Partagez | 
 

 -mission- Avoir un grain [pv Heldwige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -mission- Avoir un grain [pv Heldwige] Ven 11 Aoû - 12:26

Heldwige Dvärn

   
Avoir Un Grain

   
xxx Feat Carmen xxx

   

   
Inventaire:
 




Vous étiez maîtres de la situation depuis le début de cette entrevue. Au sol, confronté à la tatoueuse, ton frère contrôlait tous ses faits et gestes. Attentifs à ce qu’il disait, il prenait grand soin à ne lui confier que le strict minimum pour ses recherches pour ne jamais risquer de mettre l’intégrité des fils et de leur Mère en péril, tandis que toi, tu la surveillais des hauteurs pour t’assurer que ce ne soit pas le Ïanasha qui soit en danger. De même, s’il l’avait guidé jusqu’à la clairière pour lui permettre de cueillir quelques spécimens des bleutées à collerette, ce n’était que dans l’idée qu’elle peine à y retourner par ses propres moyens par la suite. Quand même un tant soi peu méfiant, Denethor n’écartait pas l’hypothèse que la jeune femme accepte de ne voler à la terre que quelques fleurs dans l’unique objectif de ne pas vous troubler, et revenir plus tard pour une consommation bien plus importante. Aussi, le pas du garçon avait été rapide. Il glissait derrière les larges troncs comme une ombre, n’hésitant pas à disparaître un instant du champ de vision de Carmen pour favoriser son état d’alerte et sa précipitation à suivre la première direction venue.
Puis, en plus de cela, vous ne les aviez jamais quitté du regard. Tu les avais suivis plus lentement par les branches et les longues lianes pour t’assurer qu’il ne prenne pas de repères, ne volent rien de plus que ce que l’herboriste avait autorisé ou même n’abîment rien.
Vos paroles étaient sacrées, et ils auraient été dans une bien mauvaise position s’ils vous avaient contredit.
Pour cette raison, tu n’attendais aucun refus face à ta proposition. Il s’agissait d’une déclaration, un fait assuré qui n’attendait aucune contestation : il était temps pour eux de partir. L’audace du vieil homme, qui avait déjà suffisamment accaparé ton attention ainsi que celle de la bleutée avec son histoire de graine, te surprit autant qu’elle t’agaça. Ses paroles quant à elle, t’énervèrent.

Tu fronças soudainement les sourcils. Un pari ? Etiez vous, toi et ton frère, l’objet d’enjeux ? Comment deux inconnus, deux êtres d’un autre peuple, pouvaient ils se le permettre ? Vous possédaient-ils ? Certainement pas, alors comment pouvaient-ils se donner le moindre droit sur vous et sur vos vies, comment pouvaient-ils en jouer avec comme l’on jouerait avec le résultat d’un lancer aléatoire d’une pièce de monnaie, ou du dénouement d’une partie de cartes ? Pour qui se prenaient-ils ?
Tu ne pus retenir un grondement mauvais. Ton visage, déjà assez froid, s’était durcit. Tes yeux cobalts avaient pris des reflets presque blancs, aussi tranchants qu’un morceau de glace. Tout ton corps était tendu, hérissé par cette insulte. En un instant, tu étais vers le coupable, le surplombant de ta taille comme de ta colère, tes doigts refermés en un poing que tu ne lèverais pas.

- Je vous serai gré de ne pas m’impliquer dans vos défis. Je ne suis pas un jouet, une mignonne peluche dôtée de vie qui n’existe que pour vous divertir. Sur laquelle on peut .. parier

Tes dents étaient serrées. Ce dernier mot avait été prononcé presque avec dégoût. Tu rouvris les lèvres pour poursuivre sur ta lancée quand tu sentis une main se poser sur ton épaule. Lourde et ferme, pour retenir tes gestes comme pour te convaincre de ne pas laisser échapper le flot de paroles acides qui te brulaient encore la langue. Le vieillard ne s’attendait pas à pareilles réactions. Ton frère, si. Cédant à la raison, du moins celle de Denethor, tu te reculas après un regard mauvais, leur tournant le dos pour partir après un moment de silence tendu.

- On y va.

Ta voix était rauque, le ton venimeux. Tu avanças sans attendre de savoir si l’on te suivais. Tu avais dit que tu les guiderais jusque la rivière, s’ils n’arrivaient pas à tenir le rythme, ou s’ils ne t’avaient simplement pas vu partir, ils se débrouilleraient tout seuls.

Tu avançais déjà par automatisme, tes pas te conduisant inconsciemment dans la bonne direction. Tu évitais les racines avec aisance, contournait les arbres et les buissons sans les voir. Tout ton esprit était concentré à cette histoire. Ta réaction impulsive que l’on ne tarderait pas à te reprocher, ton comportement presque lunatique en tout temps. De mêmes mots pouvaient te tirer différentes réactions, et alors que parfois tu gardais ton sang froid et t’enfermais dans un mutisme obstiné, d’autres instants étaient marqués par des réactions violentes et imprévisibles. Animal docile ou prédateur dangereux, tu oscillais entre deux pôles sans que rien ne sembla justifier que tu te glisses tantôt dans la peau du Mumu, tantôt sous le pelage du Mälana. Tu demeurais une créature sauvage, incapable de contrôler tes humeurs et leurs conséquences. Vivre à l’écart te permettait au moins de ne pas en faire profiter tout le monde, d’ordinaire.

Tu t’immobilisas face au cours d’eau. Tes prunelles se perdirent dans les remous, au milieu des algues et des poissons. Avais-tu eu raison de t’énerver ? N’aurais-tu pas du prendre sur toi ? Ce vieux fou te tapait sur le système depuis votre rencontre, mais un tel comportement n’était pas justifiable.
Tant pis.

Ton frère t’avait vite rejointe. Moins d’une minute. Toi qui pensais rentrer seule n’en eu pas l’occasion. Et alors qu’il redonnait la direction du lac au vieil homme, tes yeux s’attardèrent sur la peau bleutée de la tatoueuse. Un peu plus tôt, tu avais hésité à la suivre jusque chez elle, dans l'ombre. Tu voulais savoir d’où elle venait, à quel peuple elle se mêlait. Où tu pourrais l’observer à l'avenir, ou tu pourrais la détailler. Comment en apprendre plus sur cet étrange reptile au regard doré.
Mais ton humeur ne s’y prettait plus. Tu préférais recouvrer le calme et la compagnie du vent et des bêtes.



Nombre de mots : 970







   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 52
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -mission- Avoir un grain [pv Heldwige] Ven 11 Aoû - 16:54

♦ ▲ ♦




L'air indécis qui s'affichait sur le visage de Carmen s'assombrit. Avoir été l'objet d'un pari n'offensa pas plus Carmen qu'une insulte dans le vent. Certes l'homme avait été d'une belle impudence mais elle se servait de lui depuis un long moment, l'action ne la choqua donc pas. Qui plus est, elle avait maintenant une claire idée de ce dont le pauvre homme était capable, à en juger par son expression déconfite voire terrorisée, il aurait du se taire. Une chose en revanche eut le don d'agacer Carmen, il venait de tout foutre en l'air. Pardonnez l'expression, l'azurée garda ses réflexions pour elle car, grâce à ce grand imbécile, aucune discussion n'était désormais possible. La sylvaine semblait fulminer, ses muscles s'étaient tendus et la jeune spectre ne donnait pas cher de la peau de l'ermite. La pensée qu'il puisse y passer pour de bon l'enchanta, mais elle serait certainement la prochaine sur la liste quand bien même elle n'était pas responsable de l'offense, elle s'abstint donc d'esquisser tout sourire. La seule chose qui filtra fut un long battement de cil pour cacher ses yeux roulant vers le ciel. Elle passa de la charmante fille d'Ohibaan au vieil homme dans un petit très infime mouvement de la mâchoire, son regard porté de toute sa hauteur vers le misérable. A vrai dire, il en transpirait presque. La jeune femme visiblement énervée par les propos du vieil homme commençait à bouillir, ses yeux changèrent de teinte alors que son poing se serrait contre sa jambe. Carmen garda cette image dans un coin de sa tête, non seulement l'étude d'une telle réaction restait fascinante mais elle cru voir les prémices de ce pour quoi les fils d'Ohibaan étaient célèbres. Une conclusion hâtive qu'elle ravisa pour l'instant, n'ayant eut aucun autre phénomène à étudier puisque le comparse de la sylvaine la calma, ou presque, de sa simple présence. L'intérêt que la jeune spectre avait pour cette femme monta cependant en flèche, elle adorait les impulsifs. En tant qu'être humains ils étaient fascinants, c'était surtout un réel plaisir que de les pousser au vice, mais c'était comme jouer avec une bombe. Jouer avec le feu n'a jamais effrayé Carmen, en revanche elle sait qu'il ne faut pas forcer une explosion au risque de se prendre la déflagration de plein fouet, aussi, elle en resta là.

La tempête passée, ou du moins l'oeil, les enfants d'Ohibaan leur tournèrent le dos et décrétèrent cette escapade terminée. Ils partirent droit vers la direction sonnant le retour au mont Hâran. Profitant de ne pas être vue Carmen lança un regard vers l'Ermite qui se sentait penaud, il n'osait répondre quoi que ce soit aux geste de Carmen de peur de briser le calme forcé qu'il faudrait raisonnablement maintenir. En effet la jeune spectre pu relâcher un soupçon de pression, ce n'était pas de la faute du vieil homme d'être à ce point à côté de la plaque, l'était-il vraiment cela resterai un mystère. Elle lui en voulait énormément d'avoir réduit ses chances à zéro et voyait maintenant en le petit être réduit au silence un odieux imbécile qui ne connaît pas sa chance.
L'image que Carmen avait tenu durant la sévère engueulade se relâcha complètement pour laisser place à une gestuelle passive agressive. Elle forma un point en garde devant elle comme pour le maudire, la deuxième main non loin de la première en forme de griffes sorties toutes dehors pour lui signifier son envie pressante de l'étrangler. Elle étouffa un grognement de dégoût, un muscle facial relevant une narine. Puis elle finit par tout relâcher avant de mimer dans le silence un applaudissement sarcastique, félicitant la complète foirade de ce maudit idiot dont elle espérait ne plus jamais recroiser la route. Un léger soupir d'agacement à l'encontre du vieil homme vînt clore l'étrange échange puis elle lui tourna le dos à son tour afin de suivre tant bien que mal les pas de ses guides.

* J'aurais du le forcer à toucher le poison ! *

Ce que Carmen détestait par dessus tout venait de se produire, elle avait la sensation d'avoir perdu à jamais toutes occasions concernant ces deux enfants d'Ohibaan. Si l'on faisait les comptes elle restait tout de même gagnante, Carmen avait en effet obtenu plus de spécimen qu'elle espérait et des indications arrangeantes quant à la manipulation et la production de son encre. Malgré tout, un sentiment cuisant d'échec lancinaient chacune de ses pensées positives. Il n'y avait plus de communication possibles sans risquer le courroux de la sylvaine, tout comme l'irritation de la patience de son acolyte jusque là irréprochable. Il serait mal avisé de se le mettre à dos lui aussi, et le pire dans tout cela c'est qu'elle n'était même pas directement à l'origine d'une telle réaction. Si une situation devait tourner au vinaigre elle y était souvent pour quelque chose, aujourd'hui en revanche, Carmen du se résigner à subir l'incroyable faux pas d'un être dorénavant méprisable, quelle chance !
Chacun de ses pas maudissait le vieil homme, il va sans dire que Carmen ne lui réservait pas de réjouissances si, à l'avenir, elle le recroisait. D'ailleurs, lorsqu'elle se retourna pour lui lancer un autre regard noir il avait disparu. Après les indications du fils d'Ohibaan l'ermite avait du décider de reprendre la route seul. Peut être ne les avaient ils pas suivis pour éviter toutes représailles, peut être la tristesse l'empêcha de bouger, quoiqu'il en soit Carmen ne le revît plus.

* Bien ! Un problème de moins. *

Le reste du trajet s'effectua en silence, leur marche était rapide si bien que la jeune spectre pensa être de retour à l'alcôve dans environ deux heures. Elle peinait cependant à suivre ses deux habitués, et du trottiner la majeure partie du trajet afin de ne pas se perdre. Ils remontèrent une partie du cours d'eau, jusqu'à l'endroit même où Carmen avait eut la surprise de voir les yeux inquisiteurs de la fille d'Ohibaan se poser sur elle. Cette dernière lui lança un dernier regard, celui ci moins tranchant, presque analytique. Carmen lui renvoya un faux air interrogateur, elle savait que la sylvaine verrait clair dans son jeu, ce qui transmettait un tout autre message. La jeune spectre savait qu'elle devait partir mais elle entreprit de laisser une dernière énigme, un dernier code à son interlocutrice, avant de partir. A défaut d'avoir ruiné toutes ses chances de revoir un jour l'un d'entre eux, elle se contenta de dessiner dans le vide un triangle à angle droit avec son index droit, puis, relâchant son dessin elle forma un crochet avec ledit index. Un tel triangle signifiait le mon Hâran, tandis que l'angle droit indiquait un endroit où se retrouver peut être un jour. Il s'agissait de la base du mont, mais le manque de précision et d'horaire revenaient à réduire drastiquement ses chances de rencontres réussies. Cependant, c'est ce qui permit à la jeune spectre d'augmenter ses maigres chances, peut être ce code intriguerait suffisamment sa destinataire pour qu'elle rôde dans les environs du mont. Carmen avait un endroit précis en tête mais elle ne put en transmettre davantage, il s'agissait en effet d'un point de repère sur l'un des flancs de la montagne, un rocher en forme de bec d'oiseau qu'elle avait tenté d'exprimer par le crochet.
A défaut, on l'affublerait d'excentrique ou bien d'un rituel pour dire au revoir inconnu des fils d'Ohibaan. Quoi qu'il en soit, elle laissa ses deux guides sur ces « paroles », lançant un regard respectueux envers son professeur. Carmen reprit le chemin vers le mont, il ne lui fallut pas longtemps pour retrouver l'air frais qui ceignait la forêt.

Ce rocher était l'un des nombreux repères pour les spectres, mais celui ci n'avançait en rien ceux qui ne connaissaient pas le chemin. Il s'agissait d'un repère physique indiquant que le spectre aventureux s'approchait de la forêt des fils d'Ohibaan, elle était d'ailleurs visible en contrebas de ce rocher. Il fallait une bonne demie heure pour l'atteindre à partir d'ici, mais le flanc était ingrat à cet endroit et la descente quelque peu raide. Carmen du reconnaître que remonter à cet endroit n'était pas l'une des choses les plus agréables, cependant c'était aussi le chemin le plus rapide. L'autre accès se trouvait à des kilomètres de là et il fallait longer une sorte de petit ravin sur une bonne partie de cette distance. Une demie heure d'effort vous semblait généralement moins risqué, bien qu'une chute puisse vous être fatale. Carmen s'enfonça dans les chemins rocailleux et les flancs sinueux du mont, la plus large partie de son trajet, jusqu'à retourner à l'alcôve chargée de son précieux bien.



1440

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: -mission- Avoir un grain [pv Heldwige] Ven 11 Aoû - 20:23

Heldwige Dvärn

   
Avoir Un Grain

   
xxx Feat Carmen xxx

   

   
Inventaire:
 




Regrettais tu le dénouement de cette histoire ? Cette tension palpable, ce froid désagréable dont tu étais responsable, le dernier regard auprès de la tatoueuse, encore emprunt de cette colère sourde qui résonnait dans ton cœur ? Celle là même qui avait fait trembler tes muscles quelques minutes plus tôt, prononcé des paroles acerbes ?
Non. Jamais personne n'avançait en regardant derrière soi. C'était dommage certes, tu aurais peut-être eu une chance d'obtenir ce que tu voulais, mais tu n'allais pas te le reprocher non plus. Tu t'étais tût, avançant d'un pas rapide tandis que tes lippes restaient closes, incapable de s'ouvrir pour prononcer la moindre parole. Tu avais refusé le contact, de croiser le moindre regard. Des choix, fais en toute conscience. A quoi bon imaginer un autre comportement maintenant ? Si tu savais remonter le temps pour adapter tes décisions aux potentielles conséquences, tu ne serais pas la femme que tu es aujourd'hui.
Cela dit, tu continuais d'alimenter l'espoir qu'en un autre jour, où tu serais mieux lunée, tu puisses retrouver la jeune inconnue et échanger avec elle. Même à broyer du noir, tu n'oubliais pas à quel point ses traits singuliers et son tempérament, tellement différent de tout ce que tu connaissais, t'avaient intrigués. Peut-être dans les jours à venir, songerais-tu à revenir te balader à proximité du lac vers lequel tu l'avais rencontré, espérant peut-être qu'elle soit à la recherche de ces curieuses fleurs toxiques autour du point d'eau à nouveau, pour l'un de ses tatouages. Tes prunelles s'attardèrent un long moment sur Carmen à cette idée. Maintenant qu'elle avait la peau plus dénudée, tu ne trouvais dissimulée aucune encre qui ai pu tâcher définitivement son épiderme. Si elle avait de telles cicatrices, celles ci étaient correctement cachées. Une preuve alors que la capuche qu'elle portait n'était là que pour masquer aux yeux de tous son visage étrange. L'avait-elle mal vécu, raison pour laquelle elle s'en cachait ? Certainement. Être différent était difficile, et même si les fils d'Ohibaan étaient réputés pour leur ouverture d'esprit, il y avait toujours certains aspects qu'ils peinaient à correctement assimiler. Vivre au sein d'une faction minoritaire – car elle devait forcément venir de l'un de ces peuples – ne devait pas être facile avec une telle marque sur le visage, idéale à désigner du doigt car visible de tous.
Enfin … Tu n'étais pas là pour compatir à sa douleur. Elle avait apprit à vivre avec, et avait vraisemblablement apprit à s'en prémunir. La pitié, ce n'était pas pour toi.

Alors qu'elle s'apprêtait à partir, Carmen glissa ses yeux sur les tiens, surprenant ton regard. D'une main, la tatoueuse dessina deux étranges symboles. Un triangle, un crochet. Ces deux esquisses t'étaient destinées, mais tu peinais à leur trouver un sens dans l'immédiat. Et avant que tu n'aies pu la questionner à ce sujet, elle t'avait tourné le dos, laissant sur ta langue un avant-goût insatisfaisant. La jeune femme était parvenue à titiller ta curiosité endormie, dissimulée au fond d'un coeur rendu sombre et ténébreux par la colère et l'orgueil. Une étincelle de vie qui te rappela qu'elle n'avait rien à voir avec le vieil homme insultant, et méritait un peu d'attention.

Tu allais la revoir. Tu trouverais un moyen de déchiffrer ce message. Et sur tout le chemin du retour, murée dans ton silence, tu songeais à ces retrouvailles.





Nombre de mots : 602








   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
 
-mission- Avoir un grain [pv Heldwige]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres :: La Forêt d'Hanaamu-
Sauter vers: