenter de garder les rangs les plus étanches possible. Si ces horreurs venaient qu'à s'infiltrer dans les convois, ce serait la débandade dans le soutien logistique. De plus, il était beaucoup plus facile pour lui de se battre contre des bêtes que contre des humains et il n'hésita pas le moins du monde à faire jouer le chant de son arme pour faire sa part dans la défense qui s'installait contre les créatures de malheur.

C'est alors qu'il avançait vers une brèche qu'il remarqua l'exosquelette avec une bête accrochée au bras qui chutait lourdement au sol. La taille de l'armure laissait croire que le porteur n'était même pas encore un homme et ce fait outra la sensibilité du médecin militaire. Comment un enfant pouvait se retrouver en plein combat contre les aberrations mutantes du No Man's Land! Est-ce que la cité avait à ce point perdu son âme et sa moralité au point d'étendre la conscription à des enfants encore inaptes à faire face à la guerre? Enfin, peut-être aussi que Vallarin jugeait trop vite et que le porteur était seulement petit. Il était toutefois clair que l'homme n'était pas mort, mais en difficulté. Il s'installa prestement en position défensive et mit la sécurité sur son arme. De ses puissants bras, il empoigna la mâchoire de la bête pour l'ouvrir de force en grognant sous l'effort, libérant ainsi le bras meurtrit de la victime au sol. Il retira la sécurité de son arme et sécurisa l'endroit, captant l'attention de deux soldats visiblement à la recherche d'un endroit où être utile. Après leur avoir remis la zone pour assurer de ne pas laisser de brèche dans la défensive en place, il attrapa le Tadryen blessé à bras-le-corps pour le faire marcher jusqu'à une tente où il entra.


— Allonge-toi sur la table, je suis médecin. Va falloir retirer l'armure pour que je puisse regarder la blessure.

C'était peut-être court et froid comme présentation, mais ils étaient en guerre et en plein combat. Pas le temps pour la tendresse et la douceur. D'un geste pressé, il retira son casque et le posa sur une surface proche pour avoir une meilleure vision. Il parcourut la tente du regard pour trouver une caisse de ravitaillement et prit le peu qu'il réussit à y trouver. Ce serait suffisant pour un 'en attendant', mais rien de bien à long terme. Il retourna à la table, son regard aimable et bienveillant contrastant intensément avec le manque de considération dans ses propos précédents. « Chiron, assiste-moi pour l'application des soins avec ta base de données. » Pas qu'il doutait de sa compétence à soigner la blessure et contrôler la situation, juste qu'il préférait avoir un avis extérieur si jamais Chiron doutait de quoi que ce soit. « Affirmatif Vallarin. » Le médecin plaça les fournitures qu'il avait trouvées de manière à s'y retrouver et se tourna vers son patient.

(849 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Crescend Crimson
avatar
♦ Messages ♦ : 55
♦ Inscrit le ♦ : 11/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 11 Juil - 14:31




Ténacité
| La forêt d’Hanaamu |



Inventaire de Crescend
| Armes: P-2 Nixe | P-7 Helhest


Je m’inquiétais pour Novella…
Dès qu’elle avait vu la première ligne se diriger vers le No Man’s Land, quittant le Mur impénétrable de la Ville azurée, elle avait insisté pour rejoindre le corps principal de l’armée, malgré les brûlures qu’elle avait subi lors de notre précédente sortie, à Varosha, lors d’un raid exécuté par des rebelles qui désiraient, désespérément, fracturer les fondations du Mur pour pénétrer à l’intérieur du Joyau bleu et se réfugier. Lorsqu’elle me fit part de sa volonté, je m’étais vivement opposé, joignant la plaidoirie de son médecin, qui la soignait depuis que nous étions revenus de notre expédition, pour la convaincre de rester au lit. Mais elle continuait d’insister, ancrant des yeux glacés sur nos visages pour nous prouver sa volonté et sa détermination. Elle n’avait reculé devant rien, répétant que l’ordre de conscription, dans une telle situation, s’appliquait pour elle également. À la manière d’un étendard qu’elle brandissait, elle ne cessait de faire voler cet ordre devant nos faciès : tous Tadryens bien portant se devait de donner sa vie pour Tadryon.

« C’est comme ça que notre monde fonctionne. Alors, laissez-moi partir », avait-elle conclu d’une voix monocorde et pourtant, vibrante d’un quelque chose que je ne parvenais pas à définir clairement.

Et, sans plus se préoccuper de nos protestations ou de nos avis, elle avait quitté son lit pour partir chez elle, certainement, là où ses parents l’avaient sûrement attendu pour lui fournir de nouvelles directives, remplissant son cerveau de ces idées propres à tous patriotes de la Ville azurée. Ils vont lui dire de partir au front, ces dégénérés. C’est sûr… Bon sang! M’étais-je énervé en abandonnant le médecin à mon tour : lui aussi aurait dû commencer à préparer ses affaires afin de rejoindre le reste de ses collègues sur le terrain, mais il était terrorisé, terrorisé de mourir dans les jours à venir…

Maintenant, à chaque fois que j’observais la jeune femme, je ne pouvais m’empêcher de songer aux hurlements qui avaient explosé dans mon exosquelette quand les premiers crocs de flamme s’étaient étendus le long de son bras et de ses jambes. Elle avait crié, pleuré, et c’était la première fois – et j’espérais qu’il s’agissait de la dernière – que je la voyais aussi vulnérable et faible. Le feu n’était pas parvenu à transpercer la chair, heureusement, mais il était clair qu’elle devait souffrir à l’heure actuelle, même si plusieurs jours s’étaient écoulés depuis les événements et que son exosquelette aidait ses jambes à la soutenir. Pourtant, même si l’incident était récent, elle se tenait debout, droite comme un « I », ne se plaignant aucunement de la douleur qui devait serpenter à travers les membres de son corps. Aujourd’hui, elle voulait participer aux combats contre les Mutants, elle ne voulait pas être inutile, encore moins un fardeau pour son peuple. Ce qui était plutôt ironique, sachant qu’elle était toujours la première à clamer qu’elle quitterait Tadryon pour le monde extérieur à la première occasion. Cependant, quelque part au fond d’elle, Novella savait qu’elle devait tout à la Ville azurée : sa naissance, son éducation, jusqu’à sa survie. Et il y avait des gens qu’elle voulait protéger… Pas tous, mais il y en avait. Certains. Sûrement… Je ne savais pas trop… Après tout, ce n’était pas comme si elle avait énormément d’amis…

Dans tous les cas, présentement, je devais suivre mon équipe à travers les bois de cette forêt maudite pour coincer les Mutants. Je me trouvais dans la première ligne, ceux qui se trouvaient le plus près des Évolués. Je n’y avais jamais mis les pieds auparavant; j’avais entendu des histoires par contre, et pas les plus rassurantes. Et les horreurs que les autres m’avaient conté se modelèrent soudainement devant nous sous l’apparence d’hommes et de femmes à l’allure… étrangement humaine. Ce sont des Mutants… Ils ne sont pas comme nous. Aller, reprends-toi!

Immédiatement, je m’avançais à la suite de mes coéquipiers, m’engageant dans un combat au corps-à-corps avec un Mutant duquel j’étais parvenu à me rapprocher à la suite de notre assaut. Et je découvris qu’il devait avoir à peu près le même âge que moi, un peu plus vieux peut-être : un soldat, certainement pas, mais un combattant, alors là, assurément. Nous nous dévisageâmes quelques secondes. Puis le combat éclata, mon arme ne me permettant pas de tirer d’aussi près, mais il pouvait toujours m’être utile, comme machette.


Post I [731 mots]
Petite précision: au début de mon post, je fais référence à une mission que je n’ai pas encore rédigé, mais qui ne serait tarder (je l’espère /sbaf/) : Feux d’artifice. Du coup, ouais, Novella s’est fait brûler le bras et les deux jambes au deuxième degré lors de cette mission xD



« Les gens se sentent seuls parce qu’ils construisent des murs au lieu de construire des ponts »
- Joseph Fort Newton -
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t318-crescend-crimson-termine#262
Crescend Crimson
avatar
♦ Messages ♦ : 55
♦ Inscrit le ♦ : 11/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 11 Juil - 15:14

Novella Björn




Ténacité
| Le No Man’s Land |



Inventaire de Novella
| Armes: P-2 Nixe | P-7 Helhest


Je n’aimais pas être traitée comme une enfant, encore moins comme une chose fragile que l’on se devait de protéger à tout prix des dangers. Je n’étais pas encore une soldate, mais je savais me défendre; j’étais déjà partiellement blessée, mais mes bras parvenaient encore à soulever mon arme et mon corps, à tirer cet armure de métal. Crescend et ce médecin se trompaient : je n’étais pas folle, pas irrationnelle, juste déterminée. Et j’allais bien. J’avais mal, peut-être, mais je pouvais encore me battre. Et je connaissais mes limites. S’il y avait bel et bien quelque chose que j’avais apprise aux côtés de Zacharias, c’est qu’il fallait savoir quand s’arrêter afin de ne pas mourir inutilement. Et je n’étais pas prête à mourir aujourd’hui. J’avais encore des rêves plein la tête, des projets à réaliser… Et, oui, un domaine à protéger : celui de l’humanité. Et en parlant de protection…

Alors que je suivais, à quelques mètres, mes partenaires, j’entendis soudainement résonner dans les écouteurs de mon exosquelette un cri strident qui fut rapidement accompagné par plusieurs autres hurlements. Rapidement, je tournais mon visage dans la direction du premier cri que j’avais entendu.

« ATTENTION! »

Promptement, je me retournais, voyant filer droit dans ma direction une sorte de canidé aux crocs aussi longs que le canon de mon Helhest. Immédiatement, je soulevais mon arme, exécutant quelques tirs maladroits de par ma surprise, mais le canin m’atteignit grâce à un bond puissant et je chutais au sol, roulant sur plusieurs mètres avec la créature qui claquait sa mâchoire et qui m’emprisonnait dans ses pattes et ses griffes. L’instinct de survie, aussitôt, s’activa, et je me bataillais de toutes mes forces pour repousser mon assaillant, entendant, dans mon casque, les exclamations sourdes d’un compère invisible et les grésillements ininterrompus de notre canal de communication : une vraie cacophonie qui m’écorchait l’ouïe. De ma visière, je pouvais voir la mâchoire de l’animal se fermer devant moi, dans l’intention de me mordre, mais, prise par l’adrénaline, je soulevais mon arme avant de l’abattre sur les flancs de la bête. Tout de suite, j’enchaînais avec un coup de pied pour le faire reculer et je parvins à me sortir de sa prise tout en continuant de glisser sur quelques mètres encore avant de m’arrêter. Non loin, je perçus le bruit de trois coups de feu.

« To… va bi…en?! » Entendis-je dans mes écouteurs, relevant lentement la tête pour voir de qui il s’agissait, les grésillements coupant de temps à autre notre communication.

J’aperçus une main se tendre dans ma direction et je me relevais doucement, m’aidant de son épaule pour ne pas tomber.

« Je me suis déjà mieux senti… Lui avouais-je en grinçant les dents.

- Allons voir un médecin!

- Ça ne sera pas nécessaire… Je vais bien… Sonnée… Mais je vais bien… »

Prestement, je reculais de quelques pas, titubant légèrement, mais ça allait… Tout allait bien…

« Regardez là-bas! » M’avisa-t-il en tournant l’un de ses doigts vers un duo : c’était un homme qui transportait une silhouette bien plus petite…

Un enfant? Ici? À l’instant où l’homme nous fit signe de sécuriser la zone, nous entendîmes un feulement non loin de notre position et immédiatement, nous levâmes nos armes, tirant sur une bête qui s’approchait avec une vélocité mortelle.

« Nous protégeons vos arrières! » Assura aussitôt mon collègue d’infortune alors que nous les rejoignions à la course, analysant les environs et tirant sur toutes menaces qui s’approchaient de trop près de leur position.

Enfin, nous arrivâmes à une tente et l’homme, chargé du blessé, pénétrèrent à l’intérieur alors que nous nous postions à l’extérieur, arme aux poings, sécurisant la zone en posant un regard sur les environs. À l’intérieur, nous entendions l’homme parlé avec la petite victime et lorsqu’il spécifia qu’il était médecin, mon collègue n’attendit pas un instant :

« Lorsque vous aurez terminé avec ce petit, pouvez-vous également observer ma partenaire, ici présente? Elle a été attaquée et prétend que tout va bien.

- Je ne prétends rien : tout va bien. Laissez-le s’occuper du blessé.

- Laissez-le vous observez. Vous pourriez avoir une blessure bien plus pire que ce que vous croyez. »

Il avait raison, mais pour l’heure, ça allait. Je ne me sentais ni nauséeuse, ni prise de vertige. Puis, je n’étais pas la priorité : c’était ce gamin qu’il fallait tout d’abord examiner. Et protéger.


Post I [734 mots]



« Les gens se sentent seuls parce qu’ils construisent des murs au lieu de construire des ponts »
- Joseph Fort Newton -
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t318-crescend-crimson-termine#262
Johar
avatar
♦ Messages ♦ : 138
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 11 Juil - 17:24

ACHAR



Inventaire:
 


Achar n'entendait que sa respiration dans son Exosquelette attaqué par la pluie. Sa respiration entrecoupée et irrégulière qui résonnait dans sa tête. Il avait peur. Lui qui n'avait jamais vu le moindre animal, qui jusqu'à aujourd'hui n'avait pas mis un seul pied en-dehors de Tadryon, il avait peur. C'était même plus que de la peur, c'était une terreur monstre qui faisait couler malgré lui des larmes sur ses joues, à moins que ce ne soit la douleur qui en soit la cause. Le goût de fer dans sa bouche lui indiquait qu'il devait saigner du nez ou qu'il avait dû se mordre la lèvre dans sa chute. Mais c'était bien le cadet de ses soucis, car il était coincé, c'était une proie facile pour n'importe quel autre monstre de ce type qui voudrait l'attaquer. Et la peur le reprit, son coeur qui battait à toute allure lui faisait presque mal. Il essayait en vain de faire lâcher prise à la créature à fourrure, mais son bras endolori ne répondait plus. Il reposa la tête dans la boue qui recouvrait le sol et ferma les yeux quelques instants avant de sursauter: son bras avait bougé! Un homme était à côté de lui, Achar voulut crier pensant qu'ils 'agissait d'un Mutant venant achever la besogne mais il reconnut un Exosquelette et ses larmes de peur se changèrent en larmes d'apaisement: quelqu'un était venu le chercher!

A demi-conscient après tous les événements choquants des dernières minutes, Achar se laissa transporter sans broncher. De toutes façons, même s'il avait voulu émettre quelques résistances c'était peine perdue au vu de la largeur des bras du colosse qui l'aidait à marcher. L'enfant était persuadé que s'il avait voulu le ejter sur son épaule comme un sac de patate il n'aurait eu aucun mal à le faire. Ils entrèrent dans une tente et eurent enfin la satisfaction de ne plus entendre la détestable pluie d'acide glisser sur les armures connectées. La voix de l'homme était ferme et l'orphelin ne chercha pas à répondre ni-même à discuter. Il reconnaissait dans le Tadryen l'autorité naturelle de certains de ses prêtres-tuteurs qu'il ne valait mieux pas contrarier. Aussi se hissa-t-il sur une table proche à la force de son bras valide. Il ôta avec joie le casque de son Exosquelette et avala une grande bouffée d'air. Même s'il ne pouvait se voir, il savait qu'il devait avoir une tête affreuse. Le sang qui coulait de son nez avait séché sur le duvet blond de sa peau, ses cheveux clairs habituellement hérissés en pointe étaient collés sur son front trempé de sueur et la fatigue se lisait sur ses traits de petit ange blond. En quelques mots, il avait une sale tête. Il appuya sur le bouton à la base de son dos qui déverrouilla le mécanisme de son armure et et la déposa par terre avant de se laisser tomber sur la table. Les deux soldats qui devaient couvrir les arrières du médecin apparurent sous la tente. D'après ce qu'Achar put comprendre, l'un des deux était blessé, la fille. Elle protesta cependant et le petit bonhomme vit en cette déclaration un courage qui n'en était peut-être pas un et il l'imita:

"Moi aussi tout va bien!"

Mais il n'osait pas regarder son bras et préféra tourner son regard brun vers l'extérieur de la tente plutôt que de se mettre à pleurer en découvrant que son bras était dans un sale état. Sa respiration s'était calmée, il voyait le médecin et les deux Tadryens autour de lui: c'était comme si il était au Solstice. Comme s'il était chez lui, en sécurité, entouré des prêtres qui l'occupaient en-dehors de l'Académie ou-même des quelques Capes Ecarlates qui lui ébouriffait les cheveux en passant devant lui. L'Enfer prenait fin au moins pendant ces quelques minutes. Il entrevit l'immense carcasse du monstre qu'il avait tué et le soldat Tadryen qui sommeillait en lui se réveilla dans un élan d'orgueil, délaissant l'espace d'une seconde l'enfant apeuré qu'il était. Il s'entendit dire de sa voix cassée:

"Je l'ai tué tout seul!"

Mais le fantôme de sourire qui pointait sur son visage s'effaça rapidement lorsqu'il voulut montrer du doigt l'animal et il dû serrer les dents pour ne pas crier: son bras droit était d'un bleu étrange et la peau s'était déchirée par endroit, la où l'Exosquelette avait cédé sous la pression de la mâchoire. L'enfant revint à la charge et de nouveau, sur ce champ de bataille imprévu, Achar avait peur.

Mots: 803
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t111-johar-dasterion-natif-tadrye
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 184
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Jeu 13 Juil - 6:46

Vallarin Draske


Inventaire:
 

Le futur médecin de campagne n’avait pas pensé que les deux soldats qui lui avaient prêté assistance viendraient sécuriser la tente également. Il n’allait pas se plaindre de la situation non plus, car son manque d’expérience lui demandait toute son attention sur les soins et il n’aurait pas pu efficacement surveiller les environs. Par contre, il ne savait pas s’il avait la compétence nécessaire pour examiner la Tadryenne blessée, car il n’était pas encore tout à fait autonome. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle il demandait à Chiron de l’assister. En même temps, s’il avouait son manque d’expérience et d’assurance devant l’enfant, il n’allait que créer un stress inutile. « Je jetterai un œil, oui. » C’était le mieux qu’il pourrait faire et au pire, il la référerait à un médecin pleinement autonome. Par contre, l’attitude téméraire de la jeune femme tendait à se transposer sur l’enfant, enfant qui n’avait pas la maturité nécessaire pour comprendre ce genre de risque.

« Écoute-moi bien, jeune homme, tu ne dois pas mélanger le courage et la stupidité. La journée où tu vas perdre ton bras, il sera trop tard pour te dire que tu aurais dû mieux réfléchir. »

L’homme savait qu’il ne fallait pas infantiliser l’enfant sur ce genre de sujet. S’il parlait à l’enfant comme s’il était encore trop jeune, son message ne passerait pas. Il ne cherchait pas à l’effrayer non plus, juste à lui faire voir l’ampleur de ses décisions. S’il est vrai qu’il était important d’avoir du courage au cœur et de ne pas baisser les bras, il ne fallait pas non plus plonger dans l’abysse de la mort pour montrer qu’on était fort. D’ailleurs, qu’est-ce que faisait un enfant ici! Ce jeune n’avait même pas l’âge d’avoir complété son Académie! Vallarin pouvait comprendre qu’on prenne des citoyens hors de l’armée en conscription pour aller au combat, mais des enfants, ça lui semblait complètement tordu.

Il ignora l’affirmation de l’enfant sur sa réussite à abattre une des horreurs qui menait le combat dehors, se disant que c’était le meilleur moyen de ne pas encourager et renforcer cette fierté qui le pousserait à vouloir continuer le combat. Il prit le bras de sa main droite et épongea le sang de sa main gauche avec un linge. Une fois le sang retiré, la blessure était beaucoup moins inquiétante.
« Perforation sur le bras, saignement arrêté, visiblement douloureux au bouger. » Comme il n’avait pas son casque pour que Chiron voie la blessure, il devait lui en faire une description. « Si aucun saignement et douleur au bougé, probablement blessure du système et non circulatoire. Pansement pour éviter infection par les plaies et atèle pour soutenir le membre. » Vallarin prit les pansements et fit le tour du bras du jeune homme pour empêcher l’infection de s’introduire par les perforations faites par les dents. Une fois le tout en place, il fit un atèle de son mieux pour maintenir autant que possible le bras en place. Il s’agenouilla pour se placer yeux à yeux avec l’enfant et lui sourit. Son visage maintenant chaleureux allait de pair avec sa voix douce pour un homme de sa carrure.

« Je ne peux pas te retourner à Tadryon d’ici en ce moment. Je n’ai pas non plus la capacité de veiller sur toi. Le mieux serait que tu te joignes à un groupe de blessé pour retourner à Tadryon. Comprends bien qu’il n’y a pas de gloire ici à trouver. Tu n’aideras personne, ni Tadryon, en mourant ici. »

Gentiment, il serra l’épaule de l’enfant comme il l’aurait fait après être passé voir un confrère blessé et il se releva pour disposer du matériel qu’il avait utilisé. Il aurait aimé pouvoir faire plus pour l’enfant et pouvoir le raccompagner à Tadryon, mais ce n’était pas possible. Il espérait également que le jeune allait avoir la présence d’esprit de quitter les combats et de retourner en sécurité, mais il n’avait pas le moindre contrôle sur cela. En même temps, avec son atèle et son bras douloureux, il était peu probable que ce jeune se sente encore en état de se battre et désire poursuivre les combats. Une fois qu’il eut fini de disposer du matériel souillé, il se retourna vers l’entrée de la tente.

« Je suis prêt pour la récalcitrante. Je vais avoir besoin d’un topo de la situation et des blessures et l’accès aux dites blessures. »

Est-ce que ce serait la blessée ou son confrère inquiet qui lui ferait le tout, il ne savait pas. Chose sûre, il n’allait pas obliger la femme à recevoir des soins, parce qu’en ce moment ils étaient tous débordés. Néanmoins, il ne perdait pas sa douceur et sa gentillesse, trait de caractère qui caractérisait bien le colosse malgré le contraste que cela produisait.

(798 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 500
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Ven 14 Juil - 16:42




Ténacité


" On avance, aucune retraite ne sera pardonnée ! " Vociféra le Noble Nilchen à travers son casque.

Avec l'intensité des assauts célestes, il leur était devenu quasiment impossible de communiquer via la radio de leur exosquelette. La voix du noble tentait tant bien que mal d'encadrer les conscrits à sa charge pour maintenir l'efficacité de cette attaque surprise. L'effet d'embuscade leur profita pendant assez longtemps, le temps que les Fils d'Ohibaan évaluent leur force et essayent de trouver une solution à cette épine dans le pied. Agile comme un Mumu, la Cape Vi se jeta dans la mêlée pour inspirer les plus réticents à la rejoindre. La rapidité de cette supersoldate en déconcerta plus d'un du côté des Évolués, tant elle rivalisait aisément avec leurs aptitudes physiques prononcées. Et si cela ne suffisait pas, environ toutes les deux minutes, un laser puissant déchiquetait la chair de plusieurs sauvages à l'impact ; Keva Bucanan veillait ainsi au grain depuis son perchoir lointain, mais elle ne pourra guère user de cette stratégie bien longtemps.

Derrière les lignes d'Ohibaan, des ordres furent lancées et un brouhaha s'intensifia jusqu'à dévoiler les premières pattes des Varazas, la soif de la chasse à fleur de peau. Autant sur terre que par le biais des branchages, ils arrivèrent. Le flambeau de la guerre s'embrasait.


Face à l'écran de leur planque souterraine, le chef des Rats se rongeait l'ongle : les retransmissions de son drone éclaireur peignaient un paysage des plus catastrophiques. Dukko ne souhaitait clairement pas perdre ses hommes sur place aux griffes de la faune locale, plutôt que face aux Mutants que la Promise avait pris comme Némésis. Guère d'alternatives possibles, il se connecta au canal audio d'un de ses soldats encore vivant au beau milieu de cet enfer.

" Jinks, déploie les drones protecteurs, qu'ils soutiennent ceux qui gardent les cargaisons.
- Mais la pluie… "

Le dôme formé par ces fameux drones permettait bel et bien de contourner les chutes acides sur les protégés, mais le temps leur était compté avant que le drone – exposé – se voit griller ses composants internes. Une série de boucliers fut alors dressée tout le long de la ligne, à des endroits stratégiques. Étrangement, au même moment, le temps sembla s'adoucir. La coïncidence fut ironique pour Dukko, qui comprit que c'était l'occasion pour Tadryon d'exhiber l'un de ses plus puissants atouts.


" J'entends leur appel. Tapi dans l'ombre, la Veilleuse guetta les mouvements des chasseurs entre les premiers troncs immenses de la forêt.
- Les voix sont plus loin. Le Veilleur visa négligemment un Tadryen au hasard et le tir transperça la visière de celui-ci. Séparons-nous. " Il se releva et courut à une vitesse folle, s'attirant l'espace d'une seconde les foudres des proies avant que la Veilleuse dévoile, à son tour, sa position et fasse des allers-retours entre les Tadryens pour les faire tomber un à un.

Le Veilleur quitta les fourrées et retourna dans le No Man's Land. Les créatures réalisaient un carnage remarquable, mais ce n'était pas suffisant face à l'entêtement de certaines unités. Les Précieux étaient là, il le ressentait. L'assassin se mouva tel un Verorsh derrière les rochers, entre les troupes, insaisissable. Durant sa course, il donna un coup de lame à chaque cristal de jais sur son chemin, provoquant la colère progressive des tréfonds ; les pillards souhaitant profiter de ce massacre envahissaient les tentes pour semer la panique, mais eux-mêmes se firent bien vite débordés par le courroux de la faune. Le Veilleur suivit ainsi la piste des pierres bleues derrière la ligne logistique jusqu'à se retrouver nez-à-nez avec la porteuse d'une somptueuse mante écarlate.

" Ton existence s'arrête ici. La Cape Carylon Catlow pointa son doigt en sa direction, plusieurs drones se levèrent derrière elle. Avec moi ! " Enjoignit-elle aux guerriers les plus proches pour soutenir la charge de ses drones.



Déroulement

Holà ♫

Du côté de la forêt d'Hanaamu, c'est le début des ennuis ♪
¤ Les Fils d'Ohibaan vous balancent des Varazas en plus des guerriers.
¤ La pluie acide y est toujours aussi intense.

Du côté du No Man's Land, là c'est le bordel ♪
¤ Les Rats ont protégé les cargaisons avec des drones protecteurs, vous pouvez vous réfugier sous l'un des dômes pour vous protéger de la pluie mais les créatures/ennemis peuvent toujours pénétrer dans le bouclier pour vous attaquer.
¤ Les deux Veilleurs se sont séparés : l'une est toujours à la frontière finale du No Man's Land et s'attaque aux Tadryens pour ralentir leur avancée vers la forêt, tandis que l'autre s'est enfoncé dans la ligne logistique. Il a fait scintiller les cristaux noirs, ce qui attire davantage de monstres et commence à faire trembler la terre sous vos pieds. Ce Veilleur se retrouve à affronter la Cape Carylon Catlow qui est apparue, vous pouvez l'aider à abattre l'assassin.
¤ Les pillards/voleurs se détournent majoritairement des cargaisons pour s'attaquer aux tentes des blessés et y espérer grappiller des ressources.
¤ La pluie est devenue moins intense, toujours aussi dangereuse pour votre corps mais votre exosquelette fonctionne mieux.

Bon courage ♪





: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Fran Superbia
avatar
♦ Messages ♦ : 76
♦ Inscrit le ♦ : 28/06/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 18 Juil - 16:08

Inventaire:
 

Fôret d'Hanaamu, près de la mêlée


France est accroupie, légèrement cachée derrière une énorme racine noire. Noueuse, elle ressemble à un colossal doigt qui s'entortille et se contracte pour mieux fouiller la terre, y déceler les trésors et les denrées. Au pied de cette racine, à côté de la rousse, donc, s'approche un jeune Tadyren en exo. Il a un foulard écarlate sur son armure, et l'a appelé sa sœur. Certes, France n'a jamais été très fan de ce délire de fraternité chez les rouges, mais savoir qu'elle n'est pas seule dans se merdier revigore la jeune simulacre. Et elle va en avoir besoin. Avant même qu'ils puissent discuter d'un plan d'actions, voilà la mêlée qui commence. Les Capes écarlates foncent, portant les espoirs de leurs troupes et de tout Tadryon sur leurs épaules.
France aime le rouge. Le rouge de la passion, le rouge de la haine, le rouge de sa chevelure, le rouge de Spectre. Le rouge des capes écarlates. Soyons clairs, elle préfère le vert. Big time. Mais le rouge, le carmin, le magenta, l’ocre, tous ces tons chauds et organiques l’émeuvent. La rousse ne peut pas rester de marbre face au rouge. Et devant ce rouge-ci, elle est secouée. Pas par la mort. Pas non plus par les hurlements, la rage, le danger, la peur ou même l’idée qu’elle trahit consciemment la  nation qui l’a vue naître. Non, la rouquine est émue parce qu’elle participe à un combat de grande envergure, enfin! Pas une petite escarmouche entre deux bleuets et quelques évolués, pas une attaque de pillards qui tourne mal. Une véritable bataille, où les espoirs, les idéaux, les désirs et les ambitions s’entrechoquent, résonnent avec le fer et s’échappent en gerbes rouges, tièdes et odorantes. Brillantes et pulsatiles. Il coule sur le sol, colle les habits, les fourrures, les exos.
France aime le rouge. Le rouge du sang, le rouge du foulard qu’elle porte sur le bras, le rouge des capes écarlates qui se gorgent lentement du fluide vital de leurs ennemis. Les capes sont rentrées dans la mêlée, le combat devient confus. Fran s’écarte de l’arbre derrière lequel elle est abritée. Il faut se déplacer, sinon les Fils d’Ohibaan ou cette maudite forêt pourront l’attaquer tranquillement. La jeune femme remet son E-3 Wendigo en place et dégaine son Hellhest.
Je vais devoir être maline. Les Fils d’Ohibaan commencent à s’organiser autour de l’attaque surprise. Les capes font leur boulot, et le moral des bleus est au top.
Venu  interrompre l’intense réflexion de notre protagoniste, un évolué regarde France. Il se sépare de la mêlée et court vers elle. France maudit ce jeune homme. Premièrement, parce qu’elle n’a jamais été fan du meurtre des évolués. Ils ont sûrement beaucoup de choses à  apprendre aux autres sur la Nature. Ensuite, parce que France a toujours pour mission d’aider les Fils d’Ohibaan, pas de réduire leurs troupes. L’homme s’approche. Il brandit une arme bombée, osseuse, couverte de dentures, noircie par le sang qu’elle a fait couler aujourd’hui. Du bonheur en bâton, rien que pour vous étriper. France essaie de l’aligner, mais le bougre se faufile, cabriole, se cache derrière la végétation. Impossible de le toucher, et il continue d’avancer. Fran décide de jouer son jeu. Elle court vers lui, reprend le Wendigo et tire au jugé. Certes, ce n’est pas précis, mais à trois mètres du canon de l’arme, le jeune homme est touché. Sa jambe droite fume, et lui hurle, au sol. Sa première expérience, sûrement. France n’envie pas la situation du Fils d’Ohibaan, et n’est pas pressée de vivre sa première blessure au laser. Elle achève son adversaire défait d’une courte salve. La jeune femme ne veut pas avoir de jeune homme armé d’une épée et décidé à l’étriper dans son dos. Même si elle doit aider sa patrie à prendre le dessus.
La rouquine voulait attirer le courroux de la faune locale sur les capes écarlates, mais aucun animal n’est assez idiot pour rentrer là-dedans pour les quelques tirs que France peut lancer dans sa direction. Bon. Elle va devoir faire les choses  autrement. En espérant qu’un ou deux actes de trahison peuvent passer inaperçu. Et voilà que les Varazas débarquent.

Ces bêtes peuvent déchiqueter les troupes, pas de doute. Sauf si les Tadryens ont des haut-parleurs capables de produire des ultrasons.
Ce dont Fran était sûre, c'est que son exo n'en avait pas. Et de toutes façons, la pluie acide l'aurait fait griller depuis le temps qu'elle attaque le blindage et les systèmes de l'armure. Elle était à peine infiltrée chez Tadryon, et voilà qu'on la lance sur le front... n'ayant pas vraiment le temps de juger de la stratégie du Spectre, la rousse s'approche de la mêlée. Seule, elle n'a aucune chance contre un Varaza. Éviter les lames d'os, ne pas se faire arracher les tripes par une bête enragée, tout en gênant les bleus ? Faciiiile! Allez, on finit ça et on se prend un verre à la Taverne pour vingt heures! France sourit sous son casque. Elle voit mal, le retour vidéo commence à perdre en précision. Ses armes sont encore fonctionnelles, et l'exo n'est pas trop ralenti. Elle doit agir avant que son armure ne commence à s'alourdir.
La jeune femme regarde autour d'elle. Un Fils d'Ohibaan gît au sol, la main levée, un regard empli d'une haine sans limite. Deux petits disques verts, injectés de sang, lancent des pieux de rage et d'horreur directement dans le cœur de la rousse. Lui, a gagné un laser entre les yeux. Retourne à la Nature, mon enfant. France aperçoit, à sa droite, un Tadryen aux prises avec un Varaza. L'exo tombe au sol, alors que la bête continue de vouloir lui éparpiller les viscères. Le pauvre homme protège son cou comme il peut.
Fran accourt, pointe son fusil automatique sur la bête et tire une rafale. Puis deux. Puis trois. Les hurlements de terreur et de douleur du pauvre bleu qui sert de planche à découper pour les lasers sont étouffés, saccadés, n'arrivent aux oreilles de la belle que sous forme d'un grésillement continu entrecoupé d'horreurs sonores. Espérons que c'est le cas pour tout le monde. Un Fils d'Ohibaan a assisté à la scène alors qu'il courait vers les deux exosquelettes. L'ingénu, ne comprenant pas ce à quoi il assiste, hésite avant d'abattre sa lame. Alors que les dents de France se découvrent encore un peu plus entre les lignes fines et pâles de ses lèvres tendues, celle du pauvre homme noircissent sous le feu des lasers, que France tire en salves courtes sur le jeune homme. Il tombe au sol encore secoué de spasmes, alors que son système nerveux essaie de comprendre pourquoi sa colonne vertébrale coule sur ses organes. Charmant programme.
La progression de la belle continue ainsi, au milieu de la mêlée, luttant pour sa vie en essayant de raccourcir celle des Tadryens. Soudain, un laser terrible, venu de nulle part, déchire la chair, brûle les armes d'os, arrache aux malheureux et malheureuses qui l'ont embrassé des hurlements de douleur, de panique, de folie même, qui restent encore le son le plus marquant que la jeune femme aie jamais entendu. Un sniper. Les bleus sont couverts par un sniper. Si cette dernière a repéré les exactions de Frannie, elle est bien dans la mouise.
Bah, au moins la mort sera instantanée.
La rousse déglutit, et, son sourire carnassier toujours accroché à ses lèvres, son cœur battant si fort et si vite qu'il pourrait à lui seul briser la carapace de métal qui la protège des éléments, ses oreilles bourdonnant à force d'entendre les bruits des combats, entrecoupés par le claquement sec du laser lourd de Keva Bucanan, France continue sa mission. Aaaah, la guerre. Rien de tel pour vous libérer de vos problèmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t404-france-superbia
Caïn
avatar
♦ Messages ♦ : 138
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Mar 18 Juil - 21:06



Il n’existe qu’une seule et unique question à se poser. Qu’est-ce qui valide le massacre que je suis en train de commettre ? Il n’y a pas à discuter de sa nécessité, ni de son intérêt. Sa présence est également incontestable. Sa beauté le serait peut-être plus, mais nul ne peut éprouver aucun plaisir esthétique à voir un amoncèlement de corps en train de sombrer dans les abimes de leur bêtise. A défaut de plaisir, nous éprouvons tous un sentiment esthétique, ce qui me suffit à confirmer la beauté du massacre, surtout par un temps de pluie aussi magnifique ; alors il n’est qu’une seule et unique question à se poser : qu’est-ce qui valide le massacre que je suis en train de commettre ?

- Oui, je suis vraiment blessé, mais c’est un détail.


Je fis jouer mon articulation, le tir ne m’avait brulé la peau qu’en surface, même si le choc et la douleur m’avaient pris de surprise. Retrouver une compagnonne de danse macabre me mit du baume au cœur. Je souris sous mon casque à sa question et répondis sans me soucier des gens autour de moi.


- Deuxième option. J’ai laissé tombé quelque chose de « Précieux » pour certaines personnes…


Je laissai à ma dernière syllabe un point d’orgue qui enchaînait avec l’accent percussif du mot précieux. Je me relevai pour me diriger vers la sortie de la tente dans laquelle nous nous étions arrêtés afin de nous éloigner des groupes de chiens de Tadryon. Le spectacle que je vis me ravit. Les forces tadryennes étaient en train de se faire décimer par des bêtes féroces qui, même elles, avaient compris que la guerre n’était pas forcément une nécessité si elle était aussi mal exécutée que par eux.

Ma boîte de métal qui tenait dur comme fer à me coller à la peau décida d’interrompre mon instant de contemplation bien mérité avec des grésillements aussi intelligibles que Spectre était vulgaire – autant dire très peu. Ces grésillements me rappelèrent à une réalité que je n’avais pas anticipée, pour les Veilleurs salvateurs, nous étions aussi tadryens que les animaux que nous côtoyions. Ennui.

Ennui balayé ma foi par le spectacle d’un enfant en train d’arriver avec toute sa cour de soupirants bien-pensants. Alors qui blâmer ? L’enfant de ne pas s’être enfui plus tôt, d’avoir choisi d’être là ? Ou Tadryon d’avoir enfanté, d’avoir créé des chiots ? Je n’avais pas d’autre réponse que ce que je voyais et la faute me semblait aujourd’hui encore tadryenne. L’enfant entra dans la tente et sous mon regard se fit soigner par un canidé en métal. Je me retournai vers ma danseuse mortelle et lui dis sur un canal fermé :


- Alors ? On se bat pour voir ça ou pour ne pas le voir ?


Je ris jaune et enchaînai :


- Peut-être ne sommes nous pas extrêmement bien placés ic…


Ma phrase fût interrompue par l’arrivée d’un regard glaçant et fascinant à la fois. Enfin, les précieuses venaient interrompre certaines veilles inutiles. Vague de peur. Partagée. Comment l’éviter ?

Une vague pourpre sourgit devant moi. Soit cette personne était membre de Spectre et était terriblement imprudente, soit c’était une Cape tadryenne. Allegretto. Le mouvement suivant promettait d’être fascinant. Je me dirigeai vers la sortie dans le but de mettre des bâtons dans les roues des alliés du chef de meute pourpre. Il fallait faire cesser cet assaut tadryen au plus vite, étouffer leurs chiots encore dans l’eau du bain afin d’avoir ce que nous désirions et pour cela, il fallait mettre les mains dans la merde. Un regard vers ma Sœur :


- Ce serait dommage de ne pas entrer dans la danse, non ?


Il n’existe qu’une seule et unique réponse à cette question : la paix.



631 mots


Merci Adam pour le kit !
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t121-cain-termine
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 407
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Jeu 20 Juil - 0:30

Inventaire
Arme ↂ E-3 Wendigo

Gamaliel était donc accroupit et se tenait prêt. Il était certes content d’avoir un membre de sa faction à ses côtés et cela le revigorer d’une certaines manière, mais le stresse était présent. Les fleurs en face s’était comme allumés d’un bleu ciel et en nombres. Une attaque ? Cela était fort probable mais une attaque de quoi ? Des fils et filles de l’Ohibaan ? Ou bien des bêtes sauvages peuplant la forêt ? Gamaliel essaya de lancer un scan devant lui, mais la forte pluie présente depuis un bon moment déjà, avait mis en déroute tous les systèmes de l'exosquelette de Gamaliel, dont le scannage. La seule chose qu’il était sûre par rapport à l’état de son armure, était qu’au moins elle protégeait sa peau de la pluie. Mais est-ce qu’elle serait utile face au danger qui arrivait devant lui ? Le chemin bleuté se mit à s’éclairer de plus en vite et une clameur guerrière se fit entendre entre les arbres. Gamaliel osa un regard au dessus de sa couverture, est un sifflement se fit entendre à côté de son casque, suivi d’un bref hurlement venant de son dos. Le Spectre se rabaissa aussitôt et se retourna pour voir un Tadryen encore debout, une lance enfoncé dans son casque et ressortant de l’autre côté de la tête. L’homme tomba à genou et de l’avant, la lance finit de traverser le crâne.

Puis la mêlée débuta. Sa coéquipière partie se battre et Gamaliel n’eut pas le temps de faire quoique se soit à son encontre qu’une femme se jeta sur lui armé d’une hache. Par réflexe, Gamaliel leva son arme et la bloqua l’attaque au niveau du manche de l’arme adverse. Le jeune homme remarqua qu’il avait plus de force qu’elle et poussa en avant pour la déstabiliser, puis il donna un coup avec la crosse du E-3 Wendigo dans la tête de la Fille de l’Ohibaan, celle ci tomba la renverse, surement assommé. Dans le feu de l’action, Gamaliel se coucha sur le sol et rampa jusqu’à son adversaire inconscient. Il vit que le torse de la femme se levait et se baisser. Elle respirait. Gamaliel regarda autour de lui et vit à travers la pluie, les armes de lancer et les tirs des lasers, un renforcement rocheux et il n’était pas si loin que sa position.

- Eh du con ?! Tu veux lui rouler une pelle ? Bute-là !

Il vit un Tadryen s’approchait et mettre le canon de son arme sur le front de la fille. Il voulut tirer mais sa cartouche d’Azuries était à plat.

- Eh merde.

L’homme lui prit arrachera son arme mais Gamaliel vit l’occasion de faire son travail. A savoir saboter l’opération. Une sorte de petite créature à quatre pattes avec des ailes se jeta sur eux. Gamaliel ramassa une pierre sur le sol et se jeta sur la Tadryen en hurlant

- ATTENTION !

Ils tombèrent tout les deux au sol et la bestiole passa au-dessus d’eux.

- Mais c’était quoi ça ?!

- Une aubergine.

Et Gamaliel frappa le casque avec la pierre plusieurs fois et avec force. Il ne savait pas pourquoi il avait sortit ce mot du fond de son être dans le feu de l’action.

- Et ça c’est mon arme.

Gamaliel reprit son arme laser, et posa la hache de la fille sur le casque du Tadryen. Bon maintenant il devait faire semblant de se battre. Il courut à couvert et vit un exosquelette courir avec un kit de soin. Une idée lumineuse vint s’installer dans le cerveau de Gamaliel. Le simulacre rengaina et courut le plus rapidement possible. Quand il fût à porté , il sauta de l’avant pour plaquer en pleine course le médecin. Il tombèrent dans un petit fossé. Bon après avoir fait cette action, Gamaliel joua le tout pour le tout.

- EH ! Fais attention le toubib, on n’a besoin de toi ! T’as de la chance que je t’ai intercepté ! Une de ces bestioles étaient en train de fondre sur toi.

Il n’eut pas le temps de continuer car une boule noire avec des rayures bleu tomba entre eux. Une fumigène ! Gamaliel les avaient déjà vu quand il avait dû aller chercher les têtes. Il l’a prit et lança vers en dehors du fossé, légèrement du côté des troupes Tadryennes.

- Ça va ? Je peux te laisser ?

Mots : 709
CALVIN LIT CA xD:
 



J'ai eu 11.2 à mon bac héhé.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Johar
avatar
♦ Messages ♦ : 138
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Jeu 20 Juil - 1:04




Inventaire:
 

Envahi, submergé, dominé... Tu ne savais même pas quel mot correspondait au mieux au sentiment qui te possédait en cet instant. C'était avec l'énergie du désespoir que tu te battais. Finalement les attaques des montres t'avaient obligé à t'éloigner des autres, à t'éloigner des cargaisons et c'était ta plus grande erreur. De loin, tu voyais les dômes des Rats protéger quelques peu ceux qui avaient réussi à se positionner en-dessous, ce qui était loin d'être ton cas. Mais tu n'avais pas le temps de penser à ça. Tu n'avais le temps de penser à rien, tu avais le terrible sentiment que ta fin était imminente alors que tu n'avais en rien entamé tes rêves. Comment pourrais-tu mourir ici et maintenant alors que n'étais encore un Conscrit? Non, il ne pouvait en être ainsi! Tu devais marcher sur les traces de ton père, tu devais poursuivre ta vie, grandir, apprendre tomber certes, mais te relever! Tu refusais de mourir aujourd'hui! Pourtant, les attaques de plus en plus violentes des monstres arrachaient par morceaux le bouclier d'espoir que tu avais forgé avec tant de soin. Comment as-tu pu te laisser entraîner aussi loin des convois? Tu te poses encore la question. Tu as laissé tomber ton épaule gauche depuis que le sang a commencé à recouvrir ton bras, le moindre mouvement te coûte et te fait perdre de l'énergie, alors autant les économiser, tu sais que si ces bêtes ne viennent pas à bout de toi, l'hémorragie externe le fera et tu refuses. Un tir imposant de deux Tadryens lointains te permet de souffler un peu et tu leur adresses un signe de main... mais ils ont bien trop à faire de leur côté. Tu as le champ libre pendant quelques instants, juste le temps qu'il faut pour prendre une décision: rejoindre les tentes des blessés au campement ou rejoindre les cargaisons pour t'abriter sous les dômes... tu es plus proche des tentes mais les Rats semblent offrir une meilleure protection. Un groupe de créatures hideuses dont tu ignorais même l'existence t'oblige à tailler la route: direction le campement.

"Abe, fais en sorte que l'Exo colle au maximum à ma peau pour empêcher au mieux le sang d'couler, tu veux?"

La voix automatisée de ton ordinateur de bord se fait entendre entre deux grésillements causés par la pluie d'acide.

"Affirmatif, je m'en occupe."

Tu n'es pas dupe, ça ne changera quasiment rien, mais tu as besoin de faire comme si ça changeait tout, comme si tu avais encore une chance de t'en tirer. Tu t'engouffres dans la première tente que tu trouves et retires ton casque pour respirer un peu. Grave erreur. Un réfugié occupé à voler tout ce qu'il peut trouver se jette sur toi avant que tu ne puisse faire quoi que ce soit et te plaque au sol. Ses deux mains maintenant tes épaules, tu te mords la lèvre jusqu'au sang pour ne pas hurler lorsque son bras puissant appuie sur ta blessure. Tu attaques d'un premier coup de poing peu convaincant, mais l'Exosquelette qui renforce tes poings ajoute du dynamisme à ton attaque. Les trois directs que l'homme t'aligne en pleine figure démontre cependant rapidement qu'il a l'avantage. Il achève sa série par un coup de pied, et tu ne peux retenir ton cri lorsque son talon écrase ton visage: tu entends distinctement l'os craquer et le sang en couler abondamment. Tu poses une main sur ton arme de poing au moment où le Varoc comprend que sa chance va tourner et s'enfuit avec ses larcins. La douleur et la rage se mêlent en toi et tu te relèves en rugissant d'un cri presque plus bestial que ceux des monstres qui vous attaquent. Tu remets ton casque en serrant les dents, ignorant le visage couvert de sang que tu arbores, et sors de la tente. Un éclair de drap rouge attire automatiquement ton regard qui passe de la rage à l'admiration: la Cape Catlow! Et... un Veilleur? Ton sang se glace dans tes veines et ta respiration se hache, tu vois de tes propres yeux le pire assassin de tout Varosha. Les fameux drones de la légendaire guerrière s'élèvent sous son ordre pour attaquer le Veilleur et sa voix parvint jusqu'à tes écouteurs:

"Avec moi ! "

La douleur n'existe plus. Dans un élan de rage, de fierté et de désir de survie, tu laisses tomber ton arme de poing dans ta poche et ôte à l'aide de ton pouce la sécurité de ton fusil d'assaut. En même temps que les drones de la Cape et que les autres Tadryens assez proches pour entendre l'ordre, tu vises l'assassin et vides tes cartouches d'Azuris sur lui. Ton épaule saigne, ton nez et ta bouche saignent mais ton coeur de Tadryen s'enflamme de l'honneur qui t'est fait de pouvoir soutenir une Cape dans sa mission et tu ignores les protestations de ton corps. Tout sera bientôt fini...

Mots: 866
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t111-johar-dasterion-natif-tadrye
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Ven 21 Juil - 3:52



Inventaire:
 


Le tire fait mouche et une bête difforme vient s'écraser dans la boue qu'est le sol après cet étrange mélange de poussière, de terre et de pluie acide. Donovan se remet en marche, recharge son arme et avance. Il n'a rien à vraiment protéger si ce n'est son prochain et il comptait finalement le faire. Sauver sa patrie ? Peut-être. Un cri retenti dans son exosquelette, lui vrillant les tympans. Ces casques fonctionnaient mal sous la pluie mais quand il s'agissait de détruire l'ouïe de son porteur, c'était plus facile. Le borgne se redresse, sur le qui-vive, et jette un œil sur les alentours pour repérer d'où venait la voix. Son coup d'oeil lui permet de se rendre compte des dégâts. Il n'y a plus aucune structure sur le terrain, seulement des petits groupes de tout côtés qui fuient, hurlent, se battent ou tente de survivre. C'est la guerre, c'est un carnage. Beaucoup courent vers les arrières, espérant rejoindre les sortes de dômes qu'avaient dressés les Rats. Le borgne ne sait pas de quoi est ce que ça les protégeaient et il ne cherche pas la réponse. Il compte se battre jusqu'à son dernier souffle pour protéger tout e qu'il y a à protéger. Il déteste l'idée que quelques bestioles puissent atteindre les lignes arrières, puissent atteindre les blesser. Puisse atteindre Johar. Mais il n'est pas dupe et sais que déjà, les crocs et les griffes ont sûrement fait des ravages. Une vague de colère l'envahie, le poussant à recharger et tirer, recharger et tirer inlassablement, essayant de faire le plus de dégâts possible. Une douleur fantôme vint alors s'emparer de son œil, affreux souvenir, affreuse perte de contrôle. Donovan hait ce souvenir qui l'avait laissé complètement démuni, complètement perdu face à la situation. Mais ca ne recommencera pas, il se le promet.

En attendant, la pluie et son œil manquant ne lui font pas faire des merveilles quand aux nombres de touches effectuées mais il persévère. Il pousse sur ses jambes, cours au travers du No man's land au secours du premier venu mais déjà, un corps en exosquelette s'effondre devant lui, son casque lui apprend qu'il n'y a plus âme qui vive dans la gangue de métal. Le dos éventré du Tadrien décédé laisse encore s'échapper des gerbes de sang noir. Le Borgne n'en est pas à son premier cadavre, mais à chaque fois, il à un micro quart de seconde d’arrêt durant lequel il observe le corps sans vie, un spectacle macabre devant lequel il a du mal à tourner le regard. Il se reprend vite, comme toujours, et fini par enjambé l'anonyme. Il se remet en route, continuant sa course, tirant quand il le fallait. Sa colère est redescendu, il fait plus attention à ce qu'il fait. Il vise, tire et touche enfin. Il aide un Tadrien en armure bleu à se relever et continu sa route, laissant l'autre debout derrière lui, l'abandonnant une nouvelle fois à son sort. C'était à son tour de faire ce qu'il fallait pour survivre, pas à Donovan.

Celui-ci a d'autre chat à fouetter, notamment quand une douleur sans nom vient lui traverser le mollet et qu'il s'effondre dans la boue. Son visage n'exprime rien mais un grognement passe ses lèvres alors que sa visière est couverte de terre liquide. Il sent le sang chaud couler le long de sa jambe et se demande ce qui a bien pu se passer. La situation dans laquelle il est l'inquiète plus encore que l'était dans laquelle pouvait être sa jambe. Qu'importe. Maladroitement, il enlève la boue qui lui masque la vue et se tourne sur le dos, son arme a volé dans sa chute est n'est plus, pour le moment, à sa porté.

Devant lui, une silhouette se tient debout, à contre jour, Donovan ne la distingue pas, son écran ne présente qu'une ombre noire. Mais distinctement, à quelques centimètres de son visage, il voit le canon encore fumant d'une arme laser.

Un veilleur ?
Mots:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crescend Crimson
avatar
♦ Messages ♦ : 55
♦ Inscrit le ♦ : 11/03/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Ven 21 Juil - 13:05




Ténacité
| La forêt d’Hanaamu |



Inventaire de Crescend
| Armes: P-2 Nixe | P-7 Helhest


Un nouvel adversaire, un nouveau combat.

J’inspirais et expirais irrégulièrement, cherchant à reprendre mon souffle à la suite de cette furieuse mêlée alors que le canon de mon fusil laser fumait encore. Mon regard fixait d’un œil morne le visage défiguré du Mutant qui tombait au sol, ses fluides crâniens et son sang se mélangeant dans une soupe visqueuse qui gouttait de l’énorme trou que je venais de lui créer dans la tête. Je n’étais pas parvenu à l’immobiliser ou à l’assommer, l’homme des bois s’acharnant avec tant de fureur et de force que j’avais fini par être rapidement submergé par ses offensives. Une fois que nous nous étions jetés au sol, il n’y avait plus qu’une seule chose à laquelle j’avais songé: vivre. Vivre, putain. Et, dans une traînée de poussières, toute trace d’humanité s’était envolée de mon esprit. Tout ce que je voulais, c’était vivre, bon sang! Rapidement, l’instinct avait pris le pas et nous avions commencé à nous batailler non plus pour une quelconque patrie ou nation, mais uniquement pour nos vies. Le combat devait se terminer. Maintenant. Et j’avais tiré.

Baissant mon arme, je désirais reprendre mon souffle. Mais ce n’était pas permis à la guerre : un énième ennemi se glissa juste à côté de moi et enfonça son arme dans mes côtes. La douleur était-elle que je relâchais un cri, tombant au sol, tenant mon flanc alors que mon opposant me sauta dessus. P-Pas aujourd’hui… Pas maintenant… Aidé par l’adrénaline, je repoussais mon adversaire en lui envoyant un furieux coup de genoux entre les jambes, ce dernier poussant un cri de douleur alors que je me redressais, sautant sur son dos afin de le plaquer au sol, enchaînant mon mouvement par une immobilisation, que je fis en lui bloquant le bras, faisant passer ce dernier dans son dos. Et sans attendre, je me mis à tirer sur son membre, à tirer, penchant encore et toujours plus son bras dans son dos pour lui donner un angle absolument inhumain. Mes instincts de Varoc me rattrapaient. Les cris du Mutant percèrent le métal de mon casque alors que je poursuivais, cherchant simplement à survivre en tuant l’antagoniste qui menaçait mon existence. J’avais l’impression de faire un bond dans le temps : cette guerre était semblable à tout ce que j’avais vécu dans les quartiers de Varosha. Entre les rebelles, la faune locale, les pillards et la pluie… Tout ce qui comptait, c’était de ne pas crever. Comme aujourd’hui.

« FAIS GAFFE! »

Mon cœur rata un battement. Quoi? Et avant même que je puisse comprendre ce qu’il se passait, je fus brutalement poussé sur le côté, un corps inconnu, mais de métal, m’ayant soudainement plaqué au sol. Nous roulâmes sur quelques mètres, les cris de la mêlée s’atténuant petit à petit dans mon ouïe alors que la douleur sur mon côté s’anima de nouveau à la suite de cette brutale bousculade. Confus, les dents serrées, je me retrouvais dos au sol, fixant mon « sauveur » d’un regard perplexe. Qu-Qu’est-ce qui se passait?

« Je viens tellement de te sauver la peau! S’extasia aussitôt l’excentrique alors que toute furie s’était évaporée de mon esprit, ne laissant plus qu’une étrange et désagréable impression dans celui-ci, mêlée à la souffrance qui émanait de chacune des parcelles de mon être.

- M-Me sauver la peau? Balbutiais-je en tirant un œil sur le côté, là où le reste de l’unité bataillait pour faire tomber les Mutants et leurs saletés de bestiole qui venaient d’entrer dans la partie, alors que de la fumée s'élevait autour de l’unité : encore une saleté de ces Mutants.

- Oui. »

Et avant même que je comprenne quoi que ce soit, le canon d’une arme se plaqua juste devant ma visière.

« Des Mutants, évidemment », murmura-t-il d’une voix soudainement plus sombre.

Mes yeux s’écarquillèrent et au même instant, instinctivement, je me débattis violemment, poussant l’ennemi sur le côté avant de lui sauter dessus pour empoigner son arme et tirer, sans réfléchir, vers son visage. D’un coup, le corps de mon adversaire s’immobilisa. Merde, merde, merde, merde! Aussitôt, je me redressais, lâchant l’arme de mon ennemi avant de reculer de quelques pas, haletant bruyamment, une main posée sur mon flanc. Qu’est-ce que c’était? C’était quoi ça?! Pourquoi il… il…! Mon regard ne se détachait plus du cadavre en métal, dont le bras droit était paré d’un ruban rouge. Un Fidèle du Solstice? J-Je… venais de buter l’un des miens? Non… Non… Il… Il m’avait menacé en premier. Je n’avais fait que me protéger. Un… traître? Des… infiltrés? Est-ce qu’il y avait des Mutants parmi nous?! Merde! Me répétais-je. Je voulais établir le contact avec le reste des troupes pour les avertir, mais la pluie avait complètement bousillé mon système de communication. Non, non, non! Bon sang! Précipitamment, je me mis à courir à la recherche du Noble Nilchen pour l’avertir, l’avertir qu’il y avait des « traîtres » dans nos rangs, forcément des Mutants. Bordel… Bordel… Je courrais sous la pluie sans relâche, inspirant et expirant tant bien que mal, mais la douleur à ma côte revint brusquement et je trébuchais, face première au sol. Me relevant difficilement, je jetais un regard par-dessus mon épaule afin de voir l’obstacle sur lequel j’avais buté, voyant alors une véritable scène d’horreur. Non… C’était… un cadavre… fait de métal… complètement carbonisé… Les armes des Mutants ne font pas de tels dégâts… Y’a que les armes tadryennes pour… … Pour faire un tel carnage. Mes yeux s’agrandirent plus encore et immédiatement, je me remis sur pied, faisant fi de la douleur pour continuer. Le chef, bordel, où étais le CHEF, PAR LA GRÂCE DU CIEL?!

Une fois de plus, je tombais par terre, le souffle court. Il m’a pété les os ou quoi?! M’énervais-je en contractant de plus en plus la mâchoire, cherchant à endiguer le mal. Avancer. Il fallait que j’avance. Bouge, maudit corps! BOUGE! QU’EST-CE QUE T’ATTENDS?!? C’est alors que je perçus des voix, non loin. Je redressais la tête, voyant deux hommes devant moi. Immédiatement, je puisais dans mes forces pour me traîner au sol, percevant le bruit des armes laser, le cri des guerriers, des bêtes et de la guerre. C’était un véritable bordel. Et dans ce bordel, il y avait des maudits Mutants infiltrés. Saletés. ET CE CORPS QUI N’EN FAISAIT QU’À SA TÊTE! MAIS BOUGE-TOI, À LA FIN!

« L-L-Les gars… » Les appelais-je, faiblement.

Voyant qu’ils ne m’avaient pas encore aperçu, je m'accroupis péniblement sur mes deux jambes tremblantes, cherchant à me rapprocher d’eux. Mais soudainement, je m’immobilisais. Et si… Et s’ils étaient des Mutants infiltrés eux aussi? Lentement, je retirais la sécurité de mon arme avant de tendre le canon en direction des deux silhouettes, me relevant difficilement pour me rapprocher d'eux. Il y avait des infiltrés dans nos rangs. De sales Mutants… J'avançais, lentement, trop lentement, que c'en était frustrant. Mais à une telle distance, les deux individus devaient m'avoir aperçu et, sans me cacher, je me mis les viser tout en leur adressant ces quelques mots:

« Êtes-vous des nôtres…? »

Mes mains tremblaient, non pas par peur, mais par fatigue, mes jambes me supportant à peine.

« Je ne veux entendre aucune excuse! Vous êtes des traîtres à l'humanité?! »

Je ne percevais plus très bien la réalité, pointant le canon de mon fusil laser vers le sol avant de tirer.

« La prochaine fois, ce sera dans votre tête qu'elle se logera! RÉPONDEZ! »


Post II [1 245 mots]
Les deux gars que menacent Cres' à la fin, c'est Gamaliel et Calvin ♪



« Les gens se sentent seuls parce qu’ils construisent des murs au lieu de construire des ponts »
- Joseph Fort Newton -
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t318-crescend-crimson-termine#262
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 184
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Sam 22 Juil - 2:39

Collé contre le sol, Zacharias observait les environs et passait de zone couverte en zone couverte avec son petit groupe pour progresser vers les Veilleurs. À chaque coup de feu qu’il entendait, il savait que les tireurs embusqués ennemis faisaient une victime et il serrait les dents de rage de ne pas pouvoir intervenir plus rapidement pour mettre fin au massacre. Au moins, il savait qu’aucun des membres de son groupe n’était touché et il se dit donc qu’il n’avait pas encore dû être repéré par les deux Veilleurs. S’il avait été repéré, il était certain que les deux tireurs embusqués auraient fait feu sur eux pour décimer le groupe. Évidemment, les exosquelettes nuisaient pour la progression discrète, mais, en ayant pour le moment seulement l’armature, les conscrits n’étaient pas trop encombrés et ennuyés. C’est donc centimètre par centimètre que le petit groupe de futur infiltrateur gagna du terrain, au ras du sol, en faisant des pieds et des mains pour ne jamais quitter le couvert que les ruines du No Man’s Land environnant leur fournissaient.

Quand l’un des deux Veilleurs se releva pour partir à la course, Zacharias sentit son cœur s’arrêter. Pendant un moment, il crut que le Veilleur venait mettre fin à la progression du groupe et il savait que si c’était le cas, la deuxième tireuse allait faire un carnage dans leur rang. Mais, heureusement, le Varoc se trompait et le Veilleur alla ailleurs où il rencontra la cape écarlate qui venait le faire taire pour de bon. S’obligeant à garder un sang-froid exemplaire, Zacharias continua jusqu’à une structure en hauteur qui permettait au groupe de se rassembler à l’abri du regard du Veilleur qui restait en position de tir. Un des hommes du groupe fit signe en direction de l’affrontement qui allait prendre place avec la cape écarlate et un signe explicite mentionnant qu’il était de leur devoir d’aller aider leur cape écarlate. Zacharias secoua la tête en signe de négation. La cape écarlate pouvait très bien gérer le Veilleur et d’autres Tadryens lui porteraient assistance à n’en pas douter. Par contre, si le groupe se réduisait, il ne pourrait pas se charger de l’autre Veilleur qui restait. Ce genre d’adversaire était d’un calibre bien supérieur, il fallait la chasser en meute et profiter qu’elle soit isolée.

Pourtant, le groupe semblait divisé sur la question. Zacharias comprenait l’espèce de statut d’icône qu’avaient les capes écarlates et n’était donc pas surpris de la ferveur de ses compagnons à vouloir aller l’aider, mais c’était stratégiquement une erreur. Il fut soulagé quand il vit l’autre conscrit mettre une main sur son épaule et désigné de la tête le Veilleur restant. C’était ce dernier qui avait le charisme et le respect des autres pour les convaincre. Zacharias agissait comme leader et ce conscrit était comme son bras droit qui s’assurait que les ordres étaient acceptés par les soldats. Zacharias serra l’avant-bras de son confrère pour lui démontrer sa reconnaissance et fit signe à son groupe de rester à couvert. Il jeta ensuite un œil rapide sur la position ennemie en restant autant que possible à couvert pour se faire une idée du terrain. Il prit ensuite quelques fractions de seconde pour se faire une tête et communiqua son plan à son équipe.

Il désigna le seul membre du groupe qui avait une arme d’épaule, une arme de type fusil d’assaut, qui permettrait de tirer des rafales plus menaçantes et soutenues. Il fit un signe vers l’arme et il fit un signe de tir soutenu ensuite. Il mima de ses doigts une personne qui recule pour se retirer de la ligne de feu et demanda d’un signe de main si son confrère avait compris. Celui-ci hocha la tête et mima qu’il devait faire reculer le Veilleur dans le piège et Zacharias confirma de la tête. Ensuite, il désigna les autres et dessina un espèce de cocon sur le sol pour expliquer qu’il devrait enfermer le Veilleur dans sa retraite pour être capable de la contenir et l’abattre, comme un groupe de prédateurs s’attaquant à leur proie. Il fallait par contre que la forme du cocon soit bien exécutée pour ne pas avoir de lignes de tir croisé et ne pas se blesser entre eux. Après quelques secondes lourdes, le bras droit de Zacharias faisant connaître son approbation qui permit au reste du groupe de suivre également, le petit commando se remit en mouvement. Toujours en restant le plus bas possible, bien qu’allant plus rapidement pour les besoins de l’attaque, ils commencèrent à se déployer pour mettre le tout en exécution.

Seulement, un dicton bien connu de Zacharias allait entrer en compte : aucun plan de bataille ne survit au premier contact avec l’ennemi. Avec le plus d’efficacité et de professionnalisme possible pour ces recrues, ils tentèrent de se positionner. Néanmoins, un autre Tadryen passa dans le secteur et s’attira un tir du Veilleur. Un conscrit de son groupe sortit du couvert pour faire feu et engager la cible, tentant de venir en aide au Tadryen blessé et permettant au reste du commando de continuer l’opération sans avoir l’attention du Veilleur sur eux. Prenant sa place, le Varoc put néanmoins voir son confrère recevoir un tir au niveau du bras ou de l’épaule et s’effondrer au sol. Un des conscrits sortit du bois en criant de rage pour tirer son chargeur de frustration et se rendre à son ami qu’il voulait ramener sous couvert. Profitant de cette diversion, le conscrit avec le fusil d’assaut entra en piste et ouvrit une salve, ce qui eut également pour effet de prodiguer à son confrère en tentative de sauvetage une légère couverture. De sa position, Zacharias ne voyait pas bien la scène et il espérait que tout se terminerait pour le mieux. Deux morts en action sous sa responsabilité ne l’intéressaient pas comme début de carrière dans l’Armée. Pourtant, il tentait de faire au mieux de ses connaissances actuelles.

Un mouvement le fit recommencer à espérer un peu. Le Veilleur avait fait un pas vers l’arrière. C’était déjà mieux qu’un échec complet. Allez, recule encore… juste dans ma ligne de tir dégagée… On n’a pas fait tout ce chemin pour échouer! Serrant les dents et baissant son doigt sur la gâchette, Zacharias se plaça dans une position de tir stable et calcula ses respirations pour tenter de corriger sa ligne de tir en fonction de sa respiration. À l’instant où il vit le Veilleur passer la ligne de tir, il ouvrit le feu avec la ferme conviction d’abattre sa cible coûte que coûte.


(1 089 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 500
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Dim 23 Juil - 18:44

La mâchoire du médic se resserra si fortement qu'il ne distinguait presque plus que les grincements de sa dentition. Une bataille était un phénomène qu'il s'était douté être difficile à appréhender, c'était dans ce genre de situation que le mot "survie" prenait une tournure beaucoup plus malsaine. Comment pouvoir sauver sa peau lorsqu'il fallait aussi se préoccuper de celle d'autrui ? Pour peu qu'on arrivât à distinguer cet autrui au sein de ce capharnaüm. Calvin avait choisi une voie bien difficile, il en prenait pleinement conscience en cet instant précis, mais ce n'était pas pour autant qu'il allât balayer d'un revers ses convictions. Il ressortira de ce bordel et fera en sorte d'en sauver le plus possible. Ne pas se lamenter des échecs tout de suite, se concentrer sur la mission avant tout. Il était un soldat, il était un Tadryen. Un humain.

Un tir de fusil de combat dévora la jambe du Fils d'Ohibaan qui l'avait pris pour cible. Dans son obstination, Calvin continuait de viser les points non-vitaux, de faire en sorte d'incapaciter les ennemis de sa nation plutôt que les abattre purement et simplement. Ce n'était pas son rôle d'être un assassin, mais il concédait que c'était le sien de les mener au trépas. Le serment lui collait à la peau et c'était son devoir, en tant que natif de cette Terre, de lire entre les lignes pour y discerner les failles. Au fil de ses altercations avec l'ennemi, son temps d'hésitation à ouvrir le feu se réduisait : ses yeux visaient la tête mais le canon de son arme demeurait braqué sur les jambes. Abattre un visage familier serait préjudiciable à sa mentalité défaillante. Mais ce manège ne dura guère longtemps, lorsque les premiers hurlements monstrueux résonnèrent à travers la cime des imposantes incarnations de la Nature. Varazas. Reconnut-il sur-le-champ, pour avoir eu son lot d'ennuis avec ce genre de bestioles.

Il se remit aussitôt à couvert, malgré les nombreuses injonctions de Nilchen pour soutenir l'avancée. Ils demeuraient une unité, par un régiment tout entier ; si ce n'était avec la ténacité des Tadryens et le soutien des Capes Écarlates, tout cela se serait résumé à une mission suicide pure et simple. Calvin prit une position de tir derrière un monticule et vida ses cartouches de fusil sur les créatures plus loin. Il fit en sorte de ne pas soutenir trop longtemps le feu pour ne pas attirer davantage l'attention sur sa petite personne. Il changea de planque et réitéra l'opération, ainsi de suite.

Jusqu'à que ce moment précis virât au cauchemar. Il eut un saut au cœur lorsqu'il sentit le puissant choc s'abattre sur son armure. Les réflexes lui firent lâcher son fusil pour avoir les mains libres sur son revolver, qu'il n'eut même pas le loisir de pointer lorsqu'il se rendit compte que c'était un Tadryen qui l'avait sauvé. Dans sa hâte, Calvin se releva de suite, le souffle lancinant. Il regarda autour de lui, la fameuse créature avait dû filer à une vitesse folle pour ne plus être là ; impossible que ce soit un Varaza. Étaient-ils en proie à d'autres entités de la faune ?


" Ça va, je… " Non, rien n'allait. Mais surtout, le réflexe un brin dangereux de l'allié avec le fumigène le troubla une petite seconde.

Histoire de rajouter un peu plus d'embarras dans ce cocktail, un viseur le menaça. Un viseur allié. Le jeune homme qui les prenait en joue semblait délirer ; mais selon la maigre expertise de Calvin, ce n'était pas un simple coup de folie : il y avait un fondement. Ce Tadryen venait d'être témoin d'une anomalie il y a peu. Le troublé fit cogiter ses méninges le plus rapidement possible, ce n'était pas le moment de perdre en palabres. Dans d'autres circonstances, il aurait été bien embêter qu'on l'accuse d'une telle trahison, mais sa relation avec Nasträlya n'avait rien à voir là-dedans.

" L'humanité doit s'adapter à la Nature et revendiquer son trône d'antan. Commença-t-il, assez fort, à réciter une partie du serment d'Entrée. Nous sommes le renouveau. Nous portons les convictions d'une humanité nouvelle. Il frappa son poing sur le cœur. Nous sommes Tadryens ! Il fallait faire revenir ce pauvre hère dans ses bottes, sinon il s'autodétruira avec les autres. Le médecin profita d'un moment d'hésitation pour se rapprocher d'un coup et de plaquer du gel médical sur le flanc du blessé, son autre main forçant sur l'épaule pour l'immobiliser. Détends-toi. Murmura-t-il, les yeux dans les yeux, malgré les visières respectives. Qu'est-ce que tu as vu ? "

Un tir puissant foudroya le sol juste derrière eux, plus particulièrement aux pieds du soldat qui l'avait plaqué plus tôt. Cette puissance, cela ne pouvait être qu'un tir titanesque, celui d'un T-17 Valraven. Calvin se retourna vers le paré d'un foulard écarlate. Pourquoi Keva le vise ? La réponse lui échappa des mains lorsqu'un Varaza embusqué chargea vers lui et le blessé, Lovelace recula en vidant ses cartouches de son Helhest sur la créature, une main ferme sur le bras de Crimson, se séparant automatiquement de celui dont les soupçons grandissaient en flèche.


853 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 500
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi] Dim 23 Juil - 19:02




Ténacité


La nuée de drones attaquants et neutralisants foncèrent sur le Veilleur qui réalisa un prodigieux bond en arrière. Il joua avec ses lames et entama une ronde aux allures de fuite autour de la Cape Écarlate. Il la sondait, soupesait son talent, et il comprenait alors que les dires qu'on prêtait aux membres du fameux Ordre n'étaient pas anodins : Carylon était une tueuse. Elle demeurait droite, immobile au milieu de ce champ de mort qui se dressait autour d'elle, seul son regard soutenait l'assaut de ses camarades métalliques. Ces derniers dansaient autour d'elle, dirigés par son chant silencieux. Le Veilleur, lui aussi, dansait, et suite à ses nombreuses esquives : il trouva la faille. Il se jeta dedans, lames aux poings, mais des lasers l'empêchèrent de s'enfoncer davantage ; l'un d'eux lui lacéra le poignet, l'une de ses lames tomba au sol. Il se planqua derrière un rocher et grinça des dents, sa cible était inatteignable avec tous ses larbins. Pas le choix : il abandonna l'affaire et s'éclipsa vers la forêt, sous les ordres de la Cape Écarlate qui leur inculqua de poursuivre l'assassin fuyard.

La seconde Veilleuse maîtrisait la situation, du moins en partie. Ses victimes s'enchaînèrent sous le regard ahuri et apeuré des Tadryens, les convoiteurs de leur trésor bleuté. Non loin d'elle, une victime de choix : blessée et à terre. Telle une prédatrice affamée, elle se jeta en sa direction et braqua le canon de l'arme volée. Elle allait tirer, mais d'autres tirs soutenus la firent reculer. Agile et frêle comme une anguille, elle parvint à éviter les assauts répétés, confiante dans sa démarche. Jusqu'à qu'un laser bien précis ne fit pas que lui effleurer le cou. Un cri étouffé lui échappa et elle s'agenouilla faiblement, le sang coulait le long de sa main qui tentait de retenir l'hémorragie, son masque à gaz ne parvenait plus à couper sa respiration saccadée. Enragé par ce qu'on venait de faire subir à sa sœur d'arme, le premier Veilleur se précipita vers elle et se précipita sur le premier Tadryen à portée pour l'abattre. Mais au même moment, les tremblements de terre doublèrent d'un coup en intensité et des appendices géants s'extirpèrent des entrailles du No Man's Land. L'un d'eux choppa le Veilleur enragé en plein vol et le broya instantanément.

" La Clivia ! L'œil ne semblait pas être visible, mais les six ou sept lianes qui venaient d'apparaître tâtonnaient violemment le terrain, sans distinction. Abandonnez toutes hostilités, formation d'avancée ! Hurla la Cape dans son oreillette à l'ensemble de la ligne. On va dans la forêt, maintenant !
- Mais les tentes… Se plaignit l'un des Rats, préoccupé par les provisions qu'on laissait en proie aux pillards.
- Bande de Raktons, faites avancez les drones protecteurs avec les cargaisons ! " Soutint Dukko depuis sa planque de Varosha, ils n'avaient pas d'autres alternatives : il fallait amener tout ce joyeux monde et leur matériel au centre de commandement.


Le tir de son arme titanesque manqua, la cartouche fumante fut éjectée du sniper sous l'agacement de la jumelle Bucanan. Depuis sa position lointaine, elle avait repéré quelques cibles aisées à abattre, elle avait eu l'opportunité de sauver quelques Tadryens en proie à leurs démons, mais surtout elle fut témoin de plusieurs gestes loin de lui plaire. Le "Tadryen" qu'elle avait visé était intact, mais cela ne durera pas sous son joug.

" Vi, Nilchen, on a des traîtres parmi nous. Des Tadryens qui tuent des Tadryens. Révéla-t-elle sur un canal privé.
- Comment ?! S'emballa le Noble en première ligne.
- Tu veux que je les traque ?
- Non Vi, reste sur le front avec les autres, ils ne doivent pas te voir te retourner contre les "nôtres". Le moral en pâtirait. Keva rengaina son Valraven et opta pour son modeste Djinn. Moi par contre, je saurais me faire discrète. " Sur un rictus, elle entama la chasse du haut de son perchoir, mais l'arrivée des Vazaras lui compliquait la tâche parmi les branchages.

Dans la mêlée, l'avancée des Tadryens était propre et soutenue, malgré le fait que les Fils d'Ohibaan aient eu le temps de relâcher la faune sur eux. La ténacité des maîtres incontestée de la technologie transformait cette attaque surprise en un massacre à double sens. Seules les sabotages parsemés par-ci par-là risquaient de refroidir l'entêtement de certains, et l'absence de l'appui de la Cape Bucanan n'aiderait pas à assurer le succès de l'opération. Il fallait avancer, coûte que coûte.



Déroulement

Holà ♫

Côté No Man's Land :
¤ La Clivia est apparue et ce n'est pas du tout le moment de chercher à la combattre : vous avez comme ordre de tous vous diriger vers le centre de commandement de la forêt ; les blessés PNJs, eux, rentrent à Tadryon, mais de votre côté c'est la forêt.
¤ Le Veilleur qui combattait la Cape est mort, l'autre est gravement blessée. Si vous passez à côté d'elle, vous avez le choix de l'abattre ou de l'abandonner à son sort, elle tente de fuir là.
¤ Autour de vous, les créatures fuient majoritairement avec l'apparition de la Clivia et les pillards font de même en emportant avec eux le maximum de ressources des tentes.
¤ La pluie acide s’aggrave à mesure que vous vous enfoncez dans la forêt.

Côté Forêt d'Hanaamu :
¤ Le sabotage des Spectres est devenu trop évident pour la Cape Keva qui a donc démarré une chasse dans l'ombre. Pour vous, vous pouvez dire qu'elle vous tire dessus - même si elle a du mal à vous traquer à cause des Varazas - mais vous n'êtes pas assez forts pour riposter ; il va donc falloir fuir ou vous cacher le temps que les choses évoluent.
¤ Pour les Tadryens, l'avancée se déroule à merveille, les Fils à l'arrière commencent à se disperser. Il faut insister pour assurer le succès de l'opération.

Bon courage ♪




: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: ♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi]

Revenir en haut Aller en bas
 
♦ Ténacité ♦ [Évent | RP Multi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres :: La Forêt d'Hanaamu-
Sauter vers: