Partagez | 
 

 ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 490
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Dim 20 Aoû - 15:53




Recrudescence


La force d'esprit de l'Homme était remarquable, Humains comme Évolués encaissaient les assauts incessants de leur Mère d'origine et la plupart parvenaient à remonter la rive pour se hisser toujours plus haut, loin du danger aquatique. Coincés entre les monstres marins et les retombées acides, les survivants n'avaient d'autres choix que d'avancer. Chacun de leur côté. Les Fils d'Ohibaan tentèrent de se rassembler pour pouvoir rallier Hlodalana, leur seule issue. Les Tadryens traînèrent leurs carcasses métalliques en direction de Varosha, leur seul refuge. Entre regards en chien de faïence et altruisme désintéressé, les conflits se dissipaient peu à peu pour ne laisser place qu'à une peur commune.

Coincé par les flots contre des racines noueuses, un Conscrit laissa de côté son honneur pour tendre la main à un Verarshär, ce dernier hésitant entre profiter de l'occasion pour sacrifier l'homme de métal à la Nature ou céder à la philosophie de l'Ohibaan pour l'aider. La décision mit trop de temps à être pris, il fallait répondre à l'instinct pour accomplir quoi que ce soit au sein de ce chaos : en une bouchée vorace, le Tadryen fut dévoré par l'une des atrocités insoupçonnées de la mer, des créatures que leurs Zoologistes rêveraient de dompter. A mesure que l'eau montait, les bestioles marines s'avéraient plus nombreuses, la plupart étant même jusqu'alors inconnues des factions présentes. La Nature redoublait d'effort pour abattre ses cartes maîtresses sur les traîtres, tous autant qu'ils furent. Les bêtes les plus grosses guettaient le moindre membre plongé dans l'eau, pour les happer d'un coup et les abandonner à l'emprise marine et à leur faim, tandis que des plus petites bondissaient en dehors des remous pour enfoncer leurs puissants crocs sur les malheureux qui n'avaient pas pris de hauteur. Une course contre la montre était lancée, grimper toujours plus haut au risque d'aggraver les conséquences de la chute, monter et continuer d'avancer, sans jamais pouvoir s'arrêter pour aider…

Soudain, un crissement continu se fit entendre, en plusieurs endroits à la fois. Depuis les hauteurs, plusieurs individus encapuchonnés se balançaient de branche en branche avec aisance, semblant n'être jamais ralentis par la pluie, une certaine grâce se lisait dans leurs mouvements à la fois fluides et quasiment inhumains. Tadryon avait répondu présent à leur appel, alors ils tendirent volontiers leurs mains aux opprimés. Les Traceurs entrèrent en scène. A peine une vingtaine, ces sportifs de haut niveau étaient dans leur élément en cette jungle, et la catastrophe qui se profilait était un défi supplémentaire à relever. Dans leur dos, quelques lances apparentes étaient rassemblées dans un grand carquois ; en réalité, ces lances étaient les grappins artisanaux dont ils avaient fait offrande aux Tadryens pour leur coopération. Il était alors plus que temps pour eux de s'en servir à leur place. Chaque Traceur approcha une victime du chaos, sans se préoccuper de savoir si c'était un Évolué ou non, ils aidaient sans distinction les plus affaiblis à creuser la distance avec le danger. Ils agrippèrent les blessés et se hissèrent en haut à l'aide de leur propre grappin avant de retourner aider un autre, ou offrait l'un de ces fameux "lance grappins" à ceux en état de les utiliser sans assistance. Comme ils le démontraient à merveille, ces câbles supportaient le poids de deux personnes, y compris celui d'un exosquelette. Sans un mot, ces provocateurs de la Nature joignaient les forces humaines. Certains chutaient au même titre que la faune terrestre qui luttait tout autant, mais l'instinct de survie étincelait encore parmi eux.


« Vous n'êtes rien de plus que les auteurs de votre propre déchéance. Vous aurez beau lutter contre vos erreurs, ce que vous nommez "catastrophe" n'est que le précurseur de votre destinée. Coulez. »



Déroulement

Les petites choses qui se passent lors de ce post PNJ :
¤ Le niveau de l'eau monte de plus en plus vite et de nouvelles créatures marines plus féroces font leur apparition ; vous ne les avez jamais vu auparavant. Les plus grosses emportent avec elle dans les fonds ceux qui sont dans l'eau et les plus petites bondissent hors de l'eau pour agripper ceux qui sont sur la berge.
¤ Les inondations étant plus importantes, la faune terrestre s'agite de plus en plus et risque de vous mettre à mal sur son passage, elle aussi tente de survivre.
¤ Grâce à l'alliance temporaire de Tadryon avec les Traceurs, ces derniers s'étaient infiltrés dans les rangs Tadryens et ont décidé de joindre leurs forces étant donné le chaos qui se dresse. Ils aident autant les Tadryens que les Fils d'Ohibaan à prendre la hauteur, à l'aide de leur propre grappin ou en vous en offrant un (c'est comme celui de Batman mais en forme de lance *sbam*) pour vous échapper. Vous pouvez être aidé par l'un d'eux mais n'oubliez pas que la pluie intense rend le déplacement toujours aussi difficile pour vous. Pour les Fils, vous pouvez bien évidemment les attaquer si vous êtes de base hostiles aux Tadryens, les Traceurs ne répondront pas à l'attaque et se contenteront de vous jeter l'un des grappins si vous en avez réellement besoin avant de s'éloigner.

Pour ce qui est des blessures de guerre, elles ne seront pas encore distribuées lors ce post mais plus tard.

Bon courage ♪




: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
Gabriel Hest
avatar
♦ Messages ♦ : 28
♦ Inscrit le ♦ : 23/07/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Jeu 24 Aoû - 14:59

inventaire:
 


Jusque-là, Gabriel et Dhalia étaient restés à peu près indemnes vis-à-vis du chaos ambiant. Depuis que les choses avaient dégénéré, ils étaient toujours restés ensemble, se couvrant mutuellement contre les prédateurs. Mais il n’y avait aucun moyen de se cacher de la nature elle-même. Il avait toujours cru que la technologie donnait aux Tadryens un avantage sur leur environnement, il avait tort et s’en rendait compte à présent. Plus le temps passait, et plus il se trouvait exténué, fatigué par son exosquelette trop encombrant. Dhalia avait moins de difficultés, mais elle haletait aussi, visiblement mise à mal. Il changea de nouveau la cartouche de son fusil à pompe, jetant l’ancienne. Et la pluie diluvienne ne cessait de tomber. Comment le monde pouvait-il sembler si cauchemardesque ? Il était arrivé sur les lieux il y a peu, mais maintenant, son seul but était d’en partir, lui et Dhalia. Il avait entendu l’alerte, il avait entendu qu’il fallait se réfugier vers les hauteurs, aussi il courrait le plus loin possible de la berge et des flots agités. Et la densité de la végétation n’aidait en rien à faciliter sa progression laborieuse. Et tout le monde, aussi loin qu’il pouvait voir, semblait être la cible des éléments déchainés. Et les flots agités les rattrapaient, trop vite.

Il courait aussi vite que possible, mais l’eau se rapprochait, et les créatures qui en émergeaient aussi. Il tirait à l’aveugle, espérant toucher par hasard, ou au moins dissuader ses ennemis. Puis il arriva devant une falaise rocheuse. Il se débarrassa de son exosquelette, car seule comptait sa survie, et lui comme Dhalia commencèrent à grimper. Il s’écorcha les doigts sur la pierre, mais il progressait… Jusqu’à ce qu’une de ses prises lache sous son poids, le précipitant vers l’eau qui était déjà en contrebas. La dernière chose qu’il entendit avant de percuter la surface de l’eau, c’était le cri de Dhalia, alors qu’il se voyait déjà mourir.

Sonné un moment par cette chute, il sentait qu’il était entrainé par l’eau dans son avancée folle. A bout de forces, il n’arrivait plus à lutter. Ses poumons commençaient à le brûler, il manquerait bientôt d’air. Il acceptait son sort, il n’avait pas le choix, ses pensées allèrent vers Dhalia, et il espérait qu’elle au moins survive. Puis il pensa à son père, et finalement à sa mère… Il ne pouvait pas mourir, pas maintenant. Hallucination ou non, il crut entendre la voix douce de sa mère qui lui parlait, même s’il aurait pu se douter que c’était dû au manque d’oxygène, il ne prit pas le temps d’y penser. Il sentit un second souffle l’habiter et il trouva la force de s’extirper de la mer. Il prit une grande goulée d’air frais, et tâcha de reprendre ses esprits tout en nageant vers un arbre proche, qui dépassait des eaux. L’eau charriait des corps, sans vie pour la plupart, mais une femme semblait encore bien vivante, se débattant dans les flots. Il lui tendit la main au passage et la tira pour qu’elle puisse s’agripper au tronc comme lui. Ce n’est qu’alors qu’il vit qu’elle faisait partie des Fils, mais qu’importe, il n’avait pas le temps de s’en formaliser. Elle grimpa habilement à l’arbre après l’avoir longuement regardé avec méfiance. Il reprenait encore son souffle, ses poumons brûlant toujours. Il allait monter lorsqu’il sentit une vive douleur dans son bras gauche, et se fit tirer sans ménagement sous l’eau. Cette fois, il ne pouvait rien contre la créature qui le tirait, et son bras le faisait atrocement souffrir. Il chercha son E-8, mais se rendit compte qu’il avait sans doute coulé dans les péripéties. Mais son holster avait tenu bon, et il utilisa son P-7 Hellhest pour tirer sur la créature. La prise céda et il put retourner à la surface avant de couler pour de bon. Il réussit finalement à sortir de l’eau, mais constata que son bras était mutilé, saignait abondamment, et qu’il pendait mollement le long de son corps. Avec un douloureux effort, il parvint à le bouger un peu, mais il comprit avec horreur que c’était pour lui la fin. L’eau continuait de monter, et avec un seul bras, aucune chance pour qu’il puisse grimper encore. C’est alors qu’une personne arrive près de lui, muni d’une sorte de lance.

« Accroches-toi ! Je vais t’aider à monter ! »

La bouche pâteuse, la douleur crispant sa machoire, Gabriel se contenta de hocher la tête. Il tira son grappin et monta plus haut, avec Gabriel sur ses épaules. Il le déposa au sol, et se prépara à repartir.

« Faut que j’y retourne, y’a plein d’autres personnes à aider. »
« A- Attends ! Tu as vu une femme… avec des cheveux teints en rose ? »
« Non, pas vu, mais on est plusieurs à faire ça, un autre l’aura peut être retrouvée. Je te le souhaite. »

Et il retourna vers les flots. La pluie tombait toujours, et Gabriel, allongé au sol, Un bras handicapé, et avec seulement son P-7 à la main, se sentait vulnérable. Il se releva, le bras pendant toujours, et commença à avancer difficilement. Il était épuisé, et n’avait même plus le soutien de Dhalia, bien qu’il se refuse à la croire morte. Marcher ou mourir, il ne lui restait que ces deux options.

884 mots
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t479-gabriel-hest
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Dim 27 Aoû - 9:52


Exosquelette : Disparu dans l'eau
Améliorations d'Exosquelette : Aucune amélioration
Arme : Disparue dans l'eau
Objets : Aucun

Recrudescence



Teagan était troublée, frappée par une multitude d'événements simultanés, tiraillée par une multitude d’émotions contradictoires. Son corps, fatigué et effrayé, avançait au rythme des pulsations de son coeur : de façon contradictoire et désordonné. La terreur ressentie à peine quelques minutes plus tôt faisait encore trembler ses muscles tandis que son combat contre les flots les avait rendus faibles et chancelants. Elle ne ressentait ni le froid, ni la souffrance, tout était engourdi. La vive douleur qui avait parcouru son flanc lorsqu’elle s’était broyé les côtes contre la branche, les coups lorsqu’elle avait percuté de plus petits obstacles, tout était amoindris. L’adrénaline qui parcourait ses veines semblait étourdir les muscles lésés pour se concentrer uniquement sur les membres qui nécessitaient une attention immédiate. Ses poumons, pour rétablir son souffle qu’elle n’avait pas encore repris, ses jambes, qui la faisaient avancer à travers les branches humides. Et puis son esprit, occupé à songer à tant de choses simultanéments, oubliait de se concentrer sur ses hématomes. Il y avait d’abord ce premier objectif, vital, qui était de rejoindre la cime des arbres alors que le niveau de l’eau ne cessait d’augmenter. Mais ceci était passé au second plan, après son sauvetage par une fille d’Ohibaan, et l’aperçu d’un acte commis par Calvin, qui ne cessaient de lui retourner la tête.

Sa matière grise avait eu du mal à se remettre en route. Plusieurs longues secondes, le temps d’assimiler que l’intégrité de son enveloppe charnelle n’était plus remise en cause dans l’immédiat. Puis il s’était relancé, soudainement, presque entièrement consacré à une grande remise en question. Ce geste que la sylvaine avait eu à son égard était incompréhensible. L’étrangère avait sauvé la vie d’une ennemie, lui avait redonné du temps pour vivre, pour se battre, pour se retourner contre elle et la tuer. Sans hésiter. Teagan n’était pas née dans la haine de ce peuple. Celui ci était étranger à la femme qui l’avait éduqué, et dans l’ignorance, sa mère n’avait jamais voulu lui inculquer de mauvaises valeurs. Mais tout ce qu’elle avait entendu après, une fois qu’elle fut intégrée à la ville azurée, avait toujours été de mauvaise augure. Un peuple hostile, barbare, violent et sans pitié. Il fallait l’exterminer. Et pourtant, il s’avérait que ce clan pouvait exprimer bien plus de compassion que nombre de de survivants que la conscrite avait pu rencontrer. Alors, à quoi bon cette guerre ? A quoi bon tout ce sang, tous ces morts ?
Pourquoi était-elle ici ? Pourquoi s’était elle impliquée dans ce massacre, s’ils n’avaient rien de si différent, si ce n’était peut-être une culture, des croyances, un mode de vie étrangers ?
Teagan remettait en question, pour la première fois de façon vraiment justifiée, les ordres qu’elle recevait, l’endroit dans lequel elle vivait. Mais elle était certaine d’une chose : elle ne participerait pas un conflit qui opposerait uniquement les idéaux de quelques hommes narcissiques dont l’ambition promettait de décimer un peuple entier.
Puis, pour ajouter à son trouble, elle aperçut du coin de l’oeil Calvin, se retourner contre un civil. La varoc n’était pas certaine de ce qu’elle avait vu. Lui qui se reculait précipitamment, son arme encore en main, l’autre qui tombait à la renverse dans les flots. L’absence d’alerte du récupérateur, une nouvelle mort inutile du côté Tadryen.
Que devait-elle remettre en cause ? Lorsque la guerre n’était pas entre deux civilisations, elle menaçait ses propres rangs. Son ancien coéquipier s’avérerait-il être un traître ?
Le doute s’était à nouveau installé dans l’esprit confus de la varoc. Pourtant, le comportement de Calvin ne présageait rien de suspect. Sans sembler éprouver le moindre remord - signe que l’acte était bel et bien volontaire et selon lui, justifié - il les rejoignait, s’inquiètait. Il semblait connaître la fille d’Ohibaan, lui tendant une main salvatrice pour l’aider à atteindre les hauteur. Ceci assura à la conscrite qu’il ne se révolterait pas face cette soudaine proximité pacifique entre deux ennemies. Elle-même ne risquait donc pas que le jeune homme ne la renvoie soudainement à la nature furieuse une fois qu’elle aurait saisit ses doigts pour grimper à son tour. Du moins était-elle tentée de le croire. Ceci dit … Teagan ne savait plus quoi penser et était désormais méfiante envers le Tadryen. Elle hésita un instant à accepter son aide, et son regard encore égaré et inquiet du trahir l’origine de ses appréhensions. Pourtant avait-elle encore le choix ?

Un coup d’oeil à la mer boueuse à un mètre d’elle lui confirma qu’elle ne pouvait se permettre de faire la difficile. La conscrite avait depuis un moment une certaine confiance en Calvin. De plus loin qu’elle se souvienne, même avant qu’elle ne devienne étudiante à l’Académie, le récupérateur avait toujours assuré ses arrières sans jamais faillir. Devait-elle douter de lui pour un mirage, provoqué par la peur et les vertiges ? Elle ne devrait pas, mais elle ne pouvait s’en empêcher. Teagan laissa l’homme la hisser sur une nouvelle branche, lui tirant d’ailleurs un râle de souffrance lorsque le mouvement tira sur ses côtes blessées, puis elle l’aida à son tour à se redresser. Proche de lui, elle se permit un commentaire. Elle parla à voix haute, mais avec la violence du courant, elle était certaine que personne d’autre n’entendrait.

- Il faudra que tu m’expliques ce que j’ai vu.

Des paroles fermes et dures, peut-être à cause du doute, ou de la douleur. Elle avait choisit. La brune ne prendrait aucune décision, ne ferait aucun jugement tant qu’elle n’aurait pas de détails de la part du récupérateur. Ou tant qu’il ne refuserait pas de lui en faire part. Pour le moment, ils se devaient de coopérer, tous ensemble. Maintenant que la sylvaine et sa cadette lui avaient sauvé la vie, elle se refusait de ne pas assurer leur arrières.

La Varoc peinait à grimper de plus en plus haut. L’effort à fournir était à chaque instant plus considérable. La pluie qui s’abattait toujours sur la région brûlait sa peau nue, désormais lavée de l’eau douce qui protégeait son épiderme un peu plus tôt. Elle chercha précipitamment des yeux un tissu, un cadavre qui pourrait s’en débarrasser mais tous étaient emportés par les flots. En désespoir de cause, Teagan retira la fine chemise qui recouvrait son débardeur noir et la rabattit au dessus de sa tête de sorte à protéger son crâne, ses épaules et ses bras. Elle évita de justesse un carnassier marin qui s’était élancé jusqu’au groupe et tenta d’accélerer le pas. Autour d’eux, nombreux étaient mis en sécurité grâce à l’aide inopinée des Traceurs, mais de nombreux autres se noyaient.
Combien, parmis tous les êtres dans cette forêt, allaient survivre ?




                                                                   Nombre de mots : 1111

Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 933
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Lun 28 Aoû - 12:48


Entre cadavres et Homme dont certains membres manquaient, il n’y avait plus de place pour le doute : il fallait sauver un maximum de partisans de notre cause, que ce soit les Dévoreurs de visages ou les nôtres, il fallait relever notre peuple de ce désastre. L’eau montait de plus en plus vite, nous contraignant à grimper un peu plus les grands troncs qui, eux, ne se déracineront pas sous la puissance des flots. D’ici, je pouvais imaginer la terre s’imbiber d’eau jusqu’à ne plus pouvoir boire, jusqu’à se liquéfier, dévoilant les racines des arbres. Libérés, les conifères ne pouvaient plus résister, se penchant de plus en plus pour venir s’écraser contre ses pairs ou dans l’eau, faisant barrage et amoindrissant l’écoulement, les flots montant de plus en plus rapidement. Rapidement, les monstres marins les plus éloignés, les plus méconnues, s’étaient laissé porter par ce courant, les ayant emmenés à nous. Le scintillement de certains d’entre eux se voyait de loin, un attroupement de petits carnassiers, capable de prendre leur proie en dehors de leur habitat, et de le ramener afin qu’il s’y noie. Deux Fils sur la berge, essayant d’analyser l’hémorragie de sang d’un Ohianys, se firent surprendre par une des attaques de ces poissons. Un sauta, se plantant dans sa cuisse. Un deuxième sur son mollet. Une danse perpétuelle jusqu’à ce qu’il tombe à terre. Il leur suffit de bouger leur puissante queue pour le ramener vers l’eau. J’avais déjà descendu les branches, intimant Mihanä de reste en hauteur. « Allez-vous-en d’ici ! » Criais-je avant de plonger mes mains dans l’eau, les scintillements au loin revenant à la charge. Le corps d’Anaya flottait parmi les débris et les arbres. Je la pris par les bras afin de la tirer sur une des premières branches, mon épaule saignait de plus belle, attirant les monstres alentour. Plus les carnassiers approchaient, plus mon adrénaline montait, permettant à mon corps d’oublier la douleur. Alors que le dernier pied était au sec, je me ruais sur une des branches les plus fines de l’arbre, essayant de la briser en la pliant. « Allez ! » Un craquement se fit entendre et le premier saut du carnassier fut rejeté par un violent coup. Mon sang fut projeté en même temps que l’effort pour repousser le premier, puis un deuxième vint, renvoyé de la même sorte. Mes phalanges enserraient la branche, essoufflée et déterminée. Le troisième fut esquivé difficilement, tombant proche du visage d’Anaya, avant qu’il ne soit éjecté par un coup de pied.   L’eau commençait déjà à ensevelir la branche, mes bottes pataugeant dans ce courant qui essayait d’emporter son corps. Ma respiration devenait difficile, mon énergie vacillait de plus en plus, me laissant au bord de l’épuisement. Ma mâchoire se serrait au fur et à mesure que l’effort s’intensifiait, prête à abandonner tandis que je perdais peu à peu l’appui sur la branche. Ce fut sans compter l’arrivée de ces  acrobates, nous emportant tous deux dans les hauteurs, à l’abri du danger, ou presque. La faune se trouvait également mise en danger par la mer montante et les animaux marins. Pris au piège, ils avaient aussi pris possession des hauteurs. Je n’avais plus la force de me battre, simplement de m’abandonner à la faune local. Je lâchais ma branche, posant le regard sur le Mälana qui déjà avait retroussé ses babines, entouré de ces Mumus qui ne bougeaient pas d’un pouce. Je n’avais plus la force de trouver cette bête magnifique, de lui montrer que je n’avais pas peur, d’essayer de la dominer. J’ouvris simplement les lèvres, mimant ce cri de détresse appris dès mes débuts de Zoologistes. Les oreilles des Mumus frétillèrent, leurs poils se gonflèrent et leurs babines se retroussèrent. Les Mumus ne distinguaient pas les différences d’espèces, ceux qui pouvaient leur parler pouvaient faire partie du groupe, certains volatiles n’hésitaient pas à utiliser cette astuce pour se protéger. Une fausse note et cela pouvait être une erreur dramatique, la mort assurée, mais que pouvait-il nous arriver de mieux, nous, Zoologistes, que de se faire dévorer par ceux que nous aimons ? Un Mumu se jeta sur la bête, plantant ses griffes, suivis d’une vague de poils qui les fit basculer tous ensemble. Je me mis doucement sur le dos, fermant les yeux et laissant la Nature décider de mon sort. En bas, le Malanä se brisa à terre, emporté ensuite dans les flots par quelques monstres. Les Mumus s’étaient déjà accrochés aux branches avant l’impact, remontant à toute vitesse se poster sur la cime des arbres.

754

HRP:
 



Cadeaux ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Ven 1 Sep - 4:37

Vallarin Draske


Le futur médecin militaire n'était manifestement pas en mesure de reprendre son sang-froid ou son calme et il n'entendit pas non plus la jeune femme qui l'avait remarqué et qui voulait se porter à son secours. La lutte contre les prédateurs marins et les efforts qu'il mettait en oeuvre pour rester à la surface de l'eau accaparait déjà toutes les parcelles de son esprit et comme c'était insuffisant, il cherchait désespérément à trouver une solution pour se tirer de son mauvais pas. Ce mélange plutôt prenant empêchait sa tête d'avoir la moindre disponibilité pour les éléments externes, même si c'était pour l'aider. D'ailleurs, tout se passait si vite que Vallarin n'était même pas sûr de ce qui arrivait et d’où il se trouvait. Sentant un poisson ou une autre aberration mutante mordre son mollet, il envoya un puissant coup de pied à la créature pour la décrocher de sa chair et l'envoyer plus loin. Il sentait bien que le nombre de prédateurs qui rodaient autour de lui rendait ses tentatives pour se libérer futiles, mais se laisser dévorer par ces poissons n'était pas non plus une pensée plus réjouissante.

Pourtant, du coin de l'œil, il capta une jeune femme qui approchait de lui et qui semblait vouloir se porter à son secours. Elle n'eut pas le temps de l'attraper ou de lui venir en aide, qu'une vague la percuta violemment pour la soulever de sa branche et la projeter plus loin dans les violents remous. Incapable de faire quoi que ce soit pour aider la jeune femme, étant lui-même incapable de s'aider, il ne peut qu'assisté à la déchéance de celle qui avait pris des risques pour lui. Quand il passa près d'un rocher imposant qui lui permettait de se stabiliser, il agrippa le rocher de toutes ses forces. Ses bras puissants lui permirent d'arrêter sa dérive, mais la substance collante qui s'y trouvait y était pour beaucoup également. En effet, malgré toute la force de ses puissants bras, il n'aurait pas été capable de se retenir au rocher dans sa fatigue et dans les violents remous qui le ballottait de gauche à droite. Le colosse, lui qui avait toujours été altruiste et voué aux autres, oublia tout ce qui l'entourait pour espérer seulement pour sa survie et son sauvetage. Égoïstement, il ne voulait que rester en vie et voir demain, sans penser aux autres et à leur survie.

Épuisé, à bout de courage et d'espoir, Vallarin appuya sa tête contre le rocher. Incapable de se contenir plus longtemps, déçu de ne pas avoir la force de caractère de son ami Zacharias, il laissa les larmes couler de ses yeux. Sous les morsures des prédateurs, son corps avait des soubresauts sous les sanglots qui secouaient le géant. Il sentait l'eau continuer à affluer et il vit au loin des prédateurs beaucoup plus effrayants et menaçants qui arrivaient des fonds inconnus des eaux lointaines. Devant l'évidence, il se résigna au fait que son heure était arrivée. Un poisson mutant de taille impressionnante attrapa et dévora d'un coup de gueule un cadavre qui dérivait sur les eaux. Incapable de contenir le cri de rage que sa fin lui inspirait, il entendit sa voix hurlée dans la catastrophe qui s'abattait sur eux. C'est pendant ce hurlement que le sauveur inconnu qui allait permettre à sa vie de se poursuive fit son oeuvre. Vallarin ne savait pas d’où il arrivait, mais il sentit l'homme le saisir et le tirer hors de l'eau et hors de la portée des créatures mutantes qui approchaient pour le dévorer. S'agrippant avec force à l'inconnu, il se laissa apporter par celui-ci dans un lieu plus sûr et accepta l'aide d'une personne pour se sortir de la zone dangereuse, son corps meurtri le faisant souffrir de toutes les morsures qu'il avait subies.


(632 mots)

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Zacharias Deost
avatar
♦ Messages ♦ : 182
♦ Inscrit le ♦ : 24/05/2017




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Ven 1 Sep - 6:15

Est-ce que la fille d'Ohibaan était partie ou avait-elle décidé de ne pas nuire à un de ses confrères qui se faisaient sauver? Zacharias n'en savait rien, mais il ne reçut pas de nouvelle attaque et évita ainsi cette source d'ennui dont il n'avait pas du tout besoin en ce moment. Maintenant que l'homme que le Varoc tentait de sortir de l'eau s'aidait pour se hisser sur la branche, la tâche était déjà beaucoup moins ardue et affichait des chances de réussite nettement plus élevées. Cela dit, il n'était pas encore tiré d'affaire. Il n'était même pas sûr, à vrai dire, qu'il était possible de garder la vie dans tout ce chaos et il avait l'impression de simplement lutter pour retarder la fin qui allait tomber sur eux inévitablement. Au final, la mort restait la seule justice dans le monde, la seule chose de laquelle personne ne pouvait fuir ou échapper. Mais même cette justice était remplie d'injustices qui pouvaient parfois rendre amer. Avec un soupir de soulagement et de délivrance, le fils d'Ohibaan grimpa finalement sur la branche, sortant du courant même si l'eau commençait à menacer de recouvrir et d'emporter la branche.

C'est à ce moment qu'un prédateur décida de frapper pour tenter sa chance. La blessure que la lame de son agresseur avait ouverte perdait du sang et se voulait donc une forme d'invitation à venir achever le travail. Il ne reconnut pas la créature qui surgit pour le mordre et il aurait préféré ne jamais la voir. Cette créature d'horreur surgie de l'oubli n'avait rien de beau ou de remarquable et sa vision fut parmi les rares choses qui ébranlèrent le mental d'acier de l'homme originaire des camps de réfugiés. Malgré le monde de violence et de souffrance qu'il avait connu parmi les rebuts et les déchets qui entouraient la grande cité de Tadryon, rien ne l'avait jamais préparé à ce genre de cauchemar éveillé. Cela dit, malgré le déchaînement que la vie leur infligeait, le karma continuait de faire son œuvre. Le fils d'Ohibaan qu'il venait de sauver réagit promptement à cet assaut pour porter assistance à son sauveur. Une chance qu'il ne soit pas aussi étroit d'esprit que sa consœur qui avait tenté de l'envoyer par le fond. Avec les armes qu'il avait à sa portée, l'Évolué se chargea de faire lâcher prise à la créature qui avait mordu et de lui faire rebrousser chemin pour que le Varoc puisse éviter d'être dévoré vivant par cette horreur qui avait décidé de prendre son repas.

L'étrange duo d'ennemis qui se serraient maintenant les coudes pour garder la vie venait de remporter une nouvelle victoire. Au fond, les deux factions étaient capables de coexister et de collaborer malgré leur différence. Probablement que plusieurs ne comprenaient même plus la raison de la haine et de la dissension entre eux, même s'ils étaient encore victimes de la haine qu'on leur avait injectée dans les veines. D'ailleurs, l'Évolué se révéla avoir une bonne force malgré le fait que son corps n'était pas une montagne de muscles. Probablement en lien avec le fait qu'il survivait dans un milieu loin d'être facile et qu'il avait dû développer une forme de force physique basé sur autre chose que la puissance musculaire à l'état brut. Quand Zacharias fut avachi sur la branche sur le ventre, il murmura un faible merci à son compagnon de mésaventure et s'obligea au calme et au contrôle de soi pour prévoir la suite des choses. Sa blessure, maintenant aggraver par le prédateur, était pourtant une distraction de taille et il commençait à douter de pouvoir rester en vie suffisamment longtemps pour qu'un médecin le soigne. Cette pensée lui fit prendre conscience de l'absence de Vallarin à ses côtés et ce constat attrista le Varoc qui ne désirait pour rien au monde apprendre la mort de son ami à la fin de ce cataclysme.

Peut-être parce qu'il avait peur que le Varoc retombe à l'eau ou peut-être parce qu'il voulait quitter la branche de moins en moins sécuritaire, le fils d'Ohibaan passa des bras fermes et rassurants sur ses épaules pour le soutenir. Un échange de regard entre les deux hommes scella leur alliance et Zacharias accepta sans rechigner l'aide que lui proposait l'Évolué. Avec autant de vitesse que possible, les deux hommes tentèrent de rejoindre un endroit plus sécuritaire, mais dans ces raz-de-marée incessants et à travers ces prédateurs intraitables, il était difficile de trouver un tel endroit. Il fallait trouver les moins dangereux au final. Et pourtant, le dernier mot n'avait pas encore été dit par l'homme qui refusait de se coucher face à la nature colérique qui leur donnait une leçon. Les traqueurs firent leur entrée et le Varoc regarda ses hommes et ses femmes remarquables avec les yeux d'un enfant découvrant des cadeaux à son intention. La grâce et l'agilité qu'ils avaient, en plus du talent indéniable qu'il affichait et le courage inébranlable qui les habitait... Zacharias se dit qu'il aurait adoré rejoindre les rangs de ces gens d'exceptions. Peut-être un jour, qui pouvait savoir. Chose sûre, il ne les rejoindrait pas en mourant.

Une femme atterrit près d'eux et présenta un grappin à l'Évolué sans un mot. Quand l'homme encore valide eut pris l'instrument nécessaire à leur fuite, la femme fit un mouvement pour prendre en charge le Varoc. Les deux hommes refusèrent son offre d'aide désintéressée qui redonnait de la foi en l'homme, Zacharias lui expliquant que son équipier du moment pourrait s'occuper seul de le tirer d'affaire. Des gens avaient besoin d'aide et n'avait personne, il était plus important pour cette femme de continuer à aller les aider que de s'attarder avec eux. Elle n'opposa aucune résistance ni aucun commentaire et retourna à ses sauvetages en laissant le duo se débrouiller de lui-même comme il avait souhaité. Avec le grappin, le fils d'Ohibaan et Zacharias purent facilement se réfugier en hauteur en premier et ensuite s'éloigner des vagues pour tenter de trouver un endroit où l'eau n'avalait pas tout sur son chemin. Ce fut long et ardu, mais finalement ils réussirent. Quand enfin ils rejoignirent la terre ferme, Zacharias aperçut qu'un groupe de Tadryens s'étaient regroupés pour préparer leur retour vers leur cité bien aimée. C'était maintenant la fin du parcours pour l'étrange duo qui avait au final réussi à garder la vie sauve. Zacharias se défit de l'étreinte bienfaisante de son compagnon et lui serra le bras avec autant de force qu'il pouvait en signe de reconnaissance. Il se tourna ensuite pour chanceler jusqu'au groupe de Tadryens pendant que l'Évolué détalait vers les siens sans prendre la chance de validé si ce groupe était aussi hospitalier que Zacharias. Au final, avant de succomber à la fatigue, la peur, la douleur et la détresse, le Varoc pouvait avoir une certitude apaisante : il vivrait pour voir demain.


(1 135 mots)

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t298-zacharias-deost-tadryon
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 933
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: ♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi] Ven 1 Sep - 23:54




Recrudescence


Tandis que certains prenaient le risque de sauver les ennemis de leur faction, d’autres préféraient ignorer les gémissements des  adversaires et se tourner vers leurs pairs.  Lentement les arbres les plus petits se déracinaient, la boue les déchaussant de leur terre.  La violence des courants emportait les troncs qui percutaient leurs semblables et les faisait s’écrouler dans les flots. Leurs branches raclaient le sol à en blesser la faune marine, ce ne fut que lorsque le torrent cessa, que l’on entendit au loin le bruit des moteurs. Les Mumus continuaient leur concerto de cris strident, indiquant que le danger était partout, mais nul monstre marin ne percerait leurs coques de métal, aussi rouillées soient-elles. Les bateaux s’avançaient, faisant parfois pencher un arbre à moitié déraciné, créant une vague qui s’abattait contre les points à peine sortis de l’eau. Les Traceurs n’avaient laissé aucune trace quant à leur venue et personne ne semblait savoir où ils étaient passés ou encore allés. La route vers Tadryon était longue, et les rescapés s’organisaient déjà pour se regrouper proche du No Man’s Land, afin de rentrer chez eux. Le Tsunami et ses ravages permettaient un accès plus simple dans la forêt inondée, mais rapidement, ils se mirent à leur tour à racler le sol, ne permettant plus leur avancé. Un cri retentit afin de tous les stopper. « Regroupez les Fils et leurs alliés ! » cria Ashanti, en saisissant l’un des harpons posés sur le pont. « Et protéger le Navire des monstres ! »  La mâchoire serrée, elle harponna l’une des créatures qui avaient pour habitude de rester loin des côtes.  Le clan voyait pour la première fois les Tadryens, ses carcasses de métal qui coulait et disjonctait au contact de l’eau. Elle plissa les yeux, persuadée que leurs armures pourraient être intéressantes pour son peuple. Il suffit d’un regard vers les siens pour qu’ils commencent à remonter les cadavres encore dans leur coque de fer, les entassant comme des trésors. Ashanti avait le goût des affaires dans n’importe qu’elle situation, et si ses armures ne lui étaient pas utiles, alors elle les vendrait à l’un des peuples qu’elle côtoie, pourquoi pas les Fils eux-mêmes afin qu’ils en fassent des trophées. Après que la forêt se soit vidée de ses habitants, ils reprirent la mer afin de les guider là où personne ne viendrait les chercher.

Ashanti connaissait un peuple, une coalition qui les prendrait avec eux, qui protégeraient cette civilisation de la chasse incessante des mutants. « Cap vers le Bassin Sinaën ! » Elle se rendu ainsi à Hlodalana, une terre maintenant ravagée par les vagues qui reprendraient bientôt des allures de paradis. Plus aucune fleur ne parsemait le sol, seulement une terre retournée et des poissons à l’agonie. Les rivières étaient parfois innavigables et les marins durent sortir afin de déblayer le tout. Leur progression fut lente, mais ils arrivèrent comme convenu au Fleuve des Dormants, à ce trou béant d’où un groupe de Maïnes, perché sur l’arche, les regardait traverser.  Le fleuve avait débordé et le Navire était à la limite, mais ils purent s’arrêter proches du Plateau Céleste, là où Lümina pourrait accueillir les rescapés. Ashanti mit alors les Fils d’Ohibaan dans ses barques, les menant à l’escalier à gravir avant de pouvoir s’effondrer. Rapidement, ils rejoignirent la ville des Lumières et elle s’entretenu avec sa Dirigeante expliquant la situation. Tandis qu’Ashanti serrait la main d’Ohibaan et s’en allait, Välina s’approcha de ses nouveaux alliés. Ils allaient maintenant pouvoir prospérer dans la paix, protégée par des murs de roche, choisissant un lieu où vivre. Ils allaient pouvoir voir au-delà de la haine qui les poussait à la guerre, pouvoir choisir leur voie en dehors de Tadryon et surtout, être à leur hauteur. Ils avaient aujourd’hui le pouvoir de se relever de toutes les guerres et de tous les cataclysmes.



Déroulement


Pas de panique si vous ne voyez pas du tout de quoi je parle à la fin ! C'est normal, c'est un lieu qui va sortir dans quelque minutes    

Pour les Bleus: Les Traceurs ont disparus et vous êtes regroupés proche du No Man's Land pour être rapatriés à Tadryon.
Pour les Verts: Vous êtes récupérés par le clan Mäldal, les premier récupéré étant ceux proche de Hlodalana, puis ensuite ceux de la forêt. Vous êtes emmené à la Fédération de Jade, une coalition qui regroupe plusieurs peuples dont vous allez faire partie.






Cadeaux ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
 
♦ Recrudescence ♦ [Évent | RP Multi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres :: La Forêt d'Hanaamu-
Sauter vers: