Partagez | 
 

 -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 18 Juil - 4:22

♦ Une chasse aux sorcières ♦


Inventaire de mission:
 


C'était le calme plat. Carmen s'aventurait silencieusement sur les plaines damnées prenant soin d'inspecter les moindres carcasses gisant ici depuis on ne sait combien d'années. Parfois on pouvait trouver le cadavre d'un pauvre forcené le ventre à terre, manifestement pas assez attentif au moment fatidique. D'autres fois vous pouviez trouver une veille besace, probablement vide. Dans cette partie du monde tout semblait mort. Même les minéraux convoités semblait sortir de la terre comme d'un cercueil. Si tant est que vous ayez déjà contemplé un cadavre sortir de son repos éternel. Le vent traversait ce qui semblait être une grande plaine désolée faisant chanter les cristaux de jais aussi coupants qu'une dague de coupe-gorge. Un souffle ténu agrémenté d'un mi fébrile était tout ce qui accompagnait les pas feutrés de Carmen. Elle prenait un temps certain pour éviter de briser un débris par inadvertance. Elle se devait d'être aussi silencieuse que l'endroit, à l'affut du moindre indice qui pourrait l'aiguiller sur ses recherches.

L'affaire est simple, alors que Carmen s'entraînait une énième fois à dessiner les courbes d'un serpent sur le cuir d'une victime de la chasse ses oreilles surprirent une discussion. Deux apprentis eux même affairés à leurs tâches discutaient de légendes urbaines en tous genres. La logique voudrait que, lorsque vous faites partie d'une société extrêmement communautaire et réservée aux yeux d'un monde aveugle, les histoires mystérieuses aient un sens tout autre. La logique voudrait aussi que de tels contes soient entendus comme une idée et non une réalité. Mais Carmen devrait également se souvenir que le cerveau humain est loin d'avoir une logique infaillible, et que bien souvent il fabules avec grands espoirs des rêves à jamais inassouvis. Parmi eux, l'histoire d'une femme parcourant le no man's land retenu l'attention de la jeune tatoueuse. Il est rare que l'on s'aventure seul dans cette partie du monde à moins d'être extrêmement téméraire ou très sûr de soi. Je vous laisse le soin de conclure ce qu'il en est en ce jour pour Carmen. Non seulement Nathan, l'un des apprentis, affirmait que cette jeune femme avait été aperçue régulièrement en ce même endroit pendant plusieurs mois, mais il semblerait qu'elle soit capable de survivre dans cette terre sans ressources grâce à un pouvoir bien fascinant. Selon lui la nomade créerait des geyser pour étancher sa soif et ferait apparaître arbres fruitiers et autres créatures si la faim se faisait sentir. Son interlocuteur eut tôt fait de rire à ces propos fantasques, bien que l'indécision l'habitait au fur et à mesure que son ami lui présentait des « preuves ». En vérité, il lui présentait des « doutes » qui se distillaient savamment dans un recoin de ses réflexions.
Le problème, c'est que ces doutes prenaient une autre forme dans un recoin de celles de Carmen. Il y a toujours une part de vérité au départ de toutes légendes, prenez spectre par exemple. Si de telles choses lui semblaient impossible la seule explication logique voudrait que la nomade soit en fait une fille d'Ohibaan. Mais une telle personne stagnerait autant dans un même endroit sans créer de vagues ? Une autre explication commençait à fleurir au sein de la curiosité de notre amie bleue : et s'il existait de petits Eden en plein milieu de cette zone abandonnée ? Il ne fallait pas être aveugle pour se rendre compte que la nature avait reprit ses droits depuis l'époque floue de l'ancien temps, peut être l'avait elle finalement fait dans cet endroit... Mais dans cette théorie, que représentait la nomade ?

Trop de questions commençaient à l'envahir, si bien que Carmen n'avançait plus d'un centimètre alors qu'elle tentait de garder sa concentration sur son morceau de cuir gravé.

Elle entreprit d'en avoir le cœur net. Dans le meilleur des cas elle aurait des modèles à dessiner sur son carnet, les natures mortes ne manquaient pas dans la région. Dans le pire des cas elle aurait perdu son temps et prit des risques inconsidérés. A vrai dire, l'idée lui paraissait plutôt excitante. Personne ne s'y aventurait aux heures tardives car la rumeur de brigands organisés à la recherche d'infime trésors non découverts était persistante. Si elle ne faisait pas de feu elle ne serait pas repérée, ces pillards eux en auraient forcément. Dans le cas où elle aurait la malchance de tomber sur un tel groupe elle les verrait de suffisamment loin pour les contourner ou s'en cacher. De plus la couleur de ses vêtements en un décor si noir serait à son avantage.
L'affaire était dangereuse, mais peu des choses qu'entreprenait Carmen ne l'était pas. De son point de vue, ce danger était tout à fait considéré. Et au pire, elle n'en reviendrait pas, à qui donc manquera t elle ? Ho certes il y aurait bien Néréïde et son charmant ami, mais ils s'en remettraient. Bien sûr, elle ne comptait pas sur son décès. L'idée de la mort était présente dans chacun de ses faits et gestes, vous vous y habituez au fil du temps.

Carmen parti donc le lendemain armée de son carnet de note à la couverture bleue, une fameuse idée de son maître tatoueur, et de quelques morceaux taillés de charbons afin de ne pas rentrer sans esquisses. Elle voulait changer d'air, une fois sur place elle regrettait de n'avoir pas prit plus que son habituelle chemise noire et sa demie cape de même couleur. Elle prit soin de protéger son visage des intempéries et s'arrêtait de temps à autres devant de grandes carcasses animales.

En suivant les vagues indications qu'elle avait entendu, plus ce que la carte du hall lui rappelait, Carmen finit par se perdre dans ce qu'elle pensait être le coin nord ouest des plaines damnées. Heureusement son sens de l'orientation n'était pas si terrible que cela. Elle se savait rentrée en une demie journée de marche dans le pire des cas. Le problème allait sûrement être la grande faim une fois devant le pan de sa porte, rien d'insurmontable mais très, très, très désagréable. Ce ne serait pas la première fois qu'elle part dans un endroit hostile pour y passer une bonne journée et revenir sans manger. La différence serait l'éclairage et le grand espace … Et la faune locale.

Cela faisait des heures qu'elle parcourait l'endroit à la recherche de la moindre verdure pouvant éventuellement rappeler cette fameuse rumeur. Tout ce qu'elle voyait était inondé par les dernières lueurs du soleil se couchant sur ces grandes plaines poussiéreuses. Les nuages oscillaient entre le gris foncé et le violet froid, offrant une couverture lugubre à l'endroit. Carmen allait entreprendre de sortir une énième fois son carnet pour revérifier quelques notes concernant la préparation de la couleur orange. Quel est le rapport ? Pourrait on penser. L'idée est bien simple, c'est en regardant le soleil dormir que Carmen se souvenait que le orange commençait à manquer dans l'atelier. Et si ses souvenirs étaient bons, il lui faudrait extraire une plante sur le retour. Le détail fâcheux est que la préparation des couleurs n'est pas une grande source d'inspiration et que Carmen oubliait quasi systématiquement comment préparer ses couleurs. Cela lui valait les remontrances de son maître et une remarque cinglante du type : « Il aura fallut qu'elle te peigne pour que tu te souvienne de la recette d'au moins l'une d'elle !»
Malgré le manque de charme et de tact dont son instructeur faisait preuve, il n'en avait pas moins raison.

Un bruit sur son flanc gauche sortit vivement Carmen de ses pensées, elle jurerait avoir entendu un bruit sourd et grave provenir de la zone en contre-bas à quelques mètres de là. Sans plus attendre elle alla se cacher derrière un large pan de cristal noir en prenant soin de faire le moins de bruit possible. Son menton bleu trahissait une bouche angoissée alors que sa capuche recouvrait le reste de son visage. Sans un bruit ses yeux tournaient à droite et à gauche tentant de définir quels mouvements avaient pu faire un tel son. On aurait dit comme un bâton que l'on plante dans le sol, mais le sol était tel qu'il était fort improbable d'en être la cause. Si cela avait été un bruit de pas, alors pourquoi était il seul ? Un tel pas est souvent accompagné d'une enjambée. Une côte de carcasse serait tombé ?
Lorsque l'on est si peu équipé, la paranoïa s'appelle prudence.

* J'attends 10 minutes, s'il n'y a rien je sors et je rentre comme prévu. *



1389
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 18 Juil - 19:33


Inventaire :
 

Tes pas s'enchaînant alors que ce même fracas se faisait entendre sous chacune de tes avancées, une sonorité des plus singulières, à laquelle tu t'étais habitué au fil des années là où tu avais survécu de bien nombreuses fois de par la simple résistance de ce cercueil de métaux. C'est ainsi que tu t'étais enfoncé en cette journée au cœur des plaines damnées, lieu que tu ne commençais que trop bien connaître, les simples cadavres s’enchaînant, se multipliant au fil du temps. Nouveaux morts se contentant de modifier ce paysage déjà lugubre alors que tes expéditions se ressemblaient toutes, s'enchaînaient toutes en chaque nouveau jour. Tu étais là, seul en ces parcelles absentes de vie alors que tu avais laissé ton équipe retourner à l'avant-poste, la nuit se profilant déjà après votre tardive patrouille en cette journée. Tu avais fait savoir à ton supérieur que tu avais encore des affaires à régler dans le coin, rien de bien extravaguant alors qu'il t'avait accordé ce droit, ton ancienneté ayant sans doute fait son effet. On ne pouvait que se dire qu'un homme toujours vivant malgré une carrière comme la tienne savait se débrouiller quelques heures seul dans le no man's land. Ton choix il avait surtout été motivé par la curiosité.

Cela faisait donc quelques temps que tu avais pu ouïr des rapports concernant la présence, l'errance avérée depuis quelques semaines d'une personne en ces plaines n'appartenant aux fils d'Ohibaan ni à Tadryon alors que d'autres personnes avaient déjà menées leur enquête concernant les sorties récentes ou encore entrées. Le plus fascinant en ces écrits informatisés était le fait que la concernée parfois entrevue semblait survivre en ces terres avec une aisance déconcertante ne craignant prédateurs, climat ou encore les propres afflictions de son corps comme la faim ou la soif. Les rumeurs disaient même qu'elle survivait grâce à une chose, grâce à ce qu'on appelait la magie alors que toi pragmatique comme tu étais tu n'y croyais point. Il devait y avoir une explication logique, bien loin d'une quelconque croyance surnaturelle ou divine même si tu avais du mal à entrevoir comment il était possible d'ainsi vivre en ces terres bien au delà du confort des murs sans finir dévoré par un crastilis ou encore la clivia. Tu avais depuis longtemps oublié les différents facteurs en lesquels d'autres peuvent parfois jurer comme la chance. Il y avait quelque chose qui permettait à cette inconnue, cette femme de survivre et tu souhaitais pouvoir te faire ta propre opinion et peut être réussir à tirer cela au clair.

Longue marche t'ayant porté en contre bas d'une hauteur, d'un point d'observation tout juste à quelques mètres au dessus. Tu avais fini par pianoter le long de ton bras affichant une vague carte des lieux alors que tu te trouvais non loin de ton objectif, du dernier endroit où la faiseuse de miracles avait été aperçu. Tu te dirigeas dès lors vers la pente qui devait te permettre de rejoindre ce point d'observation qui semblait quelque peu dominer les environs à défaut d'outrepasser les titanesques ossatures qui s'extirpaient de la terre. Tu vins dès lors instinctivement attraper ton arme de poing une fois arrivé en haut mettant en joue sans attendre la silhouette qui se trouvait face à toi alors qu'elle avait sans doute voulu se soustraire à ta présence, des paroles se liant à ton acte. « - Retire ta capuche puis lève les mains en l'air sans le moindre geste brusque et décline ton identité. »

Tu avais fait simple à son attention alors que tu appréhendais la découverte d'une autre personne en ces lieux, à cette heure et tout particulièrement sans carcasse de métal autour de son enveloppe charnelle. Tu craignais être tombé sur une fille d'Ohibaan de par son absence d'exosquelette alors que tu avais dès lors conservé plus qu'une distance raisonnable avec sa personne. L'astre orangé pour simple spectateur laissant place à l'obscurité en cette scène. Tes iris balayant en parallèle les lieux à la recherche d'un autre individu, d'un complice de la jeune femme.


676
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 18 Juil - 20:45

♦ ► ♦




Lorsque Carmen réalisa que son angle mort lui fit défaut elle soupira d'exaspération. Dire qu'elle avait évité jusque là le pire, c'est évidemment au moment où elle se persuade de rentrer qu'elle tombe sur une autre âme isolée. Cette dernière était en armure Tadryenne complète, ce qui ne faisait aucun doute sur son identité. Lorsque les mots inquisiteurs de l'homme se firent entendre Carmen leva les yeux au ciel.

*Un timing parfait ...*

La jeune femme se releva lentement portant les deux mains aux ciel. L'une d'elle tenait son carnet entre sa paume et deux doigts les autres levés, elle n'avait pas eut le temps de le ranger et cela aurait été que trop suspect de le faire maintenant. Sa capuche encore tombante elle entreprit de faire signe à l'intrus de prendre patience, ceci en avançant légèrement la paume libre pour montrer une certaine coopération. Elle descendit alors très doucement cette main bleue vers les bords de sa capuche puis dévoila son visage. D'ordinaire elle ne l'aurait certainement pas fait, mais notre ami avait des arguments convaincants avec son attirail militaire. Relevant le bras lentement Carmen identifia plus avant son geôlier de ses petits yeux jaunes. Les plaques métalliques étaient savamment agencées et quelques ouvertures restaient intéressantes. On pouvait noter un petit point faible au niveau des aisselles et du creux des genoux. Du moins, c'était une supposition puisque l'arrière des jambes n'étaient pas visuellement accessible. Ce rapide tour rappela tout ce que Carmen avait apprit à propos des exosquelettes. C'était en effet un petit bijou intéressant, et dire que toute l'armée Tadryenne en porte vous fait revoir le concept de richesse dans ses grandes largeurs. Si ses mouvements avaient été libres, elle aurait bien voulu faire quelques croquis mais elle se garda l'affaire pour un autre jour. Pour l'instant il fallait répondre de manière à ne pas effrayer notre interlocuteur. Nous le savons bien, un militaire qui a peur est un militaire qui tire. Ce n'est pas que Carmen soit effrayante, mais la couleur de sa peau pourrait la faire passer pour un être évolué. Etre une fille d'Ohibaan aux yeux d'un Tadryen est rarement une bonne chose.

Avec un ton mêlé entre exaspération et prudence la jeune spectre tenta de calmer le jeu :
" Je crains ne pas pouvoir satisfaire vos demandes car je ne connais que mon prénom. Je ne suis pas armée, puis-je vous demander de baisser cette arme ? "

Le vent secouait légèrement la cape ne laissant effectivement qu'entrevoir de simples vêtements noirs. Il y avait bien une ceinture d'où un petit sac en toile manifestement vide y était attaché, mais son contenu se trouvait dans la paume droite de Carmen. Le bouts de charbons étaient au fond de ce petit sac, mais leurs poids étaient bien trop infimes pour êtres perçus à une telle distance. De toutes manières, hormis redécorer l'exosquelette de cette étrange personne, Carmen n'allait pas être en mesure de cause grande nuisance.
On pouvait déterminer que le vent soufflait un peu trop fort sur les jambes et l'abdomen de Carmen, car des frissons de froid commençaient à poindre. Ses jambes légèrement tendues lui intimait de ne pas courir. L'endroit était trop dégagé, il avait une arme qui pouvait la neutraliser, et ce dans le meilleur des cas, depuis une assez longue distance et elle n'avait que sa langue pour seule défense.

On garde souvent à distance les gens par des mots et Carmen comptait bien les utiliser de cette manière. En revanche il fallait tout de même réduire de quelques mètres cette fameuse distance afin de passer de l'état d'alerte à celui du questionnement. Si elle voulait s'en sortir sans trop de soupçons il fallait passer du cadre militaire à celui du social. Elle ne s'attendait certes pas à des éloges mais elle fit signe de la tête au Tadryen qu'elle ferait le premier pas, les mains toujours levées, la tête légèrement baissée afin de lui lancer un regard presque en coin, celui de la commune entente.
S'il relève son arme elle s'arrêtera sur le champ et s'il comprenait le message de trêve elle s'arrêtera à une distance raisonnable pour parler sans lui crier dessus. La neutralité obligeant il fallait quand même donner l'impression à cette personne qu'elle n'était pas en excursion néfaste, aussi, elle fit mine de se diriger vers la carcasse qui se situait devant les cristaux derrière lesquels elle se cachait auparavant. Comme s'il l'avait interrompue dans une quelconque affaire d'étude.




745
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 18 Juil - 23:37


Inventaire :
 

Un rictus d'étonnement, c'est ce qu'elle aurait pu entrevoir si tu n'avais porté ton casque lorsque sa main vint chasser sa capuche alors que tu n'avais guère fait attention plus tôt à la teinte de ses mains ne t'y attardant que maintenant, décrivant en même temps l'objet qu'elle tenait, un carnet ou tu ne savais quoi, rien de bien dangereux. Tu ne perdis la moindre seconde pour une nouvelle fois l'épier de façon plus prononcée encore et encore, curieux de la teinte rare de ses iris tandis que tu cherchais aussi une anodine arme auprès de sa silhouette. Sa ceinture simplement là pour retenir son pantalon en toile et une petit bourse en laquelle ne pouvait se cacher réellement une arme de par sa taille. Pour toi il n'y avait dès lors plus le moindre doute sur l'origine de la jeune femme même si ta raison t'intimait malgré tout de ne point lui porter un jugement bien trop hâtif. Elle te paressait quelque peu confiante cependant là où elle s'était mise à se mouvoir après t'avoir concédé un semblant d'information, une parole relativement des plus insatisfaisante pour un individu comme toi, pour un militaire. Tu n'avais sûrement rien à craindre alors qu'elle ne pouvait au mieux que te cacher un simple couteau, une bien maigre arme pour passer le blindage d'un exosquelette.

Tu ne t'étais point fait prier pour te mouvoir en parallèle à chacun de ses gestes même si tu avais quelque peu abaissé le canon de ton arme. À chacun de ses pas tu en enchaînais un autre à l'opposé là où tu avais clairement compris où elle souhaitait se placer. Les questions ne te manquaient pas, les mots te brûlant les lèvres dès lors cédant face à ta patience et cette situation. « Fille d'Ohibaan je suppose. » L'absence d'armure et une nouvelle fois la teinte de sa peau te confortant dans le raisonnement que tu tenais. Tu rajoutas ceci à ta précédente parole afin de développer ton questionnement à son attention. « Ou habitante de Tadryon imprudente ? » Dans le second cas tu avais déjà pensé à une méthode afin de t'assurer de la véracité des faits. Il était préférable d'éclairer ce point tandis que tu voulais précisément savoir à quoi t'attendre. C'est sur cette pensée que tu baissas une nouvelle fois un peu plus ton arme avant de conclure par ceci l'aspect de la rencontre. « Et ton prénom sera bien suffisant pour commencer. » Tu voulais avoir tout bonnement le plus de cartes possibles en main vis à vis de sa personne, de ton interlocutrice alors qu'elle semblait effectivement seule, ce qui ne cessait d'encore et toujours tirailler ton esprit.

« -Je serais curieux de savoir ce qui pousse une jeune femme à se balader ici tout particulièrement en cette heure avec un simple carnet et sans doute ce qu'il faut pour écrire et n'en profite pas pour éluder mes deux précédentes requêtes s'il te plait. » Prenant les devants sur cette réplique, elle tremblait, le froid nocturne tout comme le vent se levant pour laper son enveloppe charnelle alors que tu lui accordais toujours le droit de se mouvoir. Tu vins donc replacer ton arme en son holster, gardant toujours une main auprès de celle-ci au cas où un imprévu finisse par se présenter. Tu ne tardas quant à toi par la suite à réagir à l'opposé de ce qu'elle avait fait, ôtant ton casque d'une main pour pouvoir profiter de la fraîcheur du soir qui se profilait. Elle représentait cependant un contre temps repoussant et réduisant ton temps d'exploration au cœur de ces terres à la recherche de la fameuse sorcière, en tout cas cela ne pouvait être elle, la fameuse magicienne aurait déjà trouvé une solution pour se sortir de tes paroles inquisitrices.

Cela ne t'empêcha dans l'instant qui suivit toujours de te rapprocher du bord de cette hauteur tout en t'y tenant à une distance raisonnable afin d'observer en contre bas un quelconque signe de vie avant de définitivement reporter ton attention sur elle, sur la demoiselle dont tu ne pouvais suspecter la réelle identité la décrivant par curiosité une nouvelle fois. Étonné face à ce que la nature pouvait réaliser, face à l'exotisme qu'elle pouvait instiguer en ce monde, pour une fois que la prédatrice de l'Humanité, de Tadryon n'avait pas mis sur ta route une monstruosité sanguinaire mais tout simplement une humaine ou une mutante au pire des cas. Tu savais qu'au moins tu ne pouvais finir éventré.


748
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 0:57

♦ ► ♦



L'homme semblait prudent mais baissait son niveau d'agressivité. Il semble que cette situation puisse s'arranger et qui sait peut être Carmen pourrait elle tirer profit d'un soldat Tadryon. Il semble que sur certains de leurs exosquelette on puisse avoir accès à une sorte de carte. Avantage sensible en ce qui concerne la raison de sa venue ici. Lorsqu'ils arrivèrent tous deux à une distance raisonnable Carmen finit par détendre totalement ses bras, resserrant son carnet sur son flanc droit. La demi-cape reprenait ses droit retombant ainsi le long des ses bras.
Au fur et à mesure que les questions fleurirent la jeune femme analysait le militaire cette fois ci de plus près. Il semblait moins nerveux bien qu'une habitude quasi protocolaire était encore perceptible dans ses faits et gestes. Son expression était quelque peu froncée, il semblait se poser beaucoup plus de questions qu'il n'osait en poser.

Carmen réfléchissait à la situation tout en écoutant d'une oreille attentive les informations que lui donnait implicitement le Tadryen. Elle avait retenu un sourire lorsqu'il supposa qu'elle était fille d'Ohibaan. La confusion était malheureusement courante mais pas inextricable. Puisqu'il avait décidé de lui laisser le bénéfice du doute elle comptait bien s'y asseoir. Il finit par ranger son arme, signe qu'il était moins dangereux de reprendre la parole, bien que son mutisme allait commencer à être pesant si elle ne choisissait pas de répondre tout de suite. Elle choisit de commencer par le vouvoyer, ceci afin d'installer une autre forme de distance, respectueuse et donnant l'illusion d'une double hiérarchie :

- Ne pensez vous pas qu'une fille d'Ohibaan se serait enfuie en voyant une personne aussi menaçante que vous ? Je m'appelle Carmen, quant à ma citoyenneté elle est en liste d'attente. J'imagine que les raisons de mon errance sont plus claires. "  

Il se sentirait peut être plus en confiance de cette manière, bien que les intentions de notre jeune spectre n'étaient pas néfastes. Il s'agissait là d'une habitude, il fallait que les gens la croient le plus vulnérable possible, tout en instaurant un doute savamment dosé pour éviter toutes agressions. Un art qu'elle n'a pas finit d'aiguiser. Carmen profita du petit temps entre ses deux phrases pour ramasser délicatement un os de phalange et le tourner entre ses mains pour en avoir l'angle le plus satisfaisant. Elle le plaça devant ses yeux, entre ceux de son interlocuteur à présent démasqués et les siens. Ses yeux étaient d'un bleu givré, ciel qu'elle en avait marre de cette couleur ! Elle aimait le noir, si le poison avait pu lui donner une couleur de nuit cela lui aurait bien facilité la tâche … Ou peut être pas. Quoi qu'il en soit elle poursuivit sa réponse tout en ayant le regard attiré sur sa fausse préoccupation.

- L'heure favorise les cadavres, et vous vous imaginez bien que personne ne souhaite être en ma compagnie dans un tel endroit avec la réputation que me donne ma peau n'est-ce pas ?  Elle conclu après un léger rire feignant l'étonnement, Fille d'Ohibaan .. hmm ! Mais bien sûr ... "

Elle n'avait en réalité aucunement besoin d'un croquis d'os, mais elle devait agir avec aisance. Une situation qui a l'air passée ou réglée le devient de fait. Les humains sont fascinants, mais leurs codes sociaux bien plus. Son visage s'illuminait légèrement. Comme pour inciter à une trêve de méfiance. Elle ne craignait plus rien de lui à cette heure. Ho bien sûr il pouvait certainement la menacer ou la bombarder encore de questions, mais elle avait reprit son flegme habituel et était prête à faire face à la méfiance. C'est une comportement qu'elle connaît bien chez les autres, qui ne se méfierait pas d'elle ? A raison …

Dépoussiérant un peu plus l'os et lui ôtant quelques morceaux de chair séchée elle le rangea soigneusement dans son sac tout en ouvrant son carnet pour y apposer une note : Os de phalange droite, propriétaire animal, race inconnue. Carmen faisait mine d'écouter la réaction du Tadryen d'un air distrait mais en réalité elle restait très attentive et ne voulait pas manquer un seul indice, même subtil, dans ne serait ce que le ton de sa voix. Il fallait toujours qu'elle se trouve une excuse pour lui fausser poliment compagnie. Elle jeta un œil à la carcasse incomplète de ce qui semblait être une petite créature carnassière. Mais elle aurait bien été incapable de vous dire le nom de cette dernière, où de déterminer son régime animal grâce à sa mâchoire car celle ci était brisée et toute aussi incomplète. La main qui s'était saisie d'un petit morceau taillé de charbon commençait à se salir et on pouvait voir qu'elle avait griffonné d'autres choses durant la soirée. Carmen entreprit de nettoyer le dépôt de charbon qui avait prit place sur ses doigts sur un pan de sa demi cape. Il n'y avait manifestement qu'eux ici, l'homme n'était pas accompagné. La bonne nouvelle s'il est seul ! En revanche elle se devait de déterminer s'il s'agissait d'un éclaireur, auquel cas il en viendrait d'autres et la situation ne serait plus gérable. Patience, les réponses viendront.




858
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 2:16


Inventaire :
 

Elle ne se fit point prier pour répondre à tes questions tandis qu'elle montra déjà une divergence dans son raisonnement par rapport au tien en certains aspect ou plutôt en la façon dont une fille d'Ohibaan aurait traitée la situation. Perception différente de la problématique qui ne t'empêcha cependant de noter précieusement en ton esprit le prénom de la jeune femme, quelque peu étonné qu'elle n'ait le moindre nom d'emprunt surtout de par le fait qu'elle avait donc fait une demande d'acceptation à Tadryon selon ses propos qui pouvaient malgré tout s'avérés être des mensonges. Le doute régnait toujours en ton esprit de par sa teinte exotique dont la capuche ne pouvait qu'être la simple extension pour ne point exposer sa diversité en terme de couleur. Tu trouvais cela étrange de voir une personne errer ici néanmoins alors qu'il y avait mille et un refuges plus plaisants que ces terres nimbées par la mort. Varosha te venant à l'esprit, quitte à explorer le no man's land autant le faire aussi avec les récupérateurs afin de s'assurer un tant soit peu de survie mais visiblement cela ne semblait pas être sa priorité. C'est ainsi qu'elle sembla entreprendre un travail d'analyse, d'observation sur les misérables ossements trouvables ici et là.

Tu n'avais dès lors manqué d'idées pour t'assuré qu'elle n'était pas une simple menteuse. Tu pouvais tout simplement lui donner ton arme de poing et l'invité à la rechercher et à activer puis retirer la sécurité chose que tout Tadryon savait faire de par son service militaire mais le fait qu'elle soit en attente de papiers handicapait ton idée car elle n'avait donc jamais eu à faire au service militaire ou encore à l'académie, quoi que tu ne doutais du fait qu'au delà du mur un marché noir existe et que quelques rares personnes arrivent à mettre la main sur ce genre d'équipement. Tu lui laissais le bénéfice du doute et tu l'assumais silencieusement. « Une fille d'Ohibaan qui aurait tenté cela aurait été idiote d'en remettre sa vie au simple hasard que je puisse être mauvais tireur. » Pragmatique à souhait alors que tu n'avais jamais été du genre à prendre des risques trop inconsidérés, cela était tout bonnement ta vision de la situation tel qu'elle aurait pu tourner avec de biens différents facteurs.

Tu ne te gênas point pour commenter une nouvelle fois ses propos. « Personne ? Tu as deux bras, deux jambes, une tête et tant que cette peau bleuâtre ne te rend pas plus résistante face aux caprices de la nature que nous autres humains il n'y a pas raison à t'attribuer une mauvaise réputation. »Un léger sourire accompagnant ton raisonnement, tant qu'elle n'était une de ces individus qui se disaient vivre en harmonie avec votre prédatrice, mère nature, tu ne pouvais ressentir plus d'appréhension que le nécessaire. Remarquant qu'elle s'attardait toujours auprès de vestiges d'animaux, carnet toujours en main, il était difficile de ne pas la questionner. « Tu trouves cela plus plaisant de passer la nuit dans les plaines damnées qu'au moins dans un quelconque quartier de Varosha ? » Bonne à se faire manger à moins que son derme tout sauf singulier lui donnait un goût tout sauf appréciable pour les carnivores. Tes pas te portant doucement mais sûrement vers elle tandis que tu plaças un genou à terre la fixant en ce moment précis. « On ne s'aventure pas aussi loin pour simplement réaliser des croquis de squelettes que l'on peut trouver non loin de l'avant-poste Elpis, qu'est ce que tu fais réellement ici ? » Pour toi cela revenait à prendre plus qu'un risque inconsidéré.

« Méfiante envers tes semblables et haïe par d'autres à un tel point que tu préfères t'exiler au crépuscule ici ? » Il n'y avait pas que les croquis qui avaient sans doute fini par la pousser ici une énième fois. « Et tutoie moi merci, si tu comptes me répondre et donc que fais tu ici ? » Dernière question, l'une de tes phalanges métallique la pointant sur ces palabres. Tu avais toujours préféré le tutoiement en dehors d'un cadre formel, hiérarchique sans doute une vieille conception de ta pensée qui opposait cette façon de parler et le mensonge.


701
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 3:56

♦ ► ♦





A l'évocation des capacités du soldat Carmen eut un petit sourire narquois. Elle ne doutait pas qu'une formation militaire comme celle des Tadryens soit draconienne et vienne à bout de n'importe quel fanfaron. Elle n'avait de ses souvenirs d'enfance que du chahut sur les toîts et des bribes d'une mère qui finissait en sang. Il est difficile pour un enfant d'oublier l'assassinat de sa mère, surtout si le spectacle se passe devant vos yeux sans que vous ne puissiez rien faire. En fait si, il y a bien une chose que vous faites en ces cas là : *Est-ce que je suis la prochaine ?*
Elle n'était pas prête d'oublier cette sensation, encore faudrait il qu'elle ne s'y retrouve pas aujourd'hui. Le Tadryen n'était pas agressif, mais il était diablement -et très justement- insistant.

Lorsque l'étrange inconnu posa le genou a terre Carmen se releva le toisant d'un regard si hautain qu'il aurait pu paraître menaçant. Mais une fraction de seconde plus tard, c'est un énième sourire qui s'établit durablement sur son visage. Tout dans son langage corporel trahissait la malice ; « si tu compte me répondre » avait il dit. Quel intéressant choix de mot :

- J'ai donc le droit de ne pas te répondre ? … Et on me demande encore pourquoi je préfère la solitude, consternant. Si j'ai la chance de ne pas tomber sur des superstitieux ils deviennent indiscrets. » Carmen ne s'était pas retenu de faire un clin d'oeil à son égard mais elle revint vers une attitude plus … amicale.« L'exil est préférable à la compagnie de certains. Mais il semblerait que je ne peux pas me débarrasser de tout le monde, heureusement c'est sur une personne comme toi que je tombe. Tu me trouve imprudente ? Je préfère m'appeler chanceuse. »

La jeune spectre claqua ses mains comme pour enlever de la poussière puis tournas le dos au Tadryen. Elle entreprit de marcher dans le plus grand des calmes vers une nouvelle direction en ajoutant d'un ton railleur mais étrangement plus franc que ce à quoi elle l'avait habitué jusqu'à maintenant :

- Tu as raison. Je ne t'ai pas tout dit, je cherche autre chose. Mais si je ne me trompe pas, toi aussi. Après tout que ferait un Tadryen seul sans escouade, en l'imitant, aussi loin de l'avant poste d'Elpis? »

Carmen jeta un coup d'oeil en arrière tout en remettant sa capuche, habitude de voyage, avant d'ajouter avec un ton plus doux :

- Afin de rendre notre recherche plus agréable, me permet tu de te demander ton nom à mon tour ? »

A la différence qu'elle ne lui avait pas ordonné … En agissant ainsi Carmen risquait un certain énervement. Cela étant dit, elle ne voyait pas pour quelles raisons il en arriverait à un retour agressif, elle n'avait fait que lui envoyer une pique. Son discours n'était pas menaçant bien qu'il inviterait peut être à la méfiance.
C'était là l'unique chance de Carmen de faire d'une pierre deux coups. Peut être le motiverait il à l'aider dans ses recherches qu'elle avait faillit abandonner avant leur rencontre. Ou peut être chercherait il quelque chose de plus intéressant auquel cas la téméraire Neutram le suivrait pour un temps. Elle ne pouvait négliger la potentielle protection qu'il pourrait leur fournir. Elle sortait non armée, mais elle n'avait pas prévu de se faire remarquer. Maintenant qu'il formait un groupe, il était bien heureux qu'au moins l'un d'eux possède des armes.

Avec un peu de chance tout ce beau discours aurait éveillé sa curiosité et il finirait par répondre aux questions que Carmen se posait sans même qu'elle ait à les poser. C'était sa façon de faire, elle gardait ses questions silencieuses, ce qu'elle ne devinait pas les autres finiraient bien par lui dire. Cela marchait souvent, bien sûr l'affaire n'est pas systématique, mais il était bien plus intéressant de voir ce que les personnes choisissent de vous dire sans que l'on leur demande. Sans compter l'envie irrésistible qu'ont les gens de vous parler d'eux même, ce qui n'était pas pour déplaire à Carmen. Il est vrai qu'elle n'a pas l'air de porter grand monde dans son cœur, mais elle aime plus la compagnie de ses congénères qu'elle ne le laisse entendre. Toutes proportions gardées bien sûr, n'exagérons pas.


719
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 5:04


Inventaire :
 

Ses réponses avaient le don d'être intéressantes pour certaines en leur ensemble, de quoi rompre temporairement la période d'exploration qui allait s'en suivre, tu n'avais même point douté qu'elle finisse par accepter tes questions de par sa précédente coopération. Enfaîte même tu te demandais si tu allais devoir la trimbaler avec toi ou la raccompagner à l'avant-poste Elips en mettant définitivement de côté pour cette nuit ton ambitieux projet qui était celui de traquer, retrouver la fameuse sorcière ou plutôt l'individu qui réussissait à faire dire des inepties à bien d'autres en ces rapports et en divers coins de Tadryon. Dans les deux cas tu allais sûrement avoir une personne à surveiller, à protéger alors que l'une des options allait cependant se montrer bien plus dangereuse pour vous deux. Elle avait ainsi fini par délier sa langue par la suite sur ce qu'elle recherchait quoi que tu avais juste appris qu'elle cherchait quelque chose ni plus ni moins. Tu ne pus que dès lors te demander intérieurement si cette histoire de magicienne s'était bien plus qu'ébrutée au cœur de la population, voir même auprès des fils d'Ohibaan. Ce questionnement en réalité faisant plus que te dévorer de par l'absurdité à tes yeux de par ce que représentait cette fameuse personne dénommée sorcière.

C'est ainsi qu'elle avait fini par se mouvoir, le ton mielleux de sa voix ayant laissé place à une ultime requête à son tour vis à vis de toi, de ton identité. Tu ne lui avais offert dès lors que le silence en première réplique alors que tu te relevas à ton tour, casque venant retrouver ta tête, sonorité de son verrouillage se faisant ouïr. « Chaque chose en son temps, pour revenir sur un détail je ne dirais pas que tu es chanceuse, c'est avoir un manque de confiance en soi de se considérer ainsi je suppose plutôt que tu dois avoir quelques talents utiles. Le facteur chance n'existe pas à mes yeux, il n'y a rien de plus frustrant d'en remettre ses compétences à une chose que l'on ne peut contrôler. » L'efficacité et autres, tu ne jurais que par cela surtout de par les années que tu avais passé sur le terrain.

Te dirigeant donc sur cette pensée vers le rebord de cette hauteur que tu avais déjà foulé plus tôt faisant de nouveau apparaître l'hologramme d'une carte auprès de ton avant bras gauche, liant l'affichage à ce que tes prunelles te permettaient d'observer au loin. Tu passas à ton tour la tête par dessus l'épaule pour épier la demoiselle, c'est sans doute des plus espiègles que tu répondis à une de ses questions, conservant l'ordre en lequel elle te les avait posées. « Mes parents m'ont bien éduqué alors avant de te dire quoi que ce soit je te retourne ta curiosité, qu'est-ce que tu cherches ici toi ? Les femmes d'abord voyons. » Donnant donnant mais toujours à ton avantage en un premier lieu.

Les secondes finissant par s'écouler tu dénias malgré tout acquiescer à une de ses demandes répondant tout simplement ceci. « C'est Léonid, je pense que le reste de la présentation il est inutile de le faire. » L'exosquelette disant tout, ton visage au par avant offert permettant de vulgairement jauger ton âge. Ceci justifiait aussi le pourquoi du comment de tes fausses amabilités vis à vis des requêtes de la jeune femme alors que tu attendais soigneusement qu'elle décline son objectif en ces plaines damnées. Il devait être proche du tien alors que les vestiges de l'endroit où vous vous trouviez avaient tous été explorés depuis des années voir des siècles. Il ne restait que cette fameuse histoire de sorcière ou ceci. « D'ailleurs ne me dit pas que tu cherchais tout bonnement des os à dessiner, je ne te croirai pas le moindre du monde. » Il fallait avoué que tu t'étais cependant montré conciliateur en tes prises de paroles taquines pour certaines comme cette dernière. Tu lui avais concédé ton nom et indirectement l'objectif de ton escapade, enfin tu comptais réellement lui allouer après le sien alors que tu lui avais juste confirmé le fait que tu n'étais ici par le plus grand des hasards.

Tu ne te fis point prier néanmoins pour reprendre la marche, dépassant ta nouvelle connaissance azurée l'intimant de te suivre d'un bref geste de mains descendant en même temps de ces hauteurs de par la même pente que tu avais emprunté pour monter. Tu étais dérangé et conforté à la fois, conforté dans le fait que tu avais à tes côtés une autre présence humaine pour converser et dérangé par le fait que tu allais devoir la protéger.


772
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 6:26

♦ ! ♦




Un son était venu alléger le mutisme du militaire, c'était celui du casque de son exosquelette venu se sceller une nouvelle fois sur sa tête. Le voilà reparti dans son protocole, clamant sa droiture. Il était certain qu'il y avait un côté rassurant à rester dans ce carcan, Carmen savait de quoi elle parlait. Quoique dans le cas de notre ami le carcan n'est pas forcément l'exosquelette. Lorsqu'elle l'entendit évoquer sa philosophie de ce qu'est le contrôle et l'ordre Carmen ne put s'empêcher de laisser passer un petit rire cristallin. Mais il s'était bien vite interrompu lorsqu'elle le vit reprendre de plus belle quant à l'éducation qu'il avait reçu. Son rire moqueur s'était rapidement transformé en rire jaune avant de s'éteindre. Selon Carmen la chance était à l'origine du chaos, la manière de gérer vos relations avec celui ci influait donc sur ce que vous pourriez en retirer. Ne dit on pas que l'on est maître de notre chance ? Ainsi celui qui garde l'esprit lucide sait aussi que bon nombre de choses échappe à son contrôle, en contre-partie on pouvait être assuré de contrôler le raisonnable. La différence avec l'esprit fou est qu'il ne garde pas cette distance raisonnable avec le chaos, si vous partagez trop d'intimité avec lui vous devenez l'être incontrôlable et ainsi vous ne contrôleriez plus rien. Faisant de vous dans le pire des cas un danger public à abattre. Il est plutôt clair que nos amis sont plutôt lucides eux même, bien que l'on puisse noter une tendance à aller vers l'ordre chez l'un et  vers l'étrange chez l'autre. Dans toutes pente glissantes il faut savoir garder les yeux ouverts.

Carmen était néanmoins satisfaite d'avoir eut une réponse positive malgré la réluctance dont faisait preuve ce fameux Leonid. Il lui passa devant sans ménagements, reprenant la direction des opérations, une idée visiblement en tête. La jeune femme s'enquit de le suivre tout en levant les yeux au ciel derrière son dos ; *Les femmes d'abord, et monsieur passe devant*. Elle remarqua alors ce qui semblait être une carte holographiée, il en avait donc bien une. Elle était en revanche incapable de la lire, elle comprenait que les formes et les lignes représentait la différents niveaux d'altitude, comme celui qu'ils venaient de passer, mais les autres légendes lui étaient inconnues.

- Leonid … oui … Ho je n'y dessinais pas que des os, mais l'affaire t'intéressera peu. Je pense que nous cherchons tous les deux la même chose : des réponses à nos questions. Malheureusement il est des mystères insolubles. Un indice ?» Dit-elle d'un ton enjoué.

La paume de la main de Leonid s'était légèrement élevée au dessus du sol, intimant l'ordre de ne pas lui passer devant. L'idée de le contrarier une fois encore était tentante, mais une chose que Carmen avait apprit à ses dépends plus d'une fois au court de sa vie ; il ne faut pas tirer la queue du diable, et ce en tout bien tout honneur. Elle resta donc docile et reprit ses habitudes silencieuses. Carmen se déplaçait avec aisance malgré la dangerosité du terrain, elle avait prit l'habitude de ne pas résister aux intempéries et de s'y plier avec souplesse. La raison pour laquelle on tombe c'est que l'on résiste à un choc, si vous le prenez et l'absorbé votre pied ne fera que rebondir et vous donnera l'élan nécessaire pour vous rattraper. C'est un réflexe difficile à taire, mais une fois qu'on ne fait pas opposition en toute chose, danser au milieu des flammes devient un jeu particulièrement grisant.

On pouvait voir une carcasse de machine plutôt imposante abandonnée contre un massif de cristaux à la forme plutôt étrange. L'engin était indescriptible et en piteux état. On devinait des vitres brisés et ce qui semblait être … une système de roue ? Quoi qu'il en soit la structure de l'engin était complètement retournée, et cela faisait longtemps qu'il était échoué ici. Mais ce n'était pas la chose la plus étrange en ce lieux. En effet, aux alentours de ce grand massif la poussière et la terre était plus éparse, plus fine, si bien que l'on apercevait les cristaux former une large partie du sol également. La curiosité poussait Carmen à aller voir de plus près mais elle se fiait à son guide. Il est une chose que la spectre n'avait cependant pas remarqué, n'étant pas équipée pour voir aussi bien à cette distance. Trois silhouettes de petites créatures s'agitaient sur leur flanc gauche, la hauteur que pouvait leur offrir la carcasse métallique pouvait être leur issue de secours, encore fallait il pouvoir l'atteindre à temps.


768
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 19:46


Inventaire :
 

Quelques rires, francs pour certains sans doute bien plus gênée pour d'autres quoi que tu ne pouvais que jugé de ce ton et non de sa véracité, de la pensée de la jeune femme qui l'avait fait émettre. Tu avais malgré tout tendu une oreille attentive à la seule et unique réponse qu'elle s'était permise de te concéder, une réponse brève et qui à vrai dire ne te fournissait rien. Tu savais que vous cherchiez quelque chose vous deux, une chose qui pouvait très bien être un objet, une personne ou vous ne saviez sur ce sujet en l'esprit de l'autre. Elle s'était même amusée à lever l'éventualité d'un indice concernant votre questionnement réciproque tandis que tu te devais dès lors de te montrer bien plus alerte et attentif que bien trop curieux à l'attention de la jeune femme. Ton regard balayant l'horizon qui s'offrait à lui, tête passant parfois par dessus ton épaule pour la décrire elle et ce qui se trouvait derrière vous, iris se tournant à l'Ouest comme à l'Est à la recherche d'un quelconque signe de vie potentiellement néfaste au votre. Tes foulées se faisant soudainement bien plus lentes alors que vous pouviez observer une carcasse, une structure métallique liée à une construction ou machine de l'ancien temps face à vous. Ton attention n'avait en réalité point été attirée par ceci mais plutôt de par la poussière, la terre qui se soulevait non loin de ce cadavre de fer déjà détroussé de bien de ses matières.

Tu les avais facilement perçu ces trois formes qui voguaient en cette nuée de particules en suspension de par leurs mouvements. Du mieux que tu pouvais le voir il ne s'agissait pas d'un prédateur des plus imposants, d'abominations comme les Crastilis. Tu appréhendais la chose ou les choses qui semblaient se rapprocher de vous alors qu'il te semblait avoir pu observer comme une flamme, une source lumineuse émanant du groupe, tu avais dès lors simplement commenté ta vision de cette parole. « Cours et grimpe le plus haut que tu peux. » Désignant du doigt l'arrangement de métal face à vous, tu n'avais tardé à promptement accélérer du mieux que tu le pouvais en ta cuirasse, les simples enjambées se transformant en pas de course, bruit de pas devant un réel fracas. C'est ainsi que les trois animaux se rapprochaient et conformément à ce que tu avais pu penser, tes spéculations avaient été vraies, trois Helroës.

Récupérant ton arme d'épaule en ton dos, vous n'étiez plus qu'à quelques infimes mètres de votre objectif alors que les bêtes elles aussi. Tu pressas dès lors sans hésitation la gâchette en ayant enlevé en un temps record le cran de sécurité, une première salve de projectiles lumineux faisant mouche l'une des trois cibles s'affalant au sol en un grognement bien plus proche d'un râle d'agonie qu'autre chose. Tu n'avais pas réellement eu le loisir de pouvoir aidé la demoiselle à tes côtés en son ascension même si tu ne doutais qu'elle avait su se débrouiller pour trouver des points d'accroche. Tu replaças ton armement en ton dos avant de commencé à grimper à ton tour du mieux que tu pouvais de par ton exosquelette qui ne simplifiait point la manœuvre alors qu'en contre bas l'un des Helroës paressait des plus peureux suite à ce qui était arrivé à son congénère, le troisième lui totalement déchaîné cherchant encore et encore sa proie.Tu sentis subitement une emprise sur ton pied, le misérable prédateur cherchant à te tirer en contrebas alors que le feu de sa gueule commençait à réchauffer l'alliage de ta tenue rendait la sensation encore plus désagréable alors qu'à défaut de lui faire lâcher prise ton pieds allait doucement cuir dans ce four que pouvait représenter l'exosquelette.

Tu tirais sur tes bras essayant du mieux que tu le pouvais de te maintenir alors que la brute sauvage tirait du mieux qu'elle le pouvait elle aussi bien plus bas encore et toujours. Tu dus sacrifier ta prise dès lors laissant l'une de tes mains se saisir de ton arme de poing dont tu vidas le chargeur sans la moindre considération sur la création de mère nature, revolver reprenant place en son holster aussi promptement alors que la bête gravement blessée n'avait pu que te lâcher. Tu reportas définitivement ton attention sur la jeune femme qui semblait avoir réussi à se hisser bien plus qu'en hauteur alors que quelque peu excédé par les trois Helroës tu déclaras ceci. « Un peu d'aide ne serait pas de refus. » Près à lui tendre la main pour qu'elle s'en saisisse et tente de te hisser à ton tour à son niveau même si la tâche allait être compliquée de par le poids que te conférait l'exosquelette, elle te devait bien cela alors qu'elle ne semblait avoir repérée elle bien plus tôt vos assaillants.


806
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 20:56

♦ ! ♦




Lorsque Carmen remarqua les silhouettes hostiles charger ses yeux s'écarquillèrent. Elle n'avait jamais vu de telles créatures. Peut être que ces bêtes n'étaient pas très réputées dans l'alcôve, ou bien encore qu'elle n'était tout simplement pas tombée sur un livre ou une discussion en faisant mention. Elle se garda en tête d'en faire un rapide croquis plus tard, comme il faudra certainement faire un essai de l'exosquelette du militaire. Quoiqu'il en soit il devenait clair que peu d'options s'offraient aux deux âmes damnées du coin. Elle ne se fit pas prier pour suivre les instructions du Tadryen et commença à courir avec un élan remarquable. Pensez bien qu'être chassée par des créatures qui peuvent vous brûler autant que vous arracher un membre est une motivation suffisante pour se dépasser. Les bruits de pas de l'armure de son partenaire de fortune lui indiquaient qu'il était aussi déterminé qu'elle sur la question. Le son du plasma avait percé l'air, quelques tirs finissant par achever l'un des poursuivants.
La structure métallique avait l'avantage d'avoir quelques prises faciles. Sans plus attendre Carmen se saisi d'un rebord en sautant aussi haut qu'elle le pu pour tenter de rattraper un autre rebord. L’ascension fut plus facile qu'elle n'y paraissait, bien qu'un moment de frayeur saisi la gorge de notre amie alors qu'un morceau de l'engin se délogea sous son pied gauche, lui faisant manquer un appui. Ses réflexes furent suffisants pour amortir ce qui aurait pu être une grave chute en rattrapant la poignée d'une sorte de trappe. Un détail capta l'attention de Carmen à cet égard mais il n'était pas vraiment opportun de s'y attarder, aussi elle parvint à se hisser sur le « toît » de cette étrange machine. Son mystérieux soldat n'avait pas eut cette chance. L'un des bêtes les plus rapides avait réussit à se saisir de la jambe de Leonid et ce dernier s'accrochait sur le pan d'une grande plaque en piteux état. Elle avait suffisamment de marge pour l'attraper, le plus dur serait de le hisser jusqu'en zone sûre.

Léonid vida un chargeur entier sur son assaillant lui faisant lâcher prise tout en se retournant vers Carmen afin de lui transmettre ses salutations. Cette dernière ne se fit pas attendre et entreprit de tendre sa main. Elle comptait bien évidemment l'aider à monter mais elle avait une idée en tête qu'il fallait exécuter sur le champ avant que les Hellroës restants ne se rendent compte de ce qui allait leur arriver. Sa main descendit le long de l'épaule de Leonid afin de fouiller l'endroit où ses cartouches étaient rangées. Son autre main la faisait tenir en suspension, accrochée à autre poignée, celle ci d'ouverture de ce qui semblait être un sas.

- J'y travaille ! »

Carmen s'exécutait le plus rapidement possible afin de pouvoir rattraper Leonid à temps, car la plaque à laquelle il était accroché n'allait pas tenir bien plus longtemps. Elle avait simplement besoin d'une cartouche d'azurite, et une fois cette dernière en main elle la jeta de sorte à ce qu'elle se brise au contact dans un compartiment sur le côté gauche du soldat. Ni une ni deux elle se saisit du bras et força tant bien que mal pour le remonter jusqu'à elle, heureusement l'effort était commun.
Alors que sa tête approchait de la sienne durant la remontée elle n'eut que le temps de lui dire :

- Attention au choc ! »

A peine avait elle finit sa phrase qu'une explosion prit place en dessous d'eux les projetant en arrière avec une force à vous couper le souffle. Carmen n'avait pas bien prévu la chute, mais si ses calculs faits à la va vite s'avéraient exacts, leur courbe de chute devrait leur permettre de s'en sortir avec quelques contusions au pire des cas. Ce qui n'allait pas être le cas des Hellroës se trouvant sous la machine en train de s'affaisser sur leur triste sort. Ce que le souffle n'avait pas tué sur le coup, le poids de la structure suffirait amplement à finir le travail.
Quelques flammes jaillissaient de leur avant poste de fortune et ce fut le moment du choc. Carmen s'imaginait quelque chose d'assez douloureux mais c'est la surprise qui fut la première à venir. Le sol sur lequel ils retombèrent se brisa en plusieurs morceaux de cristaux, bien que Carmen ne voyait plus son partenaire la force du souffle les ayant séparé prématurément. La faisant choir une nouvelle fois dans un fracas suivit d'un grand silence. Il semble que les cristaux avaient recouvert avec le temps un étage souterrain. La violence du second choc fut cependant nettement moins agréable. Elle était donc passée à travers le sol de cristal noir pour ensuite faire trois chutes successives contre trois objets différents. Le premier fut semble-t-il une armoire en taule ou d'un matériaux s'en approchant, elle roula ensuite le long de celui ci pour tomber sur une machine plutôt étrange, de la taille d'une étagère avec plusieurs compartiments plus ou moins déraillé ; puis le choc final s'avéra être celui d'une chaise roulante sans roues. La tête de Carmen se prit le rebord poussiéreux et cotonné de ce final mobilier la sonnant un peu et il donnant la désagréable sensation d'avoir bu l'horrible mixture des apprentis. Elle ne l'avait goûté qu'une fois, mais elle se souvient parfaitement avoir recracher la boisson au goût parfaitement amer qui lui donna une migraine carabinée. Une sensation de brûlure persistante sous l'os de la boîte crânienne, un vrai bonheur.

Carmen cracha ce qui lui restait de salive et de poussière tout en toussant ses poumons qui étaient par chance encore attachés à son corps. Elle mit du temps à se relever et pouvait sentir de vive coupures sur son bras gauche. C'est en arrivant à mi parcours d'être totalement debout qu'elle s'aperçut aussi avoir une large sensation d'écrasement sur les trois premières côtes sur le flanc droit. Elle était vivante, mais si on levait sa chemise on verrait, par chance, une grande contusion sur l'étendu de son flanc. La main sur ce dernier elle leva la tête à la recherche de Léonid. L'endroit était désert à chaotique. Quelques débris tombaient encore, mais le plus gros était tombé.
Elle toussa encore légèrement et appela le Tadryen puisque ses yeux ne les trouvaient pas.

« Léonid ? … Je promets de te répondre si tu es vivant. »

Après tout ce capharnaüm, elle lui devait bien cela. Et puis elle ne risquerait rien à lui dire les raisons de sa venue ici après ce qu'il venait de leur arriver.  



1088
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mer 19 Juil - 22:42


Inventaire :
 

Une nouvelle fois après ta demande ou plutôt même ton ordre à l'attention de la demoiselle alors que tu vins passer la tête pour la énième fois par dessus ton épaule. Tu les voyais encore là, ces bêtes, une grièvement blessée prête à se jeter en un baroud d'honneur, la seconde ayant retrouvé son courage et sa faim tandis que la dernière avait finalement belle et bien poussé son dernier souffle. Tu espérais que Carmen se dépêche en son plan qu'elle semblait élaborer alors qu'elle s'était permise de se saisir d'une de tes cartouches d'Azuris accrochés au dessus de l'un de tes bras. Tu te demandais si elle allait lancer cette chose qui pouvait servir de grenade improvisée sur les animaux en contrebas ou alors auprès d'une quelconque autre chose à moins qu'elle disposait d'une arme que tu n'avais pu voir lors de votre rencontre. Tu l'aidas dès lors comme tu le pouvais lorsqu'elle te hissa sur son nid de fortune avant de jeter la cartouche s'en suivant un fracas des plus distincts, c'est ainsi que l'équilibre sans doute déjà précaire de la structure fut réduit au néant. La construction entamant une longue chute alors que tu sentais que le choc allait être des plus déplaisants même au cœur de ton exosquelette.

Le sol se rapprochant dangereusement alors que tu te disais que votre chute allait prendre fin d'ici quelques imperceptibles secondes, tu t'étais trompé tandis que vous aviez fini par traverser la structure précaire qui faisait office de sol. Vous avez fini par entrer en une structure semblable à un souterrain, ton corps d'acier se heurtant en cette descente forcée contre de multiples obstacles variés. Tu finis par te retrouver finalement sur ce qui semblait être le rez de chaussé pour toi en ayant fracassé en un rare fracas une poutre ou tu ne savais quoi contre ton torse. Tu étais resté là, allongé le souffle coupé par le dernier choc cherchant du mieux que tu le pouvais à le retrouver, jetant plus loin sans plus de cérémonie ton casque dont la visière avait été brisée dans la chute.

Tu mis dès lors bien une minute à te mouvoir, à te relever ou du moins à te retrouver sur tes genoux tout bonnement te saisissant en parallèle de ton Wendigo qui avait quitté ton dos en cet accident calculé, arme de poing toujours à tes côtés quant à elle. Tu te relevas tant bien que mal finalement en une longue complainte entendant une voix que tu commençais un peu trop à connaître. Tu répondis ceci à sa question observant les lieux ne sachant pas vraiment où vous aviez atterri. « - Je te laisse continuer sur cette promesse. » Ton exosquelette était bien plus que cabossé en certains endroits même si entièrement fonctionnel encore, le semblant de blindage ayant encaissé le plus gros. Tu t'étais dirigé vers elle dès lors en rajoutant ces propos. « - Tu as besoin d'aide pour te déplacer ou ca ira. » Regard se posant sur son flanc où sa main s'était apposée alors que tu avais du mal à voir en ces lieux de par la nuit tombante et le fait que tu n'avais pris une simple lampe pensant rentrer avant que l'obscurité soit totale. Les environs ressemblaient à un bureau ou tu ne savais quoi de proche alors que tu t'afférais déjà à vouloir trouver une sortie alors qu'il allait être impossible quasiment d'escalader par là où vous aviez chuté.

Tu avais déjà pu décrire ce qui ressemblait à un couloir non loin de vous alors que vous vous trouviez en un large espace avec ce qui paressait être un bureau ou une salle de réunion. Tu doutais malgré tout du fait que cet endroit disposait d'une éventuelle sortie vers la surface à moins de l'aménager, de la créer. C'est sur cette pensée que tu adressas une nouvelle fois la parole à l'attention de la jeune femme. « - J'espère que tu as personne qui t'attend pour le repas car là on va y passer facilement le début de soirée si en plus de par ce fracas sans nom on a pas réussi à attirer une autre joyeuseté de mère nature. » Tu espérais ne pas tomber sur une autre chose ou encore la fameuse Clivia.


714
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Jeu 20 Juil - 1:59

♦ ► ♦





Carmen fut rassurée de ne pas avoir un mort sur les bras, elle en avait parié la raison de sa venue ici bien que cela ne vaille en vérité pas grand chose. Hormis peut être la satisfaction de voir la déception sur le visage d'un soldat Tadryen. Mais l'heure n'était pas encore à la rigolade, la spectre au teint saphir boitait. Elle pouvait se mouvoir mais chaque pas faisait bouger son bassin, qui lui même tordait son abdomen. Si elle avait le malheur de se redresser totalement on pourrait bientôt l'entendre retenir un cri de douleur. Ce même étouffement qui vous fait sentir qu'il ne faut pas trop forcer. Carmen pensa que lorsqu'elle serait rentrée -car peu importe comment elle y comptait bien- elle devrait expliquer cette tenue et les déchirures. Rien qu'à appréhender la tête de son maître elle en avait la nausée, ou était-ce la douleur qui remontait dans sa bouche ? Trêve de rêveries, le cascadeur l'avait rejointe et malgré l'esprit d'équipe dont il faisait preuve Carmen tendit une main vers lui en faisant signe qu'elle pouvait encore se tenir. Son visage était néanmoins épuisé par la douleur et le sourire rassurant qu'elle tenta de lui répondre s'apparentait plutôt à un rictus de souffrance. Il passa bien vite alors qu'elle relevait la tête sur les dégâts qu'elle avait provoqué. Afin de ne pas avoir « le syndicat de la justice publique concernant les biens et mobiliers » de même nature nous préciserons qu'aucun matériel n'a été utilisé pour cette scène puisqu'il s'agit d'abord de votre imagination.

Léonid avait l'air en assez bon état si l'on enlève les quelques fissures qui parcourait son exosquelette. Il pouvait s'estimer heureux de bénéficier d'une telle armure, Carmen se rappelait très bien des babines tirées de la bête alors que des flammes en jaillissaient et osait à peine s'imaginer dans quel était se seraient retrouvées sa botte et sa cheville si elle avait subit un tel dommage. Elle enviait presque l'exosquelette, mais elle se rappela également que c'est ce dernier qui avait mit notre jeune ami dans cette situation. Quoiqu'il en soit chercher un coupable à cette heure ci n'allait pas les aider davantage à trouver une solution à leur problèmes.
Qui plus est elle n'avait plus aucun réservoir dans lequel jeter une quelconque source d'énergie et elle avait fait suffisamment de dégâts comme cela.
L'endroit était plongé dans la pénombre si bien qu'il devenait difficile de trouver son chemin, on devinait cependant assez bien que les gravas et autres morceaux de cristal étaient disséminés aux quatre coins de la pièce. La poussière et les meubles ne faisait qu'un pour certain et d'autres étaient totalement sans dessus dessous. Léonid vint rompre le silence, ce qui fit grimacer Carmen :

« Quand bien même je serais attendue, je ne compte pas moisir ici. Nous sortirons.» Reprenant son souffle Carmen entreprit de s'échouer sur la chaise qui avait d'abord été le marteau de sa terrible chute. Un grognement de douleur plus tard elle ajouta ; « J'étais venue ici pour une raison stupide. Je cherchais une nomade, apparemment douée d'on ne sait quel pouvoir. Je m'imaginais que c'était une façon locale de dire que quelque chose de valeur se cachait dans le coin ...»

Carmen jeta encore une fois un œil autour d'elle et eut un soupir qui ressemblait à un rire mais il fut coupé net par la volonté de contenir la douleur. Cela allait la gêner pendant une bonne semaine, *super*. Avec un pointe de dégoût elle finit par conclure :

« La prochaine fois ça m'apprendra à m'imaginer n'importe quoi. … Et toi ? Tu déserte ? » Lui dit elle avec un air amusé, au moins cette face là marchait toujours.

La jeune femme aux cheveux dorénavant en bataille cherchait un moyen efficace de créer un quelconque système de marches pour atteindre à nouveau la terre ferme. Il fallait compter que leurs forces étaient quelque peu amoindries et qu'il ne fallait pas non plus trop perdre de temps. Un tel bruit fait fuir bon nombre de bête mais rameute la pire de toute ; l'être humain. On pouvait affirmer avec certitude que hormis ces deux âmes en peine il n'y en avait pas d'autres à des kilomètres à la ronde. Seulement Carmen n'était pas de cet avis, et il pouvait toujours y avoir d'autres créatures attirée par le bruit malgré tout. Bref, il ne fallait pas traîner ici.
De ce qui restait du plafond sortait des sortes de câbles. Elle doutait de leur résistance mais peut être qu'en assemblant ce meuble là ou en tirant cette partie du mur ci... On pouvait tenter de faire s'effondrer ce mur à moitié craquelé et espérer une sortie mais rien n'était moins sûr. D'autant plus que des morceaux tranchants d'azurite en sortaient. Et rien ne garantissait la parfaite tenue de ce puits de fortune. Non, les câbles restaient la meilleure solution, mais aussi la plus douloureuse.
Les yeux de Carmen se posèrent sur un tiroir démonté du meuble qui se trouvait non loin d'elle. Sa main se saisi d'un objet étrange qui avait une texture semblable à des feuilles de noyer. Des inscriptions de couleur noires blanches et rouges étaient en première face de ce qui s'avérait être un paquet de cigarette. Elle l'ouvrit pour voir qu'il restait deux bâtonnets d'herbes compilés à l'intérieur. Pas de quoi malheureusement trouver de quoi faire du feu. Les briquets ont existé avant la lampe, il n'y avait rien de plus simple à faire, et pourtant ce n'était même pas une option dans leur situation. Carmen lança un air singulier en direction du soldat qui semblait lui aussi à la recherche d'une solution. Elle tendit sa trouvaille à son encontre avec un sentiment d'agacement, quand bien même elle fumerait elle n'avait pas de quoi l'allumer. L'endroit était remplit de meubles cassés, mais aucun outil ne semblait habiter les lieux.



983
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Léonid Serdtse
avatar
♦ Messages ♦ : 104
♦ Inscrit le ♦ : 08/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Jeu 20 Juil - 3:07


Inventaire :
 

Un signe de mains te faisant signe qu'elle allait bien, un sourire accompagnant son acte quoi que tout ceci était des plus faux en réalité alors que son état ne pouvait être des plus mauvais, alors qu'elle boitait et qu'elle ne tarda à finir par trouver une quelconque chose pour s'asseoir en ces débris. Tu ne pus retenir dès lors un rictus d'étonnement lorsqu'elle prit la parole par la suite pour décrire les raisons de sa présence ici, identiques aux tiennes, à croire que le conte de cette sorcière s'était propagé dans toutes les sphères de la société, même au dehors des murs de Tadryon et sûrement dans ce cas dans les rangs des adorateurs de la nature. Tu avais été amusé de l'entendre utiliser le terme de pouvoirs te demandant si elle croyait à toutes ces choses superstitieuses ou tu ne savais quoi. Tu espérais que non sinon votre débat par rapport à la question allait être des plus mouvementés alors que tu étais près à défendre becs et ongles ta perception du sujet. L'heure n'était cependant celle de défendre des hypothèses alors qu'elle s'était permise de fouiller les environs à son accès d'où elle se tenait. Tu avais eu même du mal à voir ce qu'elle avait fini par te tendre en cette obscurité qui se faisait de plus en plus gênante, te saisissant du paquet.

Tu ne fumais pas et de toute façon tu n'avais par extension le moindre briquet ou autres objet semblable capable de donner naissance à une flamme. Pensant ceci, tu reposas ce maigre butin sur la table avant de faire quelques pas en direction de la jeune femme qui semblait en bien piteux état, bras faiblement mutilé, douleurs au niveau de son flanc qu'elle avait tenu à un moment et jambes en vrac là où tu avais clairement vu qu'elle boitait malgré tout. Tu lui exposas dès lors la raison de ta présence ici, de l'existence de vos mésaventures. « - Oui je déserte, pourquoi pas une fois sorti de ce trou rejoindre les fils d'Ohibaan d'ailleurs ? Je te ferais passer pour ma femme, ta peau n'éveillerait le moindre soupçon, il nous manquera juste un alibi pour moi ! » Moquerie doublée d'un léger sarcasme alors qu'un rire franchit le seuil de tes lèvres sur ces dires laissant place ensuite à un soupir qui exprimait ton ennui de par cette situation. Tu conclus réellement par ce qu'elle souhaitait sûrement entendre. « Sérieusement je suis ici pour la même chose, j'avais entendu de sources bien plus fiables que de simples on dit, qu'une personne semblait survire dans la région sans n'avoir besoin de quoi que ce soit, ne craignant animaux ou autres. On lui prête des pouvoirs surnaturels même si je pense qu'il y a une explication logique derrière ces fantasmes malgré tout je crois que notre recherche s'arrête là où elles ont commencé, on est bon pour rentrer à l'avant-poste enfin une fois sorti de ce trou. »

Reportant ton attention sur l'unique couloir que tu avais pu voir d'où tu te tenais chassant d'ores et déjà l'idée de grimper, utiliser des câbles ou tu ne savais quoi pour sortir. Tu étais convaincu que même elle n'allait pouvoir te hisser en son état actuel si cela était à nouveau nécessaire. « Bon on bouge, il faut explorer ces lieux, peut être qu'à un endroit ca remonte un peu à la surface comme un étage ou je ne sais quoi. » Ni une ni deux, ne demandant son avis à ta connaissance d'infortune, tu passas les mains au niveau de ses jambes et une autre en son dos pour la porter alors qu'elle avait un poids des plus raisonnables de par ton exosquelette. Tu commentas ton acte de ces mots. « Ne va pas aggraver ton cas en voulant marcher on sait pas combien de temps il va nous falloir déjà pour quitter ces ruines. » Tu te dirigeas donc vers le fameux couloir vous enfonçant dans les ténèbres, tu pouvais percevoir ce qui ressemblait à une porte face à vous, entre ouverte de surcroît chose non pas forcement étonnante. Le moins rassurant fut qu'une fois celle-ci passée il vous était possible de percevoir une faible source de lumière et détour de l'un des chemins qui s'offrait à vous en ce souterrain. C'est ainsi que tes iris vinrent trouver celles de la demoiselle l'interrogeant du regard un murmure se faisant ouïr de ta part. « Tu sais te servir d'une arme laser ? Sans faire tout sauter ? » Luminosité tout sauf naturelle non loin de vous pour toi, il s'agissait peut être de pilleurs ou tu ne savais quoi.


777
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t435-singularity-leonid-serdtse
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 50
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Jeu 20 Juil - 5:47

♦ ► ♦




Carmen fut surprise de voir poindre une once d'humour dans les phrases du militaire. Elle lui sourit en levant les yeux aux ciel lorsqu'il évoqua se faire passer pour un fils d'Ohibaan. Si Carmen n'avait pas déjà eut sa dose d'aventure aujourd'hui elle aurait bien essayé, mis à part l'alibi bancal. Plus elle pouvait en apprendre sur les autres et le monde extérieur mieux c'était. Elle jurerait avoir vu Léonid rire mais elle devait sûrement rêver. Plus sérieusement ce petit sarcasme eut le don de détendre l'atmosphère. Ils n'étaient certes pas en danger immédiat mais une tension passive reste une tension. Lâchant son flanc quelques instants Carmen prêta attention à la version des faits du Tadryen et, bien que l'affaire fut cohérente, elle trouvait tout de même louche qu'il puisse venir pour les mêmes raisons. Mais il n'était tout compte fait pas moins incohérent qu'une rumeur de ce type puisse franchir les murs de Tadryon jusque dans l'alcôve.
Un détail fit ticker notre jeune amie, dans l'était où elle se trouvait il ne la laisserait résolument pas rentrer seule, peu importe d'où elle venait en réalité. Il était évidemment hors de question qu'il rejoigne l'alcôve avec elle ou même qu'il s'en approche, et il était tout autant hors de question qu'elle passe par l'avant poste Tadryen. Ses mensonges tiendraient jusqu'à ce qu'on commence à lui poser des questions sur les quartiers voisins de la grande cité. Et quand bien même ils arriveraient à ce poste et qu'elle puisse inventé quelque mensonge cohérent pour la laisser repartir dans ces fameux quartiers, cela l'éloignerait trop de l'alcôve. Elle serait à bien plus d'une demie journée de marche si elle devait faire ce détour, qui plus est sans rations de survie et dans cet état. Le Tadryen s'était révélé conciliant jusqu'à maintenant et il faudrait qu'elle réussisse à lui fausser compagnie. Cela devenait un vrai problème, bien que l'immédiat était de sortir d'ici, peut être devrait elle s'échapper seule. Elle pensa un instant se désister et trouver une échappatoire seule mais rien ne pouvait dire si elle y arriverait seule. Abandonner le Tadryen à son sort était une solution, surtout que son équipement et sa forme physique lui offraient plus de chances de survie, même seul. Ce n'est pas comme si elle l'abandonnait à la mort, il n'y a rien de pire qu'une mort inutile. Il devait bien y avoir un autre moyen.

Léonid se pencha vers elle et Carmen comprit trop tard son entreprise. L'homme la souleva avec une certaine aisance tandis que celle ci grogna quelques mots de mécontentements avant d'abandonner un combat inutile, ce qu'il prit soin de souligner. Quand bien même Carmen pensait tout de même être en mesure de marcher encore de longue distances, ce serait simplement douloureux et lent. Cela étant, profiter de ce simili repos lui permettra peut être de fuir plus tôt. Carmen se permit tout de même un chuchotement presque imperceptible alors qu'elle entoura de son bras droit sa nuque afin de retrouver une certaine stabilité. L'autre pendant alors qu'elle tournait la tête dans la même direction que Léonid pour tenter de percevoir quelque chose dans cette obscurité.

« Plus jamais les rumeurs, plus jamais. »

Cette réflexion était d'autant plus drôle que la curiosité de Carmen la reprendra à chaque fois, quand bien même elle se raisonnerait avec la meilleure des logique, elle voudra le voir de ses yeux. Un jour cette curiosité la perdra.
Au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient dans le couloir une étrange lueur transperçait les ténèbres. Avant même qu'elle ait pu dire à son chauffeur de s'arrêter il le fit lui même tout en lui demandant si elle savait se servir d'une arme Tadryenne.
Carmen pouvait s'estimer heureuse d'avoir reçu les bases en ce domaine, bien qu'elle n'ait jamais tiré avec. L'étendue de ses compétences résidait dans la façon de la tenir et comment enlever le loquet de sécurité. Elle n'avait aucune idée de sa cadence de tir, ni même si l'arme n'allait pas lui échapper des mains, n'ayant jamais ressenti de recul d'une quelconque arme de ce type. Elle pouvait simplement faire semblant de la tenir pour être crédible, mais il serait clair qu'elle n'avait jamais tiré avec cette arme si d'aventure cela devrait se produire. Elle pouvait au moins se féliciter d'avoir une bonne vue pour viser, en espérant qu'elle n'ait pas à s'en servir.

Les yeux jaunes de Carmen rencontrèrent ceux givrés du soldat et elle ne répondit pas en mots mais en signes. De sa main libre elle fit un geste d'approximation, tentant de l'avertir tout en intimant une blague au mauvais moment. Elle ne promettait pas de ne rien faire sauter, mais pas non plus de tirer. Sans mots la réponse équivalait à : « Oui, à peu près ». De quoi vous rassurer.
Le plus étrange dans cette situation c'est qu'il n'y avait pas de bruit. Pas de signes de vie hormis cette lumière vacillante. Elle aurait voulu tenter d'appeler à l'aide mais elle savait pertinemment que cette idée était loin d'être riche de sagesse. Elle se contenta de suivre les instructions de Léonid tout en tendant la main pour recevoir son arme et en lui faisant un signe de tête pour qu'il avance prudemment. Il fallait pousser cette porte, ou bien s'y coller et y glisser un regard discret. Mais le temps n'était ni à la négociation ni à la contestation.

D'une main Carmen commença à pousser très doucement la porte. Elle ne grinçait pas mais les murs autour craquèrent, son autre main se serrait alors qu'elle releva légèrement la tête pour se concentrer sur la première chose qu'elle apercevra. Si elle apercevait plus d'une silhouette humaine elle essaierait de descendre du perchoir que lui offrait son hôte afin de le libérer d'elle même pour tenter de se sauver au plus vite.



972
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
 
-Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Le No Man's Land-
Sauter vers: