Partagez | 
 

 Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 56
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn Mer 6 Sep - 0:45

♦ ► ♦




Le pas de Carmen avait été emboîté par celui de la fille d’Ohibaan. Cette dernière avait noté l’impatience de la jeune spectre mais on n’aurait su dire si cela avait été apprécié ou non. En revanche, la couleuvre avait obtenu sa réponse, d’un sourire satisfait elle s’en était retournée vers la direction qui la préoccupait. Elle prêta cependant l’oreille aux autres paroles d’Heldwige. Carmen avait une idée en tête, du moins le seul endroit qu’elle connaissait qui présentait un minimum de température saine autant que de discrétion se trouvait un peu plus loin. Et aussi un peu plus bas sur le mont, elle reconnaîtrait ce chemin entre mille tant elle l’avait parcouru. En effet il s’agissait de la nappe souterraine dans laquelle Carmen devait prélever ce fameux liquide qui, à force d’années et de répétition, avait finit par la rendre bleutée. L’endroit n’était que peu connu, à vrai dire seuls la caste des tatoueurs de l’alcôve ainsi que certains pèlerins connaissaient cette caverne. La raison était  qu’elle était difficile d’accès, la voir était une chose y entrer en était une autre.

Après quelques temps, Carmen fit signe à Heldwige qu’elles étaient arrivées à destination en pointant du doigt la faille étroite taillée dans la roche. En descendant encore un peu on pouvait y accéder plus aisément, bien qu’il faille tout de même sauter un niveau de rocher ou deux pour y parvenir. Carmen entra la première en s’y glissant par le côté, elle lança un dernier regard à la jeune femme de la forêt pour l’intimer à la suivre. Malgré la capuche de fourrure qui couvrait la tête d’Heldwige, la spectre trouva ses yeux à travers l’ombre portée, elle arborait un air légèrement dubitatif mais celui lui avait suffit pour continuer à la suivre. Heureusement que leur situation était devenue moins hostile, sinon cette invitation aurait pu ressembler à un piège.

Le passage étroit ne durait pas longtemps mais il bifurquait légèrement sur la gauche, ensuite venait une sorte de grand couloir aux cavités éparses. Il faisait de plus en plus sombre mais Carmen connaissait cet endroit comme sa poche, elle tendait toutefois l’oreille pour vérifier si Heldwige la suivait toujours. Après quelques temps elle arriva dans une galerie qui était un peu plus en hauteur. Le stalactites s’échouaient par endroit, faisant office par moment de barrière face vide qui se présentait à leurs yeux. La caverne se terminait ici, en un grand espace dont les parois étaient glissantes, les gouttes d’eau forgeant le stalagmite et stalactites qui parsemaient l’ensemble. Au fond se trouvait le fameux lac, une sorte de brume le recouvrait comme un manteau, se diffusant dans tout l’espace du dessous. De là où elles se tenaient, le gaz ne se propageait pas, on pouvait contempler l’ensemble depuis le petit espace à mi chemin de la descente que formait progressivement la galerie. On trouvait au centre du petit dénivelé quelques restes de présence humaine. A en juger de l’état du campement, cela faisait au moins trois semaines que le lieu n’avait pas été visité. Heldwige entreprit de faire un feu avec ce qu’il restait. Quelques minutes passèrent avant qu’une flamme viennent éclairer plus nettement leurs visages. La fille d’Ohibaan s’assura que la lumière était suffisante pour la spectre afin de continuer leur entreprise. Elle semblait d’ailleurs analyser son visage avec moins de retenue, Carmen avait hoché de la tête tout en prenant soin de ressortir son matériel pour dessiner. La couleuvre fit mine de ne pas relever l’intention qui se cachait au fond des iris de la dryade, après tout elle l’avait elle même dévisagée avec beaucoup moins de retenue auparavant. Il se passa un temps calme durant lequel le feu servit à réchauffer le lieu et parallèlement leur corps, précédemment refroidit par les intempéries neigeuses. La couleuvre s’était assise devant le feu, le regard vide face aux flammes. Son regard était fasciné par les flammes, oubliant presque que son carnet était ouvert dans ses mains, sa main gauche reposant entre les pages. Carmen avait commencé à en tourner les premières afin de retrouver une double page vierge qui lui servirait de premier essai pour ce qui allait suivre. De toutes les choses auxquelles s’attendaient la couleuvre, ce qui la sorti de sa fascination fut la plus surprenante. Pourtant il avait été établit auparavant que sa charmante compagnie lui présenterait l’étendu du tatouage auquel elle faisait référence. C’était après tout à partir de là qu’elles en étaient venues à rejoindre ce lieu.

Les yeux dorés de la spectre se levèrent vers Heldwige qui s’était décidée à se lever afin de commencer à enlever les vêtements qui gênaient le tatouage. Carmen ne s’imaginait pas qu’autant de vêtements tomberaient au sol, ni que la dryade déciderait soudainement de s’y atteler. Peut être avait elle fixé les flammes trop longtemps, ou peut être Carmen était plus charmée qu'elle ne l'aurait cru. Quoi qu'il en soit la vision que lui offrait Heldwige lui soutira une respiration un peu plus longue que les autres, presque similaire à un soupir pour peu qu'il fut retenu, sa bouche légèrement entrouverte. Avant de paraître indécente elle referma cette dernière et expira par le nez tout en se forçant à ne pas perdre son attention dans ce qui lui sembla, durant un instant, être un délicieux piège. * Si elle a conscience de son charme, cette femme est un venin * Cette pensée tenait du compliment venant d'une couleuvre.

Le long tatouage qui recouvrait la dryade était tout à fait intéressant, entre ce que c'était représenté Carmen et la réalité il y avait bien sûr un pas, mais il n'était pas désagréable. Cette technique était voulue comme une imitation de coulure de peinture à certains endroits. Ils suggérait l'usage de plusieurs pointes taillées sur la rangée pour donné un effet aussi convaincant. Aux vues de la lance de l'intéressée, la spectre conclu que l'outil devait être lui aussi en os, cela semblait la matière idéale autant pour déposer l'encre que l'y introduire sous la peau.
Heldwige avait replacé ses cheveux sur l'épaule opposée à celle où son tatouage prenait place, laissant apparaître une clavicule qui soulignait à merveille la pièce à présent totalement visible. Ce qui semblait être une créature descendait autant sur son bras que sur ses hanches, elle s'y échouait comme un prédateur sur sa proie, néanmoins dans ce contexte, déterminer qui était l'un ou l'autre présentait un net défi. Les yeux de Carmen suivaient le tatouage et en analysaient tous les traits à présent découverts. Ils s'arrêtèrent en haut de la cuisse, car c'était aussi l'endroit où la pièce se terminait, indécise. Il se passa un temps, dans lequel Carmen se jura de ne pas laisser transparaître une expression de désir, ses yeux la trahissaient dès qu'elle ne se concentrait plus sur le tatouage. Ici encore, une sainte torture.

Afin de mettre fin à ses « souffrances » et de respecter le marché, la couleuvre ressaisit son carnet et commença à dessiner le tatouage. Pour qu'elle puisse faire plusieurs essais différents il fallait qu'elle dispose d'une base de référence, et Carmen ne pouvait résolument pas demander à Heldwige de rester ainsi des heures durant, quoi que l'idée fut particulièrement intéressante. Tout en s'affairant à la tâche elle essaya de changer de sujet vers l'auteur du tatouage :

- La personne qui t'as gravé cette pièce est admirable, puis, à demi mots ; … Et chanceuse.

Elle étouffa cette dernière parole derrière les flammes crépitantes, se concentrant à présent sur ce qu'elle devait reproduire. Ceci l'aida à regagner un peu de sa concentration et de son sérieux. Peut être un sourire un coin avait pu se faufiler derrière sa façace, néanmoins elle se remit au travail.  


1282
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn Sam 9 Sep - 20:27

Heldwige Dvärn

   
Jeux d'Esprit

   
xxx Feat Carmen xxx

   

   
Inventaire:
 



Tu sentais le regard de la bleutée s’attarder sur tes courbes un long moment. Il glissait le long du tatouage en en détaillait le moindre motif, attentif et expert. Tu ne t’en troubla pas, même si te montrer ainsi n’était pas dans tes habitudes. Être le centre de l’attention t’était souvent déplaisant et tu n’appréciais pas que l’on te regarde sous toutes les coutures. Tu avais ainsi la sensation que, malgré tout tes efforts, chaque part de toi était petit à petit mise à nue, un voile après l’autre. Lorsque tu surprenais le regard inquisiteur de l’un des sylvains, tu le forçait à se détourner d’un moyen ou d’un autre. Par chance, la situation était tout autre à l’instant et tu maîtrisais cette sensation désagréable. Tu avais choisis de te dénuder de ton propre gré, et songeais bien à garder le contrôle de tout ce que tu dévoilais par cette simple volonté. Ton objectif était double car tu espérais parvenir à tirer à la tatoueuse de nouvelles réactions qui te permettraient d’en découvrir davantage sur elle. Cette décision était à double tranchant, et tu devais faire attention à ne pas trop te trahir tout en la détaillant, chose encore difficile dans cette semi pénombre. Aussi jouas-tu simultanément plusieurs cartes à la fois. L’indifférence d’abord, puis la curiosité lorsque tu obtins ce que tu cherchais. Tu gardais les traits tranquilles, les muscles détendus, à l’aise dans cette nudité que tu exprimais. Ton corps n’avait jamais été tabou, tu l’acceptais et le montrais sans gêne, même si d’ordinaire, tu attendais plus que quelques heures passées à discuter pour te le permettre. Puis, l’intrigue. Tu avais arqué légèrement un sourcil, surprenant un regard ailleurs, indéterminé, l’une des réactions que tu surveillais. Tantôt fasciné, tantôt empreint d’une ambitieuse étincelle de désir, il avait un je-ne-sais-quoi de sensuel qui titilla ton bas ventre. Tu n’aurais pu déterminer si ton enveloppe en elle même était à l’origine de ce désir difficilement masqué ou s’il s’agissait plutôt de l’optique de poursuivre ce tatouage qui intéressait tant Carmen, mais dans les deux cas, un tel regard flatta ton ego, te tira même un léger sourire presque satisfait. Ta commissure remonta, à peine, tandis que tes yeux se plissèrent légèrement.
Les paroles qui suivirent confirmèrent cette impression. Ces deux mots murmurés, sa voix faible et ses traits troublés. Tu étais fière de l’effet que tu avais provoqué chez l’animal exotique assis devant le foyer. Elle qui t’avais déjà à de nombreuses reprises étonné, si ce n’était émerveillé par ses talents, vous échangiez enfin les rôles. Une minuscule revanche qui permettait à la fois de reprendre un peu le dessus et de te détendre petit à petit.

La bleutée finit par se détourner. Ses doigts s’étaient refermés sur un crayon tandis que d’une main, elle calait son carnet ouvert sur une page vierge contre sa cuisse. Tu frissonnas. La chair de poule pigmentait ton épiderme de milliers de petits points blancs, tu avais les poils hérissés, la pointe des seins tendue. Maintenant qu’elle avait fini de t’observer, tu croisas les bras, à la recherche d’un peu de chaleur, avant de céder à une solution plus radicale. Tu te saisisi de ta cape - sous le tas de vêtement - et la passa autour de toi une fois que tu te fus assise devant l’âtre. Ainsi profitais-tu de la caresse des flammes sur ta peau et ton visage tout en laissant à Carmen la possibilité de jeter un nouveau coup d’oeil au tatouage d’un mouvement de tissu ample dès lors qu’elle le souhaiterait.

Tu restais patiente, ne prononçait aucun mot pour la troubler. Tu ne la quittais plus des yeux. Il était amusant de voir son faciès se transformer, de façon presque imperceptible, au fur et à mesure qu’elle parvenait à se concentrer sur son dessin et oublier les pensées - quelles pensées ? - qui avaient traversés son esprit. Parfois, elle fronçait les sourcils, d’autres fois, retroussait le nez. Tu décelais d’autres nuances, selon si le résultat de son tracé était satisfaisait ou au contraire, nécessitait quelques retouches. Sa langue venait humidifier sa lèvres inférieure, ou elle penchait la tête, comme plongée dans ses réflexions. A attendre qu’elle finisse son esquisse, tu avais tout ton temps pour l’observer, et ce sans même avoir à te dissimuler. Blottie sous la fourrure, tu en profitais aussi pour réfléchir. Tu avais laissé tes pensées s’égarer sur la tatoueuse, son talent, ton impatience de voir ce qu’elle aurait à proposer, puis celle de sentir la première pointe encrée qu’elle appuierait sur ta cuisse. Voudrait-elle tout faire sur une seule séance ? Y aller petit à petit ? Garder de simples nuances de noirs ou pigmenter les écailles du reptile ? Si ceci te plaisait, serait-il possible qu’elle recommence, à l’avenir ? Tu aurais aimé tester cette nouvelle encre fluorescente. Être le premier cobaye pouvait s’avérer dangereux, mais si le résultat était là, te démarquer ne te dérangerait absolument pas.
De fil en aiguille, tu songeas que tu avais bien fait de la défier de sorte à ce qu’elle commence son travail sur ta peau d’ici quatre jours, puis que tu avais hâte d’y être. Et enfin, que si tu rentrais, il ferait certainement nuit ce soir. L’idée ne t’effrayait pas, mais tu savais les dangers nombreux, tant au coeur de l’intense végétation de la foret d’Hanaamu que dans les pentes glacées du mont Hâran. Tu appréhendais l’un plus que l’autre, mais le jeu en valait la chandelle.

Tu relevas la tête lorsque Carmen te fit signe qu’elle avait terminé. Plongée dans ta reflexion, tu t’étais détourné de ses mimiques qui t’amusaient pour fixer les flammes dansantes. Sans avoir la moindre notion du temps qui était passé, tu te reconcentras aussitôt et jeta un coup d’oeil à son premier croquis.



Nombre de mots : 965



   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Carmen Neutram
avatar
♦ Messages ♦ : 56
♦ Inscrit le ♦ : 16/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn Mer 13 Sep - 7:46

♦ ▪ ♠ ▪ ♦




Avec un soin particulier, Carmen copiait du mieux qu'elle pouvait le tatouage de la dryade. Elle se reprenait sur certains traits, en laissait d'autre en l'état de premier jet. Les traits noirs se succédaient laissant place à une forme qui se transforma en plusieurs détails puis enfin en un ensemble. La jeune spectre n'avait pas essayé d'abuser du temps d'Heldwige, mais à chaque fois qu'elle relevait l'oeil pour reprendre de nouveaux traits elle prenait le temps de ne pas la regarder directement dans les yeux. D'ordinaire, elle était celle dont on évitait le regard perçant voire désobligeant. Tant qu'elle serait dans cette situation Carmen éviterait de se trahir davantage, bien que cela soit déjà trop tard surtout en adoptant un tel comportement. Il s'agissait de la meilleure stratégie de défense dont elle disposait pour l'instant, depuis qu'elle avait rencontré Heldwige elle avait su lui reconnaître une certaine maîtrise dans la parole qui suggérait aussi de bonnes capacités d'analyses. Loin de sous estimer son adversaire, la couleuvre préféra ne pas trop tenter le diable dont elle avait suffisamment attiré l'attention pour l'instant. Alors que ses yeux arrivaient à ses côtes, tout comme son dessin, Carmen nota un fait plutôt amusant. Le froid commençait à faire son effet, cela étira un demi sourire sur le visage de Carmen. Elle avait essayé de copier cette pièce avec le plus de détails possible mais cela prenait du temps qui s'inscrivait maintenant sur la peau de son invité. Son regard s'était reposé machinalement sur son travail et l'y replongea quasi instantanément, heureusement qu'elle avait un minimum de conscience professionnelle c'est ce qui l'avait sauvée durant toute cette séance. Un son attira l'attention de la spectre, il s'agissait de la fille d'Ohibaan se saisissant de la grande fourrure afin de s'en couvrir. La tatoueuse ne releva pas ses yeux, encore occupée à faire le contour d'une large courbe. Elle avait presque terminé, mais elle ne douta pas de la coopération de son sujet, lui accorder un peu de chaleur était le moins qu'elle puisse lui concéder.

Les dernières retouches étaient les plus ardues. A vrai dire elles lui avaient prit toute sa concentration, comme si elle avait plongé dans un monde remplis d’algorithme et de hasard mêlé où toute tâche, tout trait, devenait aussitôt un univers entier. Ses doigts étaient salis des dépôts de ce qui lui servait à dessiner, même ses lèvres en étaient légèrement tâchées. Carmen n'avait pas fait attention à ce détail, elle avait machinalement caressé sa lèvre inférieure en pleine réflexion sur cet arrêt au niveau de la cuisse. Il y avait plusieurs résolutions possible et elle anticipait déjà l'autre partie du travail. Elle leva les yeux vers la cuisse puis vers son dessin et sembla repartir dans des modifications studieuses.

Dans un calme plaisant Carmen avait perdu la notion du temps. Elle avait arraché quatre feuilles de son carnet pour les superposer à la reproduction afin de proposer plusieurs premiers essais sans dénaturer le référent. Lorsqu'elle réalisa qu'elle avait prit le temps de dessiner quatre de ses idées, la couleuvre releva l'échine dans un léger craquement qui lui suggéra qu'elles avaient passé un temps encore plus long que celui dont elle prenait conscience. La spectre releva donc son menton pour retrouver les yeux d'Heldwige. La couleuvre nota que sa patience avait été d'or, elle ne l'avait aucunement dérangée durant tout ce temps. Carmen avait perçu dans son regard une fixation assez intense qui la déstabilisa presque, elle avait maintenant une bonne idée de ce que les gens pouvaient ressentir lorsqu'elle les scrutait de la même manière, les passant à un examen détaillé. * Un superbe venin * Se rappelant ses pensées Carmen eut un instant d'égarement, comme si elle venait de voir quelque chose de dangereux ou de surprenant. Ses yeux s'étaient plus largement ouverts, comme notant quelque chose de nouveau, avant de retrouver leur état naturel aidé par l'attention que lui portait maintenant Heldwige.

Carmen commença à réordonner ses pages alors qu'un œil averti commençait à se pencher sur ce qu'elle avait fait. Elle reprit ses pages arrachées une par une, tendit le carnet une fois encore à Heldwige avec dans l'autre main les quatre pages superposable à la pièce d'origine.

- Ce sont des premiers essais, tu es libre d'y ajouter tes propre modifications et nous verrons ce qu'il est possible de faire.

A ces mots la couleuvre lui tendit de quoi les ajouter. Elle se mit à attendre patiemment que la sujette passe à l'examen ces dits essais. Carmen trouva tout de même le moyen de jeter un coup d'oeil discret à la gorge d'Heldwige, à peine cachée par le manteau de fourrure elle y voyait les lignes de ses clavicules soulignées par la couleur du feu rappelant à notre spectre qu'il ne fallait pas trop s'y attarder. Un regard insistant aurait pu paraître déplacé, la fascination que Carmen entretenait pour le tatouage de la fille d'Ohibaan autant que pour ses courbes commençait à relever de l'indécence, aussi elle essaye de resserrer un peu les règles de bienséance. Elle s'était assise a une distance respectable, bien que suffisamment proche pour jeter un dernier coup d'oeil sur ses dessins. Elle trouverait qu'évidemment il y avait ce détail ci, ou ce trait là à refaire mais après tout elle ne pouvait pas y passer des heures aujourd'hui. Le travail viendrait surtout dans les prochains courts jours à venir. Les jambes en tailleurs et les mains jointes sur le sol au niveau de ses chevilles, Carmen commença à souffler un peu. Elle se trouvait enfin au calme et ce n'était pas quelque chose de désagréable, tout comme ce feu en face d'elles.

Les deux premières pages essayaient d'être les plus fidèles possible au style esthétique du tatouage originel. Les flammes noires remontaient en revanche légèrement sur la hanche, mangeant une partie de la pièce déjà présent. A ceci près que sur le deuxième essai dans ce style avait été un peu plus adapté à la forme du premier tatouage, laissant apparaître ici et là des rappels du motif sur son épaule. Sur toutes les pages, les écailles avaient été laissées vide dans le but de les remplir plus tard de la synthèse d'encre une fois qu'elle serait prête. La troisième page contrastait avec le style originel et venait s'y accrocher par les griffes qui semblaient directement s'imprimer dans la chair de la personne tatouée. Le corps puis la queue qui s'enroulait autour de la cuisse donnait l'impression d'une figure encore vivante, désireuse d'avaler le premier tatouage. Comme si sa gueule ouverte commençait à dévorer le tatouage sur la hanche. Le dernier essai faisait s'enrouler le corps de la créature de manière irrégulière. Il semblait qu'il peinait à se frayer un chemin jusqu'aux hauteurs, ses flammes, ici laissées vides pour le possible ajout de l'encre, recouvraient une partie de la fesse correspondante et remontait jusqu'au rein dans le bas du dos. Elle avait du faire un deuxième croquis sur cette même page pour montrer les différents angles. Le tatouage s'étendait également jusqu'au pied, recouvrant totalement ce dernier du bout de la queue de l'animal.

Durant le temps où Heldwige étudia ce que lui avait tendu Carmen, cette dernière réfléchissait à faire une pièce totale. Ne laisser aucune partie vierge sur sa jambe et remplir les entrelacements de la créature par différentes fresques. Elle se tu pour l'instant mais pensa vivement lui en faire part si son choix et ses nouvelles idées s'orientaient vers quelque chose de plus précis.


1246
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t450-carmen-neutram-termine#4497
Teagan Ehle
avatar
♦ Messages ♦ : 844
♦ Inscrit le ♦ : 04/07/2017




Message(#) Sujet: Re: Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn Lun 18 Sep - 20:37

Heldwige Dvärn

   
Jeux d'Esprit

   
xxx Feat Carmen xxx

   

   
Inventaire:
 


Tu avais prit ton mal en patience pendant plus d’une demi heure. Carmen était concentrée sur les oeuvres qu’elle produisait, et en vue du nombre de fois où elle tourna la page, tu pus aisément déduire que son esprit était traversé par un bon nombre d’idées. Tu imaginais sans peine le déroulement de ses pensées. D’un trait tracé, d’une forme obtenue, la tatoueuse tirait une esquisse plaisante, mais dont les détails pouvaient être revus différemments. Plutôt que de modifier un dessin malgré tout intéressant, elle préférait en tracer un second, puis un troisième, de sorte à confronter divers aperçus, différents aspects, variant peut-être à la fois les méthodes et les angles. Tu étais curieuse, impatiente de découvrir les traits qui bientôt, seront éternellement imprimés sur ta jambe, mais tu n’en montrais rien. Sans la presser, tu la laissais décider de l’instant où elle choisirait de te présenter ses premiers rendus, appréhendant à son tour le moment où tu prononcerais ce qui, pour un artiste, pouvait s’avérer être une véritable sentence.
Ton avis n’aurait rien de diffamatoire pourtant. Chacune des versions papiers du tatouage était fascinante, et tu dûs te faire violence pour te concentrer sur le draken en lui même, et non pas l’ensemble du dessin que tu trouvais tout simplement magnifique. Cela te demanda de longues secondes silencieuses, durant lesquelles tu admirais uniquement le talent une nouvelle fois mit en avant de la bleutée plutôt que de donner ton avis sur tes préférence. Tous te plaisaient, d’un aspect ou d’un autre. La mâchoire fine et sévère, ouverte sur des crocs affutés et celle refermée violemment sur ta cuisse, ses yeux pétillants de malice ou brûlants de rage. Les longues excroissances qui partaient du sommet de son crâne plat pour finir en de délicats muscles sensibles, les plus petits, aussi solides que les pinces d’un ernolis, parfois enfoncés dans ta chair, d’autres fois protecteurs du muscle. Les nageoires épaisses, son corps enroulé le long de ta jambe, tantôt meurtrier, tantôt possessif, le tracé qui se mêlait à ton tatouage initial, le second, qui petit à petit, rendait l’animal plus vivant. Celui qui remontait jusque tes reins, l’autre qui atteignait ta cheville.

Tu restas un long moment à regarder les croquis. Ton oeil passait d’une feuille à une autre inlassablement, d’abord émerveillé, puis lentement, de plus en plus consciencieux. Imprégné de la beauté de ces chefs d’oeuvre, il avait lentement prit un comportement plus critique, analysant les dolken et confrontant les différents rendus avec tes souhaits et réflexions.
Tu ajustas la fourrure sur tes épaules nues après un nouveau frisson. Un courant d’air fit vaciller la flamme alors même que tu venais de rajouter du bois. L’ombre qui se dessina sur le papier donna à l’animal un aspect irréel qui te fascina. Tu relevas les yeux sur la voleuse, émettant une parole sans prendre la peine de réfléchir au caractère fantasmagorique de cette demande.

- Tu penses pouvoir adapter le dolken aux différentes sources de lumière ? Par exemple dans l’ombre, qu’il paraisse vraiment fondu avec le premier tatouage, et petit à petit, gagne en détail et en réalité à mesure que le soleil se lève ? Ou … Que l’on ai la sensation d’un mouvement grâce à ces mêmes jeux de lumière, ou encore que son comportement diffère à mesure que l’on remarque les détails ?

Tu pris petit à petit conscience de l’impossibilité de ta demande, du moins d’une partie de celle ci. Peut-être avec l’encre fluorescente, mais là encore, rien n’était gagné. Tu fronças les sourcils, reposas les yeux sur le papier que tu avais entre les doigts. Parler sans réfléchir, tu détestais ça. Tu préféras rebondir sur d’autres paroles plus mesurées, ne remettant pas en question les capacités de la tatoueuse.
Posant chacune des esquisses sur le sol de la caverne, entre toi et l’artiste, tu désignas l’un, puis l’autre des dessins à mesure que tu développais le fond de ta pensée.

- Pour l’instant aucun modèle ne me convient. Ils sont tous superbes, mais chacun à une spécificité que j’aimerai retrouver. A en choisir un, je préfère le côté bestial que celui trop protecteur de cet animal. Ses crocs plantés dans ma chair, ses écailles tâchées de sang. Ne le fais pas descendre jusque mon pied cependant.

Tu n’étais pas encore certaine d’être capable d’accepter une telle symbolique. Tes racines trop mal plantées n’étaient pas évidente à revendiquer. A l’inverse, la partie bestiale rappelait que trop bien la large cicatrice qui traversait ta cuisse gauche et ton tempéramment oscillant.

- J’aime beaucoup l’aspect que tu donnes à celui ci, où il remonte sur ma fesse et semble dévorer le premier tatouage.

Que préférais-tu alors ? Les deux idées te plaisaient, mais l’animal n’était pas bicéphale. Tu réfléchis un instant, mordillant ta lèvre alors que ton regard voltigeait d’un dessin à un autre.

- Sinon, une autre alternative serait d’en faire deux. L’un étant masqué en partie derrière le second jusqu’à ce qu’ils se séparent sur le haut de ma cuisse, le premier se fondant au tatouage actuel, le deuxième, les crocs plantés dans ma chair ?

Combien de temps un tel travail prendrait-il ? Des heures, des jours même, le temps que chaque partie cicatrise. Une telle pièce ne se faisait pas en une fois et pouvait même s’étaler sur plusieurs semaines selon comment ton épiderme réagissait à la pointe d’os qui s’enfonçait de façon régulière pour la pigmenter de noir. Etais-tu prête à t’y consacrer ? Lorsque tu songeais à prolonger l’encrage, tu imaginais une oeuvre faite petit petit, des détails ajoutés lorsque ceux ci traverseraient ton esprit, et certainement pas une si grande pièce. L’idée était plus qu’alléchante pourtant.
Ton regard se porta à nouveau sur Carmen. Elle était l’experte, et tu ne voulais rien décider sans qu’elle ai pu te faire part de ce qu’elle jugeait réalisable ou non, des défauts potentiels qu’elle décelerait ou des conseils qu’elle aurait à donner.

Nombre de mots : 984




   
   
© MissKat pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t426-teagan-ehle-termine#4231
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeux d'Esprit | Carmen Neutram & Heldwige Dvärn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Le Mont Harân-
Sauter vers: