Partagez | 
 

 Waverly Lutvana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Waverly
avatar
♦ Messages ♦ : 10
♦ Inscrit le ♦ : 28/06/2017




Message(#) Sujet: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 3:28

♦ Waverly Lutvana ♦

IDENTITE

Nom: Lutvana.
Prénom: Waverly
Sexe: Féminin
Age: 21
Affiliation: Spectre
ATTRIBUTS

Force: 5
Agilité: 11
Constitution: 5
Perception: 4
COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚫⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Médecine - ⚪⚪⚪⚪⚪
Armes Blanches - ⚫⚫⚪⚪⚪
Charisme - ⚫⚪⚪⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Le Mirage - ⚫⚪⚪⚪⚪


INVENTAIRE

Armes

♦ Une épée droite
♦ Stylet de manche

Equipements

♦ Rien.

Autres

♦ Rien.


PHYSIONOMIE




Oh sinuosité indécente que forme sa démarche, ravissante. Quel bel oiseau, quel ramage majestueux, quel don pour s'emparer des regards, lorsque son pied soupèse les dalles et que le talon rythme l'allure pour lui permettre de prendre son essor!
L'on oserait y glisser l'image d'un ange dès le moment où elle dresse un sourire sur ses lèvres, pétales de rose posés là, étales, avec la sagesse d'un autre monde, exaltant, à la vue de cette chevelure rousse, l'esprit d'hommes et de femmes....
Oh. Oh!
Attendez un instant. Waverly, une chevelure rousse ? Oh Bon Dieu divin, ou plutôt Qilin divin, pardonnez-moi, je suis confus! Waverly s'y trouvait juste derrière une noble qui avait, comme qui dirait, ravi mon attention... Encore une fois, mille excuses, reprenons!
Donc oui... oui. Voilà, Waverly.
Une femme vite grandie qui paraît trop jeune pour son âge, et bien incapable d'accepter les responsabilités dues à la rudesse d'un monde détruit. Elle marche comme l'on marche, parle comme l'on parle, sans penser à le faire, riant trop fort tandis que se crispent quelques mâchoires dans une grimace de honte. Il ne fait pas bon rester près d'elle, pour peu que vous espériez briller. Néanmoins, il réside une certaine harmonie dans ses gestes  -peut être, qu'inconsciemment, on souhaiterait, une fois nos masques ôtés, être vénuste au naturel.  Waverly n'est pas vilaine, bien que loin d'être époustouflante. Des yeux marron clair. Des cheveux corbeau coupés courts, si bien qu'on la confondrait aisément avec un garçon, aux boucles lourdes et douces sous les doigts -ce n'est pas ses amants qui diront le contraire. Un mètre soixante-dix pour cinquante-huit kilos, des mollets habitués à la marche, des jambes fines et longues sans être galbées, et un bonnet C pour les curieux. Un tatouage: trois lignes parallèles les unes aux autres qui tournent autour de son poignet jusqu'à son avant-bras gauche. Elle apprécie de porter des boucles d'oreille et une longue chaîne argentée sans pendentif. Pour le reste, l'aspect notable de sa personne s'inscrit dans son sourire. Si vous n'y êtes pas préparé, il est probable que vous restiez un brin déboussolé devant ce personnage aux vêtements simples et aux robes rarissimes. Comment fait-elle ? D'où diable émane ce léger charme? De ses yeux en amande ? Elle n'est pas la seule à posséder cela! De ce nez un peu rond alors ? Eh bien, de vous à moi, il n'est pas folichon....
Possible que dans le tumulte d'une existence rude, elle apparaît assez insolite pour apaiser ses prochains et leur donner à croire que, rien qu'une fois, les apparences s'oublient.



PSYCHOLOGIE




Il y a le songe, et l'expectation. L'imagination compteuse de rêves et la réalité porteuse d'honnêteté. À l'image de cette coutume tant attendue, où chacune s'en était allée à son commentaire en lui assurant que le moment venu, elle comprendrait : que c'était magique, indescriptible et qu'une fois sous les draps, si jamais elle se sentait réellement prête, l'expérience dépasserait ses espérances les plus folles! Aussi, Walvery, emportée par la vision majestueuse des fleurs de l'arbre, de l'eau, des sourires radieux, avait presque tremblé, à bout de souffle, au moment de prendre la main de celui qu'elle avait convoité depuis si longtemps.
"Ca y est!" s'était-elle dit, ça y est : le moment dit magique, les étincelles, la beauté sensuelle de l'acte....ah! Avant de s'y retrouver trois heures plus tard à fixer le plafond, les sourcils froncés, ses cheveux éparpillés sur un oreiller proche de son voisin déjà ronflant. Alors... c'était ça...?
Oui, c'était ça, la vie. Une succession de buts imaginés, puis vécus, pas toujours dans le bon ordre ; parfois mieux que dans nos rêves, mais le plus souvent loin de convenir. Waverly croit que seule l'expérience provoque un réel bonheur  -rabrouez vos esprits pervers, c'est valable dans tous les domaines! Elle a fait des efforts pour devenir à peu près ce qu'on attendait d'elle : même si elle ne se révèle ni mystérieuse ni fière. Elle a cependant appris à jouer la comédie au moment venu, ce qui n'est déjà pas mal. Espiègle et discrète -sauf quand elle rit de bon coeur- Waverly n'est pas bavarde. Elle aime observer et entendre sans forcément écouter, par moments plongée dans ses pensées. Elle ne fait semblant que lorsque la situation l'exige. Il se peut qu'elle parvienne à ses fins : un clin d'oeil, une caresse furtive ou même ses cheveux qu'elle fera mine de ranger derrière les oreilles, dévoilant son cou et le galbe de ses joues. Mais en dehors de ses impératifs, on la retrouvera tout à son naturel, tantôt bondissant, tantôt calme, s'échappant telle un courant que l'atmosphère régit à sa guise.




HISTOIRE



Ce qu'il y a de bien avec les objets, c'est leur faculté à ne pas vous trahir sciemment. Sans doute la raison pour laquelle Waverly s'est immédiatement sentie à l'aise au contact du métal. Dans ces moments où, fière d'avoir achevé son travail, elle brandissait la lame et la faisait tournoyer dans une sorte de baptême de danse, elle y ressentait une incroyable félicité - vite suivie par le besoin de forger à nouveau! Elle oubliait de la sorte les incompréhensions silencieuses d'une mère et le désintérêt à peine masqué d'un reste de fratrie poussé par l'objectif de poser sa pierre. Oh, nul doute que sa mère l'aimait, tout autant qu'un père assez absent pour ne pas tenir rigueur des choix de sa fille. Mais lorsqu'il lui arrivait de dîner en leur compagnie, elle voyait bien cette petite déception dans une commissure de lèvre, ou dans une moue feignant d'avoir compris : elle n'avait pas suivi la trace de ses géniteurs. Si la fertilité de sa mère n'avait pas été capricieuse, cette dernière n'aurait pas pointillé sur les choix de sa fille. Car, après tout, ne fallait-il pas de tout pour faire Spectre -à défaut d'un monde ? Mais la nature ne la dota que de deux bambins, pas de la même graine. Un demi-frère iré-pro-cha-ble aux aspirations proches de ce qui se fait dans un climat de fin du monde : gravir, escalader et devenir le meilleur. Il était superbe, un véritable apollon fidèle aux sujets impavides jouant savamment la comédie. D'ailleurs, il se spécialiserait dans...l’espionnage! Tout comme ses géniteurs! Pour le reste, il aurait des armes au rabais ; car au centre de l’alcôve, chacun se doit de respecter son prochain, et les querelles bruyantes ne sont pas bonnes à entendre, donc sa demi-soeur n'oserait jamais lui vendre son matériel au prix fort, oh non. D'ailleurs, n'étaient-ils pas tous frères et soeurs ? Malgré qu'elle n'ait jamais répondu à ses avances, ce qui était déplorable..Fort déplorable.

Tout avait pourtant bien commencé. Une naissance sans complication, une assiduité à des cours qu'elle dévorait, une agilité prometteuse et une frimousse à vous fendre le coeur : elle aurait pu apprendre comment mener les naïfs par le bout du nez jusqu'aux bords mêmes d'une falaise ! Mais Waverly posait trop de questions et, à mesure qu'on l'entraînait à calmer son cerveau pour asseoir sa dévotion pour Spectre, elle fit d'étranges rêves de corde autour de son cou et de visages soulagés à voir une mauvaise pousse arrachée avant que ses racines ne s'étendent.

Ce n'est pas faute d'aspirer à l'adrénaline que provoque le danger. Disons que, si on met de côté ce déni bien cultivé par Waverly -oui, elle ne se l'avoue guère-, on comprend que cette dernière a du mal à obéir aux ordres qu'elle n'approuve pas.
Alors que faire ? Eh bien, continuer à forger tout en mimant des combats épiques, une main sur la hanche zlam zlam! Hop! Petit saut! Avant que bam! son cher  "professeur" de fortune, à savoir un forgeron plus âgé responsable de l’enseignement tardif de Waverly, ne lui fasse voler l'épée d'un coup de coude douloureux.

"Terminé! On se remet au boulot!"



HRP

Pseudo: kékoi?
Comment avez-vous découvert le forum ? partenariat
Code: Validé ♪


© Dysnomie
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t401-waverly-lutvana#3768
Waverly
avatar
♦ Messages ♦ : 10
♦ Inscrit le ♦ : 28/06/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 3:28

♦ COMPAGNONS ♦


IDENTITE

Nom: Elsire
Prénom: Morton
Sexe: Masculin
Age: 55 ans

Niveau: I
Affiliation: Spectre.

ATTRIBUTS

Force: 10
Agilité: 2
Constitution: 10
Perception: 3

COMPETENCES

Arts Martiaux - ⚪⚪⚪⚪⚪
Herboristerie - ⚪⚪⚪⚪⚪
Médecine - ⚪⚪⚪⚪⚪
Charisme - ⚫⚫⚪⚪⚪
Marchandage - ⚪⚪⚪⚪⚪
Survie - ⚪⚪⚪⚪⚪

Armes Blanches - ⚫⚫⚫⚪⚪
Le Mirage - ⚪⚪⚪⚪⚪

| + |

Armes

♦ Cimeterre
♦ Poignard de côté

Equipements

♦ Rien.

Autres

♦ Rien.

PHYSIONOMIE

Morton fait partie de ces quinquagénaires que les mauvaises habitudes de vie n'ont pas épargné. Son corps imposant d'un mètre quatre-vingt sept pour soixante-dix-huit kilos était jadis musclé mais trahit dorénavant un embonpoint entretenu par l'alcool et des repas carnassiers. Sa démarche se caractérise par de longues enjambés, rapides et insensibles à la foule qui l'entoure.  Il aime à se recouvrir de tissus chauds, gris, noirs ou brun, selon son humeur, influencé par ses brèves excursions de plus basse altitude dans le paysage du mont Harân. Son visage n'est, de prime abord, pas très avenant. Et pour cause...Morton ne sourit pas souvent. S'il en vient à vous observer, c'est la plupart du temps sans détour, sa clope au bec vite allumée et son regard gris qui pétille et vous jauge en même temps qu'il tire sur son attrape-cancer. Un tatouage barre son oeil gauche, recouvrant l'irrégularité d'une peau déformée par une vieille cicatrice. Son éternelle barbe lui donne un aspect négligé dans l'ensemble. Seules ses nombreuses beuveries peuvent délier ses traits à certains moments mais, cependant,  ce n'est pas toujours pour le meilleur.  
Il porte une bague à l'annuaire droit, qu'il n'enlève presque jamais.


PSYCHOLOGIE


"Recommence!" aboya-t-il en lui envoyant une tape l'arrière du crâne. Taper, taper, il ne savait faire que ça ! Waverly imaginait l'horreur d'une épée prenant soudain vie  et ayant à subir les coups de marteau de Morton.

"J'ai pas des bras aussi musclés!" siffla-t-elle entre ses dents, travaillant à nouveau sur le fer rougi. Mais elle aurait mieux fait de s'abstenir car voilà que déjà il lui en envoya une autre à l'arrière de la nuque, assez pour la faire pencher en avant.

"Des excuses! Rien à voir avec la force."

Aussi elle s'y tint silencieuse, tandis qu'il l'observait de ses yeux de rapace tout en jouant, de temps en temps, avec la fumée de sa cigarette : créant des formes, des cercles trop vite envolés. Elle devait au moins lui reconnaître ça : malgré son comportement bourru, il dégageait une sorte de charme inhérent à ceux qui dirigent et vous surprennent par de simples comportements -oui, comme l'idée de jouer avec des volutes de fumée, par exemple! Elle retravailla le métal un nombre incalculable de fois. Morton revenait à elle sans cesse, infatigable roc attentif. Malgré qu'elle transpirait à grosses gouttes et que ses muscles souffraient atrocement, elle ne voulait surtout pas avoir à revivre une autre tape dont il avait le secret!
Finalement elle s’exclama, fière comme un pinçon.

"J'ai terminé!"

Morton retira sa cigarette de sa bouche et la poussa d'un coup d'épaule pour prendre sa place. Il semblait exaspéré.

"Ce n'est pas bon."

"Comment ça, ce n'est pas bon ? La lame est superbe!"

Il maugréa dans sa barbe, jetant sa clope à terre avant de l'écraser de la semelle. Puis de lui faire un signe de main pour qu'elle déguerpisse.

"Sors, va réfléchir à ton erreur. Si tu l'as trouvée, reviens me voir et tu pourras reprendre le travail"

"Mais je n'ai pas fait d'err..."

"SORS!" ordonna-t-il, faisant trembler les murs de la pièce.

Waverly lui lança un regard noir et s'éloigna de la forge d'une démarche bruyante, dépassant des étalages où s'ameutaient quelques acheteurs discrets. Il était si...si..si Morton! Il n'expliquait jamais les choses deux fois et ne vous laissait pas de seconde chance. Mais elle n'avait commis aucun crime et son travail était parfait, parfait! Oh soit, peut être pas aussi parfait que lorsque Morton s'y mettait, mais pour une femme alors âgée de vingt-ans, ce n'était pas si mal...c'en était même admirable! Elle fourra ses mains dans les poches de son pantalon et soupira, levant le nez au plafond à mesure qu'elle réfléchissait à ce qu'elle avait bien pu faire de mal. Mais comme elle ne trouvait pas, sa colère redoubla et elle se dirigea alors vers le corridor principal.

Elle en venait presque à regretter le Morton dans ses jours de beuverie. Malgré qu'il en devenait totalement imprévisible, cherchant même le contact à de multiples moments, au moins il ne restait jamais longtemps et préférait se balader dans le coin des plaisirs... Certes, elle avait fini par comprendre qu'il ne buvait pas de la sorte par passion, surtout lorsqu'on connaissait la qualité plus que discutable des boissons de la taverne. Il lui était arrivée de le raisonner...ou du moins d'essayer. Mais elle n'avait reçu en guise de réponse qu'un regard las et un brin amusé. Morton la trouvait naïve et trop inexpérimentée, elle le savait. Pourtant, que traduire du geste que Morton avait fait une fois, replaçant une mèche courte derrière l'oreille de Walvery tout en ébauchant un triste sourire.
"Merci de t'inquiéter" qu'il lui avait dit avant de tout de même se diriger vers la taverne, la lassant pantoise. Un inlassable balai d'habitudes propres à son quotidien fidèle. Il n'aimait pas le changement. Rien ne l'insupportait plus que de savoir q'une commande avait été annulée ou que des outils avaient changé de place. Tout se devait de glisser dans le flot continu d'une routine bien huilée, comme si cette dernière lui donnait un sens suffisant pour rester vivant. Et puis l'alcool, bien sûr...qui lui permettait d'oublier. Mais oublier quoi au juste ? Walvery ne savait pas. Morton était discret, peu bavard. Cette dernière caractéristique leur valait de se supporter au quotidien. Tout comme elle, il n'était pas gêné par les silences.
Il était aussi du genre à s'organiser et ne paraissait pas souffrir financièrement de ses abus liés à la boisson ou à la cigarette ; chaque pierre bleue, chaque échange était noté dans un calepin qu'il gardait dans la poche intérieure de son veston. Il détestait dépendre des autres.

A mesure qu'elle se rendait vers "sa grotte", un sentiment antagoniste à son irritation s'insinua en elle. Elle se souvint des rares moments, inoubliables, où il lui parlait d'histoires pour beaucoup inventées. Un dôme d'étoiles chantantes, la trouille de se savoir épié par son ombre, un homme qui possédait une épée si longue que ses voisins se moquaient de lui en permanence : "prends garde à ne pas marcher dessus, ça serait con que tu t'empales!" qu'ils raillaient. Des scènes parfois insignifiantes, burlesques même, mais qui, dans sa bouche, étaient agréables à écouter. Il était doué pour raconter, même s'il ne racontait pas souvent...
Elle s'arrêta de marcher, les sourcils froncés. Cette histoire d'épée alluma une lumière dans son cerveau, inespérée. Son erreur, elle venait de comprendre! Elle songea un instant à n'en faire qu'à sa tête et s'en tenir à sa décision de rentrer dans son petit abri. Après tout, c'aurait été de bonne guère.
Mais soudain, elle s’imagina Morton, seul, en train de rompre le silence perfide en battant la mesure de son ouvrage, ses yeux brillants mais inexplicablement mélancoliques.
C'était souvent quand elle ne le voyait pas qu'elle regrettait sa présence. Alors, un peu honteuse, elle fit demi-tour, comme une enfant qui souhaite se faire pardonner après avoir été grondée.

HISTOIRE



Morton est l'archétype du destin modifié par les aléas de la vie. Fils de forgerons, il passait la plupart de son temps à l'extérieur. Il aspirait à de grandes choses : adopter le travail de ses géniteurs puis devenir essence...et pourquoi pas chimère, rien que ça tiens! Grand rêveur, bon démagogue lorsqu'il s'agissait d'aligner des phrases, il coula une enfance plutôt paisible : bien que ses aspirations le poussaient à se dépasser sans cesse. Ce qui lui valut, en l’occurrence, une belle balafre après avoir grimpé trop haut sur une roche du Haut-lieu. Sa mère s'inquiétait un peu de sa volonté quasi obsessionnelle. Mais elle n'eut guère l'occasion de suivre son parcours. Elle mourut d'une attaque cardiaque, aussi soudaine qu'imprévisible. Alors âgé de seize ans, Morton s’entraîna plus durement encore, ignorant la présence épisodique d'un géniteur qu'il aimait autant qu'on aime un inconnu qui vous ennuie. Il aurait pu devenir quelqu'un, un nom qu'on respecte. Mais son amour pour les femmes provoqua une rencontre à ses vingt ans, alors même qu'il dragua une fille s'étant refusée à lui et qu'il n'avait pu oublier. Les belles plantes étaient partout, prêtes à être cueillies mais celle ci...était différente. Elle s'appelait Odessa. Pas la plus magnifique qui soit, ni la plus douée mais sa démarche, ses petites moues exaspérées et son rire...comment décrire son rire ? Il éprouvait le besoin de rester auprès d'elle, alors qu'il s'était senti jusqu'alors plus que désireux de s'évader après ses moments de luxure.

Elle céda finalement à ses avances. Morton avait ce don d'être agréable à écouter et son côté tête brûlée avait ses charmes. Ils se virent de plus en plus et, étrangement, les relations qu'Odessa entretenaient avec d'autres le rendait irascible. Avoir à imaginer qu'une personne la touche, la désire....il en venait à faire les cents pas tel un lion en cage. Cela ne lui ressemblait pas. Chacun savait, en ces lieux, que la sexualité n'avait pas de rapport avec les sentiments. Odessa était la première à lui assurer que les plaisirs qu'elle partageait avec d'autres était chose normale.

"D'ailleurs, dois-je te rappeler qu'apprendre à séduire est vital pour espionner convenablement?" lui souligna-t-elle un jour, lancée dans une de leurs usuelles disputes de jalousie. Et, Morton avait alors joué la carte de la mauvaise foi " Oh mais tu n'as pas besoin d'apprendre, tu fais ça très bien avec moi!" Laissant Odessa sur une expression courroucée, la brunette n'en croyant pas ses oreilles. "Moi ? Mais c'est toi! Toi qui m'as fait des avanc..." "Comment aurais-je pu savoir que je t'aimerais !!" Puis un silence, lourd, et leur souffle court, comme s'ils venaient de courir un marathon. Odessa s'était approchée de lui avec toute la précaution du monde, craignant sans doute de le brusquer. Elle avait passé une main qui se voulait réconfortante sur la joue de son amant.  "Morton..."
Mais ce dernier avait détourné le regard, énervé contre lui même de se sentir si faible, si...dépendant.
"Tu crois que, moi, je ne t'aime pas ?" "Ne dis pas ça!" eut-il lâché en crispant la mâchoire, faisant froncer les sourcils d'Odessa. "De quoi parles-tu?" Et lui d'inspirer trop fort, bien incapable de la regarder dans les yeux. "Aimer...ce genre de choses. Ne le dis pas." Devant le rouge qui montait aux joues de Morton, Odessa ne put réprimer un rire ravi. Ce grand gaillard, ce don juan au coeur infaillible, était gêné d'exprimer ses sentiments! Quel constat attendrissant...

Ils en vinrent tous deux à sacrifier leurs propres objectifs pour rester ensemble et s'avouer leur attachement lors de l'Union. Morton, pas très à l'aise avec les démonstrations publiques de la sorte, vécut le rituel de l'Union de façon assez dissociée, comme s'il se voyait le vivre, tout comme les autres habitants. Odessa ne cessait de lui murmurer que tout allait bien se passer. Elle riait beaucoup aussi, transportée par une joie qui le dépassait. Si ses rêves de devenir autre chose que forgeron s'évaporèrent sans qu'il n’éprouve de regrets, car plus heureux à l'idée de passer le reste de sa vie avec Odessa, il ne pouvait s'empêcher d’éprouver des remords à lui imposer ce choix. Elle avait beau lui assurer qu'elle était prête, que ses buts étaient tout autre dorénavant, il s'en voulait affreusement.

Lorsqu'elle tomba enceinte, on fêta la nouvelle chez le père d'Odessa -un homme étonnant proche de sa fille après la mort de son épouse. Ils discutèrent de tout et de rien, enfin..surtout Odessa et son père. Pour l'occasion, une bouteille de spiritueux avait été ouverte. Depuis qu'il avait connu Odessa, Morton avait le sentiment de nager au milieu d'un rêve paradisiaque. Il craignait le réveil brutal.

Et le coup du sort ne put lui donner plus raison, lors des huit mois de l'enfant où, paniqué, un voisin avait accouru à la forge pour le trouver. Il avait suffi qu'il croise le regard de l'homme pour comprendre que quelque chose de terrible s'était passé. Un brouillard épais l'entoure à ces souvenirs...juste, son coeur prêt à sortir de sa gorge et une douleur incommensurable. Le médecin avait tenté de lui expliquer, de trouver les mots. Il avait appelé cela : une terrible complication. Comment? Comment une complication avait-elle pu lui ravir les deux seuls êtres qu'il aimait? Quel sens donner à cela?
Il n'avait pas cru, jamais, avoir à ressentir une peine pareille. Il ne s'était pas réveillé, il avait plongé plus profondément encore : dans la fange de songes suborneurs. Il ne prit pas le temps de compter les jours. Il s'oubliait dans la taverne, tel une vision menaçante de l'homme malchanceux, de l'idiot trop fragile qui avait osé aimer.
Son travail, des verres aux lueurs salutaires et le temps qui défile...voilà bien tout ce qu'il lui resta.





© Dysnomie

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t401-waverly-lutvana#3768
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 369
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 5:14

Bonjour/Bonsoir Kaos 1

Je te souhaite la bienvenue parmi nous, et plus particulièrement parmi les Spectres ! Kaos 4
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 313
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 13:15

Bienvenue Waverly sur les terres de Dysnomie !  Kaos 2


☀ Musique thème ☀


chibi:
 





Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Phèdre
avatar
♦ Messages ♦ : 541
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 13:33

Bienvenue, camarade Kaos 1



Thème de Phèdre.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t299-les-roses-de-l-opprobre-phed
Anaya Luzissa
avatar
♦ Messages ♦ : 147
♦ Inscrit le ♦ : 02/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Mer 28 Juin - 18:29

Bienvenue parmi nous Kaos 2
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t124-anaya-luzissa-terminee
Waverly
avatar
♦ Messages ♦ : 10
♦ Inscrit le ♦ : 28/06/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Ven 30 Juin - 0:11

maaaarchi le p'tit monde! Kaos 5
bizarre, j'ai écrit plus de texte pour mon perso secondaire haha Bref, je crois avoir fini ! (y'a ptét des tuiles de contexte)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t401-waverly-lutvana#3768
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 992
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Ven 30 Juin - 1:17

Bonsoir et bienvenue, de manière plus officielle ♪

C'était très plaisant à lire ! J'ai juste deux choses à te faire modifier et ce sera bon. Ton arme, tu dois juste mettre 'Epée droite', rien de plus, et m'ôter les moments où tu ajoutes des parenthèses, qui coupent le récit et font très hors-rp.

Citation :
et un bonnet C pour les curieux

Les curieux te remercient ♪

Juste une question.. Les bandes blanches asymétriques sur ton avatar, elles sont volontaires ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Waverly
avatar
♦ Messages ♦ : 10
♦ Inscrit le ♦ : 28/06/2017




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Ven 30 Juin - 1:36

*un thé, revient, validation...ah bah/*

coucou l'insomniaque *winkwink*

c'est modifié!

ui, de un, parce que ma nature adore le déséquilibre des choses. De deux parce que je trouvais le visage très grand, que je l'ai redimensionné et qu'en haut y'avait du vide. Mais si ça gêne, j'enlève, et l'ava sera un peu plus grand c'tout! (pareil avec mister quinquagénaire)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t401-waverly-lutvana#3768
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 992
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Waverly Lutvana Ven 30 Juin - 1:41

Parfait ! C'est pas nécessaire de modifier, c'est mon côté maniaque qui est perturbé par les choses asymétriques ou qui ne sont pas droites Kaos 3




F i c h e    V a l i d é e


Bienvenue officiellement au sein de Dysnomie !

Tu peux désormais commencer le rp au sein du forum. N'oublie pas de recenser ton avatar dans ce sujet et de mettre ta fiche dans ton profil.. Tu peux également faire une demande de rp dans la section appropriée et créer ton agenda pour recenser tes écrits en cours.

Nous disposons également d'un DISCORD, pour la faction sur ce lien - ICI.

Je suis le responsable de ta faction, n'hésite pas à me contacter par mp pour tout projet ou questions en rapport avec elle.

Kaos 20



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
Waverly Lutvana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Préambule :: Identifications :: Confirmées-
Sauter vers: