Partagez | 
 

 Les embruns vengeurs | PV Sigfrëli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 498
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Les embruns vengeurs | PV Sigfrëli Lun 24 Juil - 22:59

Inventaire
:
 

" ELLE EST MORTE ! " Le fauteur de trouble déambula vers la sortie de l'hôpital, laissant l'assemblée sur une note perplexe.

Calvin était dans le lot, témoin des prémices d'une catastrophe à venir. Le médic était suffisamment pessimiste – et un brin perspicace en réactions humaines – pour s'imaginer les bas instincts de cet homme aveugler sa raison lancinante. Rien d'étonnant en somme : le fumeur fut l'un des premiers médecins ayant pris en charge le Tadryen que cet individu avait ramené et sa propre réaction à l'égard de ce spectacle aurait pu être tout aussi explosive. Le rescapé était gravement mutilé, à quelques pas du trépas, l'armure sur ses épaules était si ébréchée qu'il ne laissait planer aucun doute sur le sadisme et l'entêtement néfastes de son assaillant. Ou plutôt de son assaillante, aux dires de son collègue et probable proche ami. Une "Mutante". Pour le paraphraser un petit peu plus ; c'était étrange comment ce terme sonnait si faux jusque dans ses pensées. Quoi qu'il en soit, l'infirmerie de la Guilde n'était pas préparée à une telle boucherie, il fallait livrer le bougre aux mains de l'Académie, qui le prit en charge immédiatement lorsqu'il fut question d'une attaque de Fille d'Ohibaan. Les iris de Calvin exprimaient une aigreur glaciale, suivaient le vengeur partir en guerre contre des idéaux qui le dépassaient. Cela ne pouvait pas se passer ainsi.

¤ - ¤ - ¤

Le silence du traqueur rajouta une couche de malaise sur la fragile assurance du Lovelace. A quelques pas en retrait, ce dernier suivait le Tadryen qui hurlait à la lune. Les terres désolées du No Man's Land lui fichait toujours un certain frisson ; elles avaient accueilli les pas de jeunes insouciants en quête d'aventure, puis de disparition. Ils avaient réussi à s'éclipser de cette cage, mais pas selon leurs attentes. Tout ce que Calvin espérait en ce moment, c'était qu'ils n'aient pas à se rapprocher de la forêt du Monstre, puisqu'il ne souhaitait pas entrer là-dedans en tant qu'envahisseur, bien au contraire.

Un bruit, un souffle point étouffé. Sans sommation, Linwood – l'assoiffé de sang – réagît au quart de tour et se précipita tête baissée vers la source. Calvin retint un juron et le coursa à la même cadence ; ils se retrouvèrent en position avantageuse sur les pauvres malheureux en contrebas. Même à cette distance, l'amnésique pouvait discerner la détresse, la supplication chez ces êtres en proie au courroux de la Nature. Ils étaient miséreux, leurs accoutrements revêtaient quelques connotations tribales, mais il suffisait de traîner des pieds à Varosha pour savoir que c'était la norme en ce monde. Du moins, lorsqu'on avait encore le contrôle sur son système neuronal : Linwood visait déjà la malheureuse femme du groupe et tira plusieurs salves au sol qui n'atteignirent point les pieds émaciés.


" Qu'est-ce que t— ?! "

Ce manque de contrôle sur soi offrit non seulement le loisir aux victimes de déguerpir et à Calvin de s'interposer en enserrant le bras du Tadryen. L'enragé riposta par une bousculade qui fit dévaler le médecin de guerre le long de la pente. Rien de grave au final, mais Calvin était encore plus furibond intérieurement. Ce genre d'animal était le cancer de sa patrie, ces Hommes-ci n'avaient pas leur place auprès du trône de l'humanité nouvelle. Linwood descendit le rejoindre, sans pour autant l'aider à se relever, il cherchait activement des yeux sa fausse proie.

" Elle est partie !
- Elle…
Commença à siffler Lovelace en se remettant debout, malgré la charge de l'exosquelette. N'était pas une Mutante. L'excité abaissa le canon de son fusil, agacé face à ce nouvel échec.
- Elle lui ressemblait tellement. Calvin soupira tout bas, à plusieurs reprises pour se remettre de cette pagaille.
- Sûrement, elles devaient toutes les deux avoir un utérus. Le simili d'insolence eut au moins le mérite d'attirer l'attention du Tadryen.
- Détends-toi le bleu, c'est mon intention de simplement la neutraliser. Et ceci fait, je la ramènerai à la Promise pour en faire un exemple. " Il reprit sa route.

Calvin prit connaissance de l'heure actuelle et finit par croiser les doigts pour que les renforts qui étaient censés venir les soutenir ne tarderont pas. Leur appel avait été lancé depuis l'avant-poste Elpis, seulement si les événements continuaient de s'envenimer de la sorte… Il ne pourra guère réprimer le vengeur seul, enfin pas sans paraître trop suspect. La subtilité était sa carte maîtresse, mais il allait devoir brusquer les choses si la situation lui échappait. Il ne souhaitait pas que leur prochaine altercation leur attire davantage d'ennuis.


761 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Sigfrëli
avatar
♦ Messages ♦ : 319
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Les embruns vengeurs | PV Sigfrëli Mer 26 Juil - 1:26

Inventaire:
 

« J’viens de faire un sacré don à la Nature là. » - « Heureuse de l’apprendre. » - « Ce qui a appartenu à la terre, revient à la Terre, comme on dit. » - « J’en ferai part à la Prêtresse, tu m’y feras penser quand on sera de retour. » - « Peut-être qu’elle louera mes loyaux services. » - « Peut-être même qu’elle te félicitera. » - « Peut-être qu’on m’acclamera Ohibaan, fils d’Ohibaan. » - « C’est pas bientôt fini ? » déclara Ytole qui s’impatientait. Les deux - le frère et la sœur - le regardèrent avec un mépris presque fraternel, complice. Puis ils rirent. « On cherche votre sœur, tout de même. » - « Non, là, on faisait une pause. » - « Attention Ytole, crains le courroux de cet Enoe, car une fois qu’il en lâche une, il en lâche encore. » Le pauvre Värsha roula des yeux et se retourna vers le groupe qui s’était installé près d’une clairière, loin des bleutées. Ils n’étaient plus dans les arbres et pour cause ; la forêt disparaissait au fur et à mesure. La ligne de la fin n’était pas franche, quelques arbres dans le No Man’s Land tenaient encore leur rôle de gardiens face aux intempéries, malgré tout. Le trio qui s’était écarté de peu, revint sur ses pas. Une dizaine de mètres les séparaient de l’embryon. Certains mangeaient, d’autres s’abreuvaient. Bernille établissait un plan et ne les avait pas attendus. Elle connaissait l’histoire, la dispute, les raisons qui avaient poussé la fuyarde à partir. Dans son escapade, Junior avait laissé des traces que les pisteurs – tels qu’Ytole et Jacques – suivaient depuis cinq jours déjà.

L’aînée des Granpa se sentait en partie responsable et même si elle n’en avait pas discuté avec lui, Belegn l’était également. Si c’étaient les seuls représentants de la famille Granpa à ce jour, ce n’était pas sans raison. Leur père prônait son choix d’existence ; si elle s’était exilée, c’est que la Nature l’en avait décidée ainsi et qu’il y avait, derrière ce dessein qui les dépassait, un schéma encore plus grand. Bapti s’était tue, interdite ; elle devait soutenir la pensée de sa moitié sans faillir, moyennant son rôle de parent mais malgré ses efforts, on devinait des remords de ne pas avoir su comprendre son enfant.

La route des Sylves trouva un nouvel indice probant du passage de Junior le jour suivant dans le cœur d’un vallon dont les formes évoquent les carcasses émaciés d’un environnement ignoré par la Nature elle-même. Ce chemin - qui suffisait d’emprunter en descendant l’une des dunes qui l’entouraient – était jonché de débris plus récents que ceux des Vestiges. La scène invisible aux yeux d’une Verärshar était pourvue d’indices utiles et généreux. Ytole s’approcha d’un trou creusé par le tir sans équivoque d’un homme de métal. Sigfrëli s’approcha, il grattait la plaie du débris, carbonisée. « Junior était ici ? » Il ne le savait pas encore car ce fut Jacques qui plus tard, lui indiqua un objet qui ne pouvait appartenir qu’à une fille du hameau, une mèche de cheveux brodée et arrachée avec force traînait dans les décombres de l’affrontement. Le bout était ensanglanté, les écailles coagulées sur la chair sèche de la mèche indiquaient pour l’expert le temps. Sigfrëli n’y voyait que du vieux sang. « Il n’a pas plu depuis longtemps, une chance car une terre sèche arrosée aurait avalé les preuves. » indiqua Jacques. L’aînée des Granpa prit la mèche. Rien ne lui disait qu’elle appartenait à sa sœur. Elle la rendit au pisteur et s’écarta, rejoignant Belegn.

En cet après-midi dominical, le groupe principalement composés de Värshars, guidé par Bernille se réunit. L’état des lieux n’était pas surprenant, un affrontement avait pris place au sein de ces terres désolées. « Junior ne doit plus être seule. » Une conclusion qui étonna Sigfrëli, Belegn répondit. « Cela ne m’étonnerait pas qu’elle ait planté sa lame dans l’aisselle d’un Tadryen sans l’aide de quiconque. » - « Peut-être, toutefois il est probable qu’on l’ait aidé. Il y a des flèches au sol, ta sœur est-elle une franche archère ? » - « Non, elle travaille l’homme au corps. » - « Bien, alors elle n’était pas seule, à moins que les Impurs sachent sortir une flèche d’un carquois. » Le rire de l’unique archère du groupe s’éveilla, Thaïs les méprisait au possible. « On leur donnerait un arc qu’ils le confondraient avec une branche. » La guérisseuse se retourna pour observer l’endroit, c’était mystérieux. Une impression de déjà-vu, qui se concrétisa lorsque Jacques indiqua une nouvelle direction, vers les Vestiges. « Un Fils d’Ohibaan blessé - » - « … - Cherchera toujours les hauteurs pour se protéger. »

Mots = 793
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t110-sigfreli
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 498
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: Les embruns vengeurs | PV Sigfrëli Dim 3 Sep - 23:33

La ligne de mire se cala dans l'angle mort de la fille d'Ohibaan. L'index sur la gâchette trépignait à l'idée de presser la détente. Cette simple pression était aussi aisée à réaliser que terrifiante à appliquer. Tout en se mordant les lèvres, imaginant que son collègue puisse céder à la tentation, Calvin observa avec sa propre lunette le groupuscule qui tentait de prendre de la hauteur. Une chance que le duo de Tadryens eût de l'avance sur eux, ils se seraient retrouvés en mauvaise posture. Le comble étant qu'ils étaient significativement plus nombreux. L'observation de l'amnésique balaya la troupe qui appartenait indéniablement au peuple de la Forêt d'Hanaamu. Pour en avoir côtoyé de plus près – dont une encore plus près – il les reconnaîtrait facilement parmi toutes les tribus existantes de leur modeste territoire. Contrairement à Linwood ici présent, il n'était pas aveugle au point d'accuser le moindre porteur d'une marque supposée tribale d'être un Évolué.

" Quelques femmes, surtout des Värshas. Affirma le médecin en rabaissant la visée de son fusil.
- "Värsha" ? Le nom propre aux Fils d'Ohibaan fut émis si spontanément que Calvin n'avait pas remarqué de suite son erreur. Mais à bien y réfléchir, il avait l'avantage d'être mieux renseigné que son comparse, ce qui lui serait fortement utile pour la suite.
- C'est ainsi qu'ils appellent leurs guerriers. Un rictus taquin étira les lèvres de l'assoiffé de sang sous son heaume.
- Tu ne pourrais pas aller leur demander directement où est cette peste ? Vu que tu as l'air de les connaître. " Le conscrit détourna le regard vers le groupe en contrebas, feignant l'indifférence à cette remarque on ne peut plus perfide.

Linwood finirait forcément par trouver un moyen de massacrer le groupe jusqu'au dernier, et les renforts Tadryens seraient également enclin à servir le projet Tadryon de cette manière. Calvin ne pouvait parier sur un potentiel sceptique parmi les rangs, il allait devoir faire cavalier seul, et ce avant l'arrivée des fameux renforts. Sa courte observation des proies de Linwood lui fit comprendre une chose : ils pistaient quelque chose, ou quelqu'un. A plusieurs reprises, des arrêts autour d'un détail dans l'environnement attirait leur attention, avant qu'ils ne reprennent prestement la route. Que cherchaient-ils exactement ? Calvin aurait parié sur de simples explorateurs, mais la présence point négligeable des combattants le fait douter. Étaient-ils des traqueurs ? Il n'y avait pas que des hommes et des femmes armés jusqu'aux dents dans le lot, peut-être des supports. Le plus simple serait de continuer de les observer pour finir par dévoiler leurs intentions, néanmoins ce serait également la manière la plus longue de procéder ; ce qui ne siérait pas au vengeur. Pas le choix, Calvin allait devoir doser la situation pour la rendre adéquate pour les deux partis. Satisfaire juste assez les envies carnassières de Linwood et limiter les pertes du côté des Évolués.

Ses yeux azurés balayèrent les alentours. L'environnement n'était pas propice à une embuscade pour des Hommes. Cependant, il l'était pour des monstruosités de la faune locale. Les Tadryens étaient à priori plus au fait des particularités du No Man's Land, et l'unité formée par les Fils d'Ohibaan ci-présents démontrait peut-être qu'ils comptaient sur le surnombre pour limiter ce fossé. Calvin repéra ainsi plusieurs plantes caractéristiques des Vestiges, les Évolués se rapprochaient de l'un d'entre eux. Ce serait une perte pour le duo s'ils atteignaient leur objectif, il fallait profiter de la dangerosité des Plaines Damnées pour éparpiller le groupe et espérer les faire fuir. En gros, s'en remettre à leur propre tactique. Calvin en souriait presque de cette idée farfelue.
" Nous allons les perdre s'ils s'aventurent dans un Vestige. Dans ce type d'environnement, les options de traque s'avéraient laborieuses. Visons les Olyreis pour les forcer à faire demi-tour. " L'idée sembla enjouer son partenaire qui s'arma aussitôt de son Djinn pour entreprendre des tirs précis sur les fameuses excroissances bleutées. Le simple vacarme d'un laser pouvait apeurer les imprudents, mais c'étaient surtout les flashs aveuglants des poches d'Olyrei qui posaient problèmes. Calvin ne participa pas à la salve, il devait soutenir les tirs de sommations avec quelque chose de plus… malsain. Un petit amas de jais apparut sur sa fenêtre de tir. Il n'hésita pas une seule seconde pour tirer sur les cristaux, le scintillement entreprit sa mélodie et un écho dans l'air leur fit comprendre que la faune répondait à son appel.


735 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
 
Les embruns vengeurs | PV Sigfrëli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: La Ville Azurée :: Le No Man's Land-
Sauter vers: