Partagez | 
 

 La Flamme de l'Entraînement [Automne - Adam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Automne
avatar
♦ Messages ♦ : 37
♦ Inscrit le ♦ : 30/10/2017




Message(#) Sujet: La Flamme de l'Entraînement [Automne - Adam] Jeu 2 Nov - 0:17

Spoiler:
 



Tôt le matin.
 
Alors que le soleil prenait son envole depuis la ligne d’horizon, ses premiers rayons venaient à jouer avec l’opercule de glace qui recouvrait alors l’Alcôve et sortaient Spectre de sa torpeurs nocturne… Et pour cause, le souvenir de cette nuit-là était encore sur toutes les lèvres. Bien que peu en parlait on le voyait bien, ces habitants qui scrutaient la rue avant de fermer leurs portes la nuit venue, ou encore ces regards discrets qu’ils lançaient au-dessus de leurs épaules pour vérifier que tout allait bien. Oui, un voile opaque c’était dressé sur Spectre, celui de la paranoïa.

Depuis ce soir-là Automne ne dormait quasiment plus. Des images venaient la hanter,  danser devant ses yeux et l’extirper du calme souhaité. Elle se réveillait alors en sueur, nauséeuse. Plus seule que jamais elle s’était terrée dans le silence après avoir fourni de vagues explications sur ce qui c’était passé, prétextant le coup subit à la tête qui l’avait grandement désorienté. Qu’elle avait poursuivi l’homme après l’avoir vu assassiné une jeune femme et s’en était suivi l’affrontement. Bien sûr que ce n’était pas la vérité, qu’ils avaient retrouvé dans une maison un corps dans lequel on avait planté plus d’une quinzaine de coups de couteau mais personne n’alla chercher plus loin. Le résultat était là, elle vivante, le criminel mort. C’est tout ce qui comptait. Aurait-elle eu un quelconque mérite à être honnête ? Avouer qu’elle avait lâchement fui alors que quelqu’un se faisait agresser près d’elle ? Que par un manque de vigilance elle aurait pu y rester et de permettre au criminel de partir ? Non, aucun. Les représailles de sa famille aurait été terrible et son avenir détruit avant même de commencer. Sa dite famille, Dionis, qui après l’avoir sermonnée la laissa étrangement tranquille. Sans doute que les retombées de ses actes viendraient plus tard. Automne ne chercha pas à comprendre et essaya plutôt de retrouver un équilibre quelconque avec elle-même…
Cet incident appartenait maintenant au passé et elle ne pouvait plus rien y changer. Il lui fallait vivre avec et l’accepter, tirer les leçons et ne plus jamais reproduire ces erreurs-là. Plus jamais elle ne tournerait le dos et perdrait son sang-froid. Plus jamais.
 
Ce matin-là un vent frai parcourait l’Alcôve. Automne se rendait au Haut Lieu pour des exercices matinaux. Elle appliquait un vieil adage « un esprit sain dans un corps sain » ; partant de ce fait, se défouler l’aiderait sans doute à penser à autre chose et peut-être l’épuiser suffisamment pour ainsi s’effondrer de fatigue et dormir de longues heures durant.
Sa marche était lente, elle fumait une cigarette tout en observant les jeux de lumière sur les parois glacières, un spectacle dont elle ne pourrait se lasser. Étrangement, elle était plutôt de bonne humeur, détendue si bien qu’elle n’avait pas pris soin de masquer son visage ; décidant de se mêler à la plèbe… Qui sait, la prochaine fois elle daignera peut-être sauver quelqu’un de manière efficace ?
 
La place était presque déserte quand elle arriva. A l’autre bout deux jeunes s’exerçaient à l’épée sous l’œil aiguisé d’un précepteur.  Décidant de se faire discrète Automne se rendit à l’opposé, déposant ainsi son épée le long d’un mur et inspira longuement. On lui avait conseillé de se ménager pendant quelques temps, de ne pas forcer sur sa main temps qu’elle n’aurait pas totalement cicatrisé. Le reste de ses blessures étaient superflu. Il ne restait quasiment plus rien de sa lèvre fendue et sa pommette était encore légèrement bleuté. Elle commença par courir de longues minutes bien qu’elle avait horreur de ça. Elle fit quelques tours sans trop s’éloigner avant d’entreprendre des étirements simples mais efficaces, s’en suivit des exercices de musculations, abdominaux, pompes, tractions.
Suspendu à sa barre, elle se sentait légère ne pensant plus à rien, Automne souriait presque.


[639 mots]
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t608-automne-dionis#7424
Adam
avatar
♦ Messages ♦ : 1303
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: La Flamme de l'Entraînement [Automne - Adam] Mar 28 Nov - 1:07

+

Fut-ce l’eau qui le tira de ses songes ? Le bassin parut glacé, lorsqu’il revint au seuil de la réalité. Sans en avoir conscience, il s’était endormi, accablé par la fatigue de réminiscences incandescentes. Le souvenir inaltérable des flammes léchant son corps lui revenait sans discontinuer, tourmentant ses nuits comme des maîtresses éconduites. Pestant sous la morsure du froid, l’adonis exhuma son corps encore fourbu de son sommeil, empoignant un linge propre pour épouser sa peau et apaiser ses maux. Seules ses mains, encore tuméfiées, témoignaient de son ineffable altruisme lors de la révolte des Descendants. Longuement, il observa les ondulations de ses doigts flétris par l’eau, jusqu’à ce que sa voix perce le silence éloquent de l’aube.

« Tu t’admires ? » Esther le contemplait, assise sur sa couche, les jambes croisées, une moue amusée sur ses lèvres pleines. Engoncée dans une robe immaculée, elle irradiait d’une lumière qu’il n’avait, jusqu’à présent, jamais discernée. « Tu t’es encore endormi dans ton bain ? » ; « Il semblerait. » Dénué de pudeur, le noble déposa sa serviette, avant de rejoindre son aînée dans la pièce principale. Tandis qu’elle le scrutait, lui et sa viscérale indécence, il entreprit de se vêtir. « Tu comptes passer chaque matin pour savoir si je vais bien ? » ; « Tu as failli y rester, dans ces flammes. Tout ça pour secourir des… » ; « La question a déjà été abordée. Je me moque de ces gens. Le seul but de ma manœuvre était de me faire apprécier. Rien de plus. » Les prunelles d’Esther s’attardèrent dans les siennes, avant qu’il n’exhale un long soupir. « Sans spectateurs, je me serai assis pour écouter les gémissements de ces enfants. » Il se souvenait encore de la pestilence, des corps décharnés, des hurlements déformés par le supplice. Cette plèbe gorgée de pleutres le répugnait. Ce monde désaxé le dégoûtait. Il éructait chaque parcelle de ces hères futiles, qui se complaisaient dans leur médiocrité. Mais les plus noires appétences exigent parfois d’innommables sacrifices pour se réaliser. « Je… » ; « J’ai besoin de prendre l’air. De frapper quelque chose. N’importe quoi. » N’importe qui.

♦️

« Tu devrais relâcher la pression Automne, tu risques de prendre racine sur ta barre. » Le fallacieux adonis se tenait accoudé au promontoire que surplombait la jeune noble, observant les courbes indolentes de son corps, offertes à ses prunelles inquisitrices. Il ne portait qu’un haut simple, d’un jais profond, dont les courtes manches dévoilaient ses bras couverts d’ancrages indicibles où s’amoncelaient bêtes et chimères de temps immémoriaux. Ses phalanges folâtrèrent sur le bois de la structure, avant de saisir l’objet tenu captif par la muse. Sans réel effort, il se jucha à la hauteur de son amante du passé, prenant place avec agilité sur la barre, qu’il érigea en trône, afin de satisfaire ses maintes curiosités. « Vais-je enfin découvrir, aujourd’hui, pourquoi ton regard s’emplit de haine à ma vue ? Ou dois-je gagner ce droit en te mettant à terre lors d’un duel ? » Gargarisé par son évidente domination, l’éphèbe ne masqua pas ses lippes frémissantes, transcendées par sa volonté farouche de remettre la plus indomptable des nobles à sa place.

Avec souplesse, Adam se laissa choir jusqu’au sol, affirmant ses appuis avant de se diriger vers la lame de l’héritière de la famille Dionis. « Attrape. » Sans autre forme de procès, il lui lança habilement sa précieuse alliée. Lentement, l’esthète caressa le pommeau de son propre sabre, dont la teinte abyssale se confondait élégamment avec ses atours. L’insolent attendait un geste de sa victime en devenir, un coup, un estoc, la moindre palpitation serait une raison suffisante pour abattre sur elle l’épée de Damoclès dont il était le porteur.


626 mots



♦️
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t71-adam-andrivon#138
 
La Flamme de l'Entraînement [Automne - Adam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Le Mont Harân :: L'Alcôve du Spectre-
Sauter vers: