Partagez | 
 

 L’Humanité a besoin de nous comme nous avons besoin d’elle | Calvin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crescend Crimson
avatar
♦ Messages ♦ : 64
♦ Inscrit le ♦ : 11/03/2017




Message(#) Sujet: L’Humanité a besoin de nous comme nous avons besoin d’elle | Calvin Sam 30 Juin 2018 - 15:45




L’Humanité a besoin de nous comme nous avons besoin d’elle
(Quête originelle : L’invasion des nuisibles)



Inventaire de Crescend
| Armes: P-2 Nixe | P-7 Helhest

Nerveusement, je jouais avec le pendentif en bois qui pendait à mon cou et, nerveusement, je me fixais, de bas en haut, à travers la glace de mon miroir, immobile comme l’une de ses statues qui décoraient l’Académie. L’incertitude se devinait sur les lignes de mon faciès; le questionnement brillait doucement dans l’iris autour de mes pupilles et pourtant, je me forçais à sourire face à mon reflet. Je réfléchissais trop, mes doutes ne pouvaient provenir que de cela. Malgré tout, à chaque fois que j’avais le malheur de croiser mon regard dans un miroir, je ne pouvais m’empêcher de me questionner, me demandant inévitablement ce que je faisais au sein de la Promise. Depuis toujours, je m’étais battu pour cette place. J’avais déçu les aspirations paternelles, j’avais sacrifié des amitiés, trahis des promesses, tout cela pour atteindre ce que je croyais mériter de droit en tant qu’être humain : Tadryon, berceau de l’humanité, de la prospérité, de la sécurité. À une époque, j’étais prêt à donner ma vie pour la ville que je chérissais tant, rêvant déjà de grandes batailles pour le bien de ma nation, d’engagement solidaire afin d’aider mes compagnons… Je m’imaginais grand et indispensable dans cette société, convaincu d’ajouter ma pierre à cet immense bâtiment qu’était la Ville Azurée. Cependant, plus les mois avançaient, plus l’illusion se fissurait. Le rideau qui avait caché la réalité à mes yeux s’était enfin tiré et j’observais le monde sous un nouvel angle, mais surtout, je m’observais moi-même.

Non, je n’étais pas grand. Non, je n’étais pas prêt à donner ma vie pour cette nation. Tout ce que je désirais, c’était vivre sur une terre sans danger et protégée. Vivre jusqu’à cent ans si je le pouvais, mais vivre pleinement sans risquer que l’on coupe prématurément mon existence. Les aspirations paternelles que j’avais déçu, les amitiés que j’avais perdu, les promesses que j’avais soudainement résilié en m’engageant sur la voie que j’avais emprunté, tout cela, je ne l’avais pas fait pour autrui, pour une cause commune, voire même pour l’humanité… Il n’y avait rien d’héroïque dans mes ambitions, uniquement l’instinct humain. Je camouflais mes véritables sentiments sous ces paroles nobles et valeureuses, mais en réalité, je ne désirais pas porter les armes, je ne voulais pas m’engager au cœur de contrées sauvages uniquement pour étendre l’expansion de l’humanité et, ainsi, contrôler et dominer ce que la Nature avait fait de plus indomptable et bestial. Tout cela, je préférais le laisser aux autres… Malgré tout, je ne pouvais pas espérer rester dans la Promise si je n'ambitionnais que de me cacher. Alors, je revenais à ma question : qu’est-ce que je faisais à Tadryon?

« Alors, Crescend? Tu vas aller t’occuper de la vermine à Varosha? »

La voix, à l’autre bout du téléphone, me tira brusquement de mes pensées.

« Allô? Crescend? Est-ce que tu es encore là?

- Tu as dit qu’il y a des évacuations à faire ainsi que des infectés potentiels qui devront être traités pour éviter une épidémie?

- O-Oui…

- D’accord. J’y vais. J’arrive au quartier général dans une dizaine de minutes. »

Le silence se fit alors dans mon combiné.

« Tu es sûr que ça va?

- Bien sûr, Nikita! Pourquoi? »

Même si je savais qu’il ne pouvait me voir, j’esquissais un sourire si grand que ce dernier touchait mes lobes d’oreille. La meilleure façon de convaincre les gens, c’est de se convaincre soi-même.

« Juste… Une pensée comme ça, c’est tout. Dès que tu arriveras au QG, je te jumellerais à tes coéquipiers. On en a vraiment plein les bras.

- Pas de problème. Je ne tarderai pas. »

Rapidement, je raccrochais, levant doucement mon visage à la hauteur de mon miroir. Où était ma place? Dans les contrées au-delà de la Ville fantôme, auprès de la Guilde, auprès de l’Armée, auprès du Solstice ou de la Compagnie? Que pouvais-je accomplir pour assurer ma place au sein de la Promise?


Post I [659 mots]



« Les gens se sentent seuls parce qu’ils construisent des murs au lieu de construire des ponts »
- Joseph Fort Newton -
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t318-crescend-crimson-termine#262
Calvin
avatar
♦ Messages ♦ : 614
♦ Inscrit le ♦ : 03/03/2016




Message(#) Sujet: Re: L’Humanité a besoin de nous comme nous avons besoin d’elle | Calvin Mar 7 Aoû 2018 - 22:03

♦️ Inventaire ♦️


" L'Anarchie semble faire un chouïa plus de boucan que d'habitude. Mais ce qui secoue Varosha en ce moment, ce sont ces bestioles poilues. " Torme cessa de parcourir ce fameux rapport pour le jeter, bien en évidence, sur le bureau d'Anorra. Avachie sur sa chaise, la réputée Récupératrice s'égarait dans ses pensées. Maintenant que les Tadryens braquaient un peu plus leur regard sur leurs propres contrées, il leur parut évident que les nuisibles profitaient de cette accalmie pour revendiquer leur trône. Parfois, les Hommes oubliaient qu'ils n'avaient pas qu'eux comme ennemis. Leur Némésis prenait bien des formes en ce monde damné. Le tout novice Calvin en était parfaitement conscient.

" Rheda nous a fermement enjoint à nous occuper de ce problème. Avec tout le gratin qui s'excite à Tadryon, ils ne la laisseront pas sortir de la ville avant un bon bout de temps.
- Donc, si je résume : on doit en finir avant son retour.
- Précisément. Elle se leva de sa chaise, Calvin n'avait toujours pas quitté du regard la visière de son casque. Tôt ou tard, les Varocs seront considérés comme nos concitoyens. Tant que l'insécurité régnera à Varosha, Tadryon ne pourra rien pour eux.
- Pas besoin de prendre tes grands airs, ma belle ! Torme se leva à son tour, tapotant l'épaule métallisée de leur protégé à son passage. Allons rejoindre les autres et faisons ce pourquoi nous sommes là. "

¤ - ¤ - ¤

La cité fantôme faisait partie de son horizon. La première ligne qu'il avait observée, avant de relever davantage le regard pour entrevoir cet avenir dont il rêvait. Calvin se fourvoyait en pensait bien connaître cette ville, l'immensité de ses ruines et les nouvelles qui leur arrivaient chaque jour le lui rappelaient constamment. Ce n'était pas Tadryon. Mais beaucoup de ses habitants le souhaitait. À ce titre, les Récupérateurs fut de tout temps leur unique canal de communication avec les élus de la Promise. Il scintillait dans leur regard une certaine lueur à l'attention de ces parangons formant la Guilde. Cette admiration, Calvin ne pouvait décemment pas l'affronter. D'où le port systématique de son casque sur le territoire Varoc. En tant que citoyen noyé dans le scepticisme, ses yeux fuyaient instantanément ce cadeau que les démunis lui offraient, conscient qu'il n'était pas méritant. Qu'ils se projetaient sur un Tout, une Promesse à laquelle il déliait peu à peu ses raccords. Marcher sur les pas d'un Héros était une mission aussi épineuse que l'emprise des Évolués, mais son serment le remettait toujours droit dans ses bottes. Toujours.

" Allô, allô ? La communication est établie ? Rien qu'avec cette voix, la plupart des réfugiés s'extasiait déjà. Comment ne pas être charmé par la prestance dont faisait preuve la cheffe de cette joyeuse famille – Rheda Pieness – même à travers un vulgaire écran holographique. Une héroïne pour bien des Hommes ici présents, la gaieté gagnait la salle en un instant. Mais dans cette discrète euphorie s'élevait également un profond respect. Une attention toute particulière à cette femme qui continuait de veiller sur ses protégés, même cloîtrée entre les Murs. Bonjour à tous, et ravie de vous voir si nombreux. Calvin était un brin en arrière, assez loin pour ne pas bien entendre les dires de Rheda. Fort heureusement, le discours était retransmis à travers leur exosquelette. Vous devez déjà avoir entendu parler de cette invasion qui touche Varosha en ce moment, par des créatures qui ne sont pas originaires de notre région. Une image d'une meute s'afficha en simultanée. Ce sont des Rakuens, des animaux mangeurs d'Hommes qui rôdent au Mont Hâran. L'un de nos drones a capturé cette image de la meute, très grande comme vous pouvez le constater. Nous ignorons comment ce groupe a pu arriver jusqu'ici mais ils ont réussi à investir Varosha et semer une épidémie parmi les habitants. Son air se fit plus grave. Nous ne sommes guère habitués à affronter ces bêtes. Ce problème doit être réglé le plus rapidement possible, avant que la meute ne s'étende. Plusieurs vétérans des Récupérateurs se levèrent et distribuèrent des instructions aux Varocs, tandis que les exosquelettes Tadryens reçurent ces mêmes informations. Mes camarades et moi-même avions ainsi décidé de scinder cette mission en trois objectifs : trouver un remède à l'épidémie, nettoyer les lieux infestés, et détruire la meute. Vous êtes automatiquement affectés à l'un de ces objectifs avec des partenaires, des informations supplémentaires sur votre tâche vous seront à présent transmises. Calvin fixa l'intitulé de sa propre affectation : le nettoyage des habitations pour reloger les Varocs. Il se douta bien que l'affrontement avec la meute était réservé aux expérimentés et aux gros bras, mais avec les connaissances acquises auprès de Dr Nekoval, il aurait été plus utile à l'infirmerie… Veuillez s'il vous plait vous coordonner avec vos coéquipiers et vous adresser à mes collègues si vous avez la moindre question. Le sourire bienveillant de Rheda fut bien leur seul réconfort en ces temps troublés. Ce sera tout. Toutes mes prières vous accompagnent et que les Héros vous gardent. " L'hologramme se désagrégea.

Le portrait de l'un de ses équipiers apparut sur la visière. Calvin ne prit finalement plus en compte ses propres doutes, puisqu'un visage familier et physiquement intact lui étaient beaucoup plus chers. Crescend Crimson. La cohue s'agita quelque peu au sein du quartier général, afin que les unités se forment dare-dare. Lovelace s'adonna au même exercice jusqu'à tomber nez à nez – malgré le casque – avec la fameuse armure qu'il reconnaissait. " Ravi de te revoir. " Depuis le désastre de la forêt d'Hanaamu.



972 mots


: ☤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://dysnomie.forumactif.com/t70-calvin-lovelace
 
L’Humanité a besoin de nous comme nous avons besoin d’elle | Calvin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dysnomie :: Varosha-
Sauter vers: