Partagez | 
 

 Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige Mer 2 Aoû - 15:14

Heldwige Dvärn


 
   
Anomalies de l'ADN

   
Feat Dëlari Legur

   

   


Venir en aide à tous ceux qui étaient dans le besoin. C’était l’une des qualités les plus importantes de ton clan. Tendre une main pour aider à relever un ami mais aussi un inconnu, tendre un gobelet d’eau les chaudes journées de canicules à un vieillard, une fourrure aux enfants les nuits gêlées. Se serrer les coudes, demeurer souder, faire simplement preuve d’humanité. C’était votre façon de vous rappeler à quel point les Tadryens en était dépourvus. Repoussés, rejetés, battus, tués. Les fils d’Ohibaan avaient souffert de leur différence par un excès de cruautés de la parts des autres survivants du cataclysme. Alors, pour faire pencher la balance, leur gentillesse et serviabilité étaient mis en avant. C’était comme un baume que l’on mettrait sur une plaie ouverte, un moyen de refermer d’anciennes blessures, de les effacer en greffant sur la peau lésées un autre tissu identique. Ainsi, au regard, on aurait l’impression que rien ne s’était passé, qu’il n’y avait plus aucune cicatrice, que tout était refermé. Ne demeurait qu’un souvenir que l’esprit était tout à fait capable d’effacer.
Pourtant il y avait des souvenances qui persistaient, des cicatrices qui ne se refermaient pas. D’autres qui venaient à peine d’être faites. Les Tadryens avaient été les premiers à vous infliger un coup mortel. Abandonnés loin des frontières protectrices de la Ville Azurée, la Nature se chargea du second.

Elle était tant votre force que votre faiblesse. Vous aviez appris à l’apprivoiser, lentement mais sûrement. Vous aviez pris connaissances de sa faune et de sa flore, appris à l’utiliser à bon escient, tout en la respectant. Plutôt que de chercher à la dominer, vous vous étiez liés à elle, fondant jusqu’à vos traits dans son feuillages, mêlant vos abris dans ses branches et vos armes dans ses racines. Mais comme un prédateur que l’on aurait su approcher, peut-être même caresser tant il pu paraître docile, la nature finit par s’ébranler pour vous infliger un coup fatal. L’animal s’était retourné contre vous sans raison apparente, mordant votre chair, griffant votre peau avant de s’enfuir, ne laissant qu’une flaque sanguinolente à vos pieds après un acharnement violent sur votre corps.

Le massacre avait été découvert la veille. Une équipe de quatres cueilleurs n’était pas rentrée. Lorsque l’on vint sur place, tout laissait présager l’attaque d’une créature féroce. Les corps étaient éparpillés ça et là, méconnaissables. La plupart présentaient des traces de morsures, même s’il était difficile de déduire quoi que ce soit. Pour la plupart, la chair avait été arrachée, laissant à la vision de tous une carcasse presque vide. Un seul dans le groupe, s’en était sorti. Bléssé, il avait réussi à s’enfuir, poussé par la terreur qu’il ressentait, jusqu’à s’effondrer près d’un cours d’eau, laissant derrière lui une coulée de sang qui alimenterait la terre. Seule la mort de ses frères, qui avaient permis à l’animal de se repaître, avait pu le sauver.
Ce n’était pas la première fois que la créature sévissait. Plusieurs autres fils d’Ohibaan s’étaient plaint de l’agressivité d’un reptile que personne n’avait encore jamais vu au sein de la forêt d’Hanaamu. Cette fois ci, il avait causé plusieurs morts, et il était nécessaire d’agir.


Tu repensas à tout cela en marchant. Toi, ainsi que six autres enfants d’Ohibaan avaient été envoyés sur les traces du monstre pour mettre fin à ses jours. Parmis eux, deux Varashärs. Cela devait vous former, toi et l’autre garçon. Pourtant, tu doutais de la justesse de ce choix. Il était normal de vouloir s’assurer de ce que tu valais et de ce que tu étais capable, mais Dëlari ? Il venait tout juste de faire son envol, c’était trop tôt.
T’inquiétais tu ? Oui, non. Pas vraiment. Le tract nouait ton ventre car l’idée de cette chasse au monstre puisse mal se terminer ne cessait de titiller ton esprit. Pourtant, tu étais persuadée que les guerriers qui vous accompagnaient savaient quoi faire. Ils le protégeraient.

Le groupe s’arrêta. Le pisteur à l’avant venait de retrouver la trace de l’animal. Vous aviez suivi pendant un moment les traces sanguinolentes laissées par ses quatre pattes qui avaient du patauger dans le liquide visqueux s’échappant des corps encore chauds des morts, mais aviez perdu sa trace au bout de plusieurs centaines de mètres. La créature avait traversé le lit de la rivière plus en aval, nettoyant ses griffes écarlates dans l’eau claire, puis plus rien.
Ses empreintes avaient été retrouvées plus loin, par un grand brun. Il était facile de la suivre à présent. Pourtant, le chasseur pris son temps, s’attardant sur les marques laissées tout autour. Tu en profitas pour faire de même, cherchant à aiguiser davantage tes sens aux traces laissées par l’animal, pour en déduire par toi même plusieurs de ses caractéristiques.

Les empreintes étaient profondes. Il devaient être lourd, plus de cinq cents kilos. Il laissait des traces de griffes au bout de ses cinq doigts. Tu savais qu’il s’agissait d’un gros reptile, cela te le confirma. Toutefois, tu remarquas dans sa démarche une légère claudication. Comme s’il avait été blessé. Patte avant droite. La distance entre les empreinte était importante, bien plus d’un mètre. Donc la créature était longue. Mais rien d’autre. Tu te tournas vers le Namenclä, qui ne tarda pas à confirmer tes hypothèses.

- Allez, on reprends. Restez attentifs.

Tu te redressas, te saisissant de ta lance trois crocs, te tenant prête à tout, et avança à la suite des guerriers.


Nombre de mots : 901
   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Dëlari
avatar
♦ Messages ♦ : 24
♦ Inscrit le ♦ : 18/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige Sam 5 Aoû - 16:44

Inventaire:
 

Cabane des Legur ♦  

Aujourd’hui Dëlari apprend une nouvelle qui a ravivé son Shetra, à l’instar où elle est macabre pour d’autres. Plusieurs cueilleurs ne sont pas revenus de leurs recherches. Il veut en connaître la cause même s’il a déjà une petite idée, c’est l’œuvre d’une bête. Cette hypothèse lui est confirmée par le biais des multiples discutions dont il a prit parti. Certains disent qu’ils ont été déchiquetés, d’autres encore disent qu’ils se sont fait entièrement dévorés en laissant seulement une coquille vide. Il sait que des fils et filles vont être affectés à cette mission, il va donc de ce pas en direction de la garnison pour espérer pouvoir être prit à cette mission.

Dix minutes plus tard – Garnison

Une fois que le jeune est arrivé à la garnison, il voit un nombre anormal de jeunes comme lui. Notamment une femme, très discrète qu’il n’a pas dû voir souvent puisqu’il n’arrive pas à se souvenir de son nom, mais il l’a déjà entendu c’est sûr. Il y a beaucoup de jeunes car cette bête a déjà montré ses dents auparavant, ils veulent donc sûrement découvrir la bête qui leur a fait du tort. Toutes les filles et fils qui veulent participer à cette mission sont donc mis en rang. Un namenclä arrive et choisit les personnes qu’il estime capables de faire cette quête. La femme qu’il a vu a est la première à être choisie, c’est vrai qu’on ressent une grande assurance lorsque l’on se trouve à ses côtés. Puis Dëlari est choisi, assez surpris de ce choix, le jeune reste néanmoins très content. Le namenclä sait que Dëlari peut être très investi dans ce qu’il fait, surtout quand c’est dans le domaine de la faune. Ça doit être cette qualité qui lui a permit d’être choisi, il est vrai qu’une fois que le garçon est accepté il ne fait pas attention si d’autres personnes sont acceptés au non. Il sait juste qu’ils sont six en tout et partent directement en direction de la forêt d’Hanaamu, à la recherche de la bête qui a causé ces dégâts.

Quarante minutes plus tard – Forêt d’Hanaamu

Tout le groupe s’est arrêté après avoir retrouvé la piste de la bête. Dëlari s’empresse de prendre note des indices qu’il voit et qu’il entend par le biais du pisteur. Et repartent tous en suivant les grandes traces irrégulières qu’à laissé la bête. Il se met au milieu du groupe mais en y restant un peu éloigné pour avoir une vue dégagée. C’est la vraie première mission de Dëlari ; il est excité à l’idée de trouver la bête, mais il se calme pour pouvoir garder une bonne impression face aux autres. Il n’a pas envie de paraître pour le jeune hyperactif, il lui faut donc se temporiser même si c’est réellement maintenant que la chasse commence, vu qu’ici le but est bien de tuer la bête. Le groupe suit donc les traces qui ont l’air tout de même sèches. Ce qui montre que l’animal est loin avec une certaine avance sur eux, peut-être est-ce un animal qui va vite ? Les hypothèses de ce genre fusent dans la tête de Dëlari, avec sûrement une part de vérité dans quelques-unes d’entre elles. Le groupe s’arrête encore une fois, mais cette fois-ci aucune trace ou aucun indice apparents. Le namenclä demande donc à tout le monde de redoubler d’efforts. Dëlari pense que c’est juste un sorte de test vu que le pisteur est à côté du guerrier, c’est encore plus confirmé puisqu’il a entendu les deux échanger quelques rapides paroles :
- Regardes bien Heldwige, c’est elle qui va trouver la trace avant les autres.
- En même temps c’est pas bien compliqué, on va voir ça.
En plus ils lui ont apprit le nom de la femme, une pierre deux coup. Les jeunes se mettent à la recherche de nouvelles traces. Heldwige à l’air de savoir pister, mais Dëlari trouve une piste en premier : une carcasse. Par la taille et la forme le jeune homme pense à un garges. De plus le mode opératoire est le même : il ne reste plus rien de l’animal, seulement quelques morceaux de chair en charpie ça et là. En suivant les tâches de sang qui devaient dégouliner de la bouche de la bête, le groupe retrouve enfin la trace de l’animal. Le pisteur repart devant, le namenclä se met en avant, Heldwige et Dëlari juste derrière et les autres suivent ; le convoi reprend de plus belle les recherches.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t465-delari-legur-termine#4796
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige Dim 6 Aoû - 18:51

Heldwige Dvärn


 
   
Anomalies de l'ADN

   
Feat Dëlari Legur

   

   


Le second Verarshär avait retrouvé la piste du monstre. Une trace sanglante, marquée par l’imposante carcasse d’un Garge. L’animal n’aurait pas été facilement reconnaissable. Un peu plus petit que ses congénères, il avait eu le crâne écrasé, ainsi que ses côtes. La chair de son abdomen disparue, de même qu’à beaucoup d’autres endroits, les rares zones encore couvertes de poils étaient maculées d’un liquide devenu noir. Mais son squelette, ses cornes, son encolure, ne te trompaient pas. Un jeune, séparé du reste du troupeau par la créature. Repue, celle ci avait continué son chemin comme précédemment avec les trois hommes : laissant de sa gueule béante s’écouler le sang dérobé au Garge jusqu’au sol, le pas lent et fatigué d’un monstre qui a trop mangé. Il était facile à suivre.
Tu laissas les guerriers prendre position en tête et bout de file. En compagnie du second initié, tu gardais le silence. Tes pensées étaient occupées à appréhender votre confrontation avec l’animal. Ta lance ne te permettais pas de t’attaquer à lui à distance, en aux vues de la puissance de sa mâchoire, tu te devrais de faire très attention à la position de sa tête. Utiliser ses points faibles contre lui bien sûr, mais avant, en apprendre davantage sur la créature.
Devant toi, deux Rärshas s’interrogeaient sur la nature du monstre qui s’était attaqué à votre peuple. Tu suivis silencieusement le cheminement de leur pensées sans t’impliquer.

- Quel est l’idiot qui pensait qu’on aurait affaire à un Mälana ? Pourquoi pas l’Hanaamu pendant qu’on y est.
- Tu sais, ça aurait très bien pu. Il n’y en a pas cinquantes, des créatures qui s’acharnent à ce point sur de la chair.
- Pourtant Helge avait bien dit que l’animal qui les avait attaqué ressemblait à un reptile.
- Rien ne garantissait qu’il s’agissait de la même créature. Mais maintenant, on est certain que c’est lui que l’on cherche. Cela dit, je me demande ce que c’est. On a rien de semblable dans cette partie de la foret. Tu crois qu’il aurait traversé tout le territoire pour trouver une truc à se mettre sous le croc ?
- J’en sais rien. Un animal à ses petites habitudes. Il mange que certaines feuilles, ou que certains animaux, c’est pas pour rien que chacun à son propre territoire.
- Qu’est ce qui le pousserait à venir ici ? Aucune catastrophe n’a été responsable de la disparition d’une espèce, et puis si c’était le cas, on en aurait toute une meute, de ces énergumènes. Nan, y’a autre chose.

Tu te posais les mêmes questions. La créature t’étais inconnue, ce qui pouvait aisément s’expliquer si elle était originaire d’une contrée lointaine. Mais justement, que ferait-elle ici ? Les deux hommes armés de leurs lances avaient soulevés les bonnes questions, une preuve que, malgré leur rôle militaire, ceux là savaient réfléchir. Etait-ce ça d’être un Namenclä ? Connaître si bien son peuple que celui ci à même finit par vous transmettre des connaissances ? Ou connaissaient ils le monde ? Deviendrais-tu ainsi un jour ? Capable d’une réflexion judicieuse autant dans les domaines de l’herboristerie que de la stratégie, tout en excellant en Zoologie ? Ou resterais-tu toujours si solitaire, incapable d’accepter ce que l’un de tes semblables pourrait t’apporter ? Son savoir, son point de vue. Cela te permettrais de t’ouvrir, d’appréhender le monde d’une autre façon, de gagner en expérience autant qu’en maturité. Tu le savais, tu ne pouvais pas te forger seule. Il fallait t’intéresser aux autres, cesser de les repousser. Si ce n’était pas trop tard.
Ton regard cobalt glissa sur ton voisin. Dëlari. Tu le détaillas un instant. Grand, en tout cas plus grand que toi, il portait les cheveux châtains en bataille. Son visage encore un peu enfantin était durcit par le tatouage sombre qui entourait ses yeux dorés et courrait sur ses joues. Plutôt élancé, tu devinais à l’arc présent dans son dos son arme de prédilection. Il assurerait tes arrières lorsque tu approcheras la créature avec les guerriers.
Tu hésitas un instant à engager la conversation. Ce n’était pas ton fort, mais tu venais de prendre quelques résolutions. Elle ne tiendraient pas plus que quelques heures, mais ça ne coûtait rien d’essayer de les appliquer à l’instant.

- Tu t’es porté volontaire ?

Ignoble, comme entré. Quand on est poli, on dit bonjour. Même pour être vraiment courtois, il aurait peut-être fallu le dire à tous les membres de cette escouades en arrivant, et pas à quelques privilégiés.
Tu détournas les yeux, préférant tenter un autre terrain.

- Tu sais à quoi t’attendre ? Quoi faire ?

Il était jeune. Son envol était passé à peine quelques mois plus tôt. Savoir survivre une semaine seul dans la foret ne signifiait pas qu’il saurait appréhender une menace requérant l’implication de sept fils d’Ohibaan. Etait-ce pour s’assurer de sa survie, ou de la tienne, que tu t’en enquérais ? Toi même n’aurais pas été capable de répondre.



Nombre de mots : 820
   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Dëlari
avatar
♦ Messages ♦ : 24
♦ Inscrit le ♦ : 18/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige Sam 12 Aoû - 14:34

Forêt d’Hanaamu  ♦

- Qu'est-ce qu'on fera ? J'en sais trop rien, je sais juste qu'il va falloir se tenir prêt à tout face à une telle bête.
Il est vrai que Dëlari n'a pas réellement réfléchi à cela. Il était juste excité à l'idée de voir qui cause des dégâts comme ça, mais la question d'Heldwige lui a fait prendre conscience dans quoi il s'est embarqué. Même s'il le sait au fond de lui, la question lui a plutôt remis les idées en place.
- A quoi m'attendre ? Je m'attends à une assez grosse bestiole surtout à la vue de ses traces, mais c'est tout, on n'en sait pas grand-chose au final. Mais je sais une chose, ça m'attire : chercher, suivre, comprendre, faire tout ça pour retrouver une bête ; c'est ça que j'aime faire.
C'est vrai que c'est ce qu'il aime. Ça se voit il est beaucoup plus impliqué que dans les tâches qu'il fait d'habitudes. Il est plus passionné par ça que d'aller chercher des plantes avec son père ou même d'aller en chercher seul non loin du hameau. Une prise de conscience qui lui a aussi rappelé qu'il n'a jamais réellement chassé. Suivre les pistes, les chercher, se perdre ; tout cela il connaît à peu près, mais tuer jamais. Il avait déjà vu des personnes tuer des bêtes pour se défendre, le fait de regarder ne l'avait pas dérangé plus que ça. La vue du sang déjà un peu plus, mais en faisant un peu abstraction le sang le répugne moins. Peut-être qu'il n'est pas prêt pour tuer une bête si féroce que cela ? De toute façon c'est trop tard pour revenir sur ses pas, Dëlari a pris pour une fois une responsabilité dont il ne peut se détacher. La pensée de ce dernier est interrompue par un des guerrier :
- On s'arrête ! On attend le pisteur ici, le temps qu'il revienne nous apporter les informations.
Enfin un peu de repos pour tout le monde, une petite pause méritée. Dëlari s'assoie adossé à un arbre, il reste tout de même encore pensif malgré la coupure brutale offerte par le guerrier. Pour pouvoir mener à bien sa mission le jeune homme doit dissoudre cette pensée qui le tourmente. Dans un endroit comme celui-là, cela ne va pas être vraiment compliqué à vrai dire même si l'heure n'est pas à la fascination. L'esprit de Dëlari se laisse distraire par la couleur des feuilles, l'odeur boisée et par les bruits qui environnent le groupe. Tous les sens du jeune homme sont en éveil et lui donnent l'impression d'être bercé, apaisé. Cette pause est bénéfique pour chacun, tous ont leur petit rituel pour se reposer ou du moins s'en donner l'impression. Le pisteur revient donner les informations sur les traces. Se sont toujours les mêmes : pas de réel signe de fatigue.
-Il faut donc continuer à les suivre, c’est notre seul choix de toute manière.
- Allez on repart !
Le groupe se redivise donc dans le même schéma, le pisteur devant suivi du namenclä, Heldwige et Dëlari sur les talons de ce dernier puis les autres derrières pour refermer le tout. Une formation qui marche bien, pour le pistage du moins. Cela ne va peut-être pas marcher une fois qu'ils seront face à la bête mais les guerriers ont dû se soucier de ça, pas la peine qu'une personne ne s'y ajoute. Il faut un très bon pisteur pour ce genre de tâche, c'est pour le moment le seul qui travaille sans prendre de repos. Il cherche, prend de l'avance et revient vers nous pour nous dire où aller ; c'est un travail dur, mais il le fait bien. Dëlari reste très respectueux du travail, mais surtout de l'homme. Il ira peut-être lui parler à son retour si jamais il en a l'occasion. Vu qu'ils sont sur le chemin déjà découvert par le pisteur, le jeune homme se permet une petite parenthèse pour observer Heldwige et repense à sa question :
- Et au fait oui je me suis porté volontaire, pas toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t465-delari-legur-termine#4796
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 454
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige Mar 15 Aoû - 10:58

Heldwige Dvärn


 
   
Anomalies de l'ADN

   
Feat Dëlari Legur

   


Inventaire:
 
   


Tu marchais en regardant droit devant toi. Tes pas étaient sûrs, chacun de tes sens était occupé à écouter la nature qui t’entourait. Tu cherchais des indices, des sons, des détails qui indiqueraient le chemin à suivre. Il y avait un pisteur pour ce travail, bien sûr. Mais tu voulais essayer par toi même. Tu n’apprendrais jamais rien tête baissée, concentrer à marcher correctement dans les empreintes sûres des plus âgés sans chercher à laisser les tiennes. Tu étais encore jeune. Aujourd’hui, tu étais lancée dans une mission importante, accompagnée de nombreux fils d’Ohibaan bien plus expérimentés que toi. Tu devais en tirer profit, et exploiter cet avantage pour prendre des initiatives : essayer de reproduire le travail de l’un ou de l’autre, de les devancer tout en t’assurant, à travers leur regard ou leurs mimiques, que tu ne faisais pas de bêtises. Tu te devais de devenir autonome.

Tu ne glissas plus un regard à l’adolescent qui continuait la discussion, et répondait plus concisement. Aussi, tu opinas légèrement de la tête, un mouvement presque imperceptible.

- Si, moi aussi.

Tu étais volontaire. Mais tu ne t’étais pas lancée dans le seul but de voler à la nature une âme précieuse. Seulement pour en apprendre plus. Découvrir ce nouvel animal, l’observer, comprendre son comportement, trouver des explications à sa migration comme à sa soudaine violence. Déterminer ses points forts, ses points faibles. T’entraîner à devenir une meilleure zoologiste en apprenant à faire face à toutes les situations : l’observation passive des Tëneos, les poursuite effrénées derrière les Mumus, les combats mortels contre les reptiles.
Cette attaque était une opportunité pour toi de grandir, et tu ne pouvais pas te permettre de passer à côté.



L’allure ralentit soudainement. Le Rärcha le plus en avant avait perçu un grognement. Le cortège s’immobilisa tandis que le premier s’avança silencieusement, à demi courbé pour se dissimuler dans les herbes les plus hautes.
Le reptile était proche. Le sylvain se tourna vers le reste de son groupe et leur indiqua à tous de prendre position. Tu t’approchas, en position accroupie. Tu faisais attention que ta lance ne percute rien qui pourrait produire un son. Une fois à proximité de l’un des arbres, tu te penchas légérement pour apercevoir la créature.

L’animal était étendu sur une pierre, bienheureux sous la caresse du soleil. Il paraissait gigantesque. Il devait atteindre presque six mètres de longueur, de la tête à la queue. Tu t’étais raidie. Malgré que tu te sois attendue à une créature aussi grande que lourde, tu ne t’attendais pas à pareil effet. Rien ne lui ressemblait dans aucune des couronnes de la forêt d’Hanaamu, du moins rien qui prenait de pareilles proportions. Il avait le corps couvert d’une carapace d’écailles protectrices. Ses pattes lourdes étaient dotées de griffes que tu imaginais très aiguisées. Elles étaient salies par le sang encore frais de sa dernière proie : un Tëneo qui gisait à quelques mètres de là. Sa gueule béante dégoulinait de ce fluide écarlate qui s’échappait encore de la gorge de l’animal mort. Ses yeux, fermés, étaient assez écartés pour lui offrir un large champ de vision.
Il ne faisait aucun doute que cet animal était le prédateur violent que vous recherchiez. Quant à comprendre ce qu’il faisait ici … Tu n’avais aucune explication. Il ne semblait pas blessé, tout comme il avait très vite apprit à profiter de son nouvel environnement. Si celui ci était si propice à son espèce, bien plus d’individus auraient migré. Alors .. Comment l’expliquer ?

Le Rärsha attira ton attention. Le reptile avait ouvert de grands yeux rouges et les dardaient sur son environnement. Il avait du percevoir quelque chose. A ta gauche, tu remarquas l’un des Nomencläs grimper prestement dans les hauteurs. Tous cherchaient un moyen d’attaquer la créature et de déceler ses faiblesses.
Tu imaginas que ses écailles puissent être moins résistantes au niveau des articulations. Mais dans cette position, celles ci étaient difficilement atteignables. Viser la gorge pourrait évidemment s’avérer décisif, mais elle devait être encore davantage protégée.
Tu glissas un regard à tes autres compagnons, puis revint sur la créature. Celle ci venait de se redresser sur ses pattes. La droite était blessée, comme tu l’avais prédit. Un morceau de corne du garge s’était enfoncée dans le muscle, assez profondemment pour que le reptile ne soit pas parvenu à la retirer, mais juste à en casser le bout.
Il marchait lentement. Repu, il avait juste soif, et se dirigeait vers le cours d’eau qui glissait à quelques mètres de son rocher. S’être gavé de nourriture pourrait être un désavantage que vous pourriez utiliser lors d’une fuite. Ainsi que l’altitude. Il ne devait pas savoir correctement grimper aux arbres, vu sa taille. Les armes à distances seraient efficaces, mais avec ta lance, tu serais contrainte à t’approcher de lui.
Tu reportas ton attention sur ton voisin, et murmura.

- On aurait pas la possibilité de l’immobiliser ? .. Avec un trou, ou .. avec des lianes ?

Le chasseur réfléchit à la question. Ils ne pourraient pas combattre sur place, et il faudrait trouver un terrain plus favorable.

- On va l’attirer vers la couronne Insecta. Ce n’est plus très loin. On sera à notre avantage avec toute la sève qu’on peut y trouver .. Ca devrait le ralentir et on pourra attaquer.

Tu opinas simplement alors que les ordres furent donnés. Les premières attaques, visant à attirer l’attention du reptile furent lancées, avant que tous ne partent en direction du domaine de l’Ernolis.


Nombre de mots : 914
   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
 
Anomalies de l'ADN | Dëlari & Heldwige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres :: La Forêt d'Hanaamu-
Sauter vers: