Partagez | 
 

 Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Mar 11 Juil - 10:05


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



- Qu’est ce que t’as à t’agiter comme ça T. ?

- Mon débardeur, il est où ?

La brune n’attendit aucune réponse et se saisit du vêtement laissé négligemment sur une chaise. Elle l’enfila et avant même d’avoir entièrement descendu le tissu sur son ventre, s’occupa de s’attacher les cheveux. Un vieux réflexe, alors qu’elle savait que d’ici dix minutes, l’élastique serait de nouveau autour de son poignet droit. Ses pas la menèrent vers le lit où traînaient ses chaussures, une paire de sécurité noire au logo depuis longtemps effacé, qu’elle gardait depuis des années. Sur la table de chevet, au milieu d’ouvrages d’études, de piles, de rares médicaments et quelques autres babioles, elle attrapa les cartouches d’Azuris abandonnées là la veille, puis sa montre.

- Teagan ? J’te parle.

Elle releva la tête, posa les yeux sur la femme qui venait de prendre la parole. Une jolie rousse aux yeux verts qu’elle avait rencontré quatre mois plus tôt, peu après son entrée à Tadryon. Elle avait d’abord été sa voisine dans la résidence, puis assez vite, une très bonne amie. Cette très bonne amie justement, commençait à s’impatienter. Reprenant ses allers retours dans le petit studio qu’elle occupait depuis son arrivée en ville, Teagan finit par lui répondre.

- J’ai entendu parler d’un truc, qui va arriver d’ici peu au niveau du Mur. Une purge des réfugiés, ceux qui essaient de forcer le passage. Il faut que j’aille voir, enfin … Que je sois mise sur la mission.

Elle attrapa son arme, un P-2 Nixe qu’elle fixa à sa ceinture. En passant, elle posa un baiser rapide sur la joue de son amie, puis prit une veste sur le support installé à la porte.

- Fermes bien en sortant s’il te plait. On se voit ce soir ?

Il s’agissait plus d’une affirmation que d’une véritable question. Sans même attendre de réponse, elle sortit et fila trouver l’un de ses supérieurs.

•••

- C’est d’accord. Prépares toi, et retrouves le groupe vers le Mur d’ici deux heures. Files.

Teagan esquissa un sourire. Elle hocha la tête en guise de remerciement avant d'aller chercher ses affaires.

•••

Elle leva les yeux vers le dôme. De sombres nuages s’étaient accumulés quelques heures plus tôt dans le ciel, sans que plus rien ne subsiste à cet instant. C’était curieux de voir à quel point la météo pouvait être changeante, sans que pour autant, la population en ressente le moindre effet. Seule la position du soleil les impactait véritablement finalement. Celui ci d’ailleurs lui indiquait que la nuit ne tomberait pas avant plusieurs heures, chose confirmée par l’horloge intégrée à l’interface de son exosquelette. Une bonne chose. Teagan n’avait pas encore eu l’occasion de s’offrir le moindre matériel et ne disposait en aucun cas d’une vision nocturne. Certes, elle avait un peu bidouillé l’armature, reprogrammé l’ordinateur de bord, mais uniquement en couplant ses connaissances et quelques matériaux de récupération. Un mélange pas trop désastreux de la mise en pratique de son apprentissage récent et d’une tentative tant de s’améliorer que d’avoir son exosquelette personnalisé. Elle en était même assez fière, même si elle avait encore quelques détails à revoir, tel que des défauts dans la voix de l’interface, ou un étrange grincement à certain mouvements. Rien qui l’empêchait d’avancer ou de se battre correctement cela dit.

La brune ajusta le holster fixé sur sa cuisse. Dans son esprit s’entrechoquaient les différentes informations mises à sa disposition ainsi que ses ordres. Depuis plusieurs semaines, les Varocs désirant passer le mur devenaient de plus en plus virulents si bien qu’il devenait nécessaire de freiner leurs ardeurs. Il fallait abattre les plus dangereux, et certainement montrer l’exemple à ceux qui pouvaient songer à rejoindre le mouvement. Une méthode définitive qui ne la surprenait pas, mais qu’elle n’était pas certaine de pouvoir mettre en place pour plusieurs raisons : de vieilles valeurs morales inculquées par ses parents, la crainte de croiser un regard familier parmis la foule de belligérants. C’était d’ailleurs pour eux qu’elle avait autant insisté. Peut-être pourrait-elle intervenir auprès des soldats ou conscrits engagés pour diminuer la peine d’une de ses anciens proches, si jamais l’un d’eux était impliqué.
Teagan maîtrisait assez bien ses émotions. Toutefois, une certaine appréhension enserrait son coeur. Dissimulée derrière un sang froid et la conscience de ses responsabilités, elle gardait tout de même un regard et une démarche assurée alors qu’elle s’avançait dans la première rue, son arme à la main. Aucun explosif n’avait encore été lancé contre la façade, et elle refusait de s’en prendre au premier réfugié venu. Pour ce genre d’acte, il lui fallait des preuves, s’assurer de l’identité des responsables, du moins des suspects. Peut-être que sa seule présence suffirait à les calmer. Finalement, elle aurait trouvé plus simple de ne faire qu’une patrouille de dissuasion, mais ce n’étaient pas les ordres.

A son oreille résonna une voix, la communication de l’un de ses collègue.

- Il commence à y avoir un sacré regroupement plus à l’est. Va jeter un coup d’oeil, ça risque de faire du grabuge.

Elle prononça une réponse concise et suivit les ordres.



                                                                   Nombre de mots : 843

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Ven 14 Juil - 17:28

Inventaire
:
 

" Eh, désolé pour les secousses matinales, il faut dire que notre nouveau réveil en est à faire… trembler les Murs ! Le Récupérateur se prit une taloche amplement méritée de la part de sa collègue, sous le regard dubitatif d'un Calvin aussi déconcerté qu'amusé par son humour scabreux.
- Je n'ai jamais compris comment les Tadryens aient pu t'accepter avec un caractère aussi… dangereux.
- Dangereux pour vous ?
Il se massa la caboche, son sourire immaculé faisait de lui un être rayonnant au beau milieu de ces ruines.
- Dangereux pour toi. Soupira la Récupératrice, dont on ignorait comment elle parvenait à supporter son binôme de toujours. Calvin laissa planer un léger silence pour se lancer malgré lui.
- Il y a un problème avec les réfugiés récemment ? "

Ce n'était, à vrai dire, pas la première fois que Tadryon voyait des nuisibles traîner sur le pas de leur porte, mais il était aisé de constater que c'était bien problématique cette fois-ci. De tout temps, les Varocs redoublaient d'imagination pour franchir les Portes, escalader les Murs, tout faire pour se tailler une place au sein du Joyau Bleuté, y compris par la force. Cette fois-ci, ils s'étaient portés sur l'utilisation d'explosifs ; et ce ne fut pas sans rappeler le mode de prédilection des Anarchistes qui grouillaient un peu partout sur leur terre d'origine. Cependant, le duo de Récupérateurs assurait que c'était davantage l'œuvre de voyous que de véritables forces de l'Anarchie. Des rebelles en somme, ceux que Tadryon s'efforçait de déloger de leur nouvelle terre d'accueil. Le souci étant que les rumeurs à Tadryon font état de réfugiés… S'il s'avérait que les Varocs innocents étaient dans le collimateur des grands pontes, cela risquait de les mettre dans de beaux draps ; et les conséquences pouvaient être désastreuses. Tadryon n'en serait pas à sa première décision douteuse, surtout sous la coupe des Dredge.

" Ils ont déjà employé quelques conscrits pour s'en débarrasser. Le sourire équivoque de la dame signifiait qu'elle avait capté ses intentions. Si tu le souhaites, je peux te mettre en relation avec l'un d'entre eux pour les assister.
- Et tu ne seras pas payé.
Calvin bloqua un petit instant sur cette information : ne pas être payé pour éviter un massacre inutile, c'était parfaitement à sa convenance.
- Payez-moi au moins pour ces pièces-là. " Dit-il en faisant renversant le sac de récupération sur la table, quelques babioles de Varosha s'étalèrent sous les yeux émerveillés de la Guilde.

Aussitôt cette opération de récup' validée, Calvin retournait dans les ruines. Il avait promis à sa chère mère qu'il serait là une fois sa mission terminée, mais tant pis ; un message plus tard et le problème sera réglé. Du moins, de son côté. Le conscrit ne se sentait toujours pas dans son élément à Varosha, il ressentait moins ce picotement dans le No Man's Land, ce qui était assez bizarre, il fallait l'avouer. Mais Calvin avait ses raisons : par-là ces ruines, toutes les personnes mal intentionnées pouvaient surgir pour le détrousser, le suriner, alors qu'ici il avait plus de chance de croiser de simples réfugiés qui ne cherchaient qu'à se sustenter. Il appréhendait le jour où il aurait un réflexe armé mal venu. Cela ne lui était encore jamais arrivé et il préférait continuer sur cette lancée.

" Ici Lovelace, conscrit. Je s— Commença-t-il à expliquer via la radio de son casque au contact susnommé, avant d'être coupé par ce même interlocuteur.
- Oui, oui, le Récupérateur. C'est rare les volontaires de votre trempe qui font ça gratuitement.
- Je ne fais pas ça gratuitement.
Mais ça, il ne le comprendrait jamais.
- Uh uh. Vous n'aurez rien de ma poche en tout cas. Je viens d'envoyer l'une d'entre nous non loin de votre position, je vais la prévenir de votre arrivée.
- Compris. "
La transmission se termina ainsi, et le retour dans les décombres se poursuivit.

Ses doigts repliés sur son fusil d'assaut, le conscrit avançait dans les ruelles étroites, à tâtons. Dans ce genre de terrain, il fallait s'exposer le moins possible sur les grandes avenues et s'enfoncer davantage dans les petites artères. Un conseil vital de la part de ses instructeurs, l'un de ceux qu'on enfonçait inlassablement dans le crâne, surtout pour les Tadryens-nés. Et il fallait dire que cela lui avait maintes fois sauvé la mise.

Lors d'un croisement, il entendit des crépitements sur sa droite. Le médecin se força à jeter un bref regard – malgré son envie d'emprunter une autre voie par pure précaution – pour simplement constater la présence d'un Nalves isolé qui farfouillait parmi les débris. Calvin ne fut apparemment pas assez discret pour l'ouïe de la minuscule créature, qui déguerpit aussitôt son méfait démasqué. Le Tadryen suivit du regard quelques secondes l'escalade de la bestiole avant de se reconcentrer sur la ruelle. Là, se dévoila face à lui une armure typique de sa patrie. La fameuse conscrite qu'il allait épaulée dès maintenant. Calmement, il s'avança vers elle, plutôt rassuré de ne plus avoir à faire cavalier seul par ici.


" Calvin Lovelace. J'ai rejoint votre groupe, entre temps. Enchanté, madame… ? " Il l'ignorait sur l'instant mais cette mission allait prendre une tournure somme toute intéressante.


872 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Lun 17 Juil - 4:27


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



La jeune femme attarda ses yeux noisettes sur l’intersection qui s’offrait à elle. Ce décor lui était familier. Des ruines et des décombres pouvant receler bien plus de dangereuses que d’agréables découvertes. Teagan le savait, comme n’importe qui. Elle avait cessé de compter le nombre de fois où sa mère lui avait répété de faire attention à elle lorsqu’elle sortait, quittait la protection donnée par l’altitude au profit de la menace des rues. Ici bas, il était nécessaire de se méfier autant de la faune que des hommes. Un exosquelette et une arme laser n’y changeaient rien, malgré qu’il s’agisse de deux accessoires des plus rassurants.
Dans son esprits résonna un ancien conseil. Celui de ne pas être trop sûre d’elle. Apprendre à se défendre ne la rendait pas intouchable, chose qu’elle oubliait souvent. Aussi restait-elle particulièrement attentive à ce qui l’entourait, veillant aux sons comme aux mouvements plus minutieusement qu’elle ne l’avait jamais fait en tant que simple Varoc. Il s’agissait de l’une de ses premières sorties et le négoce qu’elle avait du entreprendre avait été assez ardu. Elle ne devait pas tout faire capoter à cause de son impatience et son impulsivité, ou simplement parce qu’elle connaissait les lieux.

Prudente, elle s’avança dans le croisement. Sur sa gauche, un son attira son attention. Vers elle s’avançait un Tadryen, certainement l’aide qu’on lui avait annoncé à l’oreillette quelques minutes plus tôt. Une nouvelle qu’elle avait quelque peu appréhendé, par méfiance principalement. Teagan n’était pas solitaire et avait conscience de la nécessité de relations. Celles ci pouvaient s’avérer utiles tant pour passer de bons moments et se détendre qu’en cas de besoin. Toutefois, ce n’était pas une raison pour faire confiance au premier inconnu qu’elle croisait : elle aurait aussi bien pu tomber sur un haut gradé responsable que sur le dernier des conscrit, encore effrayé à l’idée de tenir son arme et de la pointer sur quelqu’un et tout aussi bien capable de la lâcher que d’atteindre la mauvaise personne en tirant. Ainsi évoluait une vieille crainte née de ses commerces dans les ruelles de Varosha : celle de ne pas pouvoir compter sur ses contacts et qu’on lui tire dans le dos.
Cependant, l’homme qui s’avançait vers elle avait quelque chose de familier. Son E-3 Wendigo en main, il avait un exosquelette propre à la ville Azurée, quoi qu’il possédait certaines particularités qui le différenciaient de ses semblables. Ceci s’arrêtait pourtant à une impression de déjà vu. Depuis qu’elle collaborait avec les Récupérateurs, puis qu’elle vivait à Tadryon, Teagan avait eu droit à son lot d’habitants en tenue complète sans oublier ce qu’elle apprenait pendant son service militaire. Déjà peu physionomiste, elle mélangeait encore beaucoup ce qu’elle voyait et ses connaissances.
Son nom sonnait de façon plus précise dans son esprit, et cette fois ci, lui désignait parfaitement son interlocuteur. Un récupérateur avec qui elle avait quelques fois collaboré alors qu’elle tentait encore de se mettre dans leurs bonnes grâces. Il lui revint en mémoire un visage assez sévère, semblant toujours sur ses gardes. Une fine barbe, des cheveux bruns et des yeux bleus. Ses traits n’avaient que rarement exprimé ses émotions, toutefois elle devinait un caractère fort dissimulé en profondeur, qu’elle était curieuse de voir à l’oeuvre.

-Ehle, Teagan. Le plaisir est pour moi.

Elle esquissa un sourire sous son casque, certainement invisible. Leur relation était restée courtoise lors de leur dernière rencontre, où elle avait ramené pour lui plusieurs de ses trouvailles en ville, lors d’une sortie assez lucrative d’ailleurs. Le voir ici la soulageait. Au moins avait-elle une idée de la personne avec qui elle coopérait et de sa fiabilité.
La brune se tourna finalement vers l’extrémité de la rue, se souvenant de son objectif premier.

- On m’a indiqué un groupe qui pourrait poser problème, à l’est. Il faudrait jeter un coup d’oeil. Je crois que d’autres volontaires pourront nous y rejoindre au cas où ça parte en vrille.

Tout en parlant, elle s’était remise à marcher dans la direction indiquée. Dans le silence résonnait simplement le bruit du vent s'immisçant dans les ruines de bâtiments abandonnés et leurs pas sur le sol. Toutefois, il ne fallut pas plus de quelques minutes pour que de nouveaux sons parviennent à leur oreilles, de plus en plus distincts au fur et à mesure de leur progression.


                                                                   Nombre de mots : 720

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Dim 30 Juil - 13:04

" Oh. La présentation lui rappela maints souvenirs, d'il y a plusieurs mois déjà. Sous l'armure Tadryenne se dessinait les traits d'une jeune Varoc, roublarde mais aimant à ennuis – un peu comme lui, il fallait dire – les deux protagonistes partageaient une curiosité insatiable sur leur environnement et ce qui le composait, mais une certaine tension était indéniablement présente. Exactement comme lorsque Calvin tendait la main à un réfugié pour l'aider, ou que ce même réfugié prenait l'initiative de lui demander de l'aide ; dans les deux cas, il y a en avait toujours un qui se méfiait des intentions de l'autre. Avec Teagan Ehle, c'était la même rengaine, bien que leurs courtes et communes péripéties leur eussent permis de dissimuler les différences. Salut. " Ajouta-t-il à sa surprise sur un ton légèrement plus enjoué, plutôt ravi.

Malheureusement, les mondanités n'avaient pas leur place au sein de Varosha, en tout cas pour des citoyens de la Ville Azurée, ainsi ils enchaînèrent bien vite sur les obligations qui les unissaient à nouveau. Calvin appréciait cette assurance de la part de la nouvelle Tadryenne, elle avait assimilé le métier, puis il se sentait toujours rassuré lorsqu'il emboîtait le pas dans l'ombre d'un leader. Il était le pilier, le soutien, celui qui assurait les arrières, ce rôle lui allait à merveille ; et généralement, ses collègues d'infortune l'appréciaient à sa juste valeur. Avec Teagan, c'était la même, un binôme plutôt symbiotique. Calvin la suivit donc avec l'entrain d'un soldat sur le terrain, à ses côtés.

" Je suis content pour toi, que tu aies pu faire ton Entrée. Glissa-t-il rapidement pour ne pas prolonger trop longtemps la distraction. Il faudra qu'on se recroise à Tadryon. " Proposa-t-il sur un naturel remarquable, avec une pincée de trac qui titillait son for intérieur. Normalement, c'était autrui qui l'entraînait, mais ils commençaient à être nombreux – parmi ses proches – à l'enjoindre de se refaire un entourage consistant. Non pas d'oublier ses amitiés disparus, loin de là, mais de se recentrer pour ne pas sombrer dans la folie d'un Tadryen délaissé.

Sur cette digression, le duo arpenta les ruelles hostiles de la ville fantôme. Armés jusqu'aux dents, ils dissuadaient peut-être les innocents désespérés de se jeter sur eux, mais les plus scrupuleux n'hésiteront pas à les faire baver à la moindre occasion. D'autant plus que c'étaient les Tadryens, les envahisseurs, qui cherchaient eux-mêmes les problèmes cette fois-ci.

Le fracas des pas se rapprochait dangereusement de leur position, Calvin était suffisamment attentif pour comprendre que cette course n'était pas du fait de soldats en armure, mais de survivants en tenue légère ; des bottes en cuir détérioré, des couches de tissus fins autour des panards, ou peut-être bien pieds nus. Quoi qu'il en soit, rien d'aussi lourd que tout cela. Mécaniquement, les deux alliés demeurèrent à couvert au coin de cette ruelle qui débouchait sur cette importante avenue. Sous leurs yeux, la cohue prit la forme de plusieurs réfugiés qui coururent tous en la même direction. Le plus remarquable étant qu'ils étaient absolument tous blessés, leurs plaies étaient grossièrement bandées, et quelques-uns continuaient de laisser une traînée de sang derrière eux. Lorsqu'ils finirent de tous passer, suivit la marche plus lourde d'autres individus, armés d'armes blanches et parés d'armures tout droit sorties de l'artisanat dont les survivants de Varosha avaient le secret. En clair : des Anarchistes. L'un d'eux rit et beugla à leurs esclaves – puisqu'il les appelait ainsi – de déambuler plus vite. Un silence plus tard et une explosion surgit là où les fameux esclaves s'étaient dirigés. Calvin contint la terreur que l'Anarchie s'efforçait depuis toujours d'infliger à leurs voisins indésirables.


" Ils avaient évidemment soupçonné l'Anarchie d'attaquer les Murs, mais les voyous ne ressemblaient en rien à ces monstres… ni à leurs esclaves. Il réhaussa ses épaules pour soutenir le poids de son fusil d'assaut. Espérons tout de même qu'on n'ait pas à se frotter à eux. Ils allaient devoir traverser l'avenue pour rejoindre l'autre côté et s'aventurer davantage à l'Est, en croisant les doigts qu'il n'y ait pas de tireurs embusqués. Je te couvre. " Assura-t-il à sa partenaire ; il se souvenait de ses talents combattifs, elle était la mieux placée pour prendre les devants.

Une fois l'entente convenue, ils coupèrent ce passage étendu. La chance leur sourit car on ne les attendait ni en plein milieu de cette avenue, ni de l'autre côté. Le médecin de guerre souffla faiblement sous son casque et jeta un dernier regard pour assurer une dernière fois leur sécurité. Alors qu'ils suivirent machinalement cette nouvelle ruelle, ils se heurtèrent rapidement à un cul-de-sac. L'unique moyen de passer – hormis de retourner sur l'allée à découvert, ce qui n'était clairement pas une option saine – était de contourner par les bâtiments délabrés, au risque de croiser des nuisibles de toute nature qui y avaient, peut-être, élu domicile.


804 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Lun 31 Juil - 9:17


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



La brune ne s’était pas trompée. Il s’agissait là d’un doute régulièrement présent dès lors qu’elle croisait une vieille connaissance. Etait-ce bien lui ? Ou avait-il un frère ? Se souviendrait-il d’elle ? Ou n’était-elle qu’une visage crasseux parmi tant d’autres à Varosha, une petit corps qui gigotait, tentait de s’extirper du bourbier qu’était le bidonville, tant bien que mal ? Après tout, elle ne devait pas être la seule qui avait proposé ses services dans l’espoir d’attirer sur elle une quelconque attention, et même si, de son côté, Teagan avait en mémoire tous les récupérateurs avec qui elle avait collaboré, il n’était pas certain que eux, aient tous fait attention à elle. Avoir pris contact à plusieurs reprise avec Calvin ne lui assurait pas d’avoir fait une assez bonne impression pour marquer son esprit après tout.

La conscrite secoua la tête pour éloigner ce raisonnement. Ces pensées étaient idiotes. Pourquoi remettre en cause les capacités des autres lorsque nous les possédons nous même ? Par manque de confiance ? Il faudrait qu’elle apprenne à oublier certaines de ses vieilles habitudes, les maximes héritées de sa mère, entendues maintes et maintes fois, qui lui demandaient de toujours ne compter que sur elle même. Elle ne pouvait plus se permettre d’agir égoïstement maintenant qu’elle était intégrée à la ville Azurée et au corps militaire. Cette fois ci, l’hésitation concernait un sujet négligeable, mais elle ne pouvait se le permettre en plein combat, alors que ses actes pourraient avoir des conséquences bien plus lourdes.

Ses yeux glissèrent sur l’homme à ses côtés, légèrement en retrait. Elle le savait médecin, un véritable soutien, mais à le voir à ses côtés, elle devinait qu’il était tout aussi bien formé au combat qu’aux soins d’urgence. La preuve s’incarnait dans le E-3 Wendigo qu’il tenait entre les mains. Teagan, de par des capacités bien plus faibles dans le maniement des armes, n’aurait en aucun cas eu le droit de se servir d’un tel fusil.
Quelques millisecondes d’attentions supplémentaires lui montrèrent un corps souple, élancé, même enfermé dans un socle de métal. Le pas sûr et déterminé. Cette vision lui rappela un regard bleu, confiant et résolu, d’un homme qui sait où est sa place et qui la tiendra coûte que coûte.
Le voir ainsi la rasséréna. La brune peinait à accepter l’idée de compter sur un autre, toutefois Calvin ne lui semblait pas être un mauvais choix et elle commençait à vraiment croire qu’elle pourrait compter sur lui au moment venu.
Teagan n’aurait pu dire si ce sentiment était partagé, mais au moins semblait il content de la retrouver, allant même jusqu’à lui proposer de se revoir. Elle esquissa un nouveau sourire, opina du chef.

- Bien sûr, quand tu voudras.

La Varoc reporta son attention sur leur progression. Petit à petit, les sons se firent plus forts, les pas plus précipités. A quelques rues de là régnait une animation dont la source manqua de réveiller en elle d’anciennes angoisses. Les Anarchistes n’étaient pas réputés pour le bonté d’âme, et ils avaient été l’un des principaux dangers dont elle se méfiait comme de la peste quelques mois plus tôt. Sortir et parcourir régulièrement les rues de Varosha seule n’était pas sans danger, et malgré qu’elle ai toujours pu se sortir de n’importe quel pétrin, elle avait bien failli s’attirer quelques ennuis en se confrontant à eux.
A cet instant, ils en provoquaient de nouveaux. Dissimulée derrière le coin d’une ruelle, elle observa la file de réfugiés filer tout droit à l’abattoir, révulsée par le comportement bestial des hommes qui les encadraient. Pendant vingt-six ans, la jeune femme s’était demandée comment les hautes autorités tadryennes pouvaient rester sans rien faire, alors qu’une partie du peuple se faisait décimée par une poignée d’hommes et de femmes dégénérés et violents. Teagan ne se permettrait pas d’émettre la moindre conjecture concernant de potentielles actions de réprimandes de la part du gouvernement, mais les faits étaient là : aucun résultat. C’était à croire que la présence des Anarchistes, quoi que responsable de quelques malheureuses pertes dans les rangs de réfugiés et d’étrangers, n’était pas si indésirable, sinon quoi leur annihilation aurait été commanditée bien plus tôt.

A nouveau, les exactions du gang resteraient impunies. La mission des deux conscrits était d’enquêter et mettre un terme aux attaques des Réfugiés sur le mur, dont le crime originel n’était non pas d’avoir croqué dans une pomme, mais d’espérer une vie meilleure. Et non punir les crimes monstrueux d’un groupement d’hommes dont le seul désir était de mettre la ville à feu et à sang. Teagan ravala le violent désir de pointer son arme directement sur l’un des hommes en armure et détourna plutôt les yeux pour se reconcentrer sur son objectif, gardant le silence pour éviter une parole malvenue.

La brune prit la tête. Elle se faufila discrètement de l’autre côté de l’avenue, puis dans une ruelle qui s’avéra barrée. Comme son compagnon, elle n’estimait pas très judicieux de revenir sur ses pas pour profiter de l’accueil chaleureux que leur ferait à coup sur les piétons du boulevard. Les deux autres solutions étaient toute faites : contourner les bâtiments désaffectés à leurs droite, ou les traverser. Elle prit quelques instants pour réfléchir tout en revenant dans ses pas. Ce quartier n’était pas sa zone de prédilection et même si elle le connaissait, elle n’aurait pas été capable d’en tracer une carte correcte. Il en allait de même pour les dangers qui en parcourait les rues. Pourtant, autour du mur, la plupart des bâtiments se ressemblaient. Seul leur état, plus ou moins avancé, de dégradation les distinguait les uns des autres. Aussi se doutait-elle que de ce côté ci, aucune porte ne leur permettrait de rejoindre une autre rue. Il fallait rejoindre l’avenue, la descendre jusqu’à rejoindre une route parallèle à celle ci, et trouver un moyen de couper dès que possible.

- Suis moi.

Endossant le rôle de guide, la jeune femme suivit son idée et parvint à contourner discrètement le bâtiment pour rejoindre l’autre allée, dans laquelle elle s’engouffra. Elle semblait vide, dénuée de la moindre étincelle de vie. Sur les trottoirs et sur le bitume avaient été abandonnés nombre de carcasses d’anciens véhicules désormais inutilisables. Sur le sol, on pouvait parfois distinguer de vieilles traces de sang séchés. Au fond résonnait les rires et les plaintes du groupe qu’ils avaient évités.
Teagan avait, sans s’en rendre compte, repris de vieilles habitudes. Sa démarche était plus souple, silencieuse. Son regards glissait d’un bout à l’autre de la rue, se fixant une milliseconde à des points précis où elle savait d’expérience que pourrait surgir une créature, humaine ou non. Son oreille s’affutait, oubliait les éclats de voix pour se concentrer sur des sons plus subtils. De jour, si près de Tadryon, elle doutait tomber sur une créature trop hostile, surtout à si basse altitude. Mais les pillards pouvaient arriver de tous les côtés. Elle avançait d’un pas rapide, son arme bien en main, et parcouru plusieurs centaines de mètres avant de trouver un passage sur sa gauche. Une galerie soutenue par des arches en pierres, donnant d’un côté sur les vitres de boutiques abandonnées, de l’autre sur des portes closes. La Varoc s’y engouffra, préférant parcourir la vingtaine de mètre à couvert plutôt que de poursuivre dans la rue pendant une dizaine de minutes jusqu’à trouver un nouveau pont vers leur objectif.
C’est alors qu’ils arrivèrent à la moitié de la galerie qu’un son attira son attention. Un crissement, comme un bout de verre que l’on écraserait, puis un second. Son regard s’attarda vers les vitres, cherchant des yeux un réfugiés dérangé par le duo, sans rien apercevoir. Méfiante, elle préféra avancer au lieu de chercher dans les ombres une créature qui ne se décidait pas à les attaquer.

- On ferait mieux de se dépêcher.

Elle qui craignait avoir à se confronter à un danger dans ce passage du attendre encore plusieurs minutes, une fois arrivé de l’autre côté. Le coin était tranquille, inhabité, mais l’animal, réveillé par leur odeur, grondait.


                                                                         Nombre de mots : 1336

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Sam 12 Aoû - 8:06

Comme prévu, on pouvait même aller jusqu'à dire "comme mutuellement consenti", Teagan prit fermement les rênes de l'opération, avec Calvin non loin derrière pour la soutenir. La dernière fois qu'ils avaient travaillé ensemble, c'était avec la même formation ; on ne changeait pas une équipe qui gagnait. Une équipe qui mélangeait deux mondes distincts mais qui n'en ressortait pas moins victorieuse. Le conscrit se complaisait à promouvoir l'efficacité avant tout. C'était bien grâce à celle-ci qu'ils avaient pu se rapprocher, et survivre.
 
Beaucoup de Tadryens pourraient considérer Teagan comme digne de confiance maintenant qu'elle avait passé l'Entrée, qu'elle était une conscrite au même titre que tous les petits soldats du Gouverneur. Sur le terrain des suppliciés, rien n'était plus fiable un réfugié qui avait réussi à tailler sa place chez la Promise. Mais le médic, lui, avait confiance en elle pour ses capacités, non pas en l'étiquette qu'on lui avait collée. Lorsqu'elle soufflait quelques mots, l'oreille méritait d'être tendue, Calvin s'en remettait pleinement à ses réflexes et réflexions. Un Tadryen de souche n'est pas plus dans son élément qu'un Varoc.
 
Un instant de plénitude lui prit lorsqu'il croisa son propre regard dans les vitrines. Ce fut assez perturbant de constater la fière allure dont il faisait preuve avec ce cocon technologique sur les épaules. Cette carapace, si solide, l'air inatteignable, qui renfermait pourtant un être dont les défenses étaient au plus bas. Contrairement aux histoires contées au sujet des Tadryens, ils n'étaient pas invincibles ; ce n'était qu'un bouclier qu'on pouvait renverser, détruire. Comme ce crissement soudain de verre brisé. Il tourna son regard à l'opposé de celui de sa coéquipière pour couvrir un champ de vision plus large : qui ou quoi que pouvait être l'origine de ce clapotis vitreux, il les attendait, tapis dans l'ombre. Calvin opina de la tête et suivit Teagan loin de la source. Plus tard, c'était l'ire de la faune qui les menaçait. Le conscrit s'immobilisa et releva la visée de son fusil. Il suffisait encore de quelques minimes secondes avant qu'ils ne profitent du silence apparent pour déguerpir aussitôt, mais ce fut le trébuchement soudain d'un intrus sur une rambarde adjacente qui attira toute l'attention : autant celle des Tadryens que celle du Lupus solitaire qui venait de quitter la pénombre. Inévitablement repéré par le duo, le réfugié, dont les apparats ne laissaient aucun doute sur son expérience avancée en survie – armement improvisé, sacoches équitablement réparties pour assurer l'équilibre, tenue suffisamment volumineuse par endroits pour prévenir d'éventuelles morsures ou griffures – leva d'abord les prunelles sur les exosquelettes.
" Merde… " Calvin fronça des sourcils face à ce juron, cette réaction était inhabituelle. Mais le survivant reprit ses réflexes en surveillant le Lupus qui en avait décidé d'en faire son met. Se relevant, il sprinta à vive allure vers la sortie, la créature totalement désintéressée par les Tadryens s'empressa de le rattraper. " Rattrapons-le ! " Il tira une salve en avant et vers le bas pour ralentir l'animal hostile et éviter d'avoir le Varoc dans sa ligne de mire. Le Lupus fut touché au flanc mais cela ne l'arrêta point.
 
D'ordinaire, les Lupus étaient des chasseurs de l'aube, ils ne s'aventuraient que rarement le reste de la journée. Sa présence en ce lieu signifiait qu'une chose : leur nid devait être non loin. Ainsi, leur cible eut l'ingénieuse idée de s'éloigner des lieux et de s'exposer au soleil. Face au règne incontestable de l'astre, le Lupus freina sa course sur le pas de la sortie de la galerie, sa proie pouvant se réfugier sans grand mal de l'autre côté de la route. Entre leur destination et eux, il y avait ce Lupus qui grognait de frustration, sa plaie sanguinolente ne refreinant aucunement son agressivité qu'il offrait, à présent, aux conscrits. Calvin souleva son Wendigo et prit suffisamment son temps pour que sa visée se cale sur le cerveau, afin d'abattre l'animal sans souffrance inutile. Il se retourna vers Teagan et lui fit un signe de la tête : ils devaient y aller maintenant que ce Lupus ne leur barrait plus la route, tout ce fracas risquait d'attirer du monde.
 
" Je crois qu'il nous épiait. Assura-t-il en pénétrant ce qu'il semblait être autrefois un restaurant, l'étage condamné par un escalier détruit, avec ses tables esquintées et ses rideaux délavés par les ravages du temps. Bien équipé, et nous prendre en filature sur le territoire de Lupus… C'était louche, mais Teagan était assez grande pour faire son propre avis. Ils passèrent par les cuisines qui donnaient sur l'arrière du bâtiment, cette porte de sortie se balançait encore inlassablement depuis le passage de son dernier visiteur. Face à eux, une longue route descendante qui donnait sur un nouveau quartier plus loin, leur destination. Sur les côtés défilaient une armada de maisons, les unes après les autres. Rien de cassé ? Dit-il avant de continuer leur avancée, les yeux dans les yeux ; l'action précédente fut aussi soudaine qu'instantané, beaucoup d'événements pouvaient s'y être déroulés sans s'en rendre compte sur le moment. Si tu as quoi que ce soit, tu sais que tu peux me le dire. " Plusieurs options se dressaient face à eux pour la suite, la plus évidente étant de zigzaguer parmi les maisonnées mais l'étroitesse des lieux ne serait pas à leur avantage, d'autant plus qu'on pourrait les y attendre ; dont ce fameux Varoc qui devait être encore dans les parages.



900 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Dim 13 Aoû - 14:43


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice


L’animal n’était pas très gros, vingt kilogrammes à peine. Un jeune spécimen certainement, au poil sombre tigré de quelques lignes blanches. Un peu plus petit que ses congénères, il n’en semblait pas moins dangereux. Ses muscles saillants et ses griffes acérées faisaient de lui un prédateur dangereux, capable de se précipiter derrière ses proies sans se laisser distancer, de bondir souplement sur ses cibles ou d’éviter adroitement les obstacles dont la ville regorgeait. Ses canines, tout aussi redoutables, assurait une prise féroce sur sa cible et promettait de sérieuses blessures au cas où l’on parviendrait à lui échapper.
L’avoir dérangé dans son sommeil n’était clairement pas une idée très pertinente, mais par chance, le Lupus ne choisit pas les deux tadryens armés comme cible. La ferraille n’avait pas très bon goût, et il avait du être inscrit dans ses gênes, sinon dans les moeurs de son groupe, que s’attaquer seul à tel ennemi n’était pas très judicieux. En plus d’être dangereux, il pouvait s’avérer difficile de séparer la carapace de la chair pour se délecter de ses tissus. Un rapport effort / danger / récompense pas très positif pour le félidé.
Non. S’en prendre à un Varoc, alourdi par son matériel, semblait bien plus prometteur.

La créature s’élança derrière le réfugié bruyant avant même que Teagan n’ai eu le temps de correctement le détailler. Il semblait toutefois évident, en vue de ses réactions une fois découvert, qu’il était à l’origine des crissements entendus dans la galerie quelques instants plus tôt. L’inconnu les suivait, et lorsque Calvin en vint à confirmer cette hypothèses, de longues minutes plus tard, et ce après une course effrénée et un premier mort, Teagan hocha la tête pour l’approuver.

- Il connait le terrain. C’est pas la première fois que des Tadryens viennent dans le coin.. Autant en profiter

Ce genre de comportement ne la surprenait pas, même s’il ne la rassurait pas. De nombreux Varocs, las de leurs échecs répétés face aux Passeurs, avaient cessé d’espérer passer le mur pour rejoindre la terre promise. Pour survivre, ils avaient placés leurs derniers espoirs dans d’autres mains que celles des récupérateurs : les leurs. Et celles ci pouvaient s’avérer bien habiles pour dérober un bien ou glisser une lame discrète dans le dos d’un homme trop fortuné.
S’en prendre aux tadryens solitaires envoyés en expéditions dans Varosha était une initiative qui rapportait bien plus que de voler un varoc sans le sous. Quoi que ceux ci soient mieux armés, réussir à avoir le dessus sur l’un de ces exosquelettes assurait d’acquérir un matériel important, de haute qualité et revendable à un prix plus qu’intéressant. Ce, bien sûr, tout en permettant de punir ces privilégiés de leur ascension au sein du coeur azuré. Un moyen de satisfaire tant la rage que l'appât du gain, le plan parfait. Aussi, le duo en déplacement dans les rues abandonnées de la ville fantôme, quoi qu’assez armé pour dissuader plus d’un pillard, était une cible d’autant plus intéressante pour quiconque avait un peu de matériel, et un tant soit plus d’ambition. Et Teagan savait que certains réfugiés étaient assez fous, ou avaient perdu suffisamment, pour tenter le coup.

- Et je doute qu’il se contente de cet échec.

Teagan contourna la chaise qui avait été renversée en travers de la salle de restauration et suivit son coéquipier dans la cuisine. Salie par la graisse lorsqu’elle était encore fonctionnelle voilà des centaines d’années, puis par le temps depuis son abandon, elle était sombre. Sans fenêtres, l’éclairage qui venait de la pièce adjacente était à peine suffisant pour éclairer le mur, gris depuis le temps, qui faisait face à la porte. Rejoindre l’extérieur, une rue cette fois ci entièrement éclairée par un astre encore bien haut dans le ciel, s’avérait plus rassurant que de traverser un bâtiment entier assombri par toutes les barricades qui obstruaient la moindre fissure donnant sur l’extérieur. La brune s’y était amusée plus d’une fois, jouant elle même des ombres pour se glisser dans des appartements abandonnés sans risquer d’attirer l’attention d’une créature hostile, animale ou non. Mais enfermée dans une armure métallique qu’elle maîtrisait encore assez mal, la jeune femme n’était pas certaine de pouvoir se faufiler aussi aisément que dans ses souvenirs.

La question posée par le récupérateur lui fit glisser un oeil sur son exosquelette. Un réflexe plus qu’une nécessité. Elle ne s’était rien fait. La brune secoua négativement la tête, assez concise malgré qu’elle lui retourne la question.

- Et toi ?

Ses yeux noisettes se reportèrent sur la rue qui courait d’un bout à l’autre de son champ de vision. Que fallait-il favoriser ? Emprunter les ruelles pour plus de discrétion ? Descendre l’avenue avec, au dessus de leur tête, une grande pancarte lumineuse “ on arrive pour vous buter “ ? Ou choisir l’option “ traverser les bâtiments de l’intérieur “ ? Aucune ne paraissait plus rassurante. Toutefois, pour concilier leurs rares avantages, Teagan choisit de descendre l’avenue sur plusieurs centaine de mètres avant de tourner vers les maisonnées adjacentes pour plus de discrétion. Un coup d’oeil vers le chemin qu’elle songeait emprunter lui indiqua plusieurs obstacles. Escalader les ferait rester dans une mauvaise position trop longtemps. Il faudrait couper par l’une des habitations.

Un mouvement, capté par son oeil droit, attira son attention dans cette même direction, juste à temps pour voir un homme se glisser derrière l’un des véhicules qui bouchait la ruelle. Teagan s’immobilisa alors que son coéquipier s’apprêtait à pénètrer dans l’appartement. Cette filature, qui durait depuis de longues minutes, ne lui plaisait pas. Savoir qu’une menace inconnue planait perpétuellement au dessus de sa tête lui était habituel, et elle prenait toutes les précautions pour rester en sécurité. Mais savoir qu’un danger, connu et bien présent, attendait le meilleur moment pour lui tirer dans le dos et la dépouiller l’énervait. La varoc n’était pas du genre à attendre que les choses se passent, et elle n’allait pas patienter cent sept ans que le pillard se décide à leur faire face. Maintenant qu’elle savait où il s’était planqué, il ne serait pas difficile de mettre fin à cette mascarade.
La conscrite attira l’attention de Calvin pour s’assurer qu’il la couvre avant de s’avancer vers le véhicule. Curieusement, elle n’avait pas hésité un instant à lui confier ses arrières alors qu’elle avançait sur l’inconnu armé. D’ordinaire, cette initative s’avérait plus polie que sincère, et elle gardait toujours un peu de son attention sur son environnement. Cette fois ci, elle délaissait son dos au profit de la menace qu’elle approchait.
Elle n’emprunta évidemment pas un chemin direct. Elle longea un instant la façade pour contourner en partie la carcasse motorisée et surprendre l’homme dans son angle mort. Son arme levée sur lui, elle le surprit alors qu’il tentait de regarder au travers d’une vitre brisée. La varoc ne s’ennuya pas avec les politesses. Elle pointa son arme sur la main qu’il avait refermée sur une arme de poing. A cette distance, difficile de la manquer. Mais la conscrite avait encore un peu de mal avec les tirs. Plutôt que d’atteindre la paume, la balle atteignit l’un des doigts, pour finir sa course dans la cuisse du réfugié. L’homme poussa un hurlement de douleur, mais ses yeux trahissaient l’incompréhension. Il regarda son assaillante, perdu, encore incapable de se reprocher son propre manque d’inattention, simplement d’essayer de retenir les flots de sang qui s’échappaient de sa jambe. Il avait oublié son arme, que la jeune femme eu le loisir de lui confisquer. Pour faire bien, elle profita de la faiblesse du Varoc pour lui assener un coup de crosse sur le crâne. Teagan, si elle le pouvait, préférait éviter de causer des morts. Voler la vie d’un être n’était pas à prendre à la légère. Elle avait vu les hommes dans toute leur monstruosité pendant vingt-sept ans. Se saisir d’une arme ne devait pas la rendre comme eux.

Elle se redressa, tourna son regard vers le récupérateur.

- Allons y.





                                                                         Nombre de mots : 1319

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Mar 15 Aoû - 10:54

Parallèlement à l'introspection de Teagan, le regard analytique de Calvin balaya de haut en bas l'exosquelette de l'ex-Varoc. Le toubib se devait de rester attentif aux moindres anomalies dans les gestes, la moindre entaille qui s'avérait trop profonde, afin d'agir le plus tôt possible. Elle semblait n'avoir rien, et elle le confirmait. Bien. Il fut néanmoins un peu étonné que la question lui soit retournée, d'ordinaire ses "protégés" ne se contentaient de son sort que lorsqu'il commençait à réellement passer du statut de soutien à celui de fardeau. Calvin comprit tout de même la légitimité de la demande : c'était lui qui s'était exposé au danger face au Lupus. A son tour, il secoua négativement de la tête, sans rien ajouter. Clair et concis, c'était on ne peut plus satisfaisant.

Le duo de Tadryens reprit leur formation habituelle, avec Teagan en leader et Calvin à l'arrière. Ce dernier avait encore du mal à appréhender le terrain, Varosha était si immense que ce n'était pas en l'espace de quelques mois qu'on pouvait se targuer de la connaître comme sa poche. A bien y réfléchir, était-il même envisageable de connaître son ensemble ? Il en doutait, mais peut-être bien que les natifs lui prouveront le contraire. Le conscrit fut un peu sceptique à cet égard que sa partenaire emprunte la solution la moins viable pour cette descente, mais il garda cela pour lui jusqu'à qu'elle décide de bifurquer. Il ne faisait aucun doute qu'elle avait l'étoffe d'une soldate, ou du moins d'une survivante qui était parfaitement consciente de son environnement. Et comme pour accompagner sa réflexion, Teagan lui adressa un signe alerte. Calvin se raidit sur le pas de cette entrée qu'il s'apprêtait à franchir et ne la quitta pas du regard, les doigts resserrés à nouveau sur le manche de son arme. Alors que la jeune femme entamait silencieusement sa prise en chasse, le médic repéra enfin leur pisteur devenu proie. Calvin prépara son tir, au cas où l'initiative de son compagnon dérapât. Fort heureusement, Teagan mit le survivant de tantôt hors d'état de nuire, et ce tout en lui épargnant la vie. Cette simple action, que Calvin approuva intérieurement, le mit davantage en confiance. Les Tadryens de souche qui les jugeaient comme une bande de barbares sans scrupules en prenaient pour leur grade, pour son plus grand plaisir.


" Attends. Dit-il en rengainant son E-3 Wendigo dans son holster. Le Varoc était bien dans les vapes suite à son altercation avec elle, mais sa plaie continuait de le vider peu à peu de son énergie ; s'il ne se réveillait pas à temps, il risquait de ne jamais pouvoir le faire. Calvin se pencha sur la jambe blessée et y appliqua une quantité moindre de gel médical – histoire d'en garder largement assez pour eux – juste de quoi cicatriser suffisamment la blessure pour qu'elle ne lui soit plus fatale. Enfin, il traîna ce corps neutralisé à l'intérieur du véhicule adjacent, afin de ne plus l'exposer aux regards carnassiers un brin trop attentifs. Un jour, cet homme-là pouvait devenir l'un des leurs, Tadryon encadrait et protégeait les Hommes, du moins c'était sa propre vision de la Promise ; une perception que tout le monde ne partageait malheureusement pas. Ceci fait, le récupérateur se redressa et confirma finalement leur départ : Allons-y. "

Le binôme coupa, comme convenu, par les habitations, s'aventurant rarement via les ruelles qui étaient pour la plupart condamnées par des amas de débris. Quelques maisonnées de l'Ancien Temps étaient tant amochées qu'il était possible d'y pénétrer en passant par les interstices provoqués par la désolation. Une succession de salons et de halls les accueillit, quelques fois avec des héritages de leurs anciens propriétaires : un mobilier poussiéreux, des cadres dépourvus de leur toile ou photographie, des tapisseries délavées… Autrefois, cet endroit devait accueillir un voisinage heureux et solidaire. Ce spectacle se prolongeait jusqu'à leur destination en contrebas, où le pittoresque quartier se métamorphosait en une masse compacte de résidences plus imposantes, plus ternes. L'agencement du lieu leur fit rapidement comprendre qu'on avait déjà sécurisé le secteur. Ils venaient d'atteindre leur destination.

Un peu plus loin, un certain brouhaha se faisait entendre. Ils durent se rapprocher via l'obscurité des ruelles pour repérer un groupe non négligeable, formé face aux reliquats d'un commissariat. Aux allures somme toutes ordinaires, les membres du groupuscule ne semblaient pas être affiliés à l'Anarchie ou aux Rats. Ils étaient suffisamment nombreux pour former une communauté classique de Varocs, loin d'être bien équipés à première vue, leurs épaules soutenaient des sacs assez importants. A cette distance, il fut impossible pour les Tadryens d'entendre ce qu'ils baragouinaient, mais l'un des réfugiés se détacha du groupe pour se rapprocher de l'entrée du commissariat et hurler :
" Dépêche, Jefrye, ou je te fais sauter avec ! " L'hilarité fut accompagnée par le concerné qui s'extirpa du bâtiment, lui aussi avec un énorme paquetage sur le dos. Apparemment prêts, les Varocs entamèrent leur marche macabre, tandis qu'un des leurs leur fit un signe d'adieu avant de retourner à l'intérieur du commissariat. Calvin les suivit des yeux et finit par se mordre la lèvre inférieure, il jeta un regard équivoque à Teagan lorsqu'ils ne furent plus dans leur champ de vision. " Ils prennent la direction des Murs. "

Aussitôt la réflexion faite, il ouvrit un canal avec leurs collègues. " Ici Calvin et Teagan, un groupe de Varocs, supposément équipés de bombes, se dirige vers Tadryon depuis notre position. Il ne fallut qu'une brève seconde pour que la liaison se fasse.
- Combien ?
- Près d'une vingtaine. Un grognement se fit entendre de l'autre côté de la communication.
- Nous ne sommes pas assez nombreux pour les intercepter, puis ils se seront déjà dispersés le temps de nous rassembler… Un silence singulier s'ensuivit. Je vais m'arranger avec mes supérieurs, continuez l'enquête de votre côté. Terminé. " Calvin fixa sa partenaire et fit un signe en direction du commissariat ; tant qu'ils étaient là, autant remonter la source de leurs problèmes.



1002 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Mer 16 Aoû - 14:56


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



Teagan suivit des yeux le médecin jusqu’au varoc désormais blessé, plutôt curieuse. L’unique mot que Calvin avait prononcé s’était avéré bien trop concis pour laisser deviner son objectif, et elle se demandait ce qu’il avait derrière la tête. Ceci dit, le voir rengainer son E-3 lui assurait déjà qu’il ne prévoyait rien qu’elle n’approuverait pas. Et au contraire, l’initiative de son coéquipier lui plu même. Teagan, qu’elle soit encore une simple varoc ou conscrite au sein de la cité azurée, avait déjà été confrontée à des Tadryens persuadés de leur supériorité sur les âmes qui peuplaient la ville fantôme. Membres de l’élite humaine, ils se fichaient bien du bien-être des réfugiés et n’avaient aucun scrupule à viser la tête plutôt qu’une jambe lors d’une confrontation directe. De même, ils n’auraient pas hésité à laisser mourir un homme blessé sur le bas côté plutôt que de lui venir en aide. C’aurait été bien trop dégradant, et voyez vous, il y avait déjà suffisamment de Varocs réclamant un droit d’entrée dans la ville sauve pour que l’on puisse se permettre d’en laisser encore davantage affluer.
Calvin n’avait pas hésité à consacrer un peu de son temps, comme de son matériel, pour s’assurer que le blessé survive. Et la brune lui en était reconnaissante. Son propre manque de dextérité lui avait fait tirer dans la cuisse de leur poursuivant. Elle l’avait assommé, pour s’assurer qu’il n’ai pas malgré tout l’idée de leur tirer dessus avec une arme dissimulée, mais elle n’avait pas songé que, de cette façon, rien ne pourrait empêcher l’écoulement de son sang hors de ses veines. Une maladresse qui aurait pu causer la vie du survivant, alors que son objectif avait été de l’épargner. Erreur idiote de débutant, que le tadryen avait eu le réflexe de corriger. Cela ne faisait donc pas un, mais deux bons points qui assuraient au doc de monter encore dans l’estime de la jeune femme : il respectait la vie humaine sans distinction et avait plus de jugeote qu’elle.
Teagan se sentit un instant honteuse de cette faute. Mais il était nécessaire qu’elle garde son sang froid et passe à autre chose pour la suite de cette mission. Elle parvint, après quelques rapides instants, à réprimer ce malaise. Au lieu de l’exprimer, elle hocha la tête en direction de son coéquipier, approuvant ainsi son initiative, et elle attendit qu’il la rejoigne pour reprendre la route en tête de file.


Il ne leur fallut pas plus d’une dizaine minutes pour violer la propriété d’êtres disparus depuis des siècles et atteindre leur destination, de l’autre côté de cette série de bâtiments tous dans un plus mauvais état les uns que les autres. La plupart avaient déjà été pillés de tout ce qui avait pu ressembler, de près ou de loin, à un bien de valeur si ce n’est d’utilité. Pour le reste, il s’agissait principalement de pièces démontées laissées en vrac, de meubles branlants, tombés en ruines ou déchirés, ou des souvenirs que plus personne ne prenait plaisir à se remémorer. De vieux tableaux, peintures à l’huile de cathédrales fièrement érigées au milieu de résidences pleines de vie, ou de paysages terriblement vides. Des champs, des bois, composés d’arbres semblant bien bas en comparaison à la faune qui se développait dans la forêt d’Haanamu, et bien moins sauvage ; des lacs, des plages, sable fin ou galets gris, ou d’immenses montagnes enneigées. Des terres lointaines et bien différentes de celles que l’on connaissait aujourd’hui, mais aussi des photographies effacées d’enfants, de couples, de créatures à la langue pendante ou roulées en boules sur un coussin. Tant de clichés d’une période qui n’existait plus, fenêtres sur un monde finalement tout à fait étranger. A promettre ainsi une nature docile et une vie heureuse, il paraissait aussi fantaisiste qu’utopique, tiré de l’imagination fertile d’un auteur anonyme et disparu. La réalité était bien moins agréable. Les réfugiés vivaient dans des taudis et bombardaient les frontières pour atteindre la ville promise, tandis que des volontaires, protégés par des armes et une carapace métallique, étaient envoyés pour fusiller les indésirables.

La planque actuelle des varocs armés était une caserne en à peine meilleur état que les maisonnées que le binôme venait de traverser. Les murs tenaient droits, mais la plupart des fenêtres étaient brisées, les tuiles du toit effondrées depuis des années sous la violence des bourrasques. Elle semblait avoir été inhabitée pendant un long moment avant d’être squattée par le groupe belliqueux de survivants. Ceux là d’ailleurs, étaient lourdement chargés pour aller mener leur nouvelle attaque.
Teagan laissa son regard couler vers son coéquipier. Ils arrivaient trop tard pour arrêter le groupuscule équipé, et certainement pas assez nombreux. La brune n’était pas non plus pour tirer dans le tas en espérant faire mouche. Au mieux elle atteindrait des jambes ou des bras pour les ralentir, au pire : des têtes ou des bombes. Si elle s’était portée volontaire, c’était bien dans l’espoir d’éviter un bain de sang.
La communication qu’eu Calvin avec leurs collègues, transmise par sa propre interface, lui assura que leur objectif avait changé. D’une fusillade pure et dure sans distinctions entre les cibles, ils étaient désormais chargés une enquête visant à découvrir l’origine de ces attaques. Ce n’était pas pour lui déplaire, et même si la jeune femme savait que les autres tadryens envoyés défendre le mur n’hésiteraient pas à ouvrir le feu sur les nuisibles, le duo pourrait éviter que d’autres vies soient perdues à l’avenir.

A cette annonce, son attention se reporta sur le commissariat. Elle scruta la zone à la recherche d’un moyen de passer sans attirer l’attention. Plusieurs varocs étaient restés dans le quartier, occupé à différentes tâches, dont quelques uns à la surveillance. Même s’ils n’attendaient pas encore l’intervention de l’armée, du moins le croyait-elle, la simple possession d’explosifs pouvait attiser la convoitise de plusieurs cellules dangereuses et ennemies des Tadryens. Ils n’étaient pas à l’abri d’un pillage des Anarchistes, ou de n’importe quel camps rebelle suffisamment organisé.
Teagan songea qu’il ne serait pas trop compliqué de passer entre les mailles de leur filet, mais ni elle, ni certainement Calvin, n’avait idée du nombres de partisans qui s’activaient à l’intérieur du poste armé réhabilité. Alors que devaient ils faire ? Présenter cette visite comme officielle et demander à entrer dans le bâtiment, au risque, très important, de se faire sauter à vue ? Ou tenter une approche furtive pour pénétrer le commissariat et atteindre l’un des chef pour mettre fin à ces histoires ?
Teagan ne savait pas quoi décider cette fois. Elle se tourna vers son coéquipier pour des conseils.

- Je veux bien, mais on tente quoi ? J’sais bien que les exo’ nous protègent, mais entrer en force n’est certainement pas une bonne idée. Donc … Soit on essaie d’entrer en furtivité, je suis sûre que les fenêtres ne nous résisteront pas longtemps, soit on passe par la grande porte, mais faut faire diversion ailleurs. Tu as des préférences ?

Sa matière grise continuait de s’activer. Ce genre de bâtiment n’avait pas des sous sols, donnant accès dans une rue, ou par un côté non surveillé du batiment ? Ou .. Pourraient ils passer par les toits ? A moins que l’idée d’une fenêtre soit bonne, mais cela supposait que personne ne les attende à l’intérieur.
Et … La diversion ? Une explosion ? Des tirs ? Un cri ? La brune s’efforçait de garder la tête froide, mais cette fois ci, elle avait du mal à trancher entre les bons, et les mauvais plans. La varoc avait apprit à se faufiler en douce dans certains bâtiments, mais ceux ci étaient à peine habités. Elle ne s’était jamais amusée à tenter le diable avec toute une troupe armée.






                                                                         Nombre de mots : 1287

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Sam 19 Aoû - 18:09

A quelques mètres d'eux, une bande de dégénérés armés jusqu'aux dents se dirigeaient vers sa ville natale pour secouer – littéralement – les remparts de l'humanité. Calvin doutait fortement que leurs explosifs artisanaux suffiraient à ne serait-ce que fissurer l'un des Murs, mais la possibilité que les explosions produisent des dégâts collatéraux n'était pas à négliger. D'autant plus que l'opinion que les Tadryens de souche portaient sur les Varocs n'était déjà point agréable, les exactions de ces derniers ne risquaient pas d'améliorer les choses. Chaque jour, Tadryon s'enfonçait davantage dans une haine de moins en moins viable : il était sans aucun doute le centre névralgique de ces terres, mais la convoitise risquait de lui attirer de nouveaux ennemis insoupçonnés, peut-être même au-delà. Calvin n'était clairement pas le seul à porter l'orientation de sa patrie dans son cœur, mais ceux qui partageaient cette vision n'étaient qu'une minorité quasiment imperceptible pour les pontes.

D'un autre côté, les indésirables de Varosha n'avaient pas le droit d'attiser la colère de la faction. Ils étaient conscients que cela se répercuterait sur leurs voisins, mais ils s'en moquaient : tout ce qu'ils souhaitaient, c'était revendiquer leur indépendance, leur pouvoir, ou même forcer le passage à travers la cité. Dans tous les cas, ils n'étaient pas mieux que les citoyens cités plus haut. Il était même relativement ironique de constater que les Anarchistes cherchaient moins les noises aux Tadryens que ces nuisibles ; au moins les monstres humanoïdes, eux, ne s'aventuraient pas près des Murs. Les derniers mots de leur chef de mission ne l'avaient point rassuré à ce sujet : ils cherchaient irrémédiablement à les exterminer d'un coup plutôt que les arrêter. Ce qui, dans les deux cas, n'était pas à la portée de leur duo. Il fixa Teagan tandis qu'elle exprimait son indécision quant à la suite de l'opération : que pensait-elle de tout cela, elle ? Il songea l'espace d'un instant à la questionner subtilement, mais son côté velléitaire le retint dans cette initiative qui n'avait pas lieu d'être en l'immédiat. Surtout qu'elle lui remit le flambeau de leader, un rôle qu'il n'avait pas l'habitude d'endosser, loin de là.

Il baissa la tête et remit en ordre ses idées : hors de question de passer par devant, il semblerait que l'entrée était largement empruntée. Et peut-être que d'autres criminels joindraient la troupe qui s'éloignait peu à peu, ou qu'une nouvelle unité serait formée. Sans parler que ce devait être fortement surveillée. Bref, foncer par l'avant n'était pas une option viable. La furtivité semblait l'unique alternative, mais cela risquait de prendre du temps de pénétrer à l'intérieur : le temps de trouver une entrée, de s'assurer qu'elle n'était pas en visu, qu'ils puissent l'emprunter en sens inverse… La préférence de Calvin était en partie biaisée étant donné qu'il fut formé, initialement, pour rejoindre les Infiltrateurs de l'Armée. Ses talents servaient à présent les Récupérateurs, mais il ne pouvait se targuer d'être un expert en la matière : s'aventurer dans les décombres d'une civilisation disparue n'était pas dans la même veine que s'introduire dans une base pleine d'inconscients. Les simulacres oculaires de son casque se relevèrent sur le panorama offert par leur position, un moment de réflexion qu'il confia aussitôt à sa partenaire.
" Nous devons éviter tout contact armé : s'ils nous repèrent, le feu nourri risque d'en attirer d'autres. Nous ne sommes que deux, et surtout livrés à nous-mêmes, on ne résistera pas longtemps. Puis s'ils ont encore des explosifs en stock, nos tirs pourraient les déclencher… Il reporta à nouveau son regard sur la jeune femme, l'air sérieux de cette dernière le mettait en confiance pour cette mission quasiment suicidaire. Va pour la furtivité. Le gros de leurs forces a dû partir, c'est le meilleur moment pour les infiltrer. Il balaya de nouveau le paysage, quelques Varocs traînaient par-ci par-là mais les failles étaient nombreuses. On va contourner, chercher une entrée ; ce commissariat n'est pas non plus en bon état, il doit y avoir des brèches dans leurs défenses. Enfin, il termina par un bref échange avec elle : Si cela te convient, je prends les devants. " Un maigre sourire ornait ses lèvres gercées, mais elle ne pouvait le voir.

Pour cette fois, Calvin fut le Tadryen qui menait la marche. Il ne connaissait pas l'expérience de sa camarade en termes d'infiltration, mais si elle avait évoqué cette possibilité, alors elle devait avoir quelques prédispositions en la matière. Quoi qu'il en soit, il se porta garant de cette partie de l'opération. A semi-accroupi, il longea rapidement le bâtiment, exposé quelques secondes à des regards qui les fuyaient pendant ce bref laps de temps. Ils s'enfoncèrent dans la pénombre d'une ruelle adjacente et tentèrent leur chance dans un nouvel immeuble désolé. Quelques regards en biais lui confirmèrent la non-présence d'ennemis. Ils continuèrent leur avancée à travers le rez-de-chaussée jusqu'à rejoindre une autre allée. Sur le pas de l'entrée, Calvin s'arrêta net à la vue d'un patrouilleur qui leur tournait le dos ; par réflexe, il avait également relevé sa main libre en arrière pour l'apposer contre l'exosquelette de Teagan pour l'immobiliser aussitôt. Il fit glisser son pied en arrière, prêt à reculer, mais le Varoc semblait s'être déjà délaissé de son poste, préférant s'aventurer plus loin. Les muscles du médecin se détendirent un peu plus et il fit un signe de tête à sa partenaire pour poursuivre. La traversée d'un autre bâtiment résidentiel leur permit de se retrouver, enfin, dans le coin arrière du commissariat. Il ne leur restait plus qu'à traverser de nouveau à découvert pour rejoindre le lieu ciblé. Calvin se plaça à la lisière du mur et s'accroupit, il observa chaque sentinelle, traçant intérieurement leur champ de vision et se préparant à foncer lorsque l'occasion se présenta. " Maintenant. " Murmura-t-il à Teagan avant de réduire la distance entre le commissariat et eux. Ils passèrent à travers l'ouverture d'un grillage pour se réfugier derrière des containers laissés à l'abandon.

Ainsi à l'abri des regards, le conscrit souffla quelques secondes. Il s'assura visuellement du bon état de sa collègue avant de reprendre les rennes. A quelques pas, une fenêtre à moitié barricadée par des planches en bois. Il était plus que probable qu'elle servît à des gardes, forcer le passage ici leur demanderait trop de temps et trop de risque d'être découvert. Calvin releva le regard vers le haut : les étages supérieurs étaient une option, on risquait moins de les y attendre. Dans cette optique, il fallait emprunter l'échelle de secours. " Je vais monter en premier, au cas où il y a une sentinelle. Je te fais signe quand la voie est libre. " Il rengaina son arme et grimpa aussi rapidement que furtivement la série de barreaux. Arrivé en haut, il jeta un regard par-dessus la balustrade : un garde sur sa droite, qui épiait les alentours. Calvin s'approcha lentement, appréhendant ce genre de moment où il devait neutraliser furtivement l'ennemi : il n'était guère habilité à soumettre par la force, mais il pourrait se servir du poids supplémentaire de son armure pour supplanter celle de son adversaire. Que cette maudite année de service me serve... Donc, à portée, il porta ses bras autour du cou du garde, referma sa main sur les lèvres de celui-ci, et se hissa légèrement pour encadrer son corps avec ses jambes. Le garde tomba à la renverse avec lui et lutta en vain pour se libérer de cette masse de métal. Calvin dut supporter le choc de la chute et les tentatives de libération, mais il vainquit. Il relâcha la pression une fois la neutralisation complète et se hissa de nouveau sur ses jambes, s'assurant une dernière fois que le Varoc était bien dans les vapes avant de se pencher en contrebas pour faire signe à Teagan de monter à son tour. En se retournant vers le toit, il remarqua aussitôt la suite de leur itinéraire ardu : la trappe qui menait au dernier étage.



1323 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Dim 20 Aoû - 10:08


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



La réflexion prononcée à voix haute par le récupérateur permit à Teagan de faire un tri correct dans ses idées. S’appuyant sur la façon de penser de son coéquipier et sur ses choix, elle sépara le bon grain du mauvais à l’aide de quelques critères précis et pu éloigner le doute qui avait commencé à effrayer son esprit. Calvin était parvenu à allumer un candélabre au milieu d’un carrefour ténébreux et avait permit à la brune d’apercevoir les écueils qui menaçaient chaque chemin, dissimulés dans les ombres du bas côté.  Il avait fait la lumière sur les dangers mortels qui en marquaient tantôt le parcours, tantôt l’arrivée, de sorte à lui déconseiller pertinemment les itinéraires les plus funestes. Désormais, la varoc savait où aller et comment. La furtivité était de mise, et maintenant que l’homme lui avait assuré qu’il s’agissait de la meilleure décision, elle était prête à se confronter aux risques d’elle même.
Il avait uniquement fallu que le tadryen l’approuve dans ses choix, confirme l’une des hypothèses ou en infirme une autre, pour que la conscrite reprenne confiance en elle. Teagan débutait. Elle avait souvent trop de fierté pour avouer qu’elle manquait d’expérience et ne demandait jamais de l’aide. Elle aimait cette image de femme forte et astucieuse, survivante dégourdie et déterminée qu’elle donnait souvent, et même si elle prenait parfois conscience de certaines lacunes, elle jouait de ruse ou simplement d’improvisations pour toujours s’en sortir. Ainsi, elle ne montrait aucune faiblesse. Mais la varoc faisait des erreurs, elle s’en était rendue compte une dizaine de minutes plus tôt. Ce sceau d’eau froide qui lui avait tiré un frisson de honte et d’angoisse mêlées avait été une soudaine piqûre de rappel, et elle s’était souvenue de la nécessité de faire preuve d’humilité. Teagan n’avait pas la science absolue. Elle avait peut-être une âme de leader, mais la coquille qui enfermait ce souffle était fragile et manquait de la solidité de l’expérience. Elle avait encore besoin du soutien des autres, à défaut d’utiliser son savoir comme béquille. Et Calvin était le parfait pilier, elle en était convaincue. Peut-être que si la personne qui l’épaulait à cet instant avait été plus jeune, plus hésitante, ou au contraire, plus âgé et bien plus impulsive, la brune aurait misé sur les mauvais pions, cédant à l’instabilité du doute plutôt qu’à l’assurance d’un second avis. Elle les aurait alors menés à une mort certaine, par orgueil.
Il lui avait permit d’éviter de nouvelles erreurs. Encore.

Teagan approuva sa décision. Et lorsqu’il choisit de prendre les devants, elle n’émit aucune protestation.  Elle le suivit même avec un certain plaisir. Marcher dans ses pas lui permettait de voir, de vivre, d’autres manière de faire. Plus que de faire l’expérience de rôles échangés, la brune prit entièrement conscience de ce que chacun pouvait offrir à l’autre. De ce que cet homme avait à lui offrir. Elle l’observa avec attention, s’instruisant de ses méthodes, non pas meilleures, elle n’aurait pu dire si un comportement valait mieux qu’un autre, mais différentes. De ces paroles précises et réfléchies elle apprit l’importance de faire part de ses décisions à ses coéquipiers. De cette main protectrice qu’il posa dans son dos elle apprit à porter davantage d’attention au bien être de son équipe.

A le voir ainsi prendre les devants, la conscrite se demandait pourquoi le tadryen restait tant en retrait. Etait-ce par timidité ? Ou par mal-être ? Ce rôle lui seyait bien pourtant. Elle se retint cependant de lui en faire part. La précarité de leur situation ne requérait pas la futilité de telles remarques.


La brune consacra les quelques secondes à patienter contre le mur à surveiller les allers et venues des réfugiés rebelles. Elle s’était légérement déplacée en direction de l’angle pour pouvoir jeter à son aise des coups d’oeil de l’autre côté du bâtiment. Elle surveillait notamment l’un des varoc, un grand chauve à la barbe mal taillée. Il était lourdement vêtu mais avançait d’un pas souple. Les yeux vifs et son index chatouillant le cran de sûreté de son arme artisanale, il semblait être assez consciencieux de son travail et ainsi, plus attentif que ses compagnons d’infortune. Il approchait justement, et c’était son avancée qui inquiétait la nouvelle tadryenne. Ses prunelles papillonèrent de l’échelle de secours au militant de garde dans l’attente d’un signe de Calvin qui tardait à arriver, jusqu’à ce qu’enfin, on lui confirme que la voie était libre. Après un dernier regard au patrouilleur qui approchait, puis dans l’autre direction pour s’assurer de ne pas avoir été surprise par d’autres hommes, la brune s’approcha et grimpa les échelons qui la séparaient de son camarade.

Un nouveau coup d’oeil au corps inconscient, mais bien vivant, du réfugié aux pieds du récupérateur lui assura qu’il avait une seconde fois fait preuve de cette humanité qu’elle respectait tant. Sans un mot, elle suivit son regard jusque la trappe et déduisit aussitôt le nouvel obstacle qu’ils auraient à franchir. Teagan s’en approcha. Non pas qu’il serait difficile de la passer, mais il était tout à fait possible que d’autres survivants les attendent à l’étage supérieur, et ils n’auraient aucune visibilité. Pour combler cette cécité, la jeune femme s’en approcha silencieusement et tendit l’oreille pendant plusieurs secondes, à la recherches de voix ou de pas qui trouveraient écho jusqu’à elle.
Rien. Elle attrapa l’échelle relevée et la tira vers elle. Prise dans la rouille, Teagan du s’y prendre à plusieurs fois avant de la déloger, et ce uniquement en partie. Ils devraient grimper sur un support incliné. Elle se lança la première une fois avoir vérifié la solidité de l’installation et grimpa jusque l’écoutille où à nouveau, elle prit quelques instants pour s’assurer que rien n’approchait. Elle tira le loquet fatigué et poussa la trappe pas moins essoufflée dans un grincement peu rassurant. Les varocs semblaient préférer la grande porte que les sorties de secours et n’avaient vraisemblablement pas songé à utiliser celle ci depuis qu’ils avaient pris possession des lieux. Ce n’était pas une mauvaise chose.
La brune jeta un coup d’oeil à l’étage avant de s’y hisser. Rien à signaler.

- Tu peux monter.

Elle profita de ces quelques secondes pour s’approcher de la rambarde. En contrebas, le survivant chauve poursuivait sa ronde sans avoir été alerté par le bruit. Ce n’était pas pour autant que la conscrite désirait s’attarder à portée de vue. Une fois Calvin à ses côté, elle s’approcha de la porte pour rejoindre l’intérieur du bâtiment.

A peine eu-t-elle poussé le battant de quinze centimètre qu’elle dû faire face à une solide résistance. Teagan fronça les sourcils, fit une nouvelle tentative pour l’ouvrir sans plus de résultats. Elle jeta un coup d’oeil dans l'entrebâillement pour déterminer l’origine de cette soudaine opposition.
Il régnait dans la pièce un bordel sans nom. De nombreux meubles et objets en tout genre avaient été entassés pêle-mêle dans ce qu’elle imaginait un ancien bureau, au point d’en bloquer l’issue. La varoc n’aurait pu dire si ce déménagement trouvait son origine dans la prise de possession des rebelles ou s’il datait de plusieurs siècles, mais cela justifiait que la trappe ai été si rouillée autant qu’il n’y avait personne pour les surprendre. Cela ralentissait aussi leur progression.

- On a un soucis. Y’a un sacré merdier là dedans … Ca va être coton de passer.

Des yeux, elle chercha à voir s’ils pourraient se frayer un chemin dans les décombres. La pièce n’était pas entièrement remplie, peut-être pourraient-ils escalader plusieurs meubles encore assez solides. Dans le doute, la brune se recula un peu à la recherche d’une fenêtre accessible, en vain.

- Je vais y aller et je te bouge ça de l’intérieur pour que tu puisses passer. Il va falloir faire un peu de sport, mais on devrait s’en sortir si t’es toujours aussi athlétique qu’avant.

Teagan laissa une lueur malicieuse glisser furtivement dans ses yeux, étirer ses lippes. Sans attendre de réponse à cette taquinerie, elle se faufila dans l’embrasure. Quelques dizaines de secondes plus tard, elle parvenait à dégager le bureau pour permettre à Calvin de la rejoindre. Et au bout de bien plus longues minutes, elle atteignait la porte donnant sur le couloir.
La varoc attendit cette fois avant d’ouvrir brusquement la porte. Son oreille interne lui avait rapporté des bribes de mots. Un dialogue entrecoupé entre deux réfugiés, lui faisant involontairement part d’une seconde attaque, simultanée à la première, d’un autre côté du mur, à proximité du passage principal de canalisation alimentant la cité azurée. Teagan se raidit, regarda Calvin. Il était nécessaire de tenir rapidement au courant leurs supérieurs avant de continuer. Ca ne prendrait que quelques secondes, mais permettrait d’éviter une organisation foireuse. Elle chuchota pour lui en faire part.

- C’est trop risqué de lancer une communication vocale, tu peux essayer d’envoyer un message ?

De son côté, la jeune femme s'accroupit et chercha à voir à travers la serrure la position des deux varocs. Etaient ils déjà confronté au chef de l’organisation ?


                                                                         Nombre de mots : 1490

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Mar 5 Sep - 18:16

La fine équipe fut de nouveau reformée, ce qui ne déplut aucunement Calvin qui ne souhaitait pas faire cavalier seul au beau milieu d'un camp ennemi. Quelques mois plus tôt, il aurait très pu être un as de ce genre d'infiltration, mais il avait depuis longtemps cédé cette place dans l'Armée. Sans ses propres piliers, il serait incapable d'entreprendre ce genre de mission. Pour l'heure, Teagan convenait parfaitement à ses attentes, et ce depuis le début de leur coopération. Il la suivait, elle le suivait, pas une seule erreur commise qui compromettrait la tâche. Tout était parfait. Il la fixa quelques minimes secondes, la plaçant dans les rémanences de son équipe d'antan pour lui trouver cette place qu'avait la jeune femme. Sur le coup, l'amnésique ne sut réellement se décider : elle était différente, et c'était peut-être bien cette différence qui lui convenait. Il secoua intérieurement son esprit, ce n'était pas le moment de perdre le focus sur la mission. Les états d'âme ne viendront qu'après, en sécurité.

A peine entrés à l'intérieur – enfin à l'abri des regards acérés des sentinelles – que le duo se confrontait à bien des obstacles. Si la présence de gardes étaient inexistantes dans leur périmètre, il n'en restait pas moins qu'ils étaient de parfaits inconnus ici, des intrus qui ne savaient où aller, ni si c'était le bon moment pour y aller. La loi de Tadryon ne s'appliquait pas en ces ruines inhospitalières, c'était bien là tout le dilemme de ce projet vieux de deux siècles. Comment apporter l'ordre dans un monde chaotique ? Les Hommes étaient tombés bien bas, si les récits sur les temps paisibles bien avant le cataclysme étaient vrais. Calvin jeta son regard un peu partout sur le nouvel environnement, suivant de prêt la Tadryenne. Les rôles étaient de nouveau inversés, ou se mélangeaient-ils si bien qu'il en perdait le compte ? Ce ne fut en tout cas pas que ce dernier que le médecin perdit, étant donné l'espièglerie que fit preuve sa camarade dans cette situation épineuse. Sur l'instant, sa colonne vertébrale s'était raidit, ses lèvres décousues sous le casque n'eurent le temps de prononcer le moindre mot – tant son esprit peinait au même instant de construire une parade – seul un bref rire gêné, tout bas, ponctua cet échange singulier. Après quoi, les événements s'enchainèrent si vite tant il était quelque peu confus par l'initiative de Teagan. Les convictions tranchantes des bombardiers, en revanche, le firent aussitôt revenir sur terre. Sur la suggestion fort juste de sa collègue, il composa immédiatement le message à destination des équipes embusquées, qui pourront à leur tour faire remonter l'alerte là où il fallait. Quand je suis en ville, j'oublie beaucoup trop souvent à quel point le danger pèse sur nous.

Il n'y avait pas d'autres chemins à emprunter, pas de moyen de contourner. Il fallait ouvrir cette porte et se confronter à ces deux types qui semblaient avoir la main mise sur une bonne partie des opérations. L'occasion était, de ce fait, trop belle pour être ratée.
" Je vais les attirer. Lui chuchota-t-il, suffisamment près pour étouffer leurs manigances. Neutralise le premier qui franchit cette porte, je mettrai en joue le second. Il se redressa, les doigts fermement repliés sur son fusil. Il va falloir faire un peu de sport, mais tu en es capable. Dit-il pour renvoyer la balle gorgée de taquinerie. D'une main, il retira son casque et fit aussitôt travailler ses cordes vocales une fois les positions établies. Oh ! Il toqua fortement et plusieurs fois la porte. On vous attend depuis des lustres ! " Alors qu'il renfila son casque, Calvin sentit une certaine appréhension dans la venue des Varocs. Il retint son souffle et ses sens lui firent comprendre que l'un des deux optait pour un pas plus soutenu, le premier donc. Il adressa un hochement de tête entendu à Teagan et pivota vers la porte une fois que le Varoc la franchit. La visée du fusil s'aligna sur la cage thoracique du second qui n'avait pas bougé de sa position.

" Pas un geste. Le cerné souffla un juron, les mains libres levées à moitié en l'air. Le type était grand, il imposait par son style vestimentaire aussi haut en couleur que protecteur par endroits. Ses iris azurées trouvèrent l'arme rengainée de l'homme dans son étui à sa ceinture, avec un détail qui en rajoutait une couche dans son analyse visuelle. Le manche du revolver doré. Des vêtements propres, l'air moins crasseux. Une carrure plus développée que la moyenne. Il releva le regard sur l'énergumène. Pas de doute, vous êtes l'un des supérieurs de cet endroit. Si ce n'est le seul.
- Qu'est-ce que ça peut vous faire ? Si vous vouliez me voir en personne, il fallait sonner à l'entrée.
Calvin s'approcha un peu plus, doucement.
- Vous aviez déjà frappé à notre porte, c'était la moindre des choses de venir vous rentre visite. Le gusse grinça des dents, livré à lui-même maintenant que son collègue était hors d'état de nuire et que la grande majorité du bâtiment était vidé de ses forces. Où sont vos explosifs ? Aucune réponse. Répondez. Il redressa l'arme. Plusieurs secondes furent nécessaires à son déliement de langue.
- En haut. Calvin adressa un bref regard à Teagan, un nouveau silence approbateur.
- Après vous. " D'un geste, il invita le réfugié à ouvrir la voie.

Il leur fit franchir la porte adjacente, qui menait à une cage d'escalier pour atteindre l'étage supérieure. Ils atterrirent dans une grande pièce, avec une série de tables quasiment à ras à bord de pièces détachées. Quelques sacs étaient entreposés ci-et-là, visiblement vides, mais Calvin reconnut ces paquetages comme étant ceux que la troupe utilisait lors de leur départ. Parmi le bric-à-brac, des petits engins ressortaient de l'homogénéité métallique. La simple présence de diodes dessus lui fit comprendre que c'étaient les explosifs, de si petits appareils capables de causer une destruction massive. " Teagan, on doit faire vite. N'importe qui pourrait nous surprendre à tout moment. Il appliqua une pression suffisante contre le dos du supposé chef pour qu'il se plaque contre le mur, dépourvu d'opportunité de fuite à portée. Il y a trop d'explosifs, on ne pourra pas tout transporter. Il garda la visée braquée sur le précieux otage mais son regard était grandement concentré sur sa compagne. Il réfléchissait, indécis quant à la marche à suivre. Comme pour le sortir de ce pétrin mental, il reçut un message qui confirmait l'arrivée imminente des renforts. … Une diversion. Il fixa l'un des explosifs. On va faire sauter l'une des bombes à un endroit stratégique pour attirer leur attention et permettre à l'équipe de rentrer en force. Son attention se retourna vers la brune. Si on barricade cette pièce le temps de l'attaque, on s'assurera que les réfugiés n'aient pas accès à leurs bombes. L'otage demeura muet, n'ayant rien d'autre à endosser que le manteau du condamné. Reste à savoir ce qu'on fait de lui. Ils pouvaient le neutraliser et l'enfermer pour le récupérer plus tard, ou continuer de l'interroger pour étendre leurs options. Ce fut dans sa réflexion que le Tadryen remarqua enfin cet appareil qui dépassait de la poche du Varoc, cette radio portative dont la LED allumée signalait sa liaison avec le canal du groupe. Il s'approcha rapidement, lui arracha l'appareil et le jeta par terre pour la détruire d'un coup de laser. Enfoiré... " Calvin jeta un ultime regard à Teagan, un chouïa interdit.


1244 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 371
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Sam 9 Sep - 14:22


Exosquelette : Aucun Module
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Armes : P-2 Nixe
Objets : Aucun

Feux d'Artifice



Teagan ne put retenir le sourire amusé qui étira ses lèvres face à la répartie du récupérateur, et ce malgré la situation qui ne se prêtait en rien au rire. Lorsqu’elle avait lancé sa première taquinerie, le conscrit n’avait pas eu le temps de réagir. Peut-être au fond, elle même n’avait pas attendu qu’il trouve comment répondre avant d’agir, de sorte à éviter à Calvin l’instant gênant où il devrait faire face à une distraction dépréciable dans pareille mission. L’entendre y faire allusion, quelques péripéties plus tard, était plaisant, et confirmait à la brune la présence d’un certain sens de l’humour tout à fait appréciable dissimulé derrière ce visage trop souvent sévère. Elle n’en était pas peu fière. Il lui avait fallu plusieurs expéditions à ses côtés pour réussir à lui tirer ces simples mots, mais cela la confortait dans de vieilles et persistantes idées : le tadryen était bien plus complexe qu’il en avait l’air, et pouvait parfois trahir un tempérament moins méfiant avec qui pouvait s’en montrer digne. Faire partie de cette élite satisfaisait d’abord son égo, mais rendait surtout le récupérateur encore plus appréciable à ses yeux. La jeune femme aimait communiquer avec les autres. Elle aimait apprendre des hommes, grâce à leur savoir, leur expérience, leur vécu, leur proximité. Elle aimait parler, échanger. C’était facile avec bon nombre d’entre eux, très ouverts, mais le plus souvent, très superficiels. Leurs rapports duraient quelques semaines, lorsqu’ils se croisaient, puis chacun oubliait l’autre, gardant simplement au fond de lui une maigre trace de leurs dialogues et de la richesse de ces discours. Puis, dans d’autres cas, elle tombait sur des êtres bien plus complexes, qu’il était nécessaire de côtoyer un peu avant de pouvoir apprendre à les connaître, vraiment. Certains ne le souhaitaient vraiment pas. Ils rejettaient sa présence comme celle de n’importe quel autre inopportun et ce malgré toutes ses tentatives. Déterminée mais pas stupide, Teagan abandonnait, se disant que ceux-là ne valaient pas le coup. D’autre au contraire, finissaient par laisser apercevoir une petite étincelle de l’être qu’ils étaient véritablement, sous leur carapace. Et de ces hommes là, elle pouvait tirer bien plus qu’à de simples voyageurs trop loquaces. Découvrir que Calvin faisait partie de ceux là lui faisait chaud au coeur.

Teagan n’eu pas le temps de lui répondre pourtant. Tout comme un peu plus tôt, la suite des évènement se déroula trop vite pour qu’elle puisse se permettre de prononcer la moindre répartie. C’était dommage. Une série de mots brûlaient le bout de sa langue, parfaitement choisis pour rebondir sur les dernières paroles de son coéquipier. Tant pis. Sous ses ordres, elle vint se placer dos au mur juste à côté de la porte, prête à frapper le premier qui ouvrirai.
Le silence s’était fait dès lors que Calvin eu laissé entendre sa voix, employant volontairement des mots aussi mystérieux que provocants pour attirer l’attention des deux réfugiés. Les pas qui leur parvenaient étaient mesurés, mais les gestes précis. Le battant s’ouvrit à la volée et Teagan dut réagir immédiatement pour éviter de mettre en danger son coéquipier qui ne pouvait reculer. Elle ne choisit pas d’envoyer le plat de sa main frapper la gorge du varoc. Ce coup pouvait s’avérer mortel à une certaine puissance et elle n’était pas certaine de le maîtriser, même s’il s’agissait certainement de l’une des rares zones du corps qui n’était pas protégée par de lourdes étoffes. La brune choisit plutôt un geste vif en direction d’une de ses clavicules. Son index et son majeur appuyèrent derrière l’os vers le bas sur l’un des nombreux points de pression du corps, contraignant l’homme, bien plus grand qu’elle, à plier les jambes pour atténuer la soudaine douleur. Profitant de cet effet de surprise, elle enchaina avec un coup porté par son index, plié, droit sur sa tempe désormais accessible. Si elle avait correctement dosé sa force, le criminel s’en tirerait uniquement avec une commotion cérébrale, une fois ses esprits revenus.
La suite des opérations était entre les mains armées de Calvin, qui s’en sortait plutôt bien pour contraindre le réfugié à se soumettre à ses instructions d’ailleurs. La voix rauque et impartiale, un ton froid et sévère, le tout agrémenté d’une petite ironie pleine de rancoeur, il aurait été mal avisé de désobéir. Sans s’opposer à ses méthodes, Teagan laissa le récupérateur mener la danse jusqu’à ce qu’ils tombent sur l’arsenal du groupuscule, un étage plus haut. Celui ci s’avérait plus importait qu’elle ne l’aurait cru après l’expédition partie une quinzaine de minutes plus tôt. Cette quantité compromettait le semblant de plan qui avait prit forme dans son esprit, et la suite des évènement compromettait celui que la matière grise de Calvin avait commencé à fomenter.
Découvrir la radio dissimulée dans les poches du varoc tira à la conscrite un frisson d’horreur. Le plan tombait soudainement à l’eau, et avec lui coulait l’avantage de leur discrétion. Alors même que le binôme avait le dessus à l’instant, se faire rejoindre par une micro armée de réfugiés équipée risquait fort bien d’inverser les rôles.
Teagan fut la première à réagir. Non pas qu’elle ai déjà une idée de comment les sortir de ce pétrin, mais elle imaginait déjà comment repousser l’inévitable. Laissant le varoc sous l’étroite surveillance de Calvin, et de ce fait la radio encore fonctionnelle, elle se précipita dans le couloir pour avoir une meilleure idée des atouts qui pouvaient être mis à leurs dispositions. Des escaliers, elle ne tarderait pas à entendre les premiers éclats de voix des terroristes alertés, leurs lourdes bottes sur les marches. Son oeil glissait précipitamment d’une porte à une autre à la recherche d’un meuble pour leur bloquer furtivement la route, ou d’une échappatoire. Rien. A défaut de trouver quoi que ce soit à l’extérieur, elle revint les enfermer de l’intérieur.
Son esprit s’agitait, à la recherche de la meilleure solution. Demander poliment à leur otage d’ordonner le retrait des troupes n’était pas envisageable. Faire disparaître les munitions grâce à une explosion causerait des pertes matérielles inutiles, la garde de la ville azurée leur trouverait certainement une utilité quelconque, sans compter du danger qui menacerait leurs propres vies. A éviter. Attendre sans rien faire l’arrivée de renforts n’était pas très alléchant non plus. Quoi que la diversion dont parlait Calvin soit particulièrement bien trouvée désormais, rien n’assurait qu’ils puisse s’en sortir, non pas sains mais au moins saufs, avant que la troupe tadryenne ne parvienne jusqu’au commissariat. Les barricades dont le récupérateur parlait n’étaient en rien prêtes et ils n’auraient certainement pas le temps de s’en occuper tout en gardant à l’oeil le chef du groupe dont les armes étaient à quelques mètres. D’autant plus qu’une partie des effectifs avait pu décider de se préparer à ce que l’équipe arrive. Cette idée n’était donc plus à considérer, et peut-être même à complètement changer. Ils pourraient bien envoyer les volontaires droit dans un piège.
Mais alors quoi ?

L’idée première était de gagner du temps, c’était le plus évident. Teagan s’approcha du varoc, son arme appuyant soudainement sur sa gorge, juste sous la mâchoire.

- Il y a combien d’accès à cet étage ?

Elle fronça les sourcils, peu patiente.

- Réponds !

Avaient-ils le temps d’attendre qu’il daigne répondre ? Il cherchait à les ralentir. Elle grogna, rengaina le P-2 dans son holster et se dirigea vers larges tables.

- Peu importe. Je vais faire sauter les escaliers. Au cas où, montes sur le toit, il doit y avoir un passage. Ce genre de bâtiment à toujours le toit plat, vas savoir pourquoi. Normalement, les gravats devraient bien les ralentir, et avec de la chance, définitivement. Si on a beaucoup de temps, j’en profiterais pour remonter une partie de ces munitions pendant que tu surveilles cet enfoiré. De là haut on pourra surveiller la progression des tadryens tout en nous en prenant aux défenses des réfugiés.

Tout en parlant, la brune se saisit de plusieurs explosifs. Elle en prit suffisant pour s’occuper de divers passages stratégiques, puis fila dans le couloir. En se dépêchant, elle espérait atteindre l’escalier menant du second au troisième étage. Ainsi assurait-elle une retraite possible par le bureau encombré utilisé à leur arrivée. L’idée était bonne, mais les secondes s’égrenaient bien trop rapidement. Plutôt que de déposer les bombes artisanales, elle choisit de déclencher le retardement avant des l’envoyer au travers des marches. Cette fois ci, elle ne pourrait décider de la vie et de la mort de chacuns de ses assaillants, mais au moins assurait-elle que la sienne et celle de Calvin persiste encore un moment.

L’explosion ébranla l’ensemble du bâtiment, fragilisé par des siècles de vents violents et de pluies acides. Les dégâts risquaient peut-être d’être plus importants que souhaités. Ceci dit, rien qui, pour le moment, ne compromettait l’idée de la conscrite. Un peu sonnée, elle se lança dans le couloir à la recherche d’un second accès.

                                                                         Nombre de mots : 1476

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 484
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle Dim 17 Sep - 15:02

L'attention de Calvin était éperdue sur la radio qu'il venait de bousiller d'un coup de laser. S'il avait remarqué plus tôt ce stratagème, s'il avait pris soin de fouiller leur otage… Ils ne seraient pas dans un tel pétrin. D'ailleurs, son regard se recentra aussitôt sur le chef de cette bande, ses phalanges s'écrasant sous l'emprise du revolver qu'il tendait en sa direction. Cet homme était malin et cachait peut-être d'autres outils – notamment une arme – dans ses poches. Teagan virevoltait dans les couloirs, à la recherche d'une solution, il ne pouvait pas entreprendre une fouille seul. Mais surtout, Calvin n'était point rassuré d'être seul face à une telle énergumène. Les Varocs présentaient des extrêmes beaucoup trop troublants pour le citoyen qu'il était : soit ils crevaient la faim, soit ils crevaient leurs voisins. Comment de tels individus pouvaient coexister dans cette désolation ? Comment avaient-ils pu laisser l'Anarchie naître de leurs cendres ? Son rythme cardiaque s'intensifia, le Tadryen respirait un peu plus fort. Maintenant qu'il y pensait, il devait avoir un paquet de cigarettes dans sa besace…

Sa collègue les isola une nouvelle fois en revenant sur ses pas. Calvin était encore trop désemparé sur le moment pour réfléchir à une issue, il plaçait limite tous ses espoirs sur le sang-froid de Teagan. Ils en vinrent à la menace, mais cela ne fonctionna guère. Le médecin souhaitait, lui aussi, extérioriser toute cette pression que ce monstre venait de leur balancer. Il songea l'espace d'un instant à tirer, sur un membre qui le ferait souffrir et réfléchir aux conséquences de ses actes. La main ? L'épaule, pour incapaciter tout le bras ? Le pied, pour faire traîner sa sentence ? Il y avait tant de choix. Le regard du Tadryen s'assombrit, il pourrait très bien faire un tir de sommation, mais est-ce que cela serait suffisant ? Pouvaient-ils vraiment se le permettre ? Au final, Teagan prit en main la suite des opérations. Sur le coup du stress, Calvin ne sut quoi retorquer à ce plan : c'était un plan comme un autre et c'était le seul qu'ils avaient à présent. Il hocha de la tête et entraîna l'otage avec lui.
" Sois prudente. " Dit-il instinctivement avant de quitter la pièce. Il appuya la pression de son Helhest sur le dos du rebelle et posa sa main libre sur son épaule pour maintenir la proximité et le danger. " On va sur le toit et nulle part ailleurs. Sinon, tu meurs avec nous. " Sûrement intimidé par le potentiel de ses joujoux dont la jeune femme se faisait un plaisir de rassembler, il obtempéra et amena le conscrit jusqu'au lieu sauf.

Du moins, ce fut ce que Calvin aurait voulu croire. L'astre ardent frappa son casque et l'éblouit l'espace d'un instant, tout autour d'eux se faisait entendre la panique des Varocs. Au loin, l'un d'eux s'époumona d'envahir le commissariat. Le Tadryen jeta un coup d'œil bref en contrebas et aperçut les sentinelles postées un peu partout quitter prudemment leurs postes respectifs. Ils n'étaient pas si nombreux que cela pour une unité Tadryenne, mais en l'état les forces de la Promise n'étaient composées que de deux conscrits dont le plan d'infiltration venait de tomber à l'eau. Quelle fierté de faire partie de la fine fleur de l'Humanité. Il releva la tête. Juste à temps pour apercevoir le reflet éclatant d'une lunette de sniper. Le coup partit et son réflexe de se mettre à couvert permit au tir d'arracher uniquement le flanc du casque, et non pas traverser de part en part sa boîte crânienne. Calvin se réfugia derrière le muret, en position de faiblesse. Si le sniper – posté à un immeuble annexe – ne pouvait l'atteindre, ce n'était pas le cas de l'otage qui était à présent libre de ses mouvements. Un coup de pied de ce dernier lui fit lâcher son revolver. Ils se retrouvèrent dans une lutte à terre, où Calvin peinait à renverser le rebelle à cause de sa carrure et ce dernier n'arrivait pas à faire flancher le poids de l'exosquelette. Calvin grinça des dents, il devait régler ce problème au plus vite avant que Teagan ne le rejoigne : le tireur d'élite était pile dans l'angle de la porte menant au toit.

Soudain, une secousse frappa le bâtiment, éloignant les deux lutteurs de leur mortelle étreinte. Calvin prit appui sur son genou ; Teagan avait fait sauter une première charge, mais pour avoir essuyé le tremblement, il doutait que les fondations survivent. Lorsque le rebelle se releva – trop rapidement pour que le Tadryen ait le temps de sortir le fusil de son holster – le conscrit se jeta en sa direction et l'agrippa. La propulsion lui permit de faire pivoter le Varoc autour de lui, afin de s'extirper de la visée du sniper. A la base, il souhaitait juste s'en servir comme otage, mais le tireur d'élite avait eu la gâchette facile et avait tiré au moment où Calvin s'était manifesté. Résultat : le conscrit avait un cadavre sur les bras, tout juste bon à servir de bouclier humain. Le médic fit en sorte de reprendre son sang-froid en premier et profita de la confusion pour dégainer son fusil d'assaut, il vida une cartouche complète sur le tireur embusqué. Ce dernier s'était mis à l'abri à temps, mais Calvin était certain que sa salve l'avait touché. Le Tadryen plaça son arme sur le muret, en position de tir. La visée de sa lunette lui fit comprendre qu'il avait endommagé l'arme du tireur et que ce dernier semblait se lamenter sur ses blessures. Soulagé, il fit immédiatement la liaison avec l'exosquelette de Teagan.
" Je suis en haut, mais il y a eu du grabuge… Il pencha la tête pour évaluer à nouveau l'avancée des rebelles. Plusieurs étaient déjà entrés dans le commissariat et d'autres arrivaient, certains semblaient faire le tour, conscients que des renforts Tadryens allaient pointer le bout de son nez. En levant les yeux au ciel, l'un des Varocs remarqua ce casque qui dépassait du toit et signala son intrusion. Calvin se réfugia aussitôt derrière le muret, plusieurs tirs écorchèrent celui-ci sans l'atteindre. Ils savaient maintenant où chercher, malgré tout il faisait confiance à Teagan pour les ralentir. Quand tu arriveras au toit, accroupis-toi immédiatement : ils tirent sans ménagement. " Ajouta-t-il en message vocale.

En sécurité pour un certain moment, Calvin profita de l'accalmie pour retirer son casque endommagé, et constater que le tir de tantôt lui avait quand même effleuré la tempe. Il porta sa main sur son gel médical mais se retint de l'utiliser sur-le-champ : il préférait évaluer d'abord l'état de sa partenaire avant de répartir les soins. Les doigts crispés sur son E-3, il tenta d'établir la connexion avec l'équipe censée les soutenir en vain. Et comme pour répondre à cette détresse grandissante, le commissariat sembla trembler de plus en plus ; là, sur sa droite, il était certain que cette fameuse fissure au sol n'était pas là à son arrivée.



1161 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
 
Feux D'Artifice - Calvin Lovelace | Teagan Ehle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Varosha-
Sauter vers: