Partagez | 
 

 L'Harmonie des Sylvains ♦ Event

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 730
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: L'Harmonie des Sylvains ♦ Event Ven 30 Juin - 19:17


Inventaire
Armes ♦ Lame Osseuse | Couteau à Cran


La lame déchira la chair dénudée, d’un cou offert aux appétences guerrières d’un noble déchu. Une gerbe carmine éclaboussa la luxuriante végétation de la forêt, tandis que le simulacre poursuivait son avancée fugace. Le monde était un bruit, un écho qui se répercutait jusqu’à la cime des arbres. Entre les cris et les pleurs des condamnés, Adam voguait en abattant le courroux de son arme. Agile et relativement fort, il serpentait au travers de ces lents Olybrius, futilement engoncés dans leurs habits d’acier. Tous ses coups ne faisaient pas mouche, mais il avait suffisamment d’habileté pour blesser et permettre à ses compagnons de repousser, ensemble, la masse grouillante des soldats de Tadryon. « Couvre-moi ! » Sa vocifération avait trouvé son destinataire, qui brandissait une longue hampe, en suivant le fantôme sur le champ de bataille. Le Spectre lui désigna deux hères plus à découvert et ils s’organisèrent pour les prendre à revers. Une détonation acheva leurs espoirs naissants, alors qu’un tir effleurait le bras du noble, qui lâcha un grognement de douleur. La morsure du coup était virulente et Adam avait toujours eu des difficultés à encaisser ou voir venir pareils déferlements. Se morigénant, il courut vers son bourreau, évitant la seconde salve et portant tout son poids sur le mastodonte, en priant pour que l’élan emporte cette masse avec lui.

Dans un fracas de métal, le conscrit de la ville azurée tomba à terre en compagnie du simulacre, qui sentit l’une de ses côtes se fêler dans sa chute. Pressant la garde de sa lame entre ses phalanges, il abattit sa sentence dans un cri presque bestial, tranchant l’aorte de sa victime, qui le recouvrit d’un liquide cinabre et ténébreux.

Gémissant, le noble peina à se relever, ses atours déchirés, son faciès ruisselant de boue et de sang. Il se tenait le côté gauche, boitant pour rejoindre son partenaire, qui avait également achevé son office et ôtait la tête de son défunt. « Bouge pas, je vais te soigne tout ça ! » Le jouvenceau lança son trophée plus loin et enjoignit le simulacre à s’asseoir. L’action lui tira de nouvelles afflictions, tandis qu’il essuyait le carmin qui commençait à sécher sur son front. « T’es pas beau à voir. » Son acolyte était presque un enfant, figé dans ses derniers mois d’adolescence, mais baignant dans une haine farouche à l’égard des soldats de métal. « Ferme-la et fais ton boulot. » La diatribe était cinglante et le garçonnet s’affaira sans ajouter un mot, visiblement refroidi par le charisme que dégageait le vociférant éphèbe. Armé de bandages et d’une fiole au contenu insondable, il entreprit de panser les blessures du noble, qui se laissa faire en tentant de réprimer ses hoquets de douleur.

« T’as une côte touchée, mais elle n’est pas pétée. Faudra juste un peu de repos, alors essaie de ne pas te reprendre un coup dessus, sinon tu vas la foutre en l’air. » Adam exhala un long et profond soupir. « Je vais surtout les démonter un par un, ces foutus tadryens. Tu as terminé ? » Le fils de la nature acquiesça, tout en rangeant son attirail, et agrippa la tignasse blonde de son conscrit défait. Adam se releva, tenant encore sa côte endolorie, en prenant appui sur la lame osseuse qui remplaçait son précieux cimeterre. Une clameur naissait au loin. L’arrivée de nouveaux ennemis. Au sein de l’ineffable bosquet, deux âmes se préparaient. Attendant l’inéluctable assaut. Refreinant leur frénésie insatiable. Meurtrières appétences.

580 mots



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 730
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: L'Harmonie des Sylvains ♦ Event Ven 30 Juin - 22:44


Il se souvenait. De la douceur d’une peau de porcelaine, d’un baiser volé à un visage ciselé, de la mièvrerie d’une conquête, du délectable jeu de la séduction, de l’hésitation, de la passion. Du plaisir. Il y songeait, tandis que l’univers se teintait de gris, tandis que le monde basculait dans les ténèbres. Etait-ce cela la mort ? Une douce félicité, un indicible voyage au cœur de ses réminiscences les plus torrides ? Il disait adieu à la fragrance fétide des exuvies, aux cris enragés des valeureux adversaires. Adieu au capharnaüm, à cette plèbe méprisable qui exultait sa liesse en pensant avoir triomphé de ses chimères. Les abysses s’emparaient de lui, alors qu’il scellait ses paupières. Les ombres sont si calmes. Jamais plus il ne verrait cette forêt éclatante. Jamais plus, il ne contemplerait l’éclat de saphir des pierres séraphiques. La mort est si paisible, lorsqu’on lui tend les bras. Et d’un souffle, il accueillit le néant.


Adam passa sous la garde d’un conscrit, arrivant avec souplesse dans son dos, en plantant sa lame dans sa trachée. Une hampe perfora le poitrail, dépossédé de son armure, d’un second quidam, ne laissant que les deux hères dans le bosquet. « J’ai l’impression qu’il y en a de plus en plus. On devrait grimper dans les arbres et rejoindre les autres ! » Le noble hocha la tête de gauche à droite, en signe de dénégation. « Nous sommes très bien ici. Ils ne peuvent arriver que par devant. Les côtés sont trop dangereux, à cause de bêtes, et ils n’ont pas encore suffisamment percé nos lignes, pour nous prendre à revers. » Le jouvenceau le scruta longuement, de ses prunelles suspicieuses. Depuis l’exorde de la bataille, ils cheminaient ensemble et le noble comprenait aisément qu’il doute de ses origines. « Très bien, restons là, si tu veux. Ça va ta côte ? » Le garçonnet pointa d’une phalange le flanc gauche de l’éphèbe, qu’il persistait à tenir d’une pression de la main. « Pas vraiment, mais on fera avec. » Derechef, le fils de la nature se mit sur ses appuis, attiré par un bruit qui paraissait lointain.

Les mires du simulacre voguèrent sur la pléthore de plantes et de fleurs qui garnissait l’orée de la forêt. Un tir survint, éraflant sa joue et le propulsant en arrière. Le noble s’écrasa de nouveau sol, ravivant la douleur de sa côte ébréchée. Le soldat de la ville azurée était seul, mais lourdement armé. Son armure de métal était plus sophistiquée que celles de ses congénères. L’enfant avait bondi sur lui, sa hampe prête à détruire son immonde carapace, mais malgré ses efforts, sa lance n’entama aucunement le carcan du conscrit. Ce dernier agrippa l’arme du jouvenceau et lui arracha des mains. D’un geste, presque machinal, il transperça le ventre du garçon avec violence et l’envoya valser au loin. La vie peut paraître si insignifiante parfois. En l’espace d’un infime instant, tout peut basculer. Dérobant les rêves et les espoirs d’une jeune pousse n’ayant jamais pu fleurir.

Adam se releva, titubant sous le joug de sa souffrance, captant l’attention du tadryen tout puissant, rassemblant ses dernières ressources pour tenir debout. Il avançait, le front ruisselant de pourpre et de sudation, la barbe maculée de sang, la joue bleuie par la puissance du coup reçu et l’éclat féroce de sa farouche volonté de vivre dans ses mires céruléennes. Un cri. Une rage animale. Sa lame chassa le heaume de son némésis, et se brisa sous l’assaut. Le faciès déshumanisé par son ire, le Spectre fit fis de sa couverture et prit en main sa dague camouflée, qu’il planta avec une véhémence renouvelée dans le crâne du tortionnaire. Une plainte bestiale s’évada de ses lippes, tandis qu’il voyait s’échouer le cadavre de son bourreau. L’hère bascula en arrière, le corps meurtri par sa lutte. L’âme déchaînée par sa haine viscérale. Le noble contempla l’azur de la voûte céleste, puis scella ses paupières dans une ultime paresse.

662 mots



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 730
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: L'Harmonie des Sylvains ♦ Event Sam 1 Juil - 0:00


Les arbres obombraient les reliquats d’un sanglant affrontement, d’un corps agonisant qui expirait faiblement, sous les pulsions de douleur qui l’accaparaient. Adam ouvrit les yeux, inspirant comme un damné en reprenant connaissance. Tout son être lui suppliait de demeurer inerte. Pourtant, il prit appui sur ses genoux, lorgnant le théâtre macabre du funeste duel. Il n’était qu’une souffrance vacillante, qui s’empara du poignard, toujours fiché dans la carcasse immobile du tadryen déchu. Non loin, il entendait la respiration lente et saccadée, du fils de la nature qui l’avait accompagné. Le noble se releva, non sans mal, approchant du gisant au supplice. Sa hampe traversait son frêle corps adolescent, de part et d’autre de son ventre. Le coup n’avait pas été mortel, semblant avoir épargné les points vitaux de l’heureux miraculé.

« Aide-moi… » Le jouvenceau hoqueta ces quelques palabres tremblotants, suppliant de ses prunelles larmoyantes, le simulacre qui l’observait. Adam se pencha, caressant la joue couverte de perles salées de son compagnon d’infortune. « Ça va aller, ne t’en fais pas. » Une esquisse de sourire se peignit sur le visage de supplicié, tandis que l’éphèbe lui relevait la nuque avec douceur. « Merci… » L’expression du garçonnet changea, alors qu’il contemplait le sardonique faciès du traitre. De comparse, il devint bourreau, plongeant le glacial acier de sa courte lame dans la poitrine du blessé. « Pourquoi ..? » Son gémissement se noya dans l’abondance sanglante que déversèrent ses lèvres, pendant que ses yeux désaxés emportaient avec eux, le souvenir du visage de son meurtrier. « Je ne fais que me délester d’un boulet devenu trop lourd à porter. » Puis, le fallacieux adonis lâcha l’exuvie de son défunt complice, essuyant, d’un revers, sa lame maculée du cinabre de son flux vital.


Elle chantonnait doucement, d’une tessiture exquise, tout en passant ses phalanges dans ses épais cheveux. Ses filins flavescents chatouillaient son visage encore couvert des stigmates de la guerre. Le corps bardait de bandages, il gisait sur une massive couche, qui aurait pu accueillir un trio d’amants frivoles. « Tu as dormi longtemps. » Grognant, Adam ouvrit les yeux sur la pénombre de l’alcôve. Ses souvenirs étaient encore fragmentés. Il ne se souvenait pas de son retour, ni de la fin de la bataille. Seulement de ses exactions et de son contentement à les exécuter. « Barack m’a dit que tu devais te reposer, ton corps a subi un lourd traumatisme. Tu t’es battu avec un régère leo ou quoi ? » Les lippes du noble frémirent. « Me reposer signifie donc de devoir supporter les questions incessantes de ma diabolique sœur ? Damnation, moi qui pensais revenir de l’enfer… » Les ongles de l’apostrophée s’enfoncèrent dans la chair dévoilée de l’éphèbe, qui grimaça sous les courbatures qu’ils ravivaient. Elle finit pourtant par déposer ses lèvres sur son front, avec délicatesse. « Tu m’avais presque manqué Adam. » Le simulacre agrippa les hanches de son aînée, la faisant basculer, en plaquant son dos contre les draps. Ses phalanges capturèrent ses fins poignets, les scellant pour qu’elle ne puisse lui échapper. « Presque ? » Susurra-t-il calmement, malgré les protestations de son corps endolori. Les jambes de la muse l’attirèrent contre elle avec fougue. « Presque, oui. » Les lippes du proscrit s’emparèrent de celles de la tentatrice, capturant son appétence avec un désir ardent. La passion est folle, lorsque deux âmes se souhaitent. L’ardeur est brûlante, lorsque s’agite la frontière de la bien-pensance. Deux corps se lient, puis se délient. Des fantasmes s’assouvissent, lorsque d’autres se créent. Et un monde se construit pour deux amants enfiévrés.

598 mots



Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
L'Harmonie des Sylvains ♦ Event
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Le No Man's Land-
Sauter vers: