Partagez | 
 

 Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Ven 21 Juil - 19:44


♦️ Exosquelette : Aucun Module
♦️ Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
♦️ Armes : P-2 Nixe
♦️ Objets : Aucun

Réeducation



- Ehle ! C’est un flingue que vous avez dans les mains, pas un nalve, tenez le fermement ! Plus haut les bras. Voilà. Maintenant, tirez.

La détonation résonna un moment dans ses oreilles après le coup tiré. Ses yeux demeurèrent sur la cible, cherchant les traces d’un impact. Rien. A ses côtés, elle entendit son supérieur perdre encore davantage patience.

- Nan mais vous avez peur de l’atteindre, votre cible, ou quoi ? C’est pourtant pas compliqué ! Reessayez !

La brune inspira profondément. Chacun de ses muscles était tendu, douloureux. Sur sa nuque et son front, elle sentait la sueur s’accumuler. Elle avait mal aux bras a force de les maintenir levés, en position de tir depuis plus d’une heure. Ce alors même qu’elle avait commencé plus tôt par un entraînement au corps à corps.
A nouveau elle se concentra, pressa la détente. La balle finit sa course dans le mur du fond. Ce nouvel échec lui fit serrer les dents. L’homme à ses côtés, déjà agacé, fini par s’énerver.

- Vous comptez gaspiller toutes les cartouches avant d’avoir pu toucher ce fichu mannequin, Ehle ?! Un jour, ce sera un agresseur, il vous faudra bien réussir à l’atteindre ! Alors je vous préviens, vous ne quitterez pas cette salle avant d’y être parvenue ! Maintenant en place.

Elle était déjà en position, du moins selon elle.

- Plus détendues les épaules ! Tenez vous droite, les deux yeux ouverts ! Nan mais … Qui est-ce qui m’a refilé une bleue pareille ?!

L'entraîneur grogna. Deux nouvelles détonations, et toujours aucun résultat. Il ne devait pas être habitué à former des débutants, et d’autant moins des conscrits si peu dégourdis avec une arme. Teagan, elle, saturait. Son corps et son esprit étaient fatigués et elle devait se faire violence pour maintenir ses lèvres closes, retenir une réponse acerbe et un comportement impulsif qu’elle regretterait. Elle n’avait qu’un désir : poser rageusement son arme, enfiler sa veste et rentrer chez elle.

- Allez, on recommence.

Elle ferma les yeux un instant. A cette parole, un nouveau sentiment de révolte se manifesta, une force puissante qui la poussait à répondre violemment, à oser s’opposer à cet homme brusque trop peu pédagogue et lui lancer ce qu’elle avait sur le coeur pour qu’enfin, elle puisse être tranquille. Le tir n’était vraisemblablement pas fait pour elle, on lui trouverait bien un autre domaine où le bilan serait meilleur !
Tout son être criait à l’abandon. Pourtant elle rouvrit les yeux sans avoir prononcé un mot de ce qui brûlait à ses lèvres, et elle tira, déchargeant sa propre colère dans un geste qui ne lui apportait aucune satisfaction.

•••


La Varoc leva les yeux vers le dôme. Celui ci laissait apercevoir un ciel sombre, dénué d’étoiles. Une orage devait menacer la ville. Son esprit divaguait, imaginait une pluie fine et douce tomber sur son visage, rafraîchissant agréablement sa peau. Peut-être imaginait-elle simplement une douche pour détendre son corps endolori, calmer sa colère et enfin, engourdir son esprit avant de l’endormir complètement.

- Teagan ?

La brune revint soudainement à la réalité. Elle se tourna et aperçut dans son dos un Tadryen, autre entraîneur des nouveaux conscrits. Elle avait de meilleur souvenirs de lui que de son collègue.
Elle demeura immobile le temps qu’il la rejoigne, puis l’écouta lorsqu’il prit la parole.

- J’ai entendu parler de vos démonstrations d’aujourd’hui. Que diriez vous de prendre une pause dans votre entrainement ?

Une pause ? C’était trop beau. La jeune femme inclina la tête, trop fatiguée pour exprimer le moindre enthousiasme mais curieuse d'en apprendre plus. Au fond d'elle, une forme d’espoir naissait dans son coeur, réchauffait sa poitrine après l’amertume et la colère qui y régnaient depuis des heures.

- J’aurai besoin de quelqu’un pour des recherches. Une de mes étudiantes à craqué durant un cours et s’est enfuie. Je crains qu’elle ne fasse une belle connerie. Il me faudrait une bonne âme pour la retrouver et l’aider. Peut-être seriez vous plus douée dans ce travail que pour manier une arme, qui sait.

Il sourit. Teagan ne fut pas certaine de trouver cette remarque amusante à cet instant, toutefois elle venait d’obtenir une opportunité qu’elle ne pouvait pas refuser.

- Bien sur, votre absence sera justifiée. Si cela vous intéresse, j’ai un dossier qui pourrait vous aider.

Elle opina du chef avant de se saisir des quelques documents. De cette manière avait-elle acquis le nom et l’adresse de ses parents, ses dernières connaissances, les endroits qu’elle aimait - renseignés par la famille - et encore bien d’autres informations.

- Je m’y met dès demain. … Merci.

La brune esquissa un sourire sincère. Elle aurait tout fait, du moment qu’elle pouvait éviter une nouvelle séance dès le lendemain matin. Elle ne songea pas que cette histoire pouvait lui attirer plus de souci qu’un entrainement, et accepta volontier.






                                                                            Nombre de mots : 799

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 207
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Lun 2 Oct - 14:39

Inventaire:
 

Le temps à l'Académie devenait de plus en plus long et Zacharias s'y ennuyait de plus en plus. Il aimait apprendre et il aimait développer ses compétences, mais il n'était pas non plus un adolescent qui avait tout à découvrir. Quand bien même il était originaire d'un monde où l'éducation reçue n'avait pas la même teneur que les Tadryens de souche durant leur enfance, il ressentait le besoin de passer à autre chose et enfin pouvoir commencer librement sa vie de citoyen. Il voulait faire quelque chose de sa vie et être productif, pas coincer à apprendre lentement au même rythme que tous ces jeunes insouciants. Parce que oui, c'était majoritairement de jeunes insouciants qui peuplaient Tadryon. Ceux qui étaient nés dans la ville n'avait pas réellement connu la difficulté du quotidien dans l'hostilité du monde extérieur et ceux qui venait de l'extérieur s'y voyait souvent comme sauvé et en sécurité, malgré tous les dangers qui apparaissait encore et toujours.

Quand la classe se termina et qu'ils purent enfin quitter, le Varoc soupira et remballa ses affaires doucement. Il détestait devoir se presser sans raison et profitait du temps quand il n'était pas tenu d'être en mode d'urgence. La journée était enfin finie et il pourrait enfin aller prendre un peu de temps pour se changer les idées. Il ne savait pas encore comment, mais il allait trouver, c'était certain. Seulement, son passage devant le professeur ne se fit pas un signe de sa part de passer le rejoindre et l'ancien réfugié sentit une pointe d'agacement monté en lui. Pourtant, il avait une docilité surprenante face à l'autorité, contraste parfois étonnant avec sa personnalité, alors il se rendit au professeur sans aucune discussion. Rapidement, la salle se vida et l'homme qui lui enseigna se retrouva seul à seul avec lui. C'était donc quelque chose qui ne devait pas être répandu à toutes les oreilles qui peuplaient l'Académie. Toujours debout, son habituelle lassitude sur le visage, il attendait patiemment que son supérieur parle et lui explique la raison de son interpellation.


— Parfois, j'ai l'impression que vous n'écoutez pas le cours et ne vous investissez pas du tout dans votre apprentissage.
— Par où je commence? L'an deux-mille-six-cent-vingt-deux avec l'importance grandissante de Donen Kartle qui fut l'inventeur des armes lasers et des premiers prototypes d'exosquelette et dont la famille noble est toujours active et représentée par M.Brewin Kartle? Par l'an deux-mille-six-cent-vingt-six et la première cape écarlate Logan Soness qui, avec un contingent de dur à cuir, a percé jusqu'au coeur de Varosha pour permettre éventuellement la naissance de Tadryon? Sinon, le conflit entre les Tadryens et les Évolués qui prit racine dans les années deux-mille-six-cent-quatre-vingt-deux et qui conduisit à une purge et à l'exil de ceux maintenant connus comme les Fils d'Ohibaan?
— Visiblement, vous écoutez alors.
— En effet.
— Mais vous vous ennuyez.
— En effet.
— Alors voilà, je vais vous faire une offre. J'ai donné il y a peu aujourd'hui à une académicienne une mission pour me tirer d'une situation dérangeante. Une de mes élèves n'a pas su gérer la pression du quotidien et a tenté de s'opposer au fonctionnement de la ville avant de s'éclipser.
— Elle risque gros.
— C'est vrai. Mais j'aimerais qu'elle soit retrouvée et raisonnée. Je crois qu'elle est encore 'récupérable' et même si on ne le montre pas toujours, nos élèves nous importent. Mademoiselle Ehle a déjà accepté de s'y pencher et de tenter sa chance pour régler la situation. Je pense que vous pourriez vous joindre à elle. Vous êtes deux conscrits prometteurs et vous avez tous deux besoin de changer d'air, alors je suis disposé à vous autoriser dès demain à mettre les cours de côté pour vous joindre à elle.
— J'accepte.


***

Dos contre le mur, bras croisé sur le torse, Zacharias attendait patiemment à côté de la porte de la fugueuse. Regardant les informations que contenait le noyau de données que lui avait remis son professeur la veille, il attendait sa coéquipière en mettant le plus possible ses doutes et appréhensions sur cette collaboration de côté. Après vérification, il avait déjà eu affaire avec Teagan Ehle à deux ou trois reprises et il n'avait jamais eu d'accrocs avec elle. Il avait même trouvé qu'elle s'en sortait plutôt bien, ce qui venant de lui était une marque de respect que peu pouvaient se vanter de recevoir. Un peu dans son style : à ses affaires, pas exubérantes et d'après ce qu'il savait, également originaire des camps de Varosha. En même temps, c'était difficile de se faire une tête sur quelqu'un avant d'avoir vraiment eu à plonger dans la boue avec elle. C'était comme cette ancienne militaire borgne qu'il avait eue comme coéquipière pour gérer un problème d'explosif hors des murs. Si tout avait bien commencé, leur collaboration s'était bien rapidement gâtée et aujourd'hui Zacharias espérait bien ne plus avoir à travailler avec cette dernière. Mais bon, rien ne prouvait que la même chose se produise avec sa coéquipière du jour.

Ne sachant pas où pourrait les conduire la fuite de l'académicienne perturbée, il avait revêtu son exosquelette et avait attaché le casque à son attache à la taille pour garder sa tête à l'air libre un peu. Ainsi, peu importe l'endroit où il devrait aller, il serait prêt sans avoir à retourner chercher son matériel derrière. Après tout, la chance c'était quand la préparation rencontrait l'opportunité. La seule chose qu'espérait réellement Zacharias, c'était que la fugueuse n'ait pas perdu la tête au point d'en devenir violente. Le Varoc n'avait aucune envie de combattre une adolescente en mal-être de vivre et il voulait réussir à lui faire entendre raison sans que personne ne soit blessé. Il ne savait pas encore très bien comment il pourrait être assez optimiste pour faire un truc du genre, puisque remonter le moral n'était pas parmi ses qualités premières. Peut-être que sa partenaire serait plus a même de remettre l'esprit de la fugitive dans le bon chemin. Zacharias soupira, la vie ici n'était pas réellement mieux que celle dans les camps. Elle était simplement différente. Peut-être qu'un jour l'humain reprendrait sa place dans le monde, mais pour le moment, c'était loin d'être le cas. Quand sa coéquipière approcha, il se remit sur ses pieds, se décollant du mur sur lequel il était jusqu'alors adossé, puis lui tendit la main.


« Zacharias Deost. Le professeur qui vous a remis votre assignation m'a demandé de vous rejoindre ce matin pour me joindre à vous. »

(1 070 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Mar 10 Oct - 7:12


♦️ Exosquelette : Aucun Module
♦️ Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
♦️ Armes : P-2 Nixe
♦️ Objets : Aucun

Réeducation



Encore une demi heure pour rentrer. Teagan passa une main sur son visage. Elle avait la peau moite, collante d’une transpiration qui avait séché désormais. Fatiguée, mais incapable ne serait-ce que de bailler, elle avançait dans les rues de Tadryon sans même réfléchir. A vrai dire, une grande partie de ce qui l’entourait lui échappait. Elle esquiva un passant sans le voir, céda toute confiance en ses pas qui la menaient machinalement aux portes de sa résidence. Son esprit était ailleurs, égaré. La fatigue était autant physique que mentale : ses muscles, à peine suffisamment chauds pour la faire marcher à un bon rythme, menaçaient de l’abandonner dès lors qu’elle allongerait son corps engourdi.
Elle poussa la porte de son minuscule studio. Abandonna son sac par terre, retira à l’aide de son second pied sa chaussure droite, puis la gauche. Son jean rejoignit un autre pantalon sur le dossier d’une chaise, suivit de près par son sweat et son débardeur. Ses sous-vêtements filèrent dans la corbeille de linge sale et son élastique, qui lui claqua entre les doigts lorsqu’elle le retira de ses cheveux, atterrit droit dans une poubelle.

L’eau était brûlante, du moins ce que elle, considérait comme “brûlant”. Elle joua un instant avec le mitigeur, puis s’abandonna au réconfort d’une douche amplement méritée.

______


SAVARY Elena. 22 ans. Née à Tadryon. Vit seule.
Teagan souleva la photo qui était épinglée pour poursuivre sa lecture. Parents mercantis. Domaines d’études spécifiques : chimie et zoologie. Son avenir ne semblait pas prendre en compte l’affaire familiale. Élève de niveau moyen. Aucun mauvais retour de la part des enseignants et des entraîneurs. Un comportement rebelle plutôt inexplicable aux vues de ces quelques lignes.
Ses yeux se reposèrent sur le visage impassible, voire austère, de l’académicienne. Une photo d’identité parfaite : oreilles et front dégagés, l’expression sévère, sans bijoux ni autres accessoires. Pas très fidèle. La varoc se remémorait une fille aux cheveux bouclés vénitiens noués lâchement en une épaisse natte, ou laissés libres sur ses épaules. Assez souriante, de ce qu’il lui semblait, et toujours entourée. Quelques témoignages de l’évènement étaient recensés à la page suivante. Les rares commentaires de ses amis inscrits informaient d’un comportement anormal ces dernier temps. Une anxiété difficilement dissimulée, la conscrite aurait été suspicieuse face aux enseignements des professeurs ou des entraîneurs, puis agitée. Elle critiquait à voix basse, jusqu’à l’instant où elle explosa face à tous avant de s’enfuir, laissant la salle dans une incompréhension totale. Il n’y avait aucun commentaire de la famille, une preuve peut-être que celle-ci n’avait pas encore été alertée du comportement de la tadryenne.
Les données informant de la situation lors de sa crise étaient assez concises. Seul le professeur avait prit le temps de développer un tant soit peu les circonstances de l'événement, en précisant notamment le sujet qui avait révolté la jeune femme : l’histoire des Capes Ecarlates, le culte que certains leur vouaient, les offrandes qu’ils leurs laissaient, cet exemple pieu et patriote que tout tadryen se devait de suivre.

Teagan n’était pas là pour juger du point de vue de l’académicienne. Elle même avait quelques a prioris sur certaines grandes instances tadryennes et remettait tout autant en cause l’hypocrisie du service de l’ordre et l’embrigadement de tous les conscrits. Survivre dans les ruines de Varosha lui avait appris à ne compter que sur elle même, et se battre pour elle même. Même si défendre une cause juste lui semblait louable, se donner corps et âme pour un organisme dans lequel elle n’avait pas encore confiance lui semblait à la fois stupide et suicidaire. Teagan s’était battue pour obtenir cette place. Passer les frontières gigantesques qui divisaient l’agglomération en une périphérie en ruines et un centre palpitant lui avait prit de longues années. Elle ne l’avait pas fait parce qu’elle était poussé par un souffle patriote. A vrai dire, elle n’aurait même pas envie de se battre pour un peuple qui n’avait cessé de la rejeter comme une pestiférée.  Ceci dit, elle jugeait judicieux de garder ça pour elle. Elle voulait réussir, prouver qu’elle en valait la peine, avoir une meilleure condition de vie, et un jour, pouvoir aider sa mère et les autres Varocs. Pour toutes ces raisons mais aussi pour de nombreuses autres, elle ne pouvait se permettre de critiquer ouvertement le système mit en place. Pas tant que sa position ne lui assurait pas une certaine sauvegarde. Elena aurait dû en faire autant, et c’est bien pour lui éviter de faire une grosse connerie que la brune prenait à coeur cette mission.

Comment la convaincre ? En vérité, l’ancienne varoc n’était pas certaine de savoir comment s’y prendre. Il lui manquait bon nombre d’informations, et elle n’était pas certaine que la jeune femme accepte de lui parler si elle se pointait la gueule enfarinée, clamant qu’elle voulait la ramener sur les banc de l’Académie sans comprendre ce qui l’avait pousser à les quitter. Teagan avait besoin d’autres avis, savoir de quoi elle parlait avant de se présenter. Ou alors, il lui fallait chercher à comprendre ce que la rebelle pensait, avant de lui annoncer le but de sa mission.
Ou ne pas en parler du tout.
C’était peut-être la meilleure idée. Se présenter en amie, prévenue par le professeur, cherchant à comprendre. Oui, elle ferait ça.

_____


- Teagan Ehle. J’ai été prévenue hier soir en effet. On sera certainement plus efficace à deux.

La brune sortit la main de sa poche pour rendre sa poigne au tadryen. Un échange encore un peu rigide, ferme, riche de sévérité et de détermination. La même que les deux fois précédentes. Zacharias était un coéquipier sur qui elle pouvait compter, ça, elle n’en doutait pas. Réfléchi, consciencieux et appliqué, ils formaient un curieux couple que de nombreux points opposaient, défauts par chance rattrapés pour la considération que chacun devait avoir l’un pour l’autre. La conscrite était d’un naturel fier et impulsif, du genre à foncer dans le tas, à improviser et à s’adapter à n’importe quel imprévu sur le moment, sans songer qu’une approche plus discrète aurait pu lui éviter bien des tracas. A l’inverse d’un conscrit rigoureux, réfléchissant davantage avant d’agir, mais peut-être moins enclin aux interactions sociales. Teagan souriait pour deux, ce qui ne la dérangeait pas en soit. Ceci dit, elle commettait encore nombre d’erreurs qu’il était nécessaire de corriger, et c’était l’une des raisons pour lesquelles elle avait aimé travailler avec le Varoc. Malgré un ego aisément froissable, Teagan avait conscience de son niveau et reconnaissait les qualités des autres. Côtoyer un homme certainement plus experimenté et plus calme la temporisait, lui apprenait d’autres méthodes, chose non négligeable, et elle le savait.


- Autant s’y mettre tout de suite.

Elle s’approcha de la porte, frappa deux coups secs pour signifier sa présence, puis attendit. Deux secondes, trois secondes. Huit, Dix. Elle frappa de nouveaux, accompagna les chocs de paroles, avant d’essayer la poignée. Ouvert. Elle glissa un coup d’oeil à son nouveau coéquipier, puis poussa le battant.





                                                                            Nombre de mots : 1161

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 207
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Dim 15 Oct - 23:05

Comme il attendait déjà depuis un moment près de la porte, il se doutait déjà que la femme qu'ils cherchaient n'était pas là. Sinon, elle était du genre très silencieuse. Seulement, c'était un peu une règle établie qu'avant de s'introduire dans la chambre de quelqu'un on devait cogner. Du moins, c'était une des règles de la vie en société que Zacharias avait apprises et qu'il respectait de manière réfléchie plutôt que par réelle compréhension. Est-ce que c'était la vie dans les camps qui l'avaient empêché de bien apprendre et intégrer les normes sociales ou bien c'était sa personnalité? Question difficile à répondre. Au moins, avec les années, il avait réussi à devenir un peu comme un caméléon et se fondre dans les normes, les appliquant un peu comme on suit une recette pour faire un plat. Quand Teagan lui jeta un coup d’œil, Zacharias lui fit un signe de tête affirmatif pour confirmer qu'il était d'accord et prêt à entrer dans la chambre. Il attendit que sa consœur ouvre la porte et entre, juste au cas où elle tombait sur quelqu'une. Après tout, c'était la chambre d'une jeune femme et l'introduction d'un homme dans la pièce pourrait créer un moment peu agréable s'il y avait la résidente de la chambre à l'intérieur.

Il entra donc à la suite de Teagan et ferma la porte derrière lui. Pas la peine que des curieux commencent à venir les déranger ou nuire à leur recherche. Et puis, si on leur avait confié la tâche sans le faire au grand public, c'est qu'on voulait éviter les vagues, alors c'était mieux de rester loin des regards. Une fois dans la pièce, il promena son regard sur l'ensemble du lieu pour se faire une idée de la personne recherchée. Il était évident pour Zacharias que la femme recherchée n'avait pas passé la nuit dans sa chambre. Il n'y avait pas non plus de signes de départ précipité, alors il avait bien affaire à une élève en fugue et cela voulait donc dire qu'elle réagirait comme une bête traquée et en danger quand le duo tomberait dessus. L'homme qui savait ce que tout cela impliquait ne put retenir un soupir en constatant qu'il devrait faire face à une personne encline à la confrontation une fois localisée dans la ville. Du reste, la chambre était une chambre d'académicienne des plus ordinaires et, au premier coup d'œil, l'ancien réfugié n'y voyait pas de signes de rébellion ou d'appartenance à un mouvement anti-tadryen. Il faudrait donc chercher des éléments plus subtils pour comprendre leur proie et son changement de comportement qui l'avait poussé à fuir. Parce qu'en ce moment, Zacharias était bel et bien dans un mode de chasseur tentant de capturer sa proie.


« Il y a fort à parier qu'elle va être imprévisible quand nous allons la trouver. Par contre, elle a une nuit d'avance sur nous dans sa déroute, ce qui va compliquer les choses. »

Il tentait de faire un effort pour étaler le cours de ses pensées à haute voix quand il devait travailler en équipe, parce que souvent les gens comprenaient mal ses déductions quand il gardait leur cheminement pour lui. Cela devenait une source de tension et menait à des prises de tête. Il avait donc développé l'habitude de penser à voix haute quand il travaillait avec une autre personne, sauf de rare cas comme Vallarin qui ne le questionnait plus quand il émettait ses idées.

N'ayant jamais vraiment mené ce genre de 'mission', c'était plus nébuleux à savoir par où commencer. Il était évident que l'importance actuellement était sur le fait de localiser la femme en crise. Par contre, le comment était plus difficile à déterminer. Il ne semblait pas y avoir d'ordinateur ou de module de stockage de données laissé derrière pour les éclairer sur les intentions de la jeune femme. Le lit n'était pas fait, mais il semblait manquer des vêtements qui trahissaient le fait qu'elle ne comptait pas revenir bientôt. Ne sachant pas vraiment ce que possédait ou non la proie, c'était difficile de localiser les objets manquants pour extrapoler les idées qu'elle avait en tête. Peut-être que les notes qu'elle avait laissées derrière elle et qui semblait anodines pourraient aider le duo à trouver où chercher ou quelles personnes rencontrer pour questionner. Désireux de ne pas nuire à sa partenaire dans son étude des lieux, il se dirigea vers une commode sur laquelle étaient posées quelques babioles. À première vue, c'était des répliques de style plutôt bibelot d'équipement scientifique et en lien avec la technologie. Quelques-uns des objets faisaient penser à la technologie de l'ancien monde dont quelques traces restaient même si elle était perdue pour toujours.


« Vous pensez qu'elle pourrait se révolter contre le type de métier qu'on tente de lui imposer? »

Est-ce qu'elle rêvait de science et avait été envoyée dans une autre branche? Le contraire, peut-être? On l'obligeait aux sciences qui ne lui disaient rien? Dans une société de performance et qui prenait beaucoup de décisions à la place de ses citoyens, la pression pour être à la hauteur et trouver sa place était forte. Ceux qui venaient de l'extérieur du mur devenaient souvent récupérateurs ou ils obtenaient leur Entrée parce qu'il demandait un champ spécifique à leur talent, alors que ceux qui naissaient a Tadryon se faisait un peu plus forcer la main de ce que comprenait l'ancien réfugié qui se considérait toujours comme un Varoc malgré son entrée dans la Ville Azurée. Il n'avait pas fréquenté beaucoup la jeune Savary, mais étant un observateur silencieux, il avait une opinion de la jeune femme. Elle souriait et elle avait une facilité avec les gens, élève modèle qui savait quand être plus officielle et quand elle pouvait se relâcher. Un vrai caméléon, comme lui. Par contre, contrairement à lui, elle n'avait pas assumé ni fait la paix avec sa nature. Elle avait refoulé en elle tout ce qu'elle combattait et elle avait perdu son combat. Est-ce que sa crise contre les Capes Écarlates et l'autorité venait du fait qu'elle se sentait écrasée par les gens qui prenaient les décisions?

« Je déteste ce culte frauduleux aux Capes Écarlates encore plus qu'elle et pourtant leur présence ne rendent pas instable. Quand bien même la pression d'un travail qu'elle déteste lui serait imposée, ce ne sont pas les Capes Écarlates qui le lui imposent. Elle n'aurait donc pas éclaté contre eux, seulement considéré ces derniers comme un élément de l'équation. »


Perdu dans ses pensées, il regardait la commode comme si un des bibelots contenait la réponse. Il savait que si sa première phrase était rapportée au Solstice, il aurait de gros ennuis. Mais, Teagan n'en ferait rien, il le savait bien.

« Ça ne colle pas. Un détail manque, elle a dû l'apporter avec elle pour le dissimuler. »

Quelques secondes, il ferma les yeux, laissant son cerveau traiter et évaluer l'information qu'il contenait à un rythme qui aurait donné des migraines à plus d'un.

« Pas de parent noble, pas de parent ou de famille dans les Capes. Un secret enfoui? Ou elle voulait devenir Cape et ne s'y sent pas capable? Elle n'a que 22 ans, trop tôt pour se sentir au pied du mur concernant ce genre de rêve... L'Armée enquête et agit dans l'enceinte, mais c'est le Solstice qui assure le plus le maintien de l'ordre à l'intérieur. A-t-elle été confrontée à la justice et au Solstice? Un abus de pouvoir, de la corruption ayant compliqué sa vie ou un mauvais jugement d'un de leur officiel? Des complications parce qu'elle est membre d'une religion non reconnue que la citée tolère? Quelque chose m'échappe, mais quoi! »

Avec un soupir, il ouvrit les yeux. Tournant la tête pour changer sa fixation de place, il croisa la silhouette de sa coéquipière. L'espace d'un instant, il avait oublié qu'elle était avec lui dans cette histoire. Elle avait peut-être trouvé un indice sur où chercher pour mettre la main sur la jeune femme en fugue. Son regard de prédateur à la recherche d'une trace à suivre reprit doucement son état détaché et froid. Son visage, quelque seconde plus tôt, gravé dans un masque de concentration et d'irritation de ne pas réussir a identifier le manque pour trouver la solution repris une apparence lasse et impassible. Quand il reprit la parole, sa voix ne contenait plus aucun des filaments de l’intonation et l'excitation qui l'habitait quand il tentait de résoudre une énigme. Monotone et nonchalant, il exposa sa dernière conclusion.

« Elle a certainement évité le secteur du Solstice. Elle n'est pas en mesure de s'y attaquer et sa condition de fugueuse l'expose trop. Ce coin de Tadryon est donc à retirer de nos lieux probables où la trouver. »

(1 455 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Dim 12 Nov - 10:14


♦️ Exosquelette : Aucun Module
♦️ Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
♦️ Armes : P-2 Nixe
♦️ Objets : Aucun

Réeducation



L’endroit était dénuée de toute trace de vie. Teagan s’en était douté dès l’instant où les premiers chocs portés sur le battant de la porte s’étaient confrontés à un silence pesant, mais elle en eu très vite confirmation. Elena était partie, et la brune doutait qu’il ne s’agisse uniquement d’une sortie nocturne. Le simple fait que la porte n’ai pas été verrouillée était une preuve flagrante, mais de nombreux autres détails venaient appuyer cette idée. Un coup d’oeil rapide portée sur l’endroit, puis une inspection minutieuse permirent de les mettre en évidence.
Le studio était propre, bien tenu, rappel de l’origine de la disparue. La conscrite ne portait pas tant d’attention à la propreté de son logement, trop habituée à vivre dans un taudis. Cependant l’endroit, sans être sens dessus dessous semblait avoir été fouillé à la va vite. L’armoire ouverte laissait déborder quelques vêtements mal pliés sur d’autres trop carrés. La vaisselle du jour était empilée sur le plan de travail - rien à critiquer là dessus, Teagan n’était pas un exemple - mais le frigo était presque vide. Courses à faire ou provisions prises, la conscrite ne pouvait trancher mais elle gardait chacune des possibilités en tête. Le lit n’était pas fait, et au contraire, la couette avait été poussée sur le fond, comme pour laisser la place d’y étaler quelques objets. Il y avait de la terre sur les draps, chose que cette fois, l’académicienne considérait d’anormal. Un coup d’oeil au sol lui indiqua que le ménage avait été fait certainement quelques jours plus tôt. Elena n’aurait certainement pas dormi dans des draps sales et devait même prendre soin à ne pas y mettre ses pieds chaussés, ou de la nourriture. Cette fois ci pourtant, elle n’avait pas dû hésiter à y abandonner une paire de chaussures poussiéreuses, poussée par la précipitation. Dans la salle d’eau, l’absence d’une brosse à dents et d’un gel douche semblait flagrante au milieu des flacons aux fragrances exquises et autres accessoires.
Teagan pouvait difficilement juger de l’absence de biens personnels, ceci dit elle savait l’arme de la jeune femme disparue, même si son exosquelette reposait encore sur son socle.

- Départ précipité, vêtements pris à la va vite. Elle n’avait aucune affaire de prête, et pourtant quelque chose l’a poussé à s’enfuir.

Teagan jeta un nouveau regard circulaire dans la pièce. Les analyses de son coéquipier coincidaient avec les éléments qu’elle avait obtenus, mais tout comme lui, elle peinait à mettre le doigt sur l'élément manquant.

- Je ne pense pas qu’elle soit quelqu’un de terriblement impulsif, ni solitaire. Décider de partir en abandonnant tout, sans savoir où aller serait carrément fou dans son cas. Elle a dû préparer sa fugue, mais un événement à précipité son départ. Et .. Oui, je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement d’un cours.

Teagan reporta son attention sur Zacharias. Il avait eu la prévenance de venir équipé. Naïve, la tadryenne n’avait prit que son arme, persuadée qu’elle trouverait la rebelle chez elle. De plus, elle désirait l’approcher de façon pacifique, en collègue plutôt qu’en flic. Un exosquelette sur le dos pouvait facilement la méprendre sur ses intentions initiales.

- Mais … il y a bien trop d’hypothèses … On ne peut pas partir là dessus pour débuter. Autant chercher où elle a pu filer.

Chercher sa destination plutôt que l’origine de son départ semblait être une piste plus fiable. Questionner les voisins, passer voir la famille, vérifier une dernière fois dans ses affaires … La conscrite repassa au crible une seconde fois l’appartement. Cette fois ci, elle recherchait tout indice pouvant les guider vers l’objectif de la jeune Savary. Elle s’attarda sur les notes  manuscrites, cherchant parmi ses cours ou les documents qui reposaient sur l’unique table du studio. Elle farfouilla dans les tiroirs, sous les meubles, dans le creux des coussins du canapé, vérifiant entre deux pulls et même dans de la poubelle, sans dénicher aucun indice. Prête à se pencher sur une autre piste, elle se tourna vers le Deost dans l’optique de reprendre une réflexion commune quand son oeil fut attiré par le métal d’une armure, l’unique élément qu’elle n’avait pas pensé regarder. La brune s’immobilisa, retint les sons que ses cordes vocales étaient prêtes à émettre. Elle referma la bouche puis se dirigea vers l’armature.

L’exosquelette de l’académicienne n’était pas une perle de technologie, mais il avait une certaine prestance. Gris, blanc et azuré, le numéro de référence indiquait un achat récent plus qu’un montage artisanal. Peut-être fourni par ses parents. Il ne représentait aucune trace de coups ou de balles. Certainement peu utilisé, ou très bien entretenu.
Teagan glissa ses doigts sur l’articulation du poignet pour éveiller l’intelligence enfermée dans l’armure. L’hologramme interactif de l’interface se matérialisa devant ses yeux, sobre et peu informatif.

- Bonjour.  Vous n’êtes pas Elena.

Une IA plus évoluée qu’elle ne l’aurait cru. Teagan croisa les bras.

- Non, en effet. Quels ont été tes derniers mouvements ?
- Je ne suis pas en mesure de vous répondre.

La brune fronça les sourcils. Qui avait l’idée d’installer pareil système de sécurité ?

- Où est Elena ?
- Je ne suis pas en mesure de vous répondre.

La conscrite s’y prenait mal. Autant changer directement les droits.

- Paramètres système.
- Accès interdit.

Teagan réprima un grognement et tenta une approche physique par le biais du clavier. Mêmes réponses. Sa patience commença à s’effriter, aussi préféra-t-elle demander conseil.

- Vous avez de meilleures connaissances que moi dans le domaine ?


                                                                        Nombre de mots : 907

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 207
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Jeu 30 Nov - 18:28

Quand elle fit une deuxième fois le tour de l'endroit, Zacharias prit quant à lui l'initiative de faire une liste des personnes et des endroits à visiter. La famille serait une option viable, mais il y avait plus de chance que les amis de la disparue aient des indices avec eux, consciemment ou non. Si elle avait quitté l'Académie dans une telle précipitation en se préparant pour une cavale plus longue, elle n'était certainement pas retournée chez papa et maman et elle n'avait sûrement pas mis ceux-ci au fait de ses plans pour qu'ils les contrecarrent en la rapportant aux autorités. Certains professeurs également pourraient être dans la confidence si elle avait d'assez bons liens avec l'un d'eux. Les lieux à visiter étaient plus difficiles à déterminer par contre. Le quartier marchand pourrait être une bonne option, elle avait certainement dû y passer avant ou après sa fuite. Si elle se cachait, les secteurs moins recommandables des habitations pourraient être propices à s'y terrer. Une visite aux passeurs aux portes pourrait également permettre de confirmer si elle a été vue sortir de la ville, ce qui leur compliquerait énormément la tâche. Avec un peu de chance, Teagan allait trouver un indice ou une note pour les orienter. Seulement, quand elle se tourna vers lui pour parler, il vit à son visage que ce n'était pas le cas et qu'il faudrait continuer à chercher.

Jusqu'à ce qu'elle ait une idée que Zacharias ne pouvait que qualifier de bonne idée. L'exosquelette de la fugitive était toujours ici et comme venait de le confirmer Teagan, son IA également. L'ancien Varoc avait encore du mal à considérer les options technologiques de ce genre, lui qui avait grandi sans qu'elle soit aussi omniprésente. Sa coéquipière allait très certainement se révéler un atout des plus utiles et il était bien content de voir qu'elle était compétente. Restait maintenant à percer le mystère de cette IA bornée qui ne voulait pas leur répondre. Ayant eu toutes les peines du monde à monter son propre exosquelette, l'académicien ne se sentait pas du tout à l'aise de tenter d'entrer de force dans les données recherchées et encore moins de bidouiller l'armure assistée pour contourner la sécurité. En plus que cette armure assistée ne semblait pas être vieille ou de piètre facture, ce qui voulait dire qu'il serait encore plus embêté s'il y jetait un oeil. Par contre, il avait peut-être une manière avec lui de réussir quelque chose et il comptait bien s'essayer pour réussir à localiser la fugitive le plus rapidement possible. Doucement, il avança vers l'exosquelette et il fit apparaitre son IA à son poignet également. Quoi de mieux pour interagir avec une IA qu'une autre IA?


— Eva, tu peux obtenir quelque chose?
— Je vais voir.


La voix de l'IA de Zacharias était ferme et décidée. On aurait pu penser à la voix d'une vétérante qui était en service. Zacharias n'avait pas besoin d'une voix mielleuse ou enjouée quand il était en mission, surtout qu'il voulait rejoindre le corps des infiltrateurs de l'armée. Il voulait faire affaire avec une collègue, pas une pimbêche qui n'avait pas sa place avec lui sur le terrain.

— Tu as un nom?
— Sharlyne.
— Moi c'est Eva.
— IA non reconnue.
— Sharlyne, ta porteuse est en danger, j'ai besoin d'avoir tes derniers registres d'opérations. C'est lié à une urgence et à la sécurité de ta porteuse.
— Registre verrouillé.
— Verrouillé de quelle manière et par qui?
— Verrou programmer manuellement, auteur anonyme.
— Comment retiré le verrou?
— Par un utilisateur autorisé.
— Et qui sont-ils?
— Interdit, Interdit, Interdit, Le Nalve, Interdit, Interdit.


Le Nalve? Qui pouvait bien être cette personne qui utilisait un surnom aussi peu flatteur? Peut-être que sa collègue avait trouvé quelque chose dans les notes et documents qui pourrait les intéresser. Sinon, il faudrait gratter un peu les divers registres ayant des informations sur la fugitive.

— Je ne peux pas avoir plus Zach.
— C'est déjà un bon début. On pourrait forcer l'entrée dans les registres?
— Je ne pense pas que ce puisse être fait par des débutants si on parle de tenter le contournement physiquement en jouant dans les composantes de l'exosquelette. Pour la programmation, c'est assez complexe également. Je n'ai pas de module de piratage et si tu connectes mon noyau directement à l'armure, on ignore les programmes de défenses en place. Un réparateur d'exosquelette avec une moralité plus... permissive... pourrait peut-être y parvenir, mais ce serait difficile à justifier aux autorités si c'était découvert.
— Merci Eva.


L'IA de Zach disparu aussi promptement qu'elle était apparue. N'étant pas de nature sociable, il n'avait pas programmé une IA qui saluait et parlait avec tout le monde, raison pour laquelle Eva n'avait pas interagi avec Teagan même si elle la savait présente. Imperturbable, l'IA de la fugitive avait quelque chose de hautement robotique et de peu chaleureux. Était-ce à cause du verrou? Peut-être bien, mais c'était aussi peut-être comme ça que la fugitive avait voulu son IA. En s'adossant sur un mur, Zacharias fit de nouveau face a sa coéquipière en croisant les bras. Il commençait a appréhendé dans quoi il s'était embarqué et un sentiment de danger commençait à se glisser sous sa peau. Il n'avait jamais fui ou déserté une mission par contre, alors il ne commencerait pas aujourd'hui.

« Je suis un peu intrigué par Le Navles. On dirait un fournisseur de marché noir louche et peu fréquentable, alors que notre fugitive n'a pas du tout le tempérament pour se frotter à ce genre de personne. À moins qu'elle ait des amies dans son projet et qu'ils se soient donné des alias pour mener en bateau ceux qui veulent la retrouver. J'ai un mauvais pressentiment sur tout ça. »
(946 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Dim 24 Déc - 0:16


Inventaire:
 

Elle pencha la tête, à la fois pensive et intriguée. Le futur soldat avait une façon assez intéressante d’aborder le problème, bien loin du schéma cognitif qu’elle avait tendance à adopter. Ruser, plutôt qu’attaquer de front. L’idée de Zacharias était ingénieuse, possiblement prometteuse. Teagan n’aurait pas pensé s’aider d’une autre IA pour passer la sécurité de l’exosquelette, mais à la voir s’exécuter, elle fut frappée par son évidence. Elle se laissa même à croire un instant qu’une micro victoire était à portée de main.
La voix paradoxalement douce et intransigeante de Sharlyne ne tarda pas à la ramener sur terre. Le système semblait trop complexe pour les deux conscrits qui, trop peu expérimentés, ne pouvaient pas tenter d’entrer en force.

Teagan laissa son esprit dériver bien vite après le premier refus méchanique de la voix artificielle. Apercevoir la peau métallique qui abritait l’interface intelligente de la disparue avait provoqué un déclic, comme si soudainement elle avait trouvé réponse à l’ensemble du problème. Le GPS intégré, des enregistrements audios ou l’accès à des échanges textuels aurait pu faciliter les recherches et provoquer une avancée décisive. Faire face à ce nouvel obstacle lui rappelait qu’il était nécessaire de ne pas tout prendre pour acquis malgré l’appui considérable de la technologie. Ces merveilles scientifiques rendaient tout plus simple et plus accessible. Bien qu’elle n’ai pas encore le réflexe de s’appuyer sur elles - et qu’elle ne le désire pas non plus - la varoc avait tendance à s’émerveiller par leurs capacités dès lors qu’elle avait une occasion de s’en servir, au point de les considérer comme parfaitement simple d’utilisation. Elle oubliait trop souvent la difficulté des scripts qui les programmaient. De ce fait, et alors que son coéquipier réfléchissait encore au problème, elle se mit à réfléchir à une alternative. Se tourner vers l’entourage d’Elena plus tôt que prévu, ou rechercher quelqu’un capable d’outrepasser la sécurité du robot. La brune se demandait lequel des deux serait le plus efficace.

Son oreille restait attentive à la discussion qui se jouait à quelques pas d’elle. L’information qui échappa des hauts parleurs de l’exosquelette résonna dans son esprit avec une étrange familiarité, mais elle n’eu pas l’occasion d’y réfléchir avant que Eva ne rappelle l’illégalité d’un passage en force dans les fichiers de la machine. Teagan ne prononça aucune parole, l’idée d’enfreindre la loi était aussi tentante que excitante mais sauf haute nécessité, elle ne pouvait se permettre de jouer sa place et celle de son coéquipier dans le coeur azurée pour l’hypothèse de quelques informations. Elle garda l’idée pour elle et se reporta plutôt sur Le Nalve.

De nouveau, l’hypothèse soulevée par Zach apportait à la conversation un point de vue intéressant. Malgré tout, la conscrite secoua la tête.

- Possible, mais je ne suis pas certaine que ce soit que le surnom d’un groupe de jeunes. Je l’ai déjà entendu quelque part, et pas à l’académie.

Il lui revenait en tête un fragment de discussion, quelques mots prononcés qui lui hérissaient les poils, le nom emprunté d’une créature appréhendée de tous les Varocs. Petit rongeur sans agressivité, pillard délétère dont les maladies qu’il transmettait se chargeaient d’achever les plus fragiles, Teagan avait de mauvais souvenirs de ces plaies qui infestaient les ruines.
Un homme usait de leur réputation pour se faire un nom, mais elle n’était pas fichu de se souvenir pour quelles raisons. Ni qui lui en avait parlé.
Elle extirpa de la poche de sa veste un petit appareil électronique. L’habitude rendait ses gestes plus fluides, elle savait sur quelles applications se tourner pour executer ce qu’elle avait en tête. La messagerie instantanée de Tadryon lui permettait d’envoyer un message à Taryn bien plus vite que si elle avait dû retourner chez elle pour la questionner.
La rousse ne tarda pas à lui répondre.


Le Nalve. Ca te dit un truc ?
La bestiole ?
Nan, un tadryen qui se ferait appeler comme ça.
Nan.
Ah si attends.
Y’avait un mec au bar qui en parlait. Le grand blond, avec la barbe et la cicatrice en travers du nez, le soir où tu as marchandé avec Mérise.


Quelle femme formidable. Teagan la remercierait plus tard. Déjà, elle changeait de contact, se tournant vers son anciene cliente pour discuter du même homme.
Consciente qu’elle s’était laissée emporter, elle prononça quelques mots à destination de Zach. Il serait malheureux qu’il la croit si peu concernée par l’enquête qu’elle s’amuse à communiquer avec des amis.

- J’ai peut-être un truc. Enfin … Un moyen de retrouver l’endroit où j’ai pu en entendre parler.

Elle attendit quelques secondes devant l’écran statique de l’appareil. Mérise travaillait dans un labo. Il n’était pas certain qu’elle puisse répondre dans l’immédiat. La varoc s’assura d’avoir augmenté le volume et s’apprêta à le ranger lorsque la sonnerie propre à la réception d’un message l’alerta.

Tu parles d’Asan ?
Oui. Tu aurais un moyen de le contacter ?
Bien sûr Trésor, je t’envoie ça. Dis lui que tu viens de ma part. S’il se montre réticent, parles des Dysniphie, ça devrait le dérider.


D’un contact, à un autre, elle monta petit à petit jusqu’au Nalve.

Tu veux des informations ? Ce ne sera pas gratuit.


Evidemment. Un service en valait un autre, Teagan était bien placée pour le savoir. Elle esquissa un sourire satisfait lorsqu’elle inscrivit la promesse d’une transaction équitable et attendit la réponse suivante. Ce sourire s’aggrandit encore lorsqu’elle obtint les informations tant souhaitées, plusieurs minutes plus tard.

- Je l’ai.

Elle releva deux yeux noisettes devenus pétillants vers son coéquipier si renfermé sur lui même et s’expliqua.

- Il s’agit d’un ancien varoc qui vit désormais à Tadryon. Il a un lien, direct ou non j’en sais encore rien, avec les Rats et est surtout connu pour savoir causer aux IA. Il n’est pas facile à trouver, il est “ Le Nalve “ que lorsqu’il mouille dans certaines affaires commerciales, ou lorsqu’il laisse sa marque sur une machine. En dehors de ça, il reste un tadryen comme les autres. Citoyen ou conscrit, ça je n’en sais rien pour le moment. Mais on pourrait visiblement le trouver dans un bar, “ L’éclatant “, proche du quartier résidentiel. Vous voulez y faire un tour tout de suite ?



                                                                        Nombre de mots : 1033
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 207
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Dim 31 Déc - 3:14

Sa coéquipière avait visiblement un réseau de contacts plus étoffé que lui. Jamais Zacharias n’aurait pu faire un tel prodige de retrouver un individu en remontant une chaine de la sorte. Déjà, qu’elle ait souvenir d’avoir entendu ce nom et avoir pu trouver une personne en lien impressionnait le conscrit, même s’il gardait son habituel visage de marbre devant le petit tour de passe-passe. Si le futur soldat savait faire parler les gens quand il mettait la main dessus, il n’avait certainement pas le tact et la dentelle pour être capable de se faire référé d’un à un autre. Puisqu’il connaissait un peu Teagan, il n’avait pas été indisposé de la voir sortir son appareil pour établir une communication avec quelqu’un. Au pire, si elle se permettait des écarts pendant leur enquête sur la jeune Savary, il cadrerait quand il constaterait l’égarement. Quand sa collègue lui avait finalement fait part de son idée, il s’était contenté de hocher la tête silencieusement, la laissant opérer sa magie. Il n’avait pas besoin d’un compte rendu dans la seconde et il n’était pas le genre à s’offusquer qu’une bonne idée soit mise en branle. S’adossant à un mur, il continuait de réfléchir avec lui-même. Quand elle lui fit part de ses résultats, il resta un moment pensif.

« Même moi qui adore trop jouer des poings pour mon propre bien j’ai des frissons en présence de ce genre de type. C’est impossible que la jeune Savary n’ait pas été terrorisée par ce genre de petit criminel au vu de son dossier. Qu’est-ce qu’elle peut bien avoir à faire avec ce type? »

Zacharias n’aimait pas du tout ce petit jeu avec un homme utilisant un alias. Il avait grandi à la dure, il avait appris à flairer les ennuis avant d’y plonger et tout son corps le gardait en alerte. C’était même un peu étrange qu’une académicienne en difficulté comme Elena ait pu le contacter et qu’une autre académicienne ensuite puisse en faire autant. Il était trop facile d’accès, mais pourquoi? Zacharias avait assez fait affaire avec la racaille pour savoir qu’on ne mettait pas les pieds dans leur terrain sans prendre des précautions. Mais bon, trop tard, il était maintenant clair que le Nalve n’allait pas les recevoir ailleurs que chez lui maintenant qu’il avait eu une réponse aussi optimiste de sa ‘cliente’.

« Rien ne garantit que nous soyons en sécurité avec ce type, il peut vouloir effacer une trace qu’il regrette d’avoir laissée. En plus, nous allons lui faire face dans son propre terrain, ce qui nous désavantage grandement. En plus qu’on manque d’infos sur lui et qu’il nous a fixés des termes de rencontre nous empêchant d’apprendre à le connaitre avant de s’y rendre. Il est trop facile d’accès, c’est soit un amateur incompétent ou un des trafiquants les plus dangereux et mieux établis du monde interlope. »

Il pianota sur le clavier à son avant-bras pour transmettre un message à Vallarin par son IA. Il ne serait pas trop de trois pour cette rencontre, même s’il allait s’arranger pour ne pas dévoiler leur véritable nombre. Quand l’hologramme d’Eva s’évanouit, il exposa son idée pour la suite.

« Visiblement, vous avez un talent avec les gens que je n’ai pas. De toute façon, deux prédateurs placés face à face ne peuvent que difficilement s’entendre harmonieusement, alors ma présence avec vous pour les négociations ne serait qu’un handicap. Je vais me mêler avec la clientèle de ce bar et servir de surveillant à votre rencontre avec le Nalve qui vous fait assez confiance pour se dévoiler ou envoyé des intermédiaires. Laissez-moi au moins une demi-heure, peut-être trois quarts d’heure si possible et allez rejoindre le contact qui vous sera désigné. »

Il voulait devenir infiltrateur, c’était totalement dans ses cordes de faire ce genre de ‘mission’.

« J’ai un ami de confiance qui viendra avec nous. La personne que vous rencontrerez sera escortée ou aura des surveillants en place depuis longtemps que je tenterai d’identifier sans me faire prendre. Au final, à deux nous serons beaucoup moins en position de force qu’à trois. Ce pourrait être plus facile de nous mélanger aux clients à deux sans attirer l’attention, mais je crois que vous présentez seul serait encore plus suspect. Vallarin est un habile communicateur comme vous et sera capable de vous épauler dans la rencontre contrairement à moi. Au final, je vous laisse choisir si vous préférez être seule ou non pour rencontrer le contact. »

Il était peut-être complètement maladroit quand il s’agissait de mettre en place une négociation avec un criminel, mais il était un stratège qui se valait. Il savait que ce ne serait pas une mince affaire de ne pas se faire prendre par les guetteurs du Nalve, mais il devait au moins tenter sa chance. Il laissa Teagan déterminé si elle préférait être seule ou accompagné, bien que l’idée qu’elle se retrouve l’unique négociante avec les criminels lui donne des frissons d’horreur. Il avait confiance en ses capacités, mais il aurait de la difficulté à assurer complètement sa sécurité à distance, alors que Vallarin aurait le loisir d’être avec elle si la situation changeait du tout au tout sans prévenir. Quand la décision fut prise, il envoya ses consignes à Vallarin qui lui envoya un message pour confirmer qu’il avait reçu le tout. Leur amitié prenait parfois l’allure d’un supérieur avec son subalterne, mais les deux partis étaient bien ainsi, alors pourquoi changer le tout. Avant de quitter sa coéquipière, il profita de la sécurité relative de la chambre de l’académie face aux oreilles indiscrètes.

« Si je renverse ma consommation sur vous, c’est le signal de vous retirer de leur fourmilière. Si j’interviens directement, on tentera de s’en sortir indemne. »

***

Zacharias avait enlevé son exosquelette avant de se rendre au bar. Il n’avait jamais été dépendant de cette carcasse de métal pour assurer sa sécurité. Bien qu’il en louait l’utilité pour beaucoup de domaines, il ne pouvait nier qu’il était en meilleure posture pour utiliser les arts martiaux quand il était hors de l’armure. Avec une tenue décontractée et des plus banales, il entra dans le bar pour s’y promener doucement. Se mêler à la clientèle du bar ne demandait pas nécessairement de se faire un personnage, au contraire même, il valait mieux rester naturel. Les semblants de bar de Varosha et les foules n’avaient jamais été le fort de l’ancien réfugié et il ne s’y était jamais senti à l’aise. Il ne tentait pas de cacher ce trait de caractère pourtant, sachant très bien qu’il n’était pas le seul dans le bar qui n’était pas à sa place. Sans se presser pour se rendre au comptoir et se commander un verre, il tenta un premier repérage pour voir s’il pouvait trouver des guetteurs ou quelque chose pour l’aider à se faire une tête sur ce fameux ‘Nalve’. Souriant maladroitement à quelques belles jeunes femmes et se frayant un chemin en gérant l’inconfort que lui causait d’avoir autant de gens dans sa bulle; il se mit à espérer que tout se passe bien et que la rencontre avec leur contact ne tourne pas au vinaigre.

Une fois au comptoir, il se prit quelque chose à boire et il se trouva un coin pour boire doucement. Il promena son regard sur les gens dans la place, prenant le temps de s’attarder sur les belles jeunes femmes qui déambulait pour certaine de manière assez suggestive. Il n’était pas un coureur de jupons, mais il savait apprécier la beauté quand il la voyait. Et puis, il n’avait pas envie d’attirer l’attention de jeunes hommes cherchant un homme, alors aussi bien ouvertement démontrer son intérêt pour la gent féminine. Il profitait toutefois de sa capacité d’observation rapide et de sa mémoire tenace qui lui permettait de bien analyser les différents hommes présents. Il devait tenter de trouver les possibles guetteurs qui évoluaient dans le bar. Si le Nalve avait établi son ‘repère’ pour les transactions ici, c’est qu’il avait des gens pour le surveiller ou des fiers à bras pour le protéger. D’une manière ou d’une autre, les problèmes ne viendraient pas du contact, mais des fiers-à-bras ou des guetteurs, Zacharias devait donc parvenir à les identifier. S’il se faisait prendre à les chercher par contre, il aurait leur visite et il ne s’en sortirait pas si bien tout seul. Alors qu’il menait son train doucement, un homme vint le rejoindre avec une attitude qui témoignait clairement qu’il n’en était pas à son premier verre.


« Les femmes sont belles ici non? » Zacharias hocha distraitement la tête. « Tu veux savoir comment faire pour les ramener dans ton lit, mon frère? » Zacharias releva un sourcil perplexe en regardant l’homme éméché. « J’ai déjà ramené deux amies en même temps avec, tu sauras. »

Il acquiesça d’un simple mot. Entretenir la conversation avec cet homme ivre allait lui permettre de garder son air blasé et de se morfondre dans son coin sans trop avoir l’air étrange. Et puis, tant qu’à attendre à ne rien faire, aussi bien se divertir par la même occasion. Il réussit à identifier deux femmes et un homme qui lui semblaient correspondre à l’idée qu’il pouvait se faire d’un guetteur. Étant de nature peu bavarde, il ne répondait que par un ou deux mots à son interlocuteur, parfois par un simple grognement affirmatif ou négatif. Retournant régulièrement sur les guetteurs potentiels pour tenter de valider les armes et les autres particularités qui pourraient se manifester avec eux. Il faisait le tout de manière la plus subtile possible. Quand il vit sa collègue entrer dans le bar, il avait déjà pas mal pris sa place discrète dans le bar pour superviser la négociation. Il ne restait plus à espérer que ce n’était pas un piège et que le jeu en vaudrait la chandelle.
(1 641 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Dim 28 Jan - 20:26


Inventaire:
 

Les motivations du Nalve étaient troubles, et à spéculer, le binôme tadryen pouvait bien trouver une dizaine de justifications possibles. Effacer d’infimes traces, supprimer les menaces, obtenir des renseignements, mais peut-être aussi simplement se faire connaître, approuver une nouvelle transaction ou bidouiller une autre machine. Teagan était commerçante, elle savait important de laisser sa signature, avoir une réputation, faire parler d’elle et ainsi, attiser la convoitise d’autres clients. Elle n’était pas persuadée que leur homme ne soit qu’un marchand en mal d’acheteurs, mais elle ne pouvait se permettre de ne garder en tête qu’une seule hypothèse, celle d’un criminel mêlé à la masse tadryenne, un voyou dissimulé derrière un poste de tavernier.

La brune opina à la proposition suivante. Elle n’était pas suicidaire, et bien qu’elle sache se débrouiller avec ses poings, Teagan n’était pas assez idiote pour foncer tête baissée droit dans la gueule du loup. Rien que dans l’hypothèse où le Nalve puisse être l’un de ces bandits qui courrait les ruines de la ville fantôme, il était nécessaire d’avoir un tant soit peu de préparation. Être accompagnée tandis que le Varoc de naissance se fondait dans la foule n’était pas une mauvaise idée, ceci leur permettrait de garder un oeil sur l’ensemble de la boutique tout en questionnant le trafiquant sans passer pour une faible créature aisée à manipuler. Le Nalve aurait bien vite déchanté, de trop nombreux hères avaient eu la mauvaise idée de la sous estimer avant de prendre conscience de leur erreur, néanmoins faire passer le message immédiatement n’était pas une mauvaise chose. Ceci dit, l’académicienne ne comptait pas uniquement sur son futur accompagnateur pour défendre ses arrières. Il était nécessaire qu’elle se change pour pouvoir dissimuler son arme, mais également pour être plus à l’aise dans ses mouvements. Plus que de ses poings, elle comptait également jouer de ses cordes vocales, user de ses mots pour confondre l’homme et en apprendre plus sur la disparition de la jeune Savary.

- Ca me va. Je vous retrouve donc dans quarante cinq minutes, j’aimerai repasser chez moi pour deux ou trois préparatifs.


♦️♦️♦️

Vallarin était plus carré qu’elle ne l’aurait cru. Pas extrêmement grand mais marqué par l’entraînement, il ne devait avoir aucun mal à se faire respecter, bien qu’aux premiers abords, il se soit montré à elle comme un homme agréable et plutôt doux. Les cheveux portés aux épaules, les joues rasées de près et vêtu en civil, il avait un visage familier. Teagan avait dû le croiser lors de ses journées de cours ou d’entraînement à l’académie.
Le courant passa assez vite entre les deux conscrits. La future marchande avait le sens du contact et il semblait que son nouveau compagnon aussi.
Rapidement, elle lui exposa l’idée qui trottait dans son esprit.


Elle jeta un rapide coup d’oeil dans la salle après avoir poussé la porte. Elle ne connaissait pas les lieux, n’avait pas la moindre idée de l’agencement de la place, ne savait pas où s’était installé l’espion ni où se trouvait le comptoir. Cela lui prit une seconde naturelle, puis, une fois localisés, elle s’engouffra dans la boutique, se faufila parmi les clients. Entre ses doigts s’étaient refermées les phalanges du bruns qui la suivait de près. Une proximité presque trop intime pour deux êtres qui venaient de se rencontrer. Exception faite de Zacharias, pas un ne devrait soupçonner la supercherie.

Teagan se dirigea vers le comptoir. Derrière le bar s’attelait une femme aux lourdes boucles rousses, les oreilles ornées de larges anneaux mordorés.
Le couple s’approcha.

- Bonjour, je cherche le Nalve ..

La voix douce, sa phrase sonnait comme une interrogation. La varoc s’efforçait de se présenter comme une jeune femme non pas hésitante, mais pacifique, venue la en toute amicalité et non pour mettre à jour un potentiel trafic.
La dame leva un oeil cobalt sur le duo, vraisemblablement peu méfiante, plutôt désintéressée.

- C’est pour quoi ?

Aucune salutation.  Malpolie. Teagan aurait grogné sur si peu de savoir-vivre si sa couverture n’était pas plus importante que certains de ses principes. Elle resta courtoise.

- Je l’ai contacté tout à l’heure, on a prévu un rendez vous.

La rousse posa le torchon. Sans mots ni regard, elle tourna le dos aux deux tadryens et s’engouffra derrière une porte où elle sembla héler quelqu’un. A son retour, la citoyenne était accompagnée d’un homme d’âge mûr, la barbe naissance et le teint hâlé. Pas très grand et plutôt maigre, il n’avait pas grand chose de cette racaille qui pullulait à Varosha. L’art de savoir mener double vie devait certainement impliquer bons costumes et parfaite comédie. Ou alors les deux enquêteurs se fourvoyaient.
L’homme, mieux élevé que sa collègue, tendit à la varoc une main respectueuse qu’elle serra pour lesaluer. Il fit de même avec Vallarin et les enjoignit à s’asseoir à une table un peu en retrait.
Teagan prit place aux côté de Vallarin. Elle maintenant un contact discret mais explicite avec lui.

- Vous vouliez me voir ?
- Oui. Voilà ..hm .. J’aimerai .. Nous aimerions quitter Tadryon ..

Son interlocuteur garda le silence, l’enjoignant ainsi à pousuivre.

- Ca devient trop difficile, je ne supporte pas tout l’embrigadement qu’on nous fait subir .. le culte des Capes Ecarlates, la haine envers les étrangers .. J’ai craqué, j’ai peur de faire une connerie, je préfère m’en aller avant d’y céder ..

Aurait-elle été assez idiote pour convenir d’un rendez vous en explicitant le but véritable de sa visite ? Teagan, bien qu’ayant peut-être été un peu vite en besogne, s’était efforcée de ne pas vendre la mèche et comptait arriver à son but de manière détournée.
Le Nalve croisa les bras sur la table, ses prunelles malachites passaient de l’un à l’autre des deux usurpateurs.

- Et qu’est ce qui vous dit que je suis en mesure de vous aider ?
- Vous avez aidé un amie à moi il n’y a pas longtemps … Elena. Je sais que vous pouvez nous aider nous aussi .. !


La fille Ehle était plus habile au négoce qu’au mensonge. Feindre un rôle qui n’était pas le sien n’était pas habituel, elle chercha pourtant à rester le plus crédible possible, tant par sa voix, ses mimiques que ses paroles.
Elle sembla attirer l’attention du tavernier. Il reposa les yeux sur elle, alors que Vallarin rebondissait sur ses dernières paroles, conscient que s’impliquer dans la discussion appuierait la stratégie de la Varoc au lieu de la rendre suspecte. Un homme de cette stature qui ne pipe mot ressemble bien plus à un garde du corps qu’à un académicien effrayé.

- Vous devez vous souvenir d’elle … Une petite blonde aux yeux verts .. C’est elle qui nous a parlé de vous, elle assurait que vous étiez quelqu’un de confiance !

Le Nalve esquissa un demi sourire au dernier mot. Il ne semblait pas de cet avis, mais prendre conscience de pareille ironie devait l’amuser.
Il reprit son sérieux bien vite.

- Ce n’est pas ce que vous croyez. Je ne l’ai pas aidé à sortir. Juste à … devenir invisible.
- C’est à dire .. ?

Il parlait moins fort. La valeur de même que la légalité de l’information devait mériter davantage de discrétion. La brune tendit l’oreille.



                                                                        Nombre de mots : 1207
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 207
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle Lun 26 Fév - 19:04

Quand il avait vu Vallarin et Teagan entrer dans le bar en se tenant par la main comme un couple, il avait tout d’abord été stupéfait. Il n’avait pas pensé que le duo irait avec cet angle pour approcher le Nalve. C’était une idée intéressante, il fallait juste que le duo réussisse à rester crédible tout au long de l’échange. Zacharias n’avait pas de doute que son ami était capable d’une telle chose. S’il y avait bien quelqu’un dans le monde qui savait être sociable et se démêler dans les ficelles interpersonnelles, c’était Vallarin. Tout en écoutant d’une oreille distraite l’homme ivre qui lui parlait de sa technique pour plaire aux femmes, il gardait une surveillance discrète sur le duo. Comme il parcourait le bar du regard depuis son arrivée, il ne faisait que continuer son manège en s’assurant de scruter la zone où évoluaient ses deux collègues du coin de l’œil. Quand il vit l’homme sortir de derrière le comptoir et aller s’asseoir à une table plus isolée, il se demanda s’il s’agissait du Nalve ou d’un représentant seulement. Si c’était le Nalve, il avait une grande confiance en lui pour s’afficher aussi clairement, même si c’était sur son propre terrain. À moins qu’il soit à ce point intouchable et protégé? Chose sûre, c’est qu’il donnait l’impression à Zacharias d’être la personne aux commandes et non un homme de main, il faisait beaucoup plus ‘homme d’affaires’ que truand de la rue. Si c’était bien le Nalve en personne, c’était un peu inquiétant qu’un tel personnage soit mêlé à l’histoire.

***

Vallarin avait ajusté sans problèmes son comportement à l’idée de sa partenaire de mission. Quand Zacharias l’avait contacté pour demander son aide, il n’avait pas pu refuser. En plus de venir en aide à un ami proche, il pouvait enfin faire quelque chose de plus palpitant que les bancs de l’Académie. Bien qu’il aimait apprendre et développer son potentiel, son deuxième passage à l’Académie était long et peu palpitant par moment. Tout en marchant vers le bar, il avait enlacé tendrement les doigts de la jeune femme en suivant docilement. S’il avait l’allure du copain musclé et protecteur en raison de sa grandeur et sa carrure, il avait rapidement su se montrer abordable à leur contact en affichant un visage chaleureux. Quand la discussion se fit plus intéressante, il garda son air calme et anodin. Il n’avait pas la moindre crainte, il avait pleinement confiance en Zacharias pour assurer leur sécurité. Il ne regardait pas non plus si Zacharias était dans le coin ou non, parce qu’il n’avait pas de doute que le futur soldat faisait tout ce qui était nécessaire pour être à portée.

« C’est un talent bien précieux alors. Faire oublier quelqu’un et taire son nom c’est une chose appréciable, mais faire disparaître quelqu’un… c’est difficilement à la portée de n’importe qui. »

L’homme se tourna vers lui, répondant plutôt bien à la caresse que Vallarin venait de faire à son égo en reconnaissant son talent.

« Content que vous sachiez faire la différence. C’est effectivement une capacité rare et très délicate, vous comprenez donc qu’elle impose beaucoup de conditions. Dont celle de ne pas disparaitre avec une personne déjà disparut, avant que vous ne demandiez. »

Vallarin hocha la tête, jouant la carte de l’homme compréhensif qui acceptait le rejet de sa demande. Il voyait bien qu’il n’obtiendrait rien en se braquant et en tentant de faire céder l’homme. Dans cet échange, c’était ce commerçant de services inhabituels qui avait le pouvoir de continuer ou de mettre fin à la rencontre, il fallait donc éviter de charger comme un taureau. D’un geste qui semblait naturel, Vallarin saisit doucement la main de Teagan pour la serrer tendrement et la réconforter de la ‘perte’ de son amie. Le rôle était facile à jouer en fait, il n’avait qu’à agir comme il l’aurait fait avec la personne qu’il aurait choisie pour partager sa vie. Que ce soit Teagan ou celle qu’il croiserait bien un jour ou l’autre, cela ne faisait aucune différence.

***

Zacharias avait conclu avec l’ivrogne qui commençait à devenir une trop grande source de distraction pour rester efficace dans sa surveillance. Il s’était éloigné en jouant la carte de l’irritation d’avoir eu à supporter aussi longtemps un tel énergumène. Il avait suivi un tracé qui l’éloignait de l’homme et l’approchait de la table, sans toutefois sortir de la foule ou entrer dans la zone tampon autour de la table. Une telle proximité l’aurait immédiatement révélé et grillé la couverture qu’il avait installée depuis son arrivée. Il voulait quand même tenter d’entendre la teneur de la conversation, mais ce fut sans succès vu le volume des participants et le bruit ambiant à la distance que devait garder Zacharias. À la place, il prit le temps d’analyser les tables avoisinantes à celle de la rencontre. Rapidement, Zacharias constata un schéma intéressant. Des tables avaient dû va-et-vient, mais aussi près ce devait être des habitués de confiance de l’endroit. Des tables changeaient peu d’occupant par contre, on pouvait donc en déduire que c’était les ‘protecteurs’ du Nalve ou de son représentant. Zacharias restait néanmoins convaincu qu’il y en avait d’autres parmi la foule, sinon ce serait trop évident. Ce qui frustrait l’académicien par contre c’était qu’il ne pouvait pas capter la conversation à partir d’ici. Il ne pouvait pas vraiment se rapprocher plus non plus. Son signal pour mettre fin à la conversation n’était plus tellement fonctionnel de plus. Il fallait espérer qu’il n’est pas à mettre fin à la rencontre.

***

La discussion allait bon train pour le moment. Teagan avait un talent elle aussi pour garder la maîtrise de la discussion et ne pas se faire prendre dans les quelques pièges que tendait l’homme pour les confondre dans leur histoire. Cela dit, le point le plus délicat faisait surface et risquait de compliquer un peu le tout. Évidemment, le Nalve ne faisait rien gratuitement ou par bonté d’âme. Par contre, le prix était nébuleux, probablement de manière volontaire pour mieux laissé le couple révélé l’étendue de leur moyen et demander le prix fort. S’il faisait affaire avec des académiciens, il devait savoir que leur moyen était plus limité. En même temps, Vallarin ne savait pas jusqu’où Teagan était prête à s’engager et s’impliquer. Pour mettre une pause à l’échange, le colosse poussa un lourd soupir de dépit et pencha la tête pour regarder la table. Puis, il tourna la tête pour regarder Teagan dans les yeux et secoua doucement la tête.

- Ma copine et moi n’avons pas d’énormes moyens, nous sommes tous les deux à l’Académie et mon retour à l’Académie m’a fait perdre mon travail…
- Le retour à l’Académie cause beaucoup de frustration en effet.
- Elena à bien réussit à payer le prix demandé.
- J’ai déjà dit que je ne parle pas des contrats déjà passés avec d’autres, ne me faites pas répéter mes règles de base. Elle avait visiblement des moyens permettant de couvrir les démarches nécessaires. Tout dépend toujours de vos projets une fois que je vous fais disparaitre. Certains groupes sont plus faciles à rejoindre, comme les Traceurs par exemple. Qui sait, le monde étant petit, peut-être que vous pourriez retrouver de vieilles connaissances.


Vallarin fronça les sourcils. Ce groupe ne lui disait pas grand-chose. Et mentionnait-il ce dernier pour mettre le couple sur la piste de leur ‘ami’? Est-ce que le Nalve avait finalement un cœur? Chose sûre, c’est que de tenter de confirmer ouvertement cette information discrète allait leur attirer des ennuis. C’était peut-être aussi un moyen de les envoyer sur cette piste pour les éloignés et les brouiller. Même si Vallarin était très sociable et amical, il n’était pas nécessairement un grand manipulateur. Pour le moment, de faire le petit ami était facile, c’était à peine un mensonge. Il devait donc faire attention de ne pas s’engager dans une pente qu’il ne pourrait pas gérer et griller leur couverture. Avec un regard résigné, mais rempli d’une tendresse des plus crédible, il s’adressa à sa partenaire d’infiltration.

« Moi j’ai été clair avec toi quand on a décidé de venir ici mon amour. Je te suivrais, peu importe ce que tu feras, parce que c’est avec toi que je veux continuer ma vie. »

***

Avec impatience, Zacharias regardait les trois impliquer à la table en rageant de ne pas savoir ce qui se disait. Pour une personne curieuse comme lui, c’était enrageant de ne pouvoir que se baser sur les gestuelles pour décoder ce qui se passait. Pour le moment, Teagan et Vallarin semblaient encore assez détendus, ce devait encore être sous leur maîtrise. Tout en attendant et en observant, il ne manqua pas un signal discret qui se fit entre le Nalve (ou son représentant) et un des ‘habitués’ qui restait toujours dans le décor des tables environnantes. Avoir été partie prenante dans la conversation, il ne l’aurait probablement pas vu; c’était une mimique qui semblait aller avec le sujet de la conversation, mais de l’extérieur, il pouvait voir la subtile confirmation que l’homme de main fit a son patron dans l’angle mort du ‘couple’. Ils devaient avoir dit ou entendu quelque chose que le Nalve voulait s’assurer ne pas regretter. Est-ce qu’il ne les ferait qu’épier ou bien il leur ferait avoir une peur? Difficile à dire. Il n’avait pas vraiment envie d’attendre de savoir non plus. Il était certain par contre que le tout ne se déroulerait pas dans le bar au moins, ce serait beaucoup trop voyant. Il avait donc un peu de temps pour trouver une solution pour les prévenir. Entre-temps, il n’en restait pas moins étonné de voir son ami être un aussi bon petit ami, même lui pourrait croire qu’il était amoureux.

Quand le ‘couple’ se leva, l’entretien se terminant, Zacharias avait bougé pour se mettre dans le chemin jusqu’à la porte. Il ne devait pas se faire prendre par les guetteurs pour ne pas se faire associé au duo. Il devait pourtant leur faire comprendre clairement qu’il serait au minimum suivi. Son plan était loin d’être classe, mais il ferait le travail. Pendant que Vallarin et Teagan se dirigeaient vers la sortie, Zacharias avait repéré une femme avec un verre en main. Il passa derrière la femme et, sans s’arrêter ou détourner le regard de son chemin, il la poussa à peine du coude sur la colonne pour la faire avancer et foncer dans Teagan. Le reste relevait d’une chance qu’avait tentée l’académicien qui fonctionna comme il l’avait souhaité; le verre se renversa sur la pauvre Teagan qui recevait la femme de plein fouet. Continuant son chemin comme si de rien n’était, jouant la carte de celui qui n’avait pas remarqué avoir accroché la femme, il fit un petit tracé pour se perdre dans la foule et retourner à la porte en laissant ses deux collègues gérer la situation. Il s’organisa pour être visible près de la porte quand le duo passerait, mais sans les regarder ou leur accorder d’attention, juste pour le faire comprendre que la ‘coïncidence’ du signal n’était pas le fruit du hasard.
(1 849 mots)
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle

Revenir en haut Aller en bas
 
Réeducation | Zacharias Deost & Teagan Ehle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Varosha :: Tadryon-
Sauter vers: