Partagez | 
 

 Viscérale Dépendance - Niveau II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 488
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Viscérale Dépendance - Niveau II Sam 2 Déc - 13:57

PARTIE 1


Inventaire
Arme ↂ ♦️ Épée guerrière
♦️ Stylet de Manche
♦️ Haut simple en tissu
♦️ Rations de survie

- Tu n'es pas prêt Gamaliel.

- Mais ça va aller, il est prêt ton fils et puis il ne part pas à la guerre non plus.

- Non la dernière fois qu'il est parti, il ne s'est pas fait tirer dessus, il n'a pas failli mourir noyé et il n'a pas failli révéler notre existence au reste du monde

Gamaliel se recroqueviller sur sa chaise et n'osait pas parler pendant que ses parents se disputaient. Il tenait encore dans sa main la lettre de recommandation de la Voix. Il l'avait reçu à huit heures, à huit et demi il était dans l'atelier de couture de ses parents et à huit trente-cinq, sa mère voulait l'empêcher d'y aller. Un peu de temps, il était passé de la joie à la déception. Il était stressé et dans l'instant présent ce qu'il voulait, s'était rentré chez lui et être au calme. Sans s'en rendre compte, il avait commencé à se gratter la peau entourant l'ongle du pouce avec l'index, il faisait ça en synchronisation avec l'autre main. Il y avait trop de bruit : la dispute, les bruits du Hall des artisans, les bruits de pas.

- Excusez-moi ?

Un client ! Il arrivait à point nommé celui-là. Ses parents sortirent de l'avant boutique, le laissant seul. Pourquoi ? Pourquoi ses parents étaient comme ça ? Sa mère qui voulait le retenir dans l'Alcôve et elle avait souligné tous les points négatifs de la bataille qui avait eu lieu dans la Forêt d'Hanaamu. Son père, lui mettait une sorte de pression implicite, en effet en soulignant le fait qu'il n'était pas prêt, qu'il ne partait pas à la guerre et tout ça, Gamaliel avait l'impression que son père lui faisait trop confiance pour que ça se passe bien, du coup il se mettait une pression assez importante, celle de ne pas décevoir ses parents et notamment son père qui le défendait d'une certaine manière à ne pas le rassurer. Il écarta délicatement le rideau qui le séparait de l'atelier et vit que ses parents et le client lui tournaient le dos. Il s'agenouilla et sortit discrètement de l'endroit, serrant la missive de la Voix dans sa main.

Gamaliel parcourut les rues et se dirigea chez lui. Il ouvrit, rentra et referma presque immédiatement la porte avant de s'effondrer au pas de sa porte, seul dans le noir. Du calme. Il était enfin au calme, les bruits de pas et les commérages étaient étouffées par la porte. Après plusieurs minutes, il se releva et se dirigea vers les endroits dans lesquelles se trouvaient les éclairages de la maison. Il souleva un à un les voiles qui empêchaient aux bougies de pierres bleues de répandre leur luminosité dans les différentes pièces de l'habitation. Gamaliel pris un candélabre et monta une à une les marches de l'escalier menant à sa chambre. Il posa la source de lumière sur la table de chevet, ouvrit le tiroir du milieu et souleva une petite cache aménagé : un petit sachet y était dissimulé, plongeant une main dedans, il en retira le précieux sésame. Cependant …

- Hein ?


La main fouilla à l’intérieur du petit sachet à la recherche du LC, mais rien.

- Merde. Hier soir était la dernière hein … T’es trop con Gama


Le commerce de drogue étant interdit à Spectre. Il ne pourrait pas se réapprovisionner aussi facilement. Sa jambe gauche trembla, pourtant elle n'était plus blessée, il n'avait plus mal, il en avait pris à la base pour soulager les mois de douleurs de rétablissement. Cela faisait une semaine et demie qu'il était considéré comme étant guéri, mais il avait continué à prendre dans le sachet. Pour soulager cette fois-ci, les tremblements. Pour essayer de penser à autre chose, il prit la missive et la relut encore une fois.

Sodélé Gamaliel

Après avoir lu le rapport de la bataille de la Forêt de l’Hanaamu, votre aide pour recueillir les informations sur les plans d’attaques des Fils d’Iscariotes et votre courage dans l'insurrection des Descendants, vous êtes intégrés dans le groupe des Essences, au rang d’Esprit. Ci-dessous vous trouverez le nom du chef de votre unité, ainsi qu’une affection à une mission. Votre Commandant vous contactera sous peu. Considérez cela comme un test.


...

Il se réveilla quelques heures plus tard, aux alentours de midi. En effet, une personne tambourinait à sa porte.

- J’arrive lâcha sèchement Gamaliel.

Ses parents qui voulaient surement le voir pour continuer leur dispute, chez lui cette fois. Il ouvrit la porte, il fut ébloui avec la lumière vive de l'Alcôve, contrastant avec l'ombre de son antre.

- Qu’est-ce que vous voulez ? Vous n’allez pas …

- Gamaliel Sodélé ?

- Bah oui je suis votre fils et …

- Tu dois faire erreur petit. Je suis Gabrielle le Vaar. Ton chef d’unité.

Il arriva finalement à visualiser correctement la personne qui lui faisait face et fit une femme qui le dépassait d'une tête. Celle-ci avait un visage carré, des yeux qui le perçaient, des cheveux blonds attachés en une tresse et une peau blanche parsemé de tatouages sur les endroits qui n'étaient pas cachés sous des vêtements.

- Bon visiblement tu dormais. Tu m’invites ou on reste à parler à ta porte ?

- Euh oui ! Je vous en pris madame.

- C’est bon, j’ai que cinquante ans, je ne suis pas une veille non plus et bien.

Gamaliel la dirigea vers la cuisine et ouvrir les volets qui permirent à la pièce de s’éclairer.

- Je vous offre quelque chose ?

- T’as du Spiritueux ?

- Non désolé. En vérité je n’ai que l’eau.

- Un verre d’eau fera l’affaire, assieds-toi.

Après avoir donné le verre, il exécuta et se mit en face de la femme.

- Bon ! Je vais être rapide, car j'ai d'autres personnes à voir avant la sortie. Bon, je te fais un topo de la mission : nous allons en partir en groupe de dix personnes, toi et moi étant compris dans le lot. Des agents infiltrés au Consortium nous ont donné l'itinéraire d'un chargement d'armes qui pourraient être profitable à Spectre. Nous devons tendre une embuscade … Gabrielle tira une carte de son sac et la posa sur la table. Elle désigna un endroit entre les Steppes et le Mont Haran. Ici il y a un petit canyon qui s'étale sur un petit kilomètre, il passeront par là, car du côté des Steppes c'est trop dangereux et de ce côté, ça leur ferait
prendre un détour trop important et avec la neige, ils prendront encore plus de retard.


- On sait qui recevra le chargement ?

- Non, les Songes sur place n’ont pas pu étudier plus que ça les plans, sinon ils auraient pu perdre leur couverture. Donc c’est dans ce canyon que nous les prendrons. On part à la fin de la semaine, soit dans deux jours. Toi tu fera partit de mon groupe, celui de les retenir et de les empêcher de s’enfuir. Les autres se serviront d'arbalètes pour les descendre. Tu aura les détails dans trois jours.

- Eh bien d’accord. Merci d’être passée, je vais me préparer en conséquence alors et …

- Une dernière chose. Elle le coupa en levant la main. On m’a transmis une information à ton sujet. A propos de ton addiction au LC. Tu dois savoir que les consommateurs de cette merde sont jugés comme étant équivalent aux traîtres. Mais on ne peut pas se passer d’éléments, surtout depuis la Révolte des Descendants. Elle lâcha un soupir et Gamaliel crut voir de la gentillesse, il eut l’impression d’avoir le regard d’une mère compatissante. Ecoute Gamaliel, le LC te tue à petit feu. J’ai perdu un compagnon qui était tombé la-dedans. Essaie de surmonter ça d’accord ? Tu as l’air prometteur, ça serait idiot de mourir à cause de ça, pense un peu à Barak et Dévora. Tu es leur fils unique et ils s’en voudront de te savoir mort et de n’avoir rien pu faire pour empêcher ça.

Gamaliel baissa la tête.

- Oui … Je comprends, je vous promets d’être opérationnel.

- Bien ! Donc prépare ton équipement et des rations, on part pour plusieurs jours. Le point de rendez-vous est l'entrée de l'Alcôve.

Après être partit, Gamaliel médita sur les paroles de Gabrielle le Vaar. Elle avait raison évidemment. Le LC avait détruit beaucoup de vie et des familles. Une personne aussi résistante soit-elle, était obligée de tomber dans la dépendance à moment ou à un autre, lui même il s’était dit ça au tout début. Mais le fait d’en avoir parlé et d’y réfléchir lui repenser aux tremblements. Il sentit des fourmillements dans son bras droit et il y planta ses ongles de la main gauche pour essayer de penser à autre chose. Il se releva brusquement et se prit les pieds dans la chaise, il tomba sur le sol et il vit quelque chose brillait sous un meuble. Un petit objet ovale qui brillait d’une lumière bleutée. Son bras avança tout seul pour prendre la pilule de LC et la mettre dans la bouche de Gamaliel qui l’avala directement. Il resta plusieurs minutes au sol, la sensation de picotements s’était dissipé et il sentit que ses paupières devenaient lourdes. Des larmes coulaient sur les jours de Gamaliel

- Eh merde … J’y arriverai pas ...



Mots : 1515



J'ai eu 11.2 à mon bac héhé.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
Gamaliel Sodélé
avatar
♦ Messages ♦ : 488
♦ Inscrit le ♦ : 01/03/2017




Message(#) Sujet: Re: Viscérale Dépendance - Niveau II Mar 30 Jan - 8:29

Inventaire
Arme ↂ ♦️ Épée guerrière
♦️ Stylet de Manche
♦️ Haut simple en tissu
♦️ Rations de survie

Gamaliel arriva sur place avec cinq minutes d’avance, mais cela avait été inutile puisque tout le monde était déjà présent. Une femme robuste, ressemblant trait pour trait à Gabrielle Le Vaar, Il s'approcha donc pour la saluer. Cette dernière fut amusé et recula en désignant le fond du groupe et il vit un double de Gabrielle. Des jumelles ?  La Deuxième Le Vaar le vit perplexe.

- Je te présente ma soeur jumelle Marie. D’ailleurs prend le temps de faire connaissance avec le reste de l’unité. J’ai encore des choses à régler avant de faire un rappel de la situation.

Le simulare passa donc dix bonnes minutes à faire connaissances avec le groupe. Cinq d’entre eux, dont Marie, avaient à leurs pieds une grande arbalète avec un petit sac rempli de carreaux. La fameuse équipe à distance sans doute pensa Gamaliel, celle qui devait apporter un appui pendant que le reste des hommes et femmes et de l’unité s’occuper de bloquer le chemin aux hommes du Consortium. De ce que Gamaliel savait, cette organisation était regroupement de clans plus mineures. Le plus puissant, le plus fourbe, celui qui réussissait à asseoir sa domination, quelle soit économique ou bien militaire, même si le Consortium n’est pas connu pour sa force armée, ce groupe là devenait en quelque sorte un clan dirigeur. Enfin, Gamaliel n’eut pas le loisir de se remémorer plus que ça ses cours de géopolitique car Gabrielle demanda le silence.

- Bon ! Que tout le monde m’écoutes ! Bien, je tiens à vous présenter notre nouvel recru. c’est sa première mission, donc montrait lui les ficelles du métier. Tout en disant Gamaliel de la main. Vous connaissez la plupart des faits, mais je vais vous faire un rappel.

Elle passa bien une vingtaine de minutes à ré-expliquer son plan. Tout les autres membres du groupe étaient concentrés, penchés sur la carte de la région de l'embuscade. Plusieurs personnes posèrent des questions qui allèrent du trajet, de l'attaque en elle-même, et de l'après : Comment allaient-ils maquiller l'attaque ? Devaient-ils faire croire à une attaque de bêtes ? De Tadryens ou un raid d'une autre peuplade de la région ?

- Les Fils ? Osa Gamaliel.

- Avec le raz-de-marré qui a dévasté leur foret, ils ont étaient très occupés. Ils ont du rechercher une nouvelle terre d'accueil. D’après les informations que les grands pontes m’ont donné à ce sujet, ils auraient conclu une sorte de confédération avec d’autres énergumène de leur genre. Donc je ne sais pas s’ils pourraient s’avancer aussi loin, surtout en ce moment. Elle se tourna vers celui qui avait suggéré le Tadryon. Eux, ça va aussi me paraitre compliqué. Le Haut-commandement ne nous a pas fourni d’armes laser, ça sera difficile de faire croire à une attaque de la force armée Tadrienne.

- Les compagnons de la vieille Sélène pourraient fournir une bonne couverture. Objecta Marie le Vaar.

- J’y réfléchirai en chemin, soit des bête, soit eux. Bon maintenant phase d’inspection, formait les deux groupes convenus. Marie regarde tes arbalétriers et je m’occupe des autres.

Tout se passa bien pour les autres, Gamaliel eut le droit à une petite remarque sur un bout de peau qui était visible, donc qui pouvait être touché par de possibles pluies d’acides. Il se réajusta donc en conséquence.

Le groupe partit enfin, alors que l’aurore pointait le bout de son nez. Sur le chemin, ils firent plusieurs haltes, à cause de divers tempêtes de neiges, le voyage dura deux jours, mais ce n’était pas un problème par rapport  à la mission car ils avaient prévu d’arriver sur le lieu de l’embuscade à l’avance afin de préparer l’attaque. Une nuit, alors qu’il finissait son tour de garde, il fut saisit par une petite crise de manque. C’était la première depuis qu’il était partit de l’Alcove. C’est à ce moment que Marie le rejoignit pour prendre la relève et en profita pour calmer Gamaliel, cette dernière lui confia le fait que sa soeur l’avait averti de son addiction par rapport au LC, elle fit un blabla sur le fait qu’il devait tout faire pour arrêter de consommer cette drogue. “ - T’es jeune. Ca serait dommage de te voir subir le supplice des trente deniers pour consommation de drogue … Si cette dernière ne te tue pas avant.” Pour faire passer l’envie, elle lui fit partage une bouteille d’alcool qu’elle avait prise avant de partir. N’étant pas un gros consommateurs de boisson forte, cela l'assomma vite et il partit se coucher.

Finalement, après être passé par plusieurs petits villages de pèlerins ou ils purent se restaurer convenablement, le groupe arriva finalement au fameux canyon. Sur le chemin, Gabrielle le Vaar avait prit sa décision, une fois que tous seraient morts, ils feraient passer ça pour une attaque de bandits quelconque. Faire passer par une attaque non-humaine ne serait pas très intelligent, car on leur avait demandé de repartir avec le chargement des hommes du Consortium, donc ça serait étrange, si suite à une attaque de la faune, il n’y est plus de marchandises.

Le groupe était composé de dix personnes, cinq arbalétriers et cinq combattants au corp à corp. Le canyon se déroulait sur un kilomètre de longueur et quinze mètres de large pour environ trente mètres de haut. Le ciel était dégagé pour le moment et d’après les indications que les espions chez le Consortium avait réussit à glaner, il leur restait une journée pour se préparer. L’unité d’intervention se divisa donc en deux groupes, il n’y aurait plus de contact jusqu’à la fin de l’attaque. Le division de Gabrielle examina l’entrée du canyon afin de trouver des cachettes d’ou ils pourraient surgir pour surprendre l'ennemi. Ils trouvèrent des petits enfoncements dans les paroies rocheuses qui répondirent à leurs attentes.
Chaque membre du deuxième groupe se plaça dans une cachette. Juste avant de se séparer, Marie lui avait donné ce qui restait de la bouteille d’alcool, ensuite il eut le droit à une conversation avec Gabrielle.

- Bon écoute moi bien Gamaliel. C’est ta première mission dans l’intervention et je suis chargé non seulement de récupérer la cargaison, mais aussi de te juger apte ou pas à rester dans nos rangs.

- Je comprends.

- Mais il faut que tu saches que je serai sans pitié sur un sujet en particulier. Si tu me refait une crise comme pendant le trajet, je me verrai dans l’obligation de le signaler à nos supérieur. Autant te dire que si ça arrive, tu pourras choisir entre finir en Iscariote, si tu survis au supplice, rejoindre les Descendants, ils voudront peut-être de toi si tu les trouves et qu’ils ne tuent pas avant ou de partir le plus loin possible. Cependant tu le sais, tôt ou tard tu sera retrouvé et tu connaîtra un sort funeste.

- J'essaierai de ne pas vous …

- Je ne te demande d'essayer, mais de le faire, aller va rejoindre ton trou et repose un peu, demain sera un jour important pour toi.

Gamaliel s'installa tant bien que mal dans des couvertures et finit le fond d’alcool dont ils disposaient. On le secoua pour le réveiller de son someil. Le soleil éclairé le canyon. Il était l’heure, on n’avait repéré un éclaireur du convoi qui s’était approché et il le moment de l'attaque allait pas tarder. Gamaliel ne les vit pas mais il sait que le groupe de Marie le Vaar était au-dessus à les surveiller et que le reste du sien était toujours caché dans les petites grottes qu’ils avaient découverts le jour d’avant.

Un silence de mort s’installa. Dix minutes. Une demi-heure. Une heure. Gamaliel transpirait à grosse goutte tellement que la tension était grande. Il se rappela du signal : Il devait attendre que le premier carreau d'arbalète tue le premier ennemi pour que lui et les autres sortent les surprendre. Durant la seconde heure, il eut des tremblements dans la jambe gauche, celle qui avait été touché par l’arme laser durant la bataille de la forêt d’il y a quelque mois. Il pensait que c’était une réaction par rapport à l’attente et il n’y prêta pas attention. Mais que faisait donc les ces foutus hommes ?ESt-ce qu’ils prennent une pause à l’entrée sentier ? L’éclaireur les avaient-ils remarqué ? Non la dernière hypothèse n’était pas pensable. Les deux soeurs d’un commun accord, avaient apparement envoyées leur élément le plus discret.

Soudainement. Il crut entendre du bruit, mais il ignorait d’ou ça venait à cause de l’écho qui résonnait. Mais il devait pas sortir. Le signal n’était pas lancé, il le savait. Il en était sûr, car les arbalétriers devaient tirer le premier coup quand les gens du Consortium seraient à leur niveau.

Cinq minutes : Le bruit se faisait plus gros, plus distinct. ça venait de la gauche, il en était sûr et c’était lui qui était la cachette la plus à gauche.


Deux minutes passèrent encore et là ils en était sûr : Des voix. Ils étaient là. Gamaliel empoigna lentement son épée à deux mains et resta bien dans l’ombre.

Un homme armé une épée à une main passa. Suivit d’un deuxième et d’un troisième. Six étaient passé et il entendit enfin le signal. Un homme hurla et tout le convoi s'arrêta. Cependant … Alors qu’il entendait ses compagnons s'élancèrent dans la bataille. Le tremblement de sa jambe repris de plus belle et développa dans toute la partie gauche de son corp. Il lâcha son arme et s'agrippa la jambe. PLongeant ses ongles dans la chair, mais rien n’y faisait. Le combat semblait s'intensifier. Gamaliel chercha dans son sac mais ne trouva qu’un bouteille vide et ds rations. Son regard tomba sur le style qui était dans sa manche droite. Il eut un moment d’absence et tout se passa en éclair. Il sortit l’arme et l'enfonce dans la main gauche. La douleur lui arracha un cri … Il cassa le stylet dans un accès de rage soudain. Mais au bout de quelque secondes, il remarqua que les tremblements s’étaient arrêtés.

Gamaliel sortit de sa cachette. Fort heureusement sa crise n’avait pas durée plus d’une minute. Il vit un homme avec les caractéristiques physiques d’un homme du consortium qui cherchait à s’enfuir.

- Surtout pas !

Le Sodélé courut, les deux mains tenant l’arme en arrière, il arriva à porté de l’homme et décrivit un arc de cercle de la gauche vers la droite. Son ennemi, incroyablement agile sauta en arrière et dégaina deux petits poignards. Gamaliel positionna la garde vers son bassin, la lame vers le haut. L’homme sauta vers lui de manière frontale et tenta de planter un coup dans l’épaule gauche, mais le jeune homme interposa son épée et les deux armes se heurtèrent. L’agent du consortium tenta de pousser avec ses deux lames, mais il ne faisait pas le poid et Gamaliel puissa dans ses ressources et hurla tout en forçant sur les armes de son ennemi. C’était comme un bras de fer, mais avec des armes. D'ailleurs,celle de son agresseur ne firent pas preuve d’un grande résistances et se brisèrent. Gamaliel donna un coup de pommeau violent dans le torse et il profita d’avoir temporairement brisé la respiration de sa victime, pour décrire une attaque circulaire. Une tête vola tomba dans le trou ou la petite Essence s’était caché juste avant. Il n’eut pas de se reposer et se retourna vers le reste de sa troupe.

Néanmoins. Une lueure bleutée provenant du corp devant lui attira son attention. L’homme qu’il venait de combattre avait eu sur lui un sac rempli de pillule bleu plus que familières à son esprit. Il se pencha pour voir ça de plus près.

Un carreau d’arbalète se planta quelque centimètre devant sa main et ils reprit conscience de son environnement. Il leva les yeux et crut reconnaître la silhouette de Marie. Il ne se pausa pas plus de questions et rejoignit les autres aux combats.




La marchandise que devait transporter les hommes du Consortium était des pilules de LC-441. Les corps furent disposés suivant l’ordre de Gabrielle. Quelque heures plus tard, le groupe de Marie les rejoignirent. Les deux soeurs se parlèrent en privée et Gamaliel eut la désagréable impression qu’il était le sujet de la conversation. Puis une fois que la scène fut mise en place pour faire croire à une attaque ne mettant pas en cause les spectres. Ils repartirent pour le Mont Haran. Sur le chemin, Gabrielle le Vaar marcha à ses cotés.

- Ma soeur me fait savoir qu’elle t’as bien observer depuis son perchoir.

- Ah bon … ?

- Elle dit qu’elle fut agréablement surprise, je ne sais pas ce que tu as fais, mais je fais confiance à ma soeur. Laisse juste faire un truc. Elle l'arrêta pendant quelque secondes, faisant signe aux autres de continuer et elle le fouila. Aucune trace de drogue ? C’est bien. Je placerai un mot en ta faveur lors de mon rapport. Continue comme ça. Bienvenu dans notre grande famille qu’est le groupe d’Intervention.



Mots : 2132



J'ai eu 11.2 à mon bac héhé.
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t112-gamaliel-sodele-fiche-termin
 
Viscérale Dépendance - Niveau II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Les Steppes d'Elysium-
Sauter vers: