Partagez | 
 

 Coups et blessures | Pv Dani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nasträlya
avatar
♦ Messages ♦ : 1153
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Coups et blessures | Pv Dani Lun 26 Fév - 12:15

- Valinka Lovelace -



Le territoire s’étendait à perte de vu. Incapable de freiner le rythme qu’avait mis en place le capitaine, l’équipe peinait à ne pas traîner des pieds. Nous  ne savions pas vraiment en quoi consistait la mission, mais dans tous les cas, les soldats avaient vraisemblablement besoin de chair à canon. Les Varocs étaient là pour ça, prêts à tout, à partir du moment où ils étaient payés et qu’il était possible de monter dans les grades. Depuis la guerre, la cité était comme dans un flottement. On en savait plus bien qui était les ennemis et les alliés avaient la gueule de l’adversaire. Tous se regardaient de travers, la moindre suspicion lui valait d’être troué comme cette putain de flore du Shula. Tout le monde se craignait à en dénoncer sa propre mère. Ainsi, j’avais répondu à l’appel afin de m’en éloigner le plus possible. La Cité Grise avait encore de nombreux jours devant elle, mais sa population s’éteignait autant que les hommes se mettaient à concevoir.

La nuit commençait déjà à tomber sur les plaines, son étendue lisse ne nous laissant aucun endroit stratégique où poser un camp. Nous étions bel et bien en vue de tous les prédateurs qui passeraient par-là, visible sans doute à des kilomètres si nous allumions un feu, ce que nous ne fîmes pas. Assise dans les hautes herbes,  j’armai et je désarmai Chloé, surement de manière totalement automatique. « Tu comptes nous faire remarquer ? » Les herbes luxuriantes s’étaient écartées brièvement, laissant apparaître le visage d’un des Varocs. Je ne répondis pas, continuant avec Lucile. Il sourit en enlevant son visage, redevenant invisible. « Je sais très bien qui tu es. » Murmura-t-il. « Et j’en ai absolument rien à foutre. » Le chargeur claqua lorsqu’il rentra dans l’arme. « T’es celle qui parle à son armure. Je le sais parce que je connais un des Rats qui t’accompagnait jadis. » « Tu m’as l’air sourd. » « T’es plutôt du genre à mettre le bordel quand tu débarques et depuis Ninon, c’est le calme plat. Tu te terres ? » Je le saisis par le col, son regard provocant au plus près de mon visage. Malheureusement, l’endroit était beaucoup trop calme. Personne n’avait mis un terme à nos broutilles et l’homme sembla le remarquer également. Il posa ses yeux sur les alentours, se libérant doucement de mon emprise. Soudainement, un coup de feu retentit et nous nous levâmes pour constater que certains gisaient dans leur sang. Lorsque nous vîmes les herbes bougeaient à une allure folle, les mercenaires et les soldats tirèrent sans se demander ce qui furetait.  Un Bélistrom sauta à la gorge d’un des hommes, un second… jusqu’à comprendre que l’équipe était dorénavant foutue. L’homme qui m’accompagnait tira sur la créature qui était prête à me mettre en pièce, la laissant agonisante, nous nous retournâmes pour fuir. L’interface de Sidney paniquait, incapable d’entourer tous les ennemis alentour. Nous étions cinq à fuir, tous dans la même direction. Puis quatre, puis trois. Nous tirâmes à l’aveugle, pensant toucher l’ennemi jusqu’à ce qu’il se relève, jusqu’à ce qu’ils se contentent de ceux qui étaient à terre. « Ne t’arrête pas de courir ! » criait l’homme, en proie à la panique. « Ce n’était pas dans mes intentions ! » Il suffit de peu pour que nous nous retrouvions les pieds dans la neige éternelle. « Merde ! » « Les Montagnes sont beaucoup plus civilisées que les plaines, Valinka. » « On ne peut pas risquer de cramer nos circuits, d’abimer nos armures, ce sont les seules barrières qui nous séparent de la flore ou de la faune ! » « L’extérieur de nos armures est assez froid pour ne pas faire fondre la neige… avec un peu de chance, nous ne ferons que la tasser. » Un son strident retentit derrière nous. Je soufflais avant de poser le premier pied dans la neige. Nous devions au maximum nous éloigner de la plaine. Nous marchâmes ainsi de nuit, deux rescapés d’une attaque, deux Tadryens qui ne connaissaient rien de ces contrées. Plus loin, nous vîmes de la lumière, une sorte de village, mais nous ne nous y approchâmes pas, préférant l’abri d’une grotte à proximité. La nuit promettait d’être longue et déjà Sidney m’indiquait la basse température de mon corps.  

720


© Yamashita d'épicode


Cadeaux ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t74-nastralya-vandorallen
 
Coups et blessures | Pv Dani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Eden :: Le Mont Harân-
Sauter vers: