Partagez | 
 

 Simulacre d'Essence ♦ Niveau II | +18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 1535
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Simulacre d'Essence ♦ Niveau II | +18 Mar 10 Oct - 14:26



+

« Si tu m’appelles Madeleine encore une fois, je te bute. » Susurra-t-elle suavement au creux de son oreille, avant d’agripper son lobe entre ses crocs avides. Un simulacre de sourire s’amouracha des lippes de l’adonis, qui saisit la main que la muse lui tendait afin de le relever. Le sépulcral spectacle d’exuvies jonchant le sol s’imposa à sa vision encore trouble. Maddie lui désigna un cadavre perforé d’un quinté de flèches ébène, ne dissimulant pas sa satisfaction devant son œuvre macabre. « Talentueuse. » Lâcha le noble dans un souffle. « Et tu n’as pas encore tout vu Andrivon. » La mâchoire de l’éphèbe se serra à la mention du patronyme, mais il conserva un mutisme de circonstance, lorgnant le paysage désertique des steppes, tentant vainement de discerner les traces de leurs compagnons égarés. « Pour ta première fois officielle au sein de l’intervention, tu nous vois dans une situation bien merdique. » Les iris du récent promu scrutèrent la silhouette élancée de son acolyte d’infortune. Sa peau halée faisait ressortir le mordoré de son regard, tandis qu’une unique mèche écarlate folâtrait sur son front, se dissociant de la courte chevelure de jais qui ourlait un visage aux traits fins et aux joues parsemées de tâches de sons. Maddie était caractérielle, familière et irritante par bien des aspects, mais son charme ineffable rattrapait aisément ses paroles crues et les sobriquets dont elle affublait tous ses partenaires.

« Apparemment. Tu sais où ils sont partis ? » ; « Rien à foutre. Ils savent qu’on est ici, ils nous rejoindront bien un jour ou l’autre. Quelle idée de se barrer à la poursuite d’autant de monde aussi. » Adam acquiesça faiblement. La fragrance âpre des corps mutilés agressait son odorat et l’envie de s’éloigner l’étreignit soudainement. « Allons plus loin, j’en peux plus de leur odeur. Tu sais faire du feu j’espère ? » La muse lâcha un rire cristallin, avant de prendre les devants et de rejoindre une colonie de rochers qui s’amoncelait au loin. « Les nobles ne savent donc rien faire à part se pavaner avec des masques toute la journée ? » ; « Je peux te mettre à terre en deux secondes et te poser une lame sur la gorge, tireuse, si tu continues. » Les lèvres de la Spectre tressaillirent sardoniquement. « J’en doute nobliau. » Sans prévenir, Adam se jeta sur Maddie avec agilité, la plaquant dos au sol. Ses phalanges se refermèrent sur la garde d’une de ses lames, qu’il déposa avec douceur sur la trachée de sa captive. « Tu disais ? » L’expression de la muse se troubla, avant qu’elle ne lui offre un sourire emplit d’une inquiétante malice. Ses doigts se refermèrent entre les jambes du noble, agrippant son intimité sans la moindre pudeur. L’Essence se dégagea de la prise, relâchant la pression qu’il maintenait sur sa prisonnière, qui se libéra et lui asséna un violent coup dans l’abdomen. Les rôles s’inversèrent, tandis qu’elle le chevauchait et s’emparait de son arme pour tracer un sillon superficiel sur sa gorge. « Tous les mêmes. Dès que ça devient intéressant vous flippez. Allons faire ton feu, je ne veux pas gâcher le confort de monseigneur Andrivon. » Avec souplesse, le bourreau se releva, lâchant le cimeterre sans avoir rendu son jugement. Les prunelles céruléennes d’Adam observèrent un long moment l’azur faiblissant de la voûte céleste, qui se parait d’une pléthore de nuances carmines à mesure que l’astre solaire déclinait. Tout avait si bien commencé.

♦️

Quelques réminiscences voguèrent dans les tortueux méandres de son esprit. De nouveaux visages, un groupe soudé, une mission. Le faciès fermé et déterminé de celui qui dirigeait les opérations. Ezra l’enserrant dans ses bras, ravie de l’accueillir. Le monde bascula dans les ténèbres. Ses yeux s’ouvrirent dans les abîmes, cherchant la lueur diffuse du foyer qui crépitait à ses côtés. « On s’endort le nobliau ? » Adam se releva, s’adossant aux aspérités peu confortables de la pierre, trouvant la silhouette assombrie de la muse qui l’observait sans retenue. « Personne à l’horizon ? » Elle hocha la tête en signe de dénégation. « Non. Gabriel est encore parti se foutre dans la merde, comme un grand garçon. Je commence à me les geler. Tout ça pour cinq pèlerins et quelques plantes, à quatre ils ne sont même pas capables de les rattraper et de revenir tranquillement aux bercails. » Maddie se leva et rejoignit le noble, calquant son épaule sur la sienne en tentant de provoquer un éclat de chaleur. « Sers à quelque chose, vu que t’es pas foutu de faire un feu digne de ce nom. Réchauffe-moi. » Les lippes du promu découvrirent ses dents opalescentes. Les palabres de la muse faisaient naître en lui quelques appétences incongrues. « Si on reprend là où l’on s’est arrêtés tout à l’heure, je pourrais être utile. Et tu auras chaud. » Quelques notes exhalèrent des lèvres de Maddie, tandis qu’elle plantait ses prunelles incandescentes dans celles du noble. « Vantard. »

Adam agrippa la taille de sa captive, l’attirant à lui avec une vigueur insoupçonnée. Ses phalanges s’emparèrent de ses côtes, remontant son haut pour découvrir les courbes généreuses de la muse, dont il s’amouracha sans pudeur. Leurs lèvres se frôlèrent, se désirant sans jamais se trouver. Maddie ôta la chemise de son bourreau, lâchant un gémissement de satisfaction lorsqu’il captura son cou entre ses crocs. Dans l’ambiance capiteuse des steppes, l’univers se déchira. Un cri retentit, proche. Trop proche. Sans gêne, les deux hères s’emparèrent de leurs armes, faisant fis de leurs torses dénudés. Elles apparurent alors, trois silhouettes aux mains équipées.

Sa compagne n’attendit pas de connaître leurs intentions, décochant une flèche qui trouva l’épaule de sa cible, la plaquant au sol avec violence. Adam fit tournoyer ses lames, jaugeant les deux survivants avant de s’élancer. Les assaillants étaient bien trop lents par rapport à lui. S’engouffrant au travers de la garde du premier, il sectionna sa main d’un coup de son cimeterre, avant de l’achever en plantant une lame de jais dans sa poitrine. Le second quidam recula. Il était plus fluet que son acolyte et portait une arme taillée dans les ossements d’un animal inconnu. Le noble évita son coup, balayant son simulacre d’épée en abattant l’une de ses lames. Privé de sa défense, le servile opposant ne put contrer la flèche qui se planta dans son crâne dans un bruit sourd. Le trio était défait, gisant à terre dans une mare cinabre. Maculé du sang de ses victimes, Adam rejoignit la chaleur du foyer, se laissant choir sur le sol en lâchant ses armes dans un long soupir. « Tu devrais te rhabiller. » La muse observa longuement son bourreau d’un éphémère moment, se tournant vers lui en dévoilant sans autres artifices son corps dépourvu d’apparats. « Ah ouais ? C’est une tradition chez vous autres, les masqués de bas étage, de foutre les femmes à poil et de ne rien faire après ? » ; « Non, mais coucher au milieu de plusieurs cadavres, ça ne me tente que moyennement. Alors, si tu veux crever de froid pendant la nuit, libre à toi de te balader à moitié nue. Je prends le premier quart. » Elle lâcha un juron, blasphémant mille dieux en ramassant ses atours qui masquèrent bientôt la délicieuse vision de son être. « Pauvre type. » Maddie s’allongea alors, tournant le dos à son amant refoulé, se laissant gagner par une fatigue insoupçonnée.

♦️

Ils arrivèrent à l’aube, les vêtements maculés de terre et de pourpre. Leurs mines épuisées laissaient présager des affres qu’ils avaient subies tout au long de la nuit. Adam nota cependant que le groupe était complet et qu’ils portaient tous des sacs garnis de matériel. « Vous en avez mis du temps. » Gabriel déposa son précieux paquet et observa le récent promu encore couvert de sang. « Je vois que ça n’a pas été de tout repos pour vous non plus. Que s’est-il passé ? » ; « Une embuscade. Sans doute des amis de ceux que vous avez poursuivis. » Le leader grogna, avant de se tourner vers Maddie qui s’éveillait péniblement. « Des chiens du Consortium, ces enfoirés ont failli nous semer lorsqu’il a commencé à faire sombre. On ne les a pas tous eus, mais pour ce qui est de la cargaison… » Il tapota son larcin avec un sourire entendu. « Elle est à nous. » ; « Pas de blessés ? » Tous hochèrent la tête de gauche à droite et Gabriel reporta son attention sur le noble. « Pour ta première, tu auras vu une situation parfaitement imprévue. Habituellement, ça ne se passe pas comme ça. » ; « Il s’en est bien sorti. Même si c’est un sale con. » Maddie cligna de l’œil imperceptiblement, laissant penser qu’elle avait chassé son animosité de la veille. « Dans ce cas, je ferai mon rapport à notre nouvelle Ombre. Te voilà officiellement membre de l’intervention. » Inexpressif, Adam lui fit un signe du menton. Il n’avait jamais douté de ce fait. Son narcissisme exacerbé l’avait toujours conforté dans l’idée qu’il réussirait, quoiqu’il entreprenne. Ces hères, qui constituaient à présent son groupe, n’étaient que des pions dans son entreprise future. Ses appétences étaient parfaitement dessinées. Son avenir tout tracé.

1552 mots



♦️
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
Simulacre d'Essence ♦ Niveau II | +18
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Les Steppes d'Elysium-
Sauter vers: