Partagez | 
 

 A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 998
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan Sam 18 Nov - 14:16




A vos risques et périls


La Plaine Retentissante s'était tu au moment même où ce corps, encore chaud, avait plié les herbes sous sa chute. Les insectes s'étaient envolés dans un sombre nuage afin d'éviter d'être écrasés ou de se noyer dans ce sang qui, déjà, se répandait. Ses cheveux blonds s'étaient éparpillés autour de son visage, ses yeux cristallins devenant de plus en plus vitreux au fur et à mesure que la lune continuait sa route dans le ciel. Au petit matin, sa chair avait été de majoritairement ôté de son cadavre, les insectes ayant recommencé leur concerto et les Mossï ne se souciant guère du drame qui s'était déroulé hier soir sur leur territoire.

-L'attroupement est de plus en plus grand, les Maïnes et les Huilines tentent de contenir leur population, mais elle est impuissante face à la peur qu'engendre la théâtralisation de la scène de crime. Marassa suivait de près Ohibaan, descendant deux par deux les marches du Labyrinthe.
- La femme est vraisemblablement une membre des Maïnes. Elle n'appartient fort heureusement à aucune Maison, mais la population Maïne accuse l'un des nôtres d'être à l'origine de cette mise en scène. Aryni laissa un court silence avant de reprendre. La jeune femme porte le nom de Lina, elle porte les traces d'une dévoration partielle de son flanc droit et l'une de ses jambes à été arraché, on ne l'a toujours pas retrouvée. Toute sa peau a été lacérée, les différentes profondeurs des griffures portes à croire qu'ils étaient plusieurs, une bête et un homme ou une femme.
- C'est ce qui nous accuse directement ? Lança Ohibaan en parcourant la forêt.
- Tout a fait. Les Maïnes pensent que l'un de nos Zoologistes est responsable.
- Aursïnn et Soyä ?
- Je les ai vus ce matin, elles nous laissent le bénéfice du doute. Elles sont déjà en train de récolter des informations de leur côté, mais elles doivent gérer la crainte et la colère de leur peuple. Nous sommes nouveaux au sein de la Fédération de Jade, même si nous les rendons plus fort de par nos connaissances, nos liens avec la faune et la flore sont parfois perçus d'un mauvais œil. Ils ne sont pas beaucoup à nous mépriser, mais il ne faut pas oublier qu'ils existent. Linäy c'était à son tour rapproché d'Ohibaan.
- Donc nous sommes seuls et nous devons trouver un meurtrier qui, peut-être, ne fait pas partie de notre faction.

Les Plaines Retentissantes avaient été partiellement vidées des personnes les plus curieuses, mais il restait encore bon nombre de citoyens venant de toute part et demandant des réponses à leur hiérarchie. Ohibaan joua des coudes pour se frayer un chemin jusqu'à la scène, s'arrêtant net en la découvrant. Ses bras avaient été sectionnés, créant un halo au-dessus de sa tête et des Elzëas avaient été déposé au centre de ce cercle imparfait. Son visage, quant à lui, avait été soigneusement peint d'un blanc immaculé. Il posa le regard sur Marasa.
- Je veux que vous protégiez le lieu du crime pour aujourd'hui et que vous donniez libre accès à tous ceux qui auront le désir de nous aider dans cette affaire. Je veux qu'un rapport soit fait pour tous ceux qui poseront le pied dans le cercle de protection aujourd'hui, qu'un suivi soit fait tout au long de leur enquête: qu'ont-ils découvert ? qu'en pensent-ils ? qu'ont-ils entendu ? Tout! Il posa alors le regard sur toute la population, parlant d'une voix claire. Tout ceux qui souhaiteront apporter leur aide dans cette affaire, quel que soit votre faction, devrons passé par Marasa qui vous donnera la marche à suivre. Il laissa alors les Värshas prendre place et Marasa prendre la relève, allant quant à lui retrouver les autres responsables des factions.




Déroulement


Bienvenu dans ce rp Multi' un peu spécial  

Premier jour de recherche pour vous! Sachez dès le début que vous n'êtes pas obligé de répondre à l'appel d'Ohibaan pour entrer dans l'intrigue, vous pouvez très bien apprendre ce qu'il y a à savoir d'un PJ qui sera dans votre groupe - si vous décidez d'être en groupe. En somme, vous pouvez prendre part à l'enquête sans participer à ce premier jour de recherche d'indice - et donc prendre l'intrigue même si ça fait deux moi qu'elle est en place. C'est ici moi qui donnera la temporalité de ce rp Multijoueur, en somme, qui vous dira si on est passé au deuxième jour et ce qui s'y passe ce jour suivant =) Ainsi, il n'y a aucune Dead Line, pour la simple et bonne raison que c'est moi qui clôturera le rp grâce à vous!

Si vous demandé à Marasa ce qu'ils savent déjà de la scène de crime, elle vous dira tout ce qui a été dit à Ohibaan au début.   

Détails en plus de la scène de crime :
- Le corps à été tiré vers le bas, là où la jambe a été arraché
- Des traces de sang se trouve sur des herbes hautes, traçant un chemin jusque vers la Forêt Luminescente, jusqu'à ce stopper vers une des chutes d'eau.    

Les indices que vous pouvez trouver:
Si vous possédez plus de 3 en arme Naturelle: vous pouvez certifier que c'est une hache qui a démembrer la jeune femme et que son possesseurs n'est pas très adroit avec celle-ci.
Si vous avez plus de 3 en Zoologie: Vous pouvez certifier que les griffures et les marques de dévoration ne sont pas connu par votre peuple.
Si vous avez plus de 3 en médecine: Vous pouvez certifier que la mort de la jeune femme à été commise par l'animal et que son démembrement à été fait lorsqu'elle était déjà morte.  

Votre mission c'est prendre des indices et les interpréter afin de vous orienter vers un coupable. Vous pouvez aussi écouter la population, suivre les trace de sang, avoir des altercations avec des membres d'autre faction... BREF vous faites ce que vous voulez mais cela doit tourner autours de ce crime. Je vous recommande vivement d'être en groupe parce que certains indices demandent des compétences bien particulière et vous ne pourrez pas les trouver sans, donc plus vous êtes et plus vous trouverez d'indice, mais surtout plus il y aura de cerveau pour trouver le/la/les coupable(s)!


Risques et Bonus

Il faut savoir qu'il va falloir être très discret quant aux questions que vous allez poser, à ce que vous allez faire - comme suivre quelqu'un - et surtout n'accusez pas à tord et à travers. Vous risquez d'avoir une popularité décroissante, d'avoir des problèmes avec les factions et de mettre à mal la votre. Au contraire, si vous vous en sortez bien, vous pourrez voir une popularité grandir et de rendre les Fils d'Ohibaan plus populaire auprès de la Fédération de Jade.


Gains

/!\ Vous devez déclarer en bas de votre premier message ce que vous souhaiteriez comme gains de 2 messages, 4 messages et si vous faites plus de 5 messages. ex: 1 point de force; 1 point en herboristerie etc...

• 250 pierres bleue pour la participation

2 messages: Fumigène d'Éclipse OU 1 pt d'attribut
4 messages:Morsure d'Os OU 2 pts d'attributs
Plus de 5 messages: 3 pts d'attributs OU 1 pt de compétence




Cadeaux ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Ori
avatar
♦ Messages ♦ : 60
♦ Inscrit le ♦ : 28/11/2017




Message(#) Sujet: Re: A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan Ven 1 Déc - 17:26

Contre toute attente, l'une des premières à s'avancer fut la jeune Ori. Sans assurance, j'avais fait le pas en avant caractéristique des volontaires. Quelques regards furtifs surpris fusèrent, et je ne pouvais les en blâmer : je n'étais vraiment de ceux qui prennent l'initiative. Mon peu d'aisance sociale et mon absence totale de charisme, dans une enquête, ne m'aideraient que très moyennement. Habituel manteau à capuche sur les épaules et visage imparfait ponctué de terre, je m'approchais d'avantage, ne doutant d'être suivie par d'autres. De toute manière, ma petite taille ne m'offrirait que peu le loisir de me démarquer face aux autres téméraires du village.

Si la question du « pourquoi » de mon volontariat s'était effacée de la plupart des lèvres curieuses mais anonymes, je n'y trouvais moi-même que peu d'arguments viables ; pour aider, il me faudrait parler, questionner, et ce n'était pas mon plus grand talent. En réalité, seul le besoin d'une Zoologiste en devenir de redorer le blason des siens m'avait emporté : il n'était pas question que l'art soit remis en question avant même que je n'ai pu moi-même goûter au fruit défendu.

Déglutissant, quelques pas me menèrent face au cadavre mutilé. Sur la scène, son personnage n'avait plus l'air de la femme dépecée, démembrée et dévorée qu'elle était. A mes yeux, je n'y voyais qu'un tas de viande et d'os noyé dans l'herbe humide. Offrant mon dos à la victime, je m'accroupissais pour tenter d'atténuer la nausée naissante, prenant de longues inspirations. Qui qu'avait été l'assassin, qu'il soit homme ou fauve, il tenait plus du monstre que de l'animal.

Si interroger proches et témoins était l'approche classique, ne serait-ce que pour rassembler preuves et indices sur la victime, je ne me sentais que peu à l'aise à l'idée d'en endôsser la responsabilité. A la place, le chemin écarlate m'apportait malgré mon peu d'expérience un certain nombre d'informations tout aussi capitales, accompagné de son lot de questions. Je supposais trois scénarios :

Dans le premier, la bête était amphibie. Après l'assaut, elle s'était reculée dans les chutes.
Une autre possibilité était qu'elle soit aquatique, ait attaqué, laissant par inadvertance - ou par choix - la proie s'échapper.
Enfin, on ne pouvait nier que rien n'aurait empêché le démembreur de tirer le cadavre de l'eau vers les champs.

Dans les trois cas, quelqu'un s'était donné beaucoup de mal pour que cela passe d'un accident à un meurtre, tout en désignant de manière claire et fantasque les Fils d'Ohibaan. Difficile de dire si l'acte en lui-même avait été prémédité ou s'il s'agissait d'improvisation.

Testant mes premières théories, je m'enquis de l'état du chemin sanglant : les herbes étaient-elles plates ? Brisées par endroit ? Le sillon rougeâtre était-il jonché de gouttes, ou avait-on peint des rivières rouges en tirant le corps ? Tant d'indices destinés à comprendre si elle s'était elle-même enfuie, ou avait été disposée là où elle se trouvait alors.

Mon analyse terminée, j'entamais de comprendre les motifs tout en évitant soigneusement d'inspecter le mort, achevant d'apaiser les remontées gastriques qui s'activaient au moindre souvenir de la scène que, bien qu'à deux pas, je prenais un soin tout particulier à ne plus regarder.


Nombre de mots : 588

Récompenses souhaitées :
• 2 messages :
1 point d'attributs en Constitution
• 4 messages :
2 points d'attributs en Constitution
• Plus de 5 messages :
1 point de compétence en Zoologie


Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t635-ori-aeven
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 998
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan Dim 14 Jan - 14:42


Les Mossïs égarés s’entassaient autour du cadavre meurtri de la jeune femme, tous capable de prétendre qu’ils pouvaient être une potentielle proie pour ce tueur, que leur vie était en danger, mais chaque Zoologiste pouvait savoir qu’un meurtrier, ou qu’un animal, ne choisissaient pas ses cibles par pur hasard. Je poussai du coude les curieux qui n’étaient là que pour contempler la beauté, ou l’horreur, de la mise en scène. Je savais que je devais participer aux recherches de ce ou ces coupables afin de prouver mon innocence dans toute cette histoire, me montrer aux yeux du monde à tout instant afin que, si un second incident venait à pointer le bout de son nez, je me dédouane de toutes responsabilités. Ma réputation me suivait de près, je savais les regards qui se tournaient vers moi à mon passage dans la foule, je savais que Marasa m’avait à l’œil et qu’elle n’allait pas hésiter à enquêter.

Ce fut arrivé près du corps qu’une Fille d’Ohibaan m’empoigna le bras, stoppant net ma progression. « Nasträlya. » Je restai les yeux rivés sur le cadavre, contemplant de loin les marques de tout son corps, la chair déchirée, coupée, entaillée. « Je suppose que tu n’as rien vu ni entendu et que tu es étrangère à toute cette histoire ? » Je me défis de son emprise. « Tu supposes bien. » Je me tournai vers elle. « Je suis ici pour aider, la faune fait partie d’une de mes compétences, tu te souviens ? » Elle se posta devant moi.  « Tu es ici pour te dédouaner de toutes responsabilités aux yeux de ceux qui pensent encore que la Nature est responsable des meurtres que tu as commis. » Je souris. « La Nature en est responsable, Sylla. As-tu des preuves qui prouveraient qu’une main humaine est à l’origine de leur mort ? » Je me rapprochai d’elle. « C’est parce que je n’en suis pas l’autrice. » Je la dépassai en évitant avec soin de la bousculer, personne ne devait avoir l’impression d’un conflit entre elle et moi.

Je m’accroupis enfin près du corps,  sous l’œil méfiant de Marasa. De ses épaules sectionnées s’était échappée une quantité de sang exorbitante, souillant l’herbe d’où les insectes refusaient à présent de s’aventurer de peur de s’y noyer. Une traînait de sang parcourait le dessus de sa tête, comme si la bête s’était déchaînée sur sa jambe avant de lui soutirer, la traînant sur plusieurs mètres. Je posai les doigts sur les extrémités des plaies, les écartant afin de pouvoir constater de la profondeur de celles-ci. Je connaissais les griffures de l’Homme, l’acharnement dont pouvait faire preuve la nature humaine envers les chairs. Je pouvais certifier que certaines étaient dû à l’un d’entre nous, capable de parole et de pensée, mais les plus grandes entailles m’étaient totalement inconnues. Je laissais les plaies un instant, me tournant vers Ori qui semblait prise dans la scène, son corps ne pouvant regarder un instant de plus. Je me levai, un regard inquisiteur posé sur elle. « A quoi penses-tu ? » Je savais qu’Ori n’avait pas pour habitude de se mêler au sien, quoiqu’elle en pense, si j’avais besoin de quelqu’un en tant qu’alibi afin de me protéger de ma réputation, elle avait besoin de quelqu’un qui serait en mesure d’aller vers les autres afin de récolter des informations. Je laissais un silence, avant de reprendre. « Nous faisons partie des Zoologistes, nous serons forcément impliquer, voire accusés par certains. Nous devrions tous nous serrer les coudes, protéger cette grande Famille. » Je soufflai en me tournant vers le reste de Lina, prénom tantôt récolté par les dires de Marasa à un membre de notre peuple. « Les plaies correspondent à un animal inconnu pour ma part, peut-être Aren en saura un peu plus. Il y a des griffures apparentes de doigts humains, surtout au niveau du haut de la poitrine, comme s’il s’était assis derrière sa tête pour remonter vers son menton. » Je me tournai vers elle. « Il a pris de longues minutes avant d’arriver à sectionner ses bras. De grands coups ont été portés, de haut en bas, parfois sur le côté pour passer entre les os. Je pense que celui-ci a utiliser une hache ou un grand couteau assez lourd pour pouvoir frapper la chair, mais encore une fois, peut-être faudrait-il demander l’avis de quelqu’un de plus compétent. » Je restais un instant silencieuse avant de reprendre la parole. « Je sais que le pigment blanc symbolise la Maison Välina et l’Elzëa la Maison Nïl… mais rien n’indique qu’elle faisait partie d’une Maison, il faudrait se renseigner auprès de Marasa, voir si elle a plus d’information. » Je soufflai, peu sur de l’acceptation d’Ori dans cette enquête, peut-être était elle-même du côté de ceux qui me pensait comme une traîtresse. « Suite à tout ce que j’ai pu te dire, que penses-tu de la coopération que je te propose ? » Elle était en droit de refuser, de peur de suivre celles et ceux qui m’avaient fait confiance auparavant.  

847



Cadeaux ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
Ori
avatar
♦ Messages ♦ : 60
♦ Inscrit le ♦ : 28/11/2017




Message(#) Sujet: Re: A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan Jeu 8 Fév - 15:09

Elle s'était approchée sans que je ne m'en aperçoive, de son pas de félin furtif habituel qui ne plaisait guère à nos alliés, en particulier en cet instant. Sa question initiale m'eut tant surpris que seule ma fierté m'interdit le sursaut.

A quoi pensais-je ? A peine avais-je le temps de remettre en ordre mes investigations et conclusions personnelles qu'elle enchaînait, sans sembler pouvoir s'arrêter. Elle parlait de l'avenir des zoologistes, écho de mes propres réflexions, quelques minutes plus tôt. Elle avait raison, mais oubliait un point important : la famille ne s'arrêtait pas aux seuls amis des bêtes. M'apprêtant à desceller les lèvres pour répondre, je m'interrompais quant elle poursuivit pour m'offrir l'analyse tirée de sa propre expérience - bien plus complète et juste que celles que je n'aurais pu moi-même formuler, et soudain les morceaux se recollèrent.

Si je n'avais rien contre la violence gratuite - j'en avais été témoin en de bien trop nombreuses occasions -, c'était une toute autre chose que de se l'entendre dicter par quelqu'un. Quelle folie avait pris le bourreau pour achever pareille entreprise ?

Achevant de lister ses constatations, elle se tut, suffisamment longtemps pour que, dans une longue déglutition, je rassemble le courage nécessaire à un semblant de réponse, mais pas assez pour qu'elle ne reprenne avant que tout son ne sorte. Mon pire cauchemar s'imposait : on me proposait de faire équipe. Laissant planer un silence bien plus long qu'exigeait la bienséance, j'amorçais une enième tentative.

« J-Je pensais à ... Enfin - je réponds à ta p-première question », précisais-je avant de poursuivre, inspirant profondément. Sois forte, Ori. « Je pensais que la bête pouvait être amphibie, mais pas seulement : j-je pense que l'auteur s'est fait surprendre par la créature, lui aussi. » M'approchant du cadavre sans le regarder directement, je glissais mes mains sur les traces de griffure au torse, poursuivant mon explication.

« Cela re-ressemble beaucoup à quelqu'un qu'on ... enfin ... qu'on essaie de retenir. Le monstre a attrapé la victime - allongée - par les jambes et l'a tiré, sans doute en direction de l'eau. Le bourreau l'a attrapé par la poitrine, peut-être parce qu'il ne souhaitait pas sa mort, à l'origine, même si j'ignore s'il l'a tué avant ou après l'attaque. »

Me relevant, je mimais un corps qu'on tire au sol à travers les hautes herbes. « Le combat n'a pas duré : les crocs ont eu raison de la chair, et les jambes se sont retrouvées séparées, et elle les a emmené avec elle dans l'eau. » Me frottant le menton, j'observais de loin la scène, imaginant mentalement une silhouette indistincte mimer l'action décrite.

« Si la femme était allongée, et que l'homme ne pouvait prendre appui pour la retenir, alors ... Ils étaient p-proches. Peut ... Peut-être même qu'ils ... Enfin ... » Rouge pivoine, j'évitais à tout prix le regard de quiconque. « Peut-être quelqu'un qui ... Qui ne pouvait accepter qu'on le sache ici, a-a-avec la ... La victime. »

Je soufflais longuement. Je n'étais habituée aux longs discours, encore moins devant quelqu'un. Oh, bien sûr, je m'étais plus qu'entrainée en solitaire - j'étais une régulière au bar des sermons sans témoins -, mais réciter mes élucubrations, que j'estimais fort probablement erronées, se révélait d'un tout autre acabit.

Et, sans m'en apercevoir, j'avais omis de répondre à sa dernière question.

Nombre de mots : 607


Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t635-ori-aeven
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan

Revenir en haut Aller en bas
 
A vos risques et périls | Rp Multijoueurs - Fils d'Ohibaan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Les Terres Immaculées :: Hlodalana :: Le Bassin Sinaën-
Sauter vers: