Partagez | 
 

 -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Jeu 20 Juil - 14:01


Inventaire :
 

Alors que tu étais là, immobile observant du mieux que tu pouvais la lueur qui filtrait au bas de la porte témoignant d'une présence, d'une chose en état de marche ou tu ne savais. Il y avait cette appréhension, celle de se dire qu'une machine ne marche pas sans raison et d'un autre côté de supposé que cela pouvait être réconfortant pour un habitant de Tadryon de peut être retrouver un savoir technologique utile à sa survie. Tu avais malgré tout reporté ton attention auprès de la jeune femme qui avait fini par te répondre d'un bref signe de mains qui n'était pas des plus rassurent. Tu aurais aimé la fixer longuement mais non tu ne voulais pas lui faire part de ton désarroi en cette situation alors qu'elle paressait bien plus que pressée à l'idée de savoir ce qu'il y avait derrière cette porte, tu reculas cependant quant à toi, la tenant toujours en tes bras ayant trouvé sa tentative tout sauf raisonnable. Les joies des civils et parfois leur sérieux manque en matière de formation militaire lorsqu'il s'agissait de vivre en un terrain plus que hostile pour une certaine durée. Tu avais ainsi fini par déposer la jeune femme à même le sol en ce couloir alors que d'où elle se tenait dès lors il lui était possible de couvrir la totalité de l'angle droit de la future pièce une fois la porte ouverte.

Tu vins te saisir ensuite de ton arme de poing, de ce modèle proche d'un revolver le plaçant en les mains de ta compagne d'infortune avec une cartouche d'Azuris en plus. Tu avais même accompagné ton geste de ce murmure qui allait être relativement utile si elle allait devoir ouvrir le feu. « - Fait attention au recul il est très fort. » Tu n'avais pas le temps de lui expliquer plus hormis ce détail pour qu'elle ne se casse le nez à cause de la force du tir, déjà qu'elle était en piteux état. Tu conclus par cette dernière phrase. « - Et il s'appelle revient mademoiselle le fléau des Helroës. » Empoignant en ton dos ton Wendigo alors que tu te relevas pour te plaquer contre le mur, à côté de la fameuse porte. Tu pris dès lors ton courage à deux mains cependant étonné de n'entendre le moindre bruit à ton tour de l'autre côté, enfonçant la structure de bois. Tu balayas machinalement la salle de droite à gauche, jusqu'à l'angle caché par la porte ouverte avant d'y entrer sans remarquer la moindre présence, aucune entité vivante, le néant. Tu avais dès lors gardé le silence décrivant les lieux, décrivant des lieux qui n'avaient plus rien d'un misérable bureau en ruine quoi que les murs l'étaient encore. Tu avais fini par quitter la fameuse pièce pour récupérer Carmen et la faire avancer l'invitant à te rendre ton arme d'un geste de mains avant de la porter jusqu'à la zone suivante.

Elle avait pu dès lors observer les mêmes choses que toi, un matelas, des draps dans un coin de la pièce. Il était possible de trouver un peu partout ce qui ressemblait à des drones pour certaines choses, à des machines diverses et variées par ailleurs alors que la fameuse lumière émanait de l'une d'elle. Tu ne savais quoi penser de tout ceci alors que tout ce que tu pouvais voir n'avait rien à voir avec la technologie de derrière les murs, même les drones ne ressemblaient aux plus anciens modèles que l'armée disposait. Il y avait ce qui semblait être un purificateur d'eau à un endroit alors que de surcroît il régnait une température ambiante en la salle des plus agréables bien loin de la froideur nocturne des plaines damnées. Tu avais même fini agenouillé devant ce qui semblait être un énième de ces robots volants, le prenant en tes mains tentant de faire en sorte qu'il soit droit l'espace d'un instant avant que tu ne viennes pianoter sur l'interface de ton bras gauche afin de voir si tu pouvais l'allumer. Il t'était impossible de le faire démarrer, d'établir un lieu entre ton armure et son interface chose que tu avais fait plusieurs fois cependant en tes nombreuses années de carrière avec de multiples modèles divers. Le comble fut sans doute le fait que tu n'avais trouvé sur le châssis de la chose une quelconque encoche en laquelle il était possible de déposer la fameuse cartouche d'Azuris pour l'alimenter alors qu'il paressait comme en veille.

Tu te demandais comment l'ensemble de ces choses pouvaient fonctionner et même développer une si grande chaleur proche d'un chauffage sans réel source physique semblable à un réacteur ou tu ne savais quoi. Reportant dès lors ton attention vers Carmen, tu lui adressas cette parole. « - Rumeurs ou non, ca n'a rien de Tadryon ces choses, j'arrive même pas à en tirer quelque chose d'un vulgaire drone. » Tu étais peut être un tant soit peu frustré alors que tu ironisas de par cette nouvelle phrase. « - Tu penses qu'il est possible de ramener un trophée technologique que l'on vient de trouver ? Ce drone ? » Tapotant du pied la sphère métallique pour illustrer tes propos.


864
Revenir en haut Aller en bas
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 52
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Lun 24 Juil - 21:15


♦ ► ♦




Une fois la porte grande ouverte et les risques écartés Carmen s’autorisa à une respiration plus normale. S’étant préparée à faire le moins de bruit possible, prendre de petites respirations imperceptibles était quelque chose d’épuisant, mais il est certain que personne n’entendra d’aussi petits sons. La pièce semblait avoir été habitée bien plus récemment que les locaux avoisinants. L’endroit était sans danger, ce stress engendré par une trop grande méfiance retomba bien vite. Les recommandations de Léonid étaient restées en tête de Carmen, bien qu’une grande hésitation l’ait saisie. Au moment de rendre l'arme Carmen avait eu une seconde d’hésitation qui fut suffisante pour éveiller une sorte de malaise. Elle finit bien sûr par rendre son bien à son propriétaire non sans penser en son fort intérieur :

* N’essaye même pas, il lui reste une arme, et tu n’auras certainement droit qu’à un tir. Pour l’instant il est plutôt serviable, fais attention. *

Serviable, voire même entreprenant. Car le Tadryen osa une nouvelle fois la porter pour quelques derniers mètres. Elle ne manqua pas de lui signifier dans un soupir exaspéré, et lorsqu’il décida enfin de la lâcher elle démontra une certaine hâte à retourner les pieds sur terre. La douleur aux côtés était encore lancinante mais supportable. Tout un tas de babioles et de machines se trouvaient là, éparpillées dans un équilibre tel qu’on aurait pu croire qu’une personne particulièrement occupée tenait lieu ici de laboratoire autant que de salle à manger. L’étrange lumière sortait de la plus imposante des machines, elle semblait fonctionner sans produire grand-chose d’autre. On ignorait comment la chose fonctionnait mais on pouvait voir que plusieurs éléments la composait. Parmi ceux-ci, un mélange de matériaux de l’ancien temps et d’azurite, le tout semblant faire tourner en son sein une sorte de noyau ou rouage alimentant toutes les autres. A dire vrai l’on pouvait conclure à une sorte de générateur, mais d’autres machines semblaient tout à fait autonome et parfaitement loufoque. Carmen n’était pas sûre d’avoir à faire à de la technologie ou bien un quelconque enchantement d’un pouvoir obscur provenant des membres d’Ohibaan. Bref, tout ceci était un total mystère pour les deux comparses exténués.

Léonid trouva dans ce capharnaüm ambiant une technologie familière. Après avoir essayé de connecter son matériel à celui de l’endroit il sembla abandonner. Carmen en avait profité pour lancer un regard curieux au-dessus de son coude mais ne comprit pas grand-chose à son fonctionnement, compte tenu de la vitesse à laquelle s’exécutait Léonid mais aussi parce que certains termes lui étaient inconnus.
Carmen fut interpellée dans ses rêveries et à la proposition du soldat elle eut un petit rictus :

« L’envie est grande mais si je prends quoi que ce soit on me volera dès que je retournerais dans ce qui me sert de ville. Et si tu n’arrives pas à le faire fonctionner il ne vous servira à rien, l’idéal serait d’emmener un détachement scientifique sous ta directive ici même … Mais je te laisserai seul guide, j’ai personnellement d’autres chats à fouetter»

A ces mots Carmen zona dans le peu d’espace encore inconnu et entreprit de s’asseoir à même le sol. Elle ôta sa cape et vola un morceau de viande séchée sur le coin d’un plan de travail. En prenant une bouchée d’une main et tenant sa demie-cape de l’autre elle rencontra le regard de Léonid. Afin de dissiper ses interrogations elle se permit la suivante remarque :

« Quoi ? De toutes manières on ne peut pas vraiment sortir pour l’instant et quiconque détient tout cet attirail n’est pas encore ici. Et il ou elle ne tardera pas à venir vu les dégâts que nous … Après un air réprobateur, une plus ample réflexion et un soupir agacé, que J’ai causé…

La viande séchée avait un jour ou deux et, malgré le fait qu’elle soit encore mangeable sans risques, elle avait un goût carbonisé et âpre. Un pur « régal ». En tous cas, cela tiendrait bien la nuit. Carmen avait en effet dans l’idée de s’installer ici pour le soir et tenter de trouver une sortir. L’étape finale serait la plus risquée mais la plus arrangeante ; convaincre Léonid de s’abriter pour la nuit et partir discrètement au milieu de son sommeil.



710
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 25 Juil - 18:01


Inventaire :
 

S'il y avait bien une chose que tu avais remarqué concernant la jeune femme c'est qu'elle n'appréciait point être dans une situation de faiblesse du moins elle ne semblait apprécier être un tant soit peu dépendante de quelqu'un pour que ses mouvements soient tout sauf douloureux. Elle avait raison dans tous les cas sur le fait de ramener quelque chose, cela était difficilement envisageable de par le fait dans un premier temps que la douane ferait son œuvre vis à vis d'un objet venant de l'extérieur de la ville. Le mieux était dans tous les cas comme elle l'avait précisé de marquer le lieu sur la carte même si tu étais étonné que ce genre de ruines ne fut jamais découverte jusqu'ici surtout de par son contenu qui t'était en majorité étranger. C'est ainsi que ton regard avait fini par se reporter une nouvelle fois auprès de la jeune qui ne s'était point fait prier pour s'asseoir et se mettre à ses aises piochant allégrement dans les réserves de la personne qui devait vivre ici. Le fameux ou la fameuse détentrice de ces lieux n'allait en tout cas pas rentre cette nuit ou alors excessivement tardivement. Tu songeas par la suite au fait que malgré tout il devait bien avoir une quelconque sortie à partir de cette pièce sinon quel intérêt de s'établir ici et surtout comment s'établir ici sans passage pour acheminer le tout.

Tu marquas donc le lieu sur la carte de ton exosquelette, pianotant une nouvelle fois alors que tu avais croisé le regard de la demoiselle qui n'avait point tardé pour commenter ton acte et votre situation.

« - L’autoflagellation sur ton plan et ce qu'il a entraîné ca attendra plus tard, il y a sûrement une sortie pas loin voir même à partir de cette pièce sinon je vois mal comment le détenteur de tout ceci ferait pour entrer et sortir. »

De ce que tu savais une technologie qui permettait le déplacement instantané d'un point à l'autre n'existait pas encore surtout en ignorant les collisions des murs ou autres objets solides. La nuit allait être longue dans tous les cas car tu doutais du fait qu'elle souhaite faire plus ample connaissance ou tu ne savais quoi. C'est ainsi que tu recommenças pour la énième fois par déambuler observant les murs, cherchant un appel d'air ou tu ne savais quoi. Tu avais ponctué ton geste, ta tentative de rechercher de par de novelles paroles.

« - Tu comptes faire quoi une fois qu'on sera sorti ? Te balader de nouveau dans le no man's land ou un autre territoire peuplé d'animaux sauvages afin d'en faire des croquis et après te mettre à courir une fois qu'ils t'auront pris en chasse ? »

Sarcastique à souhait alors que tu étais en partie responsable de la situation, tu avais fini par percevoir ce qui paressait un appel d'air contre l'un des murs, tu finis par reporter ton attention sur celui-ci cherchant une quelconque chose contre la paroi. La recherche semblait moyennement concluante à tes yeux même si tu étais convaincu qu'il y avait quelque chose derrière ceci.

« - Y a un appel d'air qui vient du bas de ce mur et aussi du haut, il doit y avoir une autre salle derrière ou alors c'est un chemin vers la surface mais j'arrive pas à trouver un levier ou je ne sais quoi. Tu voudrais pas t'y essayer après ton petit repas ? Dans tous les cas même s'il s'agit de la sortie je préfère rester ici pour la nuit, c'est la meilleure idée pour se faire tuer de faire la route de nuit. »

Tu fis quelques pas dès lors pour t'asseoir à même le sol, croisant les bras le long de ton buste. Tu t'amusas ensuite à lui lâcher ce dernier commentaire qui se voulait avant tout des plus moqueurs ayant quelque peu cerné son caractère alors qu'elle semblait souvent apprécier le fait de peu en dire.

« - Bon sinon pour passer le temps autant faire plus amples connaissances ? »


677
Revenir en haut Aller en bas
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 52
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Ven 28 Juil - 16:32

♦ ► ♦




L'avantage d'avoir un esprit suffisamment agité est que l'on se met à faire tout un tas de choses. Léonid était un esprit agité qui n'aimait pas le désordre, et en ce moment il y en avait absolument partout. Carmen n'aidait certainement pas la cause car elle avait pour projet de patienter et d'attendre que notre ami se fatigue tout seul. Cela étant elle devrait sûrement se joindre à l'effort pour trouver cette sortie. Elle supposait les mêmes choses que le Tadryen et commençait à se dire qu'à défaut de pouvoir ramener un échantillon de la demeure de fortune, elle pouvait au moins en faire quelques croquis. Magnifique, elle ramènerait des dessins comme seule justification de son absence. Personne ne la croirait, et au mieux on y verrait là la tentative d'un mensonge grossier, que ne fallait il pas faire pour s'assurer un semblant de crédibilité ? Même fausse elle vaudrait mieux que « j'ai faillit me faire capturer de manière factice par un soldat Tadryen ». Enfin, rien n'était encore joué.

Carmen observait Léonid, ponctuant ses dires de quelques bouchées de viande séchée. Un air parfaitement stoïque accroché au visage, on sentait bien que la jeune spectre retenait une quelconque remarque cinglante. Elle n'y pouvait rien, le Tadryen n'était pas désagréable mais, car il y a toujours un mais, son attrait pour le bon ton et la soit disant meilleure chose à faire l'ennuyait terriblement. Si elle n'était déjà pas occupée à mâcher son repas d'emprunt elle aurait certainement eut le loisir d'agrémenter les remarques de Léonid par ses fameux soupirs ennuyés.
Léonid rappela par la même occasion les objectifs de Carmen quant à la suite des événements et elle entreprit d'arracher avec difficulté un morceau de son repas afin de le tendre à son geôlier en devenir dans les instants suivants. Cette dernière appellation concernant Léonid serait valable seulement si elle n'arrivait pas à se dérober de sa garde. Mais il n'y a pas meilleure façon de baisser une garde que le sommeil. Il lui faudrait en revanche tenir la sienne tout en paraissant l'abaisser, tout un programme.

Léonid s'arrêta enfin et mentionna le mur sur leur côté gauche. A ces mots Carmen se leva en s'époussetant. La colonne vertébrale une fois entièrement redressée la jeune femme poussa un grognement d'étirement partagé de douleur. Tout en rangeant le matériel qu'elle avait sorti pour voler quelques croquis, elle s'avança vers ledit mur. Il n'avait rien d'exceptionnel si ce n'est qu'une ligne bleue le bordait en sa partie supérieure. Comme tous les autres murs autour d'eux. Cela servait de lumière autant que de circuit d'alimentation si l'on était assez curieux pour en décortiquer les fonctions premières. Mais l'appel d'air qu'avait senti Léonid n'était pas un hasard. Son attention s'était portée sur une irrégularité de la ligne que formait l'éclairage. Léonid rompit toute concentration, la réponse de Carmen commença dans un soupir :

- Ce que la nuit va être longue … Soit. Tiens, dit-elle en lui tendant enfin son morceau restant, j'imagine ne pas être la seule à avoir un petit creux. Je suis aussi d'avis de rester ici pour la nuit, ce sera plus simple et moins favorable à une mort prématurée. »

Carmen s'affairait à chercher de sa main ce qui n'allait pas dans ce petit creux au sein de la ligne. Son doigt finit par s'accrocher dans une petite partie renfoncée qu'elle avait du mal à discerner de par sa taille. En effet, malgré la grande taille de Carmen pour le standard féminin il avait fallut qu'elle appuie son pied droit sur l'une des machines. Il s'agissait d'un petit engin de forme carrée, il y en avait un peu partout dans la pièce et semblait éteint ou au repos. L'objet état solide et ne présentait pas d'affaiblissements particulier, bien qu'il était clair que Carmen n'allait pas disposer d'une force ou d'un poids suffisant pour écraser qui ou quoi que ce soit.

- Je t'en pries, commence, dis moi quel avenir tu te réserve dans l'armée Tadryenne. »

Après ces mots on pu entendre un léger « Tac » qui correspondait au roulement de la pierre coincée dans l'interstice que Carmen tendait tant bien que mal d'appréhender. Le bruit qui suivit la fit quitter son équilibre pour prendre un peu plus de distance avec le mur. Celui ci tremblait légèrement avant de se renfoncer puis coulisser avec une certaine fluidité vers la droite. Non seulement peu de poussière ou de gravats tombèrent, suggérant l'usage régulier de cette porte cachée, mais on pouvait de surcroît admirer un passage assez étroit et obscur se dessiner dans un agglomérat de cage de fer, d'azurite et d'ancien béton délabré. Tout ceci arborait misérablement ce qui semblait être le chemin vers la sortie. Un long chemin à en juger par l'absence de sable ici. Pourtant la surface n'était pas bien loin au dessus d'eux, mais l'entrée vers ce sanctuaire devait être suffisamment cachée et éloignée pour passer inaperçue. En tous cas, certainement pas au milieu de ces foutues étendues de sables et d'azurite.

Lorsque ce chemin fut trouvé Carmen se retourna vers Léonid avec un sourire un peu forcé, car elle avait prit place sur un visage étonné en premier lieu.

- Voilà. Ne me demande pas comment j'ai fait, j'ai touché la ligne et … Pour la refermer il y a peut être la même chose ailleurs, ou alors via ces machines … On a du trouver la commande manuelle, hourra. »

Cette exclamation qui n'en fut pas une ressemblait plutôt à une affirmation blasée mais soulagée de ne pas avoir à chercher plus loin. Un très léger courant d'air venait de par ce chemin exigu, d'où étrangement aucun son ne sortait. Carmen vînt se rasseoir à l'endroit où elle avait établit ses quartiers tout en donnant un coup de menton dans le vide à l'attention de Léonid :

- Alors ? »

Faisant référence à sa précédente question avant que le mur ne s'ouvre, Carmen finit par détacher sa chevelure. Elle se libérerait la tête avant de s'allonger, il n'y avait plus qu'à attendre. Elle s'arrangera pour dormir un peu, mais un œil ouvert afin de ne pas rater l'occasion de se réveiller avant lui. Tout allait être une question de patience, autant la rendre agréable par quelques discussions.


1047
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Sam 29 Juil - 3:22


Inventaire :
 

Alors qu'elle mangeait encore ce qui semblait être de la viande de ne tu ne savais quelle créature. Tu avais fini par saisir le morceau qu'elle t'avait tendu le portant ensuite à tes lèvres avant de simplement le mordre et t'en repaître alors que ton ventre criait un peu famine mais rien de bien extravaguant. Tu espérais qu'elle soit un peu plus compétente dans sa démarche que toi ou plus chanceuse tout bonnement avec ce mur qui était étrange et qui recelait sans doute un quelconque secret. Tu n'avais point commenté le fait qu'elle avait approuvé le fait de rester ici pour la nuit, c'était logique à moins qu'elle préférait courir pour sa vie en espérant ne se faire manger par la faune ou la flore. C'est ainsi qu'elle avait fini par te questionner sur ce que tu voulais faire de ta vie, chose qui te fis hausser un sourcil, tu ne t'attendais pas à ce genre de curiosité et encore moins que le mur finisse par soudainement bouger sous une légère sonorité qui t'amenas à reporter ton attention. Visiblement tu avais eu raison de porter ton attention sur cette parcelle de la salle et encore plus de demander l'expertise naturelle de la jeune femme. Elle devait avoir un certain don lorsqu'il s'agissait de casser des choses ou de faire en sorte de changer leur état soudainement comme avec la précédente construction qu'elle avait massacré pour te sauver des animaux ardents.

« - Donne moi dix secondes ! »

Tu te relevas dès lors pour avancer dans le nouveau couloir qui se dessinait face à vous, il y avait comme une trappe au bout, ca devait être la sortie mais pour l'instant il était inutile de la toucher. Ainsi tu rejoignis la pièce où vous vous trouviez, où elle se trouvait encore avant de retrouver le sol à ton tour pour la seconde fois ayant fini en chemin ton repas du soir, maigre mais c'était toujours ça. Tu te rappelas de son « alors » qui avait eu pour but de te relancer sur sa précédente question, une question qui te semblait dénuée de sens en réalité, une question dont la réponse était tout à fait logique.

« - Pour en revenir à ta question... J'ai des prétentions mais de là à pouvoir les atteindre, on verra on va dire ? D'ailleurs ces prétentions sont simples je veux juste monter le plus haut possible en grade ni plus ni moins, devenir noble ou peut être une cape écarlate, faut pas chercher midi à quatorze heures ou plus compliqué. »

En ton cas oui une nouvelle fois sa question n'avait réellement de sens tellement il était possible d'en anticiper la réponse, à tes yeux on ne pouvait pas vivre sans la moindre aspiration. Vouloir une promotion, monter en grade et être un minimum reconnu c'était naturel pour toi, c'était le classique de l'humain que ce soit infime ou non. Tu reportas dès lors ton regard sur elle, la décrivant une nouvelle fois tandis qu'elle avait fini par totalement libérer sa chevelure bien plus tôt. C'est tout naturellement que tu lui retournas la question dès lors ponctuant celle-ci de quelques mots en plus en lien avec sa situation.

« - Et toi ? Hormis que tu m'as dit que tu attendais que l'on te donne la citoyenneté de Tadryon ? Tu as déjà des projets ? Tu devrais pas avoir du mal à te trouver quoi que ce soit vu que tu as l'air dégourdi de tes dix doigts. Par contre je serais curieux aussi de savoir pour ta pigmentation, tu es née comme ca ou c'est suite à une maladie ou je ne sais quoi ? »

Curiosité peut être mal placée mais tu avais envie de le savoir alors qu'il était rare de croiser des personnes comme elle, tu étouffas un bâillement par la suite, signe de fatigue alors que tu avais passé la journée à patrouiller. Tu levas les yeux au plafond penchant du mieux que tu le pouvais la tête en arrière, déposant ton arme à tes côtés tout en t'assurant que la sécurité était présente tu conclus définitivement ta prise de parole sur une nouvelle interrogation à son égard.

« - Et ca va mieux tes blessures ? Quoi que je pense que c'est oui vu que tu n'as pas l'air de t'en plaindre. »


728
Revenir en haut Aller en bas
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 52
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Sam 29 Juil - 20:19

♦ ► ♦




Léonid fit une inspection des lieux, une fois satisfait il revînt s'asseoir. Carmen était allongée et écoutait le Tadryen les yeux rivés vers le plafond. Elle s'ennuyait et avait pensé à farfouiller la technologie ambiante, mais une seconde pensée lui intima de rester patiente. Avec un peu de malchance elle allait encore créer on ne sait quel désastre, l'endroit était plutôt calme autant qu'il le reste. Aucun danger imminent, aucune raison de s'inquiéter. Le problème allait se présenter aux alentours de cinq heures du matin, heure à laquelle elle avait environ prévu de se réveiller. En espérant que son horloge interne et sa volonté fonctionnent correctement, du moins jusqu'ici son corps ne l'avait pas trahit. Il fallait lui reconnaître une qualité plutôt agaçante, Carmen résistait bien à la douleur. Certes, cela ne l'empêchait pas de la sentir, voilà bien une chose que Néréïde lui avait apprit à ce sujet.

* Une longue semaine avant de ne plus sentir mes côtes … Le monde est cruel. *

Une pointe d'amertume parcouru les lèvres de Carmen comme un naufragé s'accroche au sable, bien vite le courant l'emporta aussi bien que la discussion avec Léonid.
Ce dernier avait prit ses aises et commençait lui aussi à établir un semblant de couchette. Lorsqu'il lui retourna ses questions bateaux sur l'avenir Carmen ne répondit pas tout de suite. A vrai dire elle faisait la moue vers ce qui leur servait de ciel, en train d'imaginer une myriade de possibilités ou de « et si ». C'est sa dernière question concernant sa condition physique qui la ramena à la réalité. En guise de réponse elle leva le bras gauche en l'air afin de rendre visible un signe de ses doigts. Elle joignit le pouce et l'index en un rond approximatif comme pour lui dire « impec ». Bien sûr elle mentait, mais la douleur restait tout de même supportable. Elle était nettement plus intense après la chute mais il semble que Carmen avait finit par s'y habituer. Elle ne boiterait plus car elle pouvait maintenant s'étendre avec plus d'aisance sans avoir l'impression qui lui tire la côté supérieure vers le haut et l'autre vers le bas. Bien sûr, il ne fallait pas compter sur des cabrioles dans l'instant. Rien que le fait d'avoir contracté ses muscles pour tenir sur un équilibre lui avait coûté un rictus pincé ainsi qu'un perpétuel pli entre les sourcils. Ils allaient certainement durer, et probablement s'intensifier si une pluie d'acide allait la forcer à se cacher jusqu'à ce qu'elle cesse sur le chemin du retour. Cette pensée lui rappela qu'elle devait tout de même dormir avant de mettre à exécution son plan. Attendre les deux yeux ouverts n'était pas une option.

Carmen offrit tout de même à Léonid une réponse plus constructive après que son geste ait retrouvé le sol sur lequel elle était étendue :

« La noblesse autant qu'être cape écarlate ce n'est pas la prétention de monsieur tout le monde. Dit-elle d'une voix chantante, à défaut de chance je te souhaite bon courage. Pour ma part je n'ai rien de précis, ce qui ne me tue pas d'ennui veut ma mort la plupart du temps. Je suis peut être trop curieuse mais ça a le don de m'offrir de la distraction. Idéalement j'aimerais pouvoir vivre aisément sans voler la viande séchée sur le bureau chaotique d'un quelconque savant fou ... Ou de répondre encore et toujours à la même question. »

A ces mots Carmen tourna la tête vers Léonid lui lançant un sourire complice avant de reprendre sa respiration afin de répondre à la fameuse question :

« Même si je suis 'dégourdie de mes dix doigts ' ça ne m'empêche pas d'inspirer le doute. Elle se mit à imiter des voix d'interlocuteurs imaginaires ; 'Hey sorcière tu peux changer le cuir en azurite ?' Non je ne suis pas née comme ça, je suis tombée malade à m'approcher trop souvent d'un endroit toxique et maintenant j'ai une maladie à vie. Ma curiosité me perdra, je sais. » Finit-elle, anticipant l'une des nombreuses remarques qu'on lui répondait souvent.

L'avantage avec le caractère anecdotique d'une phrase c'est qu'elle passe pour crédible de manière tacite sans qu'on ait besoin d'expliquer quoi que ce soit d'autre puisque la majorité des gens déborde d'imagination et de théories sur ce que sont ou pensent les autres. Aussi, il est très facile de suggérer une fausse vie à partir de sentiments joués comme au théâtre. Ce qui compte n'est pas la véracité des sentiments, mais comment ils sont transmis. S'ils sont surjoués ont vous accordera le crédit d'une « personnalité singulière » et s'ils sont prit pour argent comptant on changera rapidement de sujet sur comment cela affecte vous ou vos pairs. Et si vous tombez sur les 25% de la population démontrant une certaine antipathie voire même un esprit critique vous pourrez toujours noyer le poisson jusqu'à ce que votre interlocuteur se fatigue. Cela étant dit, il est rare d'arriver jusque là, car d'autres questions se soulèveront bien avant et vous pourrez reprendre le processus depuis le départ à chaque nouvelle question. Tout un art, il est maîtrisé quand vous arrivez à ne pas perdre l'attention de votre proie et que cette dernière n'est toujours pas agacée.


875
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Dim 30 Juil - 23:40


Inventaire :
 

Ton regard venant quelque peu s'attarder sur sa main qui avait fini par se lever dans les airs pour t'indiquer son état de santé, tu te demandais dans quel état elle allait être demain une fois les blessures à froid même si son enveloppe charnelle était intègre visiblement, sans le moindre saignement. Tu n'avais pas été étonner par la suite, par les propos qu'elle vint tenir de par tes précédentes paroles. Vouloir devenir noble ou cape écarlate n'était pas à la portée de tous, tout du moins juste réalisable par une poignée de personne et elle n'avait fait que de te rappeler la difficulté de la chose ce qui n'était pas spécialement intéressant, juste de quoi avoir une conversation pour se divertir. Tu avais esquissé un léger sourire lorsqu'elle changea de sujet, lorsqu'elle vint se reporter sur sa propre personne concernant votre échange, elle voulait vivre aisément, ce n'était pas ce à quoi toutes personnes normales pouvaient aspirer ? C'était le commun pour toi ni plus ni moins, pas de quoi être étonné en bien ou en mal une nouvelle fois. Tu finis par être cependant bien plus attentif aux palabres de la jeune femme quand elle souleva la raison de sa pigmentation qui pouvait être en quelque sorte naturelle à sa façon.

Ce n'était donc point une mutation, juste une maladie, quelque chose de tout sauf naturel, quelque chose qui n'était pas une mutation. Un accident sans doute, une longue exposition ou tu ne savais quoi mais cela avait un lien avec une situation semblable. Tu t’étiras dès lors sur ces paroles et sur cette pensée de ta part accompagnant le tout d'un nouveau bâillement témoignant de ton état actuel alors que cela ne t'empêchait d'observer curieusement certaines machines. Tu observas dès lors brièvement l'heure à partir de l'interface de ta cuirasse avant d'un peu plus t'allonger pour être à tes aises fixant par la suite le plafond sans ne rien rajouter en un premier temps. Tu te permis malgré tout ce léger commentaire sûrement déplacé mais qui allait être le dernier ou l'un de tes derniers.

« - Hormis te demander si tu pouvais changer le cuir en azurite, on t'a déjà demandé si tu étais intégralement bleue je suppose aussi ? »

Une question peut être taquine, de la curiosité pour d'autres ou une façon de se divertir et de passer le temps. C'est ainsi que tes paupières finirent par voiler tes yeux, ces deux orbes de givre alors que tu te préparais à ton cycle de repos le plus naturel soit il. Tu espérais trouver le sommeil rapidement histoire de fuir cet endroit à l'aurore, le plus tôt possible.

Tu repensas brièvement aussi à la façon qui vous avait poussé à être tout deux présent en cette endroit cette nuit même si tout ceci est aussi  à cause du fait qu'un immense imprévu avait fini par survenir entre les bêtes, l'explosion et le reste. Ceci avait été un enchaînement des plus improbables mais bon l'humain n'était à l'abri de rien en son quotidien et tout particulièrement dans le no man's land. C'est ainsi que tu te permis cet ultime commentaire en ta nouvelle prise de parole à son attention, reprenant un ton toujours aussi taquin à son attention.

« - Sinon tu penses toujours que c'est une sorcière qui vit ici selon les rumeurs que l'on a entendu chacun de notre côté ou alors seulement une femme qui peut se permettre de rire au nez à bien du monde de par tout ce qu'elle cache ici ? Car bon le principe d'une sorcière c'est bien de donner lieu à des phénomènes que l'on ne peut pas expliquer scientifiquement ? Car bon de la viande cramée on peut simplement dire qu'elle l'a laissé trop longtemps sur le feu. »

Tu te demandais encore et toujours malgré tout comment une personne pouvait posséder des technologies qui t'étaient inconnu à toi même et à l'interface de ton exosquelette alors que tu étais quelque peu débrouillard avec ce genre de choses.

671
Revenir en haut Aller en bas
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 52
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Lun 31 Juil - 23:09

♦ ► ♦




La phrase qui suivit la remarque de Léonid fut la suivante :

*  ... *

Comme vous l'aurez remarqué, elle est muette. Carmen s'était contentée d'un demi sourire avec un léger agacement, bien qu'elle reconnaissait la blague comme ayant des qualités comiques … Si toutefois elle n'était pas la continuité d'une ennuyeuse blague de répétition. Certains à la chambre des plaisirs l’appelaient la belle bleue à cause de ce petit détail. Mais comme tout détail il sera laissé à l'ignorance des distraits.

Léonid avait commencé à fermer les yeux, l'ambiance s'était suffisamment détendue pour qu'ils commencent à parler les yeux fermés semblerait il.

- Haha, bien vu ! Il est clair que cette personne ne brille pas par ses capacités culinaires. On ne va pas me faire croire qu'avec tout ce qu'elle a elle n'est pas fichue de se faire un four ou quoi que ce soit pour réguler un feu. »

La jeune femme se tourna sur le côté et commença elle aussi à fermer les yeux. Elle resta cependant alerte un certain temps avant de sombrer complètement. Après un moment de réflexions elle acheva sa réponse :

- Pour être honnête on peut expliquer beaucoup de choses mais il y aura toujours une infime part de bazard dans ce monde, et ça suffit pour nous faire dormir dans une pièce remplie de machines étranges en compagnie plus que fortuite. »

Elle s'était exprimée avec un ton presque doux. Sa parole ressemblait encore à l'une de ses remarques mais son intention était moins tranchante qu'usuellement. Carmen avait finit par s'apprivoiser au caractère de Léonid. Bien que très méfiant et autoritaire il savait faire preuve d'humour. L'avis de Carmen quant à son sujet restait cependant neutre, elle ne souhaitait pas particulièrement le revoir puisque cela voudrait aussi dire « problèmes ». Mais elle avait eut de la chance d'être tombée sur une personne qui, à défaut d'être compréhensive, partageait avec elle un certain bénéfice du doute. Elle jouait de ce doute comme on joue aux échecs, un faux pas et dans le meilleur des cas vous le regretteriez sur un bon nombre de tours, dans le pire votre roi tombe. Bien décidée à ne pas arriver à une telle extrémité, Carmen se contenta de répondre aux questions et remarques de Léonid par des réponses évasives ou de petites blagues sans incidences avant que les phrases s'espacent, avant que les mots se réduisent, avant que le silence ne prenne définitivement place.

Carmen se réveilla deux fois durant la nuit, son sommeil était léger et ses yeux s'étaient ouverts, grands et perçants essayant de percevoir une quelconque activité. Au bout de la troisième fois elle décida de partir. Elle s'était suffisamment reposée et il faisait suffisamment calme pour tenter une défilade.
Ses pas étaient de velours et tous ses mouvements se faisaient lents et silencieux. Elle prenait un soin particulier à ne pas changer l'atmosphère de la pièce par ses mouvements. Comme si elle percevait presque les changements de son que ses mouvements pouvaient provoquer lorsqu'elle se trouvait plus ou moins loin des machines. Bien sûr ce n'était pas le cas, mais rien n'est trop beau pour gagner au jeu du plus discret. Elle avait noué ses cheveux une nouvelle fois aussi fort que son petit sac de toile autour de sa taille, puis elle s'avança à pas de loup vers la sortie. La bonne nouvelle c'est qu'il n'y avait aucun signe de l'habitant de ses lieux. Peut être Léonid le ou la rencontrerait, elle n'en avait cure. Espérons seulement qu'une personne possédant autant de biens sophistiqués ait un esprit de même mesure, la sagesse est une qualité rare. Carmen ne s'empêcha donc pas de fausser compagnie au soldat Tadryen. Alors qu'elle quittait les lieux ses yeux fixaient les siens, fermés, presque paisibles. Tant qu'il y avait possibilité de contact visuel, la jeune spectre ne le quittait pas de ses yeux jaunes. Le chemin montait et soulever la trappe silencieusement relevait de l'effort. Mais le plus douloureux allait venir, lorsque Carmen s’aperçut qu'il lui faudrait se hisser à travers. Elle étouffa un grognement d'effort autant que de douleur alors que ses jambes lui avaient permit d'avoir un appui sur le ventre. Tant bien que mal elle finit néanmoins par remonter ses dernières au dessus de l'obstacle et commença à suivre ce qui s'agissait de vieux escaliers délabrés. On aurait dit les escaliers de service de l'ancien temps, mais en plus chaotique et avec un nouvel écosystème principalement arachnéen. Se déplacer dans le noir était une seconde nature pour Carmen, bien que les précautions d'usages étaient de mise.

Après vingt bonne minute de marche à tâtons Carmen atteint la surface via un trou dans de l'azurite. Elle ignorait où elle avait atterrit néanmoins depuis l'endroit où elle se trouvait le mont était visible à l'horizon. L'avantage d'un horaire aussi matinal, c'était que les vents n'étaient pas encore violents, les particules de poussière et de sable étaient encore trop peu agglutinés dans l'air ambiant pour couvrir la vue. La marche serait longue mais pas insurmontable. Sa sortie l'avait un peu plus rapprochée et elle comptait l'atteindre en cinq heures. Il lui en fallut en fait six car, après en avoir marché quatre à vive allure ses côtes lui supplièrent une heure de repos supplémentaire. La discrétion était de mise et elle prit soin d'éviter tout points lumineux, bien que rares, à l'horizon. Le plus dangereux n'étaient pas forcément la faune, mais bien l'être humain. Toutefois, Carmen prit une grande précaution en se méfiant des deux jusqu'à son retour à l'alcôve.

Carmen se demandait encore ce que cet endroit enfermait comme secret. Elle tenta bien d'en informer sa caste à défaut de pouvoir le prouver, mais l'on vit en ses propos un moyen de mentir pour s'être défaussée de son travail pour aller dans on ne sait quelle folie encore. L'ennui lorsque vous avez une réputation d'aimants à problèmes est que l'on croit rarement aux vôtres. Notre amie se garda bien de montrer ses croquis après ces quelques railleries, frôlant la risée générale ainsi qu'une plus sévère correction que celle qu'on avait décidé de lui infliger pour avoir manqué l'appel à une mission de récupération florales. La simulacre azurée eut la tâche fort ennuyeuse de se rendre au hall principal afin de demander -TOUTES- les demandes concernant un tatouage d'union prévues à ce jour pour l'année à suivre. Les demandes n'étaient pas si nombreuses mais en obtenir la liste complète et mise à jour auprès de plusieurs personnes, dont la validation et les questionnements requièrent un certain temps, rende la tâche quasi héroïque. Le faire en un jour, sans rendez-vous, relève d'une patience angélique et d'une constance malsaine. Heureusement, Carmen possède au moins l'une de ces … qualités.


1123
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: -Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid] Mar 1 Aoû - 0:18


Inventaire :
 

Tu n'avais pas eu de réponse ou du moins de paroles en guise de retour à ta question, un léger sourire nimbé d'un soupçon d'ennui, d'agacement. Tu ne devais pas être le premier à lui tenir ce genre de propos et tu n'allais sûrement être le dernier, ce qui n'est pas commun a toujours tendance à apporter la curiosité, la curiosité la plus simple tout comme la plus déplacée tel qu'actuellement. La sonorité d'un mouvement se faisant ouïr tandis qu'elle devait se mettre à ses aises, tu portas malgré tout une oreille attentive à ses nouvelles palabres alors que tes lèvres s'étirèrent sous un léger sourire à ton tour de par sa réponse, surtout lorsqu'elle évoqua le fait de construire un four. Chacun ses priorités visiblement et la détentrice de tout ceci n'avait peut être pas les mêmes priorités que celles de personnes lambda comme vous. C'est ainsi que le silence avait fini par s'installer sur ces dernières notes, sur cette dernière analyse en partie comique. La fatigue te gagnant bien plus rapidement au fur et à mesure que tu gardais toujours un peu plus longtemps le silence tout comme elle. Tu finis dès lors dans les minutes qui suivirent de par ta fatigue sombrer définitivement dans les bras de Morphée pour une bonne nuit de sommeil, une nuit de récupération après l'effort.

Tu t'étais réveillé bien plus tard, sans doute en début de matinée même si instinctivement tu t'étais redressé comme à neuf. Étonné de ne pas constater un second corps en la même pièce que toi. Tu ne t'étais pas fait prier pour prendre ton arme en main alors qu'en un premier temps tu avais songé au fait d'explorer une nouvelle fois les précédentes pièces en lesquels vous étiez passés. Tu te ravisas bien rapidement en pouvant constater la présence d'une lumière qui filtrait en ce couloir que vous n'aviez décidé d'emprunter avec la nuit présente. Tu arrivas bien rapidement au niveau d'une trappe ou du moins ce qui y ressemblait la chose ouverte d'ailleurs témoignage du fait qu'il y avait eu signe de vie. Avait elle décidé te fausser compagnie durant ton sommeil ou tu ne savais quoi, cette pensée ne t'empêchant de te hisser du mieux que tu le pouvais, de rejoindre la surface offerte à l'astre du jour même s'il était encore quelque peu tôt à vrai dire. Tu n'avais pu déceler la moindre présence de la jeune femme une fois dehors, ce qui ne t'empêcha de penser à quoi faire par la suite, retourner à l'avant post et plus communément à Tadryon ni plus ni moins. Tu avais activé la balise de détresse de ton exosquelette avant d'entamer ta longue marche jusqu'à la civilisation.

Ainsi tu gardais précieusement en ton esprit l'emplacement de cette cache dont tu avais fourni la place de par les données recueilli auprès de ta carte une fois de retour chez toi ayant passé par la case du débriefing surtout de par les heures que tu avais passé à leur expliquer la situation et tout ce qui t'était arrivé. Ce n'est que quelques jours plus tard que tu appris qu'il n'y avait plus la moindre présence de technologie ou tu ne savais quoi là où tu avais aiguillé une équipe de recherche. Ton récit ayant passé pour un fantasme même si le souterrains avait bien été retrouvé lui. Les machines avaient fini par se volatiliser selon les rapports à ton plus grand étonnement. On avait mis ca sur le dos d'une hallucination ou tu ne savais quoi de par ce que tu avais vécu en amont mais toi, tu savais bien ce que tu avais vu.

606
Revenir en haut Aller en bas
 
-Mission- Une chasse aux sorcières [pv Leonid]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Le No Man's Land-
Sauter vers: